17021 - Arvert

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Arvert
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 17 - Blason - Charente-Maritime.png    Charente-Maritime
Métropole
Canton Blason La Tremblade-17452.png   17-26   La Tremblade

Blason La Tremblade-17452.png   17-40   La Tremblade (Ancien canton)

Code INSEE 17021
Code postal 17530
Population 3 412 habitants (2016)
Nom des habitants Alvertons, Alvertonnes
Superficie 2 622 hectares
Densité 130,12 hab./km²
Altitude Mini : 0 m
Point culminant 25 m
Coordonnées
géographiques
45.7408° / -1.1278° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
17021 - Arvert carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Arvert est une commune du sud-ouest de la France située en Charente-Maritime. Cette petite ville se trouve au cœur de la presqu'île qui porte son nom, entre l'estuaire de la Gironde et la Seudre. Arvert, érigée en baronnie durant l'Ancien Régime, fut longtemps la localité principale de la presqu'île, avant d'être devancée par La Tremblade au XVIIIe siècle. Située au bord de la Seudre, les habitants exploitèrent pendant des siècles les marais salants avant que l'ostréiculture ne s'y implante, donnant ainsi naissance au bassin ostréicole de Marennes-Oléron. La commune est aussi marquée par son passé agricole, on trouve encore de nombreux vestiges de moulins, mais aussi religieux, catholique comme protestant, la presqu'île ayant était une zone d'implantation protestante importante.

Histoire.png Histoire de la commune

Antiquité

  • Des pêcheurs sont déjà présents au néolithique.
  • Durant la période romaine, la population augmente et s'intéresse à la maîtrise de l'eau grâce à des puits ou moulins.

Moyen Âge

Au XIIe siècle, le bourg devient une seigneurie d'importance. Des prieurés s'établissent, tels celui de Sainte-Catherine-de-Coux en 1112. L'église d'Arvert existe déjà, sans doute imposante, car le chanoine et ses nombreux vicaires s'occupent de « 52 paroisses »[1]. À cette époque, l'agriculture et l'élevage se développent, les moulins à vent sont rois.

Époque moderne

  • Au XVIe siècle, l'agriculture diminue au profit de la pêche et des activités qui en découlent. Et le sel, richesse du pays, devient l'objet d'un commerce étendu.
  • Petit à petit la population protestante prend de l'ampleur et lorsque l'église est détruite par les Huguenots en 1568, un temple est édifié. Il sera détruit sous le règne de Louis XIV et le pasteur condamné. Entre temps, la seigneurie est devenue baronnie.

Époque contemporaine

  • À la Révolution, la paroisse d'Arvert est érigée en commune.
  • Les activités artisanales liées à la pêche sont concurrencées par l'ostréiculture qui se développe à partir du XVIIIe siècle siècle.
  • Lors de la Grande Guerre, le nombre de victimes s'élève à 81. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la population civile est évacuée et le bourg est fortement touché par les combats d'avril 1945 visant la Libération de la poche de Royan. Le secteur d'Arvert est libéré les 16, 17 et 18 avril.
  • Depuis le XXe siècle, la situation de la ville tire grand parti du tourisme.

Toponymie

Héraldique

Pour le moment, la ville ne dispose pas encore d'armoiries.

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Église Saint-Étienne

Église Saint-Étienne
Photo B.ohland
Chapiteau de droite
Tête de femme

Ce très vieil édifice (XIe et XIIe siècles) a beaucoup souffert. Après les invasions barbares, il ne restait que des fragments de colonnes et chapiteaux. Ceux de la première assise de droite (en photo) remontent à 1060 et représentent trois visages dont celle du centre en ronde bosse, qui représenterait la "bavarde" du village se faisant mordre par la vipère sortant de sa bouche.
Le portail gothique est excentré, et sous la petite fenêtre tréflée deux têtes de femme font saillie. Après les guerres de Religion, notamment en 1588, l'église est complètement démolie et les villageois utilisent les pierres pour bâtir leurs maisons aux alentours.

