26055 - Boulc

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Boulc
Informations
Pays Drapeau de la France    France
Département Blason de la Drôme    Drôme
Métropole
Canton Blason en attente.png   26-04   Le Diois

26086 - Blason - Châtillon-en-Diois.png   26-06   Châtillon-en-Diois (Ancien canton)

Code INSEE 26055
Code postal 26410
Population 126 hab. (2016)
Nom des habitants Boulciens, Boulciennes
Superficie 5735 hectares
Densité 2,19 hab/km²
Point culminant 1854 m
Altitude Mini: 623 m
Coordonnées (long/lat) 44.648611° / 5.5675° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
26adm-Commune-26055.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune

Histoire.png Histoire de la commune

4 changements de nom de Boulc ont été référencé au cours de l'histoire de la commune :

  • 1793 : Boule
  • 1973 : Boulc
  • 1974 : Boulc-Bonneval
  • 1975 : Boulc

Depuis 1930, 2 modifications administratives ont eu lieu pour la commune de Boulc, voici la liste chronologique de ces modifications :

  • Par arrêté préfectoral du 27 décembre 1973, les communes de Bonneval-en-Diois et de Boulc fusionnent sous le nom de Boulc-Bonneval. Le chef-lieu de la nouvelle commune est fixé à Boulc.
  • Par arrêté préfectoral du 27 décembre 1974, les communes de Boulc-Bonneval et de Ravel-et-Ferriers fusionnent sous le nom de Boulc. Le chef lieu de la nouvelle commune est fixée à Boulc.

Extrait du 'Dictionnaire topographique de la Drôme'

Boulc

BOULC , Commune du Canton de Châtillon-en-Diois

— Bulcum, 1200 (Cartulaire de Saint-André-le-Bas, 315).
— Bolc, 1206 (Cartulaire de Durbon, 311).
— Castrum de Bulgo, 1266 (Inventaire de Baux, 513).
— Bucum, 1294 (ibid., 734).
— Boc, 1549 (Archives de la Drôme, E 1450).
— Bouc, 1551 (ibid., 759).

Avant 1790, Boulc était une communauté de l'élection de Montélimar, subdélégation de Crest et du bailliage de Die, formant une paroisse du diocèse de Die, dont l'église, sous le vocable de saint Martin, était celle d'un prieuré de l'ordre de Saint-Benoît
— Prioratus de Bulco, XIVe siècle (Pouillé de Die).
— Ecclesia Sancti Martini de Bulco, 1509 (visites épiscopales)
qui, dépendant de celui de Guignaise, lui fut uni dans la seconde moitié de XVIIIe siècle.

La cure était de la collation de l'évêque diocésain et les dîmes appartenaient, partie au prieur de Guignaise et partie au commandeur de Valdrôme.

Quant à la terre, qui était du fief des évêques de Die, premièrement possédée par les Isoard d'Aix, elle passa en 1246 par alliance aux princes d'Orange de la maison de Baux, qui la cédèrent vingt ans après aux Montauban. Ceux-ci la vendirent au XVIIe siècle aux Engilboud, dont l'héritière se maria en 1690 chez les Bardonenche. Elle fut rachetée en 1750 par les Philibert de Perdeyer, qui étaient encore seigneurs de Boulc à la Révolution.

Le mandement de Boulc
— mandamentum de Bulco, 1214 (Cartulaire de Durbon, 300)
ne comprenait vraisemblablement que la commune de ce nom.

Compris en 1790 dans le canton de Lus-la-Croix-Haute, Boulc fait partie de celui de Châtillon-en-Diois , depuis la réorganisation de l'an VIII.

Bonneval

BONNEVAL , Commune du Canton de Châtillon-en-Diois

— Bonna Vallis, 1206 (Cartulaire de Durbon)
— Castrum de Bonavalle, 1246 (Inventaire de Baux, 323)
— Boneval, 1576 (Rôle de décimes).

Avant 1790, Bonneval était une communauté de l'élection de Montélimar, subdélégation de Crest et du bailliage de Die, formant une paroisse du diocèse de Die. Son église, dédiée à Notre-Dame, était celle d'un prieuré de l'ordre de Saint-Benoît, filiation d'Aurillac
— Prioratus de Bonnevallis, XIVe siècle (Pouillé de Die)
— Prioratus Bonnœ Vallis, 1516 (Rôle de décimes)
— Ecclesia Beate Marie Bonnevallis, 1509 (visites épiscopales)
connu dès 1330, uni à la cure dans le cours du XVIIIe siècle, et dont le titulaire avait les dîmes du lieu, à la charge d'une rente au prieur de Guignaise.

