52511 - Vaux-sur-Saint-Urbain

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Vaux-sur-Saint-Urbain
Blason de Vaux-sur-Saint-Urbain
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 52 - Blason - Haute-Marne.png    Haute-Marne
Arrondissement Blason de Saint-Dizier    Saint-Dizier (Ss-Préf.)
Métropole
Canton Blason de Doulaincourt-Saucourt   52-10   Doulaincourt-Saucourt
Code INSEE 52511
Code postal 52300
Population 43 habitants (1999)
Nom des habitants Vauxois, Vauxoises
Superficie 640 hectares
Densité 7 hab./km²
Altitude 203 m / 371 m
Point culminant
Coordonnées
géographiques
5°12'30" E / 48°22'31" N
Localisation (avant 2015)
52511 - Carte administrative - Vaux-sur-Saint-Urbain.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Vaux est reconnu pour être l'un des plus anciens villages de la région.

Des fouilles, effectuées au XIXe siècle, dont la teneur a été rapportée par un cercle d’érudits du département à l’époque, ont montré l’existence de tombeaux datant de l’époque gallo-romaine. Des pierres taillées (pour la construction), des meules de moulins à bras, etc… ont été trouvées à plusieurs endroits de la commune, à proximité d’un chemin que beaucoup s’accordent à considérer comme une voie romaine, un diverticule d’importance en tout cas. Des villas gallo-romaines semblent donc exister dès cette époque à Vaux. Des anciens signalent par ailleurs l’existence de « Thermes ». Rien, aujourd’hui, ne vient encore démontrer cette observation.

Lors de l’été 2005, des amateurs passionnés d’histoire ont retrouvé quelques pièces de monnaies anciennes, dont certaines d'époque romaine, complétant ainsi des découvertes plus anciennes : - Trajan, Marc-Aurèle, Constantin II et Antonin le Pieux (?) – ainsi que quelques liards de Lorraine et de France (Louis XV).

Le village semble donc avoir été habité depuis très longtemps, d’une manière constante, surtout si l’on ajoute à ces découvertes un anneau de bronze « coulé-fermé », datant de –500 environ avant JC et provenant certainement d’une tombe (on en a trouvé de semblables à Gourzon et à Nijon provenant de nécropoles très anciennes). Cet objet a été remarqué, lui aussi, le long de la « voie romaine », ce qui montre que ce chemin était déjà existant bien avant la pacification romaine (vers -52 avant JC). Ce très vieux chemin a donc été « romanisé » dès la pacification de César.

La tradition rapporte qu’un certain Fornarius, « l’homme du four, boulanger ? », né à Vaux, chrétien des premiers jours, fut martyrisé dans l’amphithéâtre de Grand par les troupes de Julien.

La première mention connue de Vaux (Vallis in Pago Ornensi) est faite dans un acte notarié de 851 dans lequel, Tedacia, une certaine Dame, se donne, elle, ses biens et ses deux fils, à l’Abbaye Saint-Pierre de Montier-en-Der.

Une communauté de bénédictins se serait installée très tôt à Vaux (au VIIIe siècle). Ils y construisirent l’église primitive dont il ne subsiste que quelques éléments sculpturaux ayant servi à décorer l’église actuelle, qui date du XIIIe siècle. On trouve la trace de "largesses" ou de "dons", faits à cette "abbaye", au XIe siècle, "Vallis in Pago Ornensi" par un Seigneur de Joinville, Geoffroy III, descendant d’Étienne de Vaux. Il s'agissait certainement d'un grand Prieuré : au XIXe siècle, on a retrouvé les traces d'une construction ressemblant fort à un couvent : quelques moines de l'abbaye de Saint-Urbain se seront donc installés très tôt dans ce village.

Le premier seigneur de Joinville, Étienne de Vaux, ancêtre de Jean de Joinville, est né à Vaux. Il quitta le village pour s’installer à Joinville dans les années 1025/1027. L’emplacement présumé de son premier castel patrimonial se trouverait près de la Combe Beudin, où l’on pouvait observer, encore au milieu du XIXe siècle, des ruines de murailles attestant de la position d’une place forte très ancienne à cet endroit.

