50311 - Le Mesnil-Garnier

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Le Mesnil-Garnier
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 50 - Blason - Manche.png    Manche
Arrondissement Blason Coutances-50147.png    Coutances (S-Préf.)
Métropole
Canton Blason en attente.png   50-14   Gavray
Code INSEE 50311
Code postal 50450
Population 223 habitants (2009)
Nom des habitants Les Mesnil-Garnierais
Superficie 1041 hectares
Densité 22 hab./km²
Altitude Mini: 73 m
Point culminant 166 m
Coordonnées
géographiques
48.865833° / -1.308333° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
50adm MesnilGarnier.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Cette terre appartenait à la famille Thieuville, seigneurs du Mesnil-Garnier. Cette famille donna à l’église deux évêques (Coutances et Avranches) et deux abbesses à l’abbaye royale de la Trinité à Caen. Par le mariage de Catherine de Thieuville avec Olivier Mauny, baron de Thorigny, elle échoira dans la famille de Matignon. En 1600, elle est vendue à Thomas Morant, seigneur d'Esterville et de Champrepus. La terre s'étend sur les paroisses de Mesnil-Garnier, Mesnil-Hue, Champrepus, La Trinité, Bourguenolles et ailleurs. En 1606, la terre est érigée en baronnie en y incorporant les terres de Champrépus. En 1659, la seigneurie est transformée en marquisat. Elle comprenait une dizaine de fiefs, en dépendait la sergenterie d'épée de Chalons, qui s'exerçait sur onze autres paroisses.

Le marquisat passa ensuite dans les mains de la famille de Montaigu puis à la mort de Sébastien de Montaigu en 1715 dans la famille de Georges de Poilvilain, seigneur des Cresnays, du fait de son mariage avec Gaude de Montaigu, sœur de Sébastien de Montaigu[1].


Marianne.jpg Histoire administrative

Sous l'Ancien Régime, la paroisse dépendait de la sergenterie de Chaslon, de l'élection de Coutances, de la généralité de Caen.

La paroisse dépendait du bailliage de Coutances, du grand bailliage de Cotentin.

Le marquisat

La terre de la seigneurie[2] s'étend sur les paroisses de Mesnil-Garnier, Mesnil-Hue, Champrepus, La Trinité, Bourguenolles et ailleurs. En 1659, la seigneurie est transformée en marquisat. Un grand, bois taillis, situé sur la paroisse de Soulles en dépend[3].


Topo.jpg Toponymie

Attestations anciennes : vers 1210, Apud Mesnil Garneri[4].


Les États Généraux de 1789

  • Tiers-état, Députés : Jean BRIENS, laboureur ; Guillaume-Toussaint DANIN, laboureur.
Pictos recherche.png Lire le cahier ...


Notice de 1854

Le Mesnil-Garnier, Mesnilum Garini, Mesnllum-Garnerii.

L'église appartenait primitivement à la période romane...

Pictos recherche.png Lire l'article de M. Renault de 1854 ...


Patrimoine.png Patrimoine

L'église

L'église



Elle est placée sous le vocable de Sainte Anne. Elle était de patronage laïque.

De l'ancien édifice, il ne reste qu'une porte en plein cintre ornée de têtes grossières (certainement du XIIIe siècle). L'essentiel de la construction est du XIVe siècle et le clocher du XVIe siècle.

Cette paroisse dépendait de l’archidiaconé du Val de Vire et du doyenné de Gavray.



Le château

Le pavillon du château

Sa construction est due à Thomas Morant, chevalier, sieur d’Éterville, intendant de Louis XIII, conseiller d’État et maître des requêtes, vers 1620. En voici sa description : « Bâti dans une vallée (celle du ruisseau des Nouailles ou des étangs du Mesnil-Garnier, petit affluent de la Bérence), entouré d'étangs et de futaies, le château du Mesnil-Garnier comprenait un corps principal, avec avant-corps élevé surmonté d'un dôme ; aux extrémités deux pavillons d'une hauteur de quarante mètres environ ; puis des ailes en retour d'équerre. Le tout, occupant une superficie de 8 000 m², était entouré de fossés larges et profonds, creusés dans le roc et remplis d'eau. Devant le pavillon central, un pont de pierre avait été jeté sur les douves larges de vingt mètres, mais n'en occupait que les deux tiers de la largeur, un pont-levis et des meurtrières percées dans les murailles assuraient la défense du château en temps de guerre.

En face du pont un large espace séparait le château des colombiers, entre lesquels s'élevait la grille d'entrée, dont les piliers sont encore intacts. Enfin, autour d'un rond-point se dressaient des chênes séculaires et une magnifique avenue de hêtres aujourd'hui abattus. Cinq autres avenues donnaient accès au château, d'où dépendaient plusieurs belles futaies[5] ».

