26088 - Chatuzange-le-Goubet

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Chatuzange-le-Goubet
Informations
Pays Drapeau de la France    France
Département Blason de la Drôme    Drôme
Métropole
Canton Blason en attente.png   26-19   Vercors-Monts du Matin

Blason Bourg-de-Péage-26057.png   26-02   Bourg-de-Péage

Code INSEE 26088
Code postal 26300
Population 5311 hab. (2015)
Nom des habitants Goubetois, Goubetoises
Superficie 2824 hectares
Densité 188,06 hab/km²
Point culminant 327 m
Altitude Mini:150 m
Coordonnées (long/lat) 45.006944° / 5.090833° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
26adm-Commune-26088.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune

HHistoire.pngistoire de la commune

Extrait du 'Dictionnaire topographique de la Drôme'

Chatuzange

CHATUZANGE , Commune du Canton de Bourg-de-Péage

— Villa Chatunanges, 1095 (Cartulaire de Romans, 168) — Chalvenzanjes (pour Chatuenzanjes), 1140 (Revue des biblioph. dauphin., 55) — Chatuisanges, 1218 (Cartulaire de Léoncel, 83) — Chatuzangas, 1247 (ibid., 148) — Chatusanjas, 1251 (ibid., 168) — Chatuczangis, 1248 (ibid., 158) — Chatussangiis, 1382 (Archives de la Drôme, E 3649) — Chatusangiarum, 1506 (ibid., Fonds de Léoncel)

Avant 1790, Chatuzange était une paroisse du diocèse de Valence, dont l'église, dédiée à saint Apollinaire — Parrochia Chatusanzias, XIIe siècle (Cartulaire de Romans, 309) — Ecclesia de Chatusangiis, 1244 (ibid., 145) — Parrochia Sancti Appolinaris de Chatuisangiis, 1246 (ibid., 146) — Capella de Chatusangiis, XIVe siècle (Pouillé de Valence) — Cura Chatusangiarum, XVe siècle (ibid.) — Cura Chatussangiarum, 1549 (ibid.) dépendait du chapitre de Romans, qui y prenait la dîme et présentait à la cure.

Cette paroisse, dont l'étendue était la même que celle de la paroisse actuelle, faisait partie de la communauté de Pisançon, dite aussi Delphinaux de Pisançon, dont la circonscription territoriale était celle de la commune de Chatuzange, comprenant aujourd'hui les deux paroisses de Chaluzange et de Pisançon.

Pisançon

PISANÇON Village, section et partie communale de Chatuzange

— De Pisanciano 1038 (Cartulaire de Romans, 224) — Pizenczan, 1164 (Cartulaire des hosp., 53) — Pisanca, XIIe siècle (ibid., 333) — De Pisanciano, Piszanza, Pizanza, 1200 (Cartulaire des hosp., 47) — Pisanchan, 1217 (ibid., 47) — Pissanum, 1272 (Inventaire des Dauphins, 63) — Piszasianum, 1297 (Cartulaire de Léoncel, 301) — Pizenza, 1315 (ibid., 42) — Pisancsanum, 1333 (Choix de documents, 39) — Piscencain, 1404 (ibid., 241) — Pizançon, 1413 (Archives de la Drôme, E 2292).

Château de Pisançon.

— Castrum Pisantiani, 1050 (Cartulaire de Romans, 327) — Castrum Pisancianum, 1099 (ibid., 173 bis) — Castrum Pizancianum super fluvium Isare, 1100 (ibid., 174) — Castrum de Pisanciano, 1134 (ibid., 291) — Castrum Pissanczani, 1279 (Inventaire des Dauphins, 52). — Castrum Pisansiani, 1360 (Choix de documents, 197). — Castrum Pizencianum, 1361 (Duchesne : Comtes de Valentinois, 81).

Avant 1790, Pisançon était une paroisse de la communauté de Chatuzange et du diocèse de Valence — Ecclesia Pisantiani, XIVe siècle (Pouillé de Valence) dont l'église dédiée à saint Michel — Ecclesia Sancti Michaelis in villa Pisanciano, 924(Cartulaire de Romans, 130) dépendait du chapitre de Romans, qui y prenait la dîme et présentait à la cure.

