37079 - Civray-de-Touraine

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Civray-de-Touraine
150px
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 37 - Blason - Indre-et-Loire.png    Indre-et-Loire
Métropole
Canton Canton de Bléré (Canton 37 03)

Blason Bléré-37027.png   37-03   Bléré

Code INSEE 37079
Code postal 37150
Population 1845 habitants (2015)
Nom des habitants Civraisiens, Civraisiennes
Superficie 2288 hectares
Densité 80,63 hab./km²
Altitude Mini : 46 m
Point culminant 129 m
Coordonnées
géographiques
47.332222° / 1.048611° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
37079 - Civray-de-Touraine carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Vers le milieu du VIe siècle, le domaine de Civray appartenait à saint Germain, évêque de Paris. Plusieurs siècles après, il fit partie des propriétés de la maison d'Amboise. Confisqué, en 1431, sur Louis d'Amboise, il fut annexé aux domaines de la Couronne. Les rois le cédèrent ensuite à titre d'engagement ou d'usufruit.

Jehan Gossart en était seigneur engagiste en 1480 ; Adrien de Bernaige, écuyer de Charles VIII, vers 1501. Jehan Bourtrye en fut usufruitier de 1534 à 1544.

En 1571, Henri, duc d'Anjou et de Touraine, racheta la terre de Civray de Pierre de Bray et d'Isabeau Chanteloup, sa femme, qui la détenaient comme engagistes et la donna à sa nourrice, Guillemette Bezars, femme de Denis Chereau, contrôleur général de la maison de la reine. Il était stipulé, dans l'acte, que le domaine était rachetable moyennant 2696 livres. Mis aux enchères publiques par ordre du roi, le 17 juin 1591, il fut adjugé, à titre d'engagement, à Jean-Mathias Salviatris, au prix de 8076 livres. Le 8 août 1603, pour le prix de 9756 livres, Marie de Beaucaire, princesse de Martigues et duchesse de Penthièvre, en devint adjudicataire. Elle en prit possession le 8 février de l'année suivante.

Marie de Beaucaire, fille de Jean de Beancaire, seigneur du Puy-Guyon, sénéchal de Poitou, et de Guyoune du Breuil, était veuve, en 1604, de Sébastien de Luxembourg. Sa fille, Marie de Luxembourg, dame de Civray, duchesse de Mercoeur, d'Étampes et de Penthièvre, femme de Philippe-Emmanuel, duc de Mercoeur, mourut à Anet le 6 septembre 1623.

La terre de Civray passa ensuite à Françoise de Lorraine, fille de Marie de Luxembourg, et à César de Vendôme, son gendre. Depuis cette époque, jusqu'à la Révolution, elle fut possédée par les seigneurs de Chenonceaux.

Au XVIIe siècle, l'étendue du domaine était de quarante-sept arpents. Il était affermé pour 530 livres par an.

On a vu plus haut que Marie de Beaucaire, dame de Civray, en prenant possession de cette terre, était entrée dans l'église et y avait fait acte de propriétaire des droits honorifiques attachés à la qualité de seigneur-fondateur. Il est certain cependant que ces droits ne lui appartenaient pas et qu'il faisaient partie des privilèges du seigneur de Mesvres. On en trouve la preuve dans divers titres, notamment dans un acte du 5 octobre 1731.

Avant la Révolution, Civray était dans le ressort de l'élection d'Amboise et faisait partie du doyenné d'Amboise et du grand-archidiaconé de Tours. En 1793, il dépendait du district d'Amboise.

Héraldique

« D'azur à un pont voûté d'une arche en ogive d'or, maçonnée de sable, accompagné de trois tours d'argent aussi maçonnées de sable et ouvertes du champ, et surmonté d'une grappe de raisin tigée au naturel ».

