42304 - Sury-le-Comtal

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour

Sury-le-Comtal
Blason deSury-le-Comtal
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 42 - Blason - Loire.png    Loire
Métropole
Canton Blason Saint-Just-Saint-Rambert-42279.png   42-20   Saint-Just-Saint-Rambert

Blason Saint-Just-Saint-Rambert-42279.png   42-31   Saint-Just-Saint-Rambert (Ancien canton)

Code INSEE 42304
Code postal 42450
Population 5 607 habitants (2009)
Nom des habitants Suryquois(es)
Superficie 2418 hectares
Densité 231,89 hab./km²
Altitude Mini: 360 m
Point culminant 457 m
Coordonnées
géographiques
45.538333° / 4.183889° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
42304 - Sury-le-Comtal carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Des origines à nos jours

L'origine de cette petite cité remonterait à l'époque gallo-romaine. Malheureusement, depuis cette époque et jusqu'au XIe siècle, l'histoire de Sury reste encore un mystère pour les historiens.

D'ailleurs nous ne connaissons par vraiment l’origine du nom de Sury. Nous avons là, deux hypothèses qui ont le mérite d'exister et qui ne demandent qu'à d’être confirmées : La première vient d’un historien, J. M. de la Mure, un érudit de latin, qui pense que Sury viendrait de "Severiacus", rappelant un des combat entre Septime Sévère et Albin (d'où Aubigny) en l'an 197. La seconde vient d’Anne d’Urfé qui écrit en 1606 "Suri-le-Contal, ayant pris son nom du petit ruisseau qui passe en dessoubz." De cette déclaration, ne faut-il pas entendre que Sury était au dessus d'un ruisseau, sur le rieu ?(1)

Guillaume Ier, dit l’Ancien, comte de Forez, fonde un prieuré, qui dépend de l’abbaye de l’Ile-Barbe en 1092. On parle alors de l’église de surieu ou suri. (2)

Le château n’est attesté qu’en 1173 et le comte Guigue II de Forez en fait son lieu de résidence. C’est ainsi que Suri devient Suri-le-Comtal. Ce sera la résidence de cette famille jusqu'à la mort d’Anne de Forez, dame de Mercoeur, comtesse de Forez, dauphine d’Auvergne et dernière héritière de cette lignée, en 1417. Le château devient ensuite la propriété des Bourbons.

En 1273, Les habitants de Suri sont affranchis et, en 1277, Guigue IV, comte de Forez, libère une partie des Suryquois du péage, de la dîme et toutes les autres taxes contre une somme de 40 000 livres. Ce "geste" testamentaire a certainement permis de nommer une rue de la ville, rue Franche.(3)

Le 19 avril 1299, Guigue VII, comte de Forez, nait à Sury. Ses parents sont Jean Ier, comte de Forez et Alix de la Tour du Pin, dame de Viennois.(4)

Vers 1313, Jean Ier organise une soirée au château, en l’honneur de son départ pour les croisades. Toute la noblesse de la région est présente. Un grand dîner et un bal sont offerts pour l'occasion. Le bal bat son plein lorsque que le plancher du château s’effondre, faisant plusieurs victimes. De cette triste soirée est née "la danse du forez", expression synonyme de malchance après un moment de grand bonheur, qui se répand dans tout le royaume. Pour la petite histoire, Jean Ier ne partira pas en croisade, annulée en raison de la mort de Philippe le Bel, l'année suivante.(5)

En 1317, l’église de Suri est construite.(6)

A la fin du XIVe siècle, début du XVe, on assiste à un exode rural. Il y a plusieurs raisons à cela. Les guerres qui incitent les habitants à se réfugier dans les bourgs fortifiés, et les taxes toujours plus lourdes, qui font fuir la population, insolvable, qui veut échapper aux condamnations. Sury n'échappe pas à la règle. Ainsi les hameaux de Sanzieu, Epeluy et du Mont perdent plus de 53 % de leur population. Quant au bourg de Sury, il ne perd que 48 % de ses habitants.(7)

Bien qu'existant depuis près de cent cinquante ans, la Société de Prêtres de Sury devient officielle en 1479 grâce à ses statuts écrit. Selon les époques, le nombre de membres varie entre un et douze prêtres. Elle est financée par les donations lors des messes. Cependant, au XVIIe siècle, elle se contente de survivre. Des procès intentés afin de faire valoir ses redevances sont perdus et finisse de la ruiner. L'Abbé Relave estime que la société disparait définitivement avec la mort de son dernier sociétaire, Messire Rambert Clépier, le 4 janvier 1764.(8)

A noter que les textes en français s'imposent définitivement à Sury vers 1529, soit bien plus tard que dans d'autres villages du Forez. Au XIVe et XVe siècle, les clercs, formés hors du Forez, utilisent le latin lors des audiences. Cependant les écrits sont assaisonnés de mots franco-provençaux. Bientôt la syntaxe évolue vers le français. En effet, au XVIe siècle, les comtes du Forez et les clercs sont formés dans le Bourbonnais et sont enclin à utiliser le français. (9)

En 1531, la citée est confisquée et devient ainsi la propriété de l’état. François Ier y séjourne quelque temps.

