06157 - Vence

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Vence
Blason Vence-06157.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 06 - Blason - Alpes-Maritimes.png    Alpes-Maritimes
Arrondissement Blason Grasse-06069.png    Grasse (S-Préf.)
Métropole Nice Côte d'Azur
Canton Blason Vence-06157.png   06-26   Vence

Blason Vence-06157.png   06-28   Vence (Ancien canton)

Code INSEE 06157
Code postal 06140
Population 18393 habitants (2015)
Nom des habitants Les Vençois
Superficie 3923 hectares
Densité 468,85 hab./km²
Altitude Mini: 40 m
Point culminant 1033 m
Coordonnées
géographiques
43.723611° / 7.114167° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
06Vence.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Bref historique

L'histoire de Vence remonte aux âges les plus lointains tôt car Vence offrait à la fois la nourriture, l'eau au pied des Baous, et la protection dans les grottes ou derrière les "castellaras" aménagés sur les collines (enceintes où les familles se réfugiaient avec leur troupeau, en cas de danger). Longtemps avant l'existence de Rome, les Nérusiens, petite tribu celto-ligure, était installée à Vence. En 16 avant Jésus-Christ,les Nérusii sont vaincus et les Romains s’installent en Provence. En 14 avant J.-C. naît la province des Alpes Maritimae. Les routes sont améliorées et Vence, grâce à sa position géographique, devient une cité privilégiée de la colonisation latine. On trouve encore de nombreux vestiges romains à Vence. Au IIIe siècle, Vence est convertie au Christianisme, au IVème siècle elle possède un évêché ; le temple de Mars devient une église. Du VIe siècle au XIe siècle, Vence subit les affreux ravages des Wisigoths, des Lombards et des Sarrasins.

Par le jeu du partage de l'Empire de Charlemagne, Vence et la Provence sont rattachées au Saint-Empire Romain Germanique.

Jusqu'à la Révolution, la Cité vécu sous la domination des barons de Villeneuve et de ses évêques qui étaient coseigneurs de Vence. Parmi ses nombreux évêques il y eut, Alexandre Farnèse qui sera le pape Paul III (1508-1511), deux académiciens Antoine GODEAU (évêque en 1638 à 1672) et Jean-Baptiste SURIAN (1728 à 1754) , deux saints Véran (440-481) et Lambert. La Révolution chassa le dernier évêque Mgr Pisani et supprima l'évêché.

En 1860, Nice et la Savoie sont rattachées à la France. Une partie du département du Var va être rattachée aux Alpes-Maritimes. C'est ce qui explique que le fleuve Var (qui symbolisait la frontière de la Provence jusqu'en 1860) ne soit pas dans le département du Var.

A partir de 1880, les conditions de vie changent rapidement : le chemin de fer permet des déplacements plus faciles et plus nombreux.

Voir Le livre Scanné sur l'Histoire de Vence

Vence dans la toumente 1939-1945

Histoire administrative

  • Département - 1801-1860 : Var --> 1860-2019 : Alpes-Maritimes
  • Arrondissement - 1801-2019 : Grasse
  • Canton - 1801-2019 : Vence
  • Commune - 1801-2019 : Vence

Résumé chronologique :

  • 1801-.... : Cton de , Arrt. de , Dép. de

Blason en attente.png Héraldique

D'azur à la tour d'argent, crénelée de cinq pièces maçonnées de sable.

Devise de la ville: "Turris Civitatis Vincii"
Armoiries enregistrées à l'Armorial général de la France dressé suivant l'édit de 1696.

Repère géographique.png Repères géographiques

Le Pays Vençois est compris entre la montagne calcaire, et la bande côtière. Il a des paysages très variés, son climat est très proche de celui de la bande littorale mais plus marqué dans ses extrêmes : il y fait plus chaud en été et il y gèle plus facilement que sur le bord de mer. Le Pays Vençois niché entre les rivières du Var et du Loup est posé au pied des Baous.

  • Plusieurs petits cours d'eau traversent la commune de Vence :
    • rivière la Cagne (qui se jette dans la Méditerranée)[1]
    • ruisseau la lubiane, (affluent de la Cagne)[2]


Patrimoine.png Patrimoine

La Cathédrale

La Cathédrale NOTRE-DAME-DE-LA-NATIVITÉ fut édifiée sur l'emplacement d'un ancien temple païen dédié à Mars. Une première église mérovingienne fut remplacée par une nouvelle église au IXe siècle. Une nouvelle construction romane fut édifiée au XIe siècle, et de nombreuses transformations successives sont intervenues jusqu'au XVIIIe siècle.Les modifications les plus notables sont :
Les bas-côtés reçoivent des tribunes au XVIIIe siècle.
Façade reconstruite en 1879 en même temps que le cœur.
Cette cathédrale est classée aux M.H depuis 1944 [3].

