42094 - Feurs

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour

Feurs
Blason Feurs-42094.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 42 - Blason - Loire.png    Loire
Métropole
Canton Blason Feurs-42094.png   42-05   Feurs

Blason Feurs-42094.png   42-07   Feurs (Ancien canton)

Code INSEE 42094
Code postal 42110
Population 7 380 habitants (2006)
Nom des habitants les Foréziens
Superficie 2439 hectares
Densité 302,58 hab./km²
Altitude Mini: 327 m
Point culminant 366 m
Coordonnées
géographiques
45.741667° / 4.226667° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
42094 - Feurs carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Ce fut une importante cité Gallo-Romaine, l'antique Forum Segusiavorum (nom gaulois signifiant« marché », « place »), capitale des Ségusiaves. (En 1984, des céramiques furent découvertes dans une nécropole).

  • En 52 avant Jésus-Christ, après la défaite de Vercingétorix à Alésia, la bourgade est devenue le Forum Ségusiavorum, une capitale romaine de la cité des Ségusiaves. Feurs était située à un important carrefour de chemins. Le "Cardo maximus" conduisait à Lugdunum et à Rodoumna (Roanne). La voie Décumane menait à la route d'Aquitaine et à son compendium. Un autre tronçon de cette voie conduisait en Auvergne. Les fouilles effectuées à diverses époques montrent que, sous les empereurs Auguste et Claude, la ville grandit et s'enrichit de tous les édifices habituels d'une ville romaine: forum, temple, basilique, thêatre, thermes....avec en son centre un forum tripartite, ensemble monumental comprenant trois parties: administrative, place publique et aire sacrée.
  • milieu du IIIe siècle : la crise déchire l'Empire et plonge le Forez dans une période difficile. Il est ensuite envahi, à partir de 270 par les Francs et les Alamans. La ville de Feurs tombe en désuétude et le Forez est rattaché à Lyon. Le "vicus forensis" ne réapparut qu'au Xe siècle et Feurs, alors localité insignifiante, dans l'orbite du prieuré de Randans (Prieuré Forézien dépendant de l'Abbaye Lyonnaise de Savigny), ne put en être le chef lieu comme certains historiens l'ont affirmé.
  • Xe siècle, le Forez est un comté dépendant du royaume de Bourgogne.
  • 921 : Les Comtes du Forez apparaissent avec Guillaume 1er.
  • XIIIe siècle : Feurs connu un essor important, dû principalement à ses marchés qui, avant 1302, furent complétés par des foires au bétail et aux chevaux.
  • XVe siècle : fut une époque de développement. Le trafic routier augmenta et le produit du péage fut multiplié par cinq au cours de ce siècle. La ville vu aussi se développer le tissage et la draperie.
  • 1417, le Forez est annexé au Bourbonnais dont la capitale est Moulins.
  • 1452 : il fut conclu le double mariage du Dauphin Louis (Louis XI) avec Charlotte de Savoie et d'Amédée IX de Savoie avec Yolande de France.
  • 1534 : Feurs fut rattaché au Royaume avec le Forez. Sa Renaissance accompagna alors celle de la France. Son essor fut limité vers l'ouest par l'absence de pont sur la Loire et par la présences de ramparts.

La Révolution fut très active et les horreurs de la guillotine marquèrent ses habitants. Les 80 victimes du Tribunal révolutionnaire furent presque toutes exécutées à l'emplacement de la chapelle des Martyrs.

  • 1564 : les calvinistes s'en emparèrent

Sous la Révolution, le tribunal révolutionnaire dirigé par Javogues fit de nombreuses victimes.

Industrie.jpg Histoire industrielle

42094 feurs-Pont-Seguin.jpg
Le XIXe siècle marqua la ville par les grandes orientations agricoles et industrielles.

La prospérité agricole se confirma après son expansion vers l'ouest par la construction du premier pont sur la Loire en 1833 (Pont métallique suspendu) par les architectes : Marc Seguin et frères ; et la compagnie de construction : Cie Jules Seguin. La 3e ligne de France Andrézieux - Roanne ouvre sa 1ère section le 1er août 1832 entre Saint-Bonnet les Oules et Balbigny. C'est à Feurs qui se trouve sur cette section que sont installés les ateliers de la compagnie qui construiront plusieurs locomotives sous les ordres de l'ingénieur Régnié.la réalisation de la ligne ferroviaire Andrézieux-Roanne longue de 67 kilomètres fut achevée en 1833, et donna le premier essor industriel à ville (Fonderie d'acier et une fabrique de machines à vapeur).la ligne est ouverte au transport des voyageurs dès 1832 , la ligne est exploité par Mellet et Henry et utilise une locomotive anglaise STEPHENSON et une FENTON - JACKSON plus chères que les locomotives Françaises de Marc Seguin.

