29220 - Pont-l'Abbé

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Pont-l'Abbé
Blason Pont-l'Abbé-29220.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département Finistère Blason2.JPG    Finistère
Métropole
Canton Blason Pont-l'Abbé-29220.png   29-22   Pont-l'Abbé

Blason Pont-l'Abbé-29220.png   29-34   Pont-l'Abbé (Ancien canton)

Code INSEE 29220
Code postal 29120
Population 8 183 habitants (2016)
Nom des habitants Pont l'abbistes
Superficie 1 821 hectares
Densité 449,36 hab./km²
Altitude Mini: 0 m
Point culminant 37 m
Coordonnées
géographiques
47.868056° / -4.221944° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

PONT L'ABBE PONS 1224 ; PONT ABBATIS, 1289
Le PONT 1294, Le PONT –l’ABBE 1318
PONT-LIBRE 1789
Breton Ponnabad , Pont’an Abad

Paroisse: évêché de Cornouaille, devint une paroisse qu’après la révolution , constituant son territoire au détriment de Loctudy , Plobannalec, Plomeur et Combrit ( Lambourg) Communauté de ville constitué de Lambourg , d'une partie de Loctudy, Plomeur et Plobannalec, Jusqu’en 1789, pont L’Abbé n’eût pas d’existence comme paroisse . Sur la rive droite de la rivière la partie est , avec son château, son couvent des Carmes et son port, dépendaient de loctudy. La partie Ouest avec les chapelles de la Madeleine et de Saint Yves de Plobannalec. Quant au faubourg de Lambour sur la rive gauche de la rivière, il formait une trêve de la paroisse de Combrit. A cet ensemble furent rattachés pour former la commune de Pont l’Abbé en 1789, des villages de Combrit , Plobannalec, Plomeur et Loctudy.

District de Quimper, chef-lieu de canton an III An VIII Arrondissement de Quimper , chef lieu de Canton Eglise Notre Dame du Mont Carmel ; ancienne Trêve de Combrit Lambour possède une église, dédiée à ND dont les parties les plus anciennes remontent au XIIIe siècle siècle.


Toponymie

Toponymie : Le lieu doit son nom à un pont, sinon édifié, du moins possédé par l’abbé de Loctudy. Diverses trouvailles archéologiques faites dans la ville témoignent d’une occupation du site dès l’époque gallo-romaine.


Les Lieux dit et quartiers

Pont-L'Abbé
la seigneurie de Pont-L'Abbé s'étendait sur quatorze paroisses, entre la baie d'Audierne à l'ouest et la rivière de Pont-L'Abbé à l'est. Son seigneur détenait les châteaux de Pont-L'Abbé, de Coatmeur, en Plonéour-Cap-Caval, et de Kerobéran, en Tréméoc. Au XIIIe siècle, selon A. du Chatellier, le seigneur de Pont-L'Abbé reçut du duc le vieux château de l'Ile-Chevalier, le Castel-ar-Roue-Guinvach.
Pont-L'Abbé (du)
Teneur des fiefs :
- du Pont-L'Abbé, paroisse de Plobannalec, évêché de Cornouaille en qualité de châtellenie puis baronnie (pour lequel il doit 2 chevaliers en 1294)
- de Lessac paroisse de Plobannalec, évêché de Cornouaille, en qualité de châtellenie - de Gouarlot, paroisse de Kernével, évêché de Cornouaille, en qualité de vicomte, par mariage, dès le XIII (pour lequel il doit 1 chevalier en 1294)
- de Plusquellec, paroisse de Plusquellec, évêché de Cornouaille, en qualité de seigneur, par mariage, au XV, de Jeanne de Plusquellec et de Charles du Pont
- de Trogof, paroisse de Plouégat-Moysan, baillie de Tréguier en qualité de châtelain, par mariage, au XV, de Jeanne de Ploësquellec et de Charles du Pont
- de Callac, paroisse de Callac, en qualité de seigneur, par mariage, au XV, de Jeanne de Ploësquellec et de Charles du Pont - du Pontblanc, paroisse de Plouaret, évêché de Tréguier, en qualité de seigneur, par mariage, au XV, de Jeanne de Plusquellec et de Charles du Pont
- du Vaugaillard, paroisse de Merléac, évêché de Cornouaille, en qualité de seigneur, par mariage, au XV, de Jeanne de Plusquellec et de Charles du Pont
- de Rostrenen, paroisse de Rostrenen, en qualité de baron, par mariage, en 1440, de Marguerite de Rostrenen et de Jean II du Pont - de Coëtfao, paroisse de Pluguffan, évêché de Cornouaille, en qualité de seigneur, par mariage, en 1440, de Marguerite de Rostrenen et de Jean II du Pont

Réformations et montre de 1426 à 1536, paroisse de Plobannalec, Pluguffan et Merléac, évêché de Cornouaille Juhel, prisonnier au siège de Dol en 1173 ; En 1294, dans le livre des Ostz, baillie de Cornouaille, "Le seigneur du Pont, III chevaliers. C'est a savoir de la terre du Pont, Il chevaliers, et de la terre de Gallot (Goarlot), I chevalier". Il s'agit probablement d'Hervé II de Pont-L'Abbé, sire de Goarlot et de Pont-L'Abbé, époux de Plesou de Rostrenen, fille de Pierre III de Rostrenen.; Hervé, fondateur des cordeliers de Quimper en 1323 ; Robert, évêque de Saint-Malo, +1309 ; Jean, tué à la bataille d'Auray en 1364, frère d'Hervé, fondateur des Carmes de Pont-L'Abbé en 1383, marié à Perronnelle de Rochefort ; Hervé, fils des précédents, tué au siège de Saint-James de Beuvron en 1426, laissant de Marie de Rosmadec : Jean, chevalier de l'ordre en 1460, marié en 1440 à Marguerite, dame de Rostrenen, dont ,

Pierre, tué à Saint-Aubin-du-Cormier en 1488, marié à Hélène de Rohan. De ce mariage issurent :
1° Jean, époux en 1500 de Catherine de Brosse, père et mère de Louise, qui porta par mariage les baronnies du Pont et de Rostrenen à Pierre de Foix, baron de Langon, + sans hoirs ;
2° Charles, marié à Jeanne de Ploësquellec, dame dudit lieu et de Trogoff, dont la succession fut recueillie collatéralement par Catherine de Chastellier, femme de Claude de Villeblanche ; 3° Louise, mariée en 1492 à Tanguy, sire du Chastel, dont Gillette, épouse en 1517 de Charles du Quélennec, qui recueillit la succession de Louise, baronne du Pont-L'Abbé, dame de Langon.

Le teneur du fief de Pont-L'Abbé, paroisse de Plobannalec, en qualité de châtellenie eut comme suzerain le teneur de : - Cap-Caval, en qualité de pagus
- Cornouaille en qualité de comte
- Bretagne, en qualité de duc (qui lui doit 2 chevaliers en 1294)
Le teneur du fief de Pont-L'Abbé, paroisse de Plobannalec, en qualité de châtellenie, eut comme vassaux les teneurs des fiefs de : - Lessac

Le fief de Pont-L'Abbé, paroisse de Pont-L'Abbé, en qualité de baron, fut tenu chronologiquement par les : - Pont-L'Abbé
- Quélennec, par succession, en 1526, de Louise du Pont à Gillet du Chastel, mariée depuis le 07/02/1517 avec Charles de Quélennec
- Beaumanoir, par héritage collatéral entre Charles du Quélennec et Toussaint de Beaumanoir
- Guémadeuc
- Richelieu
- d'Hernothon
- d'Argouges, par mariage
- Baude de Saint-Père

La Maison de Pont-l’Abbé
Juhel Du Pont, il fut pris à Dol en 1173 : d’or au lion de gueules, armé et lampassé d’azur.
Hervé Du Pont >
En 1187 Conan III, duc de Bretagne établit un Ordre de Chevalerie religieuse à Loctudy.
En 1220 il transige avec l’Evêque de Cornouailles au sujet des biens et de l’église de Loctudy, qu’il a indûment possédés, dont ses prédécesseurs se sont emparés, et il en fait restitution. L’Evêque, de son coté, extrêmement conciliant, trop même reconnaît que les seigneurs du Pont, tout en s’enrichissant par spoliation, ont relevé l’église de Loctudy qui était en ruines, les libère complètement des fruits indûment perçus sur les biens des églises.
Les historiens sont contradictoires sur le sujet
Il fonde l’église des Cordeliers . Il épouse Plésou de Rostrenen.( d’hermines à trois fasces de gueules, devise oultre.
Hervé Du Pont dit Eon du Pont port Bannière à Bouvines
Hervé du Pont , > 1240, Y ;fils de Mabile du Pont fille
Jean du Pont , baron du Pont, baron de Rostrenen, épouse en 1500 Catherine de Brosse
Rosmadec
Hervé du Pont , > 1240, Y ;fils de Mabile du Pont fille
Hervé III du Pont >fonde une église collégiale au sein du Château la Chapelle Saint Tudy. Six chapelains prêtres avec chacun un clerc desservent cette chapelle. Cette fondation est approuvée le 3 septembre par l’évêque de Quimper. Hervé III fondera l’aumôneries de St jean ave un hôpital y joignant.
Mabile du Pont > 1265, Dame de Pont l’Abbé fille de Hervé III du Pont épousera en 1294 Eon ,(Yvon )de Rosmadec et auront un enfant Hervé de Rosmadec
Anne Du Pont Sœur d’Hervé III épouse Pierre V de Rostrenen vers1300, ce dernier mourut au combat de la Roche Derrien le 18 juin 1347

Geoffroy Du Pont > , 1328 mentionné dans un compte en 1273 ; Il reconnaît devoir au duc de Bretagne, deux chevaliers pour la terre au Pont, et un autre chevalier pour la terre de Gallot. Il épousera Jeanne de Malestroit dont il eût deux enfant un garçon et une fille1318
Robert Du Pont > , 1309, frère de Geoffroy devint évêque de St Malo en 1285

Hervé IV du Pont >1240,fils de Geoffroy, à l’age de quatorze ans épouse Mahaut de Léon, il aura deux enfants Hervé V du Pont, Catherine du Pont,
Catherine Du Pont >épousera <1336 Hervé de Trévalloet ,dit Trivloët Capitaine la garnison de Pont l’Abbé en1381 souvent confondu avec son maître Hervé IV Du Pont ; cet officier portait les couleurs ; d’argent, à trois cherrons de gueules
Hervé VII du Pont > avec sa femme Perronelle de Rochefort, les seigneurs barons du pont sont déjà à la tête de la noblesse de Cornouaille. Ils s’allient au riches et puissantes maison de Léon , de Rostrenen et de Rohan. Lors de la guerre civile de succession entre Charles de Blois et le comte de Monfort ils sont les premiers aux cotés de Monfort, à la cause duquel ils demeurèrent invariablement unis.
En 1344 il reçoit les félicitations du Roi d’Angleterre Edouard III pour son attachement à la cause Des Monfort, malgré les tentatives du roi de France pour le récupérer.
En août 1344 il se rend à Quimper, se joint au chapitre de la cathédrale et s’oppose au roi de France Charles de Blois qu’y était venu avec ses gens, y battit monnaie et perçut des nouveaux impôts. Charles de Blois mettra Quimper à sac , 1400 personnes périrent. En 1342 le baron du pont séduit par les promesses du roi de France lui rend hommage entre les mains de Henri de Malestroit. Ils étaient pourtant ennemis acharnés . A la mort de Charles de Blois ils sont attachés de près à la maison du duc de Bretagne Jean IV. Il fonda le couvent des Carmes en accord avec son épouse le 4 mai 1383 pour l’installation duquel il donna son manoir de Keraguen avec ses dépendances. Il fit également construire le premier quai du port, L’hôpital et la chapelle de st Jean, la chapellenie de St Tudy dans son Château.
Il siégea aux états de Bretagne à Rennes en 1386 et aux états de Vannes l’année suivant comme Banneret Jean Du Pont> , partisan de Monfort , il sera tué à la bataille d’Auray

Thomas Du Pont >

Thibaut Du Pont, >écuyer, capitaine de Rochexhouart en 1371.il fut l’un des grands hommes de son temps et acquit un grand renom. Froissart et d’Argentré racontent ses hauts faits. Il avait entre autre fait prisonnier l’illustre chevalier Eustache d’Aubricourt.
Il périt dans un combat au siège de Bergerac le 1-9-1377.
Hervé IV Du Pont >1426, épousa Marie Marguerite de Rosmadec (palé d’argent et d’azur, de 6 pièces en 1420, fille de Jean de Rosmadec seigneur de Pont-Croix, veuf en première noces de l’Héritière de la prestigieuse seigneurie de Tyvarlen en Landulec. la bataille de Saint James de Breuvron en mars 1426 fût pour la noblesse cornouaillaise une véritable tragédie sinon l’une des boucheries de la guerre de cent ans. Le cadavre du jeune Hervé du Pont, 25 ans fut ramené avec quatre autres lanciers à cheval et inhumé au couvent se St François de Quimper . Il laissait une veuve avec son fils Jean et sa fille Jeanne tous deux âgés de 3 et 5 ans
Jean de Malestroit sire du Kaer, évêque de Nantes, chancelier de Bretagne, Chef de l’administration ducal et principal conseiller du Duc Jean V. Il était un très proche parent de Marie de Malestroit, grand mère de Jean Du Pont.
Bertrand de Rosmadec évêque de Cornouaille , oncle de Marie marguerite de Rosmadec

Jehan le Grand >1422 1478 X Marguerite de Rostrenen
Ils auront au moins 8 enfants : Pierre, Charles, Jehan, Vincent, Alain, Jehanne, Marie, Catherine.
y . Jean rendit les hommages à Nantes en 1434 au Duc Jean V. Il prêta serment de servir fidèlement le duc son suzerain Il épouse en1440 au cours de noces somptueuses la fille aînée de Pierre III de Rostrenen et de Jeanne de Guermeur, chambellan du duc Jean V. qui avait été choisi pour remettre une dague précieuse à Jeanne d’Arc à l’occasion de la célèbre bataille de Pata en 1429 Jehan le grand , homme de foi sera un bâtisseur d’églises, il posera la première pierre de la chapelle de Saint Servais en Combrit. Il sera aussi un grand homme d’organisation entres ses deux résidences de Rostrenen et de Pont l’abbé et les différents appels au service de la cour ducale. Il deviendra Chambellan du Duc. En 1469 il devient l’un des deux curateurs du Vicomte De Rohan. Jehanne Du Pont > sœur de Jehan le Grand épouse à l’age de 12 ans sous contrat notarié en 1433 Yvon Foucault seigneur de Lescoutouarn en Plonéour, ce mariage précoce avait été envisagé pour préparer la succession éventuelle de son frère en cas ou ce dernier succombe à la guerre ou d’une maladie.

