44 - Machecoul

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Machecoul
(Ancienne commune)
(Commune déléguée)
Blason de Machecoul
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 44 - Blason - Loire Atlantique.png    Loire-Atlantique
Métropole
Canton Blason Machecoul-44087.png   44-10   Machecoul

Blason Machecoul-44087.png   44-18   Machecoul (Ancien canton)

Code INSEE 44087
Code postal 44270
Population 6 076 habitants (2013)
Nom des habitants Machecoulais, Machecoulaises
Superficie 6 662 hectares
Densité 91,20 hab./km²
Altitude Mini : 0 m
Point culminant 36 m
Coordonnées
géographiques
46.9931° / -1.8228° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
44087 - Carte administrative - Machecoul.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

Héraldique

  • D'argent à trois chevrons de gueules.

Il s'agit du sceau (vers 1270) d'Olivier Ier de Machecoul (1232-1279). Blason enregistré par la commission des Sceaux et Armoiries de l'État à Vichy le 24 juillet 1943.

Histoire administrative

  • Département - 1801-1957 : Loire-Inférieure, 1957-2015 : Loire-Atlantique
  • Arrondissement - 1801-2015 : Nantes
  • Canton - 1801-2015 : Machecoul

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Monuments

Château de Machecoul

  • Le château de Machecoul du XIIIe siècle, dit « château de Gilles de Retz » (Gilles de Rais) ou « château de Barbe-Bleue », inscrit aux MH[3] en 2004. Ce château a remplacé un édifice primitif qui avait été érigé à la fin du XIe siècle en bordure de la rivière le Falleron par les seigneurs de Retz de la famille Chabot. Le château est actuellement une propriété privée, avec visite guidée extérieure.

Auditoire

  • L'Auditoire du XVIIIe siècle. Ancien tribunal, la salle principale (partie centrale), qui a été édifiée en 1755, a servi aux assises des seigneurs de Machecoul et de La Bénate. Il sert aujourd'hui de lieu de réunions, d'accueil, d'expositions et de divers événements communaux, et on y célèbre les mariages civils. Depuis 1999, des panneaux muraux listent dans le hall d'entrée les Machecoulais morts pour la France lors des deux guerres mondiales et la guerre d'Algérie. Dans le jardin, le Monument du Souvenir (flamme en granit) les rappelle également, et devant lequel des cérémonies de commémoration sont célébrées tous les ans. Les grilles qui entourent le jardin proviennent du Petit Trianon du château de Versailles.

Château du Treil

  • Le château du Treil du XIXe siècle, édifié par le pharmacien François DORVAULT, créateur du Codex et originaire de Saint-Étienne-de-Montluc.

Halles

  • Les halles de 1885. Construites au temps du marquis Henri de La Biliais, maire de l'époque, après l'effondrement de l'ancienne Cohue, lieu réservé aux marchands depuis 1095, où l'on avait construit, sur un terrain réservé aux marchands, une grande halle en bois avec deux pentes couvertes de tuiles, que l'on avait nommée la Cohue. La Cohue était alors un édifice en chape, à couverture de tuiles, érigé sur piliers ou des poteaux de chêne, composant la halle en cinq rangs, dont celui du milieu, le grand rang, où se mettaient les boulangers dans un bout, les marchands drapiers et de toile dans l'autre. Au-dessus de l'espace occupé par les boulangers, se trouvait l'auditoire de la ville où se réunissaient les échevins. Dans les autres rangs, se plaçaient, à des bancs désignés, les bouchers, merciers, marchands de blé, potiers, quincailliers à ferrons, marchands de poissons, de volailles et autres, les tanneurs, les corroyeurs, etc. Dans une charte testamentaire de 1235, Dame Béatrice de Machecoul (vers 1185-1235), et son mari Guillaume de Mauléon (vers 1150-1214), seigneur de Talmont, avait fait don de la Cohue à l'abbaye de Fontenelles à Saint-André-d'Ornay, qu'ils avaient fondée en 1210. En 1280, l'abbé et les religieux de cette abbaye avaient cédé la Cohue à Gérard II Chabot (1245-1298), seigneur de Machecoul. L'édifice a accueilli le marché chaque semaine et cinq foires par an depuis le XVIIe siècle. La Cohue a vécu presque 800 ans, traversant Moyen Âge, Renaissance, Révolution et temps modernes, jusqu'en 1876. L'édifice avait alors des piliers en bois très fatigués : on raconte qu'un soir, l'ivrogne notoire de la ville, un dénommé Baron, en s'accrochant à un des piliers, a fait tout écrouler ! Et c'est ainsi qu'entre 1882 et 1885, a lieu la destruction finale de l'édifice, qui datait de 1095. Le marquis de La Biliais, député-maire, ordonne alors la construction des halles actuelles, là où s'était dressée la Cohue. Édifiées suivant le modèle Baltard des Halles de Paris (avec une structure en métal et en verre – la verrière a été supprimée par la suite), les halles sont agrandies en 1889 par les Ateliers et Chantiers de Loire (ACL).

