24555 - Tourtoirac

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Tourtoirac
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 24 - Blason - Dordogne.png    Dordogne
Métropole -
Canton Haut-Périgord noir (Canton 24 05)

Blason en attente.png   24-13   Hautefort (Ancien canton)

Code INSEE 24555
Code postal 24390
Population 651 habitants (2014)
Nom des habitants Tourtoiracais, Tourtoiracaises
Superficie 2 543 hectares
Densité 25 hab./km²
Altitude Mini : 125 m
Point culminant 286 m
Coordonnées
géographiques
45.270555° / 1.058055° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
24555 - Tourtoirac carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Tourtoirac est une commune française située dans le nord-est de la Dordogne, dans la région dite du Périgord vert. C'est un village de peu d'habitants mais qui durant des siècles prospéra autour de sa puissante abbaye, l'abbaye royale Saint-Pierre-ès-Lien, qui fut l'un des établissements monastiques les plus importants du Périgord. Une abbaye autrefois puissante mais qui au cours des époques connut les pertes et vicissitudes des guerres et destructions. Aujourd'hui le patrimoine central de la commune est orienté autour des vestiges de son illustre abbaye, mais Tourtoirac a aussi accru son intérêt touristique dans les années 2010 avec la découverte et l'ouverture au public d'une grotte à concrétions : la perle géologique du Périgord. La commune est aussi connue localement pour son roi d'Araucanie et de Patagonie, Antoine de Tounens, et la dynastie qu'il a fondée après lui et qui encore aujourd'hui suscite partisans et commémorations.

HHistoire.pngistoire de la commune

Des campagnes de fouilles dirigées par Henri Laville ont été menées dans les années 70 par l'Institut du Quaternaire à Bordeaux. Ces fouilles ont révélé des gisements très importants de l'industrie moustérienne. Le gisement des Ourteix comportait, en outre, des objets d'industries préhistoriques datés de -45000 (Moustérien), de -25000 (Solutréen) et de -5000 (néolithique)[1]. Ainsi il semblerait que Tourtoirac ait été un important atelier régional de taille du silex et de fabrication d'armes et outils : bifaces, pointes de flèches, racloirs, haches... Une salle d'exposition dans la commune expose les fossiles et silex découverts dans le gisement des Ourteix[2].

La première mention de Tourtoirac date de 1003, c'est à dire lorsque le vicomte de Limoges, Guy, décide d'y fonder une abbaye. Ainsi pendant longtemps un petit village se forma peu à peu autour de l'édifice abbatial, du cimetière, d'une halle couverte, d'un moulin à eau et d'un pont à dos d'âne dont une des piles supportait une petite chapelle. Ce pont du XIIe siècle, trop étroit dès le XIXe, fut démoli en 1888. Malgré l'importance de l'établissement monastique du Périgord, les guerres successives mettront peu à peu fin à l'abbaye, qui de plus subit pillages et destructions.

Le 21 novembre 1940, un groupe d'habitants de Rémilly en Moselle arrive à Tourtoirac. Il furent expulsés de leur village après avoir refusé l'occupation et vinrent se réfugier à Tourtoirac, alors en zone libre. Les 105 habitant du village mosellan y passeront cinq ans. Durant leur exil en Dordogne, les nouveaux arrivants nettoyèrent et aménagèrent un espace au bord de la rivière devenue aujourd'hui la place Rémilly, nom donné par le maire Jean Chabrier le 23 janvier 1977. Elle fut inaugurée par Mlle Mady Chabrier, la nouvelle maire, le 4 septembre de la même année en présence de Maurice Jochum, maire de Rémilly. Les deux communes sont jumelées depuis 1991[3].

Topo.jpg Toponymie

Le nom de Tourtoirac a plusieurs origines depuis l'époque Gallo-romaine et on trouve des mentions de Turtiacum puis Turturiacum. En occitan, la commune porte le nom de Tortoirac.