L'église est reconstruite en 1683, comme en témoigne une inscription gravée dans les contreforts du chœur, et sa façade sera souvent remaniée. L'édifice est inauguré par Messire Jean de Lafargue, curé de 1672 à 1717.
Le clocher est plus tardif (1845) et abrite trois cloches : Marie-Émilie, Françoise-Stéphanie-Josèphe-Jeanne, et Marie-Marthe-Léon-Eustelle.

L'intérieur

La chaire

Sur le plan architectural, très peu de fioritures mais une grande sobriété. Certains pans de murs sont restés en pierres apparentes. À côté de la chaire, en pierre, un bénitier comporte une coquille Saint-Jacques en relief.
Trois vitraux du XXe siècle représentent saint Étienne, saint Paul et la Vierge Immaculée.


Le puits sur le parvis

Puits à dôme


En 1727 un presbytère est construit sous l'impulsion d'Alexandre de Lafargue, archiprêtre à cette époque (et par ailleurs frère du curé jean de Lafargue, mentionné plus haut).
Celui-ci souhaite décorer le parc avec ce puits, recouvert d'un dôme sur quatre colonnes, façon Louis XV. Le dôme est couronné d'un lanterneau avec flamme.
Plus tard la margelle est donnée à la commune : elle la fait démonter pour la remonter à l'identique en 1990 sur la place de l'église.

Temple protestant

  • Sa construction commença vers 1836.
  • Une maison d'oraison protestante dans le village d'Avallon a été aménagée dans une ancienne grange.

Vestiges de moulins

Moulin du Cabouci
Moulin des Lauriers


Au XIXe siècle, une bonne vingtaine de moulins à vent étaient à l'œuvre dans le village, « jusqu'à 22 sur le cadastre de 1825 »[2]. Quelques unes des tours ont subsisté :

- le moulin du Cabouci, auquel les Allemands ont rajouté des créneaux pour en faire une tour de guet. Il est maintenant dans la propriété d'un institut pour malvoyants
- le moulin des Lauriers
- le moulin du Petit Pont (en direction de la Tremblade)
- le moulin des Justices, datant du XVIe siècle, et restauré en 2014 (sur le parking du supermarché)


Maison commune

Presbytère de 1727


La maison commune date de la Révolution. Elle a pris place dans l'ancien presbytère, construit en 1727, au n° 4 de la rue du Bourg.
En 1834, une mairie a été bâtie en même temps qu'un ensemble de constructions protestantes comprenant le temple, une école publique et un logement d'instituteurs, le tout organisé en carré autour d'une cour de récréation. L'ensemble se situe rue des Tilleuls, en face de la mairie actuelle.

Repère géographique.png Repères géographiques

Dans le port de Coux

Arvert se trouve sur la presqu'île du même nom qui sépare l'estuaire de la Gironde au sud-ouest, de celui de la Seudre au nord-est.
Son ban communal se situe à l'est de celui de La Tremblade qui fait face à la pointe de l'île d'Oléron.
Côté Seudre, la presqu'île est le domaine des marais doux et salés, propices à la culture des huitres de Marennes-Oléron.
La commune y fait vivre deux petits ports ostréicoles : Coux et La Grève à Duret.


Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 2 650 2 717 2 496 2 425 2 402 2 360 2 432 2 430 2 539 2 620
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 2 627 2 773 2 483 2 443 2 532 2 496 2 571 2 485 2 494 2 334
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 2 323 2 036 1 957 1 926 2 071 2 028 2 003 2 155 2 183 2 380
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 2 541 2 734 2 887 3 031 3 133 3 412 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011, 2016