Pierre Du Pont ,Pierre IX de Rostrenen>14411488, X Hélène De Rohan
Les seigneurs du Pont deviendront prétentieux si bien qu’ils disputeront aux seigneurs barons les plus accrédités leurs rangs dans le protocole et les usages publiques ils auront ainsi des différends avec les barons de La Hunaudaye, de Coatmen, de la Roche-Bernard et de Pont Château.. Le Duc François II devra intervenir pour exiger que les seigneurs de Coatmen et Du Pont aient réglés leurs différend avant de se présenter devant les états et parlement de Bretagne. Le Baron Pierre du Pont accompagnés de plusieurs seigneurs breton ira jusqu’à s’emparer du duc pour arracher la condamnation de son favori Landais ; tuer celui-ci et déjouer les ardentes convoitises de la France sur le Duché de Bretagne . Ils allieront curieusement par la suite au Maréchal Rieux , en rebellions contre le Duc et opteront pour le roi Charles VII. Après le siège de Nantes, Pierre Du Pont se doutant de représailles se réfugie dans la place forte de Concarneau avec ses hommes. C’est là que le duc d’Orange mandaté par François II le somma de se rendre et de remettre la ville de Conq sous peine devoir ses châteaux, maisons et forteresses rasées.. Pierre Du Pont se rendit en toute hâte se jeter aux pieds du duc à Nantes en lui offrant de le servir jusqu’à la mort. Il prit part dans les armées du duc au combat de St Aubin du Cormier , il y perdit la vie ainsi que Vincent du Pont ; son frère .

Le Vicomte de Rohan apprit à Charles VIII de France que son mariage avec Anne de Bretagne était retardé par Louise Dame du Pont avait toujours vécu à la cour de François II .Celle-ci avait des vues sur l ‘héritière du Duché pour son fils aîné et sur la princesse Isabelle second fille du duc pour son second fils. Anne se maria enfin avec Charles VIII et Isabelle mourut à l’age de 8 ans. Les seigneurs du Pont s’arrangèrent pour conforter leur position, obtinrent quelques commandement de places dont celle de Morlaix. Ils continuèrent à paraître à la tête des levées d’hommes faites par le Roi.

Charles Du Pont >seigneur de Coetfago en Pluguffan épousera vers 1471 Jehanne De Launay De Plusquellec ; Elle décèdera en 1477 laissant une fille marguerite et ayant perdu un fils olivier décédé très jeune. Il sera nommé Chambellan du Duc à la mort de son père en remplacement de ce dernier
Jehan Du Pont, >épousera en 1470 Jehanne de Muzillac, orpheline de père , fille de Marguerite du Juch confiée au vicomte du Faou, amiral de Bretagne, L’union apportait au jeune couple la seigneurie de Kermainguy. Il deviendra capitaine de Morlaix, prêtent serment à la place de son père
Vincent Du Pont, >Il perdit la vie lors de la bataille de St Aubin du Cormier
Alain Du Pont, > servit l’église
Jehanne Du Pont> épousera Jehan, vicomte de Coetmen, l’héritier de l’ex rival de son père
Marie Du Pont, >épousera Jehan de Malestroit, sire de Kaer, Elle deviendra veuve dès 1472
Catherine Du Pont >épousera Olivier de Chaffault

1500 Jehan du Pont Jean III >,baron du Pont, baron de Rostrenen épouse Catherine de Brosse-Bretagne arrière petite fille de Charles de Blois et de Jeanne de Penthièvre ; ils auront une fille Louise. A cette époque , les barons du Pont prétendaient être de la maison de Bretagne et en porter les armes. Louis XII leur fera signifier de ne plus s’appeler de Bretagne et interdire de porter les armes de Nantes.
Louise, Du Pont >,Baronne de Pont l’Abbé ( 1501-1526)

Gilette du Chatel >Dame de Pont l’Abbé , de Rostrenen et du Tonthou , héritière des du Pont épousa Charles du Quélénnec, vicomte du Faou. Il réunit sur la même toute les 4 ou 5 des terres les plus considérables de la Bretagne .
Louise Du Pont >épouse en 1492 Tanguy du Chastel

Jean V du Quélénnec >baron du Pont , par ses relations d’intimité avec la maison de Rohan alliée aux Colligny, aux Andelot embrassa le protestantisme. Il souhaitait pour son fils la main de Catherine Parthenay Soubise issue dune famille protestante Il éleva son fils dans la religion réformée
1574 Faute d’héritier directs à la mort de Charles II de Quelennec la baronnie tomba dans les mains du fils de Jeanne de Quelennec épouse Jacques de Beaumanoir du Besso
1578 Durant la Ligue Pont l’Abbé est aux mains du Duc de Mercoeur qui possède une forte garnison. Les troupes du Roi de France viennent assiéger Pont l’Abbé sans succès

1590 Les Ligueurs occupèrent Quimper mais Pont l’Abbé est aux mains des royalistes
Beaumanoir ordonne au sergeant Trogoff de Locronan de se porter au secours de son Château. Le Château de Pont l’Abbé est occupé par différents seigneurs bigoudens et leur familles, Le sieur de Kérouant, les sieurs de Beaucour de Kerbulic, Du Marhallac’h, de Kerfeunteunic, les Officiers du Pont et différends autres nobles de la ville et des environs. Trogoff déterminé se porta comme capitaine de la ville et obligea les autres réfugiés à lui obéir . Il inquiéta le pays bigoudens par ses fréquentes sorties et pillages,, rançonnant tout ceux qu’il trouvait sur son passage. Il essaya d’assiéger Quimper défendu uniquement par ses habitants. Les Ligueurs quimpérois firent appel au Capitaine Lézonnet de la garnison de Concarneau qui assiégea Pont l’abbé avec l’appui des habitants d’Audierne de Penmarch , de Douarnenez, qui craignaient pour leurs droits. Plusieurs nobles se joignirent à eux. Trogoff fut tué d’un coup d’arquebuse porté au front. La garnison capitula aussitôt Kérouant et sont fils furent prisonniers comme Huguenot . Ils purent se racheter contre une rançon de 15000 écus. Il perdit dans l’affaire tout son patrimoine mobilier qu’il avait emménager dans le château. Les Maisons de la ville furent pillées. L’horloge du Château fut volée par les gens de Concarneau. Depuis il est de tradition à Pont l’Abbé quand quelqu’un demande l’heure, il lui est répondu d’aller la demander à Concarneau.


La Juridiction Seigneuriale 1789

Gilles François Marie Ferec Sénéchal, Il est considéré comme homme cupide, malveillant, vindicatif et brutal. Il fut le bourgeois le plus détesté de la population bigoudène seul juge au civil et au criminel, Il est au si subdélégué de l’Intendant de Bretagne, gros marchand de grains. Après les fonctions d’administrateur du district , il exerça celles de commissaire national du canton à compter du 14-11-1795. Il était considéré comme l’affameur n°1, toujours prêt à jeter au cachot les malheureux protestataires. Il est redouté par ses propres confrères qui ne supportent pas ses accès de colères, son esprit hautain t autoritaire. L’assemblée des artisans et laboureurs demanderont la protection du roi et du sénéchal de Quimper Le Goarze de Kervélégan contre ses agissements. il mourut le 13-4-1799 Nicolas Sider Greffier titulaire rue des Douves homme droit et courageux Jean François Hamon Rue des cloutiers, sergent général, et d’armes, huissier général habilité à instrumenter dans le ressort entier du Présidial de Quimper René François Raillard Place du Marallac’h sergent général, et d’armes, huissier général habilité à instrumenter dans le ressort entier du Présidial de Quimper Pierre Marie Kervahut 1736-1817 Procureur ou avoué, représentant les parties devant le tribunal et faisant les actes de procédures. Il cumule cette charge avec celle de notaire. royal Il est installé place du Marallac’h, négociant en grains.. Il est décrit comme mesurant cinq pieds quatre pouces six lignes, a le teint beau, le nez court, les grand yeux bleus, les sourcils et les cheveux noirs Pierre François Perrot Procureur ou avoué, représentant les parties devant le tribunal et faisant les actes de procédures. Il cumule cette charge avec celle de notaire royal Il est né vers 1751, cumule la fonction de procureur et de, possède également un actif commerce de grains. Grégoire Pierre Duval Procureur ou avoué, représentant les parties devant le tribunal et faisant les actes de procédures. Il cumule cette charge avec celle de notaire royal Martin Cosquéric Procureur ou avoué, représentant les parties devant le tribunal et faisant les actes de procédures. Il cumule cette charge avec celle de notaire royal Jacques René Arnoult Avocat Né à Pen ar Lorziou en Plomeur Jean Maurylle Verrye 1741-1811 Avocat Installé également place du Marallac’h, marchand Grainier. Il est décrit comme suit taille cinq pied, trois pouces, cheveux et sourcils châtains, yeux brun, nez un peu gros, bouche moyenne, menton rond, front large. Sa descendance occupe un vieil immeuble à l’angle des rues Lamartine et Roger Signor. gris Michel Le Calvez 1734-1797 Avocat, ancien Sénéchal de Pont L’Abbé Installé Grand’Rue Joseph Le Bihan Avocat ; sieur des Garennes, né le 5 février1731, rue Kéréon. Cinq pieds, cheveux et sourcils gris, yeux bleus , bouche assez grande, menton rond, front grand, visage rond Sylvain Le Bihan Avocat, fils de Joseph Thomas Bernard Avocat, sieur du Penquer Né en1759, autre marchand de grains, installé rue Kéréon Guillaume Girard Avocat Antoine Toulmon-Lamy Avocat Corentin Arnoult Sieur de Penfond notaire royal Louis Le Certen notaire royal place du Marallac’h Guillaume Laporte-Orieulx Notaire praticien Michel Quéneudec Notaire praticien Hervé Maubras Notaire praticien Le Bras Notaire praticien Soit 20 hommes de lois résidants à Pont l’Abbé Communauté de Ville de Pont l’Abbé

En1695 Guillaume Le Certen Syndic 1695 Etienne de Longès époux de Jeanne de Saint Martin Notaire royal 1695 NH Allain Le Gollen Notaire ordinaire 1708 M Rousseau Procureur spécial de Bretagne 1714 Jean Baptiste le Pappe marié à demoiselle Macé Procureur et notaire royal 1720 Robert Janson perceveur et procureur du Roy époux de demoiselle Le Floch 1720 Jean Cariou , maître architecte marié à Anne Le Mouden 1538 François Stéphan Maître architecte, mari à Jeanne le Forcalvez 1739 Jean Baptiste Le Maigre procureur et notaire royal NH René François de Larre de Lépine, receveur des droits royaux 1740 Hervé Gabriel de Suilgy sénéchal , premier magistrat de Cornouaille 1744 1775 Augustin Françoise Le Goarze seigneur de Kervélégan conseiller du Roi, sénéchal du siège présidial de Quimper François Guichoux, procureur et notaire royal, décédé le 12-1-1749 Thomas Le Cléac’h procureur et notaire royal Henri Goallic procureur et notaire royal Follart procureur et notaire royal Jean sieur du stang procureur et notaire royal Jean Guéguen procureur et notaire royal Hamon procureur et notaire royal Jean-Jeanne Veyre procureur et notaire royal Follart procureur et notaire royal 1796 Connan, commissaire des casernes 22-8-1796 Arnoult Corentin , notaire royal, sieur de Penfond 1795 Moalic Jean, obtint le 6-9-1795 avec Pierre Nédelec le poste de pédon de la commune, c’est à dire courrier pédestre de la municipalité de pont L’Abbé. Il recevait un salaire de 18 livres par jour plus une paire de souliers par an 1795 Nédellec Pierre ; obtint le 6-9-1795 avec Jean Moallic le poste de pédon de la commune, c’est à dire courriers pédestre de la municipalité de pont L’Abbé. Il recevait un salaire de 18 livres par jour plus une paire de soulier par an 1795 Isidore Scotet démissionna le 11-9-1795 de son poste d’officier municipal. Il occupa la charge de Garde-Champêtre, prévue dans chaque commune rurale par la loi du 8-7-1795

en 1789 Elle est composée de 12 délibérants : Syndic Nicolas Sider, greffier de justice Bourgeois Corentin Arnoult, notaire ; Grégoire Pierre Duval , notaire ; Joseph Le Bihan, avocat ; Yves Jean Nicolas Riou, négociant ; Jean-marie Brizel, négociant Artisans Antoine Le Gall Guillaume Le Gadonnay Charles –Yves Nicol Pierre le Bourhis Jean Moallic, marchand et perruquier Pierre Le Guen boulanger et débitant de vins

Employés des fermes de la Régie et de l’Amirauté Félix Oliveaux Capitaine général des fermes du Roy, responsables des revenus de la Couronne Pierre de la Boixière Commis Petit-Henry Commis Honoré le Quéneuder Commis Jacques Jullou Receveur des devoirs de la province Chargé de percevoir les taxes indirectes, les aides, sur les boissons et les diverses douanes établies par les Etats de Bretagne Jean-Baptiste de Roquefeuille Receveur des devoirs de la province Chargé de percevoir les taxes indirectes, les aides, sur les boissons et les diverses douanes établies par les Etats de Bretagne Jean Bapiste Cottin Sieur de Saint Felix, Ambulant des devoirs,

contrôleur chargé spécialement de la répression des fraudes ayant à sa disposition un certain nombres de matelotiers ou douaniers,