Marianne.jpg Histoire administrative

Résumé chronologique :

  • 1790-2015 : Tourtoirac (Canton d'Hautefort, Arrondissement de Périgueux, Département de la Dordogne)
  • 2015-2016 : Tourtoirac (Canton Haut-Périgord noir, Arrondissement de Périgueux, Département de la Dordogne)
  • 2017-2019 : Tourtoirac (Canton Haut-Périgord noir, Arrondissement de Sarlat-la-Canéda, Département de la Dordogne)

Patrimoine.png Patrimoine

Abbaye Saint-Pierre-ès-Liens

La façade ouest de l'église abbatiale
Le clocher Est de l'église abbatiale

Le début de la construction de l'abbaye date de 1003. Elle fut fondée sous l'impulsion du vicomte Guy Ier de Limoges, et placée sous la direction de Richard, abbé de Saint-Pierre d'Uzerche, qui y établit la règle bénédictine et y nomma comme abbé, Étienne, auparavant doyen de l'abbaye d'Uzerche. On distingue plusieurs phases de construction : transept et abside (aujourd'hui détruite) du début du XIe siècle, agrandissement de la nef à la fin du XIIe, prolongement par quatre travées dont la première est surmontée d'un clocher barlong à la fin du XIIIe siècle. On peut voir deux enfeus du XIVe siècle, l'un sur la façade ouest et l'autre sur le mur nord.

Dès sa création, le vicomte de Limoges dote très largement la nouvelle abbaye, ces donations comportaient 21 manses (terres agricoles), villas et trois églises : Saint-Hilaire (aujourd'hui disparue) dans un hameau à l'Est du bourg de Tourtoirac, Saint-Martin aux Granges d'Ans et l'église de Sainte-Trie. En 1120, le pape Calixte II confirme à l'abbé Gui de Tourtoirac toutes les possessions territoriales du monastère et le place sous la protection du Saint-Siège. Dans ce texte nous avons la liste des possessions de l'abbaye qui compte : les églises des Granges d'Ans, de La Chapelle-Saint-Jean, de Sainte-Trie, du château de Fialeix, de Saint-Raphaël, de Casteljaloux, de Mayac, de Savignac-les-Églises, de Sainte-Eulalie d'Ans, de la Boissière d'Ans, de Saint-Pantaly d'Ans, de Bauzens, de Sarliat... Cette bulle permet de voir l'importance des biens de l'abbaye au XIIe siècle dans le pays d'Ans autour de Hautefort, on constate ainsi l'accroissement des biens de l'abbaye en cent ans.

À la fin du XIIe siècle, 34 moines occupent l'abbaye. En 1304 l'abbé est alors Ademar de NEUVILLE, il accueille à Tourtoirac Bertrand de GOTH, archevêque de Bordeaux, en visite canonique à l'abbaye du 17 au 21 octobre qui deviendra pape en 1305 sous le nom de Clément V et transportera le Saint Siège à Avignon. Durant la guerre de Cent Ans, le monastère sera détruit en 1345. Il sera restauré au XVe siècle par Hélie de COLONGES. Durant les guerres de Religions, les protestants ravageront de nouveau l'abbaye et la feront disparaître. Vers 1635, une tentative de reprise du monastère par les Cisterciens sera avortée et l'abbaye restera vide jusqu'à la Révolution. Le logis abbatial, encore existant, fut construit vers 1730 sur commande de l'abbé Pierre BEAUPOIL. À la Révolution, l'abbaye fut incendiée, l'église en partie détruite et les fortifications rasées. En 1793, les archives, le cartulaire et les ornements de l'église furent eux aussi brûlés.

