42046 - Champdieu

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour

Champdieu
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 42 - Blason - Loire.png    Loire
Métropole
Canton Blason Boën-sur-Lignon-42019.png   42-02   Boën-sur-Lignon

Blason Montbrison-42147.png   42-09   Montbrison (Ancien canton)

Code INSEE 42046
Code postal 42600
Population 1856 habitants (2015)
Nom des habitants Les Champdieulats
Superficie 1820 hectares
Densité 101,97 hab./km²
Altitude Mini: 363 m
Point culminant 727 m
Coordonnées
géographiques
45.645556° / 4.046111° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
42046 - Champdieu carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Bref historique

Le nom de Champdieu a évolué au fil des âges. Tout d'abord CANDICUS (chef romain), ensuite au XIe siècle le village se nomme CANDIACO (Cartulaire de Savigny). Il devient au XIIIe siècle CHANDIACO puis CHANDIEU et pour finir au XVIe siècle il devient CHAMP-DIEU et enfin après 1801 CHAMPDIEU.

L'origine de la commune parait être antérieure à l'époque carolingienne.

Champdieu se forma au Xe siècle (980) autour du riche établissement bénédictin de Chandieu (Candiaco), dépendance de l'abbaye auvergnate de Manglieu.

La seigneurie de Chandieu revenait au prieur, vassal du comte du Forez. Ce dernier devait en assurer la garde. Au XIVe siècle la venue des routiers incita les prieurs à construire deux enceintes fortifiées pour protéger le bourg. La première était constituée par la muraille du "Vingtain" et de ses tours, elle enfermait l'essentiel de l'ancien bourg. La seconde, comprenait l'église et le prieuré.

Héraldique

La commune interrogée indique qu'elle ne possède pas de blason.

On trouve sur certains sites : un blason défini par "D’or à la croix ancrée de sable, à la bande de gueules brochante" c'est celui d'un des prieurs du monastère de Champdieu : Pierre de la Bâtie, ayant dirigé le prieuré fin XV° début XVI° siècle.

Histoire administrative

  • Département - 1801-.... :
  • Arrondissement - 1801-.... :
  • Canton - 1801-.... :

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine

Église Saint-Sébastien et Saint-Domnin

La construction de l'église remonte au XIe et XIIe siècle pour ses parties les plus anciennes (chœur, crypte, transept, clocher oriental, nef et narthex). Au XIVe siècle, l'église a été entourée, ainsi que le prieuré, d'une ceinture de fortifications pour lui assurer une protection durant la période de la guerre de cent ans. Les restes de cette fortification sont visibles sur la photo (murs surélevés du chevet et grands arcs mâchicoulis) .
A la fin du XVe siècle ou début du XVIe fut édifiée la Chapelle des Bourbons de style gothique et le clocher de la façade occidentale fut surélevé.
Les bâtisseurs de l'église on subi les influences Auvergnates (transept, clocher, nef et narthex) du fait de leur dépendance à l'abbaye auvergnate de Manglieu.
Une partie des reliques de Saint Domnin étant transférée dans la crypte située sous le chœur au cours du XIIe siècle, l'église aura à partir de ce moment une vocation triple : église paroissiale, église du prieuré et église de pèlerinage.
A la Révolution, l'église et le prieuré sont vendus comme "biens nationaux". L'église redevient paroissiale en 1808.

