26113 - Die

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour

Die
Blason Die-26113.png
Armoiries de Die
Informations
Pays Drapeau de la France    France
Département Blason de la Drôme    Drôme
Métropole
Canton Le Diois (Canton 26 04)

Blason Die-26113.png   26-09   Die (Ancien canton)

Code INSEE 26113
Code postal 26150
Population 4451 hab. (1999)
Nom des habitants Diois, Dioises
Superficie 5728 hectares
Densité 78 hab/km²
Point culminant 1841 m
Altitude Mini: 367 m
Coordonnées (long/lat) 44.753611° / 5.370278° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation
26adm-Commune-26113.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune


HHistoire.pngistoire de la commune

Extrait du 'Dictionnaire topographique de la Drôme'

Die, chef-lieu d'arrondissement.

- Dea Aug(usta) Andarta (Long : Recherches sur les Vocontiens, 382)
- Col(onia) Dea Aug(usta) Voc(ontiorum), IIIe siècle (ibid., 77)
- Civitas Voc[ontiorum], 245 (ibid., 381)
- Civitas; Dea Vocontiorum, 333 (Itin. à Burdeg.)
- Venatores Deensium (Long : ibid., 390)
- Ad Deam Augustam Vocontiorum (ibid., 403) - Civitas Deensium, Ve siècle (Noticia Gall., 169)
- Urbs Diensis, VIe siècle (Grégoire de Tours, IV, 45)
- Dea, 614 (Element. jur. can., Il, 416)
- Dia, 1086 (Cartulaire de Romans, 161)
- Dia, 1157 (Cartulaire de Saint-André-le-Bas, 297)
- Civitas Dia, 1165 (Cartulaire de Die, 28)
- Diensis civitas, 1168 (ibid., 20)
- Cives Diensis, 1218 (ibid., 19)
- Civitas Diensis, 1321 (ibid., 80)
- Dya, 1374 (Cartulaire de Romans, III, 204)
- Dye, 1575 (Mémoires des frères Gay).

Avant 1790, Die était une communauté dé l'élection de Montélimar, subdélégation de Crest et le siège d'un évêché, d'un bailliage, d'un gouvernement militaire et d'une maîtrise des eaux et forêts.

L'évêché, qui était suffragant de Vienne , et fut uni à celui de Valence, de 1276 à 1687, remontait, suivant la tradition, à saint Martin; qui vivait en 220, mais plus sûrement à saint Nicaise, un des pères du concile de Nicée (325).

L'évêque de Die - Episcopus Diniensis, 325 (Labbe et Cossart: Concilia, I, 319)
- Diensis episcopus, 1116 (Cartulaire des Ecouges, 85)
- Episcopus Dyenci, 1291 (Cartulaire des Dauphins, 7)
- L'esvesques de Dia, le senor de Dia, XIIIème siècle (Censier de l'évêché. de Die ) à qui les empereurs d'Allemagne concédèrent, en 1178 et 1214, tous les droits régaliens dans son diocèse, et qui prenait encore en dernier lieu le titre de comte de Die,
- Episcopus et comes Diensis, 1315 (Cartulaire de Die, 134) était seigneur temporel de la ville épiscopale et des terres de: Aoûste, Aurel, Bourdeaux, Bézaudun, Chamaloc, la Chapelle-en-Vercors, Châtillon-en-Diois, Crupies, Jonchères, Mirabel, Montmaur-en-Diois, Poyols, Saillans, Saint-Agnan-en-Vercors, Saint-Julien-en-Vercors, Saint-Martin-en-Vercors, Les Tonils, et en partie de Vassieux et de la vallée de Valdrôme. Il avait en outre des droits de fief sur la plupart des autres terres de son diocèse.

Le chapitre de Die - Diensis ecclesie canonici, 1159 (Cartulaire de Die, 44)
- Capitulum Dyense, XIVème siècle (Pouillé de Die)
- Capitulum et universitas ecclesiœ Beatœ Mariœ Dyensis, 1516 (Rôle de décimes)
- Messieurs du chapitre et université de l'esglize cathedralle de Dye, 1619 (ibid.) composé d'un doyen, d'un sacristain et de huit chanoines, était lui-même seigneur de: Ausson, Justin, Marignac, Menglon et Romeyer.


