30341 - Vauvert

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Vauvert
Blason Vauvert-30341.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 30 - Blason - Gard.png    Gard
Métropole
Canton

Blason Vauvert-30341.png   30-37   Vauvert (Ancien canton)

Code INSEE 30341
Code postal 30600
Population 10600 habitants (1999)
Nom des habitants
Superficie 10 986 hectares
Densité 96,48 hab./km²
Altitude 0 m / 97 m
Point culminant 97 m
Coordonnées
géographiques
43.6942° / 4.2769° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
30341 - Vauvert carte administrative.png
Cliquez sur la carte
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Topo.jpg Toponymie

Héraldique

D’argent au veau de gueules passant sur une terrasse de sinople, adextré d'un saule du même.

Marianne.jpg Histoire administrative

Histoire religieuse.jpg Histoire religieuse

Patrimoine.png Patrimoine

Histoire de la cathédrale de Notre-Dame de Posquières

Époque des Volques Arécomiques

On trouve au sud du Vauvert actuel, vers Le Cailar un oppidum : Virinn, devenu S. Salvator in Virunas au Moyen Âge puis Védrines : l’oppidum des Virinneuses. Cet oppidum au fil du temps s’est étendu vers les piles-loin ou s’installe à l’époque gallo-romaine une villa. Une autre villa se trouvait sur la colline de Posquières ou s’élevait un temple romain dédié à Jupiter.

Entre le Ve et XIIIe siècle

Vers l’an 53 : Simon le lépreux passe à Arles, St Gilles, Posquières puis se fixe à Armassanica (Aimargues) et commence à évangéliser la région. Saint Simon ordonne prêtre son disciple Prothus. De cette époque, date la fondation de l’église Sainte-Croix à Aimargues et Notre Dame à Posquières, sur la colline.

Passent les invasions des Alamans, des Burgondes, des Vandales… L’évangélisation de la région Aimargues-Vauvert est poursuivie par Saint Saturnin, évêque de Toulouse, et Saint Honeste, premier prêtre Nîmois.

Ve siècle : Saint Félix, premier évêque de Nîmes, est martyrisé par Crocus, roi des Vandales.

Ve siècle : Invasion des Wisigoths.

VIIIe siècle : Invasion des Sarrazins.

L’église mérovingienne Notre Dame de Posquières est détruite. Charles Martel, après Poitiers, bat les Sarrazins entre le Rhône et la basse vallée du Gardon. Guillaume d’Orange (Saint Guillaume le Grand, fondateur de l’abbaye de Gélone à Saint-Guilhem-le-Désert, dit Guillaume au court-nez) livre bataille aux Sarrazins dans le « vallon vert » ( Vallis viridis) et les extermine. Le chevalier Vivien meurt au cours de cette bataille, son corps est transféré en Arles, aux Alyscamps. Construction de l’église carolingienne de Posquières.

L'abbaye de Gélone à St Guilhem le désert

Début IXe siècle : Une charte mentionne un pèlerinage à Notre Dame sise sur le fief de Posquières entre 739 et 810. Cette église était vraisemblablement située sur le mamelon de Posquières (in Poscheriis).

Entre 790 et 810 : Raymond dit Raphinel, duc d’Aquitaine, par une charte fait deux donations. L’une au monastère de Saint Tiberi, à une église consacrée à « Marie mère de Dieu » située en un lieu dit Lombez dans le territoire de la ville de Toulouse, située sur les bords de la Save. L’autre « dans un autre lieu dans le comté et l’évêché de Nîmes, non loin du rivage de la mer, le fief que l’on appelle Posquières, dans le quel est construite de la même manière une église en l’honneur de la vierge Marie ».

En 943 : Un certain Liotaud et son épouse Rengarde, de Redessan, font une donation à la cathédrale Notre Dame de Posquières.

En 1066 : Raymond Rostaing Ier est seigneur de POSQUIERES, il n’a qu’une fille, Marie, qui épouse vers 1095 Raymond Decan, fils d’Elzéar 1er d’Uzès.

Fin 1097 : Raymond Decan part pour la 1ere croisade avec Raymond de St Gilles. Ils arrivent devant Jérusalem le 7 juin 1099, qu’ils prennent le 15 juillet suivant. Raymond et Marie ont plusieurs fils : Aldebert, sacré à Rome, en 1141 par le pape Innocent II, évêque de Nîmes, il le restera durant 40 ans. Raymond II évêque d’Uzès durant 38 ans. 2 autres frères qui seront aussi évêques.

Hiver 1154 à 1155 : Le roi de France Louis VII le Jeune de retour de Compostelle passe à Notre Dame de Posquières.

15 janvier 1208 : Le légat du pape, Pierre de Castelnau, est assassiné à Saint Gilles par un écuyer du comte de Toulouse, Raimond VI. Début de la croisade contre les Albigeois.

12 juin 1209 : Raimond VI de Toulouse fait pénitence sur le parvis de l’église de St Gilles et jure de se soumettre. Est présent Rostaing IV de Posquières.

