12208 - Saint-Affrique

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Saint-Affrique
Blason 12208-Saint-Affrique.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 12 - Blason - Aveyron.png    Aveyron
Métropole
Canton Blason 12208-Saint-Affrique.png   12-19   Saint-Affrique

Blason 12208-Saint-Affrique.png   12-29   Saint-Affrique (Ancien canton)

Code INSEE 12208
Code postal 12400
Population 7507 habitants (1999)
Nom des habitants Saint-Affricains
Superficie 11096 hectares
Densité 67,65 hab./km²
Altitude Mini: 279 m
Point culminant 720m
Coordonnées
géographiques
43.959167° / 2.887223° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
12208 - Saint-Affrique carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

Bref historique

  • Pendant la Révolution française , la ville a été temporairement rebaptisée "Montagne sur Sorgues" par les autorités .


Relevès du Cercle Généalogique du Sud-Aveyron

Archives de Tiergues, (commune de St-Affrique,12)

AD12 2E 216 GG 10

Dieu soit loué. La postérité demeurera informée qu’en l’année 1709, le sixième jour du mois de Janvier, environ les 7 heures du matin, le temps, qui était le jour précédent fort doux, devint à un si haut degré de froideur que le reste du même mois, et le mois de Février suivant fit un si grand froit, que me trouvant dans l’abbaye de Quinsy en champagne diocèse de Langres, on y voyoit des arbres d’une grosseur démesurée, qui se fendoit si extraordinairement, qu’on pouvoit passer le bras entièrement dans les fentes, qui persoit de jour en jour à travers les arbres. Le neuf du mois de janvier, je partis de Tonnerre pour aller à Langres, distant l’une de l’autre de 26 lieues, je fus obligé de me servir presque de deux nuits, allant pour l’insinuation des provisions de la Cure de Chazeray, et la dernière j’entrai dans la forest d’Arc en Barrois qui a trois lieues de trajet sans trouver aucun hameaux, je ta traverssoi de nuit, mais l’eclat que les arbres de cette forest faisoient en se fendant par la rigeur du froit auraient épouvantés les plus hardis, il me sembloit être dans un camp de bataille tant le bruit des arbres étoit extraordinaire, en faisant ce voyage, ou à mon retour je trouvai dans les villes et villages partout des gens que ce grand froit avoir mis les uns à mort, les autres qui se trouvoient secourus, encore languissants, et à demy morts.Il arriva à cause de ce grand froit que cette année, dans la Champagne, Bourgogne, Picardie, Isle de France, et partie de la Normandie, il n’y eut aucuns blé, je veux dire d’hiver, froment, seigle, orge, fèves et autres denrées, ny même pas une goute de vin dans la Champagne et Bourgogne, qui sont deux provinces abondantes en vin ce qui causa une si grande famine dans tout ce païs là, qu’on voyait dans le printemps les pauvres gens qui sembloient des spectres fouilloient par les champs les herbes et racines, comme font ordinairement les cochons.Le pain y fut pendant un an à 6s 7s 8s la livre.Il est vrai que les palmoules qu’on fit cette année produisirent beaucoup.Il arriva que l’intendant de Champagne fit de grandes depanses dans la généralité, sous d’amandes extraordinaire, de labourer au mois de mars les champs ensemencés pour y faire des palmoules disant que les blés d’hiver pousseraient, cependant les endroits qui obéirent à ses ordonnances se trouvèrent fort malheureux, n’ayant ny les blés d’hivers ni palmoules.Et par tout le royaume les fruitiers périrent et surtout les noyers quand je fut de retour dans le Rouergue, je fus fors surpris de voir la perte totale de noyers, et surtout quand j’arrivai à Tiergues d’où j’étais absent depuis onze ans, j’y arrivai au commencement du mois de may 1711 et je vis le triste débris des noyers sans espérance d’y pouvoir y faire une goute d’huile, dans le temps que j’avais vu qu’on y en aurait pu faire jusques cent quintaux d’huile, mais ordinairement cette petite paroisse recueilloit l’une année portant l’autre quarante cinq quintaux d’huile.On ne pourra pas croire l’avenir qu’à Tiergues il y eut de si forts noyers qu’il y avait j’ay pourtant veu refuser un quintal d’huile d’un seul pied de noyer, on peut juger de la combien de fruits portoient ces grands noyers. Cette année là mourut quantité de gens il me souvient qu’en 1709 au mois d’octobre je passoi à Nevers, où jevis les rues pavées des mandiants, qui par leurs plaintes et leurs gémissements faisoient fendre le cœur et au cabaret où je couchai le maitre du cabaret me dit que depuis six mois à Nevers on comptoit jusqu’à 4500 personnes qui étoient mortes, sans y compendre les passans dont on ne connaissoit le nom et à Tonnere dans l’hôpital le registre mortuaire était chargé de 1500 personnes, sans y comprendre quantité d’étrangers dont on ne connaissoit ny le nom ny le païs.Enfin à Chaply petite ville de Champagne j’y payé cinq sols de la livre du pain d’avoine, voilà ce que je puis dire pour l’avoir veu moy même; quand on alloit pour vendre du blé ou achepté du pain,on n’étoit pas en sureté sur les chemins. Ecrit à Tiergues le 01-12-1714 par INQUIMBERT, curé de Tiergues