Four à chaux de l'Île Saint-Michel

  • Le four à chaux de l'Île Saint-Michel de 1857, d'une hauteur de 10 m, a une forme de pyramide tronquée et d'une contenance de 36 m3. Situé sur un emplacement riche en calcaire, le four à chaux a été exploité jusqu'en 1925. Il appartient maintenant à la commune, qui l'a restauré en 2001.

Château Bois Chevalier

Le château Bois Chevalier a été construit en 1655, il possède des douves.

Hôtel Réal des Perrières

L'hôtel Réal des Perrières du XVIIIe siècle, partiellement inscrit aux MH[4] en 1992, situé rue Alexandre Riou.

Autres patrimoines

  • Le phare à bois de l'époque gallo-romaine. Tourelle de pierre dans laquelle on allumait un feu (avec du bois, d'où son nom), dont les flammes guidaient les navires à l'approche du rivage.
  • Les sarcophages mérovingiens (VIIIe siècle).
  • Plusieurs anciens moulins : de la Clavier, de la Chenille, Gaudin, des Liards, des Harses, des Moines, Geai, Neuf, Blanc, de la Cave, Pageau, d'Abas, de Bel-Air, Bontemps, Chenillon, de la Prée, de la Grevillère.
  • Le pont de Cahouët (vers le XIe siècle), dit à tort le « pont romain » (il ne date pas de l'époque romaine). Petit pont situé sur la rivière du Falleron.
  • Le manoir de la Verrerie (manoir de la Mourandière ou manoir des Ferro) du XVIe siècle, situé rue Saint-Nicolas.
  • La Maison de l'Économie du XVIIIe siècle. Ancien hôtel avec de remarquables balcons, la tradition dit qu'il a été le siège de la prévôté. À l'intérieur, il subsiste des boiseries et des trumeaux. Depuis, il a abrité entre autres l'ANPE de Machecoul.
  • Les tours carrées (vers le XVIIIe siècle), situées rue Sainte-Catherine.
  • La maison Rousteau des XVIIIe-XIXe siècles, rue Alexandre Riou.
  • Le puits du cimetière du XIXe siècle.
  • La gare de Machecoul de 1876.
  • La minoterie des XIXe-XXe siècles, rue du Bourg-Mignon, aujourd'hui transformée en logements.
  • Le monument aux morts (1919), dans le cimetière, listant les noms des Machecoulais tombés pour la France lors de la Première Guerre mondiale. Des plaques ont été ajoutées depuis pour les morts de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre d'Algérie. Devant le monument, se trouvent les tombes des morts pour la France qui ont pu être rapatriés à Machecoul.
  • Les écluses du Port la Roche du début du XXe siècle, dans les marais.

Monuments religieux

Abbaye Notre-Dame-de-la-Chaume

  • L'ancienne abbaye Notre-Dame-de-la-Chaume du XIe siècle[5]. Aujourd'hui très en ruine, il n'en reste plus que le pigeonnier et les fondations des murs de l'enceinte, qui entouraient l'abbaye. Une politique de rénovation et de réhabilitation du site est actuellement en cours.

Chapelle Sainte-Marie-Madeleine de Quinquenavent

  • L'ancienne chapelle Sainte-Marie-Madeleine de Quinquenavent (Quinquenavant) du XIIe siècle, classée aux MH[6] en 1997. Implantée sur un îlot calcaire de l'ancien golfe de Machecoul. La chapelle a été construite par des moines augustins venus initier et participer à l'assèchement des marais, régulièrement assaillis par la mer. Pour cela, ils ont entrepris les premiers endiguements (la chaussée de Quinquenavent) et la construction d'écluses. L'implantation en zone de marais est logique, à l'époque où l'agriculture (conquête de nouveaux territoires) et la saliculture connaissent un développement important.

Au XVIe siècle, des revendications de territoire et de revenus vont conduire les moines à quitter le marais. Le chœur et la crypte datent du XIIe siècle. La nef à une seule travée date du XIIIe siècle. Le chœur, à chevet circulaire, bordé de contreforts plats, comporte deux rangées d'étroites meurtrières, et la rangée inférieure, au ras du sol, éclaire une crypte voûtée.

