26011 - Transcriptions des Registres

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour à l'histoire de la commune
Retour aux Photos
Retour au Dépouillements des registres paroissiaux

- 06/06/1697 - Décès de Suzanne TALLIOTTE

26011 - Transcriptions des registres-Image-06061697.png

Le 6e juin 1697 a été ensevelye dans le cimetière

st Christophle Suzanne Talliotte décedée le jour dhier

par un fasheux accident ayant été tuée par un loup

agée d’environ six ans

Signe : Aymar curé


- 30/11/1735 - Consécration de l'église

Page 1

26011 - Transcriptions des registres-Image-CG12552.png

Daniel Joseph de CORNAC, par la miséricorde de Dieu

et la grâce du saint siège, Evêque et comte du conseiller

du Roy en tous ses conseils, maître de l’oratoire de sa majesté

Abbé de St Benoît sur Loire et de St Jean d’Orbestier

nous avons consacré l’église paroissiale de ce lieu d’Aoste (1)

et le maître Autel d’icelle, la dite église sous le vocable de

l’Assomption de la très sainte vierge et avons renfermé dans

ledit autel une relique notable de l’os de la cuisse de saint

FRUCTUOSE, martir (2), avons accordé un an d’indulgence pour ce

jourd’huy à tous les fidèlles de l’un et de l’autre sexe qui ont

assisté à la cérémonie de la consécration et quarante jours

à tous ceux qui la visiteront à l’avenir le jour de l’anniversaire

de ladite consécration que nous avons fixé à perpétuité au

dimanche qui précède immédiatement le premier dimanche

de l’avant, fait à Aoste (1) ce trentième novembre jour de la

feste de St André de l’année mille sept cents trente cinq

en présence de sieur Jean Baptiste Du RIF chanoine de la

Cathédrale de Die, François WANBERKEL aussi chanoine

vicaire général du diocèse, François AYMAR curé dudit lieu

D’Aste (1), autre François AYMAR sacristain, François

Jean Baptiste PIEZ curé de Chabrillan, docteur en théologie

Sommaire

Page 2

26011 - Transcriptions des registres-Image-CG12553.png

Julien COMBEY curé de Saou, François FAURE curé

de Saillans, Simon POURCEL curé de Vassieux, Antoine

GAILLARD curé de Mirabel, Esprit BRUGIERE curé de

Dieulefit, François Gabriel DIDIER vicaire de Montoison

Antoine PETREMENT vicaire de ce lieu d’Aoste (1), …

… qui ont signé avec nous le présent acte que nous

avons fait sceller du sceau de nos armes et contresignés

par notre secrétaire.

Signent : Daniel Joseph Evêque de Die

DURIF chanoine : WANTERKEL vicaire général

AYMAR curé

AYMAR ancien curé et sacristain

PIEZ curé ; COMBEY curé

POURCEL curé

PETREMENT vicaire ; GAILLARD curé de Mirabel

BRUGIERE curé ; F. DEYDIER vicaire de Montoison

FAURE curé

(Par) Monseigneur

MONGE

Sommaire

Notes

1)- Lire Aouste-sur-Sye. On retrouve souvent dans les BMS écrit : Aoste, Oste.

2)- Saint FRUCTUOSE Martyr avec saint Restitut, saint Donat, saint Valerien et douze compagnons.

Il serait mort à Antioche le possible 23 août 429. Source

Sommaire

- 27/09/1766 - Opposition à la proclamation de bans

Le vingt sept septembre mil sept cents soixante six,

pardevant nous françois Bontoux prêtre Bachelier

en droit canon et curé d’aoste diocese de die a

comparu Magdelène chapel fille de henri et d’elisabeth

Gautier, habitante de cette paroisse, laquelle

étant informé qu’en vertu de prétendues promesses

de mariage entre elle et joseph Granjon, celui cy se

disposait à nous requerir de proceder à la proclamations

des bans, quoyque led. Promesses depuis long temps

soient résiliées ; c’est pourquoi elle declare former

opposition à lad. Proclamation de bans, de la

quelle comparution et declaration nous luy avons

octroyé acte et l’avons inscrit sur chacun des deux

originaux de nos registres, à la charge de faire

controller la presente opposition si le cas le requiert

autrement nulle fait aud. Aoste dans

la sacristie de notre église parroissialle, en

presence de jean françois et antoine évéque pere et

fils, habitants dud. Aoste, témoins requis et signés

avec la comparrissante et nous

Magdeleine chapel

JF Eveque

Antoine Eveque

Bontoux Curé

Notes

  • Le texte a été repris par la transcriptrice aussi proche que possible de l'original.
  • Suite de l'histoire :
- Madeleine CHAPEL se marie le 16/12/1766 à Aouste avec Jean Louis GARNIER , boulanger de Crest
- GARNIER, mieux que GRANJON ?
  • Photos à venir