Bureau d’Enregistrement Receveur Gabriel Bouteiller Commis Loizel

Le Port de Commerce J.M Guéguen Dernier maître de quai ayant prêté serment en 1767 avant la révolution Maître de quai nommé par l ‘Amiral de France et dépendant de l’amirauté de Quimper ? Il doit veiller au pilotage des navires, depuis l’anse jusqu’au quai, à leur mouillage dans le port, au balisage de l’estuaire et au bon entretien des quais et au respect de la réglementation des ports Jacques Le Peoch maître pilote, Pilote du Roy Le 3 juillet 177, les bourgeois délibérants marchands et anciens syndics du Pont l’Abbé signalait la nécessité pour le port d’avoir un pilote juré et les dispositions heureuses pour ses fonctions du Sieur Le Péoch « Maître et ancien capitaine de barque, résidant en la ville du Pont l’Abbé

LES MARINS de PONT L’ABBE LES NAVIRES La Marie-Thomase de Pont-L’Abbé déchargeait le 5 novembre 1716 à quai 11 tonneaux devin de Bordeaux ; Le François d’Argenton s’allégeait de 13 tonneaux de vin de Nantes ; Le Chasseur, de Pont l’Abbé entrait à son port d’attache avec 35 barriques de vin de Bordeaux Le Saint Jean de Quimper, venant de Charente y déchargeait 2 tonneaux de vin et 5 barriques d’eau de vie, le 5 mars 1717 La Barque la Marie-Madeleine, de Royan, venait de Pont l’Abbé chargé de vins et raisins de Bordeaux, le 7-9-1717 La Marie Michèle ;16 tonneaux construit à Pont l’Abbé propriétaire Tudal Coriou pour ¼ et Dame Jeanne Guéguen pour ¾ , Marchande de Pont l’abbé. La Jeanne Alain le Divanach , maître de barque, l’Île Tudy, L’ Heureux Retour, maître Tugen Gégen, de Pont l’abbé


Source :Pont l’Abbé et son port par yves Tanneau, 1958

Héraldique

D'or au lion de gueules.

Histoire administrative

  • Département - 1801-2020 : Finistère
  • Arrondissement - 1801-2020 : Quimper
  • Canton - 1801-2020 : Pont-l'Abbé
  • Commune - 1801-2020 : Pont-l'Abbé

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Église Notre-Dames-des-Carmes

L’Église notre Dames des Carmes, dont la construction a commencée au XIVe siècle est classée aux MH[1] en 1914.
Le cloître, chef d’œuvre de l’art gothique fut malheureusement démonté fin XIXe siècle pour être reconstruit à Quimper dans la cour du lycée Chaptal actuel.

Le château des Barons du Pont

L’Hôtel de ville, dit aussi le Vieux Château, ou château des Barons du Pont, XIVe siècle , XVIe siècle, inscrit aux MH[2] en 1926. Construit au XIVe siècle par Hervé, baron Du Pont, ce château, ou manoir fortifié, comprenait un grand corps de logis rectangulaire, flanqué d'une grosse tour à chaque extrémité. L'une de ces tours est accostée d'une tourelle renfermant un escalier à noyau en pierre. L'autre tour a été rasée. Les fenêtres ont perdu leurs meneaux et traverses. Les lucarnes ont été refaites au 17e siècle, suite à l'incendie du château en 1675 lors d'une révolte paysanne.

Église Saint-Jacques de lambour

Église de Lambour




L’Église de Lambour, XIIIe siècle, XVIe siècle classée aux MH[3] en 1896.
Le clocher a été découronné en 1675 sur l'ordre du duc de Chaulnes, suite à la révolte des Bonnets rouges appelée aussi révolte du papier timbré.



Repère géographique.png Repères géographiques

Cours d’eau : L’étang et la rivière ou ria de Pont l’Abbé

Les lieux Dit et quartiers

Utilisation de carte topographique IGN 0520 Ouest

Bodillo en Pont-l’Abbé

Composé en premier élément de - Bod, Bot, Boud, But, : Ce terme signifie buisson, bosquet , touffe . en toponymie a aussi le sens de résidence, abri, demeure, habitation, attesté dans le cartulaire de Redon. En toponymie apparaît sous différentes positions, premier éléments, comme second, ou position finale ;
Et de –ilio en second élément , du breton –iliaw : lierre ,du gallois –eiddew.
lieu-dit situé en direction de l’Île Chevalier, à coté de Feunten-Ven, au sud de Penn-ar-Prat et de Malabry borde la rivière de Pont-L’Abbé. Le- Rest pourrait être considéré faisant partie de ce hameau.

Bout-du-Pont

Quartier commerçant et rue meur (rue Victor Hugo) situé face au Château l’autre coté du Pont , Coté Moulin Les propriétaires qui s’y sont succédés
- 1 Le sieur de Baude maisons et dépendances vendues suite la vente des biens nationaux à
- 1-1 Louis Campourey
- 2 Chapelle Saint Sauveur Maison et dépendances vendu suite la vente des biens nationaux à
- 2-2 Jean Deredec
-
- Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu
- Jeanne –Louise-Henriette Hamon, veuve Néel Marchande
- Henri Perrot marchand
- Jean-Marie Jourdain et son épouse Josèphe Geffroy
- Pierre Peres et son épouse Jeanne Le Donge
Botvellec en Pont-l’Abbé, anciennement en Plobannalec, Botvellec 1656 (15H34) Boudvellec 1739 (BMS) Plobannalec Composé en premier élément de – Bod voir ci dessus, et en second élément de –vellec , de –mellec, issu du vieux breton –Maeloc, forme hypocoristique de –mael : prince.
lieu-dit situé à coté de

Bremillec en Pont l’abbé, Bremillec ancien cadastre de 1833

composé à l’origine de –Brec’h et –millec également dans Tremillec en Plomeur, Plonéour et Plobannalec. Forme hypocoristique de -Millau , nom du Saint éponyme de Poulmiliau ; la racine est le vieux breton -mil : animal. lieu-dit situé à coté de Botvellec, Ty-Dans , au sud de Kerdalec , à l’est de Kernuz


Bringall en Pont l’Abbé , Brengall en 1549 (125h5) ,Brengal 1632 (15h44), Bringal ancien cadastre de 1833

Composé de –brin ; provenant de –bren, synonyme de -brec’h , du gallois -bryn et de –gall, surnom donné à un français ou étranger s’installant en Bretagne, voir patronyme Le Gall. Quartier composé de lieux-dits séparé désormais par la voie rapide - Bringall-Huella lieu-dit situé au nord de la Gare à coté de Menez-Roz-ar-Hastel, bordant la voie rapide au nord , et donc au sud de Tréméoc et Bringall-Izella - Les propriétaires qui s’y sont succédés - Fabrique de Lambour propriétaire d’une maison et deux champs vendu suite la vente des biens nationaux à : - Bauvet –Derrien Le Bour - Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu - François Folgoas Cultivateur en1789

- Bringall-Izella lieu-dit situé au nord de Bringall-Huella et de Menez-Roz-ar-Hastel bordant la voie rapide au sud , à proximité de Tréméoc, à l’ouest et à l’ouest de Kermaria

Canapé en Pont l’Abbé, Cannapet

Forme amuissée du breton Kanabeg : Chènevière, lieu ou pousse le chanvre, composé de Kanab : Kanab signifie chanvre. On le retrouve en Pays Bigouden dans Canap en Pont l'Abbé. lieu-dit situé à coté de Keraden , séparé par la rue Charles Le Bastard, au sud de Le-Hellen , au nord de Goarem Guéon , en direction de Plonéour-Lanvern et Audierne


Chapelle de la Madeleine

Cette chapelle se trouvait derrière les halles, elle fut démolie en 1970 par ses propriétaires pierre par pierres Les propriétaires qui s’y sont succédés - 1 l’Hôpital, la chapelle vendue en biens nationaux à - 1-1 Louis Autret - 2 l’Hôpital trois maisons et dépendances près de la chapelle vendue en biens nationaux à - 2-1 René Colazet Attenant à la chapelle, une maison abritait autrefois un atelier photographique « Photo Pierre » tenu par Pierre Kervennic qui eut pour successeurs Mrs Pouillot et Ehanno avant de devenir la propriété de Mme Le Minor qui en fit un grand magasin de maroquinerie : « Tentation

Chapelle de la Magdeleine

Les propriétaires qui s’y sont succédés - Les Carmes la Chapelle et dépendances vendues en biens nationaux à - Guillaume Girard

Chapelle Saint Gildas

Elle échappe à la confiscation mais non à la ruine, Mme de Najac , petite-fille de du Le Déan la rachète e 1841. elle fait rasé l’édifice, les ppierre s serviront à la construction la Bagotaye

Chapelle Saint Sauveur

Chapelle appartenant autrefois à la fabrique de Pont l’Abbé disparue aujourd’hui, était dans le quartier du Bout-du-Pont. édifice religieux vendu comme bien nationaux, elle sera acquise par Jacques-Baptiste Lamy des Noyers, le 27 juin1796. Ce dernier négociant de la ville, républicain convaincu sera acquéreur de la maison attenante et dépendances qui n’était autre que le presbytère. Ne s’en occupant pas elle tombe en ruine et n’a plus de toit. Il la revendra huit années plus tard à Bernard Viers (voir généalogie Bruno Fournier-Le Mogne). Ce Bernard Viers est un émigrant auvergnat originaire de dans le Cantal, sabotier, commerçant, marchand de drap

Chapelle Saint Yves

Cette chapelle appartenant autrefois à la fabrique de Pont l’Abbé , figurant dans les actes BMS fût aussi racheté par Jacques-Baptiste Lamy des Noyers, le 27 juin1796 (voir ci-dessus)

Château de Pont l’abbé

Les propriétaires qui s’y sont succédés
- Les Douves du Château
- Le sieur de Baude les douves vendue suite la vente des biens nationaux à

- Le bois du Château :
- Les propriétaires qui s’y sont succédés
- Le sieur de Baude le bois du château vendu suite la vente des biens nationaux à
- Louis Campourey
-
-

Cosquer le en Pont l’Abbé,

Le Cosquer en Pont l’Abbé procède d’un ancien Cosquer en Plomeur , Coskaer 1426, Kosskaer, 1536 Composé de Cosquer Kozh-kêr, Sa graphie la plus répandue est cosquer, et atteste d'un habitat ancien. Il est souvent l'indice en pays bigouden de vestige gallo-romains. Son sens est un ancien lieu habité qu’immigrants bretons auraient trouvé en ruine à leur installation en armorique. Le terme Cosquer correspond au terme du pays gallo, vieuxville ou vieilleville.
Exemple; De nombreux lieux-dits portent le nom de Cosquer. Cette appellation indique aussi un peuplement antérieur à l’immigration bretonne en Armorique, mais certains Cosquer désignent aussi des villages datant du Xe et XIe siècles, tombés en ruines et dont l’élément patronymique s’est effacé au cours des siècles.
lieu-dit situé à coté de Merchen et Kerun , à l’est de Kerouant, bordant le C.D. 785, en limite avec la commune de Plomeur. voir aussi Kernuz
- Cosquer-Kernuz hameau lieu-dit situé à proximité nord du Château de Kernuz
- Goarem Kernuz en Pont-l’Abbé garenne du hameau de Kernuz lieu-dit situé à proximité sud du château de Kernuz
Château de Kernuz, Kernuz en Pont-l’Abbé actuellement , Kernuz anciennement en Loctudy, Kernuz 1351(15H56), Kernus1689 (15H11), Kernuz 1521 (15H21, Kernû en Plonivel 1736, Kernu ancien cadastre de 1833 composé du préfixe –ker et en second élément de –nu, -nuz, de -nut nom ancien, cartulaire de Landevenec qui a donné le breton moderne –nuz , correspondant au gallois –nudd qui signifie forme, façon, manière d’être et du breton moderne : -neuz
- Pigeonnier
- Chapelle
Lieu noble Les propriétaires qui s’y sont succédés En 1735 Messire Louis de Sclabillac seigneur de Kernuz et de Kerouant ancien capitaine au régiment d’infanterie de Navarre décédé le 31-03-1740, au château de Kernuz, mari de Dame Louise-Charlotte de Loheac, leur enfants Demoiselle Marie-Noël de Sclabillac née le 15-05-1735 à Kernuz en Plomeur X ; Descablillac, abbé , prête, chanoine de l’abbaye royale de Sainte Croix de Guingamp Marie-Francoise Desclabillac demoiselle de Kercaradec, épousera à Plomeur le 04-02-1760 le sieur Jacques Doudall , originaire de Mouson/Mouzon paroisse de Saint Martin diocèse de Reins, département des Ardennes, ,Habitué de Quimper paroisse de Saint Ronan, chevalier seigneur de Sivry, Les Bezancy, Mery et autres lieux , chevalier de l’ordre militaire de Saint-Louis, capitaine au régiment de Bervick ou Barvick, fils de Messire Mathieu seigneur d’Atomey, de Meath, capitaine de cavalerie et de dame Jeanne-Marguerite de Gilet de Méry. Jean Guénolé De Sclabillac, écuyer, seigneur de Kernuz, Kerouant, Brénoulou et autres lieux, Lieutenant de vaisseau du roi, capitaine de la compagnie franche de la marine, chevalier de l’ordre militaire de Saint Louis époux de dame Charlotte Gabrielle de Carné ,dame du Timahé, /Tymen leurs enfants nés au château - Louise Charlotte ° 15-12-1760 - Guyone Françoise °08-12-1761 - Marie-Charlotte-Angélique °09-01-163 - Louis Jean-Marie ° 29-11-1763, parrain Allour Morvant domestique au Château, marraine Jeanne –Claude Maléjacques, demoiselle de Vlleblanche femme de chambre au château de Kernuz - Marie-Claudine –Jeanne ° 29-04-1765 - Emmanuel-Louis ° 23-05-1766 Jean Guénolé De Sclabillac veuf de Gabrielle de Carné se fiance à Pont-Croix avec Marie-Adélaide-Mathurine de Rospiec, originaire de Pont-Croix, fille de Messire Pierre-Jacques De Rospiec Chef de nom et d’armes, Chevalier , seigneur de de Tyrevien, Kergant, Quinec-Beuzex, Rosqeau, Reshaudant et autres lieux, capitaine des milices gardes-côtes de Bretagne au Bataillon de Pont-Croix, et de dame Françoise de Boutouillec dame des même lieux.. Ils publierons leurs bans à Plomeur le 12-03-1775

Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu Famille Despres Jacques et son épouse Julienne Fréour , fermier au manoir de Kernuz , leurs enfants : Yves Despres °03-02-1703 Charles Despres ° 28-03-1704 Cosquer-Vian en Pont l’Abbé Voir ci dessus. Le Cosquer-Vian en Pont l’Abbé procède de Cosguer en 1601 ( 15He)t Cosquer ancien cadastre de 1833 lieu-dit situé à l’opposé de l’autre Cosquer, au sud de Rosveign, au nord de Kerguen et Kerliouarn sur la route ( rue des chevaliers) amenant à l’Île Chevalier. Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu


Cour-Rosic en Pont l’Abbé, anciennement Rozic-ar-Maguer, Composé de –cour : désigne un lieu appelé –rozic. Soit ici le petit coteau de Le Maguer . Maguer est ici un nom issu du breton -mager signifiant nourricier. lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Douric-Coz, Douric en Pont l’Abbé , anciennement Douric en Plobannalec 1643 Composé de –dour en la forme diminutive Douric : eau signifiant ici lieu où coule l’eau Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu Ancien lieu-dit devenu quartier situé en pleine ville, derrière L’hôpital-Dieu Avec - rue du Corn-Lann - place du Douric-Coz - rue du Douric-Coz - rue du Prat - rue du Prat-Guen - allée Prat-Guen - rue Roger Signor - avenue Eric Tabarly , officier de la royale, marin breton rendu célèbre par ses exploits et traversées, respecté de tous, disparu en mer - rue du Général de Gaulle, - rue du Docteur Guias - impasse Georges Monot : Georges Monot ,érudit personnage bigouden - Feunten-Ven en Pont l’Abbé , Feuntunmen 1694, (A89), Feuntunmeen 1833 Composé de –feunten : fontaine ; du latin -fontana, du vieux breton -funton, du gallois -ffynnon, du cornique –fenton et de –ven, -men : pierre. Soit la fontaine en pierres. lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés - Le Baron de Baude propriétaire d’un convenant acquis lors de la vente des biens nationaux par - le Coq du Parc pour les Baude , mineurs Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Foennec-an-Houldry Les propriétaires qui s’y sont succédés - Sieur de Kerléan le Foennec-an-Houldry lors de la vente des biens nationaux à - Jean-Marie Brizel

Gare la Déclarée d’utilité publique le 31-01-1878, les travaux de construction de la ligne de Chemin de Fer de Quimper à Pont l’Abbé ont commencés en 1880 Le chantier débutera en 1882 pour se terminer en 1884. Son inauguration a eu lieu le 14-avril 1884.

Les lignes transbigoudenes : La ligne Quimper à Pont-l’Abbé La ligne Pont-l’Abbé à Pont-Croix : Audierne surnommée le train carottes : tren karotez au sud de Pouldreuzic il était aussi surnommé le train patates, au nord, et plus couramment le petit train en général ; le « tren bihan » La ligne Pont-l’Abbé à Penmarc’h : surnommée le train birinik : tren birinik Le train youtar était le surnom de la ligne Douarnenez Audierne Informations complémentaires publiées par Serge Duigou aux Editions Ressac : - 1884 : Un train pour les bigoudens - Quand bringuebalait le train youtar - Quand s’essoufflait le train carottes - Quand nous prenions le train birinik Etc. Dans le quartier et sur les anciens terrains de la gare on trouve aujourd’hui : - Les Pompiers - Les ateliers municipaux - La Maison des associations - Parking caravanes

Goarem-Guéon en Pont-l’Abbé, Goarem Guéon ancien cadastre de 1833, contient le patronyme Cuzon que l’on se retrouve sous la forme non adoucie Mesguéon, de Mescuzon, 1614 en Gourlizon.
Composé de –goarem de -gwaremm, -goarem : Ce terme signifie garenne , écrit le plus souvent goarem en toponymie. Une garenne est en Bretagne un terrain pierreux généralement à flanc de coteau, où il ne pousse que de la lande, le genêt, de la bruyère mais qui est parfois travaillé, au moins dans les parties ou la pente n’est pas trop forte. Il correspond au garrigue du midi. Dom le Pelletier écrivait au XVIII siècle, la garenne est un parc où il ne croît que genêts, bruyères, halliers etc.. où les lapins se logent ( dictionnaire) d’où l'usage de "lapin de garenne".
lieu-dit situé à coté de Rozandon , au sud de Canapé au nord de Le-Guiric, en direction de st Jean Trolimon bordé par les rues :
- rue de Saint-Jean-Trolimon
- rue An-Hent-Coz
- rue Mathurin Méheut
- rue Goarem-Guéon
- rue Jean Moulin
- rue du petit train
- centre commercial Leclerc
- Parking caravanes
- Les propriétaires qui s’y sont succédés
- Le baron de Baude Le convenant de Leac’h bihan goujon vendu suite la vente des biens nationaux à :
- Bauvet –Derrien Le Bour
Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Goarem Kernel en Pont l’Abbé , garenne du hameau de Kernel

lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés
Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Goarem-Roux en Pont-l’Abbé garenne du hameau de Le Roux

lieu-dit situé à coté de
Les propriétaires qui s’y sont succédés
Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Gorrelen en Pont l’Abbé , autrefois Gorelen en Plobannalec Gorelen en 1426 composé de –Gorre–an-lein signifiant le haut du sommet ( voir Gorre généralités) lieu-dit situé à coté de Botvellec et Ty-Dans ens direction de Plobannalec-Lesconil - route de Plobannalec Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Gorrequer en Pont l’Abbé Haute ville en langue romane lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Grand’Rue Voir rue Danton et rue Jean-Jacques Rousseau

Guerdy Le, Le-Guerdy lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Guiric Le, Le-Guiric lieu-dit situé à l’ouest de Pont l’Abbé , au sud de Rozandon et de Goarem Guéon au nord du Sequer-Nevez sur la route de Saint jean de Trolimon, bordé par les - rue des pins - rue A.Duval - rue du Menhir - rue Youenn-Drézen, - né en septembre 1899, il est l’un des plus grands écrivains bretons en langue bretonne, auteur entre autre du roman Intron Varia Garmez : Notre dame Bigoudenn voir Patronyme Drézen (généalogie Bruno Fournier- Le Mogne) - rue Auguste Dupouy - rue Lucien Simon - impasse Lemordant - rue Quillivic - avenue du Guiric - rue du Méjou - rue du Guiric - rue du Lycée - rue N. Laisné - Menhir du Guiric Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

LES HALLES Les Anciennes halles étaient composés d’un bâtiment comprenant un étage partiel dans lequel était installé la Mairie , la justice de Paix et une salle de Classe Elles étaient situées d’une part entre la rue Vallou et la Grand’Rue Elles furent expropriées pour l’élargissement de la rue Kéréon et adjugé à la ville de Pont l’Abbé le 10 septembre 1840 pour la somme de 5700 Francs. Elles furent démolies en 1841 , les matériaux, pierre et charpentes furent vendus à M Le Bleis , père. Les Halles C’est vers 1841 que Edouard Le Normant de Kerazan en Loctudy fit construire les nouvelles halles entre la rue Kéréon et la rue du Quai (rue Pasteur) pour un coût de 70000 francs environ. Les terrains acquis moyennant le prix de 20.000 Francs auprès de divers propriétaires par contrats reçus par Me Poulain ,notaire à Pont l’abbé les 26octobre 1838, 7 février et 16 mars 1839 Les halles étaient composé de deux maisons contiguës situées coté Est de la rue Quéréon ouvrant à l’ouest sur la rue , d’une galerie, formant la halle, divisée en plusieurs boxes dans lesquels les commerçants déballaient leurs marchandises. Ce passage partait de la maison principale pour aller à la place des Carmes. Elles comprenaient douze petites boutiques de chaque coté et cinq petites maisons d’habitation et avaient dans la partie du milieu un étage en herse avec cour et bâtiment de décharge à l’extrémité Ouest, appentis et hangar, à l’extrémité Est. Le 12 octobre 1842 un contrat de vente intervenu entre Mme Le Normant et M Coasmo-Dumenez , maire de Pont-l’Abbé, reçu par Me Arnoult , notaire stipulait aux articles 5 et 6 que : « Madame le Normant s’engage à laisser à perpétuité au public la libre fréquentation de la halle pendant les heures que fixera l’autorité par arrêté qui sera pris ultérieurement. » Le 11 décembre 1842 l’arrêté pris par le maire fixait comme suit les heures d’ouverture des halles : Ouverture : - A 6 heures du matin durant les mois de Janvier, Février, Novembre et Décembre. - A 5 heures du matin durant les mois de Mars, Avril, Septembre , Octobre - A 4 heures du matin durant les mois de Mai, Juillet et Aout Fermeture - Chaque jour de à10H30 du soir.

Le tout formait un immeuble d’un revenu brut annuel de 1600 Francs , évalué en capital à la somme de 26900 Francs. (sources : Etude de Me Edmond Le Monnier Notaire à Brest, lors de la Donation à titre partage anticipé de Madame Louise Derrien, Veuve de M Edouard Jérôme Nicolas Le Normant à ses cinq enfants 18-12-1848).

Les Héritiers de M.Le Normant par l’intermédiaire de Me Charles Flamant , Notaire à Pont l’Abbé, beau-frère de Mr Edmond-Edouard Le Normant , receveur des Hospices à Orléans vendirent les halles le 4 décembre 1853 à François-Marie Stephan , Maître-maçon et Dame Marie-Perrine Palud son épouse (sources : Etude de Me Pierre Marie Ronarc’H , notaire à Pont l’Abbé) Il était observé lors de cette vente que la première boutique à gauche avait été aliénée par feu M Le Normant , père le 3-06-1839 à Isidore-Michel Campion, marchand- tonnelier pour la somme de 400 Francs ( sources : Etude de Me Veyere , notaire à Pont l’Abbé) Les halles cessèrent leurs activités vers 1905, de nouvelles halles ayant été construite place de la république. Les héritiers Stephan vendirent le9 mai 1919 la propriété dite les vielles halles à M François Kerloc’h et à M Jean-Marie le Berre. M Jean Pouliquen acquit à son tour les droits immobiliers de M Jean le Berre , le 30 juillet 1934.

Les Nouvelles Halles Elles seront inaugurées les dimanche21 et Lundi 22mai 1899, faisant l’objet d’une fête et de réjouissances diverses dont l’apothéose sera la représentation de la revue en deux actes « Tout le monde sur le Pont ..l’Abbé » de Joseph Nicolas, mise en scène par le maire. Grand Bal à 8 heures du soir (entrée 1 Ffranc). Le projet de nouvelles halles démarra en fait en février 1894 puis est aux oubliettes d’où il ressort en 1897 pour aboutir, il ne faisait pas l’unanimité et allait devenir une affaire politique.

Hellen Le, Le-Hellen lieu-dit situé à coté de la voie rapide au sud du rond-point en direction de Plonéour-Lanvern au nord de Canapé ,Rozandon et Goarem Guéon Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Ile-des-Chevaliers , Isle Chevalier 1478 (A83) 1633 (15H23) Ce lieu-dit doit son nom au nom ancien breton -marhoc : chevalier qui par prononciation est devenu –marc . A.Le Berre dans les Annales hydrographiques ,f181 n°5994 désigne l’île Chevalier par l’Île Saint Marc, nom de guerrier ?, nom de saint ? questions sans réponses. D’où la confusion courante entre le nom breton –marhoc devenu -marc’heg en breton moderne et celui de St Marc. Comprend les lieux-dits Keraudren, Kervihan, La Palue, Pagotaie, Pen-ar- c’hoat ,situé à coté les uns des autres Lieu-dit réputé pour la pêche à pied de coquillages lors des grandes marées, principalement de coques. Les propriétaires qui s’y sont succédés Château de l’Ile-Chevalier acheté comme bien national le 13-02-1799 (25 plûviose an VII) par François-Jérome Le Déan , né à Douarnenez Le 10-02-1744 Subrécargue de la Compagnie des Indes, il fit fortune aux colonies et acheta les biens nationaux à Plobannalec, Plomeur, Treffiagat et Combrit. Député des Etats de Bretagne , puis de la Sénéchaussée de Quimper aux Etats Généraux, il fût Maire de Quimper de 1791 à 1793. Il démissionna le 12 avril 1793 craignant pour sa tranquillité quand les événement révolutionnaires se corsèrent. Il devint Maire à nouveau de 18000 à 1803, et fut Baron de l’Empire, Député du Finistère à la Chambre des Cents Jours, et décoré de la main de l’Empereur. Célibataire il décéda en 1823 à Penharos en Bodivit chez son frère Jean-François. Son frère fut également maire de Quimper et un fils Aimé-Jean né à Quimper 27 juin 1776. Il deviendra un élève-brillant de polytechnique d’où il sortira major. Il opta pour la marine et devint ingénieurs des constructions navales. Aimé Le Déan héritera de son oncle du château de l’île des chevaliers. En 1834 Adrien Le Déan est élu député de Lorient jusqu’à sa mort en 1841 à Vichy. Il se marie avec Anne-Marie Règnier de Lorient dont il aura deux filles dont Eugénie-Louise qui épouse Hyppolite de Najac, officier de Marine décédé à Paris le 30-09-1854. Deux enfants naîtront de ce mariage Emile de Najac né à Lorient en 1828., avait hérité de sa mère décédée à Ergué-Armel le 26-octobre 1857, du manoir de Bourdonnel .Auteur dramatique a composé une cinquantaine de comédies. Il épouse Elisabeth Mahérault dont ils auront un fils. Héritier aussi du Château de l’île Chevalier Il le laisse à son fils qui deviendra le maire de Pont l’Abbé Raoul-Charles-Eugène - Adrien de Najac né à Lorient le 01-03-1831, épouse Marie-Victor Campourey née le 5 mai 1841 à Pont l’Abbé, domiciliée place du Marchllach Comte Raoul-Charles-Eugène De Najac élu maire de Pont L’Abbé le 22 juillet 1894, Aristocrate républicain fils d’Emile de Najac, auteur dramatique. Il parcourait la commune juché sur le dos de « Carabosse » une chamelle de Sibérie, de l’hotel de ville à sa propriété de l’île Chevalier

Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Hospice civil

Justices en Pont-l’Abbé Endroit où s ‘élevaient les fourches patibulaires de Lambour dites en breton : -ar justissou lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Keraden composé du préfixe -ker suivi de lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Keragant en Pont-L’abbé, anciennement en Loctudy Kerargan 1442 composé de –ker et de -Argant : argent, brillant, attesté comme fils de Custentin cartulaire de Redon et comme nom dans le cartulaire de Quimperlé lieu-dit situé à coté de

Kerala en Pont-L’abbé composé du préfixe -ker suivi de lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Keralio en Pont-L’abbé , anciennement en Loctudy ,Keralliou 1426, Keraliou1494 (A83), Keralio 1719 (BMS) composé du préfixe -ker suivi de –Alliou nom provenant du vieux breton –Altiou, de -Alt : ami, allié. Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu lieu-dit et quartier situés à proximité du collège N.D. des Carmes, à coté de Trévannec à l’Est au nord de Kervazégan - rue de Keralio - Impasse Jeanne d’Arc - rue François Bazin - rue (fin de la) Jean Lautrédou - rue de Loctudy C.D. 2 - chemin de Trévannec

Kerambleis en Pont-L’abbé , Kerembleis composé du préfixe –ker et en second élément de –ambleis

lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Kerargont composé du préfixe -ker suivi de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu lieu-dit situé à coté de Trébéhoret à l’Est , le Sequer à l’ouest, kerdalec et Botvellec au Sud - Résidence Louis-Hémon - chemin de Kerargont

Kerarthur en Pont-L’abbé composé de -ker et de –Arthur sous sa forme ancienne en français. Arthur est le roi légendaire, composé lui-même de –arth qui admet deux significations soit –ours soit –guerrier et de –ur moderne pour –gour : homme lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Keraudren en Pont-L’abbé, Keraudren 1753 Quelaudren composé du préfixe -ker suivi de –Audren , issu du vieux breton Altroen 797, Aldroen 1052, Audroen 1114, Aldran 1124, Auldren 1543 nom composé de – alt : élevé et de –roen : royal. Il y a environ 26 lieux-dits qui s’y rattachent avec variantes : Keraudrein, Keraudrain, Kerdrain lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Kerberdoaré en Pont-L’abbé composé du préfixe –ker et en second élément de lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Kerdalec en Pont-L’abbé composé du préfixe –ker et en second élément de

lieu-dit situé à coté de Botvellec, Ty-Dans , au sud de Kerargont , à l’est de Kernuz - Chemin rural de Kerdalec Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Kerdual en Pont l’Abbé ancien cadastre de 1833, Kerdual anciennement en Loctudy, Kertutgoal 1480 (A83), Kertual 1587 (15H5) Kerdual 1536 Kerdual composé de -Ker et de –dual tiré de –Tual variante moderne du nom et prénom ancien -Tutuual, -Tuduual 867, -Tutgual 924, mot composé lui-même de -tut : bon, favorable, ou peuple et de –uual : valeureux. Ce mot mal orthographié et transcrit par le moine Gurheden de l’abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé est devenu le prénom breton moderne Tugdual fréquent dans notre généalogie. Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Kerentré composé du préfixe –ker et en second élément de - rue de Kerentrée Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Kerfrez composé du préfixe –ker et en second élément de lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu Bargain négociant sœur de Kerfrèze

Kerguévélen composé du préfixe –ker et en second élément de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Kerguz en Pont l’Abbé, Kerguz 1632 (15H37), Kergus 1680 (A89) composé du préfixe –ker et en second élément de -guz, de l’ancien breton adouci- cuz tiré de –cuih : moyen breton –cuz, moderne -kush : caché, sombre, couvert. Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Kerespert-Huella en Pont-L’abbé composé du préfixe –ker et en second élément de Les propriétaires qui s’y sont succédés - Le sieur de Rosmoroduc un convenant vendu suite la vente des biens nationaux à : - Kérillis-Calloch - Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu lieu-dit situé à coté de

Keristou en Pont-L’abbé ,Kerrestou 1426, Kerestou1694 (A89), Keristou ancien cadastre de 1833 composé du préfixe –ker et en second élément de –istou de- restou, nom qui s’écrit -Restuie en 1081-83, Restoi en 1100. Un Caer Restou est mentionné dans le cartulaire de Landévennec Ch31. lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Kerlaouarn en Pont-L’abbé, Kerlouaen ancien cadastre de 1832 composé du préfixe –ker et en second élément de –laouarn, nom attesté ou un dérivé de -Louan, avec le radical –lou : lumière lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Kerliouarn en Pont-L’abbé ancien cadastre de 1833, Kerglehouarn
composé du préfixe –ker et en second élément de –liouarn forme évoluée de –lehouarn dont le composant est le vieux breton –Gleuhoiarn de –gleu et de –hioarn : fer vaillant. Ailleurs ce nom a évolué en Quillihouarn. lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Kermaria en Pont-L’abbé anciennement en Combrit composé du préfixe –ker et en second élément de -maria lieu-dit situé à coté de Krim spontus Kermaria, chanson de A Kerviel rédigée en Breton, composé de 52 couplets , racontant l’histoire du crime de Kermaria qui se déroula à Tréméoc en 1907 Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Kermazéas en Pont-L’abbé composé du préfixe –ker et en second élément de lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Kermelenec en Pont-L’abbé Kermelennec composé de lieu-dit situé à coté de

Kerondo en Pont-l’Abbé - Kerondo-Vian en Pont-l’Abbé - Kerondo-Vras en Pont-l’Abbé - Ty-Meil-Kerondo en Pont-l’Abbé Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Kerouant en Pont-L’abbé composée de lieu-dit situé à coté du Cosquer –Kernuz de l’autre coté du CD 785 et au sud de Quelourdec. - Chemin rural de Kerouant C.R.n°10 - Kerouant-Vian :Zone d’activité artisanale et commerciale, situé à l’entrée de Pont l’Abbé en provenant de Plomeur au niveau du rond-point Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Keroué en Pont-L’abbé composé de lieu-dit situé à coté de - Kéroué-Vian en Pont-l’Abbé - Kéroué-Vras en Pont-l’Abbé Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Kerseoc’H en Pont-l’Abbé composé du préfixe –ker et en second élément de -seoc’h Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu lieu-dit situé à coté de

Keruel composé du préfixe –ker et en second élément de -uel Les propriétaires qui s’y sont succédés - Le sieur de Saint-Alouarn un convenant à keruel vendu suite la vente des biens nationaux à : - Kérillis-Calloch - Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu lieu-dit situé à coté de

Kerun en Pont-l’Abbé lieu-dit situé à coté du rond-point de Kerouant-Vian, au nord de Merchen et le Cosquer , au sud du Sequer, bordant le C.D. 785 et la rue de Plomeur

Kervaillant en Pont-l’Abbé Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Kervannes en Pont-L’abbé composé de lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Kervazégant en Pont-L’abbé composé de lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Kervihan en Pont-l’Abbé Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Lambour en Pont l’Abbé, anciennement Lambourg en Combrit et Ancienne trêve de Combrit Lambourch en 1350 et 1535, lanmorhouch 1514 (15H12), Lanvourch 1549 (15H5), Lanbourg 1601 (15H6), Lanvorch 1632 (15 le toponyme est composé de –lam de–lan en premier élément de Lann : Il peut être l’équivalent du gallois -Llan : église avec le sens de monastère, du cornique –lan : cellule monastique ou simplement de terre consacrée à… du vieux-breton -lann :ermitage: traductions à tort en français ce qui laisserait supposé selon Larguillère (les saints p 146 n°30)un développement considérable des les débuts. La grande majorité des noms en –lan concernent des simples lieux-dits dans lesquels ne se montre aucun édifice destiné au culte. On ne peut cependant négliger qu’il dépendait de quelque monastère et être placé sous le vocable d’un saint insulaire. ou encore le mot -Lann : Landier lande. Emprunt du français lande, lui-même emprunté au germanique -land .Il a pris la place du breton, du gallois – -eithyn si l’on en juge par son voisinage de Lande vallée,

On trouve -lann dans le Finistère dans cinq cent lieux-dits , noms de communes ou de villages dotés d’une chapelle. Mais la majorité concernent des lieux dépourvus de tout édifice religieux. Et un second élément –bour, -bourg formé et tiré de l’éponyme -morhouch au sens littéral de cochon de mer surnom du dauphin et marsouin que nos ancêtres marins pêchaient et consommaient il y a pas encore si longtemps. Il correspond au gallois -morhwch au cornique –morhoch. C’est encore d’après A Deshayes un nom de famille encore assez répandu sous la forme réduite -Moroc’h nom qui se montrait sous la forme -Morchuhc au XIV siècle , cartulaire de Quimper. Pour ma part je ne me souviens pas l’avoir rencontrer une seule fois en 20 ans de généalogie en Basse-Bretagne Ce nom a été confondu avec le breton, -bourh, -bour au XVIIème siècle lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Lan-Vallée en Pont l’Abbé, Lande-Vallée ,Lande-Vallay 1494 ( A83) Village et lieu-dit voisin de Lambour , Composé en premier élément de –lan , ici de Lann du breton lann : Landier lande voir ci dessus et en second élément de –vallée. , qui tire son nom donc d’une ancienne et vaste lande,», peut représenter une forme- landevallay où l’éponyme –Tévalay proviendrait d’un nom ancien –Tobalay , forme hypocoristique de –Balay, saint éponyme de -Lanvalay. Joseph Loth le rapproche de -Bachla, voire de -Bachlai (nom des Saints p13)cf. Llandzfalle en Breconshire dans le Pays de Galles lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Le Rest lieu-dit comprenant une seule habitation avec dépendances, situé en direction de l’Île Chevalier, tout à proximité de Bodillo qu’il faut traversé Le- Rest pourrait être considéré d’ailleurs faisant partie de ce hameau,.à coté de Feunten-Ven, au sud de Penn-ar-Prat et de Malabry . le Rest borde la rivière de Pont-L’Abbé et comprend une vasière et zone marécageuse. Les propriétaires qui s’y sont succédés - Fabrique de Lambour propriétaire d’un convenant vendu suite la vente des biens nationaux à : - Bauvet–Derrien-Le-Bour - Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Leuquer-Lambour en Pont l’Abbé, Lurcquer-Lanvorch en 1609 (15H7) Leuquer 1753 (15H23) Leuquer-Guéoc’h attesté par l’ancien cadastre de 1833 Leurgêr, Leuquer Ce terme désigne l'aire située devant les maisons de ferme dans un village. Il s'est évolué et transformé en leuquer. lieu-dit : place située et voisine de l’église de Lambour, aujourd’hui absorbé dans l’agglomération Les propriétaires qui s’y sont succédés - De Baude le pré vendu suite la vente des biens nationaux à : - Bauvet –Derrien Le Bour Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Lidec en Pont l’Abbé ancien cadastre de 1833, Lihideg Du breton lec’hideg : vasière, ne pas confondre ou correspondre au nom ancien -litoc lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Maison Blanche Lieu-dit et quartier composé autrefois de vasières situées entre Rosquerno et Trévannec Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Maison-Carré s’applique au dénommé Carré lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Malebry en Pont l’Abbé, Malabry Toponyme d’origine française composé de – mal : mauvais et de – abry : abri donc mauvais abri. Lieux-dit non attesté, d’origine récente ne figurant pas dans les anciens cadastres. lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Meil-Ascoet en Pont l’Abbé lieu-dit situé au nord de la Gare à coté de Bringall-Huella et de Menez-Roz-ar-Hastel bordant la voie rapide au nord , et donc au sud de Tréméoc Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Menez-ar-Bot en Pont l’Abbé composé de –menez .Le mot men- ez a vu son sen évoluer en : « terrain en pente, ou plan, en friches ou inculte. on utilise le mot menez pour désigner un lieu éloigné du centre du village ou du hameau et de –bot breton de –bod : buisson en second élément lieu-dit composé d’une habitation avec dépendance, accessible par un chemin rural partant de la D785. situé à coté de Kerguévélen et Kerzéoc’h, au nord de Roz-an-Hastel, en limite communale avec Combrit Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Menez-ar-Piquet en Pont l’Abbé Composé de -menez du vieux breton –monid, correspondant au gallois –mynydd, au cornique -mened, -menedh ; signifiant montagne, et de –piquet du breton -piked : pies. Les pies devaient être nombreuses en ce lieu-dit situé désormais en pleine ville , nom porté désormais par une rue. Quartier, lieu-dit situé entre Goarem-Guéon, Trébéhoret et le Douric-coz - rue du Menez-ar-Piquet - parc des Camélias - Merville en Pont-l’Abbé : Francisation d’un ancien –Kermer contenant en second élément le paronyme -Le Merre - Rue de Merville - Ecole maternelle Merville - Rue des Brodeuses - Rue du Lycée (suite)

Menez-Aveiael en Pont l’Abbé Composé de -menez (voir précédemment) et de –aveiael décomposé lui-même en ar-veilh-awzl : le moulin à vent. Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Menez-Beijgou en Pont l’Abbé Composé de -menez (voir précédemment) et de -beijou, ce lieu-dit ne figure pas au cadastre Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Menez-Bihan en Pont l’Abbé, Menez-Bian en 1789 (15h4) Composé de -menez voir précédemment et de –bihan : petit Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Menez-Kerguz en Pont l’Abbé Composé de -menez voir précédemment et de –kerguz, hameau-village proche de ce lieu Lieu-dit et quartier situé entre Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Menez-Kerlaouarn Lieu-dit et quartier situé entre

