50197 - Gavray

De GeneaWiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour

Gavray
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Région (+) Région - Blason - Normandie.png    Basse-Normandie
Département 50 - Blason - Manche.png    Manche
Arrondissement Blason Coutances-50147.png    Coutances (S-Préf.)
Métropole
Canton Blason en attente.png   50-14   Gavray
Code INSEE 50197
Code postal 50450
Population 1359 hab. (2009)
Nom des habitants Les Gavrayens (nes)
Superficie 2060 hectares
Densité 70 hab./km²
Altitude Mini:
Point culminant 186 m
Coordonnées
géographiques
-01°20'56"E/48°54'38"N
Localisation (avant 2015)
50adm Gavray.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Topo.jpg Toponymie

Du point de vue étymologique, Gavray représente une formation latine en –etum composée à partur du thème prélatin vabr / wabr, qui semble avoir eu un sens forestier… La forme Gavray dénote d’une évolution phonétique de type francien, la version normande est représentée par Vauvray à Montaigu-la-Brisette[1]….

Attestations anciennes : 1042, Wavreti[2]. 1166, turrim de Guavreio[3]


Le Mesnil-Bonant, attestations anciennes : vers 1280, Mesnillo Borlenc[1].

Le Mesnil-Hue, attestations anciennes : vers 1210, Mesnil Hugonis[1].


Marianne.jpg Histoire administrative

La commune est le chef-lieu d'un canton de 13 communes et 5 128 habitants, dans l'arrondissement de Coutances.

En 1972, Gavray fusionne avec les communes du Mesnil-Bonant et du Mesnil-Hue.

En l'an III, la commune de Gavray est augmentée de Gavray-Village et de la paroisse Saint-André-du-Valjouais. Gavray-village faisait partie de la paroisse de Gavray, mais il avait un rôle d’impôts séparé.

Sous l'Ancien Régime, les paroisses appartenaient au bailliage principal de Coutances. Elles dépendaient de l'élection de Coutances, de la généralité de Caen. Gavray appartenait à la sergenterie de Gavray, Saint-André-du-Valjouais à la sergenterie de Saint-Gilles, Mesnil-Hue à la sergenterie Chaslon, Mesnil-Bonant à la sergenterie Petuce.

Au Moyen Âge, Gavray était le siège d'une vicomté créé au temps du duché de Normandie, au XIe siècle. La châtellenie de Gavray dépendait du domaine royal.


La sergenterie de Gavray

Elle était le siège d'une sergenterie[4] qui était composée du bourg de Gavré (Vicomté, Maréchaussée, Caserne) et du village de Gavré. Ces paroisses ressortissaient de l'élection de Coutances, de la généralité de Caen.

La sergenterie Pétuce

Cette sergenterie[5] était composée de deux paroisses : Grimesnil, Mesnil-Bonant. Ces paroisses ressortissaient de l'élection de Coutances, de la généralité de Caen.


Le doyenné de Gavray

Le doyenné de Gavray dépendait de l’archidiaconé du Val de Vire, ainsi que les doyennés du Hommet, de Landelles (devenu Tallevende puis du Val de Vire), de Montbray, de Percy, de Saint-Lô.

Le doyenné de Gavray comptait 29 paroisses[6] : Le Mesnil-Garnier, Gavray, Ver, La Meurdraquière, Le Mesnil-Rogues, Villedieu, Saultchevreuil, Le Valjouais, Saint-Denis-le-Gast, La Baleine, Le Mesnil-Hue, Le Mesnil-Villeman, Montaigu-les-Bois, Lorbehaye, La Haye-Comtesse, Sourdeval, Champrepus, Fleury, La Bloutière, Hambye, La Lande-d’Airou, Le Mesnil-Bonant, La Haye-Pesnel, Folligny, Le Tanu, Équilly, Le Mesnil-Amand, Dracqueville, Beauchamps.

