50278 - Le Loreur

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Le Loreur
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 50 - Blason - Manche.png    Manche
Métropole
Canton Bréhal (Canton 50 03)

Blason Bréhal-50076.png   50-06   Bréhal (Ancien canton)

Code INSEE 50278
Code postal 50510
Population 216 habitants (2009)
Nom des habitants les lorois
Superficie 323 hectares
Densité 52 hab./km²
Altitude Mini: 54 m
Point culminant 121 m
Coordonnées
géographiques
48.869444° / -1.431111° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
50adm Le Loreur.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Topo.jpg Toponymie

Formes anciennes : ecclesia de Loratorio, 1162 ; Le Lorroor, 1253 ; Loreor, 1280, pouillé ; Loreour, 1394, Notes de Léopold Delisle.

L’oratoire : Du latin oratorium (ancien français oreur), oratoire. Dans l’oreur, l’article a été agglutiné au nom, d’où loreur puis avec à nouveau l’article le Loreur[1].


Marianne.jpg Histoire administrative

La commune a été rattachée au canton de Cérences pendant la période révolutionnaire.

Sous l'ancien Régime[2], en 1789, la paroisse dépendait de la sergenterie Drouard, de l'élection de Coutances, de la généralité de Caen.

La paroisse dépendait du bailliage de Coutances, du grand bailliage de Cotentin.

La paroisse dépendait de la châtellenie de Hambye.

Les fiefs

Sous l'ancien Régime, la paroisse comptait 4 fiefs nobles : le fief du Poirier ; celui des Ressources, extension de la baronnie de Bréhal appartenait au prince de Monaco, seigneur de Bréhal, qui possédait aussi des fiefs à Hambye, à Bourey ; les deux fiefs de Gastigny et de la Beslière, qui étaient réunis dans la main de Luc Fr. Leboucher de Valléfleurs, seigneur de la paroisse, membre de l'assemblée d’élection et du bureau intermédiaire[3].

La seigneurie du Loreur est achetée par Pierre du Breuil, écuyer, sieur de la Réauté à Noble dame Marie-Anne Néel, veuve de Georges du Tertre, écuyer, seigneur de Mallouey et de la Morandière le 17 août 1700[4].

La seigneurie du Loreur est achetée par Jean-André Le Boucher, sieur de Gastigny, bourgeois de Granville à Roger-André du Breuil le 3 février 1748[5].

Le fief du Poirier

Il relevait des religieux du Mont-Saint-Michel et de la baronnie de Saint-Pair.

Lors de la succession, en 1767, de Bonne-Catherine-Françoise Brohon, épouse de Philippe-François de Mary, la terre du Poirier au Loreur échoit à son fils Anne-Jean-Maximin, appelé Maximin de Mary[6].

Le fief de Brae

Franche vavassorie qui relevait de la baronnie de Say ou de Marigny. Ainsi dans le dénombrement des arrières-fiefs de la sergenterie Guillot Pierres en 1327 : Fouques de Beauchamps, écuyer, tient en la paroisse de Loreour une vavassorie qui est tenue de monsieur Ricart de Courcy[7]. (baron de Rémilly et Marigny) et aussi en tient un acre en la paroisse de la Meurdraquière, qui est tenue de Guillaume de Braé, et valent les deux de revenu 4 livres. En 1785, le Journal et papier-cueilloir de Marigny dit que les héritiers de messire Raoul de Beauchamps, chevalier, doivent à cause de cette vavassorie, tenue noblement à gage-plège, cour et usage, au terme de la St-Michel, 10 sols, à la mi-carême, 5 sols, droit de garde noble, relief, treizièmes, aides, etc[8].

Note : Il existe aussi un fief dénommé Gastigny à Saint-Pair. Luc-François Leboucher de Vallesfleurs, écuyer, était marié avec Marie Rosalie Tanquerey de la Mombrière (1747-1819). Cette dernière est enterrée dans l'église de Saint-Pair où sa dalle est toujours visible.


Les Etats Généraux de 1789

Les cahiers de doléances

Nombre de feux : 47

Députés : Antoine-Nicolas TANQUEREY (1731-1800), laboureur ; Pierre GRANDIN (1747-1829), laboureur.