Sont visibles dans la cathédrale: une mosaïque de Marc CHAGALL représentant Moïse sauvé des eaux et plusieurs entrelacs carolingiens .
Les entrelacs carolingiens visibles sur plusieurs piliers attestent l'existence d'une église au IXe siècle.
L'orgue est l'oeuvre de Federico VALONCINI, il est situé en tribune au côté gauche. Sa réalisation date de 1871. Il a subi, vers 1930, des modifications par GONZALEZ, puis a été restauré en 1980 par Philippe HARTMANN.
Le Buffet à deux tourelles encadre une plate-face, surmontée d’une boiserie ogivale à arc trilobé.

Les stalles autrefois situées dans le chœur de la cathédrale rassemblaient le chapitre autour de l'évêque. Elles sont aujourd'hui situés sur les tribunes. Elles sont l'oeuvre d'un artiste Grassois Jacques BELLOT et furent exécutées vers 1460. De style gothique, leurs décors s'inspire du gout de la renaissance.

Pour en savoir plus...


Autres édifices religieux

Pictos recherche.png Article détaillé : Pour en savoir plus sur les lieux de culte....

Rue des Portiques


Vestige de l'ancienne voie romaine qui allait de Cimiez à Salinae. Elle représentait le "Décumanus" de la "cité" c'est-à-dire la voie Est-Ouest. La rue des Portiques tient son nom des arcades construites au Moyen-Age par les habitants.

Source : Mairie



Le lavoir

Construit en 1811 , il subira des modifications en 1832. Le lavoir tel que l’on peut le voir aujourd’hui date de 1861.

La longueur et la largeur sont étudiées pour que chaque lavandière dispose d’un espace d’environ 80cm. Au lavoir « c’est la guerre » pour avoir la meilleure place, près du robinet là où l’eau est propre. Les dernières au bas du lavoir récupèrent l’eau sale et savonneuse des autres.

Porte du "Peyra"


Porte datant de 1810.


Porte "levis""


Reste de la plus ancienne porte de la cité (XIVe siècle). Le portail "Levis" était une des trois portes de la ville sur la voie Romaine. Le portail était constitué d'une tour carrée dont le rez-de-chaussée était pourvu d'un pont levis fermé par une herse. La tour fut démolie en 1819.

La porte est inscrite aux monuments historiques par arrêté du 12 décembre 1936[4].



Porte d'Orient


C'est Monseigneur MOREAU qui fit ouvrir en 1760 une brèche dans le mur d'enceinte pour regagner plus rapidement le grand séminaire<;> En 1767, la commune fut contrainte de transformer la brèche en porte pour permettre à Monseigneur PISANI de La Gaude d'arriver à son palais épiscopal sans descendre de son carrosse.


Porte du Signadour


La porte du Signadour ou porte du guetteur date du XVIe siècle. A la révolution elle a perdu sa tour de vigie. Cette tour destinée à surveiller l'horizon devint inutile en 1789 car elle insultait l'égalité révolutionnaire.

La porte est inscrite aux monuments historiques par arrêté du 4 octobre 1932[5].


Fontaine du "Peyra"



La fontaine fut érigée en 1822 à la place d'une fontaine datant de 1578. Jusqu'en 1886 ou "le Riou" fut canalisé , la fontaine était l'un des deux points d'eau alimentant la ville de Vence.
Fontaine œuvre de l'architecte "Grassois" Étienne GOBY.
Classée aux M.H en 1920[6].

Château de Villenauve



Château construit au XVIIe siècle siècle par la famille de Villeneuve, seigneurs puis marquis de Vence.
Il a appartenu au XXe siècle à Émile Hugues (1901-1966), député-maire de Vence et ministre de la IVe République, qui l'a légué à la commune de Vence. L'édifice est devenu la Fondation Émile-Hugues, espace d'expositions temporaires consacrées à l'art contemporain et au rappel des séjours à Vence d'artistes comme Matisse, Dufy, Chagall ou Dubuffet.


Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Cartes postales anciennes

Dans la peinture

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance ou de décès de

Décès :

  • Célestin FREINET, pédagogue français, né à Gars (Alpes-Maritimes) le 16 octobre 1896, décédé le 8 octobre 1966


Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 2 615 2 657 3 020 3 045 3 612 3 156 3 165 3 101 2 974 2 733
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 2 710 2 755 2 828 2 770 2 761 2 903 3 103 3 043 3 124 3 208
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 3 498 3 090 4 192 4 876 5 495 5 665 6 278 7 874 9 420 11 385
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 13 119 15 330 16 982 18 931 19 160 18 599 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2015 & 2016.

