2B049 - Calenzana

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

RETOUR à la liste des communes

Calenzana - Calinzana en Corse - est l'une des communes les plus importantes de Balagne. Très peuplée depuis des siècles (1 500 à 3 000 habitants) elle est proche de Calvi, mais quasi-invisible de la mer, ce qui la mettait à l'abri des raids pirates. Sa "pieve", Olmia, formait un ensemble pastoral articulé autour du Monte Cinto (2 710 m, point culminant de l'Île), avec celles de Caccia (Asco) et du Niolu.
Beaucoup d'informations sur Calenzana sur la liste de discussion GénéaCorse. On y trouvera tous les BMS connus de 1680 à 1807 (toutes les photographies et dépouillements d'une grande partie) en ligne. L'Etat-civil est pour sa part en ligne sur le site des AD2b. Un site privé complète quelques années manquantes. Index complets et chemins d'accès ci-dessous. Inventaire, photographie et dépouillement des autres "sources Corses" (Archives notariales, états des âmes, dispenses de mariage) sont en cours pour les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles

Calenzana "Calinzana"
Blason Calenzana-2B049.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 20 - Blason - Corse.png    Haute-Corse
Métropole
Canton Blason Calenzana-2B049.png   2B-11   Calenzana
Code INSEE 2B049
Code postal 20214
Population 1 535 habitants (1990)
Nom des habitants Calenzanais "Calinzaninchi"
Superficie 19 100 hectares
Densité 8 hab./km²
Altitude 280 m
Point culminant 2 144 m
Coordonnées
géographiques
8°51'19" E / 42°30'29" N
Localisation (avant 2015)
2B049 - Calenzana carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Sommaire

HHistoire.pngistoire de la commune

CalenzanaVue générale depuis MoncalePhoto Jean GUERIN

L'Histoire à Calenzana commence au milieu du XVIe siècle, seuls quelques points témoignant de ce qui s'y est passé auparavant - ils concernent Sainte Restitute et son Eglise, et le Couvent d'Alzipratu. Jusqu'en 1801 (Concordat), la pieve d'Olmia (donc Calenzana) dépendait du diocèse de Sagone (en fait installé à Vico depuis le XVIe siècle).
Calenzana regroupait, depuis le XVIIIe siècle au moins et jusqu'au Second Empire, les actuelles communes de Calenzana, Galeria et Manso. Dans ce territoire immense (environ 454 km², soit 5 % de la surface de la Corse), la "pieve d'Olmia" comprenait Calenzana et Moncale, proche du village de Calenzana et dont la petite surface est complètement enclavée. Les villages actuels de Galéria et Manso occupent en fait sensiblement les territoires des anciennes pievi d'Armito et de Chiomi, fort peu documentées, et d'ailleurs disparues dès le XVIe siècle. Elles occupaient la région actuelle du Filosorma et comprenaient également la vallée du Marzulinu, aujourd'hui partie de Calenzana. Ces zones étaient souvent ravagées par les raids barbaresques et donc peu habitées - sauf par les bergers en hiver. L'hiver était en principe peu sujet aux raids pirates (leurs galères étant clouées au port par le mauvais temps).
Avec ses quelque 2 000 habitants, Calenzana est toujours l'un des "gros villages" de Corse, comme la paroisse ("parrochia") l'a toujours été depuis des temps immémoriaux. En fait, Calenzana est plus peuplée que Calvi en gros jusqu'à la seconde guerre mondiale. Calenzana regroupe en moyenne 1 % de la population Corse, répartie en 360 communes environ. Et la "pieve d'Olmia" (territoires actuels de Calenzana, Galeria, Manso, Moncale) était l'un des plus vastes, sinon le plus vaste "ensemble économico-religieux" de l'Île.
Calenzana est toujours l'une des plus vastes communes de France, avec ses quelque 19 000 ha (environ la 33e en comptant celles des DOM TOM, la 12e de (continent + Corse) et la 2e de Corse, après Sartène). Ce territoire, desservi par peu de routes revêtues, est largement désertique. Par exemple, la côte de Calenzana, au sud de Calvi, sur laquelle serpente la route Calvi-Galeria, quasi-abandonnée. Les éoliennes qui surplombent cette côte surprennent, et manifestent une volonté écologique, bien que ce mode de production de l'électricité soit pour le moins discuté. Une bonne partie du territoire, cultivé jusque vers 1900-1920 est retournée aujourd'hui à l'état sauvage (exemple la vallée de l'Inferrato au sud-sud-ouest de l'aéroport de Sainte Catherine).
Calenzana est le point de départ "Nord" du GR20 et d'autres chemins de randonnée, qui sont en fait une version "moderne" des chemins de transhumance ancestraux - qui existent toujours d'ailleurs. Ceux-ci, très rudes, faisaient communiquer les plaines de Calenzana et Galeria avec les estives du Niolu, en passant par 2B023 - Asco. D'où les multiples rivalités et les nombreux échanges matrimoniaux entre ces villages.

Histoire détaillée

Voir l'Histoire détaillée de Calenzana. Les éléments qui y figurent sont essentiellement extraits des paragraphes spécifiques à Calenzana dans l'excellent site d'Ours Jean CAPOROSSI et avec son aimable autorisation.

Histoire détaillée de Calenzana Lire l'article : Histoire de Calenzana ...

Blason en attente.png Héraldique

D'or à l'arbre arraché de sinople.
^ Sommaire

Repère géographique.png Repères géographiques

Calenzana - Environnement.png

Chef-lieu du Canton de Calenzana.

Mer et montagne

Le village lui-même est situé à une dizaine de kilomètres à l'est-sud-est de Calvi, au pied des montagnes qui bordent la "plaine de Calenzana". Il est relié à la route Calvi-Île-Rousse par une bonne route, presque droite sur plusieurs kilomètres, une rareté en Corse.
L'aéroport de Calvi Sainte Catherine est à mi-chemin entre les deux localités, et d'ailleurs en partie sur le territoire de Calenzana.
Le village est situé au nord-est du territoire communal. Celui-di s'étend à l'ouest jusqu'à la côte (au sud de Calvi) et au sud vers le Monte Cinto, point culminant de l'Île. Toujours au sud, la forêt de Bonifato ouvre sur les parcs naturels Corses. La carte ci-contre présente l'environnement par les territoires communaux voisins.

Évolution de l'habitat

L'habitat semble avoir d'abord été dispersé entre plusieurs hameaux - par exemple le hameau de Luzzipeu sur la côte, les environs de l'église Sainte Restitute, ou encore dans la vallée du Marzulinu. Puis, les habitants se sont regroupés autour de l'église piévane Saint-Blaise à partir de 1730. Le village actuel a dû se construire depuis cette époque, avec peu de système défensif (quelques traces de tours de surveillance anciennes).
Le plan d'ensemble se présente comme un lacis de ruelles étroites, inscrites dans un triangle de 600 m de côté environ. Le village est composé de maisons pour la plupart bâties sur le même principe :

Calenzana Chiassu Longu Haute-Corse.jpg
  • Un quadrilatère de 3 à 6 m de côté, avec des murs massifs en mortier et moellons très larges à la base (1 m) et plus minces en haut,
  • Un niveau "rez-de chaussée" au sol en terre battue, avec passage vers le premier étage par une échelle et une trappe, puis passage au second étage par un escalier de meunier. L'échelle-trappe est souvent doublée par un escalier extérieur en maçonnerie qui accède au premier étage. Ce genre de maison est quasiment une forteresse individuelle ...
  • Le niveau "rez-de chaussée" accueille les commerces depuis le début du XXe siècle au moins.

On notera, entre les maisons, les restes architecturaux des égouts à ciel ouvert de l'époque, sous deux formes :

  • Les "pozzi", petits enclos entourés de murs,
  • Les "strete", espaces étroits entre deux murs de maisons voisines, ouverts par des "fentes" verticales de quelque centimètres de largeur coté rue.