Extraits des cahiers :

Art. 3 : Qu'il soit aussi par eux représenté à Sa Majesté que la paroisse est surchargée de rentes seigneuriales, payables tant en argent qu'en grain, à trois seigneurs différents; deux laïques et un ecclésiastique ; que ces rentes, pour la plus grande partie, sont dues par des personnes peu aisées qui se trouvent en grand nombre dans ladite paroisse, que ces rentes sont payées sans aucune diminution au profit des redevables...

Art. 4 : Lesdits habitants désirent encore qu'il soit représenté pour eux à sa Majesté qu'ils payent, comme tous les fidèles sujets de Sa Majesté, leur cotisation pour l'entretien des grandes routes, et que cependant ils [n'] en tirent que peu d'avantages desdites grandes routes, parce que les chemins vicinaux qui conduisent auxdites grandes routes sont impraticables pour eux les trois quarts de l’année, quelquefois l’année entière si le haut, de l’été n’est pas très sec ; que cependant ce n'est qu'à l’aide de grandes routes qu'ils peuvent se procurer la graisse de mer si nécessaire pour fertiliser leurs terres et les mettre en état de produire des grains de bonne qualité ; que cette graisse se prend à Granville et à Bricqueville ; qu'iceux habitants désireraient donc que Sa Majesté fût suppliée pour eux, que les chemins qui conduisent depuis l'église de cette dite paroisse du Loreur jusqu'au village du Repas, et depuis la susdite église jusqu’audit lieu de Bricqueville fussent mis en bonne et due réparation...

Pictos recherche.png Lire le cahier ...


Nobles possédants fiefs
  • Luc-François Le Boucher de Valléfleurs, seigneur du Loreur, Gatigny et du fief de La Beslière[9].


Fragments

Pendant la guerre 1939-1945, une batterie de DCA était installée entre la ferme de la Boulaye et le Viverot.


Patrimoine.png Patrimoine

L'église

L'église

Elle est placée sous le vocable de Notre Dame. La présentation à la cure était laïque. La présentation et le patronage à la cure était alternative entre les héritiers des Paynel, seigneurs de Hambye et les tenants du fief de Gatigny (à cause des fiefs du Loreur et de Gatigny)[10].

La tour est carrée et terminée par un toit en bâtière. Statues du XVIIe siècle et du XIXe siècle inscrites à l'inventaire des objets classés. Le chœur[11] a été reconstruit au XVIIe siècle. Il porte la signature de Maitre Gaspard Bazire, curé bâtisseur, en 1627. La nef, les chapelles, la sacristie et la tour clocher (entre 1715 et 1719) le seront au XVIIIe siècle.

Sous l'ancien régime, cette paroisse dépendait de l’archidiaconé de Coutances ou de la chrétienté et du doyenné de Saint-Pair.

De 1803 jusqu’en 1820, la paroisse fut annexée à Bourey. Elle sera rétablie à titre de succursale par une ordonnance du 12 janvier 1820. Le dernier curé résidant est l'abbé Mathurin Pellé (1852-1925), il sera resté curé de la paroisse pendant 22 ans. Il est enterré dans le cimetière (voir photo dans la galerie). C'est durant son ministère que les vitraux seront rénovés, un de ceux-ci l'ayant été par ses soins. Après cette date (entre 1920 et 1925), l'administration de la paroisse sera assurée par le curé de Saint-Sauveur-la-Pommeraye.


La croix de cimetière : trois emmarchements, dé dont deux angles abattus sont décorés de fleurs de lys en bas-relief, fûts à pans coupés et croisillon à embranchements circulaires.


Pour en savoir plus : Objets d'art, Patrimoine de la Manche


Pictos recherche.png Visiter la galerie photo...


Blason

L'église



Le blason placé sur le mur de la sacristie représente les armes de la famille Le Boucher de Vallesfleurs, seigneurs de la paroisse et dont plusieurs membres seront maires de Granville au XVIIe et XVIIIe siècles.

"En ove, armorié d'argent, à un chevron d'azur et trois têtes de bouc cornées en meuble."

Le château

Le cadastre de 1827, dans la feuille B2, près du village des Bourey répertorie des ruines du château de la Boulaye. L'existence d'un château a été oubliée des vieux Lorois.


Démographie.png Démographie

Année 1794 1800 1806 1820 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 228 298 289 306 316 322 344 348 335 312
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 303 316 320 315 303 314 274 276 256 234
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 217 177 206 212 188 207 201 218 203 164
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 166 167 177 178 239 - - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006 & 2011

50278 Population graphe jtt.png


Pictos recherche.png analyse de l'évolution démographique du Canton ...