Pisançon était en outre le chef-lieu d'une importante seigneurie ou mandement — Mandamentum Pisanciani, 1100(Cartulaire de Romans, 167) — Mandamentum de Pisansa, 1218 (ibid., 43) — Mandamentum Pisanciani prope Romanis, 1372 (Chevalier: Maladr. de Voley, 75), comprenant, avec la paroisse de son nom, celle de Chatuzange et toute la commune actuelle du Bourg-de-Péage.

Après avoir pendant longtemps fait partie du domaine temporel de l'abbaye de Romans, cette seigneurie fut partagée, vers le commencement du XIVe siècle, entre les François de Royans et les Clérieu. Advenue, avant 1250, aux Chabeuil, la part, des François passa en 1277 aux barons de la Tour, qui furent ensuite les Dauphins, tandis que celle des Clérieu, héritée en 1336 par les comtes de Valentinois, passa en 1374 aux Poitiers-Saint-Vallier. Ces derniers ayant reçu en 1467, du roi Louis XI, la part des Dauphins, possédèrent un moment toute la terre qui, en 1542, était derechef partagée entre les Vaulperge, détenteurs de la parerie delphinale, et les Béavieu, que remplacèrent en 1545 les Créqui , détenteurs de la pa-rerie poitevine. Seulement, cette dernière, ayant été recouvrée en 1570 par les Poiliers-Saint-Vallier, fut vendue en 1595, par leurs héritiers, aux La Croix-Chevrières qui, ayant acquis en 1655 la parerie delphinale, engagée à Lesdiguières en 1593 et par lui vendue aux consuls de Romans en 1632, furent seigneurs de Pisançon jusqu'à la Révolution.

La châtellenie de Pisançon — Castellaria de Pisencans, 1183 (Cartulaire de Léoncel, 34) — Castellania Pisanciani, 1391 (Archives de la Drôme, E 3050) avait la même étendue que le mandement de ce nom.

Source : Bibliothèque_nationale_de_France

Statistique de la Drôme (1835):

Cette commune, dont la population est de 1737 individus, est formée de plusieurs hameaux ; elle est à 7 km de Romans, et 20 de Valence. Son territoire, borné au nord par l'Isère, présente une culture riche et variée, de belles plantations et des sources qui fournissent d'abondants arrosages. Les principales productions sont les grains, les fourrages, le vin et la soie. Les habitants ne font aucun commerce. Le hameau le plus considérable après Chatuzange est Pisançon, dont l'ancien château situé sur l'Isère, devint un fief avec un territoire, et fut plus d'une fois un sujet de guerre entre les seigneurs qui se le disputèrent sous le régime féodal. On lit, entre autres, le fait suivant dans l'Histoire Générale de la Province : "Silvion de Clérieux et Lambert de Chabeuil étant seigneurs de Pisançon, s'en partagèrent le château en 1271, et fortifièrent la part échue à chacun. D'un château ils en firent deux, et étant devenus ennemis, ils assiégèrent le château l'un de l'autre. Guy d'Auvergne, archevêque de Vienne, comme seigneur supérieur, à cause de l'abbaye Saint Barnard, leur ordonna de les lui remettre, pour en éviter la ruine. Lambert refusa d'obéir ; il s'empara même du château de Silvion où l'abbé de Saint Félix était entré pour l'archevêque. Cet acte de félonie donna lieu à l'archevêque de le priver de son fief : il le donna en 1274 à Humbert de Latour, qui se rendit maître de la place. Humbert posséda paisiblement Pisançon tant que l'archevêque vécut. A sa mort l'évêque de Valence, Amédée de Roussillon, qui avait traité avec Silvion et qui était devenu administrateur de l'archevêché de Vienne, y fit assiéger Humbert ; mais il se défendit si bien que le siège fut levé ; on lui fit des propositions, et l'affaire traînant en longueur, il devint si puissant que ses adversaires n'osèrent plus l'inquiéter." C'est ainsi que ce château était devenu la propriété des dauphins. Il appartient aujourd'hui à M. le marquis de Pisançon, mais ce ne sont plus que des ruines. La famille de Pisançon l'a depuis longtemps abandonné, pour en bâtir un autre à quelque distance de là dans une situation plus belle et plus spacieuse. Au château moderne est joint un très beau parc, bordé d'un côté par une longue muraille et de l'autre par l'Isère, vers laquelle il descend en amphithéâtre dans une très heureuse et agréable position. Ce parc est séparé par un ravin du domaine de Rioussec, qui fut la maison de plaisance de M. l'abbé de Tancin, lorsqu'il était chanoine de Saint-Barnard. La dignité de sacristain était alors la première du chapitre : elle vint à vaquer, et elle fut demandée par l'abbé de Tancin, à qui on la refusa. Il en eut tant d'humeur, qu'il remit au chapitre la démission de son canonicat et vendit à M. Lacroix-de-Pisançon, président au Parlement, sa propriété de Rioussec. C'est de là qu'il est parti pour aller rejoindre à Paris sa sœur, la religieuse de Tancin, qui avait aussi abandonné le couvent de Montfleury pour un plus grand théâtre, où elle se distingua par son esprit, et où elle aida si bien son frère que, sous le règne de Louis XV, l'abbé de Tancin devint ministre, secrétaire d'Etat, cordon bleu, pair ecclésiastique et cardinal. C'est ainsi que la fortune lui refusa d'abord une petite place, pour le conduire plus tard, comme par la main, à la plus brillante du royaume et la plus élevée de l'église gallicane.