En Juillet 1923, comme l´ancien pont suspendu ne suffisait plus aux besoins du moment, on lança la construction d'un nouveau pont en granit sur l'emplacement du pont suspendu . Le nouvel ouvrage fut livré à la circulation en novembre 1926 et inauguré le 19 Juin 1927.


Marianne.jpg Histoire administrative

  • 1790 : il fut décidé d'inclure dans un même département le Forez, le Lyonnais et le Beaujolais, sous le nom de Rhône et Loire. Le chef-lieu était Lyon avec comme districts Montbrison, Roanne, Saint-Étienne et Villefranche.De nombreux maires se sont succédés au début de cette aire nouvelle.Le 27 janvier 1790 GRAS de La BEAUCHE fut le premier maire de Feurs. Il démissionna peu de temps après PLASSON De La COMBE lui succéda et en novembre 179O GEORGERET.
Cette réunion ne fut pas une réussite et le divorce fut prononcé par la Convention le 29 Brumaire de l'an 2. Le Forez se trouva ainsi dans le département de la Loire et la ville de Feurs fut fugitivement chef-lieu du département de la Loire de 1793 à 1795.

Topo.jpg Toponymie

Le mot latin forum se retrouve également dans Forez (in agro Forensi) ; c'est la ville de Feur qui a donné son nom au Forez.

Blason en attente.png Héraldique

D'or au pot à feu de sable vomissant des flammes de gueules.

Patrimoine.png Patrimoine

Église Notre-Dame


L'église actuelle date pour l'essentiel du début du XVe siècle. Elle est de style gothique. De l'église romane du XIe, il ne reste qu'une partie du chœur (Voûte en berceau soutenue par deux murs énormes qui soutenaient l'ancien clocher. Le mur du chevet plat date du XIIIe siècle.

De grands travaux transformèrent l'église entre 1855 et 1862 à l'initiative du curé Jean BRANDON. La façade occidentale fut refaite et la nef prolongée d'environ 5 mètres. L'ancien clocher (Marqué par un petit drapeau en fer) fut démonté et remplacé par un clocher situé au dessus de la façade. Depuis le clocher a été délesté des clochetons pour des raisons de sécurité. Cette façade de style néo-gothique est l'oeuvre de l'architecte lyonnais Pierre BOSSAN et LEO.
L'église mesure à l’intérieur 40 mètres de long par 25 de large. Le clocher domine la place de la mairie de ses 40 mètres de hauteur.
Trois grandes portes en chêne massif sculpté permettent l'accès à la nef et aux collatéraux. Ces portes sont l'oeuvre d'un ébéniste forézien, Ennemond MAGAT. Sur le portail central, sont figurées des emblèmes des litanies de la Vierge.

Plan de l'église

Au tympan, une vierge à l'enfant assise sous un dais.
Au dessus de la rosace due à BÉGULE, la cloche surmontée de l'horloge est encadrée par deux personnages "JACQUEMART et sa femme" qui marquent les heures et les demies. Les originaux en bois peint sont conservés au musée.
La statue de la chapelle Notre Dame de Feurs (VI sur le plan) est l'oeuvre du sculpteur originaire de Panissières Jean BONASSIEUX. Elle est réalisée en marbre de Carrare et elle mesure 2m de haut. Elle a été exposée au salon de 1848. Le retable fut réalisé suivant des plans de BOSSAN.
La chapelle du Sacré-Cœur est éclairée par des vitraux réalisés suivant des cartons de Georges DÉCÔTE (Professeur à l'école des Beaux-arts). La réalisation est faite par Émile ADLER maître verrier parisien en 1914. Des vitraux réalisés suivant des cartons de Louis CHARRAT (Lyon) complète l'ornementation de la chapelle. La réalisation étant de L PAYET.
La chapelle Saint Pierre est ornée de vitraux de Lucien BÉGULE et d'une statue de FABISH.