Au point de vue féodal, Bonneval était un fief des évêques de Die, appartenant premièrement aux Artaud, puis aux Rosans, qui s'éteignirent en 1520 chez les D'Autane; ceux-ci, ayant vendu en 1540 la moitié de Bonneval aux D'Agoult, qui la portèrent en 1730 aux Deshières, conservèrent l'autre jusque vers le milieu du XVIIIe siècle, qu'ils vendirent aux Gilbert de Jansac.

En 1790, Bonneval fut compris dans le canton de Lus-la-Croix-Haute, mais la réorganisation de l'an VIII l'a fait entrer dans celui de Châtillon-en-Diois.

Ravel

RAVEL , Commune du Canton de Châtillon-en-Diois

— Castrum de Revello, 1224 (Cartulaire de Die, 69). — Revel, 1230 (Cartulaire de Durbon).

Avant 1790, Ravel était une communauté de l'élection de Montélimar, de la subdélégation de Crest et du bailliage de Die, formant une paroisse du diocèse de Die, dont l'église sous le vocable de saint Biaise
— Ecclesia Sancti Blasii Ravelli, 1509 (visites épiscopales)
était celle d'un prieuré de l'ordre de Saint-Benoît et de la dépendance du prieuré de Rompon en Vivarais
— Prioratus de Ravello, 1449 (Pouillé hist.)
qui fut uni à la cure vers la fin du XVIe siècle. Antérieurement à cette union, le service paroissial se faisait dans une autre église dédiée à saint Véran.

Au point de vue féodal, Ravel était une terre du fief de l'église épiscopale de Die, qui, premièrement possédée par les Artaud d'Aix, échut ensuite aux Bérenger-Morges, qui la vendirent aux Perrinet. Ceux-ci la revendirent en 1648 aux D'Agoult, dont une fille se maria, vers 1714, cbez les Philibert de Perdeyer, seigneurs de Ravel.

Comprise en 1790 dans le canton de Lus-la-Croix-Haute, cette commune fait partie du canton de Châtillon-en-Diois depuis la réorganisation de l'an VIII.


Source : Bibliothèque_nationale_de_France

Condition des habitants avant 1790 [1]

Cet acte reçu dans la cure de Ravel, par un notaire de Châtillon, nous renseigne exactement sur la condition des habitants du lieu avant 1790

Le 28 décembre 1760, Laurent-François de Philibert de Perdeyer, baron de l'Argentière, marquis de Venterol et seigneur de Boulc et Ravel, recevait la reconnaissance des habitants de cette dernière localité, conforme à celles de 1582 et de 1663.
Dans cet acte, Reynaud, Bœuf, Noyer, Carton, Bès, Beaumont, Gaillard et autres, formant la majeure partie de la population, se déclaraient ses hommes liges, fidèles sujets et justiciables, emphytéotes et « tenementiers » (tenanciers), soumis à son entière juridiction, haute, moyenne et basse, aux prestations, censés, services, vingtains et droits antérieurs, à sa directe seigneurie sur leurs immeubles et à son droit de lods, au 6e denier, d'investiture, de prélation et de saisie.
Ils s'obligeaient notamment à lui payer le Vingtain de tous leurs blés et grains à raison d'une mesure par 20 mesures, au port à leurs frais de leurs censés dans la maison de Ravel, et s'ils possédaient des bœufs au charroi de deux charges de bois pour clore son pré et de deux « perrotées de fumier» pour le rendre fertile.
Ces charges étaient encore accrues du paiement en corps de communauté de 2 écus, à la Toussaint, pour droit de ban, d'un jambon et d'un fromage recevables de chaque habitant, d'une corvée pour faucher son pré et lever son foin, moyennant 1 setier de blé payé par lui à la communauté, du charroi des meules de son moulin par les possesseurs de bœufs, du curage des canaux et de la banalité, à raison de 1 setier par 31 setiers et enfin à la reconnaissance des biens fonciers énumérés dans ses terriers.

Un autre document de l'année 1789 renferme encore quelques détails intéressants, dignes d'être connus.

