26347 - Tain-l'Hermitage

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour

Tain-l'Hermitage
26347 - Blason - Tain-l Hermitage.png
Informations
Pays Drapeau de la France    France
Département Blason de la Drôme    Drôme
Métropole
Canton 26347 - Blason - Tain-l Hermitage.png   26 13   Tain-l'Hermitage

26347 - Blason - Tain-l Hermitage.png   26-28   Tain-l'Hermitage (Ancien canton)

Code INSEE 26347
Code postal 26600
Population 5503 hab. (1999)
Nom des habitants Tinois, Tinoises
Superficie 485 hectares
Densité 1135 hab/km²
Point culminant 280 m
Altitude Mini: 115 m
Coordonnées (long/lat) 45.071667° / 4.843056° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
26adm-Commune-26347.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune

HHistoire.pngistoire de la commune

Avant 1790, Tain était une communauté de l'élection et subdélégation de Valence et du bailliage de Saint-Marcellin, formant une paroisse du diocèse de Vienne.
— Ecclesia Tincti, 1521 (Pouillé de Vienne) — dont l'église dédiée à la sainte Vierge était celle d'un prieuré de l'ordre de Saint-Benoît, filiation de Cluny
— Prioratus de Tegno, 1111 (Cart. de Romans),
— Prioratus Beatæ Mariæ de Tincto, XVIe siècle (Pouillé gén., 78).
Ce prieuré, qui était connu dès le XIIe siècle, fut uni en 1383 au collège de Saint-Martial d'Avignon et son titulaire était collateur et décimateur dans la paroisse de Tain (Drôme), ainsi que dans celles de Mauves, de Glun et de Tournon (Ardèche).

Héraldique

26347 - Tain-l'Hermitage Blason.JPG

De gueules, au dauphin d'or crêté, barbé, loré, peautré et oreillé d'azur, au chef cousu du même chargé d'une étoile d'argent accostée de deux grappes de raisin tigées et feuillées de deux pièces d'or.

Histoire administrative

  • Département - 1801-Drôme
  • Arrondissement - 1801-Valence
  • Canton - 1801-Tain l'Hermitage
  • Commune - 1801-Tain

Résumé chronologique :

  • 1793 - Tain l'Hermitage
  • 1801 - Tain
  • 1920 - Tain-l'Hermitage

Le qualificatif "l'Hermitage" a été ajouté au nom de la commune en 1920.

Page d'histoire

Dans une assemblées, tenue à la maison consulaire, le 22 novembre 1692, nous voyons figurer les corporations suivantes avec leurs principaux représentants:

  • Chirurgiens : Etienne FINET et François SERVANT
  • Hostes (aubergistes) : Marie ROUDILLE, Claude EYNAUD, Eynard CEU et Joseph MORAS
  • Maçons : Antoine et Pierre CHOSSON
  • Cordonniers : Antoine et Toussaint BARBERON, Claude GUILLOT et Eymard DEFÉLIX
  • Tailleurs d'habits : Jean MOULIN, Jean FINET et Denis COULOMB
  • Charpentiers :Jean, Etienne et Jacques FRANCON, Barbier et François ROBIN
  • Marchands, couteliers et bourreliers : Mathieu MONNET, Gelibert CLUAS, Aymard DELHOMME, Etienne TARAL, François et Mathieu LATTIER
  • Cardeurs : Ennemond LARDIER et Pierre CHORIER
  • Pécheurs : Ennemond DESCHAMPs, Antoine BÉGUIN et Toussaint BEAUMONT
  • Cordiers : Pierre LOLIVE et la veuve TURC, peigneuse
  • Voituriers : Denis PATUREL
  • Bouchers : Jacques SOUBEYRAN et Pierre DELHOMME
  • Tisserands : Jacques DELHOMME, Claude TISSERONT et Pierre CLÉRET

Patrimoine.png Patrimoine

L'Autel Taurobole

Le passé romain de Tain l'Hermitage est témoigné par le TAUROBOLE, bloc de granit d'1m45 de haut et 0m62 qui fut découvert au 16e siècle sous les décombres du temple dédié à Hercule au sommet du coteau de l'Hermitage.
Classé Monument historique depuis 1838, cette pierre taurobolique, restaurée, est exposée à la Maison des Quais. Une copie est visible sur la place qui porte son nom.