Note : Le Valjouais, Mesnil-Hue, Mesnil-Bonant font maintenant partie de Gavray

Pictos recherche.png Visiter la page...

Le protestantisme

Au temps de l’édit de Nantes le « colloque » du Cotentin, comprenait onze églises protestantes dont : Gavray, Bricqueville-sur-Mer, Cérences, Bréhal et Chanteloup[7]


Brèves

En 1675, dans un état des écoles primaires du diocèse de Coutances, il est précisé qu'il n'existe qu'une école, une école de filles pour les 29 paroisses[8].

L’école des garçons (deux classes a été construite en 1894)[9].

En 1896, on a planté des tilleuls à l’emplacement de l’ancienne église[10].

Les Etats-généraux en 1789

Gavray-village

Députés : Jean-Michel GUIDON, laboureur ; Jacques-François DANIEL, laboureur.

Pictos recherche.png Lire le cahier ...

Gavray

Députés : Jean-Jacques-Nicolas GUISCHARD, vicomte de Gavray ; Jacques Michel Jean LE CERVOISIER, avocat ; Jean-Richard LE TENNEUR, avocat ; Charles-François-Alexis LE MAITRE DE LA MORTIERES, avocat.

Pictos recherche.png Lire le cahier ...

Saint-André-du-Valjouais

Députés : M° François-Charles ANQUETIL, laboureur ; Thomas LE BALNOIS, laboureur .

Pictos recherche.png Lire le cahier ...

Mesnil-Bonant

Députés : François-Antoine LE FEVRE Relierie, avocat ; Louis-Gorges-François GOSSE, laboureur

Pictos recherche.png Lire le cahier ...

Mesnil-Hue

Députés : Thomas LE FEVRE, avocat ; Julien-René MORIN, laboureur.


1939-1945

La commune est libérée le 30 juillet 1944,lors de la percée d'Avranches effectuée par la IIIème armée du général Patton.

A la fin de la guerre, Gavray est déclarée commune sinistrée. Elle se dote d'un plan d'aménagement avec périmètre de reconstruction.

Le 11 novembre 1948, la commune se voit attribuer la Croix de guerre avec étoile de bronze : "Village à demi détruit pendant la bataille de Libération et dont la population a accepté ce sacrifice avec courage et abnégation."


Notices

En 1764

GAVREY[11], bourg, en Normandie, diocèse & élection de Coutances, parlement de Rouen, intendance de Caen. On y compte 117 feux pour le bourg & 114. feux pour le village de Gavrey. Ce bourg, chef-lieu d'une sergenterie & d'un doyenné, avec titre de vicomté, etc. est situé sur la rivière de Sienne, qui passe au milieu du bourg, & où il y a un pont, à 3 lieues. & tiers S. S. E. de Coutances, & 4 N. E. de Grandville. Il s'y tient un grand marché tous les samedis, & plusieurs foires dans l'année. Il y a beaucoup de Chaudronniers, & de Sassiers qui font des sas de toute façon pour passer la farine. C'est le commerce du bourg & des environs, où il se débite aussi quantité de crin, qui est envoyé hors du pays. Le doyenné de Gavrey, le sixième de l'archidiaconé de Val-de-Vire, comprend 13 paroisses. Le terroir des environs abonde en grains & principalement en pâturages.

Mesnil-Bonant compte 89 feux et Mesnil-Hue 95 feux.

En 1838

Le château de Gavray était jadis du domaine de la couronne. Peu après la mort de Guillaume le Conquérant, le plus jeune de ses fils fortifia vainement ce château, qu’il perdit avec tout le Cotentin. Cette place conserva longtemps son importance. En 1322, Philippe le Bel y fit enfermer Blanche, épouse du prince Charles, son fils, convaincue d’adultère. En 1328, Gavray fut cédé à Jeanne de Navarre, mère de Charles le Mauvais, à titre d’indemnité. Vers le milieu du XIV° siècle, le roi de Navarre en fit augmenter les fortifications, et cette place devint une des plus fortes de la Normandie.