En 1541, Tristan Rostaing achète la châtellenie de Sury-le-Comtal, pour 13 000 livres à François Ier.(10) Né à Sury, le 15 janvier 1513, Tristan fait une grande carrière à la cours sous les règnes de Henri II son ami, François II, Charles IX et Henri III. Il est en effet fait Chevalier des Ordres du Roi, Capitaine de cinquante hommes d'armes, Gouverneur de Fontainebleau, Seigneur de Thieux et de Vaux-Appeux, Baron de Brou, de la Guerche, de Villemonble, Grand Maître et Réformateur Général des Eaux et Forêts de France. (11)

En 1577, François de Barjac, seigneur de Pierregourde et chef de la Réforme, ravage le château et l’église, détruisant tous les titres. C'est un coup dur porté à la Société de Prêtres qui a besoin des titres et terriers de l'église pour assurer la subsistance des leurs.(8)

Le 21 mai 1586, la peste apparaît à Sury, faisant sa première victime. C'est entre août et septembre qu'elle emporte le plus grand nombre de Suriquois. Le jour de l'Assomption, le curé dit la messe devant la porte de l'église, à cause de la contagion. le 19 août, il allait même dire la messe devant la croix du carrefour de Sanzieu sur la demande des habitants du hameau. L'épidémie prend fin en octobre.(31)

En octobre 1593, les frères Honoré et Anne d’Urfé, alors partisans de la Ligue, (c’est-à-dire opposé au roi protestant Henri IV) s’emparent du château de Sury, alors que le duc de Nemours, gouverneur de Lyon, également de la Ligue, tient le château de Montbrison. En l’absence d’Honoré d’Urfé, Anne se range du coté du roi. Alors, Henri de Savoie, marquis de Saint-Sorlin et frère du duc de Nemours assiège Sury à son tour. Les remparts sont bombardés et les Suryquois sont forcés de se rendre. La ville est occupée jusqu’en décembre 1595, date de sa libération.

En 1609, Henri IV donne le château à Gabrielle d’Allonville, Dame de Saint-Cyr et de Quincampoix contre l’hôtel du Cheval-Blanc, à Fontainebleau.(12)

Cette même année, Jacques de la Veuhe rachète le château et en fait une résidence de luxe.

Sous le règne de Louis XIII, les terres suryquoises sont érigées en Marquisat. Ainsi de grandes familles se succèdent au château : Elles s’appellent de la Veuhe, d’Escoubleau de Sourdis, de la Rochefoucauld-Rochebaron, de la Fraisse de Senas et Jordan de Sury.(13)

Fin 1641, Pierre de Sourdis, le propriétaire, ordonne la rénovation du château. L’ornementiste Germain Baudouin en redécore l’intérieur.

Les restaurations du château ont donné lieu à plusieurs découvertes intéressantes : Lorsque la famille de Sourdis fait des réparations, on raconte qu’elle découvre un trésor de 600 000 francs caché dans les murs.(14) Plus tard, lors de la rénovation d’une des grande salle, au premier étage, Monsieur Jordan de Sury met à jour une fresque apparemment très bien conservée, datant d’avant 1313. Cette fresque représente des écussons des armes des Comtes du Forez.(15)

Pendant la Révolution, Sury-le-Comtal prend le nom de Sury-la-Chaux. A cette époque le calcaire est brûlé dans des fours à chaux.(16)

Le décret du 26 février 1790, permet la création du département Rhône-et-Loire.(17) Ce nouveau département est divisé en six districts. Sury devient un canton du district de Montbrison. Le 12 août 1793, le département de la Loire est créé après le démembrement de Rhône-et-Loire. Le chef lieu est Feurs.

Le 29 novembre 1791, Jean de la Fraisse vend le château et ses terres à Antoine Henri Jordan, échevin de Lyon.(18)

Le 11 octobre 1792 est le jour de la naissance d’Antoine Blanc. Il est le fils de Laurent Blanc, Maître-charpentier de Sury et Jeanne Pinand. Antoine Blanc deviendra le premier archevêque de la Nouvelle-Orléans, Louisiane, Etats-Unis. Aujourd’hui, une rue qui mène à l’église, porte son nom.(19)

Vers 1818, Sury compte environ 1 900 habitants, dont 1 200 intra muros. La ville se développe autour de son important marché à grain, qui attire les gens de la campagne environnante. Le commerce de la chaux est également un attrait majeur.(20) En effet, en 1836 il y a 80 fours à chaux dans la plaine, créant ainsi de nombreux emplois.(21)

Un rapport pastoral datant de 1897, rapporte que Sury possède des écoles congréganistes mixtes "bien remplies" et une petite école laïque pour les garçons. Ce rapport décrit également la population suryquoise comme "très fidèle".(22)

Les jardins du château sont aménagés à l’anglaise. Ils étaient alors aménagés à la française.

Le 27 janvier 1937, un incendie ravage une partie du château, qui est aujourd’hui classé monument historique.(23)

Par arrêté du 15 janvier 1980, le pigeonnier du Domaine des Chaux est inscrit à l'inventaire des Monuments Historiques (JO 15-03-1981 p. NC 2702).(24)

Aujourd'hui, Sury est membre de la Communauté d'Agglomération Loire-Forez, qui compte 45 communes.

Héraldique

Blasons de la commune, des familles notables et propriétaires du château : (25)