22 juillet 1209 : Sac de Béziers.

1217 : Simon de Montfort assiège le château de Posquières et massacre ses défenseurs. Rostaing IV de Posquières, qui réside à Montpellier, se soumet.

1235 : Une bulle du pape Adrien IV recense l’église Notre Dame de Posquières comme pèlerinage important. De cette époque, date le début de la construction de la nouvelle cathédrale Notre Dame de Vauvert sise à coté de Posquières. C’est la première fois qu’apparaît le nom Notre Dame de Vauvert. L’assemblée octroyant les libertés, franchises et immunités communales octroyées par le sieur de Posquières aux habitants de cette localité se tient sous « les voûtes de la nouvelle église dite de la Bienheureuse Marie de Valvert, prés Posquières » (Acta sunt hec apud Poscherias, in ecclesia beate Marie de Valle Viridis. Charte du 4 des calendes d’avril 1235).

Entre 1234 et 1256 : le pèlerinage mineur de Notre Dame de Valvert est imposé aux hérétiques albigeois réconciliés. Le sanctuaire du Valvert est placé juste après celui de Boulogne sur mer et avant celui du Puy en Velay.

Août 1248 :

Aigues Mortes

Le roi Louis IX (dit Saint-Louis) se rend à Vauvert avant de s’embarquer pour sa 1re croisade (la 7e croisade). Il établit son quartier général non à Aigues-Mortes, alors en construction, mais à Vauvert. Il ne s’installe pas au château de Posquières mais dans les dépendances de l’église Notre Dame avec sa suite : La reine Marguerite de Provence, ses frères Robert, Alphonse de Poitiers et Charles d’Anjou. Il embarque le 25 août et fait voiles le vendredi 27 août 1248. Les dépendances se trouvaient autour de l’église le long de la rue droite (actuelle rue Carnot) et en face de l’église entre les actuelles rues Carnot, de St Gilles et Voltaire, plus bas se trouvait le cimetière sur l’emplacement de la mairie.

9 octobre 1251 :

Emplacement de l'ancienne cathédrale

Jacques Ier, roi d’Aragon, seigneur de Montpellier, fait une série de libéralités envers le sanctuaire de ND du Valvert. Il remet au prieur, Raimon Décan, la rente annuelle de 30 sols melgoriens pour l’achat de l’huile nécessaire à l’entretient perpétuel d’une lampe d’argent que le Prince a offert à ND de Vauvert.

Veille des ides de novembre 1253. Un compromis relatif à la vente des médailles d’étain et des images pieuses aux pèlerins, est passé entre Pons de Monlaur, seigneur de Posquières, et Raymond Decan, archidiacre de Nîmes et prieur de l’église Sainte-Marie de Valvert de Posquières.

1254 : Louis IX rentre de croisade. Le sire de Joinville, chroniqueur du roi, rapporte qu’un chevalier tombé à la mer fut miraculeusement sauvé par Notre Dame de Vauvert. Le roi se rend à Vauvert pour remercier la vierge, il ordonne la construction d’un hôpital. Cet hôpital est situé entre les actuelles rues Carnot, des Juifs et Pleignol. La petite place formée par le carrefour des actuelles rues Voltaires, Carnot et des Juifs s’appelait autrefois place St Louis en souvenir de la visite du roi.

La porte à l’angle de la rue Voltaire et de la rue Carnot appelée « Porte St Louis » est une porte de style Louis XIII, elle ne date donc pas du 13ème siècle, et n’est pas la porte de l’ancienne maladrerie ou hôpital qui se situait de l’autre coté du carrefour.

1258 : Des travaux d’embellissement et d’agrandissement sont effectués, ils sont financés par Jacques Ier d’Aragon, l’architecte est Martin de Lonay.

1259 : Un homme pendu par erreur est sauvé par ND du Valvert. Un autre miracle est rapporté par Raimond Mutaner, chroniqueur du roi Jacques Ier d’Aragon. La conception de ce roi, fils de Pierre II d’Aragon et de Marie de Roquefeuil, serait due à l’intervention de ND de Vauvert.

1261 : Fin des travaux de l’église. Martin de Lonay prend un nouveau contrat : celui de la construction de l’abbatiale de Saint-Gilles.

1266 : Nouveaux travaux. Financement de Jacques Ier d’Aragon, architecte Raymond Cassilhac.

4 septembre 1269 : Jacques Ier d’Aragon s’étant croisé et voguant vers la terre sainte est pris dans une tempête peu après son départ, il arrive à relâcher à Aigues-Mortes et se rend immédiatement à Vauvert pour remercier ND du Valvert.