Les fonctions de ces éléments ont été remplacées au cours du XXe siècle par un réseau d'assainissement. Tout cela a été largement réhabilité depuis les annes 1980, avec des "innovations" certes souvent utiles mais parfois discutables. Par exemple, une des principales rues, le Chiassu Longu (= "Rue Longue"), très pentue, était pavée de gros galets. Ils ont été recouverts de dalles en pierre noyées dans une chape en mortier, certes beaucoup plus praticables par les véhicules, mais moins typiques (voir illustration ci-contre).
Il ne faut pas oublier les "pagliaghji" - abris de campagne en pierres sèches - répandus dans les champs alentour, qui datent sans doute aussi du XVIIIe siècle. Ces abris représentaient des biens importants à l'époque, dûment munis d'une parcelle individualisée sur le "cadastre napoléonien". Habités pendant la période des travaux des champs, ils ont été abandonnés dans la première moitié de XXe siècle, avant de connaitre une seconde jeunesse avec le développement immobilier local.
Autour du village initial, depuis les années 1960, une zone pavillonnaire s'est développée vers la plaine (Nord, Est et Ouest), sur un espace d'environ 1 000 X 1 200 m.

Relief et échanges de populations

La structure du relief explique largement les échanges de population, basés sur la forte minorité de bergers transhumant avec leurs troupeaux de chèvres entre Calenzana / Galeria et le Niolu. Il y a par contre beaucoup moins d'échanges avec les villages du nord, au-delà du col de Salvi (sur la D151 entre Montemaggiore et Cateri). Dans cette région, autour de l'Île-Rousse, les villages sont beaucoup plus rapprochés et leurs territoires beaucoup moins vastes.
Mais l'immense territoire de la "pieve d'Olmia" (donc Calenzana - Manso - Galeria - Moncale) explique aussi les écarts souvent importants entre date de naissance et date de baptême, voire absence d'acte. En effet, rejoindre une église ne devait pas être toujours simple ni sans danger, surtout en hiver dans la neige.
^ Sommaire

Patrimoine.png Patrimoine

Patrimoine architectural

Citons entre autres monuments remarquables :

  • L'église paroissiale Saint Blaise, immense, et qui se caractérise par son campanile séparé,
  • L'église Sainte Restitute, située à environ 1 km du village. Sans doute le plus ancien bâtiment de Calenzana, et très modeste,
  • Le couvent d'Alzipratu, actuellement propriété privée,
  • Plus curieux, les tombeaux privés XIXe de quelques grandes familles, éparpillés sur leurs terres proches du village,
  • La fontaine de Calenzana, surmontée du buste du Prince Pierre BONAPARTE, Calenzanais d'adoption sous le Second Empire,
  • Curieux également, sur la baie de Crovani, au sud de la côte désertique du territoire calenzanais, les ruines - très importantes - de la villégiature-château du même Prince Pierre. C'est sans doute - après Saint Blaise - le plus grand bâtiment de Calenzana. Cette imposante bâtisse, aujourd'hui menacée d'écroulement, est privée (quelqu'un l'avait rachetée à la famille des notaires CAPIFALI pour en fiare un site touristique). Bizarrement, elle est devenue un symbole du village : sa (grande) photo trône dans le bureau d'accueil de la Mairie ...
Calenzana - Prince Pierre 1.jpg
Calenzana - Prince Pierre 2.jpg

Festivités

La très importante fête de Sainte Restitute, le troisième dimanche de mai. La statue de la Sainte est amenée le lundi de Pâques de sa chapelle à Saint Blaise, puis reconduite et procession lors de la fête proprement dite.
Voir ci-dessous la photographie de la statue de procession, conservée dans la chapelle Sainte Restitute.
^ Sommaire

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance et de décès de

  • Pierre MASSIMI, acteur né le 27 juillet 1935


Démographie.png Démographie

Une population importante depuis au moins 1537

Année 1537 1581 1609 1680 1729 1769 1818 1832 1856 1862
Population 963 905 1 040 1 200 1 615 1 500 1 800 1 974 2 240 2 553
Année 1931 1936 1990 2009 - - - - - -
Population 2 710 3 063 1 535 2 077 - - - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Les dépouillements confirment la très forte endogamie

Naissances 1690-1772 : 3 % réputés "avec un parent non calenzanais"

De 1690 à 1772, soit en 80 ans, on dénombre environ 4 180 naissances dont les BMS conservent la trace. Sur ces 4 180 naissances, seules 128 (3 %) font état d'au moins un parent "étranger" à la communauté calenzanaise (qui comprend alors, ne l'oublions pas, Galeria et Manso). Plus précisément :

  • 38 enfants (0,91 %) ont un parent originaire du Niolo,
  • 30 enfants (0,72 %) ont un parent originaire d'Asco,
  • 14 enfants (0,34 %) ont un parent "étranger à la Corse" (Italie, France, mais aussi "nazione maumetana"),
  • 21 enfants (0,50 %) ont un parent originaire de Montemaggiore, Moncale, Lunghignano, Zilia, dont certains sont des "refugiati ex occasion bello" ... hors de toute période de guerre identifiée.
  • 25 enfants (0,60 %) ont un parent originaire de 16 autres villages ou régions Corses, le plus souvent très proches (Algajola, Calvi, Lavatoggio, Nebbio, Pomonti ...).

Mariages 1690-1732 : 15 % de "non calenzanais"

Les BMS conservent environ 390 mariages de 1690 à 1732, dont une cinquantaine font intervenir des parents non-calenzanais :

  • 19 du Niolo,
  • 13 d'Asco,
  • 10 de Moncale,
  • 3 de Cassano et 3 de Calvi,
  • 2 de Zilia,
  • 1 de Feliceto, Guagno, Lavatoggio, Montemaggiore,
  • 2 hors de l'Île (Lombardie et Allemagne).

Des apports extérieurs très faibles

Les chiffres des mariages sont au premier abord nettement plus élevés (14 % des mariages) que les chiffres obtenus pour les naissances (3%). Certes, le curé a pu parfois "oublier" de mentionner l'origine "étrangère" d'un parent. Mais cela confirme tout de même la très forte endogamie locale, et la prédominance des échanges "le long des chemins de transhumance" - Asco et Niolo. Le nombre de personnes venant de l'extérieur de l'Île est très faible dans les deux cas - de l'ordre de 0,5 %.
^ Sommaire

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Quelques bâtiments remarquables de Calenzana, d'"intérêt généalogique" ...
Eglise Saint Blaise - "il Duomo di San Biaggio"
Elle est l'église piévane depuis 1730, date de sa construction et semble-t-il du rassemblement de la population sur le site actuel du village. La façade de cet édifice immense a été totalement réhabilitée en 2011. Son campanile (de la fin du XIXème siècle) porte une plaque rappelant le désastre des "Tedeschi" à la Bataille de Calinzana en 1732.
Des milliers de Calenzanais, au fil des siècles, ont été baptisés, se sont mariés, et ont eu leurs funérailles "nell Duomo di San Biaggio". Donc, en bon toscan , on appelle "il Duomo" l'église piévane, au même titre que les cathédrales de Pise, Florence ou d'ailleurs.

Confrérie Sainte Croix
Juste en face de Saint Blaise, la chapelle de la Confrérie de Sainte Croix, avec le portrait du Vénérable Bernardinu di Calinzana.

Oratoire Saint Antoine
Tout en haut du village, le quartier Saint Antoine marque l'entrée du GR 20. L'Oratoire veille sur les randonneurs du XXIe siècle. Et le Four de Saint Antoine, restauré, donne une idée de ce qu'étaient les fours de village, qui permettaient la cuisson des aliments. Ces édifices étaient même des parcelles cadastrales, témoignage de leur importance dans la vie du XIXe siècle.

Sainte Restitute
La chapelle est fermée. Selon la documentation calenzanaise, il faut demander la clé au "tabac du village". Il s'agit en fait du tabac-papeterie-journaux (et non du bar-tabac).
Pour le trouver, on va sur la Place de l'Eglise, et on se positionne avec Saint Blaise à main gauche et la chapelle de la Sainte Croix à main droite. On a devant soi le bar-tabac "Le Royal". On prend la rue à droite du "Royal", qui longe la chapelle Sainte Croix, et 50 m plus loin à gauche, on trouve le tabac-papeterie-journaux - où se trouve la clé.
Le mardi et le jeudi matin, une aimable Calenzanaise accepte de guider les visiteurs (indispensable pour une visite complète et pour voir le menhir de Luzzipeu). Il est prudent d'appeler la Mairie à l'avance pour se renseigner.
A l'extérieur ou à l'intérieur de la chapelle, aucune trace de la nécropole ancienne, sauf les tombeaux privés, situés à quelques mètres, et la croix en fer forgé sur une petite base de pierres, à l'intérieur de l'enclos, qui porte l'inscription :
"Antigu sacratu di Calinzana e di a pieve d'Olmia - Fina 1838"
"Ancien cimetière de Calenzana et de la pieve d'Olmia, jusqu'à 1838"

  • Vues extérieures
    Cet édifice très sobre est parfaitement entretenu.
  • Vues intérieures

La crypte a été aménagée au XXe siècle pour mettre en valeur le sarcophage des Martyrs. Dans la sacristie, on remarquera le menhir anthropomorphe de Luzzipeu.