  • SURY-LE-COMTAL COMMUNE DE SURY : D'argent à la bande de gueules chargé de trois pots à feu d'or posés à plomb.
  • BEAUVOIR BEAUVOIR : D'argent à la bande de gueules chargé de trois coquilles d'or. (avant le XIVe siècle, puis repris par la famille ROCHEFORT au XIVe, sculpté sur la clef de voûte de l'église Saint-André)
  • D'ALLONVILLE D'ALLONVILLE : D'argent à deux faces de sable. (1609)
  • D'ESCOUBLEAU de SOURDIS D'ESCOUBLEAU de SOURDIS : Parti d'azur & de gueules, à une cotice d'or brochante. Cimier : Un lévrier. Supports : Un lion et une licorne. (XVIIe siècle, sculpté au château de Sury)
  • Des FORGES Des FORGES : D'or au cœur enflammé de gueules, au chef d'azur, chargé de trois étoiles d'or. (XVIIe siècle)
  • DELOSME : D... au sautoir d..., chargé de neuf besants d... (XVIIe et XVIIIe siècle)
  • DUMONDE DUMONDE : D'or à trois croix pattées d'azur, accompagnées en cœur d'une hirondelle au naturel, au chef de gueules, chargé de trois coquilles d'argent. (XVIIe et XVIIIe siècle)
  • De la FRASSE de SENAS De la FRASSE de SENAS : D'or au chevron de gueules, accompagné en pointe d'un lion issant du même, au chef d'azur, chargé de trois étoiles d'or. (XVIIe et XVIIIe siècle)
  • De la ROCHEFOUCAULT D'URFE, ROCHEBARON De la ROCHEFOUCAULT D'URFE, ROCHEBARON : Burellé d'argent et d'azur de dix pièces, à trois chevrons de gueules brochants, celui du chef écimé. Quelquefois écartelé au premier et quatrième de langeac. Tenant : Deux sauvages à massue. Cimier : Une Mélusine à double queue, sortant d'une couronne de duc. Devise : C'est mon plaisir. (XVIIe et XVIIIe siècle)
  • JORDAN de Sury JORDAN de SURY : De sinople à la fasce dentelée d'or, accompagnée de deux étoiles du même en chef & en pointe d'un jars d'argent. Cimier : Bras armé tenant une épée. Devise : In Veritate Vitus.
  • LOYS LOYS : D'azur à un demi-vol d'or.
  • PRIVAT du BUISSON PRIVAT du BUISSON : D'argent au sautoir écoté de sinople. (XVIIIe siècle)
  • De ROSTAING De ROSTAING : D'azur à une roue d'or, surmonté d'une divise haussée du même. Tenant : Deux sauvages.
  • De la VEUHE De la VEUHE : D'azur à l'aigle d'or fixant un soleil du même, au franc-canton. (XVIIe siècle)

Autres blasons se trouvant dans l'église de Sury :

  • Armoirie Loys de la Batie.png D'or à la croix ancrée de sable. (Ayant probablement appartenu à la famille LOYS de la BATIE, vers le XIVe siècle)
  • Armoirie D azur a la croix d or.png D'azur, à la croix d'or.
  • Armoirie D azur a trois étoiles d or.png D'azur, à trois étoiles d'or.
  • D..., à la croix ancrée d...
  • D... au chevron brisé d..., accompagné de trois besants d...
  • D... à la croix fourchée.
  • D... au lion d..., tirant un arc d..., la flèche d... (fin du XVIe siècle)

Patrimoine.png Patrimoine

Le château

Tout commence lorsque les comtes de Forez construisent un premier château fort qui comporte quatre tours. Vers 1612 le nouveau propriétaire, Jacques de la Veuhe, riche notable suriquois fait abattre les bâtiments existant et fait bâtir un vaste château de style classique autour d'une cour intérieure. Pierre d'Escoubleau de Sourdis, gendre de Jacques de la Veuhe, fait refaire l'intérieur du château.

La cheminée en pierre du château date de 1620 mais les décorations en bois sculptées sont postérieures. L'abbé Relave révèle que les décorations intérieures du château ont été faites par cinq ouvriers d'art : Germain Baudouin, dessinateur ornementiste, qui aurait conçu les plans et dessins, de l'ensemble des guirlandes, rinceaux, fleurons, rosaces... Les travaux ont été réalisés par deux sculpteurs, Désiré Claude, de Châtillon-sur-Seine (Côte d'Or) et Pierre Jouvenet, issue d'une famille d'artistes de Rouen, assistés de deux menuisiers spécialisés, Dimanche Marceau et Étienne Rollet. Les rénovations qui auraient commencé fin 1641, impliquaient le grand salon, le salon d'été, la chambre d'Abraham, la chambre de Diane, la chambre de Samson et la chambre Rouge. Elles se seraient terminée vers 1652. (26)(27)

Le Salon de Sourdis : De style Louis XIII, il a deux cheminées, l'une de style Henri IV et l'autre de style Louis XIII, qui est ornée du portrait du cardinal de Sourdis.

Le Salon d'été : Salon doté d'un plafond sculpté et une cheminée datant du milieu du XVIIe siècle.

La Salle à manger : Rare pièce à avoir conservé une structure de l'époque médievale. Elle est ornée d'une cheminée de style Louis XIII ainsi que des boiseries décorées de scènes peintes du XIXe siècle. La chambre de Diane : De style Louis XIII avec notamment une cheminée ornée d'un peinture représentant Diane au bain. Reprenant l'ordonnencement des appartements à la française, la pièce est partagée en deux par une alcove et balustrade délimitant l'espace couchage.

La Chambre de la reine : De style Louis XIII. Le portrait de la reine Marie de Médicis orne la cheminée. Les intérieurs sont du XIXe siècle

Salon de musique : Grande pièce ouvrant sur le jardin autrefois dédiée à la pratique de la musique. Décor composé d'une frise den stuc très influencée par l'Antiquité.

La Bibliothèque : Aménagée au début du XIXe siècle, elle est de style Empire. Elle se compose d'un ensemble orné de colonnes et de coquilles sculptées.

Les jardins sont aménagés à la française avec parterres, transformés en pelouse, bassin et rideau d'arbres. Jardins qui ont été réaménagé par la famille de la Frasse de Senas, au XVIIIe siècle. Les cèdres et les épicéas ont été, quant à eux, plantés au XIXe siècle.