Repère géographique.png Repères géographiques

Localisation

Sur les cartes :


Les communes limitrophes du Loreur sont : La Meurdraquière, Saint-Sauveur-la-Pommeraye, Hudimesnil, Bourey ancienne commune aujourd'hui rattachée à Cérences, Ver.


Le Loreur est situé à l'intersection de deux routes.

La première allant du Repas à Cérences (aujourd'hui la D35), une ancienne voie romaine allant de Rennes (Condate) à Avranches (Legedia), Coutances (Cosedia Constantia) puis Valognes (Alauna). Selon Emile Vivier[12], cette voie aurait emprunté d'anciennes pistes gauloises, les romains en transformant quelques-unes en routes, en les pavant de larges dalles assurant ainsi leur solidité et leur durée. Encore en quelques endroits, elle porte le nom de « Chemin Perré » ou de "chemin Chaussé". De plus D. Levalet[13] rapporte qu'en 1835 au Repas près de la très ancienne chapelle placée sous le vocable de Saint Denis, furent trouvées des poteries et des monnaies romaines, des tuiles rouges à rebord, et des tombeaux qui ne renfermaient plus que des cendres.

La seconde allant de Bréhal au Mesnil-Rogues (D20). Voici ce qu'en disaient les paroissiens de Chanteloup en 1789[14] : "... La plupart d'entre eux sont encore assujettis à une espèce d'impôt qui ne leur est pas moins à charge que les précédents. Cette paroisse est traversée d'une vieille route allant du grand chemin de Bréhal au Loreur et au bourg de La Haye-Pesnel. Cette grande route est extrêmement fréquentée dans tout le cours de l'été ; il y passe chaque jour plus de deux cents charrettes attelées de six, huit et dix bêtes, et six à sept cents chevaux de somme des paroisses voisines.

Toutes ces voitures étrangères à la paroisse de Chantelou portent annuellement des quantités prodigieuses de fagots aux salines de Bricqueville-près-la-Mer, pour la fabrication du sel blanc, et en rapportent de la tangue ou sable de mer pour engraisser les terres ; d'autres portent des bois de construction à Granville et en reviennent chargées d'écallin ou écailles d'huîtres pour le même usage. Dans les moindres saisons de pluies, ces chemins sont défoncés et coupés en un jour par les ornières profondes qui s'y font, parce que cette route est assise sur un sol partie sablonneuse et partie argileuse, et les réparations que l'on y fait le matin sont disparues le soir.

Ce sont cependant les malheureux bordiers de cette route qui sont obligés de les entretenir, malgré la disette des pierres dans le canton..."


^ Sommaire


Procès-verbal de délimitation (1827)

Procès-verbal de délimitation du territoire de la commune du Loreur et de sa division en section.

L’an mil huit cent vingt six le trente et unième jour du mois d’aoust, nous, géomètre en chef du département de la Manche, chargé de procéder, conformément aux instructions, à la reconnaissance des lignes de circonscriptions des communes du canton de Bréhal nous sommes transportés, accompagnés du Contrôleur des contributions directes, au chef-lieu de la commune du Loreur en la mairie, où nous avons trouvé M. Antoine François Tanqueray, Maire de ladite commune, lequel a successivement appelé sur le terrain les propriétaires "du coin ?" pour servir d’indicateurs nommés par lui, ainsi que les maires, Adjoints et indicateurs des communes ci-après désignées, convoqués et rassemblés pour constater contradictoirement la démarcation du territoire du Loreur.

Pictos recherche.png Lire la suite - Procès-verbal de délimitation ...


^ Sommaire

Hydrographie

Les ruisseaux du Bidel, d'Equilbec, du Poirier.

Lieux-dits, noms de villages

Selon le cadastre de 1827.

Section de la Planche du Poirier (A):

La Maison Neuve, Maison Colombier, la Croix, les Clos Sas, la Planche du Poirier, le Bouillon, le Ménage Bidel, le Poirier, le Petit Poirier, la Mancelière, le Ménage Vivien, La Déroserie.