2 juin 1270 : Louis IX, en route pour sa seconde croisade (la 8e) est à Vauvert pour célébrer le lundi de Pentecôte, avec ses fils Tristan, Philippe et Pierre de France, son neveu Robert d’Artois, le roi de Navarre Thibaud II, le duc de Bourgogne, le sire de Montpellier, les comtes de Flandre, de la Marche, de Dreux, les maréchaux de France Henri de Beaujeu et Raoul d’Estrées, l’amiral Florent de Varennes, Alphonse de Brienne et Mathieu de Montmorency. Le roi dort du 2 au 3 juin dans la maladrerie.

1er juillet 1270 : La flotte quitte Aigues-Mortes. Jacques Ier d’Aragon règle une facture de 23.000 sous à Raymond Cassilhac pour des travaux à l’église de Vauvert.

17 juillet 1270 : La flotte est devant Tunis.

25 août 1270 : 3 h de l’après midi Louis IX meurt.

1272 : Fin des travaux. Fin 1272 le roi Jacques Ier d’Aragon à 64 ans, il tombe malade et est, miraculeusement, guéri par Notre Dame du Valvert. Il lui cède alors une rente annuelle de 5000 sols melgoriens jusqu’à la fin des travaux d’agrandissement et d’embellissement.

1273 : Jacques Ier d’Aragon verse 1 000 sous à N-D de Vauvert.

1276 : Peu avant sa mort, Jacques Ier d’Aragon fait un nouveau don à ND du Valvert. Il dote encore l’église sur son testament le 13 des calendes d’avril, il indique qu’il a fait construire cette église.

1283 : Notre Dame du Valvert est citée dans un pèlerinage des habitants de Réalmont prés d’Albi.

2 mars 1291 : Une bulle pontificale de Nicolas IV attribue 1 an et 40 jours d’indulgence aux pèlerinages à Notre Dame de Vauvert pour Noël, la fête de la Purification, de l’Annonciation, de l’Assomption et de St Jean Baptiste.

Du XIVe au XVIIIe siècle

12 septembre 1300 : Jacques de Majorque, fils de Jacques Ier d’Aragon, fait un legs « pour l’achèvement des ouvrages de ND de Vauvert ».

20 octobre 1305 : Le pape Clément V (Bertrand de Got) est reçu à Vauvert. Il y dort et repart le lendemain pour Nîmes et Bagnols sur Cèze, puis se rend à Lyon. Il se fixe ensuite en Avignon.

1309 : Le pape Clément V dans sa bulle du 25 juin attribut de nombreux miracles à ND duValvert. Il confirme les indulgences accordées par les papes précédents à ND de Vauvert et les augmente de 2 ans et 2x40 jours. Il remet aussi une somme importante pour l’entretien d’un cierge du poids d’une livre qui devait brûler perpétuellement devant l’autel de la Vierge.

1311 : Guillaume de Nogaret, qui avait giflé le pape Boniface VIII voit sa peine réduite à une pénitence par Clément V. Il devra effectuer un pèlerinage à ND de Vauvert, du Puy, de Rocamadour, de Chartres, de Boulogne-sur-mer, ainsi qu’à Montmajour, St-Gilles et Compostelle.

MtMajour01.JPG


1313 : Mort de Guillaume de Nogaret, on ne sait pas s’il a effectué son pèlerinage. Le roi Charles IV le Bel accorde sa grâce à un damoiseau Raoul de Vichy, pour un meurtre accidentel si celui-ci effectue, en un mois, le quadruple pèlerinage de N-D de Vauvert, de Rocamadour, de Boulogne et de St Thomas de Cantorbéry.

30 décembre 1317 : Le pape Jean XXII confirme par bulle les droits de Guillaume de Texiers sur le prieuré de Posquières.

1319 : Un groupe de 20 hérétiques vaudois convertis effectue un pèlerinage à ND de Vauvert.

1326 : Le roi Charles IV le Bel, après avoir battu les Flamands, oblige, avec l’aide de l’autorité ecclésiastique, 300 d’entre eux à effectuer des pèlerinages. 100 de ces pèlerins sont dirigés vers St Gilles et Vauvert. Impressionnées par les représentations théâtrales données sur le parvis de la cathédrale, des «diableries », ils parleront longtemps, à leur retour, du diable de Vauvert, comme d’une chose fantastique mais située loin, très loin, « au diable Vauvert ».

1345 : Le cardinal Élie de Talleyrand-Périgord devient prieur de Vauvert. À sa mort il lègue au sanctuaire la somme de 2 000 florins or.

7 juin 1354 : Le pape Innocent VI sollicite des dons du peuple pour terminer la construction du clocher, contre un an et 100 jours d’indulgence pour tout donateur. À cette époque se trouve dans l’église une statue de la vierge tenant un sceptre dans la main droite et portant l’enfant-Jésus sur son bras gauche. Cette statue est qualifiée de « miraculeuse » : elle allume les fanaux, guérie diverses maladies dont l’épilepsie, guérie les estropiés, rend la vue aux aveugles, convertie les hérétiques. À cette époque on vendait des images de la Vierge et des médailles miraculeuses de la Vierge de Vauvert comme on le fera plus tard à Lourdes.