Menez-Rouzic en Pont l’Abbé Composé de -menez voir précédemment et de –rouzic, représentant sans doute le patronyme, diminutif de Le Roux ou une autre forme ou variante Composé de Lieu-dit et quartier situé entre Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Menez-Ros en Pont l’Abbé, Roz-ar-Hastel 1833 ancien cadastre, Menen-roz-ar-hastel Composé de -menez voir précédemment et de-ros : terrain en pente , couvert de fougère et de bruyère. En basse Cornouaille il a plutôt le sens de coteau, correspondant au gallois –rhos : lande bruyère, au cornique-ros : heath, promontoire. Hastel est la forme mutée du mot breton -kastel : château. Lieu-dit et quartier situé entre Les propriétaires qui s’y sont succédés : Le Faou Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu : Guéguignat

Merchen en Pont-l’Abbé, Mencren 1540, Merc’Hen ancien cadastre de 1833 Composé de –mer, –men de -menez voir précédemment: pierre et de –chen, -hen Soit la Pierre arrondie Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu


Mogueriou en Pont l’Abbé, anciennement en Loctudy Moguiriou 1669, Mogueriou 1718, Moguirio1719 Composé de –moguer ,Ce terme signifiant dans le sens ancien, muraille du vieux breton macoer. En toponymie, il s'applique aux ruines gallo-romaines, que les bretons ont également trouvé lors de leur arrivée. Il correspond au sens cornique magor: ruine mais non au gallois magwyr: mur. Tous les trois sont issus du latin maceria. Moguer se montre au pluriel dans Mogueriou Lieu-dit et quartier situé entre Rosquerno , Kervazegan et Kerdual bordé par la mer , en face de l’Île-Chevalier

Moulin-de-l’Ecluse en Pont l’Abbé, Meil Sclus, ancien cadastre de 1833, anciennement Moulin-des-Ecluses en Combrit 1704 Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Moulin-Sequer en Pont l’Abbé voir Sequer Lieu-dit et quartier situé entre Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Pagotaie Lieu-dit situé à droite en parvenant sur l’Île Chevalier, juste après le pont Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Palue la en Pont l’Abbé, Pallut 1694 (A89) Forme bretonne du français -palude, -palue qui désignait autrefois les terrains herbeux parfois recouvert à marée haute en bord de mer Lieu-dit situé sur l’Île Chevalier Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Pen-ar-C’hoat ,Penhoet en Pont l’Abbé, Penhoet1633 (15H16), Penchoet,1634, Penahoat,1781, Penarhoat, ancien cadastre de 1833, Composé de –pen et de –hoat : le bout du bois Lieu-dit situé sur l’Île Chevalier après La Palue Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Pen-an-Allée-Sequer en Pont l’Abbé Composée de-pen –Penn : terme de la nature signifiant : bout, extrémité, pointe, issus du vieux breton, pen, penn de même sens, correspondant au gallois –pen, premier élément précédent de –allée, de- alle : allée, chemin qui conduisait de puis la grille au manoir du château. C, emprunt au vieux français et non une déformation du breton an alaez, comme on pourrait avoir tendance à le penser et suivi d’un troisième élément le village ici –Sequer Nouveau hameau ou village qui s’est bâti au bout de l’allée qui menait au Sequer Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Pen-ar-Harp lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu - Jeanne Blaise Penn-arPrat Penanprat, Pen-ar-Prat

lieu-dit comprenant une seule habitation avec dépendances, situé en direction de l’Île Chevalier, tout à proximité de Bodillo,.à coté de Kerroué, Kerguen ,au sud de Lande-Vallée et à l’ouest de Malabry Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Placenou An Aman, Place au Beurre, Troussellou, voir Place Gambetta C’est sur cette place que se

Place du Marchallac’h , Place Gambetta, Place de la Madeleine, Actuellement Place de la République Le marché aux cochons se tenait à l’angle Sud-Ouest ,coté Ouest, devant l’actuel hotel de Bretagne Le marché aux veaux Les propriétaires autour de la place qui s’y sont succédés - François–Michel de Chimendy avec son épouse née Amblard : aubergiste - Jean-Baptiste Filet boulanger - Jean Le Dréau dit «  touche-là » boulanger, débitant - Café du Commerce de M Keroédan - Bistrot et salle de bal de Mme Goanec - Commerce d’Anna Leur 1920 - Bar de Denis Guillerm 1920 En 1920 la place du March’allach était une place comprenant des boutiques de tissus, des marchands de sabots, de coiffes etc. En haut de la place il y avait les grainetiers et marchands de légumes et plants, Devant chez Rhaphalen , l’actuel Hôtel de la Tour d’Auvergne étaient les commerçants de couettes de balle d’avoine, les cordages et les semences de trèfle et d’ivraie - Famille Souron au Café de la liberté 1930 - Pharmacie Centrale - Paul le Bastard Dentiste 1930 - M Nicoulaud Dentiste successeur 1930 - Petit café de Bastien Cléac’h - Bretagne Cinéma - Famille Canévet 1930 Actuellement - Yves et Marguerite Larnicol : Photo-Shop - Maison de la Presse - Yves Canévet Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu : 1861 Guéguignat

Place Benjamin Delesssert 1970 voir place Gambetta

Place des Carmes Place des Echaudées, on y vendait les gâteaux Place Gambetta Placenou An Aman, Place Benjamin Delesssert 1970 Les gens venaient vendre leur beurre, œufs ,volailles, gibiers A la fin de la guerre on y trouvait les débits de boissons suivants, associé à un autre commerce dont les tenanciers étaient : - Famille Perrot - Famille Coic - Famille » Augustine » - Famille Folgoas - Hôtel de la Tour d’Auvergne - Famille Chatalen, - Famille Guegan

Place de La Madeleine voir Actuellement Place de la République

Place de la République ancienne place de la Madeleine Autrefois devant le Crédit Mutuel de Bretagne il y avait « Marc’had Aliou »le marché aux chevaux et veaux, le long de la place coté Ouest était le «  March’had ar mout », devant chez de lin : l’actuelle Pharmacie Pérard était le marché au cochons

Place Troussenou, actuellement Place Delessert - Charles Orieux - Demoiselle Le Cleach - Veuve Oliveaux - Anne Le Breton - Nicolas Briand - Henri Bodet, marchand de grains

Placénou : petite place en ligne droite de la rue Vallou, ancien marché aux veaux. Autrefois il y existait une demeure datant du 1687 avec pignon sur rue, qui possédait un grand escalier de pierre conduisant au premier étage. Elle a été démolie pour l’élargissement de la rue de Kernuz.

Place de la République ancienne place de Place du Marchallac’h

Pont-Guern Place de Pont Guern Lieu-dit, autrefois place elle est situé au croisement de plusieurs routes la route de Plonéour, la route de Penmarc’h et du Guilvinec, la voie Romaine et le pont. Cette place était autrefois dangereuse car elle était le passage incontournable d’une grande quantité de voitures qui arrivent à bride-abattue et traversent au galop le Pont-Guern - Guillaume Le Déliou, ancien notaire, propriétaire d’une Usine de Petit pois - Place Pont-Guern, premier et célèbre rond-point en centre-ville faisant embranchement des routes vers Audierne, Plonéour-Lanvern C.D. 2, de la route vers Plomeur, Penmarc’h C.D.785 N, de la route vers Saint Jean de Trolimon - Pors-Moro en Pont-l’Abbé lieu-dit situé à coté de Keroué-Vras et Keroué-Vian au sud de Lambour , bordant la Rivière de Pont l’Abbé ou l’on trouve en autres - - Le Camping municipal de Pors-Moro - - la piscine , - - le moulin de Pors –Moro o Les propriétaires qui s’y sont succédés o 1 Le sieur de Baude le moulin vendu suite la vente des biens nationaux à o 1-1 Louis Derrien

Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

La Poste Situé dans la rue Vallou, le service de la poste fut établi en 1831 et converti en direction en mars 1837. Le premier bureau du télégraphe fut ouvert en1864 et installé à la Mairie.

Poulgavet en Pont l’abbé, Poulcavel 1426, Poulgaval 1694 (A89), Poulgavel ancien cadastre de1833 Composé de –poul : mare , trou d’eau du vieux breton –pul, du moyen breton –pol, -poul, du gallois –pwll et du cornique –pol . et de -gavet, de -cavel du moyen breton –cauel : berceau , du moderne breton –kawell. lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Poullearc’h en Pont l’Abbé, Poullech 1833 ancien cadastre, Composé de –poul , voir ci dessus et de -learc’h de lec’h du gallois -Llêch, de l’irlandais –lecc.: pierre plate un peu élevée de terre , sous laquelle on peut se mettre à l’abri, à couvert d’après Dom Le Pelletier Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Prat-Guen Le Les propriétaires qui s’y sont succédés - De Baude un convenant vendu suite la vente des biens nationaux à - Antoine Bodet

Prat-Mine, Parc Meen ancien cadastre de1833 Le terme est composé en premier élément de -prat emprunt du latin -pratum désignant un pré ; de -parc du breton -park : champ et de –Mine de -meen, de mein , meen est la prononciation bigouden de –mein : pierres, soit le pré ou le champ aux pierres Ce terme a aussi donné le patronyme Prat, nom de famille dans le pays bigouden. lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Prat-Kerlot, Prat-Kerlut, ,Prat-Kerault 1536, (15H49) Parc-Kerlaut 1659 (15H27), Parcquerelot 1693 (15H34), Parq Kerraut ou Kerlot en 1706 (15H59), Parc Kerlot en 1732 (15H34). Kerault en 1536 admet le vieux breton -alt, moyen breton -aut, moderne -aud : rivage Le terme est composé en premier élément de -prat emprunt du latin -pratum désignant un pré, et de –kerlut lieu-dit situé à coté de Kerondo, Penanprat, au nord de Ty-Coat , on y trouve actuellement autour de - Place des agapanthes - Allée des Mandarins - Rue des châtaigniers - Rue Hent-ar-Foennec - Rue Xavier Grall - Route de Plonivel - Terrain de sport de la Grotte Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Querlourdec lieu-dit situé à coté de Les propriétaires qui s’y sont succédés - Le sieur Mascarenne de Rivière un convenant - Huard Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Rosquerno en Pont l’Abbé, anciennement lieu noble attesté Rosquerneau en Loctudy1536 Composé de –ros voir précédemment ci-dessus et de -querneau forme du moyen breton, du moderne -Kerno, -Kernew, nom breton de Cornouaille. Il s’agit ici plutôt d’un nom paronymique breton, que de l’ancien royaume devenu comté. Ce nom est l’éponyme de Plourguerneau dans le Léon, correspondant au gallois -cernyw dans Llangernyw en Denbigshire au Pays de Galles et à -Kernow, nom cornique de Cornouaille britannique. Tous ces mots sont pour origine le mot –cornouia qui a entre autres donné le dérivé moyen breton -cornouaec : ouest qui est devenu –kornog en breton moderne (voir aussi étude patronymique) Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Roseveign, Roseveigne en Pont l’Abbé, anciennement Rosvain en Combrit1694 (A89), Rosvein en Combrit1705 Composé de –ros voir précédemment et de –veigne, -vein, -vain forme adoucie du mot -mein : pierres. Soit le coteau de pierres lieu-dit situé à coté de Troliguer, au nord de Kerzéoc’h, et de Lan-Vallée, en limite communale avec Combrit Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Roz-an-don, Rozandon en Pont l’Abbé autrefois Rozandon en Plomeur , Rozandeff 1469 (A84), Rosandon 1610 (15H16), Rozandon 1779 (15H45) Composé de –ros voir précédemment et de –andon, venant de –an deff et non de –andon : source. C’est ici la forme du moyen breton, du moderne le deunff , -deuvn : gendre. Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Rozic-ar-Maguer, voir Cour-Rozic, rue Roger Signor résistant FTPF arrêté le 5 janvier1944 , fusillé à Poulguen à l’age de 25 ans le 25 avril 1944 ancienne route de Plobannalec


Rue en-Aman en Pont l’Abbé, Rue Aman, ancienne rue étroite, bordant par le coté Est (café de Cornouaille) les anciennes Halles

Rue-Barbeaux en Pont l’Abbé, Rue Barbéot voir ancienne , rue des cloutiers

Rue Carnot (1904) ancienne rue de Najac

Rue du Château

Rue-des-Cordonniers Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Rue des Cloutiers en Pont l’Abbé, rue Barbéot, rue des clous : rue An Tachou, rue Thiers (1904) aujourd’hui rue Marcel Cariou, depuis 1945, résistant et chef du premier maquis de Bretagne, arrêté à Rennes et déporté en Allemagne
De nombreux cordonniers y étaient établis, on y trouvait les ateliers de broderies Pichavant, L’échoppe d’Anatole, ferblantier sympatique, Les propriétaires qui s’y sont succédés - 1 Les Carmes Maison rue des cloutiers vendu suite la vente des biens nationaux à : - 1-1Bouilli et Desnos - 2 Gille Fréron 6/10ème de maison rue des cloutiers vendu suite la vente des biens nationaux à - 2-1Catherine Campion - 3 Les Carmes Maison rue des cloutiers vendu suite la vente des biens nationaux à - 3-1 Desnos - Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Rue Danton (1904) ancienne rue Vallou, bordant les anciennes Halles En 1831 un service des postes y est installé

Rue-des-Douves en Pont l’Abbé rue Marceau (1904) Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Rue Jean-Jacques Rousseau (1904) ancienne Grand’Rue

Rue Kerautret devenu rue Hoche (1904)