La Crypte
C'est la partie la plus ancienne de l'église. Elle abritait à partir de 1143 les reliques de saint Domnin d’Avrillé , enfant martyrisé au IIIe siècle sous l’empereur Dioclétien. A la révolution les reliques furent perdues.
La crypte reprend le plan "Clunisien" avec une abside centrale, deux absidioles et un corridor qui relie les trois parties.
L’abside comporte 18 colonnes dont les fûts sont des réemplois gallo-romains qui pourraient provenir de "Moingt".
Les chapiteaux sont caractéristiques du XIe avec leurs végétaux où la feuille d’acanthe est omniprésente.
Le Portail
Le portail ne possède pas de tympan sculpté. Il est composé de trois arcs superposés qui reposent sur deux chapiteaux : à gauche la sirène bifide (deux queues) montrant la présence de deux courants d'eau souterrains (dualité entre le Bien et le Mal) et à droite le chapiteau à palmes d’acanthe représente la purification du pèlerin.
Le clocher
L'église comporte deux clochers. Le clocher oriental (au fond sur la photo du XIIe est typique du style roman auvergnat. Il est composé sur trois faces de doubles arcatures géminées soutenues par des colonnettes aux chapiteaux sculptés.
Le clocher occidental (au premier plan sur la photo) est quant à lui du XVIe siècle. C'est lui qui a reçu les cloches, d’où la présence d’abat-sons .
Les chapiteaux
La majorité des chapiteaux décoratifs sont ornés de végétaux (chapiteaux corinthiens).
A noter aussi la présence de chapiteaux ornés d'Atlantes (Figure d'homme qui soutient sur le cou et les épaules une corniche, une tribune... ), de sirènes ou de griffons.

Église classée au monuments historiques depuis 1886[1].

Le prieuré Bénédictin

Les historiens placent l'implantation d'un prieuré à Champdieu vers l'an 1000 (IXe ou Xe siècle). Celui- ci dépendait de l'abbaye bénédictine de Manglieu.
Le prieuré se compose de l'église de plan cruciforme contre le flanc nord duquel est placé le cloître encadré de trois corps de bâtiments (l'aile est ayant été détruite).
Dans la dernière moitié du XIVe siècle, la guerre de Cent ans et les pillages des mercenaires qui parcourent le Forez entraînent la fortification du prieuré par la surélévation des absides de l'église et l'adjonction de tourelles d'angles et de mâchicoulis sur les murs du couvent.

Une restructuration des bâtiments conventuels est effectuée vers le milieu du XVe siècle pour adapter les bâtiments aux nouvelles exigences de confort.
Blason du prieur Pierre de la Bâtie

Le nombre des moines a évolué au fil des siècles, avec une douzaine de moines au maximum. En 1695, le prieuré, qui ne compte plus que deux religieux, est uni au séminaire Saint-Irénée de Lyon. A la révolution il est vendu à plusieurs propriétaires au titre des "biens nationaux".
En 1910, la commune, rachète la partie sud de l'aile ouest, puis en 1917 la partie nord. La partie sud est restaurée en 1921, la grande salle du rez-de-chaussée devant servir aux réunions du conseil municipal, la partie nord est louée. L'aile nord, occupée par les sœurs de Saint-Joseph, n'est rachetée par la commune qu'en 1973 et 1974. Un vaste projet de reconstruction de galerie du cloître est mené entre 1975 et 1978 sous la responsabilité de l'architecte des Bâtiments de France.
Les façades ont été restaurées au XXe siècle. Aujourd'hui le prieuré est un ensemble socio-culturel.
Le réfectoire

Salle du repas en silence accompagné de lectures. Une partie des ornements de la salle sont conservés et en particulier : un bandeau de fresques à motifs géométriques du XIIIe, une fresque au-dessus de la cheminée monumentale représentant la Cène du XVe, un plafond à caissons et de grandes baies à meneaux.


Le prieuré est inscrit aux M.H depuis 1914[2].

L’hôpital





Maison de charité fondée en 1500 par le prieur Pierre de la Bâtie. Elle accueillait 12 pauvres des paroisses d'Essertines et de Champdieu. Depuis 1980 l'hôpital est une maison de retraite.

La porte de bise

La porte de "bise" qui tire son nom de son exposition au nord est la seule porte qui subsiste des fortifications de la ville. Elle date du XVe siècle. La porte se compose d’une ouverture en ogive surplombée d’un mâchicoulis. La porte est protégée, à l’ouest, par une grosse tour ronde percée d’archères pour le tir des flèches. L'accès au village se faisait par un pont mobile enjambant les douves.

Pont de Ruillat





Pont construit en 1843 pour remplacer le guet. Avant cette date , il n'existait qu'une passerelle en bois pour enjamber "le Ruillat" au niveau de la porte de bise.