Dans "Généalogie de la famille de Morant", par Albert Bruas, on lit :
L'acquéreur de 1600, Thomas Morant avait fait, aussitôt après son acquisition, construire sur cette terre un superbe château, "l'un des plus considérables de la généralité de Caen, et qui lui coûta plus de 500 000 livres." Bâti dans une vallée, entouré d'étangs et de futaies, le château du Mesnil Garnier comprenait un corps principal, avec avant corps élevé et surmonté d'un dôme ; aux extrémités, deux pavillons d'une hauteur de 40 m environ, rappelant l'architecture d'un des pavillons du château de Blois ; puis des ailes en retour d'équerre. Le tout occupant une superficie de 8 000 m² était entouré de fossés larges et profonds, creusés dans le roc et remplis d'eau. Devant le pavillon central, un pont en pierre avait été jeté sur les douves larges de 20 m mais, il n'en occupait que les deux tiers de la largeur ; un pont levis et les meurtrières percées dans les murailles assuraient la défense du château en temps de guerre. En face du pont, un large espace séparait le château des colombiers, entre lesquels s'élevait la grille d'entrée dont les piliers sont encore intacts. Enfin, autour d'un rond-point, se dressaient des chênes séculaires et une magnifique avenue de hêtres aujourd'hui abattue. Cinq autres avenues donnaient accès au château, d'où dépendaient plusieurs belles futaies. Non loin de là était la splendide forêt de Gavray.

Les appartements étaient ornés de superbes boiseries en chêne et chacun avait un parquet différent d'un remarquable travail. Les murs du château ont été rasés à la hauteur du premier cordon de granit au-dessus du sol, ce qui permet encore de se rendre compte de la construction édifiée par Thomas Morant. Un document permet aussi d'en apprécier l'importance : la vente des matériaux de démolition qui, en raison du mauvais état des routes en 1795, ne devaient avoir que peu de valeur, a produit 75 000 livres. Avec les débris de la démolition, on éleva au milieu de l'enceinte du château une habitation moderne sans style ni caractère.

De 1768 à 1789, le château appartient à Sébastien de Poilvillain, comte de Cresnay. Ensuite, c'est la famille Cambioso, de Gênes, qui l'achète. En 1795, pour éviter la réfection de la toiture, le château est démoli hors le pavillon de gauche. En 1828, le général de Bonnemains s'en porte acquéreur.


Le couvent

Les dominicains sont arrivés au Mesnil-Garnier à partir de 1620, il y ont fondé un monastère. La construction des bâtiments s'étira entre [[1630] et 1645. En 1793, l'Église conventuelle fut rasée.

On lit dans "Généalogie de la famille de Morant", par Albert Bruas : À 800 m du château était un couvent de Dominicains, qui avait été construit en 1619 par Thomas Morant et qui, lui aussi n'existe plus. Il avait été édifié avec les pierres provenant des fonds des douves et avec des blocs de granit amenés de carrières éloignées. Autour d'une cour intérieure s'étendait un cloître en granit avec voute en plein centre, qui supporte le premier étage. La révolution détruisit une partie du couvent : le surplus existait encore il y a vingt ans (NDLR : en 1892) en bon état. Mais son dernier propriétaire, par une bizarre idée que peut seule expliquer son état maladif avait ordonné dans son testament de tout raser, et cette condition insensée a malheureusement été trop fidèlement exécutée. Dans ce couvent avait été enterrés plusieurs membres de la famille de Morant, notamment Thomas, 2e du nom et en 1785, la marquise de Morant. C'était le lieu de dépôt des titres et archives de la famille. À gauche du couvent se trouvait l'église, abattue lors de la révolution. La tour seule avait été respectée: mais, en 1868, elle aussi a été démolie. Un caveau creusé sous cette tour servait à la sépulture des moines, dont les tombes furent bouleversées en 1793. Le tableau qui ornait le maître autel et qui a parait-il une valeur artistique, est maintenant dans l'église du Mesnil Amand.


Industrie.jpg L'activité économique

Les foires

Foire de 1 jour, le deuxième vendredi d’octobre ; elle date du 31 juillet 1806. On y vend quelques bestiaux, beaucoup de fil et de filasse[6].


Démographie.png Démographie

Vers 1660, la paroisse compte 177 feux[7].

Année 1794 1800 1806 1820 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 731 734 862 850 840 870 847 802 782 720
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 713 683 658 633 607 587 548 524 511 508
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 471 426 430 463 477 448 402 359 332 303
Année 1982 1990 1999 2009 2011 2016 2021 - - -
Population 256 260 233 223 232 230 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2015 & 2016.

50311 Population graphe jtt.png



^ Sommaire


Repère géographique.png Repères géographiques

Les communes limitrophes du Mesnil-Garnier sont : Le Mesnil-Villeman, Gavray, Montaigu-les-Bois, La Bloutière, Fleury, Champrepus.