Chapelle du Calvaire

  • La chapelle du Calvaire de 1830, rue Alexandre Riou, dans l'ancien couvent des Calvairiennes (vers 1668).

Église de la Sainte-Trinité-et-de-Saint-Honoré

  • L'église de la Sainte-Trinité-et-de-Saint-Honoré (église de la Trinité), de style néo-gothique dont la construction, initiée par l'abbé BOURON, débute en 1863 et se termine en 1881. Il se trouve à l'intérieur : un ancien bénitier provenant de la chapelle du château de Machecoul, une sablière sculptée datant des XIIIe-XVe siècles. Au-dessus de l'autel, est suspendue une peinture, reproduction d'une icône russe : Les Trois Anges à la table d'Abraham (1408). Une statue Saint évêque en bois du XIXe siècle, est inscrite au titre objet aux MH[7] en 1984

L'église possède deux clochers de 60 m et 62 m.
L'église est actuellement en période de nettoyage et de restauration de ses façades extérieures, prenant petit à petit un nouveau « coup de jeune ».

Autres patrimoines religieux

  • L'ancien couvent des Calvairiennes, vers 1668.
  • L'ancien prieuré de Saint-Martin, au bourg Saint-Martin.
  • L'ancien prieuré de Saint-Michel-en-l'Isle.
  • L'ancien prieuré de Saint-Denis, îlot rocheux dans le marais, dont il ne reste plus que le puits.
  • L'ancienne église de Sainte-Croix.
  • L'ancien couvent des Capucins du XVIIe siècle.
  • Le prieuré de l'hospice Saint-Nicolas de 1780.
  • L'ancienne chapelle des Dons (encore appelée chapelle Dindon).
  • L'ancienne chapelle de Hucheloup.
  • Chapelle de Fréligné, de style roman tardif, avec la présence proche d'une fontaine bouillonnante.
  • La croix de l'oratoire Saint-Benoît du XVIIIe siècle, en fer forgé.
  • La croix Piraud, croix monolithe, boulevard des Moulins.

