51612 - Vertus

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Vertus
Blason de Vertus
Blason de Vertus
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 51 - Blason - Marne.png    Marne
Arrondissement Blason de Châlons-en-Champagne    Châlons-en-Champagne (Préf.)
Métropole
Canton Blason de Vertus   51-29   Vertus
Code INSEE 51612
Code postal 51130
Population 2653 habitants (2006)
Nom des habitants
Superficie 3568 hectares
Densité 74,35 hab./km²
Altitude Mini: 98 m
Point culminant 247 m
Coordonnées
géographiques
4°00'12" E/48°54'16" N
Localisation (avant 2015)
51612 - Vertus carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Au sud de la côte des blancs, Vertus se blottit contre les derniers contreforts de l’Ile-de-France, que l’on distingue nettement aux lieux-dits « La Pierre aux Corbeaux » et aux « Falloises ». C’est de là que l’on découvre la plaine de Champagne dominée par la butte-témoin du Mont-Aimé (240 mètres).

Vertus est une ville très ancienne, dont le nom a été rapproché du latin Virtus désignant la « vertu » (la force virile) mais viendrait plutôt de celui d'un dieu gallo-romain, Virotus, assimilé à Apollon.

Au Moyen Âge, les Comtes de Champagne dotèrent Vertus de plusieurs monastères : la Collégiale St-Jean et les abbayes Saint-Sauveur, Saint-Martin (incendiée en 1167 et reconstruite plus tard en dehors de l’enceinte de la cité sous le nom de Notre-Dame). En 1080, on fortifia la ville par une ceinture de remparts.

La châtellenie de Vertus faisait partie de la dot d’Isabelle de France (fille de Jean le Bon). Ce roi ayant été fait prisonnier par les Anglais, les habitants participèrent au paiement de la rançon réclamée pour sa libération. En reconnaissance, il accorda à la Ville, en 1361, des armoiries (« d’argent au cœur de gueules traversé d’une flèche de sable ferrée au champ ») avec la devise » VIVIT POST FUNERA VIRTUS » (qui signifie : « le courage survit à la mort »).

(La ville de Vertus est jumelée depuis le 18 juin 1966 avec la ville allemande de Bammental, près de Heidelberg.)

Cette petite ville connut de nombreuses épreuves pendant la Guerre de Cent Ans. Vertus sera une des dernières villes à résister devant les Anglais, qui n’hésiteront pas à la brûler en 1380. Elle fut également cruellement touchée lors de la dernière guerre mondiale. Mais elle sait toujours rester fidèle à sa devise et renaître de ses cendres.

La mairie, ancienne Maladrerie, devenue plus tard le siège de « l’Institution des Dames Régentes » est, avec l’église, l’un des deux édifices qui montrent l’importance qu’avait, autrefois, ce bourg champenois.

Le touriste est charmé par une magnifique ceinture de promenades ombragées à l’emplacement des anciens remparts, dont la porte Baudet reste le seul témoin.

La ville a vu naître Eustache Deschamps (1344 - 1404), l'un des poètes français les plus féconds de la fin du Moyen Âge. Disciple et parent de Guillaume de Machaut, célèbre par sa poésie historique et satirique, souvent hostile aux femmes, il est aussi un de nos premiers grands poètes lyriques. Préoccupé comme son maître de théorie poétique, il est l'auteur d'un Art de dictier et de fere chançons, ballades, virelais et rondeaux qu'on peut considérer comme un des premiers Arts poétiques en français, bien avant celui de Thomas Sébillet.

Patrimoine.png Patrimoine

L’église Saint-Martin

L’église Saint-Martin de Vertus a la particularité d’être construite sur pilotis. Elle est bâtie sur une source qui alimente la pièce d’eau que l’on peut voir derrière l’abside, appelée « Puits Saint-Martin ». Le Puits Saint-Martin est d’ailleurs le point de vue le plus pittoresque sur l’église.

A cet emplacement, on suppose qu’il y avait déjà un lieu de culte gaulois. Nos pères en firent un temple chrétien quand la Champagne fut évangélisée (au IIIe siècle ou IVe siècle).

Aucun texte ne nous renseigne sur les origines de l’église. Elle abrita une abbaye de chanoines réguliers, sur les origines de laquelle nous ne sommes pas mieux renseignés. L’église resta affectée au seul culte paroissial, à la suite de l’incendie de 1167 et de l’installation, hors les murs, des chanoines dans l’abbaye Notre-Dame.

On peut admirer aujourd’hui cette splendide église dont il reste encore à l’heure actuelle des éléments appréciables : les cryptes, les transept, la 1ère travée du sanctuaire, les piliers de la nef, et la tour du clocher. Toutes les parties anciennes sont construites en pierre du pays, dite des « Falloises ».

De nombreux conflits éprouvèrent le bâtiment : des incendies, en 1167, en 1230, en 1380. Et l’usure du temps également obligea à de multiples restaurations. La partie la plus remaniée est la seconde travée du sanctuaire et le mur de chevet qui le ferme. Cela s’explique par les affaissements de la construction. En 1852, l’architecte chargé de la restauration eut la fâcheuse idée de faire disparaître une fort belle fenêtre du XVe siècle, placée dans le mur de chevet, afin de rendre l’ensemble de cette travée dans ce qu’il a cru être le « style primitif ».

L’église a surtout considérablement souffert de l’incendie des charpentes, en juin 1940. Dans cet incendie, l’église a perdu toutes ses toitures, le plafond de la nef (il n’y a pas de voûte), le clocher et ses trois cloches, ses grandes orgues (buffet du XVIIe siècle), la sacristie et tout le mobilier intérieur.

En 1942, on a refait les piliers de la nef. En 1951/1952, la couverture du sanctuaire et du transept. En 1953, réfection complète du mur nord de la nef. En 1955, couverture de toute la grande nef et des bas-côtés et refonte des cloches (dont deux dataient de 1595 et 1596).

Repère géographique.png Repères géographiques

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 1 860 2 559 1 958 2 129 2 277 2 221 2 200 2 340 2 430 2 399
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 2 469 2 458 2 520 2 529 2 529 2 694 2 781 3 000 3 116 3 148
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 3 003 2 972 2 671 2 573 2 499 2 373 2 472 2 617 2 663 2 835
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 2 837 2 495 2 513 2 653 2 472 3 330 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : INSEE & Cassini

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
- -  
- -  
- -  
- -  
Pascal PERROT 2001 - (2014)  
- -  

Cf. [ MairesGenweb]

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - ? - ? - ? - ? - ? - ? - ?
Après-midi - ? - ? - ? - ? - ? - ? - ?

Adresse de la Mairie
rue
Ville
Tél. : & Fax :
Pictos contact.png Courriel : [mailto: ]
( Source : [ Site] - Mise à jour : )

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  Histoire de Vertus

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Blason de la Marne
Portail du département de la Marne
Blason de la région Champagne-Ardenne
Portail de la région Champagne-Ardenne

Référence.png Notes et références