50123 - La Chapelle-en-Juger

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour

La Chapelle-en-Juger
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 50 - Blason - Manche.png    Manche
Arrondissement Blason Saint-Lô-50502.png    Saint-Lô (Préf.)
Métropole
Canton Blason Marigny-50292.png   50-21   Marigny
Code INSEE 50123
Code postal 50570
Population 656 habitants (2009)
Nom des habitants Les Chapelais(es)
Superficie 1500 hectares
Densité 39 hab./km²
Altitude Mini:17 m
Point culminant 112 m
Coordonnées
géographiques
-° / -° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
50adm ChapelleEnjuger.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

La Chapelle-Enjuger : Enjuger c’est le nom du fondateur de la paroisse, Enjuger (Ingelgerus) de Bohon. En 1060, Onfroi de Bohon fonda un prieuré à Bohon sous la dépendance de Marmoutiers, et lui confia la desserte des deux églises de Saint-Georges et de Saint-André. En 1175 (environ) Enjuger, petit-fils d’Onfroy, et Richard de Saint-Vigor, autre petit-fils ou peut-être neveu, complétèrent la fondation de leur grand parent, en dotant le prieuré. Entre autres propriétés, Enjuger de Bohon lui aumôna celle de sa chapelle, à charge de desserte. Or, le prieuré de Bohon n’a pas cessé jusqu’en 1790 d’être seigneur, patron, desservant et gros-décimateur de la Chapelle-Enjuger. Il n’y a donc pas d’équivoque, ni lieu d’élever un doute[1].


Juillet 1944, l'opération Cobra

Le 25 juillet, la commune s'est trouvée au centre du corridor de bombardement de l'opération Cobra (Montreuil-sur-Lozon, la Chapelle-Enjuger, Hébécrevon). Cette opération conçue par le général Omar Bradley, commandant de la 1re armée, devait détruire toute défense et ouvrir une brèche devant permettre aux unités de s'engouffrer et faire sauter le verrou qui bloquait la progression des armées américaines. Pour ce faire, la tactique du Carpet bombing ("tapis de bombes") fut employée. 4 000 tonnes de bombes seront lâchées ce jour là soit 60 000 bombes sur une surface de 12 kilomètres carrés. Le village de la Chapelle-Enjuger est entièrement détruit.

L'opération est un succès permettant d'effectuer une percée vers le sud.

Coté allemand, Paul Carrell[2] rapporte : Le maréchal Von Kluge exige que la ligne de Périers-Saint-Lô soit tenue coûte que coûte suivant les ordres du Führer, aucun homme ne doit abandonner sa position. Bayerlein, général commandant la division Panzer Lehr, répond à l’envoyé du maréchal : Vous pouvez être assuré mon colonel que tout le monde tiendra. Tout le monde. Mes grenadiers tiendront dans leurs tranchées, mes pionniers aussi, mes chasseurs de chars et mes tankistes aussi, ils tiendront. Aucun n’abandonnera la position. Aucun ! Ils sont dans leurs trous, bien sages et silencieux, car ils sont morts ! Tous morts, entendez-vous ? Vous direz de ma part au maréchal que la Panzer Lehr n’existe plus, qu’elle est anéantie, mais que tous ses morts peuvent encore tenir et que je tiendrai avec eux puisqu’il l’ordonne !


Le 11 novembre 1948, la commune se voit attribuer la Croix de guerre.


Marianne.jpg Histoire administrative

Sous l'ancien régime, la paroisse relevait du bailliage secondaire de Saint-Lô et du grand bailliage du Cotentin ou de Coutances. Elle dépendait de l'élection de Saint-Lô, de la généralité de Caen. Elle appartenait à la sergenterie du Hommet.


Patrimoine.png Patrimoine

L'église

L'église

Elle est sous le vocable de Saint-Pierre. Elle dépendait, sous l'ancien régime, du diocèse de Coutances, de l’archidiaconé du Val de Vire et du doyenné du Hommet.

L'église fut détruite en 1944 et reconstruite en 1959. Seuls le porche et le clocher purent être conservés.


Le cimetière allemand de Marigny

50123 - La Chapelle-en-Juger Marigny CimetiereMilAllemand.jpg

Ce cimetière est situé sur le territoire de la commune de La Chapelle-en-Juger.

Pictos recherche.png Lire la suite...