Au XIIIème siècle, le territoire de Die formait six paroisses, qui étaient celles de Notre-Dame, du Château, de Saint-Marcel, de Saint-Maurice, de Saint-Pierre et de Justin; mais à partir du XVème siècle, il n'y en eut plus qu'une, celle de la cathédrale, - Ecclesia Beate Marie Diensis, 1145 (Cartulaire de Die, 33)
-Sancta Diensis ecclesia, 1178 (ibid., 4)
- La gleisa de Dia, XIIIème siècle (Censier de l'évêché de Die)
- La gleysa Nostra Dona de Dya, 1325 (Moutier : Dialectes dauphinois, 31)
- Ecclesia catedralis Beatœ Mariœ Dyensis, 1516 (Rôle de décimes)
- L'esglize cathedralle de Dye, 1619 (ibid.) que desservaient deux curés
- Duo curati Beate Marie Diensis, 1550 (Estat des rev. de Die), et qui eut pendant quelque temps, pour annexe, une église de Saint-Jean
- Ecclesia de Sancto Johanne de Dya, 1450 (Terrier de l'évêché de Die)
- L'esglise parrochielle appellée Sainct Jehan, 1511 (Visites épiscopales) exclusivement destinée aux enfants.


En fait d'établissements ecclésiastiques, il y avait encore à Die un couvent de dominicains fondé en 1272 - Fratres minores civitatis Diensys, 1509 (Visites épiscopales)
- Fratres predicatores civitatis Dyensis, 1516 (Visites épiscopales)
- Le couvent des jacobins de Dye, 1551 (ibid.) un couvent de cordeliers fondé en 1278
- Le couvent Sainct-Francoys de Die, 1551 (ibid.) un couvent d'ursulines, fondé en 1630 un couvent de religieuses hospitalières, fondé en 1739 et un séminaire.

Avant la révocation de l'édit de Nantes, les protestants avaient à Die une académie, qui, fondée en 1604 par les synodes du Dauphiné, comprenait une chaire de théologie, une d'hébreu, deux de philosophie et une d'éloquence. Il s'y distribuait chaque année un prix connu sous le nom de prix Marquet.

La justice-mage ou bailliage épiscopal de Die - Curia Diensis, 1276 (Cartulaire de Die, 115)
- Curia episcopalis Dyensis, 1293 (ibid., 122) tribunal composé d'un vibailli ou juge-mage, d'un lieutenant et d'un procureur fiscal, connaissait en première instance des causes de la ville de Die et des autres terres épiscopales et, sur appel, de toutes les causes des terres relevant du fief de l'évêque. On appelait de ce tribunal au Présidial de Valence

Le gouvernement militaire de Die, composé d'un gouverneur et d'un major, ne s'étendait pas au delà de cette ville.

La maîtrise des eaux et forêts de Die, composée d'un maitre-particulier, d'un lieutenant, d'un garde-marteau et d'un procureur du Roi, avait pour ressort les élections de Valence et de Montélimar avec la principauté d'Orange

Die était en outre une des dix villes du Dauphiné, dont les consuls siégeaient à la tête des députés, du tiers état, dans les États généraux de cette province, et faisaient partie de la commission chargée d'assister le Procureur des États dans l'intervalle des sessions.

En 1790, Die devint le chef-lieu d'un district comprenant les cantons de : la Chapelle-en-Vercors, Châtilion-en-Diois, Die, la Motte-Chalancon, Luc-en-Diois, Lus-la-Croix-Haute, Pontaix, Saint-Julien-en-Quint, Saint-Nazaire-le-Désert et Valdrôme. La réorganisation de l'an VIII en a fait le chef-lieu d'un arrondissement, comprenant les cantons de: Bourdeaux, la Chapelle-en-Vercors, Châtillon-en-Diois, Crest-Nord, Crest-Sud , Die, la Motte-Chalancon, Luc-en-Diois et Saillans.

La population de la ville de Die se composait, en 1474, de : 236 familles roturières, 8 familles nobles, 11 exempts ou francs archers et 33 ecclésiastiques.
En 1688, il y avait 4100 âmes.