Gavray fit une longue résistance à du Guesclin. Le commandant d’Evreux s’y était renfermé, bien résolu de s’y défendre jusqu’à la dernière extrémité. Le siège traînait en longueur, lorsque le gouverneur étant allé imprudemment avec une chandelle allumée dans une tour où étaient les poudres, le feu y prit et le tua avec ceux qui l’accompagnaient. Cet accident jeta la consternation dans la place et accéléra la reddition. Les trésors du roi de Navarre y étaient déposés. Il y avait, en outre, trois couronnes fort riches et quantité de pierreries qui avaient appartenu aux rois de France. On remit ces trésors au sire Bureau de la Rivière, et le château fut démantelé. Depuis lors, il a été si complètement démoli, qu’il en reste à peine quelques traces.

Commerce considérable de toiles de crin. Les communes voisines en fabriquent annuellement plus de 50 000 douzaines. Elles sont ordinairement tissées par des femmes. L’exportation s’en fait jusqu’à l’étranger[12].


Patrimoine.png Patrimoine

Les églises

L'église de Mesnil-Bonant
L'église de Mesnil-Hue



Les paroisses de Mesnil-Bonant, Mesnil-Hue, Saint-André-du-Valjouais dépendaient de l’archidiaconé du Val de Vire et du doyenné de Gavray.

Pictos recherche.png Visiter la page...



La mairie

La mairie de Gavray


Cet édifice était le siège de l'ancienne vicomté. Il a été construit au début du XVIII° siècle par les vicomtes Guichard.

Les halles

Les halles en 2008



Site du château ducal

Ruines aménagées. Surplombant la bourgade, au‑dessus d'un gué de la Sienne, au carrefour des routes qui, de Caen et du Nord Cotentin, menaient vers le Mont Saint‑Michel et la Bretagne, sa situation en faisait un point stratégique.

Pendant tout le Moyen Age, Gavray abrita une garnison, sous l’autorité du pouvoir en place dans la région : les Normands d’abord, puis les Français, les Navarrais, les Anglais ; son rôle fut particulièrement important pendant la guerre de Cent Ans où il fut assiégé deux fois par les troupes françaises.

Il fut certainement construit dès la première moitié du XI° siècle. C’est en 1091 que le château fait son apparition dans un texte : Henri, troisième fils de Guillaume le Conquérant, en lutte contre ses deux frères, fortifie Gavray, en même temps que d’autres places-fortes comme Avranches, Cherbourg et Coutances.

Après 1450, le château n'a plus aucun intérêt stratégique et son rôle est extrêmement modeste. Il est restauré en 1459 et abrite une garnison jusqu’au début du XVIIe s., date à laquelle il est vraisemblablement désaffecté.

Pictos recherche.png en savoir plus ...


Le Valjouais

Ancienne paroisse rattachée à la commune à la Révolution.


Industrie.jpg L'activité économique

En 1851, il y avait 197 cultivateurs, en 1911, seulement 46 cultivateurs[14].

Depuis fort longtemps, on fabrique à Gavray des toiles de crin. C’est un travail qui s’effectue à domicile. En 1913, une quarantaine d’ouvrières y sont encore occupées[15].

Les foires

Foire Saint-Luc

Foires de 1 jour, les lendemain du dimanche de la Trinité, les premiers samedi de chaque mois. Foire de 5 jours le 18 octobre. Elles datent du 31 juillet 1806. On y vend des bestiaux en grande quantité, des grains et autres denrées. Celle du lendemain de la Trinité et surtout celle du 18 octobre sont très considérables ; les autres ne sont que de forts marchés[16].

Leopold Delisle précise : Richard Cœur-de-Lion y possédait trois foires. Mais en 1198, elles ne furent d’aucun profit, à cause de la guerre qui désolait le pays. Le comte de Mortain, Jean, plus tard, Duc de Normandie et Roi d’Angleterre, venait de dévaster les moulins de Gavrai – En 1395, Raoul Chaalon prenait 42 deniers de rente sur la foire Saint-Lucas à Gavrai[17].