L'ancienne abbaye Saint-Pierre est classée monument historique depuis le 18 mai 1960[4]. Autour de l'église abbatiale existent encore de nos jours les vestiges de l'abbaye. La chapelle prieuriale du XIIe siècle restaurée en 2001. La salle capitulaire qui fut découverte sous l'ancien presbytère lors de fouilles entreprises par l'abbé Chadois, dernier curé de Tourtoirac. Lors de ces fouilles furent découverts des sarcophages et un côté de l'ancienne salle capitulaire. A côté de la chapelle prieuriale se trouve l'ancien fournil du XVIIe. Une partie des anciens remparts est aussi présente coté Est de l'abbaye.

Le château

Sa construction daterait du XIe ou XIIe siècle, mais, comme l'abbaye, il fut détruit par les différents conflits et sera reconstruit au XVIIIe siècle. Il fut habité jusqu'à la Révolution par la famille De Moncheuil. La demeure fut acquise par Nicolas Leclerc qui fut maire de Tourtoirac et juge de paix à Hautefort. M. de Moncheuil, qui avait eu des charges militaires avait été guillotiné à Paris. Le château sera par la suite propriété de M. Labrousse qui sera maire, mais destitué en 1848. Une demoiselle Labrousse devint Mme Conil. Une demoiselle Conil devint Mme Gadaud, dont le fils, André Gadaud en est le propriétaire.

La grotte de Tourtoirac

La Grotte de Tourtoirac

La grotte fut découverte le 28 janvier 1995 par le spéléologue Jean-Luc SIRIEX. Il la découvrit en plongeant dans la résurgence de la Clautre située dans le bourg de Tourtoirac. Déjà en 1980, Gérard BUGEL avait réussi à franchir en plongée 130 mètres de siphons pour arriver dans une cloche d’air libre mais ne put aller plus loin. Jean-Luc SIRIEX, quant à lui, sut trouver le passage et découvrir cette cavité jusqu’alors vierge. Le 4 février, il organise une exploration avec Philippe MARCHIVE, Annie et Michel MAIRE. Mais en traversant le siphon pour ressortir de la grotte, Annie MAIRE et Jean-Luc SIRIEX se noient. Sous l'impulsion de Jean et Arlette SIRIEX, les parents de Jean-Luc, la grotte sera aménagée à la visite. Tout d'abord la municipalité fera creuser, en 2000, un premier puits de 25 mètres de profondeur pour les premières explorations. Enfin, les travaux d'aménagement débuteront en mai 2007 et le site ouvrira le 1er mai 2010.

Manoir de La Farge

Le manoir de La Farge est un ancien repaire noble, fief des famille de SÉDIÈRES puis LABROUSSE. Construit au XVIIIe siècle, la demeure est composée de deux corps de logis disposés en équerre et qui se rejoignent dans un angle occupé par une tour carrée. Les bâtiments seront modifiés jusqu'au XIXe siècle. On peut y voir une persistance des donjons médiévaux, là où demeurait le seigneur au sein des fortifications. Peu de baies ouvrent le corps de logis le plus allongé, qui abrite les communs. C'est aujourd'hui une propriété privée.

Autre patrimoine

  • La Fontaine de la Clautre, qui est une résurgence de rivière souterraine, alimenta durant des siècles le village de Tourtoirac en eau potable. C'est par cette source que la grotte de Tourtoirac fût découverte par le spéléologue Jean-Luc SIRIEX le 28 janvier 1995.
  • Les tombeaux des rois d'Araucanie et de Patagonie : Orélie-Antoine Ier (1825-1878), ainsi qu'Achille Ier (1841-1902) et son épouse Maria (1851-1893).
  • Plusieurs croix de chemin : la croix de Sainte-Trie, la croix du Portail, la croix du Chambon, la croix de Rozier...
  • Plusieurs cabanes de pierres sèches appelées de Bories.
  • Une tuilerie au bord de l'Auvézaire pour la production de briques et de tuiles.
  • Le Musée du Roi d'Araucanie
  • Une tannerie

