42042 - Chambles

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour

Chambles
Blason de Chambles
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 42 - Blason - Loire.png    Loire
Métropole
Canton Blason Saint-Just-Saint-Rambert-42279.png   42-20   Saint-Just-Saint-Rambert

Blason Saint-Just-Saint-Rambert-42279.png   42-31   Saint-Just-Saint-Rambert (Ancien canton)

Code INSEE 42042
Code postal 42170
Population 762 habitants (1999)
Nom des habitants Les Chamblous
Superficie 1890 hectares
Densité 40,31 hab./km²
Altitude Mini: 360 m
Point culminant 741 m
Coordonnées
géographiques
45.442778° / 4.238889° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
42042 - Chambles carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Étymologie de Chambles

Pour certains étymologistes le nom de Chambles viendrait du latin "Calma". Pour d'autres, il viendrait de "Campus Belli" qui signifie champs de Guerre.

Bref historique de Chambles

Un oppidum (camp retranché) très fréquenté plusieurs siècles avant l'arrivée de Jules César. L'oppidum d'Essalois, occupé par les Ségusiaves de -170 à -25 avant notre ère, est placé sur un sommet arrondi à 680 mètres d'altitude, et domine la Loire.

Des objets tels que poteries, monnaies, bronzes, fragments d'amphores, vases, ont été trouvés, de même que des os d'animaux de toutes sortes, nous rappelant la présence des chefs Gaulois.

Le château primitif appartenait en 1464 à Noble Béraud de la Bâtie (vieille famille forézienne).

Une page d'histoire

Histoire administrative

  • Département - 1801-.... :
  • Arrondissement - 1801-.... :
  • Canton - 1801-.... :

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine

Le bourg, marqué par trois enceinte a été édifié entre la première et la seconde enceinte, fermées de portes.

Château d'Essalois


Le château fut construit en grande partie en 1580 par Léonard de BERTRAND Seigneur d’Essalois (et maître des eaux et forêts à Montbrison).
En 1590 le château a été pillé par une troupe de ligueurs commandés par Honoré d'Urfé.
La seigneurie comprenait Chambles, Périgneux, Saint-Marcellin et Saint-Rambert. Au XVIIe siècle elle passa aux seigneurs de Sury-le-Comtal, les De la VEUHE puis enfin aux SOURDIS.
En 1671, Catherine d’Entraigues, veuve de Pierre de SOURDIS vendit la seigneurie aux moines de l'ordre des Camaldules du Val Jésus. Les Camaldules vendirent le château et la seigneurie d'Essalois à Thomas GONYN de Lurieu avocat au parlement et au présidial de Lyon, juge des domaines du prieuré de Saint Rambert. Celui-ci conserva le château et la seigneurie pendant 13 ans de 1690 à 1703. En 1703 les Camaldules reprirent l'ensemble et les conservèrent jusqu'en 1798. Au XVIIIe siècle, le château fut vendu comme bien national à Pierre THIOLLIÈRE de la Réardière, il passe ensuite successivement à plusieurs propriétaires.
A la fin du XIXe Hippolyte SAUZÉA marchand à Saint-Étienne achète le château et le restaure et ensuite le lègue aux Hospices de Saint-Étienne.
En 1976, sept communes riveraines du lac de Grangent formant le SMAGL (Syndicat Mixte d’Aménagement des Gorges de la Loire) et le département de la Loire acquièrent le château d’Essalois. La restauration se poursuit depuis 1983.

Château de Vassalieux


En 1280, on retrouve le "Fief de Vassalieu", première version du château de Vassalieu (Une partie des remparts datent ce cette époque).
Le fief passera à la maison d'Angérieu, puis à la famille de Saint-Pol au XVe siècle.
En 1498, nouvelle reconstruction du château cette dernière donne la forme actuelle.
En 1639, Vital lègue par testament le château à l'ordre des Oratiens, installés à Notre-Dame de Grâce.
En 1660, les oratiens la transforment en maison de campagne.
En 1794, le château sera vendu comme bien national.

Inscrit partiellement aux M.H en 1981 [1]


La tour


Ancien donjon dont la date de construction est inconnue. La tour de 18 mètres de hauteur possède une circonférence à sa base de 18 mètres et des murs de 1,4 m d'épaisseur.
A noter l'édicule visible sur la photo qui abritait les latrines.
La tour est inscrite aux M.H depuis 1947 [2].