Le Grenier à Sel

Classé Monument historique, le plus ancien édifice civil de Tain (XVe) : le Grenier à Sel, avec sa tourelle polygonale, se situe à l'angle de la rue des Herbes et de la Place du 8 Mai 1945.

La Porte de la Bâtie

Des remparts de la ville au Moyen-Age, il reste un témoignage que l’on découvre en se promenant dans le centre : la Porte de la Bâtie avec sa tour des Adrets, récemment restaurée.

Église Notre-Dame

Vue de face
Photo J-P GALICHON

Édifice reconstruit entre 1811 et 1838 sur les ruines de l'église Notre-Dame d'un prieuré de l'ordre de Cluny.
L'ancienne église fut le témoin d'un fait historique : le mariage du futur roi de France CHARLES V avec Jeanne de Bourbon y fut célébré en 1350.
La flèche du clocher de 19 mètres a été reconstruite en 1938.
L'église possède un carillon de treize cloches.

Pictos recherche.png Pour en savoir plus....


Chapelle de Larnage

Chapelle
Photo J-P GALICHON

Chapelle aux tuiles vernissées datant de 1840 édifiée derrière la demeure des " Comtes de Larnage".
Elle a été édifiée selon la volonté de Mme de LARNAGE, la mère de Louis Charles Marie Hector MURE DE LARNAGE .
Le but de cette chapelle était de donner un lieu de culte aux épileptiques qui venaient en cure à Tain.


Hôtel de ville

Hôtel de ville
Photo J-P GALICHON

L'hôtel de ville est installé depuis 1972 dans l'ancien hôtel particulier de la famille MURE DE LARNAGE. Louis Charles Marie Hector MURE DE LARNAGE ancien propriétaire du château est à l'origine de l'aménagement des quais du Rhône et fonda en 1857 la Teppe (soins aux épileptiques).
L'hôtel particulier date de 1807 et les deux ailes ont été ajoutées en 1840.

Chapelle Saint-Christophe

Chapelle perchée au sommet du coteau de l'Hermitage
Photo J-P GALICHON

Nommée Chapelle de l'Hermitage elle date du XIIIe siècle.
Elle est inscrite aux M.H depuis 1934 [1]


Patrimoine.png Patrimoine industriel

L'établissement médical de La TEPPE

L'établissement médical de La TEPPE a été fondé en 1856. Dédié dès son origine au soins et à la prise en charge des malades épileptiques, il est à ce titre le plus ancien établissement d'Europe dans son domaine.
Il fut géré successivement par une personne privée (M. le COMTE de LARNAGE) de 1856 à 1859, par une congrégation religieuse (la compagnie des Filles de la Charité) de 1859 à 1975 et enfin depuis 1975 par une association relevant de la loi de 1901, l'association de l'Etablissement Médical de La Teppe.
L'origine historique de l'activité remonte au milieu du 19ème siècle et lui assure une renommée nationale. A cette époque des malades épileptique traversaient toute la France pour bénéficier du "Grand Remède".
Le "Grand Remède" était une préparation anti-épileptique à base de Gallium Album (ou "Caille-lait"), cueilli sur les coteaux de l'Hermitage. Le secret de cette formule s'était transmis de génération en génération dans la famille de Larnage.

La TEPPE est une "institution" - sa longévité lui a conféré une très forte visibilité et une reconnaissance indéniable pour tous les acteurs – elle reste un modèle unique en France et aujourd'hui encore le recrutement de l'établissement reste national.
Une collaboration européenne existe avec des structures comparables dans les pays limitrophes, fondées sur une même philosophie de prise en charge globale.

Uniquement voué à l'épilepsie à son origine, l'établissement s'est peu à peu diversifié

Source : Site du Centre de Lutte contre l'épilepsie de La Teppe

Les vins de l’Hermitage

Déjà appréciés par les romains sous le nom de “vins de Vienne” (comme ceux de Côte-Rôtie), les vins de l’Hermitage prennent ensuite le nom de “vins du coteau de Saint-Christophe”, en raison de la présence d’une chapelle dédiée au Saint.