Démographie.png Démographie

50197 Population graphe jtt.png


Pictos recherche.png Lire la suite ...

Sommaire

Repère géographique.png Repères géographiques

Les communes limitrophes de Gavray sont : Lengronne, Saint-Denis-le-Gast, La Baleine, Sourdeval-les-Bois, Montaigu-les-Bois, Le Mesnil-Garnier, Le Mesnil-Villeman, Le Mesnil-Amand, Ver.

Les villages

Les Bains, la Grosse-pierre, la lande Saint-Luc, Saint-Jean, le Valjoie, Village Amiot, Saint-André, la Viberdière, le bourgneuf, le Beauguislain, les Barrières-Guichard, la Seyère, la Parisière, la Pélavière, la Blinière , l’Hotel-Busnel, Le Bindaux, le Graillon, l’Hotel-Hulmel, la Forêt[18].


Illustrations - Photos anciennes.png En photos


Familles notables.png Notables

Les personnalités

Armand LEBAILLY

Armand-Emmanuel LEBAILLY, fils d'un tailleur, est né à Gavray le 22 avril 1838 et mort à Paris le 6 septembre 1864. Il repose dans le cimetière de Gavray.

En 1851, il entre au séminaire. Ayant quitté celui-ci, il devint maître d'études, puis correcteur d'imprimerie à Caen et rédacteur d'une feuille locale. Il rejoint ensuite Paris.

En 1860, sa première poésie est publiée chez Garnier frères : Italia mia, petit volume de vers dédié à Venise, que M. Legouvé prit sous son patronage, et pour lesquels il écrivit une touchante préface qui lui porta bonheur. Selon Gustave Vapereau dans l'année littéraire et dramatique de 1861 : le manuscrit fut recueilli dans une de nos salles d'hôpital, sous l'oreiller d'un jeune malade. Italia mia, composé d’une quarantaine de pièces, ayant la plupart pour sujet la nation italienne, ses malheurs et sa gloire, les hommes qu’elle a produits de Cincinnatus à Garibaldi, et célébrant la civilisation et la liberté... Il eut, au bout de quelques mois, les honneurs de la réimpression, le volume de M. Lebailly méritait cet accueil par la vérité du sentiment. L’année suivante, Lebailly dédia à la presse française et étrangère, qui soutient la cause des peuples, les Chants du Capitole (1861, in-16), petit volume de trente-cinq pièces de vers inspirés des mêmes élans de liberté et de patriotisme, portant pour épigraphe :

Poête, je donne des ailes

Aux faibles de l’humanité,

Je n’aime que la liberté

Et ses trois couleurs immortelles.

En 1863, il publia, dans la collection du bibliophile français, deux petits volumes elzéviriens, sur un poète aussi célèbre par les malheurs de sa vie que par son talent : Œuvres inédites d’Hégésippe Moreau, avec introduction et notes (in-16 de 128 pag.), et Hégésippe Moreau, sa vie et ses œuvres, même format, de 124 pages, plaidoyer chaleureux et convaincu en faveur de l’homme et de son œuvre. Il donna, dans la même collection, une monographie de Madame de Lamartine (1864, in-16). En même temps, il fournissait à divers recueils des articles de critique littéraire ; mais, malgré sa grande jeunesse, et malgré toute sa verve, la misère et la phtisie le conduisirent d’hôpital en hôpital. En janvier 1864, il était à l’Asile de Vincennes ; en septembre il s’éteignait à l’hôpital Necker, âgé seulement de vingt-six ans. La Société des gens de lettres, dont il n’avait pas eu le temps de se faire recevoir membre, exauça le dernier vœu du pauvre poète ; elle arracha à la fosse commune, où il avait été déposé, le corps de Lebailly, et le fit transporter à Gavray. Lebailly a dû en grande partie l’adoucissement de ses dernières heures à M. Louis Ratisbonne, qu’il a, par reconnaissance, fait son légataire.

