33063 - Bordeaux - 70 quai des Chartrons

De GeneaWiki
Aller à : navigation, rechercher
Les bureaux des Courtiers Maritimes

Construite en 1765-1766 par Pierre FERRIERE (1722-1795) et sa tante Marguerite TOURTELOT. Ils avaient acheté ensemble le terrain occupé par une vieille maison. Cette maison fut achetée à Mr BOYER qui l'avait lui même achetée à Mme DELUZE-CHOZEAU, épouse CHOLOUX de SAINT-HUBERT, avocat à la cour, et à ses deux sœurs Catherine et Jeanne DELUZE-CHOZEAU. Ces trois sœurs la tenaient de leur père, Jean DELUZE-CHOZEAU, chirurgien. Lui même l'avait achetée le 3 mars 1723 à Etienne DENIS, fils de Jacque DENIS et de Madeleine de PONTAC, .

Le 13 juin 1736, il y avait sur ce terrain plusieurs maisons et chais, des puits, des cours, des jardins et des vignes, puis des espaces vides pour la palu et un quai.

Pierre confia la construction de la maison à l'architecte LACLOTTE Aîné et les sculptures à CESSY.

Jean Junior FERRIERE y fut inhumé le 4 février 1779 avec l'autorisation municipale. Son épouse Marguerite TOURTELOT, décédée le 17 juin 1807, fut inhumée à côté de son mari.

Gabriel FERRIERE, le fils de Jean et de Marguerite, acheta sa part de 50% à Pierre FERRIERE, le 16 novembre 1793. Il hérita de 25% à la mort de sa mère et des derniers 25% à la mort de son frère André FERRIERE en 1816. Gabriel FERRIERE vendit cette maison à son demi-frère, Jean dit Jantje FERRIERE, le 14 septembre 1819.

Jean dit Jantje FERRIERE la vendit à son cousin germain Stanislas FERRIERE, le 6 mars 1834. Il y fit de grandes transformations mais ne put en jouir longtemps puisqu'il mourut le 25 mars 1835.

Son épouse, Caroline O'QUIN, l'hérita de son mari et la laissa à son fils André FERRIERE, qui la laissa à son épouse Marie-Louise POHL. Cette dernière l'habita jusqu'à sa mort en 1901.

Son fils, Paul FERRIERE, la reçut en partage de famille, y fit des réparations importantes. Il la laissa à son fils, René FERRIERE, qui la laissa à ses deux enfants.

Cette maison est en mauvais état. Les bureaux des Courtiers Maritimes FERRIERE y étaient installés depuis 1766.