La fontaine du "Prince Pierre"

Tombeaux privés
Une spécialité Corse du XIXème siècle. Tout près de Sainte Restitute, voici ceux des COLOMBANI et des MARINI ...

Et un autre, spectaculaire, sur la route de Moncale :


^ Sommaire

Familles notables.png Notables

Bien que Calenzana fasse partie des "grosses agglomérations" corses avec près de 1 500 habitants en 1769, aucune de ses familles n'est reconnue "noble" par l'administration royale de Louis XV.
Les familles notables du cru sont donc le Notaire, le Curé et quelques riches propriétaires terriens, cultivateurs ou bergers.

Les maires

A Calenzana, les maires s'apellent souvent "MARINI".
Avant la Révolution, et avant le rattachement à la France, Calenzana était administré par un "podestat". Pendant le plus clair du XVIIIème siècle, il y a eu en fait DEUX podestats, perpétuellement en conflit - dans le style de "La Zizanie" d'Astérix - sauf lorsqu'il s'agissait de taper sur les Romains (à savoir les troupes de WACHTENDONCK, lors de la "Bataille de Calenzana").

Prénom(s) NOM Mandat Observations
GUIDONI Pierre 2001 - 2014  
- -  
Philippe MARINI 1977 - 1983  
- -  
MARINI François Mathieu 1908 - 1963  
- -  
MARINI Ignace vers 1890 - 1893  
BUONACCORSI Olinthe vers 1888  
CRUCIANI Jean Marie vers 1886  
MARINI Pierre François vers 1890  
MARINI Xavier vers 1872 - 1881  
BIANCONI Antoine Pierre vers 1857 - 1861  
GRISONI Louis vers 1852  
MARINI Marino vers 1829 - 1846 Sans doute même individu que "M.".  
MARINI M. vers 1829 - 1835  
MARINI Jean Baptiste vers 1824  
MARINI Nicolas vers 1819 - 1825 Sans doute même individu que "Nicolo".  
MARINI Nicolo vers 1818  
BRONCONI Pietro Maria vers 1816 Adjoint, signe des actes à partir du 12 septembre 1816.  
MARINI Ignazio vers 1815 Signe son premier acte le 3 juillet 1815.  
FABIANI Pasquale vers 1814 Signe du 31 Octobre 1814 au 1er juillet 1815.  
FABIANI Giovan Battista vers 1813 Décédé en cours de mandat le 14 octobre 1814.  
MARINI Paolo vers 1811 - 1812  
BUONACCORSI Joseph Marie vers 1806 - 1824  
MASSONI Francesco Antonio vers An XII  

Cf. [ MairesGenweb]

Les notaires

Calenzana étant un centre important, il y a souvent eu deux, trois, voire quatre Notaires en exercice en même temps. Les grandes familles de Notaires sont :

  • A partir de 1841, les FRANCESCHI puis les CAPIFALI,
  • Auparavant, les NAMI et les DARJ, Anton Maria NAMO étant le premier dont les AD conservent la trace ... mais il y en avait certainement d'autres auparavant, à rechercher aux Archives de Gênes peut-être ...
Prénom(s) NOM Période Observations
CIAVALDINI Gérard de nos jours  
CAPIFALI VIRGINIE -  
CAPIFALI Michel Jean François 1919 - 1945  
CAPIFALI François 1894 - 1918  
FRANCESCHI Checco 1888 - 1892  
FRANCESCHI Ange François 1876 - 1884  
FRANCESCHI Achille 1864 - 1874  
FRANCESCHI Ange François 1841 - 1863  
BUONACCORSI Salvatore An XI - 1841  
NAMI Namo An X - 1826  
DARJ Gian Maria An X - 1820  
LODOVICI Angelo Maria 1778 - 1791  
DARJ di MUCALE Giovanni 1753 - 1799  
COSTA Santo 1723 - 1724  
NAMI Tomaso 1692 - 1731 Fils de Namo.  
MARINI Santo 1671 - 1686  
NAMI Namo 1666 - 1681 Sans doute la même personne que Namo di Giapico.  
di GIAPICO Namo 1659 - 1666  
MARANINCHI Paolo Antonio 1655 - 1686  
DONATI Gioachino 1637 - 1643  
NAMO Anton Maria 1631 - 1640  

Les curés et religieux

Informations tirées du dépouillement des BMS. Les "casate" des prêtres sont très "calenzanaises".

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
ASTOLFI Paulo Agostino 1786-1796  
LODOVICI Pasquale 1786-1796  
- -  
FRANCESCHI Gio Batta 1714-1722  
VILLANOVA Gio 1714-1722  
CAPPONI Padovano 1714-1722  
LODOVICI Simon Gio 1714-1722  
MARINI Gio 1714-1722  
PANDOLFI Gio Batta 1714-1722  
MASSONI Ignazio 1714-1722  
- -  

Autres notables et célébrités

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Jean-Noël GUERINI - Homme politique français, Président du CG des Bouches du Rhône.
° Calenzana 1951  
Joseph-Marie GUERINI - Héros de la Grande Guerre - Grand-Officier de la Légion d'Honneur
° Calenzana 21 nov. 1875  
Martino GUIDONI BIANCONI - Médecin.  
Pierre MASSIMI - Acteur de cinéma et TV
° Calenzana 27 juillet 1935  
Giuseppe Maria MASSONI - Evêque de Sagone de 1751 à 1765.
° Calenzana 27 mars 1707 - + Speloncato 30 Mai 1765.  
Pierre TARISSI - Héros de la Grande Guerre et de la Campagne de Cilicie - Commandeur de la Légion d'Honneur
° Calenzana 7 février 1892 - + Beaujeu (69) 19 juin 1975  
- -  

Légion d'honneur

Voici les 42 personnes figurant dans la base Léonore, titulaires de la Légion d'honneur et nées à Calenzana depuis les origines. Il y en a certainement d'autres, dont les dossiers ne figurent pas (encore) dans la base "Léonore" (avril 2012), et qui restent donc à trouver.

Pictos recherche.png Lire l'article : Médaillés de la Légion d'honneur calenzanais ...


^ Sommaire

Recherches généalogiques.png À savoir pour vos recherches généalogiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 8h30-12h00 8h30-12h00 8h30-12h00 8h30-12h00 8h30-12h00 - -
Après-midi 13h30-17h00 13h30-17h00 13h30-17h00 13h30-17h00 13h30-17h00 - -
Calenzana Mairie.JPG

Mairie de Calenzana
C'est l'ancienne "Ecole de Filles" du village
Adresse : Place du Monument - 20214 Calenzana

Tél : 04 95 62 70 08 - Fax : 04 95 62 73 64

Courriel : Contact

Site internet : -

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire : Parking facile devant la Mairie, sur la "Place du Monument" (aux Morts, qui est sur cette Place). Consultation de l'Etat-Civil le mardi et le jeudi, de 14 h 00 à 16 h 00. Il est prudent de prendre rendez-vous à l'avance, car il y a une seule place de consultation des registres.

Source : Annuaire des Mairies (Juillet 2011)

Calenzana - Dépôt AD2b - Mai 2011.jpg

La Mairie de Calenzana - comme c'est son droit - n'a quasiment fait aucun dépôt d'archives aux AD. On peut s'en assurer à partir de l'inventaire de ces dépôts disponible aux AD et dont voici le fac-simile Calenzanais

Aujourd'hui (octobre 2011), TOUS les registres d'Etat-civil et BMS connus entre 1680 et 1887 sont en ligne sur Internet. Vous pouvez donc les consulter depuis n'importe quel ordinateur connecté à Internet. Vous n'avez besoin d'aller physiquement à Calenzana que pour consulter l'Etat-Civil à partir de 1880. En évitant de consulter sur place les registres anciens, vous limiterez leur dégradation - voire éviterez leur disparition pour les registres des XVIIe et XVIIIe siècles très fragiles et n'existant qu'en un seul exemplaire.