Par décret du 12 avril 1948, le grand salon, le salon d'été, la salle à manger, la bibliothèque, la chambre de Médicis et la chambre de Diane sont classés Monument Historique (JO 04-06-1949 p. 5479). Le deuxième grand salon, au rez-de-chaussée, entre le salon et la bibliothèque complète cette liste par arrêté du 8 avril 1963 (JO 11-03-1964 p. 2318). (24)

L'église Saint-André

L'église ogivale de Saint-André et son clocher, culminant à 35 mètres, ont été construit du XVe siècle. Le portail date du XVIe siècle. Très amples, il est surmonté d'une galerie à balustre du XVIIe siècle. Des agrandissements ont été fait aux XVIIIe et XIXe siècle.(26)

L'église est inscrite à l'inventaire des Monuments Historique par arrêté du 29 décembre 1949 (JO 06-02-1999 p. MH 38037). (24)

Photos de l'église Saint-André publiées avec l'aimable autorisation de la Mairie de Sury.

La chapelle Saint-Étienne

La chapelle et le cimetière sont mentionnés dès 1225.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 1 700 1 783 1 879 2 353 2 456 2 461 2 454 2 593 2 701 2 643
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 2 770 2 806 2 654 2 782 2 764 2 995 2 863 2 718 2 772 2 884
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 2 981 2 996 3 121 3 123 2 883 2 945 3 080 3 385 3 587 3 778
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 - - - -
Population 4 200 4 592 4 805 5 409 5 792 - - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006 & 2011.

Repère géographique.png Repères géographiques

Sury-le-Comtal est située dans la Plaine du Forez à environ 25 km au nord-ouest de Saint-Étienne et 12 km au sud-est de Montbrison. Le chef lieu de Canton, Saint-Just-Saint-Rambert, se situe à environ 6 km au sud-est.

La Mare et l'Ozon sont les deux rivières qui traversent la commune.

Les communes limitrophes

Les 8 communes limitrophes de Sury sont :

Les Lieu-dits

Les lieu-dits de Sury et leurs variations orthographiques entre parenthèses :

  • Amancieux,
  • Aubigny (Obigny),
  • Les Bruns,
  • Les Chartonnes,
  • Les Chaux (L'Echaud, Léchaux),
  • La Côte Sainte-Agathe,
  • La Devalla (Devala),
  • Epeluy (Epelluy, Epeluis),
  • Fontalun,
  • La Genette (La Jennette),
  • Les Massards,
  • Le Grand Mont (Les Monts),
  • Le Petit Mont (Les Monts),
  • L'Ozon (Loson),
  • La Plaine (la Grande Plaine, la Petite Plaine),
  • Sanzieux (Senzieux, Sanzieu, Sansieu).

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Place Parmentier

Familles notables.png Notables

  • Rostaing Tristan, (Marquis de) (Sury-le-Comtal, 1513-Château d'Aunoy, 1591) Seigneur de Thieux et de Vaux-Appeux, Baron de Brou, de la Guierche, de Villemonble. Fils de Charles de Rostaing, Tristan est élevé comme Page attaché au connétable de Montmorency. Il devient Maître de la garde-robe du Duc d'Orléans en 1539, puis Lieutenant Général du Bourbonnais et de la Marche. En 1541 il se retire à Sury ou il achète le château. Il retourne à la cour et en 1545, il est fait Gentilhomme de la chambre du Roi Henri II, puis de François II et devient un proche de Catherine de Médicis. En 1562, il combat à Dreux au côté de François de Guise. Tristan Rostaing est Premier Maréchal des Logis entre 1561 et 1566, année ou il devient Chambellan de Henri III. Ce dernier le nomme Chevalier des ordres et Gouverneur de Fontainebleau. Il soutient deux sièges à Fontainebleau en 1588 et 1589. il est fait lieutenant général de l'Ile de France suite à son engagement pour la paix, lors de la négociation au siège d'Orléans. Il sera récompensé toute sa vie : il obtient l'office de Grand Maître des eaux et forêts de France en 1563. Il reçoit le collier de Saint-Michel en 1565 et le titre de Conseiller d’État cinq ans plus tard et enfin le collier du Saint-Esprit en 1582. Il se marie à Françoise de Robestel, fille unique de François de Robestel.(28)
  • Blanc Antoine (Monseigneur) (Sury-le-Comtal, 1792-Nouvelle-Orléans, 1860) Fils de Laurent Blanc, Maître-charpentier de Sury et Jeanne Pinand. Il entre au séminaire de Verrières-en-Forez ou il est l'un des premier étudiant après la restauration de l'église. En 1813, Antoine Blanc entre en première année de théologie au séminaire principal à Lyon ou il y resta jusqu'en 1815. Il est ordonné prêtre le 22 juin 1816 par Monseigneur Dubourg, Évêque de la Nouvelle-Orléans, lors d'un séminaire à Lyon. Monseigneur Dubourg est alors en visite en France à la recherche de missionnaires volontaires pour l'Amérique. Antoine Blanc, un des sept volontaires, débarque à Annapolis, Maryland, en septembre 1817 et reste à Carrollton, Maryland, jusqu'en octobre. Il accompagne ensuite Monseigneur Dubourg à la Nouvelle-Orléans. Il officie comme missionnaire dans la vallée du Mississippi. En 1831, Monseigneur De Neckere fait d'Antoine Blanc son assistant. Il est promu Évêque du diocèse le 22 novembre 1835. En 1838 sa juridiction s'étend alors sur les États de Louisiane, du Mississippi et du Texas. Antoine Blanc introduit les Lazaristes, les Jésuites, les Rédemptoristes, les Frères Chrétiens, les Sœurs de Charité, les Sœurs de Notre-Dame, les Sœurs du Bon Pasteur, et les Congrégations de Notre-Dame du Mont Carmel et de la Sainte Croix. La Nouvelle-Orléans devient un archevêché le 19 juillet 1850 et Antoine Blanc en devient le premier Archevêque. Il assiste au premier conseil plénière de Baltimore et est un des quelques Américains présent à Rome, où le dogme de l'Immaculée Conception est proclamé, le 8 décembre 1854. Pendant son mandat, le nombre d'églises est passé de 26 à 73, des prêtres de 27 à 92, et de nombreuses écoles, des universités, des collèges, des couvents et des asiles ont vu le jour. En son honneur, Antoine Blanc a un mémorial à la Nouvelle-Orléans, qui héberge les archives de l'archidiocèse, et une rue porte son nom à Sury-le-Comtal. (29)
  • Duché Tristan (Sury-le-Comtal, 1804-Londres, 1865) Franc-Maçon. Fils de Mathieu Duché, marchand de Sury et de Marie Deville. Il est successivement enseignant à Villefranche (Rhône), Roanne (Loire) et Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine) avant de s'inscrire comme avocat à Saint-Étienne. Le 13 mai 1849, il est élu Représentant de la Loire à l'Assemblée législative, sur la liste républicaine. Il siège à la Montagne. Durant son mandat il signe l'appel aux armes du 13 juin 1849. Il doit fuir, suite au coup d’État du 2 décembre 1851. Il se réfugie à Londres ou il vie jusqu'à sa mort, le 10 septembre 1865. (30)