"Ainsi quand je mourrai, recueillez ma poussière ;

Mettez-la sur mon seuil pendant une heure ou deux,

Puis vous la porterez, sans croix et sans bannière,

Près du tronc du vieux chêne ; elle y dormira mieux."

Jean Jacques LEDURIER

Né en 1803 à Gavray (Manche). Domicile : à Paris. Profession : maçon.

Nature des faits : blessé de février 1848. Nature de la demande : secours. (F/1dIII/92)[19].

Bernard BECK

Né à Gavray en 1914, mort à Granville le 21 avril 2009. 1969 et 1974, Secrétaire général de l'Elysée pendant l'intérim d'Alain POHER ; 1978-1982, Premier président de la Cour des Comptes ; 1990-1994, maire de Granville. Frère d'Auguste BECK médecin et Conseiller Général de Gavray.


Les seigneurs

Au XVIIIe siècle, la seigneurie de Saint-André-du-Valjouais appartenait à la famille de Bérauville.

Les maires

Gavray
Prénom(s) NOM Mandat Observations
Jean-Michel GUIDON 1789 - 1791  
Jacques DURVILLE 1791 - 1794  
Julien LEMOINE 1794 - 1796  
Jean-François PEROTTE 1796 - 1799  
Jacques-Michel LESERVOISIER 1799 - 1801  
Jean-François PEROTTE 1801 - 1830  
Adolphe LEFEBURE 1830 - 1851 notaire, (26 germinal an III - 19/4/1851)  
Julien-Edouard LEFEBVRE-GOSSET 1851 - 1878 (-1889)  
Alexis GROUD 1878 - 1884  
Frédéric GRITTON 1884 - 1892  
Albert DURVILLE 1892 - 1895  
Constant FAUVEL 1895 - 1919  
Timothée LEMOINE 1919 - 1933  
Léon NEEL 1933 - 1935  
Timothée LEMOINE 1935 - 1945  
Raoul CANUET 1945 - 1959  
André BOHUON 1959 - 1961  
Roland VAUDATIN 1961 – 1979  
André LE ROUX 1980- 1995  
Guy NICOLLE 1995 - Agent d'assurances, conseiller général, réélu en 2008  
- -  

Sommaire

Le Mesnil-Bonant
Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
LEFEVRE - en 1830  
DESVAGES - en 1837, 1840  
- -  
Aimable François LEMAITRE 1860 - 1871  
Charles Constant MICHEL 1871 - 1878  
Eugène Louis DESVAGES 1878 - 1887  
Marin BOISNEL 1887 - 1901  
Jean FREMINE 1901 - 1911  
François DESVAGES 1911 - 1929  
Georges DESVAGES 1929 - 1972  
Le Mesnil-Hue
Prénom(s) NOM Mandat Observations
Thomas LEFEBURE - avocat  
- -  
FOSSEY - en 1830  
LE PELLETIER - en 1837, 1840  
- -  
COUVERT - entre 1914 et 1918  
- -  
- -  
- -  

Sommaire

Les conseillers généraux

Pictos recherche.png Liste en page Canton de Gavray

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
Charles LEFEBURE père an VI - 1821  
Adolphe LEFEBURE 1822 - 1842 maire de Gavray  
Gilles-Aimable PAING 1842 - 1867  
Louis-Paul HUREL 1867 - 1871  
Julien-Cyrille GUERNIER 1871 - 1907  
Timothée LEMOINE 1907 -1954  
André GESMIER 1955 - 1971  
Maurice CHOPIN 1971 - 1987  
Yves LEBARBEY 1987 -  
- -  


Les archives pour la période d'Ancien Régime ont été détruites en 1944.