Sommaire

- 09/03/1767 - Décès de Susanne EYMERI

Page 1

Le neuf mars mil sept cents soixante sept, par devant nous

François BONTOUX prêtre de la paroisse de d’Aöste diocèse

de Die , à comparu sieur Jean Claude AUDRA habitant dudit

lieu, lequel est venu nous avertir que Susanne EYMERI épouse

de Jean Antoine MAILLET étoit décédé ce jourd’huy, laissant

est-il dit, à notre disposition, de luy donner la sépulture

ecclésiastique ou de permettre qu’elle soit enterrée de la

manière que le sont ordinairement les protestants de nôtre

parroisse, à quoy nous avons répondu ne pouvoir luy

donner la sépulture écclésiactique, attendu les motifs qui

résulte du verbal qui sera cy-après enregistré et qui

demeurera cy-contre annexé, jusqu’à ce que nous l’ayons

remis au greffe de la juridiction royalle, et avons permis

en attendant que la justice aye été informée de l’apostasie(3)

de ladite EYMERI, et sans être garant des poursuites qui

pouroient être faites contre sa mémoire, qu’elle soit enterrée

en terre profane dans la nuit de demain à après demain et

sans aucune pompe, dans un fonds dudit MAILLET au delà

de la Drôme près du pont, appelé fond Pourré, et agée

Page 2

d’environ trente cinq ans


Teneur du procès verbal sus énoncé

Note Marginale : L’original du verbal

cy-contre enregistré

a été remis entre

les mains de Monsieur

BERGERON prévôt du

Roy en la sénéchaussée

de Valence par

moy curé d’Aöste

soussigné, le onze

de ce présent mois

de mars mil sept cents

soixante sept.