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Antoine BOUE 1794 - ?  
M. DUPLAIN -  
Antoine BOUE -  
Antoine MICHALON - Maire en 1802.  
Tristan BATET -  
Hubert SOUCHON DUCHEVALARD  ? - 1828 Maire en 1811.  
Jacques Henri JORDAN 1828 - 1838  
Claude MENU 1838 - 1844  
Jacques Henri JORDAN 1844 - 1852  
Jean Aimé JORDAN de SURY 1852 - 1878  
Auguste BLANC 1878 - 1892  
Michel MAZOUX 1892 - 1900  
Henry JORDAN de SURY 1900 - 1929  
Francisque BRUN 1929 - 1935  
Émile MARCHAND 1935 - 1941 Résistant, délégué départemental du réseau NAP (Noyautage des administrations publiques).  
Fernand MORIN 1941 - 1945  
André BORY 1945 - 1947 Conseiller général  
Pierre JACQUET 1947 - 1959  
Louis MARTIN 1959 - 1965 (1913-1999) Sénateur de la Loire entre 1959 et 1983 - Conseiller général  
Jean MALON 1965 - 1971  
Simon SALARDON 1971 - 1989  
André COMBE 1989 - 1995  
Jean BAUDET 1995 - 2008  
Roger DAMAS 2008 - 2014  
Yves MARTIN depuis 2014  

Source : Mairie de Sury-le-Comtal

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
Philibert CLEPIER de CHEZIEUX - Exerce à Sury-le-Comtal ou Montbrison.  
Jean, Aubin & François BESSONNET - Exercent au XVe-XVIe siècle.  
Pierre RAVEL - Exerce au XVe-XVIe siècle.  
Jacques Barthélémy MYET - Exerce au XVe-XVIe siècle.  
Gabriel du SAYS - Notaire en 1455.  
Barthélémy du SAYS 1471 -  
Jacques CHIRAT 1493 - 1535  
Gabriel CHIRAT 1496 - 1527  
Jehan et Gabriel du SAIX - Jehan est Notaire en 1500.  
Antoine CHANEY - Exerce au début du XVIe siècle.  
Jean, Tristan de ROSTAING - Exercent au XVIe siècle.  
Antoine de ROSTAING 1476 - 1502  
Jacques César ROUCHON - Exerce au XVIe siècle.  
Jean MYRAIL - Exerce en deuxième moitié du XVIe siècle.  
Robinet CHIRAT 1530 - 1562  
François GERENTET 1550 - 1563  
Pierre CHIRAT 1561 - 1580  
Thomas GERENTET 1563 - ?  
Pierre GERENTET 1575 - 1594  
Jehan FOURNIER - Notaire Royal en 1586.  
Antoine CHIRAT 1588 - 1618  
Thomas PERONET - Exerce au début du XVIIe siècle.  
Jacques EYMONET - Exerce au XVIIe siècle.  
CALEMARD - Exerce au XVIIe siècle.  
Léon DESFORGES - Exerce au milieu du XVIIe siècle.  
Ennemond et François CHAVANON 1602 - 1603  
Pierre GERENTET 1618 - 1635  
Claude GRANJARD 1632 - 1645  
Mathieu DELOSME 1640 - 1664  
Jean RELOGUE 1641 - 1667  
Mathieu GERENTET 1650 - 1699  
Barthélémy GRANJARD 1651 - 1653  
Claude GRANJARD 1652 - 1687  
Guillaume, Grégoire & Mathieu PITAL 1657 - 1694  
Jérôme CLEPIER 1668 - 1689  
François BALTON 1684 - 1707  
Antoine GERENTET 1684 - ?  
Benoît RELOGUE 1678 - 1722  
Louis LOYAULTE 1699 - 1720 Succède à Mathieu GERENTET en 1699.  
Jean Baptiste BARJON - Exerce au XVIIIe siècle.  
Pierre CHAUX - Exerce au XVIIIe siècle.  
Georges MOREL 1722 - 1750  
Jean François LAFOREST 1723 - 1756 Nommé le 11 mars 1723, succède à Louis LOYAULTE. Décède en 1756.  
Jean François LAFOREST 1724 - 1809  
PRIVAT 1731 - 1790  
Jean Baptiste BOYRON 1739 - 1777  
Jean BARJON 1747 - 1782  
Jean LAFOREST 1753 - 1789  
Pierre BRUYAS 1759 - 1798  
Hugues BARJON - Notaire en 1768.  
Tristan BATET 1777 - 1815 de 1777 à 1789 puis de 1794 à 1815.  
Maître Jean MICHEL 1815 - 1824  
Maître François FANGET 1824 - 1828  
Maîtres BRUYAS 1828 - 1878 Pierre François Joseph, Louis, Pierre, Louis Joseph.  
Maître Fleury Eugène CUILLIERON 1856 - 1889  
Maître François Marie CHAUVET 1878 - 1920  
Maître Pierre Henri DELAIR 1920 - 1955  
Maître Henri DELAIR 1955 - 1993  
Maître Philippe CHATAING 1993 -  

Sources : Bulletins de la Diana, www.loiregenealogie.org & www.chambre-loire.notaires.fr.