Liste des titulaires de la Légion d'Honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Jean-François GUIDON 24/6/1779 - Chevalier en date du 1/10/1807 (sous-lieutenant à Austerlitz), Officier en date du 20/11/1813 (blessé à Leipzig), Major d'infanterie au 72° régiment de ligne  
Etienne-Léon VIBERT 26/12/1781 -  
Jean-Pierre-Antoine GUILLARD 29/05/1783 09/08/1842 à Vire Chevalier en date du 12/3/1814, Caporal au 28° régiment d'infanterie de ligne, ouvrier-sabotier au Gast en 1818  
Julien-Edouard LEFEBVRE 15/02/1790 26/11/1889 Chevalier en date du 14/8/1867, maire de Gavray  
Léon-François-Marie PERROTTE 26/10/1823 16/12/1880 Chevalier en date du 22/8/1871, Médecin major à la Garde mobile de la Manche, médecin de l’hôpital d'Avranches  
Félix-Jean CLEMENT 21/06/1827 21/05/1890 Chevalier en date du 4/9/1870, sergent au 65° de ligne  
Noël GUESNON 25/12/1829 Mesnil-Bonant 15/05/1909 Avranches Chevalier en date du 12/7/1880, lieutenant au 133° de ligne  
Charles-Louis CUREAU 07/11/1844 02/11/1920, Bourg (Ain) Chevalier en date du 29/12/1887, officier en date du 6/11/1907, Chef de bataillon  
Léon-Gilles DESFEUX 26/03/1867 01/10/1923 Chevalier en date du 12/7/1910, Capitaine au 17° escadron du train des équipages  
Edmond-Victor-Joseph DHELLIN 31/07/1880 07/03/1923 Cherbourg Chevalier en date du 16/6/1920, pharmacien aide-major à la 24° section des infirmiers militaires  

Morts des guerres 1914-1918 / 1939-1945

Pictos recherche.png Consulter la liste ...


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives


Documents numérisés


Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 09H00 - 12h00 09H00 - 12h00 09H00 - 12h00 09H00 - 12h00 09H00 - 12h00 09H00 - 12h00 -
Après-midi 13h30 - 17h00 13h30 - 17h00 13h30 - 17h00 13h30 - 17h00 13h30 - 17h00 - -


50197 - Gavray Mairie.JPG

Mairie
Adresse : Place de la Mairie - 50450 Gavray

Tél : 02 33 91 22 11 - Fax :

Courriel : mairie@gavray.net

Site internet : site de la mairie

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : ()

Dépouillements des registres paroissiaux

Collections :

  • Saint-André-du-Valjouas : 1700-1709, 1741-1758, 1760-1794, 1797-1798
  • Gavray : 1737-1741, 1770 à aujourd’hui
  • Le Mesnil-Bonant : épaves en 1698, 1706 à 1972 (lacunes : 1711)
  • Le Mesnil-Hue : 1753, 1793-1798, 1800 à aujourd’hui

Dépouillements

du CG50 :

  • Saint-André-du-Valjouas : 1700-1792 (BMS) (lacunes : 1710-1740)
  • Gavray : 1737 à 1808 (M) (lacunes de 1742 à 1759)
  • Le Mesnil-Bonant : 1706 à 1792 (BMS)
  • Le Mesnil-Hue : 1753 - 1802 (BMS)


en accès libre : Bases généalogiques de la Manche :

  • Saint-André-du-Valjouas : 1745 à 1789 (M)
  • Gavray : 1737 à 1808 (M) (lacunes de 1742 à 1759)
  • Le Mesnil-Bonant : 1706 à 1792 (BMS), registres de catholicité : 1806-1880 (M)

(mise à jour janvier 2010)


Les dispenses de consanguinité

Elles sont disponibles aux archives départementales de la Manche à Saint-Lô ou encore aux archives diocésaines de Coutances (sur rendez-vous).


Pictos recherche.png La liste concernant la commune ...