Rue Kéréon en Pont l’Abbé deviendra rue Voltaire en 1902 Rue Polfranc , rue du Château, actuellement Rue du Général De Gaulle. De Caer –eun au XIème siècle dans le cartulaire de Quimperlé alias Locus-Eunet s’il ne s’agit pas avec le composant de l’adjectif –eeun : droit. Il peut donc aussi s’agir d’un nom propre. Les propriétaires qui s’y sont succédés Alain Quiniou libraire Pierre Baudry , tailleur Les Familles Pichavant, Corentin Pichavant ,Brodeur et Enfants Pichavant successeurs, Marie et Corentine ses filles commerçants spécialisés en broderies et dentelles bretonne au 6 rue du Château, Leur téléphone était le 11,Le commerce était enregistré au registre du Quimper sous le n°322. L’établissement était réputé nationalement et avait obtenu à plusieurs reprises les meilleurs récompenses et plus hautes distinctions dans les expositions d’Arts et Métiers Féminins ou d’Arts décoratifs. Les portraits de Mme Veuve Pichavant(1845-1904) et Marie Pichavant ‘1873-1932) sont conservé au Musée bigouden de Pont L’Abbé Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu Guillaume Duhamel boucher-boulanger en1782 qui assassinera rue Michelet Maître Le Déliou , Notaire et propriétaire

Rue de Kernuz aujourd’hui , rue Michelet (1904) Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu - Gauthier , Boulanger

Rue Kig Sall ancienne rue étroite bordant par le coté Ouest les anciennes halles

Rue de Loctudy devenue Rue Ernest Renan (1904)

Rue Louis Lagadic (route de Quimper) Les propriétaires qui s’y sont succédés : Le Faou

Rue Meur en Pont l’Abbé voir rue Victor Hugo (1904)

Rue des Morts Les propriétaires qui s’y sont succédés Le Baron de Baude Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu Jean-Noël Le Bleis , Boucher, locataire du Baron de Baude , bail signé 19-avril 1784 pour 7 ans d’un four, une maison et jardin pour un prix de location de 520 livres

Rue de Najac devenue rue Carnot (1904) voir Ile des Chevaliers

Rue Neuve, en face de l’Hospice,

Rue du Four

Rue Pasteur en Pont l’Abbé(1904), rue du Quai Rue du Placenou devenue Rue Floquet (1904) Rue des petites douves devenue Rue Burdeau (1904) Rue Poul Frank aujourd’hui rue Jean le Berre Rue Pen –ar-Hap rue Lamartine (1904) Rue Pen ar Chal , rue du Cap allant de Loctudy à Audierne Rue du Pont-Guen rue Jules Simon(1904) Rue du Quai en Pont l’Abbé, voir rue Pasteur(1904) Rue du-Sallé en Pont l’Abbé Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Rue Vallou en Pont l’Abbé voir rue Danton(1904) Rue Voltaire en Pont l’Abbé (1904) ancienne rue Kéréon Rue Victor-Hugo (1904) Ancienne rue Meur, rue commerçante du bout du pont, rue principale du quartier de Lambourg qui dépendait autrefois de Combrit. Elle comprenait en 1894 des vielles maisons , non-alignées. La rue était glissante d’après Ritalongi. Au n°8 était une vieille maison avec portes et fenêtres en ogives, c’était un ancien presbytère de la chapelle du Christ ou Saint-Sauveur en ruines sous la révolution, démolie à l’emplacement du n°5. Au numéro 7 se trouvait l’hospice civil des vieillards, dont la création remonte au XIIIème . Il fut fondé par Hervé III, baron du Pont en 1372 et placé sous le vocable de Saint Jean-Baptiste et de Saint Jean l’évangéliste Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu Famille Viers, a habité une grande maison bourgeoise construite à l’emplacement de la chapelle Saint-Sauveur ou Chapelle Christ : rue Meur , au 5 rue Victor Hugo Alain Mével serrurier Thomas Nédellec menuisier

Rue Neuve de Lambour Les propriétaires qui s’y sont succédés - Chapelle Saint Sauveur Maison et dépendances vendu suite la vente des biens nationaux à - Jean Deredec -

Saint-Servais en Pont l’Abbé Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu Les propriétaires qui s’y sont succédés

Sequer Le lieu-dit situé au sud-ouest de la commune, au nord de Kerun et de Kerargont, à l’ouest de Trébéhoret, bordant la rue de Plomeur par son coté ouest. - rue de Plomeur - rue Nominoë - rue du Sequer - Moulin du Sequer - Collège Laennec Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Sequer-Nevez le lieu-dit situé au sud-ouest de la commune Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Ster-Vad en Pont-l’Abbé ancien cadastre de1833 Composé de –ster Ster, Stêr , Steir : Traduit du breton par rivière, cours d'eau doit son origine au vieux français -estier, estuaire issu du latin aestuarium. Il a évincé le celtique avon. Il n'est employé qu'en Cornouaille et en Pays Vannetais pour désigner une rivière. Le sens initiale estuaire est attesté par : ster Gauale au XIIe siècle ou Lettier Goezian au XIVe siècle ancien nom d’Audierne. L’hydronomie bretonne dénomme couramment par ster, un cours d’eau, le plus souvent côtier : c’est le cas à Lesconil, et à Penmarc’h dans le Pays bigouden. La rivière de Pont L’Abbé est appelée en Breton : Ster Pont’an Abad. C’est aussi le nom de Le Steir : rivière affluente qui se jette dans l’Odet à Quimper, son vrai nom est Teir, cartulaire de Quimper,1263, 1401. C’est aussi un ancien lieu noble attesté en 1536 en Penmarc’h. Ster est employé dans plus de 200 lieux-dits répartis sur près de 40 communes du Finistère Il ne se montre pas en toponymie dans les autres dialectes celtiques et de –vad forme mutée de -mad : bon. Soit La bonne rivière Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Steven en Pont l’Abbé ancien cadastre de 1833 Contraction composée de –Ster, rivière, cours d’eau, et –ven de -wenn :blanc, la rivière blanche Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Trébéhoret en Pont l’Abbé, Trevberyoret 1591 (15H5), Trebe-horet ou Trebe-choret en 1645 (15H34), Trebeoret 1668, Trebehoret 1739 –164G3) Composé an premier élément de –tré, -trev , -treff voir ci-dessus et de –béhoret en second élément adouci de –pehoret, lui-même composé de –peh, pez ? cf. Pezeau, éponyme de Locpezeau en Plogonec, actuellement Lopéau et de –oret, du vieux breton -uuoret : secours. lieu-dit situé au sud de la commune , à coté de Kerrargont et de Tréouguy , au sud du Douric, bordé au nord par – Avenue du Douric – Avenue de Trébéhoret – Place de Trébéhoret – Rue des Lavandières – Rue du calvaire – Rue de la source – Rue du manoir – Rue de la carrière – Rue de 11 novembre 1918 – Rue du 8 mai 1945 – Rue PierreVoltaire – rue des Déportés Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Tréouguy en Pont l’Abbé, anciennement en Plobannalec Treoguy 1426, Treourguy 1549 (15H40), Treouguy 1552 Composé en premier élément de –tre, -trev , -treff voir ci-dessus et en second élément de –oguy, -ouguy, ourguy provenant de –gourguy, anciennement –gurki en 1037, cartulaire de Redon : nom du premier abbé du prieuré de Locmaria-en-Quimper, que l’on retrouve sous une forme évoluée dans Mont Frugy à Quimper, Cnech Cuki en 1022. lieu-dit situé au sud de la commune , à coté de Trébéhoret , au sud du Douric-Coz , bordé au nord par - rue des hortensias - rue Douarlinec - le stade de Tréourguy - venelle de Tréourguy - allée de la Grotte - rue Jeanne d’Arc Les propriétaires qui s’y sont succédés voir aussi Plobannalec Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Trévannec en Pont l’Abbé, anciennement en Loctudy ;Trevaneuc1426, Treffvanaec 1442, Trevanec 1494 (A83), Trevenec ,et Trevaneec 1669 BMS Loctudy , Trévannec 1789 (15H4) Composé an premier élément de –tré, -trev , -treff voir ci-dessus et de -vannec en second élément, composant dérivé hypocoristique de –maen en vieux breton : puisant ou alors de –gan : assaut, poussée. Trévannec Le fief de Trévanec, paroisse de Loctudy, en qualité de seigneur, fut tenu chronologiquement par les : - Combout Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Troliger, Troligar en Pont l’Abbé anciennement en la trêve de Lambourg en Combrit, Tromeinigar, 537 (15H7) ; Traouligar 1622 (15H18); Troligar 1632 (15H37) ; Troliguer en Combrit,1704 ; Composé de –Tro, réduction de –traon : désignant une vallée et en breton moderne –bas., issu du vieux breton –tyou du gallois -tyno, du cornique -tenow, du vannetais –teno réduit dans cette composition en –tro. Et de -ligar, forme dissimulée et réduite de -meinigar, venant de –meingar , mot composé lui-même, probablement issu du vieux breton -maen : puissant et -gar forme adoucie de –car : ami lieu-dit comprenant plusieurs habitations avec dépendances, situé à l’extrémité nord-est de la commune , près du hameau de Rosveign qu’il faut traverser ; chemin sans issue en cul de sac, au fond de l’anse du Pouldon bordé par l’eau . Limite de la commune avec Combrit. Troussellou voir place an Aman, place au Beurre

Ty-Coat, Ti-Coat Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Ty-Dans, Ti-Dans en Pont-l’Abbé Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Ty- Toul Lieux dit situé à l’extrémité sud de la rue Ernest Renan Les propriétaires qui s’y sont succédés - De Baude Les immeubles de Ti-Toul vendus suite la vente des biens nationaux à - Antoine Bodet. Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu

Rue Vallou voir

Villoury en Pont l’Abbé Elément unique de Merouri Ce terme breton signifie métairie. Il peut se montrer dans une forme dissimulée comme dans l'exemple suivant Villoury en Pont l'Abbé Les propriétaires qui s’y sont succédés Les familles et personnes qui y ont séjourné ou vécu


Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 1 698 1 884 1 883 2 115 2 785 3 163 3 325 3 626 3 810 3 947
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 4 286 4 526 4 739 4 991 5 110 5 729 5 536 5 797 6 315 6 432
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 6 652 6 637 6 724 6 656 6 563 6 644 6 393 6 396 6 791 7 325
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 7 266 7 374 7 849 8 132 8 432 8 183 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2016.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance ou de décès de

  • Nelly GUILLER, danseuse sous le nom de Violette VERDY, née le 1er novembre 1933
  • Marcel LANDOWSKI, musicien né à Pont-l'Abbé (Finistère) le 18 février 1915, décédé à Paris le 23 décembre 1999
  • Vincent RIOU, navigateur né le 9 janvier 1972


Familles notables.png Notables

Les maires

1691 Alline de Keralio, Sindic
1695 Guillaume Le Certen Syndic
1789 Nicolas Sider, Syndic
1789 Arnoult Jacques René, dit l’Aîné né en 1744 à Pen ar Lorziou en Plomeur, frère de Corentin, notaire sieur de Penfont, Il est avocat depuis 1780 à Pont l’Abbé, il sera élu premier maire de Pont l’Abbé le lundi 1-2-1790 par 36 voix sur 62 votants Il est membre de la communauté de ville en 1788-1789, il fait partie de la commission des doléances 16 avril 1789 ; député du Tiers à l’assemblée de la Sénéchaussée de Quimper, membre du comité permanent le 4-8-1789 1792 décembre François Folgoas
An II Gilles-Francois-Marie Ferec
Sénéchal, Il est considéré comme homme cupide, malveillant, vindicatif et brutal. Il fut le bourgeois le plus détesté de la population bigoudène
seul juge au civil et au criminel, Il est au si subdélégué de l’Intendant de Bretagne, gros marchand de grains. Après les fonctions d’administrateur du district , il exerça celles de commissaire national du canton à compter du 14-11-1795. Il était considéré comme l’affameur n°1, toujours prêt à jeter au cachot les malheureux protestataires. Il est redouté par ses propres confrères qui ne supportent pas ses accès de colères, son esprit hautain t autoritaire. L’assemblée des artisans et laboureurs demanderont la protection du roi et du sénéchal de Quimper Le Goarze de Kervélégan contre ses agissements. il mourut le 13-4-1799 An III Kervahut Pierre-Marie
Procureur ou avoué, représentant les parties devant le tribunal et faisant les actes de procédures. Il cumule cette charge avec celle de notaire. royal Il est installé place du Marallac’h, négociant en grains. Il est décrit comme mesurant cinq pieds quatre pouces six lignes, a le teint beau, le nez court, les grand yeux bleus, les sourcils et les cheveux noirs 1800 Calloch Kerilis nommé maire par le préfet et Bernard Thomas Maire –adjoint , le 13-6-1800
An XII Coic
1807 Brizel Jean Marie Clément maire de Pont l’abbé nommé par le préfet à partir du 12-janvier 1807 jusqu’au 5 janvier 1830
1829 Arnoult Michel maire de pont l’abbé nommé par le préfet à partir du 13-10-1829 au 30 avril 1833
1833 Jean-Baptiste Huard, fils de Paul Louis, volontaire au 7 bataillon du Calvados, négociant, maire nommé par le préfet à partir du 2-5-1833 au 13 septembre 1837
1841 Cosmao-Dumenez Prosper-Jacques nommé par le roi du 12 novembre 1841 au 18 août 1848, réélu par le conseil municipal du 18 août 1848 au 10 août 1852, réélu par le président de la république du 10-Août 1852 au 6 Août 1855, réélu par l’Empereur du 6 Août 1855 au 7 octobre 1863
1871 Jean-Louis Paisant maire élu le 10-juillet 1864, réélu le 15 mai 1871, démissionnaire le 8 juillet 1872
1874 Joseph-Fidèle- Désiré Gueguen maire élu le16 février 1874 au 16 mai 1874, démissionnaire
1874 Armand-René Maufras du Châtelier , châtelain de Kernuz, maire le 16 février 1874 au 8 novembre 1877, démissionnaire
1878 Ernest-Victor- Jean Verrye, officier en retraite nommé maire par décret le 9 mars 1878 puis élu en 1882 et réélu jusqu’à sa mort en 1892
1892 Jean-Baptiste Desbans, négociant, élu maire à partir du 26-10-1892
1894 Comte Raoul De Najac élu maire le 22 juillet 1894, Aristocrate républicain fils d’Emile de Najac, auteur dramatique. Il parcourait la commune juché sur le dos de « Carabosse » une chamelle de Sibérie, de l’hotel de ville à sa propriété de l’île Chevalier.
1900 Alexandre Mauduit élu maire le20 mai 1900, Il sera suspendu par le préfet Collignon pour organistion de Courses de Chevaux dans un champ de Tréougy route de Plonivel, appartenant à sa mère. Le Président de la République le révoque sur ce prétexte. 1902 Pierre Nicolas élu maire le 19 janvier 1902
1904 Louis Christ élu maire le12 mai 1904
1908 Hippolyte Briec élu maire le 17 mai 1908
1914 Alexandre Mauduit élu maire le 22 février 1914
1919 Charles Le Bastard élu maire le 10 décembre 1919
1929 Auguste Coic élu maire le19 mai-1929
1935 Charles Le Bastard élu maire le 12 mai 1935