21 septembre 1365 : Par bulle pontificale, le pape Urbain V nomme à la tête de l’église de Vauvert son propre frère : le cardinal Anglic de Grimoard. Exécuteur testamentaire du legs du cardinal de Talleyrand-Périgord, le cardinal de Grimoard l’amplifie.

1372 : 9 prêtres desservent l’église de Vauvert.

18 avril 1378 : Le cardinal de Grimoard fonde la collégiale dite « des Quatre-Prêtres » qu’il dote un an plus tard de terres et de plusieurs immeubles de rapport sur les territoires de Bellegarde, Générac, le Cailar et Aimargues. La Chapelle et la collégiale des « Quatre-Prêtres » est situé face à la cathédrale, de l’autre coté de l’actuelle rue Carnot.

13 avril 1388 : Le cardinal de Grimoard meurt en Avignon, il avait le droit de battre monnaie.

1384 : Les Tuchins, brigands issus des grandes compagnies, viennent à Posquières et ravagent la Vistrinque.

9 décembre 1429 : Léonard Delfini, archidiacre de Posquières et prieur de Vauvert est nommé évêque de Nîmes par Urbain IV.

1479 : De nouveaux travaux d’agrandissement sont effectuer pour permettre à l’église d’accueillir un plus grand nombre de pèlerins.

1481 : On vend toujours des images et des médailles miraculeuses de la vierge de Vauvert.

1483 : Antoine de Bourgjuif émet une revendication comme archidiacre de Posquières.

1486 : Un jugement du parlement de Toulouse confirme Antoine de Bourgjuif comme archidiacre de Posquières et archidiacre de Vauvert. C’est la dernière fois que le nom de Posquières apparaîtra dans les actes tant religieux que civils.

1510 : Nouveaux travaux d’entretien de l’église « une des plus belles du Languedoc, ou il y a le plus grand concours de pèlerins, du niveau de Compostelle ».

2 décembre 1526 : Malgré la peste qui ravage Vauvert on procède à la réfection des retables du Maître Autel alors qu’une partie du château de Posquières est en ruines.

1533 : Le notaire Claude de la Rosarie fonde par legs testamentaire la chapelle St Éloi de la Rosarie rattachée à ND de Vauvert.

1536 : La cathédrale se dégrade, la responsabilité du Prieur Georges Couvet est mise en cause. Il est accusé de simonie par les consuls de Vauvert. Les consuls sont condamnés par le parlement de Toulouse mais le Prieur est déplacé à Gallargue le Montueux et remplacé par le chanoine Mathieu Suau.

18 juin 1538 : Le roi de France François Ier, l’empereur Charles Quint et Henry VIII d’Angleterre signent une trêve.

8 juillet 1538 : François Ier est à Vauvert, il s’y installe, va visiter St Gilles le 10 juillet puis revient à Vauvert le 11 juillet. Il y réside avec toute sa cour : la reine Eléonore d’Autriche, son fils le duc d’Orléans, sa fille la princesse Marguerite, la femme du Dauphin Catherine de Médicis, le roi et la reine de Navarre, le cardinal de Lorraine Premier ministre, plusieurs cardinaux, le connétable de Montmorency, la duchesse d’Etampes, le maréchal d’Annebaud, le prince de Salam, les ducs de Guise, de Lorraine, de Wurtemberg, 100 gardes suisses, 400 archers, la garde écossaise, 100 gentilshommes de la maison du roi, 100 gentilshommes de son hôtel...

14 juillet 1538 : François Ier et Charles Quint se rencontrent à Aigues-Mortes. Le lendemain l’empereur retourne en Espagne, le roi revient à Vauvert, il y restera jusqu’au 18 juillet 1538.

Le château d’Aigues-Mortes, face à la tour de Constance


27 septembre 1562 : Les novateurs luthériens battent les catholiques dans la plaine de St Gilles. A St Gilles ils pénètrent dans la crypte de l’église abbatiale, jettent dans le puits les corps des religieux et des enfants de chœur en train de chanter l’office, ils détruisent une partie de l’église.

StGilles01.JPG


À Vauvert 30 prêtres et fidèles sont massacrés. Le cimetière est « usurpé » par les huguenots.

Dans la foulée tous les édifices religieux de Vauvert sont détruits.

La cathédrale est incendiée et démolie.

2 églises :

- l’antique chapelle de Posquières,
- l’oratoire de la Sainte-Croix,

10 chapelles :

- la chapelle des 4 prêtres,
- la chapelle ND la brune et les chapelles St Pierre et Ste Catherine qui lui sont rattachées,
- la chapelle St Eloi de la Rosarie
- la chapelle St Albin,
- la chapelle St Jean et de Castaing sise rue des Juifs,
- la chapelle de Montcalm et de Joyeuse,
- la chapelle St Sébastien au bord des marais,
- la chapelle du Château de Bech,

4 prieurés ruraux :

- St Martin d’Anglas,
- St Sauveur de Vérunes, entre Vauvert et le Cailar,
- St Sisini de Villeneuve, quartier du Mas de Blisson,
- St Pierre de Candiac.