Conseils pour faire votre généalogie à Calenzana

1. Consulter l'article GénéaWiki Généalogie en Corse pour avoir les informations et adresses utiles, et s'inscrire sur la liste de discussion Yahoo GénéaCorse (libre et gratuit).

2. Consulter le site des AD2b et les deux sites privés complémentaires en accès libre et gratuit (liens ci-dessous)

  • Sur le site des AD, vous trouverez la plus grande partie de l'Etat-civil (NMD et TD), de l'an IX à 1887 (jusqu'en 1902 pour les publications de mariage),
  • Sur les sites privés se trouvent les BMS 1690-1808, ainsi que certains NMD et TD absents des collections des AD2b. Mais leur grande masse est constituée des archives notariales et des documents ecclésiastiques de gestion des mariages. Les AD2b disposent des CD de toutes les photographies privées, la Mairie et la RHFC de certaines d'entre elles.

Les collections NMD, TD et BMS sont largement complètes, à l'exception des mariages 1732-1772 absents, et du fait que les BMS 1690-1714 sont lacunaires.

3. En gros, aidés par la forte endogamie :

  • Avec l'aide de la Mairie (téléphone ou courrier), vous vous procurerez facilement les actes NMD de la période après 1887 (ND) / 1902 (M),
  • Muni de ces éléments, vous remonterez sans difficulté jusqu'au Premier Empire grâce aux archives en ligne aux AD2b. Les index détaillés des Annexes 1 et 2 ci-dessous vous aideront à naviguer dans ces registres en ligne,
  • Puis, vous parviendrez, à l'aide des photos de registres et des dépouillements disponibles en ligne sur les sites privés, jusqu'au jalon "Choiseul" (le recensement de 1769) à remonter aux générations adultes en 1769.
  • Enfin, en remontant le XVIIIe siècle et la fin du XVIIe, vous trouverez trace de quelques ancêtres jusqu'à l'"état des âmes" de 1667, également en ligne. Toutefois, avant 1769 vous ne trouverez quasiment plus de "casate" (patronymes) dans les actes, et vous risquez fort d'être arrêté lorsque vous découvrirez une femme prénommée "Maria" - il y en a énormément ... En outre, le "trou" 1732-1772 dans la collection des X vous gênera. Il vous faudra donc passer aux autres sources des deux sites privés, en cours de constitution, beaucoup plus volumineuses et difficiles à exploiter (voir §§ suivants).

4. Pour aller plus loin que 1667, vous devrez faire appel systématiquement aux autres sources : Archives notariales et documents de gestion des mariages de l'Evêché de Sagone. La photographie de ces documents et leur mise en ligne est très largement réalisée sur initiative privée (près de 10 000 photos de registres en ligne à ce jour), en accord avec les AD2a et AD2b. Mais leur exploitation (dépouillement et indexation systématique) reste à faire. Ces travaux permettront à terme de préciser le XVIIIe siècle et d'explorer le XVIIe calenzanais jusqu'en 1630 au moins, voire de réaliser quelques percées vers les années 1580.

5. Il existe enfin d'autres documents très fragmentaires jusqu'au début du XVIe siècle - les registres de taille. Voir ci-dessous et venir en parler sur GénéaCorse pour plus d'information. Enfin, les archives ecclésiastiques, juridiques et fiscales les plus anciennes restent à identifier, dénombrer et exploiter.

Vous trouverez ci-dessous les textes et tableaux donnant l'inventaire détaillé de toutes ces sources calenzanaises connues en mai 2013, ainsi que tous les liens d'accès (libres et gratuits) aux données disponibles (photographies et dépouillements en ligne).

Arbres en ligne

Sur Geneanet vous avez deux arbres qui peuvent vous donner des indications :

Visiter aussi tous les autres arbres disponibles sur Généanet, soit plus d'une dizaine de généalogistes, et plus de 2 300 entrées (août 2012).

Travaux publiés 1631-1807 : Photos et relevés de paroissiaux, recensements, Etats des Âmes, Taille, et ceppi

Registres & Relevés Corses
Calenzanais avant 1808
Les photos et relevés de Calenzana ont été réalisés sur initiative privée. Les photos de registres sont en ligne ici :

Registres numérisés sur Picasa Calenzana

Ils sont à la disposition de toutes les personnes qui le souhaitent, pour un usage privé. L’utilisation dans des arbres généalogiques ou autres publications Internet est également libre, à la seule condition de citer les sources.

Ils présentent quelques limites exposées ci-dessous :
Les photos

Elles ont été réalisées avec des moyens d’amateur, sur place. Il est donc possible – sans doute très rarement – qu’une page de registre ait été oubliée (par exemple dans le cas de deux pages particulièrement « collées » l’une à l’autre). Les photos sont par ailleurs souvent prises en double, pour permettre dans certains cas une lecture plus précise de passages peu lisibles.

Les relevés

Ils permettent, en utilisant les « filtres » d’Excel, de reconstituer les familles à partir des prénoms des père et mère. Cela « marche » évidemment mieux avec Alessandro X Pentesilea qu’avec Gio X Maria …

Le contenu des relevés est volontairement sommaire : ils sont avant tout destinés à faciliter la navigation dans les albums photo en ligne, derniers « juges de paix » avant l’accès aux registres eux-mêmes, aux AD ou en Mairie. Dans le cas de la Corse, cet accès est peu pratique et cher quand on n’habite pas sur place, mais surtout catastrophique pour la conservation desdits registres. Les relevés portent donc systématiquement les numéros de photos correspondant aux actes. Ceci permet à chacun de se faire – aussi vite que possible - sa propre idée de la réalité des actes et de leur contenu.

Ces relevés sont encore loin d’être exempts d’erreurs, la plus grave étant l’omission d’un acte sur une page. La seule façon d’éliminer ces erreurs est qu’une autre personne vérifie le relevé page à page. Certains relevés ont été déjà vérifiés par au moins deux personnes. Ils sont signalés.

Comme dans tous les villages Corses (voir Généalogie en Corse) le dépouillement des registres anciens est très délicat, car les actes d'avant 1769 ne comportent quasiment pas de patronymes, et peu de filiations agnatiques ... Mais assez souvent, on disposera du prénom du grand père.
Les travaux actuels permettent cependant d'obtenir quelques lignées continues entre 1600 (date de naissance des ancêtres le plus lointains) et nos jours.
La liste de discussion "GénéaCorse" vous donne accès à des fichiers de relevés et à des photographies de registres, n'hésitez pas à vous inscrire à : Discussion Geneacorse
^ Sommaire

Sont aujourd'hui disponibles :

Dépouillements en ligne (de 1667 à 1818, à compléter)
Les dépouillements sont visibles et téléchargeables au format Excel avec renvoi sur les photos en ligne.
Il est indispensable de s'inscrire préalablement pour avoir accès à ces dépouillements, cette inscription est gratuite et libre. Vous aurez ainsi accès aux dépouillements précisés dans les tableaux ci-dessous, en particulier 7 500 BMS environ.
Mariages 1772-1909 visible là : Album
Photos de registres Calenzanais en ligne

Actuellement (novembre 2012), trois sites fournissent des photos de registres calenzanais en accès libre et gratuit :

NMD, publications de mariages et TD 1802-1902. Vingt et un registres. Voir index détaillé en fin d'article.
On y trouve les BMS subsistants 1690-1807, et d'autres registres. Voir tableaux et liens détaillés ci-dessous
Voir ci-dessous
Eléments d'analyse des "casate" (patronymes) et des prénoms (1691-1772)

Indépendamment des aspects démographiques traités plus haut, on peut noter que :