Le clocher compte actuellement cinq cloches.

L'église est inscrite aux M.H depuis 1991[1]


Photos diverses

Vitraux

La chapelle des Martyrs


La chapelle se trouve dans l’allée des Rosiers, à l’endroit où ont été fusillés la plupart des 80 victimes du tribunal révolutionnaire, présidé par JAVOGUES, de novembre 1793 à février 1794.
C'est le maire, Pierre-Marie d’ASSIER, soutenu par le curé Michel VIAL, qui est à l'origine de la décision de construire la chapelle.

Le monument fut inauguré le 16 novembre 1826.

À l’intérieur du monument, une fosse ronde et murée reçut les restes qu’on exhuma du « champs des martyrs ».
Le monument édifié en pierre de Donzy à la forme d'un temple grec, il a été édifié sur un terrain donné par M. du ROSIER.

Repère géographique.png Repères géographiques

La commune de Feurs est située au cœur du Forez (région située dans la partie centrale du département de la Loire), sur la rive droite de la Loire, à environ 65 km à l´ouest de Lyon et au croisement des deux grands axes routiers Saint-Étienne/Roanne et Clermont-Ferrand/Lyon.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 2 600 1 796 1 837 1 937 2 240 2 571 2 646 2 816 2 943 2 894
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 2 823 3 060 3 048 3 216 3 249 3 451 3 492 3 719 3 766 3 983
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 3 995 3 956 4 337 4 561 4 759 5 194 5 381 6 272 6 649 8 017
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 - - - -
Population 8 012 7 803 7 669 7 380 7 922 - - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Source Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2013

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance et de décès de

Ville de naissance

  • Joseph Guichard du Verney: célèbre anatomiste du Siècle de Louis XIV, naquit à Feurs en 1648. Il est mort à Paris en 1730.
  • Michel COMBE (1787-1837) né à Feurs le 19 octobre 1787 ; colonel de la Garde de Napoléon Ier. Engagé dans l'armée impériale à l'age de 15 ans. Chevalier de la légion d'honneur en 1806 à Iéna. Accompagna Napoléon à l'île d'Elbe. Il s'exila en Amérique sous la restauration de 1815 à 1830, il reprit son rang dans l'armée sous le règne de Louis PHILIPPE. Il s’illustra à la prise d’Ancône et par l’organisation de la Légion Étrangère. Mortellement blessé à Constantine à la tête du 43e Régiment d'Infanterie.
La statue de Combes a été sculptée par M. FOYATIER ; elle a été inaugurée le 16 octobre 1839.
  • Henri Mathias BERTHELOT : né à Feurs le 7 décembre 1861 et mort à Paris le 29 janvier 1931, est un général français ayant servi pendant la Première Guerre mondiale. Il est inhumé à Nervieux .


Ville de décès

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
GRAS De La BEAUCHE 1790 - 1790 Démissionnaire  
PLASSON De La COMBE 1790 - 1790  
GEORGERET 11/1790 - 1791  
Jacques BERTUEL 1791 -  
- -  
- -  
Jean-Pierre de PONCIN 1808 - 1816  
Pierre-Marie d'ASSIER 1816 - 1830  
Aîné MONDON 1830 - 1833  
Pierre Jean Baptiste ARNAUD 1832 - 1833  
Jean Antoine MORRETON 1833 - 1839  
Noël Benoit GALLAND 1839 - 1841 Notaire - Démissionnaire  
Michel GAY 1841 - 1841  
Jean-Joseph D'ASSIER 1841 - 1848  
PARIAT GERVAIS 1848 - 1849 Révoqué  
Jean-Joseph D'ASSIER 1849 - 1852  
Auguste BROUTIN 1853 - 1865  
Eugène DASSIER 1865 - 1870  
Comte Léon de PONCINS 1870 - 1878  
C PARIAT 1878 - 1881  
Jean-Marie NIGAY 1881 - 1891  
Félix NIGAY 1891 - 1896  
Charles DORIAN 1896 - 1900 Conseiller général  
Joseph ORY 1900 - 1904  
Joannès MOLLON 1904 - 1908 Conseiller général  
Joseph ORY 1908 - 1912  
Antoine DRIVET 1912 - 1940 Conseiller général  
Charles GERY 1940 - 1944  
Félix NIGAY 1974 - 1974 Conseiller général  
Maurice DESPLACES 1974 - 1977 Conseiller général  
André DELORME 1977 - 2001  
Benoit GARDET 2001 - 2008  
Jean-Pierre TAITE 2008 - (2020)  
- -  