Anciennement, dit-il, on n'y bâtissait les maisons qu'avec de la terre glaise et du bois et celles qui existent encore menacent ruine. Plus tard on adopta la chaux et le sable ; mais pour obtenir ce dernier il fallait miner un rocher et le piler ensuite à coups de marteau, de sorte qu'en un jour un homme avait de la peine à préparer la charge de quatre mulets.
A cause du prix des tuiles à neuf livres la toise, la majeure partie des maisons étaient couvertes en chaume;
D'un autre côté, pour avoir une poutre il fallait la tirer d'une forêt, distante d'une lieue, par des chemins très difficiles et au risque de la voir confisquer.
Les ressources agricoles de l'endroit se réduisent aux céréales, vendues à Die ou à Châtillon, pour acquitter les charges publiques. Comme il y en a peu, les habitants se nourrissent de gros grains, de légumes et de pommes de terre.
Faute d'arrosage les prés sont peu productifs et le bois de hêtre où va paître le menu bétail est transformé en broussailles; de plus, comme le seigneur s'est emparé des terres hermes et gastes, un procès est engagé à ce sujet. Le sol inégal, léger et pierreux se laisse facilement raviner par les pluies et les herbes sauvages étouffent les plantes utiles. Si l'on ajoute à cela une absence complète d'industrie, de commerce, de revenus communaux on s'explique bien l'impossibilité de toute amélioration.

Un gigantesque éboulement de roches

Le 11 janvier 1994, la départementale 148 est noyée par 10 à 12 millions de mètres cubes d'eau drainant terres et roches sur l'arrête rocheuse au sud du ravin des Gouteaux.
Le tronçon de la route qui reliait les habitants des hameaux, Ravel, Miscon, Les Tatins, Les Ferriers, Châtillon-en-Diois, le chef-lieu de canton, et, bien sûr, pour les 106 habitants de Boulc, à la vallée n'a pas résisté à la masse d'eau.
Pour aller à Die, avant l'éboulement, on s'y rendait en quinze minutes par la D148. Aujourd'hui, il faut passer par le col de Miscon, 13 kilomètres de chemin forestier recouvert de graviers avec virages en épingle à cheveux. Durée: trois quarts d'heure par beau temps, une heure quand il neige, et avec les chaînes.
Deux ans de bagarre pour obtenir un tunnel. Boulc-en-Diois n'est plus coupé du monde.
Les travaux débutent en septembre 1996, pour une durée de 18 mois. Le tunnel d’une longueur de 840 m, avec une pente moyenne de 10 %, dégage 6 m de largeur roulable, avec un gabarit de 4,30 m. Il comporte trois galeries hydrauliques de 20 m2 chacune de section.
Le tunnel est ouvert à la circulation le 24 décembre 1997

Territoire communal

  • Absorbe en 1973, Bonneval-en-Diois
  • Absorbe en 1974, Ravel-et-Ferriers

Héraldique

Histoire administrative

  • Département - 1801-2020 : Drôme
  • Arrondissement - 1801-2020 : Die
  • Canton - 1801-2015 : Châtillon-en-Diois --> 2015-2020 : Le Diois
  • Commune - 1801-2020 : Boulc

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine bâti

  • Les églises et édifices religieux :
  • Chapelle Saint-Louis aux Tatins
  • Chapelle Notre-Dame-de-la-Consolation Bonneval
  • Ancienne église Saint-Martin dite église du Coteau
  • Église
  • Temple de Ravel ; église devenue temple, entre 1710 - 1720 , construction de cette église à contre cœur des habitants, tous protestant… On pose là une pierre de taille avec la date inscrite 1667 au-dessus de la porte (date de construction du 1er temple). Ce lieu est dépourvu de cloche, de fonds baptismaux et de décoration.
    En 1772, le curé de Ravel, Joseph des Michels de Champorcin (curé prieur) qui est noble et dont le frère est évêque de Digne, fait peindre les fresques à ses frais ( trois francs et vingt quatre livres ).
    En 1934, le Pasteur Charles Monod demande la restauration de l'enduit des murs du temple. Après 162 années les fresques ont été découvertes.
    À cette date le temple étant dépourvu de cloche, la petite Clémence sera offerte en 1935 par le chœur de la Société des Chants Sacrés de Genève.
  • Grotte ornée, dite Tune de la Varaine : Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Grotte ornée, dite Tune de la Varaine' à boulc ( datant du Préhistoire ) abrite les traces de six mille ans d’occupation humaine.

Repère géographique.png Repères géographiques

Entouré par les communes de Miscon, Glandage et Val-Maravel, Boulc est situé à 8 km au sud-est de Châtillon-en-Diois la plus grande ville aux alentours.