La cure de la grand-rue, située en face de l’église est détruite, sur cet emplacement, augmenté d’une remise du sieur Pairaube sont construits 3 immeubles pour loger les pasteurs protestants.


15 décembre 1564 : Le roi Charles IX se rend à Vauvert pour « visiter » l’église et prier sur les ruines de ND de Vauvert avec sa mère Catherine de Médicis. Ils couchent au château.

24 août 1572 : Massacre de la Saint-Barthélemy.

1592 : Les remparts du château sont partiellement relevés.

1598 : Travaux sur les remparts.

1602 : Début de la construction d’une nouvelle église sur les ruines de l’oratoire de la Sainte-Croix prés du château de Posquières. L’église de la Sainte-Croix se trouvait sur la petite place à l’intersection des actuelles rues Baisedonne et des jardins.

Ici s'élevait l'église Sainte croix de Posquières


1607 : Fin des travaux de reconstruction de l’église.

1622 : Destruction de la nouvelle église par les huguenots.

Été 1625 : Le château de Posquières est abandonné par le seigneur, les habitants prennent la garde du château et procèdent à la réparation des murs et du donjon.

24 septembre 1628 : Henry de Rohan, chef des armées réformées, prend le château de Posquières.

Octobre 1628 : à partir du 4 octobre, destruction du château de Posquières. La démolition est terminée à la fin du mois, seul le donjon est laissé debout.

8 juillet 1629 : La maison du sieur Charles de Cabiron est choisie par le conseil de la commune pour servir d’église et de presbytère.

1er décembre 1655 : Un arrêt royal ordonne la reconstruction des églises.

1659 : Le conseil de la commune choisi la maison de Jean Rey pour servir d’église et de presbytère, puis celle d’un certain Barreiron. Suite à diverses chicanes le Prieur et Anne Tristan de Suze décident d’acquérir une maison communale située sur la grand-rue (actuelle rue Carnot) en face de l’ancienne cathédrale.

1672 : Les protestants cèdent les trois immeubles rue Carnot au Prieur Anthisme Denis Cohon, qui fait reconstruire à leur place un nouveau presbytère.

28 mai 1677 : Monseigneur Séguier, évêque de Nîmes vient à Vauvert, il admire le nouveau presbytère dont le rez-de-chaussée sert de chapelle, il parcourt le terrain ou s’élevait jadis la Cathédrale, prescrit de clore le cimetière et projette de faire rebâtir l’église. Le maçon Cassefière est chargé de déblayer le sol de l’ancienne église. Le terrain attenant, dit « Coste de Clastro » lui est donné moyennant une rente annuelle de 60 livres plus une géline à chaque Noël. L’architecte diocésain de Nîmes, Dardalhon, établit les plans et le devis de la future église ND de Vauvert. L’entreprise est attribuée par adjudication, au prix de 6850 livres, au maçon Cassefière vieux, habitant de Vauvert.

Le projet est abandonné car les fondations de l’ancienne église sont alors trop éloignées du nouveau centre du bourg. Il est alors décidé de bâtir la nouvelle église dans l’ancien bourg de Posquières au milieu du lieu et proche du château, sur l’emplacement des maisons d’Antoine Roux, des héritiers de David Gourdon et des dépendances de la seigneurie, lesquelles furent achetées fort cher. La nouvelle église est approximativement construite sur l’emplacement de l’ancienne église carolingienne de ND de Posquières.

18 octobre 1685 : Révocation de l’édit de Nantes.

19 octobre 1685 : Destruction du temple protestant de Vauvert situé sur l’actuelle place de la Révolution.

1689 : Début 1689 la nouvelle église est terminée, elle est consacrée le 20 mars 1689 par Mgr Fléchier. C’est l’actuelle église ND de Vauvert. Le roi Louis XIV dote l’église du retable en marbre blanc visible dans la chapelle de la Vierge.

10 mai 1694 : Mgr Fléchier revient à Vauvert, il visite l’hôpital, il ordonne de réparer la maison ou d’en acheter une autre.

1702 : L’église est incendiée par les camisards, le château est pillé.

Août 1703 : Construction d’une enceinte autour de Posquières, de 3 m de haut avec 4 portes. Les travaux sont achevés fin septembre.

18 octobre 1703 : Le chef camisard Cavalier entre dans Vauvert et fait renverser les remparts tout neufs. Il ne laisse debout que la porte de St Gilles, base de l’actuelle tour de l’horloge.

Vauvertrposq.JPG


1704 : les Vauverdois fortifient le château et dressent un redan face à la porte de l’église.

6 mars 1712 : Baptême de Joseph Louis Marquis de Montcalm.

Montcalm.JPG


1721 : La foudre abat le donjon, seul vestige du château de Posquières encore debout.

1728 : Construction d’un clocher sur le fronton de l’église.