Cf. : Mairesgenweb et Bibliographie

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Jean LAPRA 1874  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
Benoît de COMBEGRANDE - Mort en 1588[2]  
- -  
Jean de COMBEGRANDE 20/11/1595 - 1614 Source[2]  
Pierre JAILLY 1614 - Décédé en 1651[2]  
Jacques DANZAT 1651 - Source[3]  
Jean Marie FARJOT 23/10/1662 - 18/08/1688 - Décédé à Feurs le 18 août 1688 (source : AD42 - Feurs.-Baptêmes, Mariages, Sépultures. - 3NUMRP1/1MIEC095X04 - De 1686 à 1691 - vue 54/134)  
Jean-François DUGUET 25/08/1688 - 13/01/1724 Né à Montbrison le 8 février 1660, onzième et dernier enfant de Claude DUGUET, avocat au baillage de Montbrison et de Marguerite COLOMBET - Décédé à Feurs le 13 janvier 1724 (source : GALLICA - Recueil de mémoires et documents sur le Forez. Publ. par la Société de la Diana - Tome 6 - vue 3/1880)  
Mathieu CHAMBON 25/01/1724 -  
Jean GAYOT 23/07/1751 - Source[3]  
Michel VIAL après 1781 - Curé en 1793, 1809, 1827  
- -  
Jean BRANDON Avril 1828 - 1863 (1785 - 1863)
- Il a lancé les travaux de transformation de la façade et du clocher
- Inhumé dans l'ancien cimetière  
Jean MATHEVET Mai 1863 - Source[4]  
Pierre BOISSONNET (?) - 1876 (?) (1797 - 1876)
- Inhumé dans l'ancien cimetière  
Gilbert FILLON Octobre 1869 - Source[4]  
Jean François DUPRÉ Août 1878 - Source[4] - Puis curé de Saint-Charles à Saint-Étienne  
Jean Baptiste DUMAS 1882 - 1900  
Antoine BROSSARD 1900 - 1902 (1844 - 1902)
- Ancien curé de Notre-Dame à Pélussin
- Inhumé dans l'ancien cimetière  
Louis Antoine DUPRÉ 1902 - 1919 (1845 - 1919)
- Ancien curé de Saint-Priest-la-Roche  
Jean Marie UNAL 1919 - 1934 (1866 - 1934)
- Chanoine honoraire de la Primatiale
- Ancien curé de Saint- Just-cn-Bas  
Claude BARRALON 1934 - Ancien curé de Saint-Isidore-en-Jarez  
- -  
- -  
- -  

Les titulaires de la Légion d'honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Michel COMBE 19 octobre 1787 13 octobre 1837 Dossier  
Henri Mathias BERTHELOT 7 décembre 1861 - Dossier
- Général de Division (1915) - Membre du conseil supérieur de la guerre - Ancien élève de St Cyr
- Grand-Croix de la Légion d'honneur - Croix de Guerre  
- - -  
- - -  
- - -  
- - -  

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Pictos recherche.png Consulter la liste ...

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin de 08h30 à 12h00 de 08h30 à 12h00 de 08h30 à 12h00 de 08h30 à 12h00 de 08h30 à 12h00 de 09h00 à 12h00 -
Après-midi de 13h30 à 17h30 de 13h30 à 17h30 de 13h30 à 17h30 de 13h30 à 17h30 de 13h30 à 17h30 - -
42094 - Feurs Mairie.jpg

Mairie
Adresse : Place Antoine Drivet - 42110 FEURS

Tél : 04 77 27 40 00 - Fax : 04 77 26 50 60

Courriel : Courriel

Site internet : Mairie de Feurs

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : Mairie de Feurs (Janvier 2011)

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Sur Geneanet

  Histoire de la ville de Feurs et ses environs

Librairie

  • Feurs La plaine du Forez par H Ramet ; Geoffroy et Georges GUICHARD au éditions et librairie CHEVALIER de Saint-Étienne.

Sur Google Books

  • Encyclopédie militaire et maritime: Dictionnaire des armées de mer - Louis Pierre François Adolphe Chesnel de la Charbouclais (marquis de) - 1865 - Google Book

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références



Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.