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
Hugues de SERRIERES - Curé en 1260. Premier curé dont La Diana a conservé le nom.  
- -  
Philippe de LEZYRIES - Curé en 1349.  
- -  
Jehan CORDIER - Curé en 1400.  
- -  
Michel SOUCHON - Curé en 1462.  
- -  
Guillaume de CEÂCOY - Curé en 1479. Neveu de Jean de BOURBON, qui à donné les statuts à la Société des Prêtres.  
- -  
Jean ADVEILLON  ? - 1534 Démissionnaire.  
Nicolas ADVEILLON 1534 - ? Parent de son prédécesseur. Seulement Clerc tonsuré lors de sa nomination.  
- -  
Hercule JACQUET 1577 - 1586 Curé entre 1582 et 1586.  
- -  
Mathieu LEONARD - Curé en 1614  
Jean de TOURNON 1633 - 1651 Curé en 1636.  
Daniel GAYARDON 1651 - 1662  
Claude REYNAUD 1682 - 1693 Décédé en décembre 1693.  
Jean-Léon DESFORGES 11 mars 1694 - 1709 Décédé le 22 décembre 1709.  
DELESGALLERY 1710 - 1710  
Claude PUY 31 mai 1710 - 1716 Source[1].  
François FOREST 1717 - 1731 Démissionne le 10 octobre 1731.  
Jean Tristan REYMOND 1731 - 1741 Installé par son prédécesseur, démissionnaire.  
Léonard PINAND 23 février 1760 - 1784 Curé en 1767.  
Dominique FARGE 1784 - 1785 Puis curé de Saint-Bonnet-le-Château  
Jean DENIS 1785 - 1789  
Jean Claude RONAT 1789 - 1792 Ne signe pas la Constitution Civil du clergé à la Révolution.  
- -  
Antoine COCQUARD Juillet 1803 - Curé à Sury vers la Révolution[2].  
Jean Claude BERGER Octobre 1817 -  
Pierre François BROSSE Mai 1820 -  
Georges METTON Juillet 1833 - ? Né le 14 septembre 1797. Nommé à Sury le 1er juillet 1733. Curé en 1835.  
Claude CHAPUIS Mai 1842 - 1862  
Pierre Marie DECHELETTE Août 1862 -  
François Joseph LORTET 1886 - (1838-1891) Curé en 1889.  
Pierre Maxime RELAVE Septembre 1891 - 1908 (1850 - 1920) - Curé en 1895 - Chanoine honoraire de Soissons - Puis archiprêtre de Sainte-Marie, à Saint-Etienne - Puis chanoine titulaire de la Primatiale en 1918  
Jean Pierre VERZIER 1908 - 1931 (1853 - 1935) - Ex curé des Salles  
Jacques ORELU 1931 - Ex curé d'Aveizieux  
- -  
Daniel ALLEZINA - Officie dans les années 1980.  
- -  
- -  

Sources : Bulletins de la Diana & plaque à la chapelle Saint-Étienne.

Les vicaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Abraham-Sébastien MAJOUX de FERRIERE 1741 - 1764 Installé par son prédécesseur.  
Jean GAY 1764 - ?  
André JAMET - (1833-1886)  
Charles MAYER - (1854-1893)  
H. DECHAVANNE - Vicaire - (1891-1932) - Puis vicaire à Notre-Dame, à Villefranche  
- -  


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin de 08h30 à 12h30 de 08h30 à 12h30 de 08h30 à 12h30 de 08h30 à 12h30 de 08h30 à 12h30 - -
Après-midi de 13h30 à 17h30 de 13h30 à 17h30 de 13h30 à 17h30 de 13h30 à 17h30 de 13h30 à 17h30 - -


Vous pouvez contacter la mairie :

  • Adresse : Place de l'Hôtel-de-Ville, B.P. 47, 42450, Sury-le-Comtal
  • Téléphone : 04 77 50 52 50
  • Fax : 04 77 30 60 81 ou 04 77 50 52 68
  • Pictos contact.png Courriel  : mairie.sury.le.comtal@wanadoo.fr

Dépouillements des registres

Archives Départementales de la Loire :

Association Généalogique de la Loire :

  • 2 350 actes de mariage de 1578 à 1806, dépouillés et disponibles sur AGLoire (Mars 2014).
  • 23 actes dans la base de données participative de transcriptions d'actes pour Sury-Le-Comtal, disponibles sur Généal42 (Mars 2014).

Archives notariales

A l’Étude Chataing, Sury-le-Comtal :

  • Archives de Tristan BATET (1777-1789), de Jean Baptiste BOYRON, de Hugues BARJON

Aux Archives Départementales de la Loire, Saint-Étienne :