Démographie.png Démographie

Année 1794 1800 1806 1820 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 931 874 975 979 1 004 1 011 1 049 1 026 1 042 1 032
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 1 014 986 975 905 828 854 824 791 705 701
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 702 605 621 593 631 509 602 576 514 490
Année 1982 1990 1999 2009 2011 2016 2021 - - -
Population 445 592 625 656 654 - - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2015 & 2016.</small>


Repère géographique.png Repères géographiques

Communes limitrophes : Le Mesnil-Eury, Montreuil-sur-Lozon, Marigny, Le Mesnil-Amey, Hébécrevon, Pont-Hébert, Amigny, Les Champs-de-Losque, Le Hommet-d'Arthenay.


Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Personnalités

Luc Siméon Auguste DAGOBERT

Luc Siméon Auguste DAGOBERT de FONTENILLE, général de la Révolution Française, est né en 1736 à La Chapelle-En-Juger et mort au combat un jour de 1794 à Puigcerda dans les Pyrénées espagnoles.

Il possédait le manoir de la Chapelle-En-Juger qui sera un des seuls bâtiments qui ne sera pas détruit en juillet 1944.


Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Charles François DUMONT 1793 - 1800  
Jean GIRARD 1800 - 1800 maire provisoire  
Robert BEAUGENDRE 1800 - 1803  
Pierre BEAUGENDRE 1803 - 1816  
Charles LECHARTIER 1816 - 1824  
Paul BERNARDIN de BEAUGENDRE 1824 - 1830  
Jacques DOUBLET-les-POTERIES 1830 - 1849  
Jean DUDOUYT 1849 - 1878  
Louis DUMONT 1878 - 1887  
Louis GENEST 1887 - 1900  
Alphonse MESLIN 1900 - 1908  
Victor LEMAITRE 1908 - 1925  
Gabriel GAULTIER de CARVILLE 1925 - 1947 (1897-1982), éleveur de chevaux, conseiller général de Marigny (1937-1949, 1945-1976), député (1958-1962)  
Gustave LESCOT 1947 - 1950  
Gabriel GAULTIER de CARVILLE 1950 - 1977  
Francis FONTAINE 1977 - 1995  
Gérard SOPHIE 1995 - 2001  
Nelly VILLEDIEU 2001 - Retraitée, réélue en 2014  

Les notaires

Détruite en 1944

Prénom(s) NOM Période Observations
Léonor-Victor PIMOR an XI-1816  
François DOYERE 1816-1824  
Grégoire-Louis DELAPAINTRERIE 1827-1847  
Jean-François MARGUERIT 1847-1857  
Dominique DUPONT 1857-1864  
Jean-Louis-Léon GRENECHE 1864-1867  
Jean-Henri-Anselme QUILLIER 1867-1881  
Eugène-Edouard LECHEVREL 1881-1921  
Georges-Jean-François LEMASURIER 1921-1953  
Pierre-Joseph-Guy CLERAUX 1953-1958  
désiré-Lucien-Bernard JEHANNE 1958-1980  
Claude-Léon-Clement LEVY 1980-  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés


Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - 9h00 - 12h00 - - - -
Après-midi - - - - 15h00 - 18h30 - -
50123 - La Chapelle-en-Juger mairie.jpg

Mairie
Adresse : 2 rue du Mercure - 50570 La Chapelle-en-Juger

Tél : 02 33 56 29 36 - Fax :

Courriel : mairie-chapelle-enjuger@orange.fr

Site internet :

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : (7/2011)


Dépouillements des registres paroissiaux

Collections : de 1651 à aujourd'hui

Dépouillements du CG50

Archives notariales

La paroisse dépendait, avant 1791, du notariat de Villiers-Fossard.

Remarques

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Chanoine Lecanu, dans Mémoires de la société académique du Cotentin, Coutances, Imprimerie Daireaux, 1875, t. 1, p. 227.
  2. Paul Carell, Sie Kommen (ils arrivent ! le débarquement vécu du côté allemand), Robert Laffont, 1961. Paul Carell de son vrai nom Paul (Karl) Schmidt a été engagé membre du parti nazi et ce, dès 1931 avec des responsabilités dans ses organisations de jeunesse. A partir de 1938, il entre dans la SS avec le grade de lieutenant-colonel puis détaché au ministère de la propagande de Ribbentrop, responsable du magazine Signal. Arrêté en 1945, emprisonné pendant deux ans et demi, il sera relâché ensuite.