Archives de St-Affrique AD12 2E 216 GG2, du 21-03-1660

“Jour des Rameaux a esté fait feu de joy en ceste ville pour le mariage du Roy avec l’Infante d’Espaigne et pour la paix aussi avec l’Espagne pour laquelle si devant a esté chanté le Te Deum par ordre de Mgr l’Evesque conformément à la letre du Roy lue en notre prosne ce jourd’huy, le corps du chappitre sommes allés en procession au dit feu de joye à liaire del poustel. Chaqun des chanoines avec un pluvial accompagnés de M.le Juge, des Consuls, Procureur du Roy, lieutenant de Juge et de tous catholiques en grand nombre chantant le Te Deum lequel parachevé, feut publiée la paix à son de trompe devant le bûcher et lue par Peiré greffier ; le feu feut mis au dit bûcher par M. notre Prévost, vicaire général et official accompagné des sieurs Nove et Bonvouloir avec leurs pluviaux, le Sr Juge à la main gauche du dit official et après les Consuls, lieutenant et procureur du Roy, chascung avec son flambeau qui mirent aussi le feu au dit bûcher ; après quoi 200 fusiliers ou mousquetaires deschargèrent sur le dit bûcher parmi lesquels il y avait quelques piquiers par ordre et commandement de M.de Bazergues qui commandait lesdites fusiliers avec M.Anthoine son lieutenant où estaient 4 tambours et 2 drapeaux. Et aussi la procession se retira en chantant au retour de l’église le bénédicté. Immédiatement après, le Sr de Bazergues fit aller faire une descharge devant la porte du Sr Juge pour le saluer, après au Sr Magrenet premier consul, Galtier second, Flotard 3e et Galsin dernier, à M.de Vendaloves lieutenant et au Procureur du Roy. Et ainsi c’est passé tout ce dessus escrit avec paix et tranquillité nonobstant la division de la ville.”