1737 : L’hôpital est en ruines, il est fermé et vendu à Julien Brunel dit « Canot ». Les bâtiments sont aussitôt démolis.

Ici s’élevait l’hôpital de St Louis..


20 novembre 1748 : Mgr Becdelièvre évêque de Nîmes vient à Vauvert, il ordonne des acquisitions et des réparations concernant la sacristie, l’église et le cimetière.

1750 : Restauration de la toiture de l’église.

1756 : Mort du marquis de Montcalm sous les murs de Québec, aux champs d’Abraham.

1777 : Le sol de l’ancienne église ND de Vauvert est toujours un champ de ruines.

4 août 1789 : L’église devient maison commune. Le conseil municipal s’y installe. L’abbé Solliers, ayant prêté serment à la constitution civile du clergé arbore sur son étole pastorale la cocarde tricolore.

1793 : Durant la Révolution le campanile est renversé et les cloches fondues. L’église est transformée en Temple de la Raison puis en grenier à foin. Le presbytère, rue Carnot, devient Hôtel de ville. Lors du Consulat il redevient presbytère, le rez-de-chaussée reste affecté aux services de l’administration commune et à la justice de paix.

Du XIXe au XXIe siècle

14 juillet 1801 : Signature du Concordat. L’église est rendue au culte.

Vauvert10.JPG


1806 : Les casernes tombant en ruines sont détruites, sur leur emplacement est construit l’actuel temple réformé.

Vauvertgrtple.JPG


Août 1821 : Le nouveau cimetière est inauguré par l’enterrement du maire, Joseph Estanove, décédé après une courte maladie le 21 août.

1830 : L’ancien cimetière est transformé en promenade et planté d’arbres. Par superstitions les Vauverdois répugnent à se rendre sur ces lieux qui restent en friches.

5 février 1832 : Important travaux dans l’église : installation d’une nouvelle cloche, nouveaux fonds baptismaux, boiseries, ornement du maître autel.

1838 : Le conseil municipal vend la garance récoltée sur l’ancien cimetière toujours en friches, pour la somme de 600 francs.

1840 : Installation d’une maison des sœurs de Besançon à Vauvert.

1844 : Décoration de la chapelle de la Vierge : retable, table de communion, divers tableaux.

1850 : Nouveau chemin de croix, construction de la maison scolaire des sœurs.

1856 : Début des travaux de construction du nouvel hôtel de ville sur l’emplacement de l’ancien cimetière. Quelques mois plus tard les travaux sont arrêtés.

1857 : Importants travaux dans l’église, abaissement du sol de l’édifice, pose des vitraux. Interdiction d’appuyer les gradins des courses de taureaux contre le chevet de l’église.

1856 : Reprise des travaux de construction du nouvel hôtel de ville.

1er juin 1858 : Pose de la première pierre de l’hôtel de ville.

1859 : Construction de l’actuel hôtel de ville, le curé récupère le presbytère.

1860 : Inauguration de l’hôtel de ville. La fontaine des Piles-prés est déplacée devant l’hôtel de ville.

1865 : Installation de l’école des Frères.

Avril 1867 : Crise au sein de la communauté protestante. Les rationalistes dits libéraux et les orthodoxes dits évangéliques se séparent.

1869 : Les évangéliques édifient grâce à de généreux donateurs le Temple de l'Oratoire (à proximité des arènes actuelles).

1889 : Embellissement de l’église : maître autel, travaux dans la sacristie. Travaux dans le presbytère. Une partie des travaux est financée par Melle Valérie Boissier.

24 mars 1889 : Cérémonies du bicentenaire de la consécration de l’église N-D de Vauvert.

6 avril 1890 : Dimanche de Pâques : installation dans l’église des 4 reliquaires contenant des reliques données par Rome.

1894 : Le curé Triaire achète, avec l’aide du conseil de fabrique, les ruines du château et les fait restaurer.

Donjvauvert.JPG


28-29 mars 1896 : Consécration du maître autel par Mgr de Cabrières, inauguration des salles du château rénovées destinées à devenir un orphelinat, une école et un hospice de vieux.

Octobre 1897 : Les sœurs installent les classes dans l’école du château et commencent à créer l’orphelinat.

26 novembre 1899 : Ouverture du culte dans la nouvelle chapelle de Gallician.

1901 : La loi prive les congrégations du droit d’enseigner. Les frères ferment leur école en juillet 1904.

1905 : Séparation de l’église et de l’État. La commune récupère le presbytère de la rue Carnot pour un usage scolaire. Le curé s’installe au château dans les locaux destinés à l’orphelinat et à l’hospice.

Septembre 1905 : Une nouvelle école chrétienne ouvre ses portes sous l’égide du Patronage Jeanne d’Arc.

28 janvier 1912 : Visite du cardinal de Cabrières, tentative de relance du pèlerinage ND de Vauvert.

19 janvier 1913 : Inauguration du presbytère de Gallician. La construction a été financée par des bienfaiteurs, les aumônes de l’Evêque et la famille Noilly-Prat.