Culture locale

  • L'Hippodrome des Chaumes, ou Champ de Course (1885). En 1885, Henri de La Biliais, maire de la commune de 1871 à 1907, a créé la Société des Courses, décidant que les courses hippiques auraient lieu sur un terrain de 5 hectares lui appartenant. Il a fait installer les premières tribunes en 1913. En 1918, le maire de l'époque, Augustin Dutertre de La Coudre, lui a succédé au poste de président, pour 35 années. En 1933, les tribunes ont été agrandies et en 1935, il a obtenu une deuxième course annuelle. En 1941, les courses sont passées au nombre de quatre. Pendant la guerre, les Allemands ont investi les lieux, construit des boxes, un réfectoire et des dortoirs. En 1953, Jean de Grandmaison, maire et député, est devenu le troisième président d'une association qui aura été dirigée par seulement deux présidents pendant 68 ans. Dans les années 1970, Jean de Grandmaison a créé le centre d'entraînement, abritant une centaine de chevaux. Jean-Luc de Grandmaison a succédé à son père en 1970. En 1972, une cinquième journée de course a été attribuée à l'hippodrome. En 1973, la société machecoulaise et la société des courses de Bouguenais ont fusionné, ce qui a permis à Machecoul d'obtenir deux autres journées de course. Depuis mars 2007, ce nombre est porté à huit. Marie-Renée Bordron préside depuis 1997 la société des courses. Classé en première catégorie pour le trot, et en deuxième catégorie A pour le plat et l'obstacle, l'hippodrome machecoulais s'étend aujourd'hui sur 26 hectares et accueille une course PMU. Avec un salarié et quelques 70 bénévoles, le comité a beaucoup d'ambition et surtout celle d'accueillir une réunion PMU.
  • La distillerie Seguin de 1886, boulevard Saint-Rémy. Fondée par la maison Émile Rémy-Martin, filiale de l'entreprise Rémy-Martin de Cognac, sous le nom de Distillerie Saint-Rémy, elle devient Distillerie Seguin & Cie en 1962. Elle s'étend sur une superficie de 21 000 m². L'établissement a produit de l'eau-de-vie, notamment la Fine Bretagne Seguin. À l'origine spécialisée dans la distillation, la société s'est lancée ensuite dans le négoce. Elle a modifié sa raison de distillerie pour devenir bonificatrice d'eau-de-vie, c'est-à-dire fabriquant des produits finis en bouteilles et destinés à la vente et à l'exportation vers 110 pays. La société, aujourd'hui disparue, a laissé des bâtiments de styles, près de la gare.
  • Le site de La Rabine. Terrain cédé par le marquis Alexandre de Brie-Serrant, dernier duc de Retz, pour en faire un lieu de promenade pour les Machecoulais, le terrain comporte aujourd'hui un complexe sportif (stade, salle de basket, terrain de rugby, etc.), une piscine, un camping et une salle polyvalente, L'Hexagone. Il accueille aussi cirques, fêtes des écoles, Téléthon et le feu d'artifice annuel du 14 juillet.
  • L'Espace de Retz de 1986. Anciennement Bourse du Commerce, l'édifice est une salle polyvalente pour les fêtes et les événements communaux, et comporte une salle de théâtre, la salle Simone Berriau.
  • La fresque historique (1946) d'Armand Pavageau (1922-1984), ensemble de tableaux qui présentent 27 scènes retraçant les grands événements historiques de Machecoul. Pendant deux mois, Armand Pavageau a préparé, au sein d'une salle de cours du collège Saint-Joseph, les plans types de sa future fresque sur du papier kraft. Il a ensuite réalisé, à l'aide de pochoirs, le contour des sujets, pour peindre enfin au pinceau et au petit rouleau le contenu des personnages et des motifs. Un maçon a accompagné l'artiste pour fixer le travail réalisé avec de la chaux grasse. La fresque contient des inexactitudes et de grossières erreurs de dates et d'interprétations historiques, mais permet aux intéressés d'avoir un extraordinaire et splendide résumé visuel de l'histoire de Machecoul. Située auparavant dans la salle de l'ancien cinéma Saint-Honoré, la fresque est aujourd'hui exposée dans le Hall des Fresques, hall d'entrée du nouveau cinéma rénové en 2008, Cinémachecoul.
  • Le Champ de Foire, ancienne place où l'on vendait les bœufs, au marché aux bestiaux. Le Champ de Foire a ensuite servi à accueillir foires, expositions, cirques et manifestations diverses, ainsi que le stationnement de cars scolaires pour le collège-lycée voisin Saint-Joseph. Transformé aujourd'hui en parking pour l'Espace de Retz voisin.
  • Les aires de loisirs, détente et pique-nique : le Parc de l'Europe, anciennement Parc des Platanes ; le Petit Pré ; le Grand Étang, étang réaménagé, lieu de détente, parcours sportif, plage ; Les Redoux.
  • La fromagerie Beillevaire. Fromagerie pouvant se visiter : au cœur de l'entreprise, par le biais d'une salle panoramique, on peut voir se perpétuer les gestes et le savoir-faire des métiers du lait.
  • Les Jardins d'Yves (pépinière). Jardin d'ambiance et de sérénité caractérisé par la présence exceptionnelle de végétaux sculptés. Le jardin est parsemé de petits décors paysagers dignes de scène de théâtre.
  • La métairie des Tendes, métairie de 30 hectares dont 10 de prés et de marais, ayant appartenu à la famille Écomard de Sainte-Pazanne, depuis le XIXe siècle, et vendue au milieu des années 70 à Pascal Beillevert, leur fermier.

Repère géographique.png Repères géographiques

  • Le Falleron et le Tenu, rivières traversant la commune.
  • Le Marais breton.
  • La forêt de Machecoul, au nord-est du territoire de la commune, domaine privé qui se traverse en suivant les sentiers pédestres.


Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population abs. 1 899 2 166 2 690 3 665 abs. 3 745 3 722 3 622 3 713
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 3 727 3 839 3 756 3 720 3 800 3 845 3 954 3 992 4 026 4 210
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 4 078 3 654 3 733 3 625 3 532 3 443 3 757 3 964 4 240 4 549
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2015 - - - -
Population 5 060 5 072 5 420 5 732 5 950 - - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2013