Église Saint-Pierre

Vue intérieur Photo J-P GALICHON

L'abside romane est la partie la plus ancienne de l'édifice , elle date probablement du XIIIe siècle.
Les fortifications datent du XIIIe siècle, l'église et le château étai au contre de celles ci. Une seconde enceinte protégeait le site, une ancienne porte est encore visible.
Le chœur est éclairé par un vitrail représentant l'Annonciation.
Le meuble en bois sculpté des fonds baptismaux présente un intérêt artistique.
La chaire en bois sculpté était formée de quatre panneaux représentant les quatre évangélistes sous la forme des figures symboliques qui les représentaient. Lors de la suppression de celle ci la chaire fut partagée pour créer les autels latéraux, les deux anciens piliers sculptés servant de lutins.
A la révolution la paroisse fait partie de l'Archiprêtré de Montbrison.
A partir de 1803 l'église sera restaurée, puis équipée d'une grosse cloche en 1832.
La structure de l'église telle qu'elle est actuellement visible, date de 1846, lorsque l'église est reconstruite.

Église Notre-Dame-de-Grâce


Eglise, façades et toitures des communs et de l’ermitage inscrits aux Monuments Historiques par arrêté du 28 décembre 1984[3] .

Propriété privée

Voir une page d'histoire[4]


Porte du Prieuré » ou « de Saint-Rambert »


Vestige des anciennes fortifications.


Église de L'Ermitage du Val-Jésus

Vue depuis Saint-Victor - Photo J-P GALICHON

Le petit hameau abritait un ermitage de l'ordre des "Camaldules". Dans les années 1930, le hameau était en ruine et il a été restauré.
Ne se visite pas. propriété privée.


Chapelle Sainte-Foy-du-Châtelet

La chapelle Sainte-Foy-du-Châtelet située au lieu dit La presqu’île du Châtelet fut construite construite au XIe siècle. Elle est accessible à pieds en empruntant un chemin tortueux au départ du village.

Repère géographique.png Repères géographiques

Située au milieu des gorges de la Loire, sur la rive gauche du fleuve, dominant le lac de Grangent (barrage édifié en 1958 par EDF qui forme un plan d'eau de 25 kilomètres).

La commune est située à environ 24 km de Saint-Étienne.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 700 700 698 715 702 782 791 897 975 1 020
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 803 912 685 696 724 707 655 647 580 550
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 516 467 465 424 380 290 279 288 295 356
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 - - - -
Population 545 624 762 877 972 - - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2013.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Jacques BERTHOLLET - Maire en 1832[5]  
- -  
Vital BEYSSAC - Maire vers 1845 [6].  
- -  
- -  
- -  
Pierre GIRAUD 2001 - (2020) Réélu en 2008; 2014.  
- -  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Mathieu CHAMBON - Sources[7]  
Antoine AURION 31 mai 1656 - Sources[7]  
Jacques BONNEFONT - Sources[8]  
Mathieu MOLIN 23 août 1622 - Sources[8]  
Pierre THÉVE 20 janvier 1695 - Sources[8]  
Louis CHOVET 14 août 1721 - Sources[8]  
Jean Louis CHOVET 7 octobre 1738 - Sources[8]  
Mathieu POTARD 29 mars 1764 - 1789 Sources[8]  
- - Période révolutionnaire  
Antoine BARBIER Février 1803 - Sources[9]  
Pierre Henri RAVEROT Janvier 1834 - Sources[9]  
Pierre BRENIER Avril 1842 - Sources[9]  
Benoît CHAMPIER Mars 1855 - Sources[9]  
Étienne FAYOLLE Novembre 1856 - Sources[9]  
Antoine VERNAY Décembre 1863 - Sources[10]  
Joseph RIVOIRE 1878 - Sources[10]  
Joseph Jérôme PERRET 1884 - 1889 Sources[10]  
Louis Hippolyte VIALLE Décembre 1889 - 1922 Autorisé à prendre sa retraite[11] et Sources[10]  
Jean BOIRON 1922 - 1927 Ex vicaire à Unieux [12] - Puis curé de Marcoux  
Eugène CHASSAIGNON 1927 - 1927 (1881 - 1927) - Ex vicaire à Saint-Genest-Lerpt [13]  
Claude DIMIER 1927 - 1933 Vicaire à Valbenoîte - Puis curé de Saint-Martin-la-Sauveté  
Antoine CHOVIN 1933 -  
- -  
- -  

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Morts des guerres 1914-1918 / 1939-1945

Pictos recherche.png Consulter la liste ...

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin de 8h00 à 12h00 de 8h00 à 12h00 de 8h00 à 12h00 de 8h00 à 12h00 de 8h00 à 12h00 de 10h30 à 12h00 -
Après-midi - - - - - - -
42042 - Chambles-Mairie.jpg

Mairie
Adresse : Place de la Mairie - 42170 CHAMBLES

Tél : 04 77 52 38 90 - Fax : 04 77 52 07 18

Courriel : Contact

Site internet :

GPS : 45.442778° / 4.238889° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire : La mairie de Chambles est ouverte du lundi au vendredi de 8h à 12h et du samedi matin de 10h30 à 12h.

Source : Site (06/2009)

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.