15 octobre 1913 : Bénédiction du Presbytère de Gallician par l’Évêque.

30 avril 1914 : Pèlerinage de l’archevêque de Montréal (Québec) Mgr Paul Bruchesi et de Mgr G.M. Le Pailleur, curé de la Nativité d’Hochelaga de Montréal.

15 juillet 1923 : Nouveau pèlerinage de Canadiens.

21 février 1926 : Tentative de relance du pèlerinage par Mgr Girbeau, l’abbé Domergue et Monsieur Falgayrolle.

30 mai 1926 : Pèlerinage, cierges, médailles, images pieuses...

22 mai 1927 : Pèlerinage.

10 octobre 1927 : Pèlerinage du rosaire, « guérison » miraculeuse d’enfants.

1928 : Pèlerinage.

1929 : Pèlerinage.

1930 : Pèlerinage.

1931 : Pèlerinage.

1932 : Pèlerinage.

1933 : Pèlerinage, « guérison » miraculeuse d’enfants.

1934 : Pèlerinage, « guérison » miraculeuse d’enfants. Les pèlerinages se poursuivront jusqu’en 1939 ; après la guerre il n’y aura pas de reprise des pèlerinages, sinon à un niveau très local, ni de « miracles » bien qu’en avril 1948 dans le N° 177 du « Messager de N-D de Vauvert » le curé chapelain E. DOMERGUE attribue la guérison « miraculeuse » du petit Frédéric MOREL, à ND de Vauvert, après que celui-ci ait absorbé de l’acide sulfurique le 28 janvier 1948.

1952 : Destruction de l’ancien presbytère de la rue Carnot. Le seul bâtiment témoin de ces siècles passés et un ancien monastère qui fut gendarmerie durant le Premier Empire et jusqu’à l’aube du XXe siècle. Il fut ensuite divisé en appartement jusque dans les années 1970. Il se situe 243 rue Carnot. C’est là que dormirent les rois Louis IX (dit Saint-Louis), Jacques Ier d’Aragon, François Ier, le pape Clément V.

243carnot.JPG


Aujourd’hui, il ne reste rien du passé religieux de Vauvert. Notre-Dame du Valvert, qui était le « Lourdes » du Moyen Âge a été effacée jusque dans les mémoires. De la splendeur de cette cathédrale ne subsiste que deux têtes de gargouille et l’expression : « au diable Vauvert !».


Les seuls vestiges clairement identifiés qu’il reste de la Cathédrale de Vauvert sont : une tête de gargouille qui a été incluse, comme élément décoratif, dans le mur de la maison à l’angle de la rue Voltaire et de la rue Broussan et une autre sculpture visible au n° 50 de la rue des Juifs.. Par contre la tête de gargouille à l'angle de la rue Carnot et de la rue Voltaire a été installée récemment lors de la rénovation de la maison ayant en façade la porte Louis XIII. Cette gargouille est moderne, elle est en pierre de Vers.


Repère géographique.png Repères géographiques

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 3 094 3 348 3 900 4 087 4 055 4 128 4 175 4 206 4 187 4 463
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 4 758 5 129 5 137 4 766 4 100 4 008 4 292 4 375 4 621 4 497
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 4 176 4 055 4 015 4 290 3 851 3 864 4 520 5 031 6 345 7 472
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 9 103 10 296 10 261 10 853 11 200 11 442 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Source : Cassini & INSEE 2006 & INSEE 2011.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance ou de décès de

Ville de naissance

Ville de décès

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
François BOISSIER 1781-1790  
Jean MAURIN 1790-1791  
Jean-Pierre LEBLANC nov 1791-nov 1792  
Jean JOZAN nov 1792-fév 1793  
Jean MAURIN juin 1793-nov 1793  
Antoine ROUX nov 1793-fin 1793  
Jean-Marc GOURDON oct 1794-mai 1795  
Jean MAURIN juin 1795-nov 1795  
François BOISSIER nov 1795-avril 1797  
GRAILLE 1797-1800  
Jean-Baptiste BOISSIER 1800-1803  
Antoine MAURIN 1803-1814  
Jean-Marc GOURDON janv 1815-juil 1815  
Joseph ESCANDE 1815-1818  
Joseph ESTANOVE 1818-1821 Mort de maladie il inaugure à titre posthume le nouveau cimetière qu'il avait fait réaliser  
Jean-Marie GOURDON août 1821-sept 1825  
Joseph ESCANDE 1826-1829  
Pierre BENEZET 1832-1843  
César TEMPIE 1843-1851  
VIGOUROUX-BORD 1851  
VILLARD-BROUZET 1851  
MAURIN Saint ALBAN 1851-1852  
Pierre BENEZET 1852-1853  
Jean GOURDON-BOURELLY 1853-1870  
Emile GUIGOU 1870  
Philippe VILARS 1871  
Jean DURET 1871-1874  
BOISSIER-LAMBON 1876  
Jean DURET 1876  
Jean DURET 1878-1886  
Jean-Pierre CHABERT 1886-1888  
Jean-Pierre CHABERT 1892-1906  
Moise BOURELLY 1906-1908  
SOULIER-GOURGAS 1908-1910  
Paul ALLIER 1910-1937  
Antoine BONNAUD 1937-1943  
Jean SABADEL 1942-1944 Maréchaliste collaborateur  
Emile GUIGOU 1944-1947  
Robert GOURDON 1947-1979  
Albert RICHARD 1979-1983  
Pierre ANDRE 1983-1989  
Guy ROCA 1989-2002  
Gérard GAYAUD 2002-2008  
Gérard GAYAUD 2008-2014  
Jean DENAT 2014-2014 élu Président du Conseil général du Gard le 16/10/2014  
Katy GUYOT 2014-2015 Maire par intérim puis élue Maire le 27/10/2014  
Jean DENAT 27/04/2015 - (2020)  
- - -  