Archives de St-Affrique AD12 2E 216 GG2 du 11-12-1661

“Le 11 décembre 1661 a esté faict en ceste ville le feu de joyes pour la naissance de Mgr le dauphain ou estoint tous les MM. chanoines revestus de chappes avec pluviaus magnifiques accompagnés de M.le Juge, M.le lieutenant, M.le Procureur du Roy, MM.les Consuls avec leurs robbes rouges qui mirent avec M.notre Prévost le feu au bucher et ce fut dans liaire del poustre à l’issue de vespres du dit jour. Au devant estaient dans hautbois et un violon, 40 fusiliers sur le clocher...qui deschargèrent à l’instant qu’on eut mis le feu, après marchèrent par la ville 200 homes armés jusques à ce qu’il feut nuict et alors les Consuls avec leurs robbes montèrent tous à cheval et firent la ronde par toute la ville accompagnés de plus de 200 catholiques chaqun avec sa chandelle a la main lesquels s’estant retirés vindrent aussi environ autres 200 travalieurs avec leurs sabots et chaqun sa chandelle, criant vive le Roy, vive le Dauphain, toute la nuit a chasque fenestre des maisons il y eut des chandelles ou lempes allumées avec un feu devant la porte d’un chaqun. Joubliais a dire que lorsqu’on mit le feu au dit bucher vindrent 3 cabaliers habillés magnifiquement qui repésentaient la France, lespagne et l’’Angleterre avec un écriteau chaqun en gros caractères et un autre cavalier arriva à l’instant représentant l’hérésie soubs le nom de la discorde qui voulait chasser et diviser les 3 premiers unis mais il fut chassé par eus. La nuit les huguenots touchés de ressantiment s’assemblèrent environ 50 des plus mutins, montés sur des aridelles ou asnes bebarit a chasque carrefour criant bibat bibat voila la substence de l’histoire.”

Blason en attente.png Héraldique

D'or à la croix fleurdelysée d'azur chargée en pointe d'un croissant du même, au chef aussi d'azur chargé de trois fleurs de lys du champ.

Histoire administrative

  • Département - 1801-2020 : Aveyron
  • Arrondissement - 1801-.... : ....
  • Canton - 1801-.... : ....
  • Commune - 1801-.... : ....

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Repère géographique.png Repères géographiques

Saint-Affrique est située dans la vallée de la Sorgues, à 35 km à l'ouest de Millau et à 15 km de Roquefort-sur-Soulzon.

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Notre Dame de Sainte Affrique

Vue d'ensemble



Démographie.png Démographie

  • Saint-Affrique absorbe en 1840, Bedos-Peyralle / Bournac / Saint-Étienne-de-Naucoules / Vendeloves

.

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 3 578 4 616 5 348 6 008 6 336 6 421 6 208 6 760 6 618 6 760
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 6 807 7 046 7 214 7 622 7 598 7 177 7 223 7 026 6 699 6 571
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 6 495 6 211 6 181 6 592 6 881 7 455 7 236 7 142 7 674 8 223
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 8 475 7 798 7 507 8 022 8 259 8 145 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2016.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

12208-Saint-Affrique-Place-liberté.jpg
Place de la Liberté en 1870.

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance ou de décès de

  • Émile BOREL, né le 7/1/1871, décédé le 3/2/1956 à Paris, mathématicien Fondateur de la théorie de la mesure et de l'étude moderne des fonctions. Il est le premier à entreprendre une étude systématique des séries divergentes et obtient la chaire de Théorie des fonctions à la Faculté des sciences de Paris en 1909, puis la chaire de Probabilités et physique mathématique, en 1921. Député de l'Aveyron à partir de 1924 à 1936 et ministre de la Marine pendant six mois en 1925.
  • Noël Marie Joseph Édouard, vicomte de CURIÈRES de CASTELNAU, général né le 21/12/1851, décédé à Montastruc-la-Conseillère (Haute-Garonne) le 19/3/1944
  • Stéphane DIAGANA, athlète né le 23/7/1969
  • Richard SAINCT, pilote de course automobile né le 14/4/1970, décédé en Égypte le 29/9/2004

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
- -  
Émile BOREL 1929 - 1941  
- -  
- -  
- -  
Émile BOREL 1945 - 1947  
Ernest CAVALLIER 1947 - 1953  
Pierre RIVIERE 1953 - 1959  
André VIGOUROUX 1959 - 1971  
Pierre MONTDREDON 1971 - 1977  
Lucien GALTIER 1977 - 1983 Conseiller général  
Paul ROQUES 1983 - 1989  
André VIGOUROUX 1989 - 1995  
Fernand SAMBUCY 1995 - 2001  
Alain FAUCONNIER 2001 - (2020) Réélu en 2008  
- -  
- -  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - - - - - -
Après-midi - - - - - - -
Commune.png