Vaux, dépendait à la veille de la révolution du diocèse de Toul pour les affaires religieuses, de la généralité de Champagne (Châlons) pour les impôts, de la Prévôté d’Andelot (bailliage de Chaumont) pour la justice. Sa population était alors d’environ 190 habitants.

Dans la deuxième partie du XIXe siècle, grâce au vignoble, sa population atteindra environ 350 habitants. Certains viticulteurs seront récompensés par des médailles de vermeil, d’argent et de bronze, attribuées par les comices agricoles, pour leur culture avisée de la vigne (en ligne, la majorité des vignes était alors cultivée « en foule », méthode héritée des moines de l’Abbaye royale de Saint-Urbain) et pour la qualité de leurs vins.

Patrimoine.png Patrimoine

  • De la période gallo-romaine, seules subsistent quelques portions d’une voie romaine (N° IX Jolibois) qui reliait Langres pour desservir de nombreux camps romains, certains très voisins de Vaux comme Poissons, ou Noncourt-sur-le-Rongeant, et Le Châtelet de Gourzon sur la commune de Bayard-sur-Marne), Perthes, Vitry, Châlons et enfin Reims. C’est une voie secondaire dont l’importance militaire fut indéniable.
- le chevet est orné de sculptures mérovingiennes
- des signes lapidaires sur les contreforts de l’abside, signes qu’on retrouve aussi sur l’église de Saint-Urbain.
  • Lavoir restauré dans les années 1990, dont l’emplacement de la fontaine d’origine date de l’antiquité.
  • Trois calvaires, à l’entrée de chaque route du village, dont deux du début XIXe siècle (1802)

Repère géographique.png Repères géographiques

Le village est traversé par un ruisseau, le « Meurjet », qui tire son nom du fait qu’il s’assèche en été (le jet qui meurt). Il faisait encore fonctionner à la fin du XIXe siècle un moulin à moudre le grain. Ce ruisseau se jette dans le Rognon, un des affluents principaux de la Marne dans le département, à Donjeux, commune voisine.

Vaux-sur-Saint-Urbain possède des coteaux bien exposés au sud, protégés par un relief qui les expose moins aux gelées printanières. De ce fait, très tôt, des vignes furent plantées sur ces côteaux à Vaux. Vaux était le troisième vignoble en superficie (200 hectares en 1882) du Canton de Doulaincourt, après ceux de Saint-Urbain et de Mussey-sur-Marne.

Un remembrement, en 1991, a permis de remettre en état de nombreux chemins propices à de très belles promenades champêtres et sylvestres.

  • Carte routière d'accès à Vaux-sur-Saint-Urbain, sur le site ViaMichelin.
  • Coordonnées et cartes géographiques de Vaux-sur-Saint-Urbain, sur le site de l'IGN.

Démographie.png Démographie

Année 1794 1800 1806 1820 1831 1841 1846 1851 1856 1861
Population 195 219 253 252 285 321 327 317 293 280
Année 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
Population 269 275 254 261 269 242 235 195 171 129
Année 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
Population 108 83 83 73 65 96 90 83 89 67
Année 1990 1999 - - - 2016 2021 - - -
Population 55 43 - - - 57 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

52511 - Démographie - Vaux-sur-Saint-Urbain.png



Sources :
INSEE et
Cassini

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
PASSERAT -  
HANIPAUX -  
COLLOT -  
Maurice MALINGRE -  
Michel MALINGRE -  
Claude MARIE - 2006  
Denis COLLAS 2006 -  
- -  


Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Mise en ligne des naissances sur le site de Vauxsursainturbain.com.

Les registres des mariages sont en cours de préparation.

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 11h00 à 12h30 - - - - - -
Après-midi - - - - - - -

En général, le lundi matin, de 11h00 à 12h30.

Dépouillements des registres paroissiaux

Archives notariales

Patronymes

Remarques

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références


^ Sommaire

Blason de la Haute-Marne
Portail du département de la Haute-Marne
Blason de la région Champagne-Ardenne
Portail de la région Champagne-Ardenne



Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.