  • 5E56_1 à 3 : DELOSME (1642-1664)
  • 5E56_4 : CLEPIER (1674-1689)
  • 5E56_5 à 8 : Benoît RELOGUE (1688-1721)
  • 5E56_9 à 10 : LOYAULTE (1699-1720)
  • 5E56_11 à 27 : LAFOREST (1724-1809)
  • 5E56_28 à 40 : PRIVAT (1731-1790)
  • 5E56_41 à 55 : BOYRON (1739-1777)
  • 5E56_56 à 61 : Jean BARJON (1747-1782)
  • 5E56_62 à 64 : BRUYAS (1759-1798)
  • 5E56_65 à 74 : BATET (1794-1815)
  • 5E56_75 à 83 : MICHEL (1815-1824)
  • 5E56_84 à 88 : FANGET (1824-1828)
  • 5E56_89 à 126 : Pierre François Joseph BRUYAS (1828-1868)
  • 5E56_127 à 136 : Louis Joseph BRUYAS (1868-1878)
  • 5E56_137 à 147 : CUILLIERON (1878-1889)
  • 5E56_148 à 158 : CHAUVET (1889-1899)
  • 5E56_159 répertoire : BRUYAS (1854-1878), CUILLIERON (1856-1880), CHAUVET (1878-1920)
  • épave 5E2428 : DELOSME (1640-1677), Jean RELOGUE (1641-1667), Benoît RELOGUE (1678-1722)

A La Diana, Montbrison :

  • 3E13 : CHAVANON (1602-1603)

Sources : www.loiregenealogie.org & www.ladiana.com

Remarques

Registres de l'état civil à la Mairie de Sury-le-Comtal :

  • N.M.D. : de 1884 à nos jours

Microfilms des registres paroissiaux aux Archives Départementales de la Loire, Saint-Étienne :

  • 1 Mi EC 305/1 : Baptême de 1578 au 25 avril 1586, de novembre 1641 à mars 1643 & du 2 novembre 1651 jusqu'en 1667
  • 1 Mi EC 305/1 : Mariage de 1578 au 10 avril 1587, 1635 et de 1652 à 1667
  • 1 Mi EC 305/1 : Sépulture de 1579 et de 1652 à 1667
  • 1 Mi EC 305/1 : B.M.S. de 1668 au 22 février 1683
  • 1 Mi EC 305/2 : B.M.S. du 23 février 1683 à 1722
  • 1 Mi EC 305/3 : B.M.S. de 1723 à 1750
  • 1 Mi EC 305/4 : B.M.S. de 1751 à 1785
  • 1 Mi EC 305/5 : B.M.S. de 1786 à l'an XIV

Source : www.loire.fr/upload/archives/inventaire-fonds/pages/accfond.htm

Bibliothèque

Publications consacrées à Sury et aux Suryquois :

  • Alleux et parcellaire à Sury-le-Comtal (Forez) : un essai de reconstitution du cadastre ancien, de François Tomas, éditeur : S.l, 1967, 6 pages.
  • Antoine Blanc de Sury-le-Comtal. Un Forézien embarque pour la Louisiane (1817), de Daniel Allézina, éditeur : Cahier de Village de Forez, 2006, 32 pages.
  • Une Bulle relative au prieuré de Sury-Le-Comtal au XVe Siècle, de Pierre Maxime Relave, éditeur : Imprimerie d'Eleuthère Brassart, 1906, 12 pages.
  • La chapelle Saint-Etienne de Sury-le-Comtal, un édifice en détresse, de Noël Gardon, éditeur : Village de Forez, 2002, 44 pages.
  • Château de Saint-Marcel-de-Félines : classés monuments historiques. Château de Sury-le-Comtal, éditeur : Imprimerie A. Mulcey, 1976, 12 pages.
  • Dignitaires ecclésiastiques de Sury-Le-Comtal au XVe et au XVIe siècles, de Pierre Maxime Relave, éditeur : Imprimerie d'Eleuthère Brassart, 1906, 8 pages.
  • Sur quelques familles notables de Sury-Le-Comtal au moyen-âge, de Pierre Maxime Relave, éditeur : Imprimerie d'Eleuthère Brassart, 1898, 16 pages.
  • Dans la Loire : Sury-le-Comtal, une ville de la plaine du Forez au travers de 120 cartes postales. C'était hier : Sury-le-Comtal, de Roger Reynaud, éditeur : Reboul Imprimerie, 1982, 87 pages.
  • Mémoire sur délibéré, pour les consuls de Sury-le-Comtal, des années 1770, 1771 et 1772 ; contre sieur Antoine-Jerome Delosme, sieur Armand-Pierre de Venet, et Dame Catherine Delosme son épouse..., de Vincendon, Avocat éditeur : chez C. A. Faucheux, 1773, 16 pages.
  • Notes historiques sur le prieuré, la société de prêtres et la paroisse de Sury-Le-Comtal, de Pierre Maxime Relave, éditeur : Imprimerie d'Eleuthère Brassart, 1899, 47 pages.
  • Observations, pour Antoine-Jerôme Delosme...Armand-Pierre de Venet... et Dame Catherine-Sybille Delosme son épouse sur les Mémoires et Précis sur délibérés signifiés par les Consuls de la Ville de Sury-le-Comtal, et les Echevins de la Ville de Montbrison, de Riolz, avocat éditeur : Imprimerie de Claude-André Vialon, 1773, 8 pages.
  • Prieurs et curés sous l'ancien régime à Sury-le-Comtal, de Pierre Maxime Relave, éditeur : Imprimerie d'Eleuthère Brassart, 1909, 8 pages.
  • Un Prince à Sury-le-Comtal, de Joseph Berger, éditeur : Bernoux et Cumin, 1899, 106 pages.
  • Le grand Républicain Tristan Duché : 1804-1865 : Représentant du peuple et proscrit, de Etienne Fournial, éditeur : Les amis de tristan duche, 1990.
  • Saint-Romain-le-Puy et Sury-le-Comtal, de Edouard Jeannez et Edmond Révérend du Mesnil, éditeur : Le Livre d'Histoire, réédité en 1901, réimpression de l'ouvrage paru en 1882, 182 pages.
  • Sury-Le-Comtal au XVIIIe siècle, quelques prébendes de l'église paroissiale, assistance publique, consuls, assemblée de notables et collecte des tailles, dîmes, de Pierre Maxime Relave, éditeur : Imprimerie d'Eleuthère Brassart, 1902, 27 pages.
  • Sury-le-Comtal devant son histoire, de Jacques Clavier, éditeur : Editions Claude Bussy.
  • Sury-le-comtal du XIe au XXe siècle : le château, l'église, la cité, de Henri Ramet, éditeur : Imprimerie Industrielle, 1958, 160 pages.
  • Sury-le-Comtal en Forez: essai d'histoire & d'archéologie, de Pierre Maxime Relave, éditeur : Imprimerie d'Eleuthère Brassart, 1907, 552 pages.
  • Sury-Le-Comtal, ses fours à chaux et les épidémies, mortalité et natalité au XVIIe et au XVIIIe siècles Généalogie des familles de Sury, de Pierre Maxime Relave, éditeur : Imprimerie d'Eleuthère Brassart, 1904, 32 pages.

