52178 - Doulevant-le-Château

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Doulevant-le-Château
Blason de Doulevant-le-Château
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 52 - Blason - Haute-Marne.png    Haute-Marne
Arrondissement Blason de Saint-Dizier    Saint-Dizier (Ss-Préf.)
Métropole
Canton Blason de Doulevant-le-Château   52-11   Doulevant-le-Château
Code INSEE 52178
Code postal 52110
Population 455 habitants (1999)
Nom des habitants Doulevantais
Doulevantaises
Superficie 2 229 hectares
Densité 21 hab./km²
Altitude Mini:
Point culminant
Coordonnées
géographiques
° / ° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
52178 - Carte administrative - Doulevant-le-Château.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Doulevant-vue du village.jpg

Le village de Doulevant porte le nom de son patron, saint Louvent (Domnus Lupentius : Dom Louvent). Le village n'est point mentionné avant le XIe siècle mais on sait qu'il a des origines plus anciennes qui remontent au moins à l'époque romaine où il était le chef lieu du "pragus blensensis", pays blaisois. A l'époque carolingienne, Doulevant devient le chef-lieu d'un conté qui coïncide avec le doyenné de la rivière de Blaise, faisant parti du diocèse de Toul.

On trouve la première mention de Doulevant dans une lettre de l'abbé du Der en 1050 mais dès cette époque, il semble assez important et fut d'abord nommé Doulevant-le-Grand. On l'appela ensuite Doulevant-le-Château à cause de son ancien château-fort qui dominait le village à l'Est et qui fut pris et démantelé pendant les troubles occasionnés dans le royaume durant la minorité de saint Louis, roi de France. En 1218, la reine Blanche, régente du royaume, fit grâce aux rebelles après la victoire et permit de le rétablir tel qu'il était auparavant.

La seigneurie qui avait le titre de baronnie, appartenait en majeur partie à l'abbaye de Montier-en-Der et à plusieurs seigneurs dont Hilduin, fils d'Eudes-le-Champenois qui en fit don de son fief en 1115 à l'abbaye. La seigneurie échut ensuite toute entière à la maison de Joinville qui n'exerçait sur la Rivière-de-Blaise, avant le XIIIe siècle d'autres droits que ceux de gardes pour ladite abbaye. Plusieurs contestations avaient été réglées entre l'abbaye et les seigneurs de Joinville dont certaines par l'intervention des des Rois de France et des comtes de Champagne. Aucun acte de propriété ne fut établit avant 1214, date d'une transaction par laquelle Simon de Joinville donna le dénombrement de ce qu'il possédait dans la Rivière-de-Blaise et notamment à Doulevant-le-Grand, Doulevant-le-Petit et à Dommartin-le-Franc. Le premier de cette famille a porté le nom de seigneur de Doulevant est Erard, fils d'Ancel ou Anselme de Joinville. La plus ancienne preuve de possession par la maison de Joinville est un aveu de 1389 que Jean de Joinville fournit des fiefs de Doulevant et de Villiers-aux-Chênes à Ferri Ier de Lorraine.

Les habitants furent affranchis en 1358 par le comte de Vaudémont, seigneur de Joinville et de Doulevant.

Elle en fut détachée au XIVe siècle pour former l'apanage d'un cadet, puis elle passa par alliance à la maison de Saulx mais peu après, en 1437 elle fut vendue par Amé de SAULX à Antoine de VAUDEMONT, sir de Joinville pour la somme de 20 000 livres. Elle fut ainsi de nouveau rattachée au domaine de Joinville et y demeura annexée jusqu'à la Révolution.

Un second château fut construit sur les bords de la Blaise au début du XIVe siècle par Anselme de Joinville, fils de Jean, chroniqueur de la 7e croisade. Il était défendu par quatre tours et de profonds fossés. Il devint la résidence des cadets de la maison de Joinville.

En 1551, Thierri GILLOT, curé de Doulevant fonda dans le bourg un Hôtel-Dieu qui subsista jusqu'en 1695 où il fut rattaché à l'hôpital de Joinville.

En 1653, les Minimes furent établis à Doulevant par François CHARMOIS, officier du Roi et damoiselle Anne MISSIEU-de-LIONCOURT, sa femme.