Toponymie

Le nom de Civray-de-Touraine

  • Severiacum villa, VIème siècle (Vie de saint Germain, par Fortunal).
  • Parochia de Syvrayo, Sivrayio, 1150, 1207.
  • Sivraia, 1253,
  • Syvrais, parochia de Syvrayo, vel de Syvreio (chartes de l'abbaye de Villeloin et Cartulaire de l'archevêché de Tours).
  • Ecelesia de Sivrayo super Karum, 1300.
  • Sivray, Suivray, 1534 (charte de Louis d'Amboise).
  • Civray, carte de Cassini
  • Civray (bulletins des lois : 1801) puis
  • Civray-sur-Cher elle fut renommée Civray-de-Touraine le 23 décembre 1954.

Histoire administrative

  • Département - 1801-2019 : Indre-et-Loire
  • Arrondissement - 1801-2019 : Tours
  • Canton - 1801-2019 : Bléré
  • Commune - 1801-1954 : Civray --> 1954-2019 : Civray-de-Touraine

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine

Église Saint Germain

L'église

D'après MM. J.-J. Bourassé et C. Chevalier (Recherches sur les églises romanes en Touraine, p. 85), l'ancienneté de l'église de Civray remonterait au temps de saint Germain, évêque de Paris, c'est-à-dire à la seconde moitié du VIe siècle. Cette église est dédiée à saint Germain.

Le chœur, datant du XIIe siècle, est orné de trois belles verrières de la même époque. Le mur méridional, dans lequel on a employé le petit appareil, est une construction antérieure à l'an mil.

L'ancien clocher, qui s'élevait au milieu de l'inter-transept, a été détruit de nos jours. Le clocher actuel a été bâti en 1861.

Dans les fouilles entreprises pour la construction de ce clocher, M. l'abbé Chevalier a découvert les restes du dallage d'un baptistère mérovingien et la cuve dans laquelle le baptême était administré par immersion. Cuve en poterie (un dolium) qui devait être à l'origine (IVe ou Ve siècle) une grande jarre utilisée pour le stockage du grain. Ce dolium est conservé à Tours, à l'Hôtel Goüin, musée de la Société archéologique de Touraine. Celui-ci était relié par une porte à une église de la même époque que remplaça, au XIe siècle, la nef actuelle, prolongée probablement par une abside en hémicycle. De cette église du XIe siècle subsistent le mur méridional de la nef et les murs du croisillon sud. Le mur de la nef a été surélevé ou réparé à sa partie supérieure au XIIIe siècle.

Le mur nord de la nef est percé d'une porte en arc brisé à double rouleau, qui date du XIIIe siècle.

Le chœur a remplacé, à cette époque, l'abside romane. Il est divisé en deux travées couvertes de voûtes angevines et s'ouvre d'un triplet qui comprenait des vitraux du XIIIe siècle soufflés par une bombe en 1944, mais heureusement réparables. Ces vitraux représentent des scènes de la Passion, la vie de saint Nicolas et de saint Germain.

Au milieu du XIIe siècle, l'église de Civray appartenait à l'abbaye de Villeloin, ce qui est constaté par une charte d'Engebaud, archevêque de Tours. Par des bulles des papes Adrien IV (1156) et Innocent IV (1253), l'abbaye fut maintenue dans cette propriété qui, par la suite, se trouva réduite au seul droit de présentation au titre curial.

Un acte du XVIIe siècle fait mention d'une chapelle dédiée à Notre-Dame-du-Rosaire et qui était desservie dans l'église.

Dans le logis seigneurial des Cartes, situé dans la paroisse de Civray, se trouvait une chapelle à laquelle le curé de la Croix-de-Bléré était tenu de se rendre processionnellement, tous les ans, le jour de saint Roch. On y disait la messe ce jour là seulement. Elle fut interdite par l'archevêque de Tours en 1787.

L’église est inscrite au titre des Monuments Historiques par arrêté du 19 juin 1946[1].

Le Château de Mesvres

Des vestiges importants de la forteresse du XIIe siècle sont constitués par d'épaisses murailles en opus spicatum qui furent conservées et utilisées au XVe siècle, lors de la reconstruction du château.