  • De 1691 à 1769 inclus, sur environ 4 000 naissances identifiées, une "casata" figure sur environ 560 actes, soit 14 % des actes.
    • Les plus anciennes, avant 1700, sont BIANCONI, LECA, MARINI, et un "TIBUFFI" douteux.
    • Ensuite, on trouve une centaine de casate différentes. Par ordre alphabétique, et à quelques erreurs ou variations orthographiques latin-toscan près :
      A - ACQUAVIVA, ADRIANI, ALBERTI, ALBERTINI, ALFIERI, ALFONSI, ANDREANI, ANTONELLI, ARTISI, ASTOLFI,
      B - BELGODERE, BENEDETTI, BIANCONI (BLANCONI), BONACCORSI, BRONCONI, BUTTAFUOCO,
      C - CACCIA, CANNELLI, CAPIFALI, CAPPONI, CARANCIONI, CARDI, COLOMBANI, COSTA, CROIX d'ISPAGNAC, CRUCIANI,
      D - DARJ, DAUREL, DESFUR, DONAIT, DONATI,
      F - FABIANI, FATTICCI, FELCHI, FERANDI, FILIPPI, FRATICELLI,
      G - GIULIANI (JULIANI), GIUSTINIANI, GREGORJ, GRISONI, GUERINI, GUGLIELMACCI, GUIDONI (GHIDONI),
      L - LANZETTI, LAURENTI, LECA, LINDRJ, LODOVICI, LUCCHETTI,
      M - MAESTRACCI, MANSONE, MANZANI, MARANINCHI, MARIANI, MARINI, MARTINI, MASSIMI, MASSONI, MATTEI,
      N - NAMI, NEGRONI, NOVO,
      O - OLIVIERI, ORSINI,
      P - PADOVANI (PADUANI), PANDOLFI, PAOLINI, PARISI, PARODI, PERUDI, PLEBONACCI,
      R - RANZONE, RENO, ROCCA, RUTILJ,
      S - SALDUCCI, SARAVELLI, SAVELLI, SIDOSSI, SIMEONI, SINIBALDI, SOPRANI,
      T - TARQUINJ, TIBUFFI,
      V - VILLANOVA, VINCIO.
    • A part quelques patronymes manifestement étrangers (CROIX d'ISPAGNAC, DAUREL, DESFUR, ...) on a la structure des patronymes calenzanais du XIXème siècle.
  • De 1691 à 1772, on trouve environ 290 filles "Maria" tout court sur 4 100 naissances (sans compter les Maria Angela et autres Maria Agostina ...). Cela fait près de 15 % des filles. On ne trouve que 90 "Gio", mais il faut y ajouter les "Gioan", "Giovan", "Giovanni". En l'absence de mariages filiatifs, les arbres de ces personnes resteront longtemps indéterminés, sauf à trouver d'autres sources (ceppi et dispenses de mariages). On arrive beaucoup mieux à remonter lorsqu'on tombe sur des prénoms plus rares, apparemment choisis de préférence par les classes sociales "élevées" : Maria Virgilia, Ortenzia, Pentesilea, Alessandro, Namo, Taddeo, ...


^ Sommaire

Etat des collections de registres

On ne perdra pas de vue que les registres les plus anciens traitent de "la pieve d'Olmia", c'est-à-dire l'ensemble des communes de 2011 : Calenzana + Moncale + Galeria + Manso. Le rapprochement des documentations subsistantes de ces différentes localités reste à faire.

BMS et Etat-civil (NMD + TD) 1690-1902

a) Tables Décennales 1802-1902 : en ligne - Collection des AD2b + Compléments Mairie

Les Archives départementales de Haute Corse sont en ligne. Les TD de Calenzana représentent un album de 235 pages.
La décennie 1853-1862 est manquante, mais existe à la Mairie de Calenzana. Elle est en ligne sur initiative privée, de même que les décennies 1883-1892 et 1893-1902. Index général en ANNEXE 1.

Reliure BMS 1680.jpg

b) Etat-civil 1802-1902 : en ligne - Collection des AD2b + Compléments Mairie

L'Etat-Civil de Calenzana est également en ligne sur le site des AD de Haute Corse. La mise en ligne comprend actuellement (mai 2011) 20 registres, de 1802 à 1902. Une lacune 1858-1862 pourra vous gêner, mais vous la comblerez avec la collection de la Mairie : ces cinq années sont aujourd'hui en ligne sur initiative privée.

Voir les index des 20 registres (à compléter) dans les tableaux de l'ANNEXE 2.
La collection des AD2b de Bastia n'est pas reliée.
Les A.D ne détiennent avant la Révolution que les années 1772 - 1789, 1786 manquant (1772-1789 pas encore en ligne aux AD). Il s'agit de la copie des BMS imposée par l'Administration royale française - avant 1769, il existait une seule copie des BMS, à la paroisse.

c) BMS 1690-1808 : en ligne, NMD + TD 1802-de nos jours - Collection de la Mairie

La Mairie détient aujourd’hui la collection la plus complète de registres. Les registres anciens sont conservés en boîtes cartonnées. Avant 1772, il existait UNE SEULE version des BMS, à la paroisse. A partir de 1772, il existe deux versions dont une déposée au greffe.
Tous les registres Calenzanais antérieurs à 1808 ont été photographiés et mis en ligne sur initiative privée. Les AD2b, la Mairie, et la RHFC ont chacune reçu des CD contenant toutes ces photos.
Il subsiste aujourd'hui à la Mairie de Calenzana :

Registre
Actes
Années
Photos disponible en ligne sur :
Picasa Calenzana
Relevés "Excel" sur
GénéaCorse & Discussion Yahoo Geneacorse
Chaque ligne renvoie au n° de photo
"1"
très lacunaire
BMS 1690-1714 Toutes disponibles ° et X faits
+ 1691-1695 faits, reste des + à faire
"2" BMS 1714-1732 Toutes disponibles
1 + 2 = 240 ph.
° et X faits
+ à faire
"3" B 1732-1755 Toutes disponibles ° fait
"4" B 1755-1772 Toutes disponibles
3 + 4 = 250 ph.
° fait
"5" S
(X apparemment perdus)
1732-1772 Toutes disponibles (env. 150)
Registres numérisés par
Caroline Lucchetti & Jean Guérin
+ fait pour 45 photos
"6" BMS 1772-1794 Toutes disponibles ° 1786 et 1790-1794 faits, autres ° à faire
X et + entièrement faits
Voir curiosités su registre 1794 dans :
Calenzana - Histoire
"7" BMS 1795-1807 Toutes disponibles
6 + 7 = 400 ph.
° 1795 faits, autres ° à faire
X et + 1795-1804 faits, 1805-1807 reste à faire
3 autres registres
en boîtes cartonnées
NMD et TD An VII-1823 "8" - Registre An VII-IX-X-XI
"9" - Registre An XII-XIII-XIV et 1807 avec table
"10" - Registre TD 1813-1823
Toutes photos disponibles sur site AD2b
° 1795 faits, autres ° à faire
X et + 1795-1804 faits, 1805-1807 reste à faire
"Etat-civil" NMD et TD 1808-2011 Etat-civil complet
Photos 1802-1902 visibles sur sites AD2b
Registres jusqu'en 1936 consultables en Mairie
Relié en volumes de 3 ans, TD reliées à part
Les actes sont très bien rédigés
Remonter jusqu'au Premier Empire ne présente aucune difficulté
Dépouillement X complet 1772-1902 sur :
Blog Oliviers de Freddy


^ Sommaire

Etats des âmes et registres de taille Génois - Recensements français
  • Registres de taille génois 1608 et antérieurs - Association FrancisCorsa.
Avant 1608, les seuls documents identifiés pour le moment sont quelques registres de taille détenus par la FrancisCorsa. L'exploitation est très délicate pour ces registres peu détaillés. Cependant, ces registres étaient établis annuellement. Une étude approfondie des ASG, sur place à Gênes, devrait permettre d'en récupérer davantage.
Année Nature Photos Dépouillement Commentaires
1537 Taglie 4 photos non publiables
(FrancisCorsa)
A faire (nov 2011) Prénoms des "Chefs de famille" et de leur père ...
Assez lisible
1580 6 photos non publiables A faire (nov 2011)] Références FrancisCorsa 948 881 à 948 886
Difficile à interpréter par lui-même (écriture d'époque peu lisible) et peu disert.
Il fournit seulement les prénoms
des "Chefs de famille" et de leur père,
avec le montant de la taille acquittée, "feu" par "feu".
En 1580, elle représentait 2,8 lire génoise.
1581 4 photos
(FrancisCorsa)
A faire (nov 2011) -
1608 6 photos non publiables A faire (nov 2011) Bien lisible, tri par initiales de prénoms.
En 1608, la taille représente 2,9 lire génoise par feu.


Les seuls autres documents remontant jusque là sont les "dispenses de mariage" à partir de 1585 - voir § infra. Les "ceppi" débutent seulement en 1630.
  • Etats des âmes et recensements
Les "Etats de âmes" sont des relevés religieux de la population, avec de nombreuses indications.
L'identification complète des états des âmes disponibles reste à faire (mai 2011). Il semble en subsister au moins quelques autres. Il existe un inventaire général de ces Etats des âmes dans l'ouvrage "Vistighie Corse". Voir Généalogie en Corse, l'encadré récapitulant les sources.