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Jean-Baptiste LAHEU 1790 - Lieutenant général du duché de Retz.  
René CAVIÉZEL - 1793 Tué lors des massacres de Machecoul en 1793.  
Pierre GUILBAUD -  
Guillaume GIGAULT 1800 - 1801  
Jean-Baptiste NOËLAS 1801 - 1812  
Jean-François RÉAL des PERRIÈRES 1812 - 1815  
Joseph PADIOLLEAU 1815 - 1815  
Jean-François RÉAL des PERRIÈRES 1815 - 1819  
Pierre GUILBAUD 1819 – 1830  
Joseph PADIOLLEAU 1830 - 1832  
Jean-Baptiste CAILLETEAU 1832 - 1834  
Joseph-Joachim FOURÉ 1834 - 1839  
Alexandre RIOU 1839 - 1848  
Pierre LEUILLOT 1848 - 1850  
Philippe RELIQUET 1850 - 1852  
Alexandre RIOU 1852 - 1860  
Charles Henri AVRIL 1860 - 1861  
Paul FRANÇOIS 1862 - 1870  
Henri AVRIL 1870 - 1871  
Henri LE LOUP de La BILIAIS 1871 - 1881 Conseiller général de la Loire-Inférieure pour le canton de Machecoul, député de Loire-Inférieure de 1876 à 1898 ; propriétaire.  
Henri AVRIL 1881 - 1882  
Henri LE LOUP de La BILIAIS 1882 - 1907 Conseiller général de la Loire-Inférieure pour le canton de Machecoul, député de Loire-Inférieure de 1876 à 1898 ; propriétaire.  
Augustin DUTERTRE de La COUDRE 1907 - 1944 Député de Loire-Inférieure de 1937 à 1940.  
Théodore BONNEAU 1944 - 1945  
Joseph TOSTIVINT 1945 - 1953 Pharmacien.  
Jean ALLARD de GRANDMAISON 1953 - 1970 Député de Loire-Inférieure de 1958 à 1962 ; décédé pendant son mandat le 12 avril 1970.  
Gabriel RELIQUET 1970 - 1973  
Jean MÉNAGER 1973 - 1989 Médecin.  
Alain PAYEN de La GARANDERIE 1989 - 2014 Médecin.  
Didier FAVREAU 2014 - 2015 Né le 07/02/1949. Maire de Machecoul-Saint-Même (2016-).  

Cf. : MairesGenWeb & Liste des maires depuis 1800 sur le site de la mairie de Machecoul-Saint-Même (fichier pdf)

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les titulaires de la Légion d'honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
- - -  
Camille Marie RAGUENEAU 11 avril 1868 12 janvier 1956 Dossier Grand-Croix de la Légion d'honneur - Général de division - 1er sous-chef d'état major général de l'armée - Conseiller d'État - Ancien élève de l'École de Saint-Cyr - Époux de Mlle Mangonneau.  
- - -  
- - -  

Cf. : Liste des 19 médaillés de la Légion d'honneur sur le site Léonore du ministère de la culture

Monument aux morts

Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
- - -  
- - -  
- - -  


^ Sommaire

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance ou de décès de

Naissances :

  • Mickaël LANDREAU, footballeur (gardien de but) né le 14 mai 1979.
  • Gilles de MONTMORENCY-LAVAL, baron de Rais, connu comme Gilles de RAIS, dit BARBE-BLEUE, né en 1404, brûlé vif à Nantes (Loire-Atlantique) le 26/10/1440.


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 9 h - 12 h 9 h - 12 h 9 h - 12 h 9 h - 12 h 9 h - 12 h 9 h - 12 h * -
Après-midi 14 h - 17 h 14 h - 17 h 14 h - 17 h 14 h - 17 h 14 h - 17 h - -
Commune.png

Mairie déléguée
Adresse : 5, place de l'Auditoire - Machecoul - 44270 MACHECOUL-SAINT-MÊME

Tél : 02 40 02 35 50 - Fax : 02 40 02 27 60

Courriel : Contact

Site internet :

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire : * Accueil ouvert le samedi matin uniquement pour l'état civil.

Source : L'annuaire Service Public & Mairie de Machecoul-Saint-Même (Avril 2020)

  • Mairie déléguée de Saint-Même-le-Tenu

Associations d'histoire locale

  • Association de Sauvegarde de l'Abbaye Notre-Dame-de-la-Chaume (ASAC), recherches historiques et élaboration avec la commune de travaux de réhabilitation.
  • Association pour la Sauvegarde de la Corderie Plantive, réhabilitation de la corderie Plantive, organisation d'animations pour la découverte de ce patrimoine industriel.
  • L'Ost du Vieux grimoire, promotion du patrimoine, des savoir-vivre et des savoir-faire médiévaux.
  • Machecoul Histoire, travaux de recherches historiques sur la région de Machecoul.

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  Documents historiques sur la ville de Machecoul, anciennne capitale du duché de Retz

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Machecoul-Saint-Même : Arrêté préfectoral du 23 novembre 2015 (fichier pdf)
  2. Machecoul-Saint-Même : Insee
  3. Château dit "de Gilles de Retz" et place forte : Fiche Base Mérimée
  4. Hôtel Réal des Perrières : Fiche Base Mérimée
  5. Abbaye Notre-Dame-de-la-Chaume (fichier pdf)
  6. Ancienne chapelle Sainte-Marie-Madeleine de Quinquenevent : Fiche Base Mérimée
  7. Statue Saint évêque (église de la Trinité) : Fiche Base Palissy