50419 - Quettreville-sur-Sienne Fiefs et Seigneurs

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


< Retour à Quettreville-sur-Sienne


Les fiefs de Quettreville

Ils appartenaient primitivement et majoritairement à la famille de Say. La baronnie de Say s'étendait sur plusieurs paroisses, comme Cérences, Cenilly, Guéhébert, la Haye-Comtesse, Hauteville-la-Guichard, le Lorey, Marigny, etc.. En effet l'alliance de Richard du Hommet avec Agnès de Say, fille de Jourdain de Say et de Luce de Remilly (fin du XIIe siècle) avait amené la réunion des baronnies de Say et de Remilly.

De nombreuses contestations virent le jour dans les siècles suivant. La principale concerne le patronage de la grande portion de l'église, ou encore du droit de sépulture dans le chœur près du maître-autel, entre le seigneur, tenant du baron de Gouville et la baronnie de Remilly ou Marigny. Des procès se tinrent de 1486 à 1657, au moins. Ces contestations avaient pour fondements la transmission de droits tenus de la baronnie de Say.

Nous pouvons émettre l'hypothèse que cette situation embrouillée est le résultat de partages (un démantèlement) de la baronnie de Say et non pas seulement la réunion de la baronnie de Say à la baronnie de Marigny d'où certains fiefs dans la mouvance de la baronnie de Gouville, d'autres dans la mouvance de la baronnie de Remilly ou Marigny.


L'état des fiefs du bailliage de Coutances, dressé dans le XVII° siècle, nous apprend qu'on comptait à Quettreville dix fiefs nobles :

  • Le fief et seigneurie de Quettreville
  • Le fief ou verge de Sainte-Marguerite
  • Le fief de Beaumont ou de l'Abbaye-Blanche.
  • La Hogue : extension de la seigneurie de La Hogue en Roncey.
  • Le fief de la Réauté.
  • Le fief des Loges.
  • Le fief de Sey ou Say.
  • Le fief de la Persillière
  • Le fief de Mesnil-Aubert
  • Le fief de Montauban-Say.


Le fief et seigneurie de Quettreville

Le fief et seigneurie de Quettreville, tenu de la baronnie de Gouville (en 1420, à Quettreville, manoir, colombier, moulins, viviers, domaine, patronage de la grande portion de l’église de Quettreville]. Il avait le droit à la présentation à la grande portion de l'église, droit qui donna lieu à de nombreuses contestations avec le marquis de Marigny, des procès se tinrent de 1486 à 1657, au moins ; Ces contestations avaient pour fondements la transmission de droits tenus de la baronnie de Say, baronnie avait été démantelée par suite d'héritages et dont nous n'avons pas trace. Le 14 octobre 1454 devant les tabellions de Trelly, Jean de Grimouville, baron de Gouville, fils de Jean de Grimouville et de Marie de Semilly, vend à Ursin d’Anneville et à Jeanne de Grimouville (sa sœur) la seigneurie de Quettreville[1]. En 1536, Jean d’Anneville, lieutenant général du bailli de Cotentin, en rend aveu ; vers 1600, il entre par héritage dans les possessions de la famille Davy. La seigneurie fut vendue à Julien Le Poupinel de la Besnardière, secrétaire du roi et conseiller au siège présidial de Cotentin, famille qui le conserva jusqu'en 1789.

Arrière-fief, franche vavassorie nommée le fieu d’Espromesnil, mouvant de la baronnie de Gouville, assis à Quettreville, tenu en 1399 par Fouquet de Beauchamp, puis ses héritiers : Jeanne de Hotot en 1420, puis Gauvain de La Haye en 1453. Il est vendu avant 1536 à Jean d’Anneville qui en rend aveu. En 1696, il est la propriété de Bon-Thomas Davy.

Arrière-fief d’Espromesnil, le fief du Cheval Male assis à Quettreville, tenu par Raoul Coursault, marié à Agnès de Percy dont une des filles Mariette Coursault épousa Jean d’Anneville, avocat du roi en la vicomté de Coutances, et en eut Ursin d’Anneville qui en rend aveu en 1453[2].


Le fief ou verge de Sainte-Marguerite

Il appartenait à la famille de Montgommery, seigneurs de Chanteloup.


fief de l'Abbaye-Blanche ou de Beaumont

Le fief de l'Abbaye-Blanche ou de Beaumont, appartenait aux religieux de ladite abbaye.