Le mandement de Die - Mandamentum Die, 1203 (Cartulaire de Die, 42) ne comprenait autrefois que la partie de la commune de ce nom qui est sur la rive droite de la Drôme, la partie de la rive gauche ayant formé jusqu'au XVème siècle les paroisse et mandement de Justin, et jusqu'à la Révolution une seigneurie distincte de celle de Die.

Le diocèse de Die - In Diensi episcopatu, 886 (Cartulaire de Saint-Chaffre, 6)
- Dyensis diocesis, 1449 (Pouillé historique) comprenait avec trois cantons du département de l'Isère, l'arrondissement de Die, moins les communes du Canton de Crest-Nord qui sont au couchant des montagnes de la Raye et la plus grande partie du Canton de Crest-Sud, plus le Canton de Dieulefit et quelques communes des cantons de Grignan et de Nyons

Source : Bibliothèque Nationale de France

Héraldique

Blason Die-26113.png - De gueules au château de trois tours d'or, maçonné,ouvert et ajouré de sable.

Patrimoine.png Patrimoine

La Porte Saint Marcel

Porte fortifiée de l’enceinte antique datant du IIIe - IVe siècle.

Les Remparts

Remparts d’époque romaine
La partie la mieux conservée se trouve dans la ville haute au dessus de l’Hôpital, quartier de la citadelle.

La Mosaïque des 4 fleuves

Mosaïque représentant les 4 fleuves de l’Eden qui irriguent l’univers. Milieu XIIe siècle.

La Cathédrale Notre-Dame de Die


La cathédrale Notre-Dame de Die a été la cathédrale de l’évêché de Die, du IVe siècle à 1801. À cette date, l’évêché de Die a été, en grande partie, rattaché à celui de Valence. La cathédrale a été construite à partir du XIIe siècle, de 1130 à 1250. Il ne subsiste aujourd'hui que le porche, une partie du clocher et la muraille de la rue Notre-Dame qui date de cette époque. Toutes les autres parties ont été détruites pendant les guerres de religion. Le reste de l'édifice fut reconstruit après les guerres de religion, terminées au XVIIe siècle, à partir de 1673 par Daniel de COSNAC, évêque de Die.

Classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840. [1].


Vitraux

Diocèse de Die

Diocèse dont l'existence est attestée en 325, son évêque (l’Évêque Nicaise), sans doute le premier, ayant participé au concile de Nicée [2].

Diocèse suffragant de Vienne dans la province de la Viennoise.

Supprimé en 1801 au profit du diocèse de Valence qui releva le titre de Die le 12 juin 1911

Pictos recherche.png Article détaillé : Pour en savoir plus ...

La Chapelle Notre-Dame-d'Espérance


Chapelle située sur la colline de Purgnon.

Château fort au XIIe siècle
Refuge occasionnel des évêques de Die
Elle fut achetée par un curé de Die au 19e siècle et transformée en chapelle, sous le vocable de Notre Dame d’Espérance de Purgnon.

Le Presbytère

L’Hôtel Lagier de Vaugelas, au 9 de la rue Saint-Vincent, actuelle cure de la paroisse de Die.
La maison paroissiale de Die possède une curiosité appelée « Le Salon chinois », un décor peint de « chinoiseries » sur enduit et boiseries, au XVIIIème siècle, par Louis FARJON, un artiste né à Crest en 1716, peintre local. (inscription à l’inventaire des monuments historiques par arrêté du 9 juin 2005 [3] )

La maison Chambon - Faure-de-Vercors

La maison "Faure de Vercors" est une demeure ecclésiastique (XVe-XIXe siècle) présentant une tourelle d'escalier à vis, une porte à accolade et des fenêtres à meneaux. (inscrit en 2004)

Le Temple protestant

La porte et les vantaux sont des éléments protégés (inscription par arrêté du 12 janvier 1931 [4])

Autels tauroboliques

Les autels tauroboliques de Die, sont des autels antiques commémorant des tauroboles, sacrifices de taureaux, généralement associés à des crioboles, sacrifices de béliers, en l’honneur de déesse.
Trois autels tauroboliques, propriété de la commune, sont conservés au musée. (classé Monuments historiques par arrêté du 12 juillet 1886 [5])