Du côté méridional se dresse un donjon carré, reconstruit à plusieurs époques, comme en témoignent les reprises. La base est du XIIIe siècle, le sommet du XVe. La porte en tiers-point aujourd'hui remplacée par une baie, était défendue par un pont-levis et par une bretèche.

A l'est du donjon, la chapelle dont le mur sud date du XIIIe siècle, fut refaite au XVe. Une cheminée indique qu'elle fut utilisée comme habitation.

Ancien fief, relevant du château d'Amboise, à foi et hommage lige.

Il existait, à Mesvres, une chapelle (actuellement désaffectée) dans laquelle on devait dire quatre messes par an. En 1787 , ces messes n'étaient plus célébrées. Cette chapelle est mentionnée dans le Registre de visites du diocèse de Tours (1787).

La collégiale de Saint-Martin, les Carmes et les Jacobins de Tours possédaient des métairies faisait partie du hameau de Mesvres.

Au nord-est du château s'ouvre dans une tranchée, la porte en tiers-point de souterrains dont la profondeur donne une idée de l'étendue de la forteresse d'origine.

Le château est inscrit au titre des Monuments Historiques par arrêté du 10 juin 1932[2].

La Chapelle Notre-Dame de Sérigny

Le lieu, placé sur le trajet de la voie romaine de Poitiers à Bourges, apparaît dans une charte de 1166 restituant à l'abbaye bénédictine de Saint-Sulpice de Bourges les coutumes du domaine de Sérigny. La plus ancienne mention de la chapelle remonte au milieu du XVe siècle.

Elle était une chapelle annexe du prieuré régulier de Saint-Pierre. La chapelle, de plan allongé, ne comprend, comme la majorité des églises romanes du Berry, qu'un vaisseau unique.

La nef longue et étroite est suivie d'un chœur plus élevé et de même largeur et se termine par un chevet plat. L'édifice a été construit en deux campagnes. La nef romane date du XIIe siècle. Vers 1500, la chapelle fait l'objet d'une restauration importante. Le chœur est reconstruit, la dernière travée de la nef (qui correspond peut-être au chœur de l'édifice roman) est remaniée et une charpente à chevrons portant fermes couvre l'édifice.

Le chœur, à chevet plat et voûte angevine, datant du XIIe siècle, est orné de trois belles verrières de la même époque. Le mur méridional, dans lequel on a employé le petit appareil, est une construction antérieure à l'an mil. À l'intérieur, une pierre d'autel armoriée (XVIIe siècle) provient du Donjon de Mesvres.

Au 19ème siècle, pour aménager des pièces d'habitation et installer un atelier de maréchal-ferrant, l'espace intérieur a été compartimenté par des divisions horizontales et verticales.

Le Manoir de Thoré

Ancien fief, relevant d'Amboise.

En 1515, Jacques Bernard le vendit à Thomas Bohier. Au mois d'octobre 1551, Diane de Poitiers obtint des lettres qui déclarèrent incorporés à la châtellenie de Chenonceaux plusieurs fiefs, parmi lesquels était celui de Thoré. En 1770, ce fief appartenait à Étienne-Jacques-François de Bray.

Le Logis de Diane

Le Manoir de la Grillonnière

Le Château de Civray

Vue d'ensemble - Photo Violette lutz


Le Château fût bâti en 1715 par Jacques Louis Lhomme de la Pinsonnière. Il fut remanié sous la Restauration et prolongé par deux pavillons.