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
Alain Michel DILOSQUER 6 août 1944-  
Léon Le MOAL 6 mai 1945-  
Noël Corentin Vincent Marie Le BLEIS Novembre 1945-octobre 1947  
Léon Le MOAL 1947-1953  
Jean LAUTREDOU 1953-  
Henry-Maurice BÉNARD 1958-1983  
Sébastien JOLIVET 1983-1995  
Annick LE LOCH 1995-2001  
Daniel COUÏC 2008-2014  
Thierry MAVIC 2014-2016  
Stéphane Le DOARÉ 28 juillet 2016-(2026)  
- -  

Cf. : Mairesgenweb

Les Instituteurs

Les premiers instituteurs ont été nommé après acte de candidature par la Société Populaire du Pont Libre. Les candidats devaient réunir les connaissance et le patriotisme requis. Les candidats Jean Bon Saint André signera à Brest le 29 Germinal An (18 avril 1794) les premières nominations d’instituteurs de la langue française, de l’enseignement primaire d’Etat gratuit et obligatoire.
Combrit Diouron, ancien prêtre
L’Ile Tudy Hervé Maubras, ancien avoué
Loctudy Guillaume Charles Orieulx, secrétaire-greffier du juge de paix du canton de Pont-Libre et notaire public
Penmarc’h Joseph Guéguen, préposé des douanes
Plobannalec Louis Le Certen, notaire et secrétaire greffier de la commune de Pont libre
Plomeur Corentin Arnoult, juge de paix du canton de Plomeur, notaire public
Pont-Libre Dominique Le breton, ci devant curé de la paroisse de Pont-Libre, membre du conseil du district de Quimper
Treffiagat Joseph Le Bihan des Garennes, notaire
Tréguennec Honoré Quéneudec, notaire, secrétaire-greffier de la commune de Pont-Libre juré au tribunal de Brest ne rejoignera pas son poste
Tréméoc Mathieu Anselme Connan, agent national ,proposé pour Combrit

Les Reines des brodeuses de PONT L’ABBE

année Reine, dauphines et demoiselles d’honneur
1948 Marie-Thérèse Phuez
1949 Yvonne Le Meur
1950 Yvonne le Meur- Reine de Cornouaille 1950
1951 Raymonde Toulemont
1952 Annick Le Meur
1953 Colette Rivière
1954 Marie-Josée Dilosquer- Demoiselle d'Honneur de la Reine de Cornouaille 1954 Yvonne Tanniou, Danièle Garnier
1955 Yvonne Tanniou, Danièle Garnier, Henriette Iàchard
1956 Marie-Louise Quiniou Marie Morvan, Marguerite Le Breton
1957 Danièle Garnier, Monique Tanneau, Annick Larzul
1958 Jeannette Lautrédou Monique Tanneau, Marcelle Cariou
1959 Camille Dréan, Marie André, Marie-Thérèse Guichaoua
1960 Huguette Correc, Paulette André, Annick Le Guellec
1961 Denise Lucas Jeannette Lautrédou, Alice Tanniou
1962 Geneviève Quiniou Herveline Pelleter, Lysiane Le Cossec
1963 Marie-Claire Le Berre Marie-Josée Lautrédou, Josette Hélias
1964 Josette Hélias, Herveline Pelleter, Viviane Hélias
1965 Marie-Josée Lautrédou Anne-Marie Le Brun, Anne-Marie Rolland
1966 Marie-Andrée Sinou- Demoiselle d'Honneur de la Reine de Cornouaille l966, Patricia Scuiller, Christine Guéguen
1967 Patricia Scuiller Reine de Cornouaille 1967, Chantal Hélias, Joelle Jolivet
1968 Christine Guéguen Martine Cossec, Jocelyne Lagadec
1969 Marie-Odile Lagadec, Joelle Jolivet, Elise Salaun
1970 Anne-Marie Le Cossec, Anne-Marie Cariou, Claudine Calvez
1971 Danièle Le Pape Elise Salaun, Danièle Mariel
1972 Maryse Blanchard Elyse Salaun, Danièle Mariel
1973 Martine Stéphan, Jacqueline Le Corre, Martine Losq
1974 Maryvonne Morvan, Joselyne Le Donge, Vivianne l'Hénoret
1975 Christine Le Roy, Marie-Aline Lagadic, Marie Pierre Quéméneur
1976 Chistine Rolland, Marie-Thérèse Cloarec, Marie-Noelle Le Corre
1977 Marie-Thérèse Cloarec, Annick Cloarec, Michèle Le Berre
1978 Nelly Ia Breton, Elisabeth Rolland, Noelline Loussouarn
1979 Michèle Le Berre- Demoiselle d'Honneur de la Reine de Cornouaille 1979 - Elysabeth Rolland, Nelly Loussouarn 1980 Muriel Le Drézen Reine de Cornouaille 1980, Murielle Quénet, Armelle Pérennou
1981 Murielle Quénet, Michèle Garin, Myriam Mariel
1982 Elisabeth Rolland, Myriam Abalain, Valérie Bilien
1983 Edith Rolland - Demoiselle d'Honneur de la Reine de Cornouaille 1983, Emmanuelle Le Drézen, Françoise Gouzien 1984 Michèle Garin, Isabelle Quénet, Corinne Calvez
1985 Myriam Abalain Reine de Cornouaille 1985, Isabelle Le Vaillant, Nathalie Le Roux
1986 Françoise Gouzien Catherine Le Bleis, Béatrice Ronarc'h
1987 Isabelle Le Vaillant- Demoiselle d'Honneur de la Reine de Cornouaille 1987 - Fabienne le Henaff, Rachel Asalain
1988 Corinne Le Calvez, Nathalie Le Roux, Béatrice Ronarc'h
1989 Béatrice Ronarc'h
1990 Cathy Friant Guenaelle Gouret, Sandrine Pochic
1991 Catherine le Bleis Violette Garrec, Severine Marrec
1992 Rachel Abalain, Sandrine le Cossec, Mari le Cossec
1993 Gwenaelle Gouret, Natacha Guenolé, Laura Chabrier
1994 Solenn Boennec, Valentine le Cossec, Myriam Nédélec
1995 Séverine Marrec, Stéphanie Peron, Coline Coïc
1996 Marie le Cossec, Anne Dubois, Typhaine Tanneau
1997 Angélique Haros-Reine de Cornouaille 1997, Julie Haros, Marie Jaouen
1998 Marie Laure Dubois, Isabelle Tanneau, Marie Mell
1999 Typhaine Tanneau Marie le Friant, Stéphanie Goalès
2000
2001
2002 Marie Le Friant
2003 Marie Signor, Emilie Kerlen, Elodie le Drenn
2004
• En 1971, 72, 73 et 74, les Reines des Brodeuses sont choisies par le Comité des Fêtes. Parallèlement, le Cercle Celtique élit ses propres représentantes aux Fêtes de Cornouaille. Ainsi en 1971, Françoise Conan sera Demoiselle d'Honneur de la Reine de Cornouaille, de même que Liliane Canévet en 1972. En 1973, le Cercle choisit Danièle Le Pape, tandis qu'en 1974, ce sera le tour de Marie-Christine Lucas. En 1975, après accord, toutes les Reines des Brodeuses appartiendront désormais au Cercle Celtique

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
Vincent LE MOËT 1803-1811  
Kerneau 1811-1829  
Sébastien JARTEL 1829-1878 Né le 30‐08‐1798 à Brest; 1821, prêtre, professeur au collège de Quimper; 1822, vicaire à Pont‐l'Abbé; 1824, vicaire à Landerneau; 1829, curé de Pont‐l'Abbé; 1852, chanoine honoraire; décédé le 5‐05‐1878.  
René Hyacinthe TROUSSEL 1878-1889 Né le 9‐06‐1832 à Morlaix; 1856, prêtre, précepteur chez M. d'Andigné à Angers; 1857, vicaire aux Carmes Brest; 1859, vicaire à Saint‐Martin Morlaix; 1861, vicaire à Châteaulin; 1872, recteur de Ergué‐Armel; 1878, curé doyen de Pont‐l'Abbé; 1889, retiré; 1890, maison Saint‐Joseph; décédé le 26‐08‐1891.  
Aimé Marie MADEC 1889-1903 Fiche Biographique - Né le 6-03-1844 à Lanmeur ; 1868, prêtre, vicaire à Plouigneau ; 1873, vicaire à Recouvrance ; 1877, dominicain, puis récollet ; 1883, aumônier des Ursulines à Carhaix ; 1887, recteur de la Feuillée ; 1889, curé doyen de Pont-l'Abbé ; 1893, chanoine honoraire ; décédé le 22-06-1903.  
Sébastien MORVAN 1903-1917 Fiche Biographique - Né le 25‐12‐1853 au Faou; 1878, prêtre, précepteur chez M. de Quatrebarbes; 1881, vicaire à la cathédrale; 1895, recteur de Melgven; 1903, curé doyen de Pont‐l'Abbé; 1910, chanoine honoraire; décédé le 15‐10‐1917.  
Georges LE BORGNE 1917-1933 Fiche Biographique - Né le 12‐08‐1859 à Quimper; 1883, prêtre et vicaire à la cathédrale; 1895, aumônier du noviciat des Frères, Quimper; 1897, aumônier du pensionnat des Frères, Quimper; 1904, recteur de Rosporden; 1917, curé‐doyen de Pont‐l'Abbé; 1927, chanoine honoraire; 1933, chanoine titulaire; décédé le 22‐03‐1938.  
Jean KERJEAN 1933-1945 Fiche Biographique - Né le 15‐12‐1868 à Lambézellec; 1892, prêtre, vicaire à Pont‐Aven; 1895, vicaire à Concarneau; 1908, aumônier à Saint‐Louis de Châteaulin; 1916, recteur de Coray; 1933, curé de Pont‐l'Abbé; 1939, chanoine honoraire; 1945, retiré; décédé le 9‐01‐1946.  
Pierre-René-Marie LE QUÉAU 1945-1962 Né le 23‐10‐1890 à Guengat, fils de Jean‐René et Anna Le Quéau; 1921: ordonné prêtre, vicaire à Landerneau; 1940, recteur de Plouézoc’h; 1945, curé‐doyen de Pont‐L’Abbé; 1948: chanoine honoraire; 1963, aumônier de Notre‐Dame des Carmes, Pont‐L’Abbé; 1965, retiré à l’Hôtel‐Dieu, Pont‐L’Abbé; décédé le 15‐07‐1977.  
Jean Louis GOUZIEN 1962-1971 Fiche Biographique - Né le 11‐04‐1907 à Edern; 1933, prêtre; 1934, vicaire à Pluguffan; 1935, professeur à Pont‐Croix; 1936, vicaire à Spézet; 1939, vicaire à Saint‐Corentin de Quimper; 1946, aumônier de l'école Sainte‐Anne, Quimper; 1948, chargé de fonder la paroisse de Coat‐Serho à Morlaix; 1953, recteur de Porspoder; 1956, recteur du Relecq‐Kerhuon; 1962, curé de Pont‐l'Abbé; 1971, aumônier de Kernisy à Quimper; 1978, aumônier à l'hôpital Gourmelen, Quimper; 1979, aumônier de l'Ile Blanche, Locquirec; 1982, se retire; 1985, à Missilien; décédé le 28‐03‐1995.  
 
Stéphane LE SONN 2015- Né à Plomodiern en 1971; Ordonné prêtre en 2001, occupe les fonctions de vicaire à Brest (Saint-Louis, Saint-Michel, Saint-Martin) avant d'être nommé, en 2007, curé de l'ensemble paroissial rive gauche à Quimper, 2012, vicaire épiscopal en charge de la pastorale des jeunes, prêtre réfèrent à la Direction diocésaine de l'enseignement catholique et au service des vocations, + 2015 curé de l'ensemble paroissial de Pont-l'Abbé.  
- -  

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Le monument aux morts
Tableau commémoratif

Morts des guerres 1914-1918 / 1939-1945

Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste des inscrits sur le Monument aux Morts ...

Recherches généalogiques.png À savoir pour vos recherches généalogiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 8 h 30 - 12 h 8 h 30 - 12 h 8 h 30 - 12 h 8 h 30 - 12 h 8 h 30 - 12 h 9 h - 12h -
Après-midi 13 h 30 - 17 h 13 h 30 - 17 h 13 h 30 - 17 h 13 h 30 - 17 h 13 h 30 - 17 h - -
Commune.png

Mairie
Adresse : Square de l’Europe - 29120 PONT L'ABBÉ

Tél : 02 98 66 09 09 - Fax : 02 98 66 09 00

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire : État Civil fermé le mardi après-midi - le samedi (Etat-Civil, accueil)

Source : http://www.annuaire-mairie.fr (mars 2013)

Dépouillements des registres paroissiaux

Archives notariales

Remarques

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  Pont-l'Abbé et son canton
  Pont-l'Abbé et ses environs

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Eglise Notre-Dames-des-Carmes: Fiche Base Mérimée
  2. Hôtel de ville, dit aussi le Vieux Château, ou château des Barons du Pont: Fiche Base Mérimée</
  3. Eglise Saint-Jacques de Lambour: Fiche Base Mérimée

.