Héraldique

Histoire administrative

  • Département - 1801-2019 : Drôme
  • Arrondissement - 1801-2019 : Valence
  • Canton - 1801-2015 : Bourg-de-Péage --> 2015-2019 : Vercors-Monts du Matin
  • Commune - 1801-1892 : Chatuzange --> 1892-2019 : Chatuzange-le-Goubet

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine

Repère géographique.png Repères géographiques

Carte sur ViaMichelin de : Chatuzange-le-Goubet

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 1 165 1 243 1 343 1 780 1 737 1 834 1 908 1 923 1 909 1 882
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 1 871 1 791 1 692 1 740 1 611 1 537 1 609 1 575 1 522 1 547
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 1 440 1 285 1 278 1 467 1 364 1 404 1 519 1 622 1 777 1 875
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 - - - -
Population 2 554 3 619 3 975 4 488 4 857 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.


Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2015 & 2016.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
François BADOY 1792-1795  
Antoine DERNAR 1795-1797  
Joseph JAY 1797-1800  
Jean-Pierre DORÉ 1800-1800  
François CLÉMENT 1800-1808  
Prosper de CHIÈZE 1808-1815  
Joseph COTTE 1815-1819  
Prosper de CHIÈZE 1819-1824  
Victor DUC 1824-1830  
Jean-François GALLAND 1830-1831  
André CHABERT 1831-1837  
Antoine BLACHE 1837-1846  
Jean-François GALLAND 1846-1858  
Léopold COTTE 1858-1863  
Lucien Frederic COTTE 1863-1878  
Joseph RIVOIRE 1878-1896  
Elie CHABERT 1896-1900  
Julien CLAIREFOND 1900-1912  
Zénon RIVOIRE 1912-1914  
Elie CHABERT 1914-1919  
Edouard BRÉGAUD 1919-1935  
Marius LATTIER 1935-1955  
Lucien VALETTE 1955-1959  
Elie GAUTHIER 1959-1966  
Charles BRINGUIER 1966-1989  
Alberte BELLE 1989-2001  
Christian GAUTHIER 2001-(2020)  
- -  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - - - - - -
Après-midi - - - - - - -
Commune.png

Mairie
Adresse : - 26300 CHATUZANGE-LE-GOUBET

Tél : 04 75 47 25 15 - Fax : 04 75 47 49 18

Courriel : Contact

Site internet :

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : ()

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références