Il semble que le nom d’Hermitage ne soit apparu qu’au XVIIème siècle, en souvenir du chevalier Henri Gaspard de Sterimberg qui, au XIIIème siècle au retour des croisades albigeoises, a décidé de vivre en ermite sur cette colline cédée par Anne de Castille, reine d’Espagne.

Il y aurait réimplanté un vignoble qui, depuis, a successivement pris le nom d’Ermitage, puis d’Hermitage.

Ce n’est que le début de son succès : on raconte aussi que sous le règne de Louis XIV, l'Hermitage était le vin préféré des Tsars de Russie...

La liste de ses amateurs est aussi illustre qu’incomparable : elle compte, entre autres, Henri IV, Boileau, Louis XIII et surtout Louis XIV, Nicolas II et Alexandre Dumas …

Source : Inter Rhône (Vins d'AOC Côtes du Rhône et de la Vallée du Rhône) Association Loi 1901

Le pont suspendu de Tournon-Tain


C'est le premier grand pont suspendu construit en Europe continentale
La construction du pont suspendu de Tournon-Tain, en 1823-1825, par Marc SEGUIN et ses frères, représente un événement d'importance internationale en matière d'histoire des techniques.
Le pont suspendu construit en 1847-1849 (actuellement en usage de passerelle), est un ouvrage construit en remplacement du pont suspendu historique de 1823-24, situé environ 150 m en amont.
Les deux ouvrages, celui qui existe et celui démoli, sont de Marc SEGUIN (1786-1875), ingénieur natif d'Annonay et responsable de plusieurs innovations majeures dans l'histoire des transports et du génie civil au XIXe siècle.

Passerelle inscrite aux M.H depuis 1985[2]


Repère géographique.png Repères géographiques



Tain-l'Hermitage

Tain l’Hermitage est une petite ville dans la Drôme, située sur la rive gauche du Rhône entre Valence et Lyon au pied du Coteau de l’Hermitage.

Vue depuis l'autre rive du Rhône, Tournon en Ardèche




Carte sur ViaMichelin de : Tain-l'Hermitage

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 1 432 1 410 1 494 1 853 2 440 2 338 2 459 2 541 2 647 2 726
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 2 782 2 822 3 100 2 860 2 893 3 038 3 085 2 928 3 148 3 227
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 3 062 2 938 3 213 3 427 3 748 3 913 4 044 5 077 5 377 5 563
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 5 387 5 003 5 503 5 764 5 822 6 194 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini & INSEE: 2006 & 2011


Illustrations - Photos anciennes.png En photos


Les deux statues de bronze de Charles V et de Jeanne de Bourbon

Le 8 avril 1350 y a été célébré, par l’archevêque de Lyon, le mariage de Charles de Normandie, âgé de 13 ans, fils aîné du duc et petit-fils du roi de France, Philippe VI de Valois, avec Jeanne de Bourbon, 11 ans, fille du duc Pierre.
Les deux statues de bronze de Charles V et de Jeanne de Bourbon ont été érigées sur la place de l'église de Tain-l'Hermitage.
Jacques Brun, ancien employé de la Caisse d'Epargne et passionné d'histoire, a décidé de faire un don à la commune de Tain-l'Hermitage pour rendre hommage au couple royal.
Le sculpteur Jean-Paul Ravit, s'est chargé de la création des deux bronzes