Illustrations - Photos anciennes.png En photos


Familles notables.png Notables

Personnalités

Famille de Morant

Recherche de Amédée-Casimir Du Buisson de Courson, "Recherches nobiliaires en Normandie, par un gentilhomme normand, sous-préfet et antiquaire. 1866-1876", Caen : impr. de Le Blanc-Hardel, 1876. Voir p. 367 et s.


Pierre Bonnemains (vicomte de)

Né à Tréauville en 1773, décédé maire du Mesnil-Garnier le 9 septembre 1850. Général de division sous le 1er Empire, Son nom est inscrit sur l'arc de triomphe de l'Étoile, à Paris. Pair de France (1845-1848). Grand officier de la Légion d'Honneur. Commandeur de l'ordre de Saint-Louis. Chevalier de la Couronne de Fer. Grand-Croix de Saint-Ferdinand d'Espagne et de l'épée de Suède. Député de la Manche (1830-1831 ; 1837-1845). Conseiller Général des cantons de Villedieu-les-Poêles et la Haye-Pesnel de 1840 à 1848 (un seul représentant pour les deux cantons).

Pictos recherche.png en savoir plus ...


Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
- -  
- -  
- -  
MAUGER 1831 - 1837  
Pierre de BONNEMAINS 1837 - 1850 Général de division, Pair de France, ancien député.  
- -  
- -  
- -  
Jules CANU 1945 -  
- -  
Marcel LEFEVRE - en 1978  
- -  
Annick VILLAIN 2001 - Agricultrice, réélue en 2008, en 2014  
- -  


Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- Mai 1676 -  
- -  
- -  
Jacques-Philippe MAUGER 1772 - an XIII Mai 1676 – décembre 1905, lacunaire, 5 E 3718 à 4003  
Gabriel-Christophe-Alexis MAUGER 1805 - 1818 lacunaire  
Jean-Philippe MAUGER 1818 - 1836  
Alphonse FONNARD 1836 - 1876  
Alphonse-Hyacinthe FONNARD 1877 - 1905 Collection détruite en 1944  


Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Eustache-François HINET - doyen de Gavray en 1778  
- -  


Liste des titulaires de la Légion d'Honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
François Guillaume Achille LE BIEZ 09/02/1815 31/12/1890 Granville Chevalier en date du 16/4/1887, Conservateur des hypothèques, Premier adjoint au maire de Granville  
Georges Joseph CADET 11/12/1893 -  


Morts des guerres 1914-1918 / 1939-1945

Pictos recherche.png Consulter la liste ...


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - - 9h00 - 12h00 - - -
Après-midi - 14h00 - 17h00 - - - - -
50311 MesnilGarnier mairie.JPG

Mairie en 2009
Adresse : Le bourg - 50450 Le Mesnil-Garnier

Tél : 02 33 51 08 20 - Fax :

Courriel : mairie.lemesnilgarnier@wanadoo.fr

Site internet :

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : (4/2011)


Dépouillements des registres paroissiaux

Registres de 1646 à 1665, de 1680 à aujourd'hui (lacunes : 1681-1682, 1711, 1736).

Dépouillements du CG50 :

  • 1641 - 1802 (BMS)
  • 1803 - 1812 (BS)
  • 1813 - 1905 (NMD)
  • 1676 - 1792 (CM)

(mise à jour décembre 2009)


Les dispenses de consanguinité

Elles sont disponibles aux archives départementales de la Manche à Saint-Lô ou encore aux archives diocésaines de Coutances (sur rendez-vous).


Pictos recherche.png La liste concernant la commune ...


Les recherches de noblesse

Pictos recherche.png voir ...


Remarques

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Bernard BECK, « Gavray – Hambye » OCEP Coutances, 1975
  • Albert BRUAS, « Les de Morant, barons et marquis de Mesnil-Garnier » Angers, Imprimerie Lachèze et Dolbeau, 1892
  • J. FREMIN, « L'histoire du couvent dominicain du Mesnil-Garnier, dans le Cotentin » Annales de Normandie, 1995, vol. 45, no4, pp. 419-430
  • Françoise LAMOTTE, « Les records de mariage du Mesnil-Garnier au 18e siècle », Revue du département de la Manche, n° 108, 1985

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Notice de l'abbé Masselin sur les Cresnays dans Mémoires de la Société archéologique d'Avranches 1892-1893, t. 11, p.261 et s.
  2. Abbé Masselin, op. cit.
  3. Abbé Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, 1770, t. 6, p. 865 et t. 4, p. 663.
  4. F. de Beaurepaire, "Les noms des communes et anciennes paroisses de la Manche", Paris 1986, p. 154.
  5. Revue Héraldique. Tome XXII. N* 2, 1906, page 87.
  6. Annuaire du département de la Manche, 1833, p. 122.
  7. Abbé Expilly, op. cit.


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.