Hôtel de ville
Adresse : 1 Place de l'Hôtel de ville - 12400 SAINT AFFRIQUE

Tél : 05 65 98 29 00 - Fax : 05 65 49 02 29

Courriel : Contact

Site internet : http://www.ville-saint-affrique.info/article.php?id_article=14 Mairie )

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : http://www.annuaire-mairie.fr (mars 2013)

Dépouillements des registres paroissiaux

Décryptés par le Cercle Généalogique du Sud-Aveyron

St-Affrique protestants : 1531-1601-1668-1685 et 1756-1793 - Catholiques : 1611-1853 - Bournac 1609-1829 - Boussac : 1762-1788 - Notre Dame de Bedos : 1681-1829 - Notre Dame de Duris : 1689-1791 - Notre Dame de Tiergues : 1684-1792 - St-Etienne de Naucoules : 1694-1872 - Vailhauzy : 1672-1792 - Vendeloves : 1679-1791

tél : 05 65 60 07 79 - Courriel : cgsa2@wanadoo.fr

Site: www.genealogie-aveyron.com

Archives notariales

Décryptées par le Cercle Généalogique du Sud-Aveyron.

Périodes extrêmes : CM et Test.1469-1822

Tél : 05 65 60 07 79 - Courriel : cgsa2@wanadoo.fr

Site : http://www.genealogie-aveyron.com

Remarques

Sous-Préfecture jusqu'en 1926

RELEVES DU CERCLE GENEALOGIQUE DU SUD-AVEYRON

BEDOS

Les registres de Bedos contiennent depuis 1681 jusque à l’an 7 et manque 1691 - 1743 - 1746 - 1783 - 1786 - le registre de 1779 la 1ère page est partie la 2 ème est en blanc.

Catalogue des paroissiens de Notre Dame de Bedos qui ont reçu la confirmation à St Affrique le 15 Octobre 1775. - GUIBAL Antoine - SINGLA Antoine - FABRE Antoine Louis - MARC Barthélémy - REVERBEL Barthélémi - PEPOUJOL Etienne, communié - FABRE Francois, Berget de Roure - FABRES Francois, Vallet de serres C - GAYRAUD Francois C - LAVIT Francois C - TOUREL Francois C - LAVIT Gabriel - FABRE Guillaume C, Berger d’Enjalbert- LAVIT Jacques C - GUIBAL Jean Antoine C - CARRIERE Jean Baptiste - BOUTOUNET Jean C - PEPOUJOL Jean C - RICARD Jean, Valet de la métairie C - RICARD Jean, Valet à Vignol C - ROUSTAN Jean C - DOUMAIROU Jean C - VEIRAC JEAN C - BEC JOSEPH - ROUSTAN Joseph C - GANTOU Laurent. - (?) GANTOU, Berger de la metairie - BOUTOUNET (?) - ROUVE Louis C - FOUREL Louis C - VIGUIER Louis C - SINGLA Pierre C - JALADE Pierre Jean C - ROUSTAN Pierre Jean - GUIBAL Angelique C - ROUVE Angélique - TOUREL Anne C - BOUTOUNET Catherine C - LAVIT Anne - FABRE Catherine - LAVIT Catherine C - ROUVE Catherine C - GUIBAL Claire - CARRIERE Louise - FABRE Louise de Bouissi - PEPOUJOL Louise Anne C - (MOULS) ? Francoise C - CARRIERE Marie C - BIROT Marie C - FABRE Marie - ENJALBERT Marie-Anne C - MARC Marie Anne - VIGUIER Marie Anne - CAUMES Marie Jeanne, Bergère - LAVIT Rose C - ROUVE Rose C -


RELEVES DU CERCLE GENEALOGIQUE DU SUD-AVEYRON

AD12 2E 216 GG2

L’an 1644 et le 2ème jour du mois de janvier dans la maison de Jacques SEGURET, Me taneur en présence de tous ceux de la maison et plusieurs cavaliers alemands et autres, avons fiancé Jean ESTILLERE de Clos, cavalier du régiment de Gasson soubs M.le Baron d’Alles des dites compagnies logées en ville et le dit ESTILLERE d’Allemagne avec BERCLE Anne de la ville de Roctambourg d’Allemagne. Contrat prins et receu par Pierre PEYRE, notaire de la présente ville.