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance et de décès de

  • Maurice de la SIZERANNE (1857-1924)
Maurice de la SIZERANNE naquit le 30 juillet 1857 à Tain, petite ville de la Drône sur les bords du Rhône, en France. Il perdit l'usage de la vue suite à un fâcheux accident à l'âge de 9 ans, le 4 octobre 1866, après avoir reçu dans l’œil une flèche qu'il venait de lancer en l'air.
Son oeuvre est colossale tant du côté réalisations, qu'écrits typhlophiliques (plus d'une centaine de titres). Mentionnons seulement qu'il est le fondateur de l'Association Valentin HAÜY (1889) (grand bienfaiteur des aveugles français au tournant du XIXe siècle); création du Musée et de la Bibliothèque Valentin HAÜY (1886); mise sur pied de la toute première bibliothèque braille en France (1884); création des revues: «Le Louis BRAILLE» (1883), «Le Valentin HAÜY» (1883) et «La Revue BRAILLE» (1884); mise au point de l'abrégé orthographique français (1882) qui modifiait le système d'abréviations dit «de Soissons» en vigueur depuis 1829; etc.
En 1917 suite à une maladie sévère, il doit se retirer dans son Tain natal où il continuera, après un rétablissement quasi complet, à suivre l'évolution des siens par l'intermédiaire de ses anciens collaborateurs, ainsi que par les périodiques qu'il a fait naître. Atteint d'une surdité partielle, il meurt paisiblement quelques années plus tard, le 13 janvier 1924 à l'âge de 66 ans.
Encore aujourd'hui, plusieurs de ses réalisations poursuivent l'oeuvre qu'il a amorcé permettant ainsi aux personnes handicapées visuelles d'aspirer à une vie active et productive.
Pour en savoir un peu plus sur ce personnage qui fut l'un des pionniers de l'épanouissement des aveugles, en France et de part le monde, vous pouvez consulter l'ouvrage écrit par Pierre HENRI, «Maurice de la SIZERANNE, notice biographique» publié par l'Association Valentin HAÜY, à Paris en 1957.

Familles notables.png Notables

  J-P GALICHON Stèle Émile FRIOL

Émile FRIOL, coureur cycliste né le 9 mars 1881 à Lyon 3e et résidant à Tain .
Il sera notamment 5 fois champion de France de vitesse, 2 fois champion d’Europe de vitesse et 2 fois champion du monde de vitesse (1907 et 1910).
Il décède le 11 novembre 1916 à Amiens d'un accident de moto survenu à Dury [3].


  • Louis-Charles-Marie-Hector DE MURE, comte DE LARNAGE, chevalier de la Légion d'honneur, des ordres des SS. Maurice et Lazare, de Saint Grégoire-le-Grand, Comte romain, ancien maire de Tain, membre du Conseil général de la Drôme, a épousé, le 28 avril 1842, Louise-Marie DE CROZE, fille du baron Jules de CROZE, ancien préfet de Digne, et de Virginie Le MERCIER.
    M. le comte de LARNAGE a fondé, près de Tain, un hospice spécial, autorisé par décret impérial, du 6 août 1859, où les épileptiques pauvres sont soignés gratuitement par des sœurs de Saint-Vincent-de-Paul d'après la méthode indiquée par le saint ermite.
    Une vieille tradition rapporte qu'un cénobite, mort en odeur de sainteté à l'âge de cent ans, sur le coteau de l'Ermitage de Tain, avait reçu par inspiration divine le secret d'un remède contre l'épilepsie. Ce secret, il le transmit à la famille MURE à qui appartenait le vignoble au sommet duquel était bâtie la petite chapelle annexée à sa cellule et, depuis lors, pendant plus de deux siècles, ce fut une coutume suivie traditionnellement par les dames MURE de distribuer., de leurs propres mains, gratuitement et deux fois par an, le précieux remède aux malades qui s'adressaient à elles.

Les châtelains (et maires) de Tain

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Antoine MURE après 1693 né vers 1638, il fut nommé, par Lettres patentes de Louis XIV, du 14 Juin 1693, conseiller du Roi, maire perpétuel de Tain.  
Claude-François DE MURE vers 1750 Seigneur de Larnage, Herpieu et Humilian, sieur du Colombier, fut lieutenant au régiment de la Chenelaye, par brevet du 31 mai 1718, puis conseiller du roi, maire et châtelain de Tain. C'est lui qui acquit, vers 1766, du comte de la Forest de Divonne, la terre et seigneurie de Larnage dont sa postérité a continué à porter le nom.  
- - -  