L'Abbaye de Valcroissant

Le bâtiment de la cuisine et celui du réfectoire
Photo J-P GALICHON

En 1188, les cisterciens de Bonnevaux s'établirent sur le site de Valcroissant. La construction de l'abbaye s’étale de la fin du XIIe au début du XIIIe siècle. Les pillages, épidémies et guerres de religions appauvrissent le domaine et entraînent la dégradation des bâtiments. L'abbaye n'aura aucune abbaye-fille. A partir du milieu du XVIe siècle, l'abbaye n'est plus qu'une ferme. Vers 1750, le dernier abbé commanditaire transforme l'église en étable.
En 1893 Jules DAUTHEVILLE, pasteur à Die, et son épouse achètent le domaine, projetant d'y établir un orphelinat.
Dans les années 1950, le mathématicien et philosophe Marcel LÉGOUT et sa femme achètent le domaine pour le restaurer et y maintenir une activité agricole.

Édifice classé aux M.H en 1971 [6]

La Clairette de Die

Née au pays des Voconces.

Avec ses deux mille ans d’âge, la Clairette de Die est un vin pétillant naturel entouré d’une légende qu’on pourrait presque découvrir dans les livres d’écoliers.
On y apprendrait que Pline l’Ancien, auteur romain, parlait déjà dans l’Antiquité d’un vin apprécié des Voconces, les ancêtres des Diois.
Ce peuple gaulois aurait abandonné des jarres contenant du vin dans une rivière pendant tout un hiver et les aurait redécouvertes au printemps.
De ces jarres, un précieux liquide, sucré et pétillant, serait né.
On le connaît aujourd’hui sous l’appellation « Clairette de Die » (1).
Source : Site du Syndicat de la Clairette de die

(1) : L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

Repère géographique.png Repères géographiques

La ville de Die est située au sud-est de la France dans les Alpes du Sud, au pied du massif calcaire du Vercors et au bord de la rivière de la Drôme.

Les quartiers du centre ville

  • Saint-Marcel
  • Saint-Pierre
  • Place Jules Plan
  • Rue Camille Buffardel
  • Ruelles et vieille ville
  • Quartier de la Citadelle
  • Place du Marché et place de la République
  • Quartier de l’Évêché et square de la Comtesse
  • Quartier de l’Aire de Meyrosse

Les autres quartiers

Quartiers résidentiels, jardins privés...etc..

  • L’Aube
  • Aurouzes
  • Chandillon
  • Chanqueyras
  • Chastel
  • Les Combes
  • Les Fondeaux
  • Font Giraude
  • Les Miellons
  • Les Pennes
  • Le Perrier
  • Piscigne
  • Plas
  • Saint Eloi
  • Vaux

Les anciens quartiers de Die

Pictos recherche.png Article détaillé : Plus d'informations sur les anciens quartiers de Die ...

Carte sur ViaMichelin de : Die

Démographie.png Démographie

Année 1688 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 4 100 3 978 3 421 3 509 3 555 3 900 3 924 3 865 3 928 3 912
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 3 874 3 762 3 876 3 841 3 703 3 823 3 729 3 681 3 638 3 651
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 3 797 3 232 3 304 3 241 3 175 3 184 3 326 3 546 4 048 4 062
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 3 992 4 230 4 451 4 387 4 411 - - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2015, Dictionnaire topographique de la Drôme.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Pictos recherche.pngConsulter la liste des Maires de Die

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
BOREL 1843 - 1864  
VALLET 1864 - 1891  
GAUTHIER 1891 - 1893  
- -  

Les études notariales

Pictos recherche.png Article détaillé : Inventaire des études notariales

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Guillaume de PIERRE 1475 Prêtre de l'église de Die [7]  
Antoine du PILHON 1475 Docteur en décrétales et archiprêtre de Die [8]  
- -  
François BARNOIN 1675 - 1720 Venu à Die en 1675, deux ans après sa profession, Il n'en partit qu'à sa mort. Durant quarante-cinq années, il fut supérieur de la mission, presque sans interruption. [9]  
- -  
Mathieu BELLE 1854 - ? curé de Marsanne (1851), curé de Die (1854) [10]  
Auguste NEE 1887 - ? curé de Luc-en-Diois (1875), curé de Die (1887) [11]  
Charles Jean Louis PRUNIER 1892 - 1900 curé de Die (1892), curé de Montélimar (1900) [12]  
Joseph François Emile CHOSSON 1900 - ? curé de Die (1900) [13]  
- -  
- -  
Emmanuel BINDER 1999 Emmanuel Binder, prêtre à Die, dans le diocèse de Valence (Drôme), il est le seul prêtre sur une paroisse de trente-cinq clochers, longue de 60 km et large de 35 !  
- -  
Michel BRAVAIS 2018 Père Michel BRAVAIS, prêtre de la Paroisse Saint Marcel en Diois (35 communes, 10 556 hab.)  