Le fief de la Hogue

Fief dépendant du fief de la Hogue en Roncey. Avant 1694, ses possesseurs rendent aveu à la baronnie de Marigny. En 1694, ce fief de la Hogue en Roncey semble amputé de ses extensions. Vers ces mêmes années, le fief de la Hogue en Roncey entre dans les possessions de la famille Brohon du fait du mariage en 1681 de Luce Hardoin avec Jacques Brohon. On peut émettre l'hypothèse que la succession au profit de Luce Hardoin, et de ses soeurs, a conduit au démantèlement du fief de la Hogue et le fief de la Hogue en Quettreville devient une entité autonome qui n'est plus dans la mouvance du marquisat de Marigny.


Le fief de la Réauté

relevant du fief de la Hogue


Le fief des Loges

relevant du fief de la Hogue


Le fief de Say ou Sey

Le fief de Say, ou Sey, relevé par 1/6e de fief de haubert, dont le chef était à Quettreville et dépendant du marquisat de Marigny. Après avoir appartenu à une époque indéterminée à François de Couvray, écuyer, il passa à Bernard Henry en 1575. Louis Henry, écuyer, sieur d'Anfernay, s'intitulant baron de, Say, vendit le 20 avril 1654, à Louis Berrier, chevalier, seigneur de la Motte, et à André de Launay, écuyer, sieur de la Normanderie, la seigneurie de Say. Il passa à Nicolas et ensuite à Louis de Grimoult, son fils, écuyer, sieur du Guesnay, puis à Michel le Quéru, écuyer, sieur de Corsin, à cause de dame Adrienne de Grimoult, fille et héritière de Louis de Grimoult[3].


Le fief de la Persillière

Le fief de la Persillière (dénommé la Pestellerie en 1610) était tenu de la baronnie de Say qui s'est fondue dans le marquisat de Marigny. En 1488, devant les assises de Coutances, Jacques de Grosparmy, seigneur d'Hérenguerville, reconnait que le fief de la Persilière relève de la baronnie de Marigny[4]. Par la suite (au moins de 1499 à 1690), il appartient à la famille de Faveries. Après avoir appartenu au XVIIe siècle à Nicolas de Garaby, il entre dans les propriétés de la famille Le Poupinel de la Besnardière.


Le fief de Mesnil-Aubert

Le fief de Mesnil-Aubert, assis à Quettreville, dépendant du marquisat de Marigny. Il devait au marquisat de Marigny reliefs, treizièmes., aides, sous-aides, etc., droit de garde noble, etc. Depuis le XVIIe siècle, il a appartenu successivement à René Lecointe, écuyer, sieur des Loges, Anne-Robert Lecointe, écuyer, sieur du Mesnil, Louis-François-René Lecointe , écuyer, son fils, sieur du Lorey, et messire Desfrênes de Mobecq, son gendre[3].


Le fief de Montauban-Say

Seigneurs et patrons de la paroisse de Quettreville

  • ... - 1454, famille de Grimouville.
  • 1454, Ursin d’Anneville époux de Jeanne de Grimouville, fille de Jean de Grimouville et de Marie de Semilly.
  • 22 septembre 1506 Jean d'Anneville, seigneur de La Baleine, Quettreville et Lingreville.
  • 1585, Adrien d'Anneville, seigneur de La Baleine, de Quettreville et Ivoy.
  • 1611, 1622, noble homme Bernard Davy, sieur et patron de Quettreville, rendait aveu à la baronnie de Gouville pour la terre, fief et seigneurie de Quettreville.
  • 4 juillet 1657, Charles Davy, chevalier, seigneur de Quettreville.
  • 1709, Bon Thomas Davy.


Référence.png Notes et références

  1. Fonds Michel Lepesant (AD50 284 J 39, fiches par fiefs), Notariat de Coutances, inventaire des papiers de Gratot, 1778
  2. Dom Lenoir, t. 9, p. 284
  3. 3,0 et 3,1 Charles Fierville, "Étude historique sur le marquisat de Marigny", Imp. Daireaux, Coutances, 1874, p. 84 et s.
  4. Bibliothèque de Coutances, Ms 11, p. 1504-1505.