26192 - Montbrison-sur-Lez

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Montbrison-sur-Lez
Informations
Pays Drapeau de la France    France
Département Blason de la Drôme    Drôme
Métropole
Canton 26146 - Blason - Grignan.png   26-06   Grignan

26146 - Blason - Grignan.png   26-12   Grignan (Ancien canton)

Code INSEE 26192
Code postal 26770
Population 286 hab. (2016)
Nom des habitants Montbrisonnais, Montbrisonnaises
Superficie 1283 hectares
Densité 22,29 hab/km²
Point culminant 744 m
Altitude Mini:249 m
Coordonnées (long/lat) 44.436944° / 5.019722° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
26adm-Commune-26192.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune

Histoire.png Histoire de la commune

Extrait du 'Dictionnaire topographique de la Drôme'

MONTBRISON , Commune du Canton de Grignan

- Castrum de Monte Brissono, 1284 (Valbonnais, II, 118)
- Cura Montis Brisoni, 1521 (rôle de décimes)
- Montbrizon, 1576 (ibid.).

Avant 1790, Montbrison était une communauté de l'élection de Montélimar, subdélégation de Saint-Paul-Trois-Châteaux et du bailliage du Buis, formant une paroisse du diocèse de Die, qui avait une église secondaire sous le vocable de saint Michel
- Ecclesia baptismalis Sancti Michaelis Montis Brisonis, 1509 (Visites épiscopales)
mais dont la principale église, premièrement dédiée à saint Blaise et ensuite sous le vocable de Notre-Dame-des-Églises, était celle d'un prieuré de l'ordre de Cluny
- Prioratus Sancti Blasii de Monte Brissono, XVIe siècle (Pouillé de Die)
dépendant de celui du Pont-Saint-Esprit. Les dîmes de cette paroisse appartenaient, partie au roi, partie an prieur, partie au curé.

Au point de vue féodal, Montbrison était une terre de la baronnie de Montauban, appartenant en 1316 aux Ancezune, qui la cédèrent alors aux Dauphins, en échange de celle de Chauvac, et que les Dauphins donnèrent en 1334 aux Beaumont et en 1339 aux princes d'Orange; mais les Bellon avaientt quand même quelques droits sur cette terre en 1380. Les princes d'Orange en apanagèrent en 1484 un bâtard, dont l'héritage échut aux Poitiers d'Allan (1501), puis, l'ayant recouvrée, l'incorporèrent à leur principauté, et celle-ci étant advenue aux Bourbon-Conti en 1702, Montbrison fut engagé, vingt-deux ans après, aux Raymond-Modène, qui en étaient encore seigneurs à la Révolution. En 1790, cette commune fut attribuée au canton de Taulignan; mais elle fait partie de celui de Grignan depuis la réorganisation de l'an VIII.

La population de Montbrison se composait de 45 ménages en 1789.

Source : Bibliothèque_nationale_de_France

Confréries

  • Reynage Saint Blaise
  • Il y avait autrefois à Montbrison un reynage institué en l'honneur de St Blaise.
    « Une note du XVIIe siècle nous en révèle quelques particularités ainsi Blaise Julian exerçait alors les fonctions de prince, André Meyer, de lieutenant, Françoise Sabalie, de reine, Laurence Serre, de « porte torche, » Catherine Giroard, de « porte pomme », Alix, de mignonne, etc. »
  • Confrérie ou congrégation de l'Immaculée-Conception, du Saint-Rosaire et de Saint-Régis
    M. Viel, dès son arrivée à Montbrison, s'occupa d'y organiser des confréries essentiellement pieuses. Il fonda le 25 février 1862 la Confrérie ou congrégation de l'Immaculée-Conception, pour les jeunes personnes le lendemain, celle du Saint-Rosaire, pour les femmes; et un peu plus tard, celle de Saint-Régis, pour les hommes et jeunes gens. Toutes trois furent affiliées à l'Apostolat de la Prière le 8 décembre 1862 3.
  • Confrérie de Notre-Dame du Mont-Carmel ou du Saint-Scapulaire
    Il y existe aussi depuis 1873 la Confrérie de Notre-Dame du Mont-Carmel ou du Saint-Scapulaire. Elle est érigée canoniquement.

L'école

Le 9 février 1792, le conseil nomme pour apprendre à la jeunesse du lieu « à lire, écrire, chiffrer et les devoirs de la Religion chrétienne, » Louis DURAND, de Taulignan, qui avait commencé ces fonctions depuis le 1er janvier, et aux gages de 150 livres pour la présente année, dont 9 mois sont employés a l'école, et 3 (juin, juillet et août) en vacances. En janvier suivant, DURAND est de nouveau nommé, aux mêmes gages mais la Terreur disloque tout

Quelques années après la Révolution, un instituteur fait l'école aux deux sexes; mais, vers 1868, l'augmentation du local scolaire et des allocations communales permettent d'avoir deux écoles distinctes. Instituteur et institutrice sont laïques.