Les pasteurs

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Pierre APPAIS 1601 - 1608 Pasteur et professeur. né à Die, était d'une honorable famille de cette ville. Un de ses ancêtre Jean Appaix était dominicain vers la fin du XVe siècle et avait publié en 1515 les ouvrages de son oncle maternel Jean Reynard, également dominicain et vicaire vénéral de l'évêque de Die. Claude de Tournon (1498-1512).
Il avait fait ses études théologiques à Genève où il est inscrit comme étudiant en 1596 et il fut successivement pasteur de Quint en Dauphiné vers 1600, de Die 1601-1608. de Chastillon 1609-1626, de Pontaix 1630-1634.
Lorsqu'en 1603 l'église de Die fonda une académie protestante. Pierre Appais en fut nommé recteur [14]  
- -  
- -  
Philémon MOULINE vers 1865  
Phocion RIVIÈRE vers 1865  
- -  
Jules SOUBEYRAN 1891-1927  
- -  
Christian MOUSSIEGT vers 1952  
- -  
- -  
Paul CASTELNAU 1987 - 1996  
Jean FONDA 1996 - 2000  
Jean-Luc CREMER 2002 - 2008  
- -  
Philippe MARTINEZ 2018 pasteur de l'église de Die [15]  
- -  

Les titulaires de la Légion d'honneur

Pictos recherche.png Article détaillé : Liste des titulaires de la Légion d'honneur

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Le monument aux morts de la ville
Photo J-P GALICHON
Plaque commémorative de la cathédrale
Photo J-P GALICHON


Sépulture collective dans l'ancien cimetière
Photo J-P GALICHON
Pictos recherche.png Article détaillé : Die - Morts aux guerres

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin de 8h30 à 12h00 de 8h30 à 12h00 de 8h30 à 12h00 de 8h30 à 12h00 de 8h30 à 12h00 - -
Après-midi de 13h30 à 16h00 de 13h30 à 16h00 de 13h30 à 16h00 de 13h30 à 16h00 de 13h30 à 16h00 - -
26113 - Die Hôtel de Ville.jpg

Hôtel de Ville
Adresse : Rue Félix Germain - 26150 DIE

Tél : 04 75 21 08 77 - Fax : 04 75 22 20 42

Courriel : Contact

Site internet :

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : http://www.mairie-die.fr/Les-differents-services-municipaux.html (04/2015)

Associations d'histoire locale

Patronymes

Remarques

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  Die, Crest et leurs environs
  Die (Histoire de)

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Base Mérimée
  2. Nicée se trouve dans la Turquie actuelle
  3. Base Mérimée, Ministère français de la Culture - Notice no PA26000016
  4. Fiche Mérimée : PA00116936
  5. Fiche Mérimée : PA00116932
  6. Base Mérimée
  7. La bibliothèque numérique de l’École nationale des chartes
  8. La bibliothèque numérique de l’École nationale des chartes
  9. Les Jésuites dans le Diois (1610-1763)/Paul Dudon /Revue d'histoire de l'Église de France/Année 1929
  10. Archives nationales > Diocèse de Valence > Inventaire - F/19/2973-F/19/3064
  11. Archives nationales > Diocèse de Valence > Inventaire - F/19/2973-F/19/3064
  12. Archives nationales > Diocèse de Valence > Inventaire - F/19/2973-F/19/3064
  13. Archives nationales > Diocèse de Valence > Inventaire - F/19/2973-F/19/3064
  14. La France protestante (Volume 1) Auteur : Haag, Eugène, 1808-1868 Edité en 1877
  15. Église Évangélique de Die


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.