Repère géographique.png Repères géographiques

Le village de Tourtoirac se trouve dans la partie nord-est du département de la Dordogne dans la région dite du Périgord vert. Le bourg est construit au pied d'un imposant rocher au sud et au bord de l'Auvézère, affluent de l'Isle et sous-affluent de la Dordogne, qui coule de Saint-Germain-les-Belles en Haute-Vienne à Bassillac. La commune qui s'étend sur 25,43 km² possède une altitude minimale de 125 mètres et maximale de 286 mètres. Tourtoirac est entouré des communes de Saint-Raphaël, Cherveix-Cubas, Hautefort, Sainte-Orse, Chourgnac, Sainte-Eulalie-d'Ans, Coulaures, Saint-Pantaly-d'Excideuil et Saint-Martial-d'Albarède.


Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population - - - - - - - - - -
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population - - - - - - - - - -
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population - - - - - - - 798 849 754
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 756 654 612 624 654 642 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2014

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
Nicolas LECLERC  ? - ?  
- -  
LABROUSSE  ? - 1848 Destitué  
- -  
François DEVORT  ? - 1925  
Raoul DEVORT 1925 - 1945  
Léopold CONTY 1945 Maire par délégation  
André CHÂTEAU 1945 - 1947  
Sylvain DAUBISSE 1947 - 1953  
Jean CHABRIER 1953 - 1977  
Marie-Madeleine CHABRIER 1977 - 1983 Surnommée Mady  
Pierre BARASCUD 1983 - 1989  
Marc DESVAUD 1989 - 1995  
Dominique DURAND 1995 - en cours  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance ou de décès de

Ville de naissance

  • Roger DANTOU, né le 17 septembre 1880 à Tourtoirac et décédé le 27 mai 1939 aux Maurilloux à Trélissac. Il fonde en 1901, avec Roger William MAGNANOU, le Club athlétique Périgueux Dordogne. En 1919, avec de grands noms du rugby français (Octave LÉRY, Charles BRENNUS entre autres), il fonde la Fédération française de rugby à XV et en devient le premier vice-président, Octave LÉRY étant le président. En 1928, il sera élu à ce poste et le conservera jusqu'à sa mort en 1939.

Ville de décès

  • Antoine DE TOUNENS, né au hameau de la Chèze à Chourgnac le 12 mai 1825 et décédé le 17 septembre 1878 à Tourtoirac. Explorateur français qui en 1860 est proclamé roi d’Araucanie et de Patagonie par les indiens Mapuches. Chassé par le Chili, et après plusieurs tentatives de retour, il tombe malade et décède en 1878. Il est enterré au cimetière de Tourtoirac.

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

La place et le monument aux morts

Morts des guerres 1914-1918 / 1939-1945

Pictos recherche.png Consulter la liste ...

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 8h30 - 12h30 8h30 - 12h30 8h30 - 12h30 8h30 - 12h30 8h30 - 12h30 8h30 - 12h30 -
Après-midi 13h30 - 17h 13h30 - 17h - 13h30 - 17h 13h30 - 17h - -
24555 - Tourtoirac - Mairie.JPG

Mairie
Adresse : Le Bourg - 24390 TOURTOIRAC

Tél : 05 53 51 12 17 - Fax : 05 53 50 28 46

Courriel : Contact

Site internet :

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : L'annuaire Service Public (Août 2017)

Associations d'histoire locale

  • Les Amis de l'Abbaye et du Patrimoine de Tourtoirac, Chez Mady Chabrier, le Bourg, 24390 - Tourtoirac, Association Loi 1901

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Gérard Delorme, Visiter la grotte de Tourtoirac, Éditions Sud Ouest, 2011, 32 pages

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Préhistoire sur le site des Amis de l'Abbaye et du Patrimoine de Tourtoirac
  2. Livret sur Tourtoirac édité par l'Association Tourtoiracoise Avenir et Création
  3. Article du Républicain Lorrain du 12 août 2010
  4. L'ancienne abbaye Saint-Pierre est classée Monument historique Fiche Base Mérimée


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.