Année Nature Photos Dépouillement Commentaires
1667 Etat des âmes 20 photos Franciscorsa,
de 664 278 à 664 297
Non publiables,
propriété de FrancisCorsa
Visible sur GénéaCorse 1 200 habitants, famille par famille,
avec leurs professions : Bandit (!), Bûcheron et Maître Bûcheron, Cirier, Cordonnier, Laboureur, Maréchal ferrant, Meunier, Notaire, en tout et pour tout.
La très grande majorité est "Laboureur", avec une forte minorité de "Bergers". Les autres professions sont en nombre anecdotique.
Les ecclésiastiques sont recensés à part.
On trouve dans les BMS et les ceppi quelques "Capitano" qui semblent suggérer des fonctions militaires.
On arrive à relier plusieurs familles aux BMS qui débutent vers 1690.
1719 47 photos
non publiables
Disponible sur GénéaCorse 1 500 habitants, liens familiaux précis,
Pas d'âge des "chefs de famille", peu de casate.
1729 21 photos AD2a Visible sur GénéaCorse 1 400 habitants, liens familiaux précis,
âge des hommes seulement, peu de casate.
1735 20 photos AD2a Dépouillement terminé,
mise en ligne bientôt
(oct. 2011)
Davantage de casate qu’en 1729, liens familiaux, âge des hommes et des femmes,
lieu d’habitation.
Permet de mieux couvrir la période 1720-1735 environ
(en particulier comble le « trou » des X entre 1732 et 1735).
1769 Recensement
"Choiseul"
20 photos disponibles en ligne Visible sur GénéaCorse 1 500 habitants,
pas de recensement en 1786 à Calenzana.
CARAN et AD2b
1818 Recensement 80 photos disponibles en ligne Visible sur GénéaCorse 1 800 habitants - AD2b



^ Sommaire

Archives notariales - "Ceppi" en termes locaux
Archives notariales de Calenzana : index détaillé Lire l'article : Archives notariales de Calenzana ...


a) Présentation

Les "Ceppi" sont disponibles en partie aux AD de Bastia, et en partie à la FrancisCorsa, à partir de 1630 environ. Ils comprennent souvent la "pendetta", index de l'époque, trié par prénom (et indiquant souvent « fils de - petit fils de ... »).

L'ensemble est très important. Pour les XVIIe et XVIIIe siècles, cela représente sans doute plus de 15 000 pages, très souvent reliées, réparties en presque une centaine de "cotes" aux AD. Attention, il y avait souvent plusieurs Notaires en activité en même temps à Calenzana, grosse agglomération aux vastes territoires (qui à l’époque couvraient les actuels territoires de Galéria et Manso). Mais il ne faut pas négliger le recours par les Calenzanais à des Notaires éloignés, par souci de discrétion - aucune information sur ce point disponible en août 2012.

b) Inventaires

Un fac-simile des inventaires existant aux AD2b est fourni ICI. Vous trouverez sur Calenzana - Détail des Archives notariales le détail des "ceppi" connus de 1630 à 1800 environ. Sur la liste de discussion GénéaCorse, l'index complet de ces ceppi est disponible sous forme de fichier Excel.

En gros, la situation est la suivante :

  • Collections riches entre 1631 et 1729, avec les Notaires Anton Maria NAMI, Giachino DONATI, Santo MARINI, Santo COSTA et surtout Paolo Antonio MARANINCHI, Namo di GIAPICO, Tomaso NAMI,
  • "Trou" entre 1731 et 1753,
  • Collections riches entre 1753 et 1800, avec les Notaires Giovanni DARJ di Mucale, Angelo Maria LODOVICI;, Salvatore BONACCORSI, et Namo Maria Cristoforo NAMI.

c) Photographie et dépouilement

Le dépouillement de ces "ceppi" est à faire (juillet 2011). Très long compte tenu des volumes documentaires disponibles, son ordre logique est le suivant :

  • La période 1732-1772. Les BMS "X" sont apparemment perdus. Les contrats de mariage peuvent donc aider - surtout en liaison avec les document ecclésdiastiques de gestion des mariages (voir ci-dessous). Il n'existe pas aux AD d'archives notariales pour 1732-1753, mais 8 cotes de Giovanni DARJ di MUCALE couvrent 1753-1771. Ces 8 cotes, numérisés, sont aujourd'hui en ligne. Elles sont aussi disponibles sous forme de CD aux AD2b et à la RHFC.
  • Les ceppi correspondant aux BMS lacunaires du "registre 1" des BMS (ceppi de Tomaso NAMI, 1693-1714) - 11 cotes aux AD (environ 2 000 photos à faire),
  • Les ceppi antérieurs aux premiers BMS, entre 1631 et 1690 - 28 cotes aux AD de plusieurs Notaires (sans doute environ 5 000 photos à faire),
  • Le reste des ceppi plus récents.

d) Tableau des photos disponibles sur Internet

La numérisation complète des 80 cotes représentera sans doute près de 15 000 clichés. En mai 2013, environ 40 % des ceppi ont été numérisés et mis en ligne sur initiative privée - environ 6 500 photos. Tous les liens vers les albums de photos en ligne figurent dans l'article Calenzana - Détail des Archives notariales et certains sont repris dans le tableau ci-dessous.

Anton Maria NAMI (1631-1640) est le Notaire le plus ancien de Calenzana connu, et son Ceppo I est le plus ancien ceppo Calenzanais conservé aux AD2b. Le ceppo I et trois pendette sont numérisés.


Notaire Années ceppi Cote Ceppo Pendetta Photos disponibles Dépouillement Photos
Anton Maria NAMI
1631-1640
1631-1634 3E 2/233 I et Pendette Photos internet :
Ceppo I
Ceppo I Pendetta

Autre Pendetta

- -
1640 3E 2/234 - OUI - IV Photos disponibles :
Ceppo IV Pendetta
Photos du ceppo IV
lui-même à faire
-
Paolo Antonio MARANINCHI
1655-1686
1664-1666 3E 19/4 V - - Photos à faire Reliure Ceppo Calenzana.JPG
Namo di GIAPICO
1659-1666
1659-1661 3E 2/235 I OUI Photos disponibles :
Ceppo I + Pendetta
A faire (oct. 2011) -
Giovanni DARJ
di Mucale

1755-An XII
1753-1756 3E 19/15 I - Photos disponibles Internet
Photos Karine
A faire (mai 2011) -
1756-1759 3E 19/16 II OUI Photos disponibles Internet
Photos Karine
A faire (mai 2011) -
1759-1763 3E19/17 III - Photos disponibles Internet :
Ceppo III
A faire (mai 2011) Calenzana - Ceppi 1.jpg
1763-1766 3E 19/18 IV OUI Photos disponibles Internet :
Ceppo IV Pendetta
Ceppo IV
A faire (mai 2011) -
1766-1768 3E 19/19 V - Photos disponibles Internet :
Ceppo V
A faire (mai 2011) -
1768-1770 3E 19/20 VI - Photos disponibles Internet :
Ceppo VI
A faire (mai 2011) Calenzana - Ceppi 2.jpg
1770 3E 19/21 VII - Photos disponibles Internet :
Ceppo VII
A faire (mai 2011) -
1771-1774 3E 19/22 I (1-277) - Reliure rendant la photo difficile
Photos disponibles Internet (partiel - 1771 seulement) :
[Ceppo I (1771)
A faire (mai 2011) Calenzana - Ceppi 3.jpg



^ Sommaire

Dispenses de mariage

Informations principalement tirées du message de GénéaCorse : Groupe Discussion Yahoo

Les "dispenses de consanguinité", délivrées très tôt par l'Eglise, existent à Calenzana, parmi celles de l'Evêché de Sagone (Corse du Sud), dont Calenzana faisait partie.
Le classement est théoriquement chronologique - il s'agit de liasses de courriers (comme dans les archives des évêchés de Haute-Corse). Il n'est donc pas par village (ou plutôt "pieve"), mais ces documents fournissent des arbres généalogiques sur plusieurs générations ...