16-05-1648 AD12 2E 216 GG2

Je, François DAVIGNON, pbre ay chanté ma 1ère messe ce jourd’huy 16ème may de l’année 1648. Parrain M. GALTIER, sacristain de l’esglise collegiale de St-Affrique, marraine Delle Catherine de GALTIER, fille de M. Louys de GALTIER +, juge de la présente ville et coadjuteur dans l’esglise parroissiale de la ville. Ce mesme jour à l’issue de ma messe, les religieuses de ND se sont cloistrées dans la maison de M.BOURGES, ...de tout le chappitre...la musique de Mgr l’Evesque. - 19/06/1647, ay prins possession de mon canoniacat a moy assigné par M. Affrique BARASCUT, chanoine, mon oncle. - 24/02/1647, M. Affrique DAVIGNON, mon frère a chanté sa 1ère messe dans mon église paroissiale. Le parrain a esté M. LARESI, diacre de Vabre, vicaire général et la marraine Delle Margot de GALTIER, filhe de M. le Juge de St-Affrique. - 29/07/1653, mon frère a prins possession du canoniacat de St-Affrique que Mgr de Vabre luy a donné, vacquant par la mort de M. Jean (illisible), chanoine. Premier livre appartenant à M. François DAVIGNON, chanoine de St-Affrique dans lequel sont consignés tous les mariatges, décés, baptissers : enregistré à partir de l’année 1639. En foy de ce DAVIGNON (suit un index folioté par paroisse).

Permission de chapelle.

Le 6ème novembre 1645 a esté establie une chapelle dans le chasteau du Mas Rogié par MM. les vicaires générals, l’archidiacre et pessaire. Le siège vaquant et ce acepté à la prière du Sr du Mas Rogié lesquels vicaires se sont transportés sur le lieu le jour susdit pour vérifier si le lieu estait convenable. Et pour la bénédiction d’icelle chapelle M. ESPINASSE a esté commis comme chanoine et secondaire de St-Affrique qui a esté par luy faicte le 26ème du dit mois de novembre.
DAVIGNON

Moi soubsigné ay dict la 1ère messe à la dicte chapelle le jour susdict, le Sr ESPINASSE présent.
DAVIGNON


La faction de 2 cloches. AD12 2E 216 GG2

“Avons monté au clocher la grande cloche qui a esté fondue le 28 aoust dernier, pesant 17 quintals 88 livres laquelle feut aussi fondue en l’année 1643 et l’an 1654 et a esté si souvant rompue à cause qu’elle sonnait par le passé l’horloge, le Conseil et le carrilhon laquelle cloche apartient en entier aux catholiques selon les contracts passés entre les dits catholiques et ceux de la RPR retenus par POMAREDE notaire ; et le 25 septembre du dit an a esté fondue une autre cloche à l’hospital comme la susdite du poix de 9 quintals 30 livres faicte aux despens de l’oeuvre du consentement de Mgr l’evesque et tous les catholiques selon qu’on peut voir sur l’inscription qui est d’honeur de St-Sernin. Consuls Me POMAREDE docteur et advocat, Jean PEIRE et Guilhaume BARASCUT, M.Affrique DAVIGNON chanoine et scyndic et Guilhaume PAMIES, Marius MONTEL.”(fin de page coupée à la photocopie)

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  Dynamique, évolution, perspectives de la spéléologie au XXI siècle au travers des activités du Spéléo Club de Saint-Affrique

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références