Section du Bourg (B):

La Boscherie, l'Oiselière, le Village aux Renoufs (ou les Nouilleries), le Hamel, le Village Bregeaux, la Boulaye, Village des Bourey, Village des Huets, Village des Lair, les Hauts-Vents, Village Rosey, Jambe de Loup, Village Collet (la Filouserie), les Longs Champs, la Mazardière, la Murie,

Les villages en italique ne subsistent pas.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Pictos recherche.png Visiter la galerie photo...



Familles notables.png Notables

Seigneurs et patrons de la paroisse

  • 1578, Christophe de Sainte-Marie, seigneur du Boisfrou, du Tanu, Anctoville, Le Loreur[15]
  • 1711, Louis-Robert DU BREUIL de LA RÉAUTÉ, avocat au siège présidial de Cotentin à Coutances
  • 1789, Luc-François LE BOUCHER de VALLÉFLEURS, armateur à Granville


Les capitaines de la paroisse

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Philippe LE MUEY - Sieur de la Murie (1651-1712), en 1712  
Nicolas LE MUEY - Sieur de la Murie (1685-1766), en 1719  
- -  


Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- - -  
Jacques BOUSSEY 23/11/1792 - 02/1794 (1758-1815)  
Antoine LEMUEY 02/1794  
- - certainement Jacques Boussey de 1796 à 1800  
Jean COURTOISE 1800 - 1808 (1780-1848)  
Antoine-François TANQUERAY 1808 - 1846 (1780-1846), dénommé Antoine-Thomas en 1808 et 1809 mais signature identique à Antoine-François  
Victor Charles COLETTE 1846 - 1849  
Victor-Honoré BOUSSEY 1849 - 1859 (1809-1861), Cultivateur  
Pierre-Marie TANQUERAY 1859 - 1898 (1819-1898), Cultivateur  
Aimable-Maria HIROU 1899 - 1904  
Victor Marie DUVAL 1904 - 1910 (1870-1910)  
Auguste HUE 1910 - 1913  
Prosper COUILLARD 1913 - 1925  
Pierre DUBOURG 1925 - 1935  
Désiré LEGALLAIS 1935 - 1945  
Auguste BOUILLET 1945 - 1947  
LEGALLAIS 1947 - 1953  
Marcel MORIN 1953 - 1995  
Chantal GALLIER 1995 - 2001  
Patricia LECOMTE 2001 - (2020) réélue en 2014  


^ Sommaire

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
Pierre LE SAUNIER - en 1607  
Gaspard BAZIRE - en 1653, inhumé le 4 février 1674  
- -  
Gilles DU MESNIL BERARD DE LA CHEZE 1679 - 1711 ou DE LA CHAISE, (1644 à Saint-Louet-sur-Sienne - 6/2/1711 au Loreur)  
Pierre DU MESNIL BERARD DE LA CHEZE 1712 - 1735 (vers 1675-1735) inhumé au Loreur le 22/06/1735, neveu de Gilles  
François-Pancrace DU BREUIL 1735 - 1765 Sieur de Glatigny ou de Gatigny, inhumé le 3 janvier 1765 dans le choeur de l'église  
Guillaume Philippe DES PORTES 1765 - 1777 inhumé le 5 janvier 1777 dans le chœur de l'église  
Jean-François FOLLAIN-BAPRÉ 1777 - 1822 Né à Granville en 1744  
Louis SIMONNE 1822 - 1848 Né à Orval en 1786  
André GOMBERT 1848 - 1851 Né au Val-Saint-Père en 1808  
Amant Constant VIVIER 1853 - 1871 Né à Dangy en 1811  
Louis BOCHET 1871 - 1886 Né à Saint-Nicolas-près-Granville en 1819  
Mathurin PELLÉ 1887 - 1909 (1852 à Plouasné (Côtes-du-Nord)-1925), entrée en fonction le 1er janvier 1887, transféré à Montchaton en 1909, inhumé dans le cimetière du Loreur[16], dernier curé du Loreur  

Depuis 1909, la paroisse a été administrée par les curés de Saint-Sauveur-la-Pommeraye jusqu'en 1952, de Cérences en 1952-1953, de nouveau Saint-Sauveur-la-Pommeraye en 1953-1954, puis Cérences jusqu'en 1958, puis Ver jusqu'en ...

Liste des titulaires de la Légion d'Honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Florentin Alexis Benony LE MUEY 04/03/1804 17/08/1859 Chevalier en date du 2/12/1831, ancien Dragon au 12° Régiment  
Charles Antoine TANQUERAY 03/02/1816 -  

Source : Base Léonore

Morts des guerres 1914-1918/1939-1945

Pictos recherche.png Consulter la liste ...