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

1. Bulletin de la Diana. Tome deuxième, Mai 1881-Août 1884, Montbrison, Imprimerie Typographique A. Huguet, 1881-1884. p 199.

2. BERNARD Auguste-Joseph, Histoire du Forez. Volume 1, imprimerie de Bernard Aîné, Montbrison, 1835. p 129.

3. BERNARD Auguste-Joseph, Histoire du Forez. Volume 1, imprimerie de Bernard Aîné, Montbrison, 1835. p 258 et p 261.

4. BERNARD Auguste-Joseph, Histoire du Forez. Volume 1, imprimerie de Bernard Aîné, Montbrison, 1835. p 273.

5. BERNARD Auguste-Joseph, Histoire du Forez. Volume 1, imprimerie de Bernard Aîné, Montbrison, 1835. p 281.

6. BERNARD Auguste-Joseph, Histoire du Forez. Volume 1, imprimerie de Bernard Aîné, Montbrison, 1835. p 289.

7. COLOMBET-LASSEIGNE Claude, Les hommes et la terre en Forez à la fin du moyen-âge: la seigneurie rurale face aux crises des XIVe et XVe siècles. 2e édition, Volume 4, publication de l'Université de Saint-Etienne, Saint-Etienne, 2007. p 138.

8. Bulletin de la Diana. Tome XV - n°I Janvier-Mars 1906, Montbrison, Imprimerie Eleuthère Brassart, 1906. p 159.

9. BAUDOT Marcel. Documents linguistiques de la France (série franco-provençale) Vol. 134, n° 2, Éditions du Centre national de la Recherche scientifique, Paris, 1974. p 428.

10. Mémoires lue à la Sorbonne dans les séances extraordinaires du Comité Impérial. Paris, Imprimerie Impériale, 1863. p 312 et p 313.

11. LENOIR Alexandre, Description historique et chronologique des monumens de sculpture réunis au Musée des monumens français. Huitième édition, Paris, Imprimerie d'Hacquart, 1806. p 210.

12. TOUCHARD-LAFOSSE Georges, La Loire Historique, Pittoresque et Biographique. Tome premier, Nantes, Suireau Libraire-Editeur, 1840. p 378.

13. Bulletin de Comité historique des arts et monuments, archéologie – Beau-arts. Tome III, Paris, Imprimerie Impériale, 1852. p 57.

14. TOUCHARD-LAFOSSE Georges, La Loire Historique, Pittoresque et Biographique. Tome premier, Nantes, Suireau Libraire-Editeur, 1840. p 378.

15. Bulletin de Comité historique des arts et monuments, archéologie – Beau-arts. Tome III, Paris, Imprimerie Impériale, 1852. p 58.

16. ALLEZINA Daniel, Antoine Blanc de Sury-le-Comtal. Un Forézien embarque pour la Louisiane (1817), Cahier de Village de Forez, 2006. p 3.

17. www.assemblee-nationale.fr/histoire/decentralisation.asp

18. GEREST Henri, Ainsi coule le sang de la terre. Saint-Etienne, Université de Saint-Etienne, 2005. p 36 et p 184.

19. ALLEZINA Daniel, Antoine Blanc de Sury-le-Comtal. Un Forézien embarque pour la Louisiane (1817), Cahier de Village de Forez, 2006. p 3.

20. TOUCHARD-LAFOSSE Georges, La Loire Historique, Pittoresque et Biographique. Tome premier, Nantes, Suireau Libraire-Editeur, 1840. p 379.

21. BOITEL L., Revue du Lyonnais, esquisses physiques, morales et historiques. Tome quatrième, Lyon, Imprimerie de L. Boitel, 1836. p 373.

22. CURTIS Sarah Ann, L'enseignement au temps des congrégations : le diocèse de Lyon (1801-1905). Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2003. p 194.

23. DUFOUR J.E., Dictionnaire Topographique du département de la Loire. Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne. p 963.

24. www.legifrance.gouv.fr

25. GRAS Louis-Pierre, Répertoire héraldique, ou Armorial général du Forez.... Lyon, Mougin-Rusand, 1874. p. 5, p. 91, p. 98,p. 103, p. 116, p. 144, p. 157, p. 210, p. 227, p. 230. p. 263 et p. 296.

26. Bulletin de la Diana. Tome XV - n°I Janvier-Mars 1906, Montbrison, Imprimerie Eleuthère Brassart, 1906. p 294.

27. Bulletin de la Diana. Tome XV - n°I Janvier-Mars 1906, Montbrison, Imprimerie Eleuthère Brassart, 1906. p 318.

28. MILLIN Aubin-Louis, Antiquités nationales ou Recueil de monumens. Tome premier, Paris, Chez M. Drouhin, 1790. p 16.

29. Traduction libre depuis l'encyclopédie du site New Advent

30. www.assemblee-nationale.fr

31. Bulletin de la Diana. Tome XI - Janvier-Mars 1899, Montbrison, Imprimerie Eleuthère Brassart, 1900. p 16.

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.