Durant la campagne de France de 1814, Napoléon BONAPARTE fait prendre position au gros de son armée sur la route qui relie Saint-Dizier à Bar-sur-Aube et établi son quartier impérial le 24 mars à Doulevant-le-Château. Napoléon y passa toute la journée du 25 mars mais le 26 au matin, une vive attaque dirigée contre son arrière-garde le rappela vers Saint-Dizier que ces troupes venaient d'évacuer. Le 28 mars, Napoléon revient à Doulevant et s'arrête à 17h chez le notaire M. JEAUSSON, tué par un cosaque quelques jours auparavant. Il y trouve un courrier lui annonçant que les partisans des bourbons commençaient à s'agiter dans la capitale et que seul son retour pouvait prévenir la reddition de Paris. Il repart de Doulevant le lendemain matin à 2h30 pour Wassy.

Doulevant possédait sur la Blaise des usines à fer qui sont très anciennes et que l'on trouve mentionnées dès le XIVe siècle.

L'ancien château ne fut détruit qu'en 1850. Les maîtres de forges de la famille BERTHELIN firent construire en 1825 au Nord de Doulevant une demeure appelée "le château" sur les plans de l'architecte DUFOUR. Il fut inauguré en 1828 par Charles X. Il fut longtemps le lieu d'accueil des colonies de vacances d'EDF.


^ Sommaire

Histoire administrative

  • Administration ancienne (1789-1999)
  • souveraineté : 1789, royaume de France puis 1790, Haute Marne
  • département : 1793, Haute Marne puis 1801, Haute-Marne
  • district : 1793, Joinville
  • arrondissement : 1801, Wassy puis 1926, Chaumont et 1940, Wassy
  • canton : 1793, Doulevant puis 1801, Doulevant puis 1972, Blaiserives (fusion avec Villiers-aux-Chênes) et 1992, Doulevant-le-Château
  • municipalité : 1793, Doulevant
  • Administration actuelle (à partir de 1999)
  • région : Champagne-Ardenne
  • département : Haute-Marne
  • arrondissement : Saint-Dizier
  • canton : Doulevant-le-château


^ Sommaire

Patrimoine.png Patrimoine

L'église

Photos : S. Massé

L'église est dédiée à saint Louvent et a été bâtie à différentes époques : le sanctuaire date de 1354, le chœur et le transept sont du début XVIe siècle dans le style gothique flamboyant, les verrières et la nef de style classique du début du XVIIe siècle a été modifié au milieu du XIXe siècle.

La chapelle de Montonval

Il existait auparavant une chapelle dite aussi de Moitonval et qui était située dans la ferme du même nom. Elle dépendait de la principauté de Joinville et appartenait à l'abbaye d'Escurey, de l'ordre de Cîteaux. Cette chapelle, dédiée à saint Maclou, est détruite depuis longtemps.

Le couvent des Minimes

Les Minimes, déjà présents à Blaise depuis le XVIe siècle, furent établis à Doulevant-le-Château en 1653 par François Charmois, officier de la maison du roi, et damoiselle Anne Messieu de Lioncourt, sa femme. Ce couvent fut supprimé en 1778 et ses biens vendus en 1779 pour 35 940 livres. Ces derniers servirent à fonder l'école militaire de Brienne-le-Château dont les Minimes étaient les Directeurs.

Pictos recherche.pngDeux anciens couvents de Minimes dans le pays Blaisois par l'abbé C. Didier

L'ermitage

Il y avait dans les près, sur le territoire de Doulevant, du côté d' Arnancourt, un ermitage dit de Notre-Dame-des-Près. Le frère Jean-Jacques, connu dans le monde sous le nom de comte de Moret, y résida quelques temps en l'année 1661. Ce pieux ermite, se voyant assiégé par une foule de malades qui recouraient à son intercession, se transporta au diocèse de Reins puis de Langres. La maison de l'ermite était située, comme Doulevant, dans le diocèse de Toul mais le jardin de l'établissement était enclavé dans celui de Langres. Le premier ermite connu de Doulevant est le frère MACAIRE, qui vivait sur la fin du XVIe siècle et le dernier le frère DEMONGEOT. La chapelle de l'ermitage a été détruite à la Révolution et la statue de la sainte Vierge, qu'on y vénérait, a été transportée dans l'église paroissiale.