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - 9h30 - 12h30 - - - - -
Après-midi - - - - 13h30 - 16h00 - -


LeLoreur mairie.JPG

Mairie
Adresse : 29 rue de la Liberté - 50510 Le LOREUR

Tél : 02 33 51 01 80 - Fax :

Courriel : mairie.leloreur@wanadoo.fr

Site internet : Site de la communauté de communes

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : ()


Dépouillements des registres paroissiaux

Registres : de 1673-1720, 1728-1729, 1731 à aujourd’hui.

Dépouillements du CG50 : 1673 à 1792 (M)

Dépouillements sur le Net en accès libre : Bases généalogiques de la Manche 1673 à 1792 (M).

(mise à jour octobre 2009)

Les dispenses de consanguinité

Elles sont disponibles aux archives départementales de la Manche à Saint-lô ou encore aux archives diocésaines de Coutances (sur rendez-vous).


Pictos recherche.png La liste concernant la commune ...

Archives notariales

Le Loreur ne possède pas de notariat, ses habitants utilisaient les services des notaires de Cérences ou de Bréhal, de Granville, voire de Montmartin.


Patronymes


Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • RENAULT, Revue monumentale et historique de l’arrondissement de Coutances, « Annuaire du département de la Manche » 1854 et additifs de 1861.
Pictos recherche.png Lire la notice...
  • "Cahiers de doléances du bailliage du Cotentin" Emile BRIDEY, Paris 1907


Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. François de BEAUREPAIRE, "Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche", Picard, Paris, 1986 ; René LEPELLEY, "Dictionnaire étymologique des noms de commune en Normandie", éditions Charles Corlet / Presses Universitaires de Caen.
  2. Ch. Fierville, Etude historique sur le marquisat de Marigny, extrait du premier volume des Mémoires de la Société Académique du Cotentin, 1874, Daireaux Imprimeur, Coutances, p.2. référence au recensement que Foucault, intendant de la généralité de Caen, fit faire à la fin du XVII° siècle.
  3. Renault, Revue monumentale et historique de l’arrondissement de Coutances, dans Annuaire du département de la Manche, 1854 et additifs de 1861.
  4. Acte devant les tabellions de Coutances, Fonds Michel Lepesant (AD50 284 J 39, fiches par fiefs), Arch. Seine-Maritime, II B415, pièce 120, f. 368-369.
  5. Acte devant les notaires de Granville. Fonds Michel Lepesant (AD50 284 J 39, fiches par fiefs), Arch. Seine-Maritime, II B415, pièce 124, f. 376-379.
  6. "Une famille normande à travers mille ans, histoire généalogique de la famille de Mary", p. 309, pp. 334 et 335, acte de partage du 18 janvier 1766 fait à Paris.
  7. Dubosc, Fiefs des vicomtés de Coutances et d’Avranches au XIX° siècle, dans Notices, Mémoires et documents publiés par la Société d’Agriculture, d’Archéologie et d’Histoire Naturelle du Département de la Manche, Vol 2, 1864, pp. 173-194
  8. Ch. Fierville, "Étude historique sur le marquisat de Marigny", Imp. Daireaux, Coutances, 1874, p. 89.
  9. Procès-Verbal de l'assemblée des Trois ordres du grand bailliage de Cotentin, Imprimerie Joubert, Coutances, 1789.
  10. Bibliothèque de Coutances, Ms. 26.
  11. Panneau d'information dans le cimetière.
  12. "Anciens grands chemins de l’Avranchin" Emile Vivier dans la Revue de l’Avranchin et du Pays de Granville, tome XXXIII, N° 199, juin 1954.
  13. D. LEVALET, "Le Repas : une station routière gallo-romaine" dans Annales de Normandie Janvier 2006.
  14. Emile BRIDREY, « Cahiers de doléances du bailliage du Cotentin, les Etats généraux de 1789 », Imprimerie Nationale 1907 - 1912 . Le Procès-verbal d'assemblée de la paroisse de Chanteloup en 1789.
  15. Fonds Michel Lepesant (AD50 284 J 39, fiches par fiefs).
  16. Archives paroissiales du Loreur (AD Manche 300 J 98, Fonds Georges Cadel, Archives Diocésaine de Coutances aux AD 313 J 816).