Repère géographique.png Repères géographiques

Champdieu se situe, entre Plaine et Monts du Forez, au bord de la D8 qui relie Montbrison (sous-préfecture de la Loire) à Boën-sur-Lignon.
Champdieu est dominé à l'Ouest par les Monts du Forez (appelés également Montagnes du Soir).

Champdieu est à environ 5 kilomètres de Montbrison et 40km de Saint-Étienne.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 840 817 754 974 1 005 936 978 1 061 1 111 1 178
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 1 175 1 172 1 190 1 240 1 271 1 355 1 262 1 186 1 122 1 064
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 1 013 918 867 888 910 824 796 882 858 1 120
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 - - - -
Population 1 291 1 355 1 471 1 607 1 722 - - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.


Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2015.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

42046 - Champdieu Église Saint-Sébastien Carte.jpg

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- - -  
PASSEL - Maire en 1874  
- - -  
Henri Jean Marie CHARVET - Maire vers 1897  
- - -  
Antoine PALLANDRE - Maire en 1902  
- - -  
Jean Marie dit Roger FAURE - Maire en 1949 et 1957 (1909-1957)  
- - -  
André PEUVERGNE 1959 - 1969 -  
André COMTE 1969 - 1995 -  
André BOUCHAND 1995 - 2008 -  
Patrice COUCHAUD 2008 - (2020) - [ Photo]  
- - -  

Cfr: Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Louis de la BASTIE 1469- Source[3]  
- -  
Pierre DURAND -  
Pierre PLEIGNEU 7 décembre 1651 - Oncle[3]  
Pierre PLEIGNEU 18 janvier 1694 - Neveu[3]  
François Hubert DUBREUIL 11 août 1704 - Source[3]  
Jean DEMONTMAIN du 14.4.1714 - 18.11.1747  
DIDIER - Curé après 1747 - Oncle  
DIDIER -1789 Neveu - Après 1781[3]  
- - Période révolutionnaire  
Pierre DIDIER Février 1803- Source[4]  
Rambert BERTHÉAS décembre 1811 - Source[4] - Encore curé en 1838  
Claude GORAND Février 1843 - Source[4]  
Romain GEORGES Mars 1846- Source[4]  
Philippe Hippolyte FAURE Janvier 1877 - 1880 Puis curé de Saint-Martin-en-Haut  
Barthélémy MARSANNE 1880 - 1911 (1834 - 1911)  
MAGAND 1911 - Ex aumônier de l'hospice de l'Antiquaille, à Lyon  
Louis PLUVY 1913 - 1928 Puis curé de Villié-Morgon - Ex curé de Sain-Bel  
- -  
- -  
Pierre SOULIER - Curé en 1957  
FRÉRY - Curé en 1975  

Liste des titulaires de la Légion d'Honneur nés à Champdieu

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Pierre BEGONNET 28 novembre 1815 1 avril 1899 Dossier  
Jean DAMOND 19 octobre 1872 - Dossier  
Claude GATHION 3 mai 1891 5 septembre 1962 Dossier  
Pierre GONNY 8 août 1876 19 septembre 1963 Dossier  
Georges Eugène LAZIME 24 septembre 1900 7 mai 1932 Dossier  
- - - -  

Source: Base Leonore

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts



Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste des inscrits sur le Monument aux Morts ...


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin de 10h00 à 12h00 de 10h00 à 12h00 de 10h00 à 12h00 de 10h00 à 12h00 de 10h00 à 12h00 de 10h00 à 12h00 -
Après-midi de 14h00 à 18h00 de 14h00 à 18h00 de 14h00 à 18h00 de 14h00 à 18h00 de 14h00 à 18h00 - -
42046 - Champdieu Mairie.jpg

Mairie
Adresse : 82 rue de la Mairie - 42600 CHAMPDIEU

Tél : 04 77 97 17 29 - Fax : 04 77 97 02 22

Courriel : Contact

Site internet :

GPS : 45.645556° / 4.046111° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : Site (12/2012)

Dépouillements des registres paroissiaux

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.