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Charles JOURDAN 3 février 1790 - 4 août 1791 Démission  
Pierre Antoine MARION 14 octobre 1791 - 2 décembre 1792 -  
Louis JOURDAN 2 décembre 1792 - 01 novembre 1795 -  
Jean MONIER 1er novembre 1795 – 21 mars 1796 Président de l’Assemblée municipale du canton (constitution de l’an II) - Démission  
Pierre Louis BELIN 21 mars 1796 - 14 avril 1800 Président de l’Assemblée municipale du canton  
Louis JOURDAN 18 avril 1800 – 9 juillet 1801 Démission  
Pierre Louis BELIN 15 juillet 1801 – 28 avril 1803 Démission  
Charles Prosper JOURDAN 2 mai 1803 - 6 juillet 1812 -  
Vincent MURE DE LARNAGE 6 juillet 1812 – 5 mai 1815 -  
Hilaire Marcel DELOCHE 7 mai 1815 – 10 mars 1823 -  
Auguste BERGIER 10 mars 1823 – 6 septembre 1830 -  
Charles Prosper JOURDAN 6 septembre 1830 – 3 janvier 1835 -  
Marc MACKER 3 janvier 1835 – 24 novembre 1840 -  
Féréol Jean-Jacques BRET 24 novembre 1840 – 25 novembre 1842 -  
Pierre Laurent BERGERON 25 novembre 1842 – 14 mars 1848 -  
Louis Barthélémy REY 14 mars 1848 – 10 août 1848 -  
Marquis Louis André Jean Raphaël de CORDOUE 10 août 1848 – 10 décembre 1849 -  
Louis de LARMAGE 10 décembre 1849 – 19 septembre 1861 Conseiller général - Sa Généalogie[4]  
Jean-Paul-Ange-Henri Monier de la SIZERANNE 9 novembre 1861 - 10 octobre 1863 Sénateur [5]  
Louis François CROZEL 11 octobre 1863 – 23 février 1866 -  
Féréol Jean-Jacques BRET 24 février 1866 – 19 septembre 1870 -  
Marie Joseph PÉALA 19 septembre 1870 – 19 juin 1873 Président de la Commission municipale puis Maire - Conseiller général  
Henri MACHON 19 juin 1873 – 7 octobre 1875 Adjoint faisant fonction de Maire  
Vincent Marie MURE DE LARNAGE 7 octobre 1875 – 22 février 1878 -  
Henri MACHON 22 février 1878 – 10 août 1881 -  
Marie Joseph PEALA 10 août 1881 – 7 octobre 1884 Conseiller général  
Raymond MURE DE LARNAGE 7 octobre 1884 – 22 mars 1891 -  
Édouard DELAS 22 mars 1891 – 15 mai 1892 1er Adjoint faisant fonction de Maire  
Émile GAZET 15 mai 1892 – 17 mai 1896 -  
Marie Joseph PEALA 17 mai 1896 – 8 octobre 1905 Avocat - Conseiller général  
Ernest BOUCHET 8 octobre 1905 - 3 mai 1908 -  
Henri DEFER 8 mai 1908 - 24 décembre 1911 Démission  
Pierre PERRIER 25 décembre 1911 - 16 mai 1925 -  
Joseph ROUX 17 mai 1925 - 18 avril 1937 -  
Albert NICOLAS 18 avril 1937 - 6 février 1941 Remplacé d'office  
Alphonse BESSON 6 février 1941 - 27 février 1941 Démission  
Daniel CHIEZE 27 février 1941 - 8 juillet 1944 Démission  
Albert NICOLAS 1 septembre 1944 - 31 octobre 1947 Conseiller général  
Louis PINARD 31 octobre 1947 - 13 septembre 1954 -  
Paul DURANT 19 septembre 1954 - 12 mars 1983 Conseiller général  
René ROUVEURE 1983 - 1989 -  
Maurice ALLONCLE 1989 - 1995 Ancien maire de Chanos Curson - Conseiller général  
Gilbert BOUCHET 1995 - (2020) Réélu en 2001 ; 2008 - [ Photo]  
- - -  