Société des dames du Bureau de Charité

Montbrison manquait de ressources pour la charité publique, quand un legs de Me Julie PARADIS, en 1861, et un de M. CHAPOUTON, en 1869, ont permis de constituer un fonds de quelque importance. Pour le rendre le plus possible utile aux pauvres, M. RAVEL, curé, fonda, avec l'assentiment de la mairie et l'autorisation préfectorale, une Société des dames du Bureau de Charité, qui tient lieu de bureau de bienfaisance.

Nom de la commune

Le lieu prit ce nom de Montbrison. dont M. de Coston tire l'étymologie des mots mons, mont, et d'un nom d'homme, Brison, « forme francisée de Breiz (breton) », ce qui donne Montagne de Brison

A compter du 01/01/2004, Montbrison devient Montbrison-sur-Lez.

Héraldique

Histoire administrative

  • Département - 1801-2020 : Drôme
  • Arrondissement - 1801-1926 : Montélimar --> 1926-2020 : Nyons
  • Canton - 1801-2020 : Grignan
  • Commune - 1801-1906 : Montbrison --> 1906-2004 : Montbrison-sur-Lez ;Montbrison --> 2004-2020 : Montbrison-sur-Lez

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine bâti

  • Le château de Pontaujard
Il y avait encore à Montbrison, dans le château de Pontaujard, aujourd'hui possédé par M. Descours, une chapelle dédiée a Ste-Madeleine.
En 1644, elle ne servait plus au culte, et le chœur seul en subsistait.

Repère géographique.png Repères géographiques

Carte sur ViaMichelin de : Montbrison

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 274 225 282 360 349 381 430 393 412 450
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 449 454 451 424 429 402 433 403 364 362
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 375 293 271 257 232 212 223 210 208 198
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 258 266 312 310 307 286 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2016.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
- -  
DOUX 1860  
- -  
Fortuné CHASTAN 1929 - M. Fortuné Chastan a été réélu maire au premier tour, ainsi que M. Tardieu Louis, qui a été élu adjoint par 6 voix [1]  
- -  
Josette BERAUD 2001 - (2020)  
- -  

Cf. : MairesGenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Un des prédécesseurs de ces curés avait été assassiné « d'un coup de fusil, lorsqu'il se mit a sa fenestre, » et inhumé dans l'église le 15 novembre 1572, en présence des principaux habitants. La tradition parle en effet d'un curé du lieu tué de cette manière par un nommé Bruyère, qui l'aurait appelé en feignant de réclamer son ministère. Seulement, la tradition nomme comme victime Guillaume Bourget, encore curé de Montbrison en 1776. Elle fait sans doute erreur sur le nom.

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Jean-Baptiste JACQUET, du COMTAT 1674 - 1695 Jean-Baptiste Jacquet, du Comtat, curé de Montbrison de 1674 à 1695  
- -  
Joseph BROCHENY 1721 - 1737  
Bonaventure-Daniel RIPPERT 1738 - 1740  
Joseph-Marie DELHAYE en 1741  
DUPORT en 1742  
François GIRY 1743 - 1749,  
Claude DOUX en 1753  
Ennemond GLEYSE en 1755 plus tard chapelain de Notre-Dame de Bois Vert à Rousset  
François JAYME 1757 - 1759, du diocèse d'Embrun  
- -  
Guillaume BOURGET en 1776 encore curé de Montbrison en 1776  
- -  
Joseph ARNAUD 1781 Joseph Arnaud, curé de Montbrison, [2] en demandant l'enregistrement de cette lettre. insiste fortement, le 24 mai 1781, sur l'urgence d'exécuter le projet. Il rappelle que l'église est hors de sa portée et les chemins impraticables que la maison curiale elle-même n'a qu'une mauvaise chambre toujours à la pluie, pas de chambre pour domestique, pas de bûcher, et qu'une poutre menace ruine.  
- -  
Marie-Ferdinand VIEL 1860 - 1865 En juillet 1860, M. l'abbé Marie-Ferdinand Viel [3] est envoyé desservir Montbrison, en instance pour devenir succursale, et un décret du 28 décembre 1861 sanctionne l'érection. Secondé par la haute intelligence et le bon vouloir de M. Doux, alors maire. M. Viel fait ouvrir et construire deux chapelles latérales, et, grâce à la générosité de ses paroissiens, achète trois autels en marbre , il laisse la paroisse sur un excellent pied en 1865, pour aller aux Granges-Gontardes, et M. Ravel continue son œuvre à Montbrison, où il a été remplacé en 1873.  
RAVEL 1865 - 1873  
- -  
- -  

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés


Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - - - - - -
Après-midi - - - - - - -
Commune.png

Mairie
Adresse : - 26770 MONTBRISON-SUR-LEZ

Tél : - Fax :

Courriel :

Site internet :

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : ()

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. La Croix de la Drôme 1929/06/02, Edité en 1929
  2. Bulletin d'histoire ecclésiastique et d'archéologie religieuse des diocèses de Valence, Gap, Grenoble et Viviers, Edité en 1880
  3. Bulletin d'histoire ecclésiastique et d'archéologie religieuse des diocèses de Valence, Gap, Grenoble et Viviers, Edité en 1880