Patronymes

Remarques

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Renault, Revue monumentale et historique de l’arrondissement de Coutances, « Annuaire du département de la Manche » 1854 et additifs de 1861.
Pictos recherche.png Notice sur Gavray
Pictos recherche.png Notice sur Saint-André-du-Valjouais
Pictos recherche.png Notice sur Mesnil-Bonant
Pictos recherche.png Notice sur Mesnil-Hue
  • Fernand VATIN, "Le Château de Gavray et la châtellenie de Gavray, des origines à nos jours", A. Lejeune, Saint-Lô, 1937
  • Chanoine L. BLOUET, "Pour le centenaire d'Armand Lebailly (1838-1864), le poête romantique du Val-de-Sienne", Revue du département de la Manche, t. 6, Fasc. 24, oct. 1964, p. 228
  • Bernard BECK, "Gavray – Hambye" OCEP Coutances, 1975
  • Etienne LE GUELINEL, "Le manoir de la Chesnonnière au Mesnil-Hue", Annuaire des cinq départements de la Normandie, congrès de Granville, 1988
  • Jocelyne LEPARMENTIER, "Le Château de Gavray : histoire et visite du site archéologique" Eurocibles Marigny, 2004
  • Jacky BRIONNE, "La chapelle Saint-Jean-Baptiste" Viridovix N° 28 Coutances, Juin 2008
  • Charly GUILMARD, "La vicomté-mairie de Gavray" Viridovix N° 28 Coutances, Juin 2008
  • "Inauguration du monument aux morts de Gavray", La Croix de la Manche du samedi 30 septembre 1920, reproduction dans La voix du patrimoine de Sienne, 2009, No 18

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Sommaire

Référence.png Notes et références

  1. 1,0, 1,1 et 1,2 F. de Beaurepaire "Les noms des communes et anciennes paroisses de la Manche", Paris 1986, p. 121, 153, 154
  2. F. de Beaurepaire, ref. Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XXXVI, Caen, 1961
  3. F. de Beaurepaire, ref. : Robert de Torigny p.j. 21
  4. Claude-Martin Saugrain, Nouveau dénombrement du royaume, par généralitez, élections, paroisses et feux, 1735.
  5. Claude-Martin Saugrain, op. cit.
  6. Abbé LECANU, « Histoire du diocèse de Coutances et d’Avranches », Coutances, 1878, page 96 et suivante (t. 2).
  7. Jacques-Alfred Galland, Essai sur l’histoire du protestantisme à Caen et Basse-Normandie de l’édit de Nantes à la Révolution, 1898, p. 64
  8. Annuaire du Département de la Manche, 1854, p.328.
  9. A l’occasion des conférences pédagogiques les instituteurs et institutrices étaient invités à faire porter leur réflexion sur un sujet fixé à l’avance et à mettre en commun leurs contributions remises à l’inspecteur primaire sous forme de mémoires ou de notes. En 1913, ils sont invités à constituer une monographie de géographie locale de la commune où ils exercent (AD 50, 124 J).
  10. Conférences pédagogiques des instituteurs et institutrices de 1913, op. cit.
  11. Abbé Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, 1764, t. 3, p. 582 et t. 4 p. 663.
  12. Guide pittoresque du voyageur en France, tome V, 1838, Firmin-Didot frères, Paris, p. 31
  13. Fonds iconographique Geneanet, cartes postales
  14. Conférences pédagogiques des instituteurs et institutrices de 1913, op. cit.
  15. Conférences pédagogiques des instituteurs et institutrices de 1913, op. cit.
  16. Annuaire du département de la Manche, 1833.
  17. Notes sur les anciennes foires de la Manche de Léopold Delisle dans Annuaire de la Manche, 1850.
  18. Conférences pédagogiques des instituteurs et institutrices de 1913, op. cit.
  19. Centre Historique des Archives Nationales, Récompenses Honorifiques : Insurgés de 1848 F 1d III 83 à 98, Inventaire-index par Monique Mayeur, 2001.

Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie GeneaWiki.