Cfr: Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Aymard GALLIER - (1602-1698) notaire royal et capitaine châtelain de Tain  
Louis GALLIER - (1642-1703) notaire royal à Tain, épousa Marguerite GREYGNAT dont il eut quatorze enfants, entre autre Jacques qui suit  
Jacques GALLIER - (1674-1732) notaire royal et châtelain de Tain  
Me Louis BERGIER vers 1693 notaire royal à Tain
la famille BERGIER exerça à Tain la charge de notaire royal pendant les XVIIe et XVIIIe siècles  
- -  
Ignace PASCAL vers 1789 notaire et procureur fiscal de Tain,
Bulletin d'archéologie et de statistique de la Drôme v.42  
Me Victor DUMAS vers 1806, 1820 notaire à Tain, acte du 29 août 1806. Le Journal de la Drôme 1807/07/01  
Me Jacques BRET vers 1811 notaire à Tain, Le Journal de la Drôme 1811/01/23  
- -  
Me BERGERON vers 1850 notaire à Tain Le Journal de la Drôme 1850/08/03  
- -  
Me Félix CLUZE vers 1892 notaire à Tain (Drôme)Le Journal de Tournon 1892/03/20  
Me VENISSAC -1893  
Me Félix-Alexandre SORREL 1893- Nomination de notaire. — Nous avons le plaisir d'informer nos lecteurs que par décret de M. le Président de la République en date du 9 décembre 1893,M. Félix-Alexandre SORREL a été nommé notaire à Tain (Drôme) en remplacement de M. VENISSAC décédé, et qu'en cette qualité, il a prêté serment devant le Tribunal civil de Valence, à l'audience du 18 décembre 1893. Le Journal de Tournon 1893/12/23  
- -  
- -  
Me Daniel CHIÉZE vers 1911, 1919 notaire à Tain Le Journal de Tournon 1911/09/03  
- -  
Me André ALLEMAND vers 1944 notaire à Tain-l'Hermitage Le Journal de la Drôme du 27 avril 1944  
- -  
Me Jean-Michel, Louis SORREL - démissionnaire en 2014  
Me Pierre-Jean ROBERT
Me Quentin SORREL
actuellement Office Notarial au 1 rue Ciboise, 26600 TAIN L'HERMITAGE
Office Notarial au 37 rue Jules Nadi, 26600 TAIN L'HERMITAGE  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
Jean-Aymard BERGIER 1666-1689 curé de Tain, se retire en 1689, son frére, prêtre du diocèse, remplit alors, en son nom les fonctions ciriales  
Jean-Jacques BERGIER 1689-1696  
dom BELLON 1696-1699-  
dom REYMON 1699-1705  
dom Jean BARBIER 1705-1741 prieur-curé de Crozes, fut nommé curé de Tain; il mourut en 1741  
dom Claude-Fortunat DELOCHE 1741-1792 à la révolution il se réfugia à Fribourg (Suisse), où il mourut le 15 juillet 1794  
- -  
- -  
- -  

Médaille - Légion d'honneur.png Les titulaires de la Légion d'honneur

Pictos recherche.png Consulter la liste ...

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Monument aux morts

L'inauguration a eu lieu le 19 décembre 1920
Sculpteur : Gaston DINTRAT (1889-1964) né à Valence (signature sur le monument)
En 2010, le monument aux Morts qui a été déplacé de la place du Taurobole au parc du Chayla.

Les morts pour la France
Pictos recherche.png Consulter la liste ...

Plaque Commémorative

Situation "RN 7 à la sortie nord de la commune - Sur la paroi à droite juste après le panneau de sortie de la commune -

"Ici ont été fusillés par les Allemands le 18 août 1944, passant souviens-toi"
  • Pierre GROSSIN
  • Jean LIAUTAUD
  • René Félix LUCE-CATINOT
  • Georges MICHELET


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 8h30 à 12h15 8h30 à 12h15 8h30 à 12h15 8h30 à 12h15 8h30 à 12h15 8h30 à 12h15 (1) -
Après-midi 13h45 à 17h30 13h45 à 17h30 13h45 à 17h30 13h45 à 17h30 13h45 à 17h30 - -
26347 - Tain-l'Hermitage Hôtel de ville.JPG

Hôtel de ville
Adresse : 2 avenue du Président Roosevelt - 26600 TAIN-L'HERMITAGE

Tél : 04 75 08 30 32 - Fax : 04 75 07 16 31

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire : (1) uniquement pour l'état-civil et la permanence de M. le Sénateur-Maire

Source : http://www.annuaire-mairie.fr (février 2016)

Dépouillements des registres paroissiaux

Sur Geneanet : Tain-l'Hermitage - Livres d'or 14/18 (1914 - 1918) - 73 actes relevés

Archives notariales

Patronymes

Remarques

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  Tain-l'Hermitage (Notice historique sur la ville de)

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.