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Élie GOYEAU 1789 - 1790  
Étienne GODET 1790 - 1791  
Pierre DUGUA 1791 - 1792  
Jacques GABIOU 1792 - 1795  
Jean GUICHARD 1795 - 1798  
Louis BARGEAU 1798 - 1799  
Jean GUICHARD 1799 - 1816  
Jean EASME DE LA CROIX 1816 - 1824 Père.  
Pierre BERNELOT 1824 - 1838  
Édouard VAURIGAUD 1838  
Jean MASSON 1838 - 1842  
Pierre BERNELOT 1842 - 1843  
Pierre MASSON 1843 - 1844  
Jean EASME DE LA CROIX 1844 - 1846 Fils  
Léon Élisée CHEVALLIER 1846 - 1852 Né aux Mathes en 1810, médecin, conseiller général, décédé à Arvert en 1879.  
Jérémie ROYER 1852 - 1865 Assiste au baptême de la première cloche.  
Léon Élisée CHEVALLIER 1865 - 1878 Né aux Mathes en 1810, médecin, conseiller général, décédé à Arvert en 1879.  
Jean ROUX 1878 - 1881  
Émile GUITON 1881 - 1896  
Léandre PEPONET 1896 - 1903  
Émile VEYEAU 1903 - 1922  
Gaston PILLET 1922 - 1925  
Émile PILLET 1925 - 1935  
Camille LECUROUX 1935 - 1945  
Valentin GUILLON 1945 - 1977  
Claude FABRE 1977 - 1983  
Charles GUILLON 1983 - 1989  
René MORILLON 1989 - 2001  
Michel PRIOUZEAU 03/2001 - (2020) Né le 22/05/1941.  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Jean de LAFARGUE 1672 - 1717 Il est assisté de 5 vicaires.  
- -  
- -  
M. GAILLARD après 1845 Assiste au baptême de la première cloche.  
- -  
- -  
Lucien FRADIN après 1898 Assiste au baptême de la deuxième cloche, fondue en 1898.  
- -  
- -  
- -  

Les titulaires de la Légion d'honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Alfred BARDIN 11 mai 1876 - Soldat au 97e R.I.
Chevalier le 5 mai 1923. Dossier  
André Simon Valmon BOSSY 22 janvier 1885 24 mars 1925 Officier en second du Mariotte.
Chevalier le 13 mai 1919. Dossier  
Henri Jules René FAURE 6 avril 1884 - Sous-lieutenant du Génie 1er régiment d'aérostation.
Chevalier le 16 juin 1920. Dossier  
Pierre Auguste FONTENEAU 13 août 1872 - Officier des équipages de la flotte, fourrier.
Chevalier le 14 juillet 1919. Dossier  
Jean Célestin Louis GASCHARD 24 avril 1850 - Vice-amiral.
Chevalier le 24 novembre 1885.
Officier le 24 décembre 1899.
Commandeur le 14 avril 1911.
Grand officier le 30 juillet 1914. Dossier  
Jean Louis Jules Fernand GASCHARD 13 avril 1848 - Sous-directeur honoraire du ministère des finances.
Chevalier le 14 février 1906.
Officier le 30 décembre 1919. Son dossier  
René Marcel Félix LACLAVETINE 3 mai 1896 - Dossier non communicable.  
Hyacinthe Édouard LE BARILLIER 1er mars 1823 - Médecin en chef de l'hôpital Saint-André de Bordeaux.
Chevalier le 18 septembre 1872. Son dossier  
- - - -  

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Le monument aux morts
Vue ancienne

Morts des guerres 1914-1918 / 1939-1945

Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste ...


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 8 h 30 - 12 h 8 h 30 - 12 h 8 h 30 - 12 h 8 h 30 - 12 h 10 h 30 - 12 h 8 h 30 - 12 h -
Après-midi 13 h 30 - 18 h 13 h 30 - 18 h 13 h 30 - 18 h 13 h 30 - 18 h 13 h 30 - 17 h 30 - -
17021 - Arvert Mairie.JPG

Mairie
Adresse : 1, place Jacques Lacombe - BP 31 - 17530 ARVERT

Tél : 05 46 36 40 36 - Fax : 05 46 36 43 22

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : L'annuaire Service Public & Mairie (Mars 2019)

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie


Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Dépliant sur l'église Saint-Étienne
  2. Dépliant des circuits de randonnée d'Arvert