Signe : BONTOUX


Ce jourd’huy premier mars mil sept cents soixante sept

nous François BONTOUX prêtre curé de la

parroisse d’Aöste aurions été avertis à l’issue de

l’office des vêpres par Mariane EYMERI que Susanne EYMERI sa

tante et épouse(4) de Jean Antoine MAILLET, originaire ladite Susanne

EYMERI de la parroisse de Vacieu en Vercor, étoit très dangereusement

malade à la suite d’une couche; et comme ladite Susanne EYMERI

quoyqu’ancienement catholique, née de parents catholiques

et ayant régulièrement rempli son devoir de catholicité avant

son mariage a négligé de s’en acquiter avec la même

exactitude après ledit mariage, qui, même dans les

commencement d’iceluy, elle nous auroit donné à entendre

que son mari vouloit la contraindre à changer de religion,

ce qui nous auroit engagé à en faire de vives représentations

à son dit mari, même d’en instruire monsieur le président

de VAULX lorsqu’en qualité de commandant de la

province et de premier président en l’absence de messieurs de

TONERRE et de BERULLE, il demanda des renseignements aux

officiers de cette communauté sur l’état, le nombre et la manière

de se conduire des protestants de ladite communauté, que dans

la suite ladite Susanne EYMERI auroit totallement cessé de

participer à nos mystères et ensuite d’assister à l’office divin

malgré les remontrances que nous luy devions en qualité de

pasteur et dont nous nous serions fidellement acquités; toutes

ces considérations nous auroint alarmé sur la foy de ladite

Susanne EYMERI et nous auroint induit à aller luy dire

tout ce que nôtre ministère requiert de nous en pareil cas, pour

à quoy procéder, nous nous serions rendus en la maison

Page 3

dudit Antoine MAILLET, et après nous être informé de la

santé de sa femme, nous aurions demandé à la voir, étant

entré dans sa chambre, nous aurions fait connaître aux

assistants que nous avions à parler en particulier à ladite EYMERI

et, en conséquence, nous les aurions priés de se retirer; que

dans les premiers moments, nous n’aurions trouvé aucun

obstacle à nos désirs, mais que, bientôt après et aussitôt

que j’avois commencé à entretenir ladite EYMERI de religion,

ledit Jean Antoine MAILLET son mari seroit entré plusieurs fois

dans la chambre de la malade, sous prétexte de prendre

quelques meubles dont il avoit besoin; qu’à la suite de ces

entrées et sorties, il n’auroit pas tardé de venir se camper

auprès de son épouse et n’auroit point voulu sortir, malgré

nos prières et nos réquisitions réitérées, n’ayant cependant exigé

qu’il sorte qu’après avoir donné à sa dite épouse tous les secours

corporels dont elle pourroit avoir besoin, et qu’il auroit insisté

à dire qu’il ne vouloit point quiter un seul instant sa femme

ce qui auroit été cause que nous nous serions transportés

sans divertir chès maître GUIRAMAND maire de ce lieu

et Louis ANDRÉ consul et aurions priés de se transporter

avec nous dans la maison desdits MAILLET où ladite EYMERI étoit

détenue dans son lit pour cause d’infirmité y étant, nous

aurions de nouveau, en présence de ces officiers de communauté

interpellé ledit MAILLET de nous laisser en liberté auprès de son

épouse pour remplir, la concernant, les devoirs de nôtre

ministère, que ces messieurs, sur son refus luy auroient fait-les

mêmes intterpellations et qu’il leur auroit répondu qu’il ne

vouloit quitter sa femme qu’à la mort ; que néanmoins

Page 4

presser plus vivement par ledit Monsieur GUIRAMAND et

auvoit enfin consenti à nous laisser

libres dans nos fonctions ; que nous n’aurions

rien oublié en particulier pour engager ladite

EYMERI à réparer le scandalle qu’elle avoit donné en se dispensant

de vaquer à ses devoirs de catholicité ; qu’elle nous auroit

dabord répondu qu’elle n’etoit pas mortelle , et que, sur les

représentations que nous luy aurions fait que sa maladie

étoit dangereuse et que, ne le fut elle pas, elle ne saurroit trop

se hâter de mettre ordre à sa conscience, elle se seroit enfin

déterminée à nous dire qu’elle vouloit vivre et mourir dans

la religion de son mari ; c’est à dire dans la religion protestante

et y a persisté, malgrè tout ce que nous aurions pu luy dire

de plus pathétique et de plus touchant pour l’angager à ne

point se désister de professer la religion de ses père. Enfin

voyant qu’elle était obstinée à professer ladite religion

protestante, nous aurions prié lesdits Messieurs GUIREMAND et ANDRÉ

d’entrer dans sa chambre, étant entrés, nous aurions

renouvellé en précis les précédentes remontrances et

exhortations; et, nonobstant ce, elle auroit persisté à

abjurer la religion catholique pour devenir protestante,

ayant formellement déclaré, toujours en la présence des susdits messieurs

GUIREMAND et ANDRÉ qu’elle vouloit mourir dans la religion

de son mari, quoyque ce fut la religion protestante et

différente de celle de ses pères, de tout quoy nous avons dressé

le présent procés verbal pour en cas qu’elle viene à décéder

dans ces sentiments, être par nous et par la justice a procedé

ainsi qu’il appartiendra, surtout en cas que l’on nous

Page 5

requière de luy accorder la sépulture ecclésiastique, ce fut

ainsi procédé et le présent procès verbal rédigé aux présences

de ladite Marianne EYMERI et desdit Messieurs GUIREMAND et ANDRÉ

soussigné avec nous non ladite Marianne EYMERI pour ne l’avoir

seu de ce enquise et requise signés à l’original, GUIREMAND

maire, l’ANDRÉ consul, BONTOUX curé d’Aöste et a la marge

est écrit nous : Nous François BONTOUX prêtre curé d’Aöste, déclarons

qu’un des principaux motifs qui nous ont induit à proceder

avec publicité, ainsi qu’il résulte du présent , a été, d’un coté

la crainte de nous écarter des règles et que la justice ne se

formalise de nôtre conduite, dans le cas auquel nous

refuserions après sa mort la sépulture écclésiastique à ladite

Susanne EYMERI, sans que son apostasie soit parfaitement

notoire ni constaté par procédure juridique, et de l’autre,

parce que nous craignions de causer du scandalle parmi les

catholiques timorés de nôtre parroisse, si la sépulture

ecclésiastique venoit à être accordée à celle dont la conduite

passée la fait déjà regarder comme infidelle à sa religion

par ceux là même d’entr’eux qui seroint temoins disposés

à juger défavorablement sur son compte, signé BONTOUX


Et a été l’acte mortuaire de ladite Susanne EYMERI fait aux

présences de monsieur Louis GRANJON maître menuisier et de Louis

VEYRIER maître tailleur tous les deux habitants de cette

parroisse témoins soussignés avec ledit sieur AUDRA et nous

curé de ladite parroisse. Je sousigne Jean Claude

AUDRA proteste en signant le mortuel de

Susane AYMERI que je ne prand aucune

pard au verbal si contre enregistré

et inséré dans ledit acte mourtiel n’ayant

aucune connoissance de fais articules dans

Page 6

ledit verbal .

signent : AUDRA

GRANJON ; Louis VEYRIER

BONTOUX curé


Notes

3)- Renoncement public à une religion

4)- Le couple se marie le 25/09/1762 à l'église de Aouste. L’époux est dit Nouveau Converti.

Leur premier enfant, Jean, naît le 13/10/1762 !

  • Photos à venir

Sommaire

- 05/06/1772 - Décès de Anne LADRET

26011 - Transcriptions des registres-Image-CG05061772.png

Le cinquieme du mois de juin mille sept cent soixante et douse, j’ai été

averti par Mr Jean Tavant que Mademoiselle Anne Ladret, femme à Mr

Simon Tavant religionaire touts habitants de ce lieu d’Aoste est morte du

jour d’hier sur les neufs heures du soir, nous n’avons crû devoir luy

refuser de l’enregistrer tant par l’amour que cette chere deffunte avoit

pour les pauvres que parrapport à ces parents qui sont des très honnetes

gens, la présente a été passée en présence du sus nommé et c’est signé

avec nous

Signent : Jean Tavan ; Sollier prêtre et vicaire

Sommaire