L'Hôtel-Dieu

L'hôpital de Doulevant fut fondé en 1501 par Thierri GILLOT, curé du lieu. Elle possédait une chapelle dédiée à saint Hubert. L'hôpital subsista jusqu'en 1695, époque où il fut réuni à celui de Joinville, d'après une mesure générale par laquelle tous les petits hôpitaux furent supprimés en France et leurs biens unis aux hôpitaux plus importants de la région.

L'école de filles

La paroisse possède une école de filles qui fut fondée par la commune en 1826 et dirigée par les sœurs de Portieux.

Les usines à fer

Doulevant possédait sur la Blaise des usines à fer qui sont très anciennes et que l'on trouve mentionnées dès 1395. En 1772, il existait une usine au lieu dit La forge, sur la route de Dommartin-le-Saint-Père, qui appartenait Mme BOURLON DE ROUVRE. Elle était composée d'un haut fourneau et d'une affinerie qui produisaient 100 tonnes de fer.

Durant le XIXe siècle, la forge appartenait à la famille Berthelin qui la reconstruisit entièrement vers 1815. En 1818, la production était de 450 tonnes de fonte et 250 tonnes de fer et nécessitait 1 350 tonnes de minerai lave et 1 100 tonnes de charbon de bois. En 1834 l'usine se composait d'un haut fourneau au charbon de bois, d'un bocard à laitiers et scories, de deux foyers d'affinerie au charbon de bois, d'un marteau de 350 kg et de cinq roues à godets force 21. Un second haut fourneau fut construit en 1837. En 1887, les BERTHELIN remplacèrent l'usine métallurgique par une distillerie. Au début du XXe siècle Simon GARNIER y installa une usine de petite métallurgie qui cessa toute activité dans la première moitié XXe siècle.

En 1818, l'usine compte 24 ouvriers internes, 11 minerons, 85 forestiers, 28 voituriers. En 1827, elle compte vingt ouvriers internes qui se répartissent en 7 ouvriers pour le haut fourneau et 13 pour l'affinerie dont 8 forgerons, 4 goujats et un remplisseur.


^ Sommaire

Repère géographique.png Repères géographiques

Doulevant-le-Château est situé dans la haute vallée de la Blaise, rivière longue de 85 km qui se jette dans la Marne.

Le long de la Blaise, il se situe en aval des villages d' Arnancourt, de Cirey-sur-Blaise, Bouzancourt, Daillancourt, Guindrecourt-sur-Blaise et de Blaise, et en amont de Doulevant-le-Château.

Doulevant-le-Château est situé à 42 km de l'abbaye de Clairvaux et à 22 km de Joinville.


^ Sommaire

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 617 643 708 617 662 700 707 704 770 673
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 702 716 704 685 698 655 611 580 552 550
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 529 445 465 486 478 472 411 404 433 461
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 - - - -
Population 442 455 448 444 - - - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2013


Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Photos

Photos : S. Massé

Cartes postales anciennes

Cadastre Napoléon


^ Sommaire

Familles notables.png Notables

  • Huber SAGET : né à Doulevant-le-Château et décédé à l’âge de 82 ans en 2009. Il a exercé une carrière militaire, médicale, universitaire et politique mais fut également historien. Il est titulaire d’un doctorat philosophie, de lettres et de médecine. Il a exercé comme médecin, a enseigné dans la Marne, a été directeur du département philosophique de la faculté de Reims, a été trois fois premier adjoint et maire en 1995 de Doulevant-le-Château, conseiller général de Haute-Marne. Hubert SAGET en tant qu’historien est l’auteur de plusieurs publications et détendeur de cinq prix. Hubert SAGET est chevalier de la légion d'honneur, officier de l'ordre national du mérite, officier des palmes académiques, médaille d'or des services militaires volontaires. Il a été également commandant ORAB (des Officiers de Réserve Adjoint au commandant de Base) de Saint-Dizier.