A Calenzana, il y avait environ 15 mariages par an. Soit de 1585 à 1796 (212 ans) près de 3 200 mariages. Ces périodes, "remontant" plus que les BMS (1690) et les ceppi (1630), couvrent la période de "trou" des mariages 1732-1772. Or, l'actuelle exploitation des BMS et des Etats des âmes (voir ci-dessus) achoppe souvent sur des prénoms courants (Gio, Maria, ...) et les incertitudes ne pourront peut-être se résoudre qu'avec le dépouillement exhaustif des dispenses. De même, il permettra d'éclairer les cas de mariages avec un "étranger" (stato libero).
Le premier travail à faire est donc de finir la photographie des cotes aux AD2a.

On trouvera donc aux AD d'Ajaccio les cotes utiles suivantes :

  • 1585-1796 Dispenses de mariage - 5G22 à 5G35
  • 1609-1796 Stato libero (un époux étranger au diocèse) - 5G36 à 5G42
  • 1572-1796 Contentieux - 5G44 et 45
  • Dispenses diverses - 5G43
  • 1727-1743 Publication de bans - 5G46
<center>Voir liens Internet vers les 3 300 photos en ligne

Sur ces 24 cotes (sans doute près de 4 000 photos en tout), 20 ont été photographiées pour plus de 3 300 photos. Ces photos sont disponibles sur Internet, sous licence AD2a (novembre 2012) et couvrent toute la période antérieure à 1777. L'exploitation de ces photos (dépouillement) a commencé : pour le moment (octobre 2013), deux "cotes" ont été dépouillées sur initiative privée (Infos complémentaires sur GénéaCorse.

N.B. : Il vaut mieux ne pas parler en Corse d'"insinuations". Ce terme désigne les modalités particulières d'enregistrement de ces documents en France seulement, en fonction de la législation royale.


^ Sommaire

Cimetière

Cimetière


Avant 1835, selon les actes de décès, les inhumations avaient lieu essentiellement à Sainte Restitute ou à l'église Saint François du couvent d'Alzipratu. Il semble bien que les tombes existent toujours sous le sol de l'enclos de Sainte Restitute, où une croix rappelle leur présence. La nécropole de Saint François semble avoir été déménagée au XXe siècle vers un ossuaire au cimetière de Zilia. Il existait certainement d'autres lieux d'inhumation dans la "pieve d'Olmia" - par exemple près de Saint Blaise pour les mercenaires de WACHTENDONCK. Le recensement de ces nécropoles et leur exploration physique (pierres tombales éventuellement subsistantes) reste à faire à ce jour (mars 2012).
L'actuel cimetière de Calenzana remonte à 1835 environ. Il comprend un premier enclos carré avec deux grandes allées se croisant à angle droit et une "extension" utilisée pour les nouvelles concessions depuis les années 1950 et toujours en voie d'agrandissement. La Mairie semble conserver un registre des inhumations à partir de 1910, mais son accès est problématique.
Les plus anciennes inhumations visibles (inscriptions sur les monuments) remontent aux environs de 1900-1920, dans cet espace serein aux monuments très bien entretenus. Conformément à l'usage local, les tombeaux sont essentiellement "en hauteur", c'est-à-dire avec des emplacements de cercueils bâtis au-dessus du sol. Cet usage est assez récent (entre-deux guerres), puisque les plus anciens tombeaux sont classiquement des caveaux (souterrains).


Soldats Calenzanais

Il y a certainement eu des soldats Calenzanais depuis des temps très anciens, enfants esclaves barbaresques devenus janissaires ou autres ... Dans les documents disponibles, on commence à voir des mentions "Capitano" dès les premiers BMS connus du XVIIe siècle (il s'agissait de chefs élus des milices locales). On trouve d'autre part des soldats calenzanais dans les régiments français dès l'Ancien Régime, et jusqu'aux OPEX du XXIe siècle.

L'inventaire et l'analyse des sources disponibles reste largement à faire (avril 2012), en sus des quelques éléments ci-dessous.

"Morts pour la France" d'autrefois

Bien avant que l'on construise des Monuments aux Morts, des enfants de Calenzana sont "Morts pour la France" sur des champs de bataille parfois très lointains.

Prénom(s) NOM Naissance Décès Lieu du décès Commentaires
Gio Benedetto BIANCONI 3 oct. 1763 12 mars 1807 Varsovie Capitaine au 21e Léger
Blessé à la bataille d'Ostrolenka le 16 fév. 1807

Monument aux Morts

P1010008.JPG

Calenzana
Monument aux Morts
Photo Jean GUERIN
Adresse : Place du Monument - 20214 Calenzana

Tél : - Fax :

Courriel :

Site internet :

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire : En Corse plus qu'ailleurs, de nombreux enfants du pays sont tombés sur les champs de bataille du XXe siècle. Plusieurs Calenzanais, en particulier, ont péri dans le naufrage du vapeur "Balkan", torpillé au large de Calvi.

Le Monument a été dépouillé en détail et les résultats sont visibles sur MemorialGenWeb. La plupart des noms figurant sur le Monument disposent aussi de leur fiche individuelle sur le site "Mémoire des Hommes"

Source : Jean GUERIN (novembre 2009)

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Ci-dessous, le détail des plaques du Monument


^ Sommaire

Communes voisines fortement liées

L'analyse des registres anciens montre (voir "Démographie" ci-dessus) la très forte endogamie de Calenzana. Les échanges matrimoniaux des XVIIe et XVIIIe siècles avaient lieu quasi-exclusivement :

  • Vers le Nord, avec la pieve de Pino : Montemaggiore - Cassano - Lunghignano (actuelle commune de Montegrosso) et Zilia, et avec Lumio - il s'agit parfois de "réfugiés de guerre" ("ex occasione bello" en latin) !
  • Et surtout vers le sud, avec :
    • La pieve de Caccia : Asco et en gros l'actuel canton de Castifao-Morosaglia,
    • La pieve du Niolu (actuelles communes d'Albertacce, Calacuccia, Casamacciole, Corscia, Lozzi),
    • Sans oublier Galeria et Manso, autrefois partie intégrante de Calenzana - ou plutôt de la Pieve d'Olmia.

Les études de ces différentes communes sont encore largement à réaliser (sauf pour Lumio, déjà bien explorée) en juin 2011 (inventaire des documents aux AD et en Mairie, photographies systématiques, dépouillements, etc.).
Toutes ces communes formaient un ensemble pastoral (chemins de transhumance) entre les plaines de l'hiver (Calenzana et Galeria) et les estives (Niolu). Les troupeaux de chèvres ont parcouru ces chemins pendant des millénaires. Aujourd'hui, on n'y trouve plus que des randonneurs confirmés : ces chemins s'appellent par exemple le GR 20.
En outre, les pievi d'Olmia et de Caccia étaient immenses - apparemment les deux plus vastes de Corse.

^ Sommaire

ANNEXES - Indexation des registres aux Archives Départementales de Haute-Corse (AD2b)

Annexe 1 - Les Tables Décennales - Collection complète 1803-1902

L'index ci-dessous permet de se repérer dans le registre en ligne des AD (ce mode d'indexation deviendra inutile lorsqu'un dépouillement complet des TD aura été mis en ligne). Il donne également les liens vers les décennies absentes aux AD et mises en ligne sur initiative privée.

Période Registre N
(N° page)
Registre M
(N° page)
Registre D
(N° page)
Remarques
1803-1812 2-14 17-22 25-36 -
1813-1822 38-47 49-53 54-61 -
1823-1832 62-64 - 65-74 74-78 78-83 Supplément N
1833-1842 85-101 103-110 111-118 -
1843-1852 120-137 140-147 149-162 -
1853-1862 TD N TD M TD D Mise en ligne sur initiative privée .
1863-1872 164-181 181-185 185-199 -
1873-1882 200-217 218-222 223-235 -
1883-1892 TD N TD M TD D Mise en ligne sur initiative privée.
1893-1902 TD N TD M TD D Mise en ligne sur initiative privée .


^ Sommaire

Annexe 2 - Les Registres NMD (complets 1806-1887 + Publications de X 1887-1902)

Les tableaux ci-dessous (à compléter) permettent de se repérer facilement dans les vingt registres en ligne (hors TD) du site des AD2b. En effet, les albums Internet contiennent souvent plus de 200 photographies. Toutefois, ces index deviendront inutiles lorsque des dépouillements complets des registres seront disponibles en ligne.