Le Château de Petit-Bois

Repère géographique.png Repères géographiques


Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 864 898 944 972 1 029 1 045 1 083 1 087 1 116 1 152
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 1 186 1 149 1 133 1 160 1 185 1 197 1 124 1 017 1 020 1 003
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 976 945 900 825 839 841 947 973 918 1 037
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 1 158 1 377 1 523 1713 1830 1 842 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2015 & 2016.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Simon BOUTIN 1703 -  
Jean-René DIET 1801 -  
Jean-René DIET 29 décembre 1807 -  
Jean-René DIET 14 décembre 1812 -  
Alexis-Jacques-Louis LHOMME de la PINSONNIÈRE 14 août 1815 -  
Alexis-Jacques-Louis LHOMME de la PINSONNIÈRE 1er août 1821 -  
Alexis-Jacques-Louis LHOMME de la PINSONNIÈRE 22 novembre 1831 -  
Alexis-Jacques-Louis LHOMME de la PINSONNIÈRE 21 juin 1840 -  
Alexis-Jacques-Louis LHOMME de la PINSONNIÈRE 2 juillet 1846 -  
De La BROUSSE 1848 -  
CORMIER 1806 -  
François GODEAU-VINGEON 16 février 1874, 21 janvier 1878 -  
- - -  
- - -  
Christian ROCHER 1995-1999 -  
Alain BERNARD 1999-(2020) -  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
Guillaume GLAÇON 1290  
Jean de KERROP 1300  
Robert PERTHUYS 1515  
Pierre de PONCRAY 1551  
Claude MALDANT 1640.  
Nicolas SUPPLIGEON 1702  
Nicolas TRESSAY 1711 décédé le 15 mars 1766  
Pierre DAVEAU 1766, mai 1791 Curé constitutionnel, 1792. En novembre 1792, il prend la qualification d'officier public  
Pierre DAVEAU 1803  
François LECOMTE 1808  
FAIVRE 1821  
CHARTRAY 1831  
POISSON 1853  
CHEVALIER 1856  
DUVAL juin 1869  
- -  
- -  

Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 8h30 - 12h00 8h30 - 12h00 8h30 - 12h00 8h30 - 12h00 8h30 - 12h00 - -
Après-midi 14h00 - 17h00 14h00 - 17h00 14h00 - 17h00 14h00 - 17h00 14h00 - 17h00 - -
Commune.png

Mairie
Adresse : 1 rue des Écoles - 37150 CIVRAY-de-TOURAINE

Tél : 02 47 23 62 80 - Fax : 02 47 23 62 88

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : [1] (Septembre 2015)

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés


Cimetières

Dépouillements des registres paroissiaux

Archives notariales

Patronymes

Remarques

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • L’origine des noms de lieux de l’Indre & Loire - Stéphane Gendron - Edition Hugues de Chivré.
  • Dictionnaire géographique, historique et biographique d’Indre & Loire et de l’ancienne province de Touraine Tome I à VI - J-X Carré de Busserolle - BNF Galicia.
  • Histoire de Touraine depuis la conquête des Gaules par les Romains jusqu’à l’année 1790 - J. L. Chalmel - Edition Fournier - BNF Galicia.
  • Armorial général de France T 1 et 2 - Charles d’Hozier - BNF Galicia.
  • Charte de l'Abbaye de Saint Julien de Tours du XIème au XIVème siècle - BNF Galicia.
  • Dictionnaire Historique et Héraldique de la Noblesse Française - D. de Mailhol - BNF Galicia.
  • Le Val de Loire, Patrimoine Mondial - Fondation du patrimoine.
  • Histoire généalogique et chronologique de la Maison Royale de France - P. Anselme - BNF Galicia.
  • Société d’Histoire, Lettres Sciences & Arts de La Flèche, Les Annales Fléchoises et la Vallée du Loir, Revue historique, Archéologique Artistique et Littéraire, Janvier-décembre 1912.
  • Bulletin de la Société des lettres, sciences et arts de la Corrèze.
  • L'abbé C. Chevalier, Promenades en Touraine.
  • L’association « Les amis du Cher canalisé ».
  • Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Le Canal de Berry (Joachim-de-Bellay).
  • Les manuscrits à peintures en France 1440-1520, François Avril, Nicole Reynaud, Flammarion.
  • État de la France - 1752 - Comte de Boulainvilliers par T. Wood & S. Palmer à Londres, Tome 6.

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références