Cf. [ MairesGenweb]

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Le corps enseignant

Les instituteurs, professeurs
Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  
Les religieuses
Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les décorés

Les titulaires de la Légion d'honneur

Les personnes citées dans le tableau ci-dessous sont nées dans la commune.

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Joseph AIMARD 24/10/1816 -  
Raoul ALLIER 29/06/1862 -  
Léon Jacques ANGEVIN 11/05/1895 -  
Joseph AYMARD 24/10/1816 -  
Augustin Félix Justin Isidore BESSON 28/08/1810 -  
Gaston Samuel BLANC 23/06/1881 -  
Raoul Georges BLANC 03/12/1884 -  
Paul BOUSQUET 22/07/1894 -  
Scipion Gaston BOUZANQUET 24/04/1866 -  
Leimistin BROUSSAN 03/11/1858 -  
Léon Abraham BRUNEL 24/10/1863 -  
Ulysse César BRÈS 10/01/1882 -  
Jules CHAUDIER 06/05/1865 -  
Léon Pierre DUFÈS 03/01/1843 -  
Joseph Rodolphe ESCANDE 01/05/1806 -  
Michel Emile ESCANDE 07/07/1790 -  
Henri Amédée EVERLANGE D' //1820 -  
Benoît Edmond FALGAIROLLE 11/07/1860 -  
Eugène Simeon FALGAIROLLE 05/01/1854 -  
Marcel Jean FERRIER 20/03/1884 -  
Aldebert Joseph FIZE 20/01/1869 -  
Albert Gaston FONTANÈS 22/04/1892 -  
Léon Joseph FOSSE 13/09/1862 -  
Jean Jules FULCRAND 19/05/1839 -  
Etienne GASTAL 26/08/1833 -  
Etienne Albert GIRAN 17/08/1871 -  
Emile Louis GROS-CLAUDE 17/05/1835 -  
Emile Prosper GUIGOU 12/08/1830 -  
Marie Louis Charles Donat GUIGUE 29/10/1879 -  
Jacques JALABERT 18/11/1782 -  
Louis Georges Maurice LIBRAT 10/04/1893 -  
Clovis Firmin MAURIN 25/09/1881 -  
Jules David MAURY 22/11/1866 -  
Mathieu MAURY 08/01/1788 -  
Louis Maurice MEIZONNET //4272 -  
Suzanne Elodie Jeanne PALANQUE 06/11/1868 -  
Antoine REBUFAT 02/05/1796 -  
Alfred Emile REINAUD 12/03/1854 -  
Désiré Charles ROUX 21/02/1890 -  
Philippe ROUX 14/05/1845 -  
Omer Eugène Ami SALMON 07/10/1857 -  
Jean Pierre Jacques TEMPIE 25/09/1772 -  
Pierre Louis TISSOT 01/04/1823 -  

Source : La Légion d'Honneur

Les titulaires de la médaille de Sainte Hélène

La médaille de Sainte Hélène, créée par Napoléon III, récompense les 405000 soldats encore vivants en 1857, qui ont combattu aux côtés de Napoléon 1er pendant les guerres de 1792-1815.
Les personnes citées dans le tableau ci-dessous sont nées dans la commune.

Medaille st helene 2.jpg
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
- - -  
- - -  
- - -  
- - -  
- - -  
- - -  

Source : Les médaillés de Sainte-Hélène


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 8h30 à 12h00 8h30 à 12h00 8h30 à 12h00 8h30 à 12h00 8h30 à 12h00 9h00 à 12h00 fermé
Après-midi 14h00 à 18h00 14h00 à 18h00 14h00 à 18h00 14h00 à 18h00 14h00 à 18h00 fermé fermé
Commune.png

Mairie
Adresse : - 30600 VAUVERT

Tél : - Fax :

Courriel :

Site internet :

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : ()

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  Vauvert (Histoire civile, religieuse et hospitalière de la ville de)
  Vauvert - Histoire des gens d’ici - Tome II
  Vauvert et la Camargue gardoise - Tome I

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.