Boulc, Bonneval, Les Avondons, Les Tatins, La Combe, Soubroche, Ravel et Ferriers… Village et hameaux du Haut Diois entourés de montagnes dont une, La Pare (petite sœur de Toussière), culmine à 1862m.

La Rivière Le Bès, le Ruisseau de Merlet, le Ruisseau Vauniérette sont les principaux cours d'eau qui traversent la commune de Boulc.

Carte sur ViaMichelin de : Boulc

Démographie.png Démographie

Bonneval-en-Diois

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 282 211 222 253 240 223 226 220 198 181
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 170 181 177 158 150 158 153 132 120 109
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 96 80 75 75 69 55 56 36 23 -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini.

Ravel-et-Ferriers

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 188 134 143 161 157 144 135 133 139 139
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 121 119 120 116 116 103 94 94 83 81
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 82 68 67 65 66 50 46 31 23 -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini.

Boulc ( Boulc-Bonneval )

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 525 495 535 494 566 585 527 515 504 476
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 449 444 438 425 429 372 337 328 297 283
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 276 206 173 151 156 140 111 81 61 126
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 104 74 101 109 130 126 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.


Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2015 & 2016.

Répartition par hameaux des habitants de la commune de Boulc (données 2000)

Hameaux Résidence principale
(nombre d'habitants)
Résidence secondaire
(nombre d'habitants)
Boulc (village) 27 28
Ravel et Ferriers              16 40
La Combe 12 11
Alex - -
Bonneval 13 5
Miaux - 8
Souvestrière 3 1
Terre Rouge - 4
Taravel - 2
Ville Basse 9 -
Mondorés - 6
Les Chenaux 3 2
L'Eglise - 4
Les Avondons 10 18
Soubreroche 3 9
Les Rabeyrioux - 1
Les Tatins 8 10
Le Bois Noir 1 22
TOTAL 108 171

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Commune de Boulc

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
- -  
Jean François BOREL < 1850 - 1852  
Jean François BAUDOUIN 1853 - 1856  
Honoré Auguste BARTHELEMY 1856 - 1870  
Jean Antoine Casimir GARNIER 1871 - 1873  
Victor BÉGOU 1874 - 1876  
Casimir GARNIER 1876 - 1886  
Victor BÉGOU 1886 - 1891  
Jean BARTHELEMY 1892 - 1895  
Auguste BAUDOUIN 1895 - 1897  
Rémy JOANNIN 1898 - 1899  
Jules BARTHELEMY 1900 - 1904 >  
- -  
- -  
Olivier TOURRENG 2001 - 2014  
Hervé SUCHET 2014 - (2020)  

Cf. : MairesGenweb
Sources : le site Internet des Archives départementales de la Drôme (Registres d'état civil des communes)

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Joseph des MICHELS de CHAMPORCIN 1768 - 1791 curé de Ravel  
- -  
Guy MIEL aujourd'hui Diacre, élève des moutons au fin fond du Diois, aux Tatins à Boulc.
La paroisse recouvre 37 communes  

Les pasteurs

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Charles MONOD 1928 - 1936 Pasteur à Châtillon-en-Diois de 1928 à 1936
En 1934, le Pasteur Charles Monod demande la restauration de l'enduit des murs du temple de Ravel  
- -  

Les titulaires de l'Ordre de la Légion d'Honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Léon Aristide BOEUF 26 août 1895 - né à Ravel-et-Ferriers
- Cote : 19800035/1116/27727  
Victor JOANNIN 9 juin 1824 - hameau Les Tatins - Palefrenier à la Compagnie des Omnibus à Vincennes - Chevalier le 6 mars 1867 - Canonnier conducteur au 12e Régiment d'Artillerie - Cote : LH/1367/3  

Sources: Archives nationales. Base LEONORE

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Morts des guerres 1914-1918 / 1939-1945

Pictos recherche.png Article détaillé : Boulc et les communes rattachées : Bonneval-en-Diois & Ravel-et-Ferriers - Morts aux guerres

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés


Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 9h00 - 12h00 - - 9h00 - - -
Après-midi - - - 17h00 - - -
Commune.png

Mairie
Adresse : Le Village - 26410 BOULC

Tél : 04 75 21 15 69 - Fax : 04 75 21 05 99

Courriel : Contact

Site internet : [ Site officiel]

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : [1] (mars 2016)

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Boulc sur le CGDP

Référence.png Notes et références

  1. Archives de la Drôme, au mot Philibert, cf. série C, L. 2 e SÉRIE. XXXVIII 8 VOLUME. — I9O4.



^ Sommaire