De 1800 à 1825

1802-1804 NMD - 181 pages
Les BMS photographiés en ligne vont jusqu'en 1807 inclus. Ils rejoignent ce registre sans discontinuité et le "doublent" complètement.
Rappel du calendrier révolutionnaire.

Année grégorienne 22 sept. 22 oct. 21 nov. 21 déc. 20 janv. 19 fév. 21 mars 20 avr. 20 mai 19 juin 19 juil. 18 août 17-21 sept.
Année révolutionnaire Vendémiaire Brumaire Frimaire Nivôse Pluviôse Ventôse Germinal Floréal Prairial Messidor Thermidor Fructidor Jours suppl.


Période Registre N
(N° page)
Registre M
(N° page)
Registre D
(N° page)
Remarques
An IX (sept. 1800) 2-14 16-23 25-44 y/c divorces
An X (sept 1801) 46-66 68-88 90-95 -
An XI (sept 1802) - - - absent
An XII (sept 1803) de 97 ... à 134 -
An XIII (sept. 1804) de 137 ... à 181 pas de tables
1805 - - - absent

1806-1809 NMD - 201 pages
Les BMS photographiés en ligne vont jusqu'en 1807 inclus, et "doublent" donc largement ce registre.

Période Registre NMD
(N° page)
Remarques Période Registre NMD
(N° page)
Remarques
1806 1-55 - 1807 57 à 107 -
1808 107-146 Table 147-150 1809 151-201 -

1810-1819 NMD - 462 pages

Période NMD
(N° page)
Remarques Période NMD
(N° page)
Remarques Période NMD
(N° page)
Remarques Période NMD
(N° page)
Remarques Période NMD
(N° page)
Remarques
1810 1-47 - 1811 48-98 Table
99-101
1812 102-141 Table
142-145
1813 147-198 Table
198-200
1814 201-236 Table
236-238
1815 240-276 Table
277-280
1816 282-315 Table
316-317
1817 318-363 Table
363-365
1818 367-415 Table
416-418
1819 419-460 Table 461

1820-1825 NMD - 245 pages

Période NMD
(N° page)
Remarques Période NMD
(N° page)
Remarques Période NMD
(N° page)
Remarques
1820 2-37 Table 38-40 1821 42-75 Table 76-78 1822 80-119 Table 119-121
1823 123-151 Table 152-153 1824 154-194 Table 195-197 1825 199-243 Table 243-245


^ Sommaire

De 1826 à 1849

1826-1829 NMD - 201 pages - A noter la présence d'un bureau d'état-civil - apparemment fugitif - à Galeria.

Période NMD
(N° page)
Remarques Période NMD
(N° page)
Remarques Période NMD
(N° page)
Remarques Période NMD
(N° page)
Remarques
1826 2-39 Table 39-41
Galeria 193-196
1827 42-85 Table 86-88
Galeria 198-200
1828 89-132 Table 132-135 1829 137-193 -

1830-1835 NMD - 320 pages

Période NMD
(N° page)
Remarques Période NMD
(N° page)
Remarques Période NMD
(N° page)
Remarques
1830 1-39 - 1831 59-101 Table 101-105 1832 106-152 Table 152-155
1833 156-214 Table 214-216 1834 217-272 Table 273-275 1835 276-316 Table 317-320

1836-1839 NMD - 205 pages

Période NMD
(N° page)
Remarques Période NMD
(N° page)
Remarques
1836 1-49 Table 50-53 1837 54-97 Table 98-101
1838 102-152 Table 152-154 1839 154-203 Table 204-205

1840-1845 NMD - 294 pages

Période NMD
(N° page)
Remarques Période NMD
(N° page)
Remarques Période NMD
(N° page)
Remarques
1840 1-46 Table 47-49 1841 51-93 Table 93-95 1842 97-137 Table 137-139
1843 141-187 Table 188-191 1844 193-238 Table 238-241 1845 242-291 Table 292-294

1846-1849 NMD - 194 pages

Période NMD
(N° page)
Remarques Période NMD
(N° page)
Remarques
1846 1-44 Table 45-47 1847 48-90 Table 90-93
1848 94-138 Table 138-141 1849 143-189 Table 189-194


^ Sommaire

De 1850 à 1870

1850-1855 NMD - 318 pages

Période NMD
(N° page)
Remarques Période NMD
(N° page)
Remarques Période NMD
(N° page)
Remarques
1850 1-52 Table 52-55 1851 55-99 Table 99-102 1852 103-161 Table 162-163
1853 164-205 Table 205-209 1854 210-259 Table 260-263 1855 264-316 Table 316-317

1856-1857 NMD - 110 pages

Période NMD
(N° page)
Remarques Période NMD
(N° page)
Remarques
1856 1-51 Table 52-53 1857 55-108 Table 109-110

1858-1862 Années absentes au niveau départemental, complétées avec la collection communale, mise en ligne sur initiative privée.

Période Liens Registre Période Liens Registre Période Liens Registre Période Liens Registre Période Liens Registre
1858 NMD 1859 NMD 1860 NMD 1861 NMD 1862 NMD

1862-1873 NMD - 706 pages

Période NMD
(N° page)
Remarques Période NMD
(N° page)
Remarques Période NMD
(N° page)
Remarques
1863 2-53 Table 53-56 1864 56-112 Table 112-115 1865 115-185 Table 186-189
1866 190-246 Table 246-249 1867 251-304 Table 304-306 1868 308-359 Table 360-362
1869 364-429 Table 430-431 1870 433-503 Table 503-507 1871 509-569 Table 570-573
1872 574-636 Table 637-638 1873 639-704 Table 704-706 - - -


^ Sommaire

De 1874 à 1902

1874-1887 N (483 pages), M (304 pages), D (298 pages)

Années Registres pages Remarques Années Registres pages Remarques Années Registres pages Remarques
1874 N
M
D
1-29
1-23
1-27
Table 30
Table 24
Table 27-28
1875 N
M
D
57-86
25-41
29-49
Table 56
Table 42
Table 50
1876 N
M
D
57-86
43-63
51-75
Table 86-87
Table 63
Table 75
1877 N
M
D
88-115
64-88
77-93
Table 116
Table 88-89
Table 94
1878 N
M
D
118-145
91-115
96-115
Table 146
115-116
Table 115-116
1879 N
M
D
149-183
117-140
117-1735
Table 183-185
Table 141
Table 135-136
1880 N
M
D
187-212
143-152
138-155
Table 213-214
Table 152
Table 156-157
1881 N
M
D
216-248
154-173
159-173
Table 248-250
Table 173
Table 141-175
1882 N
M
D
251-282
175-187
177-199
Table 282-283
Table 187-188
200-201
1883 N
M
D
284-314
190-213
204-225
Table 314-315
Table 213-214
Table 225-227
1884 N
M
D
318-363
216-235
229-247
Table 363-366
Table 236
Table 248-249
1885 N
M
D
366-406
238-256
251-264
Table 407-40
Table 256
Table 265
1886 N
M
D
409-435
257-284
268-277
Table 436-441
Table 284-285
Table 278-279
1887 N
M
D
442-479
287-303
281-297
Table 480-482
Table 304
Table 297-298
- - - -

1880-1899 Publications de mariages (332 pages)

Période PM
(N° page)
Remarques Période PM
(N° page)
Remarques Période PM
(N° page)
Remarques
1880 3-13 Table absente 1881 17-29 Table 29-30 1882 34-46 Table absente
1883 50-66 Table 66-67 1884 70-83 Table absente 1885 87-100 Table absente
1886 104-121 Table absente 1887 126-137 Table absente 1888 140-151 Table 151
1889 156-171 Table 171-172 1890 176-187 Table 188 1891 192-204 Table 204
1892 209-223 Table 223-224 1893 228-238 Table 239 1894 243-253 Table 253-254
1895 257-269 Table 269 1896 274-287 Table 288 1897 292-299 Table 300
1898 304-313 Table 314 1899 318-329 Table 330 - - -

1900-1923 Publications de mariages (48 pages) (fin en 1902)

Période PM
(N° page)
Remarques Période PM
(N° page)
Remarques Période PM
(N° page)
Remarques
1900 3-13 Table 15 1901 18-28 Table 28-29 1902 32-47 Table 47-48


^ Sommaire

1820-1879 - Publications de mariages

  • Publications de mariages 1820-1839 – 260 pages
  • Publications de mariages 1840-1859 – 266 pages
  • Publications de mariages 1860-1879 – 323 pages

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références



^ Sommaire




Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.