Sources : La Haute Marne
Ses chroniques : Chronique Histoire à Doulevant Info

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
- -  
- -  
- -  
- -  
- -  
- -  

Les Notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
Rodulphe (Rodulphus) 1126  
Huges 1140  
Nicolas 1179  
Hue ou Huard de Fays 1275  
Thierri GILLOT 1501 Fondateur de l'hôpital.  
Jean CHARMOIS 1610 Devait être natif de Doulevant et oncle de François.  
Jean de ROCQUENARD 1611  
BROCARD 1612  
Didier HUSSON 1623  
Nicolas PETIT 1646  
Nicolas de MAUBOUGE 1682 Où il meurt.  
Charles BERTAUT 1710 Où il meurt.  
PRÉVOST 1738  
Joseph DORÉ 1742  
Nicolas GIRARD 1755 Où il résigne au suivant, son neveu.  
Alexis GIRARD 1770 Assermenté.  
Paul PERRIN 1792  
Marie-David RAUSSIN 1803 Où il meurt.  
Pierre-Nicolas ANTOINE 1819 Où il meurt.  
François JACQUINOT 1833 Où il meurt.  
Charles-Germain AUBERT 1872  
Nicolas-Justin JACQUINOT 1874  
- -  
- -  
- -  
- -  
- -  

Sources jusqu'en 1874 : le tome 2 de la monographie des villages de Haute-Marne de l'abbé ROUSSEL.


^ Sommaire

Les soldats morts pour la France

Doulevant-Monuments aux morts.jpg
Monument aux morts
Photo : S. Massé

Liste des soldats morts pour la France à la guerre de 1914 - 1918

Doulevant-Monuments aux morts-2.jpg
Doulevant-Monuments aux morts-4.jpg
Monument aux morts
- vue de face -
Photo : S. Massé
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Octave PETIT 12/01/1884 03/08/1914 Soldat au 60e Régiment de Chasseurs à pieds.  
Paul BOURGEOIS 15/02/1876 03/03/1915 Soldat au 160e Régiment d'Infanterie.  
Georges RICHARD - 12/03/1915 Sergent.  
Louis VACELET 30/03/1880 18/03/1915 Capitaine au 160e Régiment d'Infanterie.  
Marcel HATIER 04/03/1888 12/05/1915 Soldat au 279e Régiment d'Infanterie.  
Léon MARCHAL - -  
Albert BELGRAND 2/01/1865 07/11/1915 Capitaine au 47e Régiment d'artillerie.  
Adolphe TORLOTTING 06/04/1865 16/07/1916 Commandant au 3e Zouaves.  
Georges LAURENT - -  
Louis CLÉMENT 05/11/1896 12/09/1916 Soldat au 110e Régiment d'Infanterie.  
Camille TRESSE 03/05/1893 01/04/1917 Caporal au 106e Régiment d'Infanterie.  
BEYL - - Sergent.  


^ Sommaire


^ Sommaire

Liste des morts pour la France pendant la guerre de 1939 - 1945

Doulevant-Monuments aux morts-3.jpg
Monument aux morts
- vue du coté gauche -
Photo : S. Massé
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Roger Jeanson -  
Louis Curel -  
André Verrat -  
Roger Bancelin -  


^ Sommaire


Autres liens : Mémorial-genweb.org


^ Sommaire


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie de Doulevant-le-Château

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin de 9h00 à 12h00 - - de 9h00 à 12h00 - - -
Après-midi - de 14h00 à 17h00 - de 14h00 à 17h00 de 14h00 à 17h00 - -
Commune.png

Mairie
Adresse : Rue Haute - 52110 DOULEVANT-LE-CHÂTEAU

Tél : 03 25 55 44 28 - Fax : 03 25 04 94 61

Courriel :

Site internet :

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : http://www.annuaire-mairie.fr ()

Horaires d'ouverture de la mairie de Villiers-aux-Chênes

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - - - - - -
Après-midi - - - de 14h00 à 16h00
en mairie de Doulevant
- - -
Commune.png

Mairie
Adresse : Mairie - 52110 VILLIERS-AUX-CHÊNES

Tél : 03 25 55 44 28 - Fax : 03 25 04 94 61

Courriel :

Site internet :

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : http://www.annuaire-mairie.fr ()


^ Sommaire

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  Doulevant-le-Château

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références


^ Sommaire

Blason de la Haute-Marne
Portail du département de la Haute-Marne
Blason de la région Champagne-Ardenne
Portail de la région Champagne-Ardenne



Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.