Familles notables.png Notables

Marc CHAGALL : Peintre français né dans la banlieue de Vitebsk en Biélorussie le 7 juillet 1887 . En 1910, il part étudier à Paris . En 1914 il repart à Vitebsk , puis va vivre à Moscou. En 1922 après une étape à Berlin , il revient vivre à Paris. Le 7 juillet 1937 , il prend la nationalité française pour fuir l'antisémitisme. Au printemps 1941 , il est arrêté par les Allemands, mais l'aide d'un journaliste américain lui permet de rejoindre les États-Unis.
De retour en France en 1948 , il vivra à Vence de 1950 à 1966 puis à Saint-Paul-de-Vence jusqu'au 28 mars 1985 date de son décès. Il est inhumé à Saint-Paul-de-Vence.

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
Joseph De COURMETTE 1791 - 1793  
Emmanuel MAUREL 1793 - 1794  
Pierre BLACAS 1794 - 1795  
Nicolas GAYTTE 1795 - 1797  
Jean Baptiste RAYMOND 1797 - 1798  
André GEOFFRAY 1798 - 1799  
Jean-Baptiste CHABERT 1799 - 1801  
Pierre-Alexandre BOUYON 1801 - 1808  
Charles-Antoine BÉRENGER 1813 - 1816  
Jean Baptiste BÉRENGER 1816 - 1818  
Théodore FOCACHON 1818 - 1826  
Jean Louis FÉRAUD 1826 - 1829  
Jean Louis GIRAUD 1829 - 1831  
Jean Baptiste CALVY 1831 - 1843  
Christophe TRASTOUR 1843 - 1844 Maire provisoire  
Scipion SAVORNIN 1844 - 1846 Maire provisoire  
Jean Baptiste ROSTAN 1846 - 1848  
Joseph Marcelin MAUREL 1848 - 1851 (1807 - 1877) - Avocat  
Jean-Louis FERAUD 1851 - 1852  
Christophe-Clement TRASTOUR 1852 - 1860  
Marcelin MAUREL 1861 - 1877  
Henri-Louis ISNARD 1877 - 1900 (1832 - 1915)  
Antony MARS 1900 - 1901  
Joseph BOUGEAREL 1901 - 1915  
Antoine VERNIN 1915 - 1921  
Henri GIRAUD 1921 - 1926  
Joseph RICORD 1926 - 1941  
Henri EINESY 1941 - 1944 (1892 - ?) - Officier retraité  
Marcel BENOIT 1944 - 1945  
Émile HUGUES 1945 - 1959 (1901 - ?) - Notaire - Député[7] - Sénateur[8] - Garde des sceaux en 1954  
Jean MARET 1959 - 1983  
Jacques FALCOZ 1983 - 1983  
Bernard DEMICHELIS 1983 - 1989  
Christian IACONO 1989 - 2001  
Pierre MARCHOU 2001 - 2008  
Christian IACONO 2008 - 2009 Démission  
Régis LEBIGRE 2009 - 2014  
Loïc DOMBREVAL 2014 - (2020)  
- -  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
SAVORNIN -1818 Déjà archiprêtre en 1803  
BLANC 1818-1825  
BLASCAS 1825-1827  
- -  
Joseph Antoine BRUNI 1865- Source[9]  
- -  
Joseph BOUCHARD 1900- Source[10]  
- -  
Michel VACHERAND 1995-1998 Plus d'informations sur Soissons  
- -  

Les évêques

Pictos recherche.png Voir la suite...

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Monument aux morts du cimetière
Monument aux morts de la résistance
Monument aux morts des juifs réfugiés






Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste des inscrits sur les différents monuments aux morts ...

Militaires décédés hors Métropole

  • OLIVIER Joseph, né le 15/03/1796 à Vence, décédé le 21/06/1830 lors de la conquête de l'Algérie, par suite de blessures reçues sur le champ de bataille. Caporal de voltigeurs au 2ème bataillon du 20ème régiment d'infanterie de ligne, matricule 4099. Fils de feu Charles et de feue Marguerite ROBERT.
Fait partie des premiers soldats, débarqués à Sidi-Ferruch, lors de la conquête de l'Algérie. Le débarquement a eu lieu à Sidi-Ferruch le 14 juin 1830 (presqu'île à 30 km à l'ouest d'Alger).
Les français ne rencontrent qu'un petit détachement d'une batterie côtière, vite submergée, et 1.000 habitants environ. Sidi-Ferruch sera un camp jusqu'au 7 juillet, où ordre est donné pour que ce camp retranché, devenu sans utilité, soit désarmé, et ses redoutes abandonnées, ce qui est achevé le 29 juillet. Les troupes sont alors devant Alger.
C.A.O.M., D, Boufarik, 1830.
L'expédition d'Alger.



Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés


Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin de 08h30 à 12h30 de 08h30 à 12h30 de 08h30 à 12h30 de 08h30 à 12h30 de 08h30 à 12h30 de 09h00 à 10h30 -
Après-midi de 13h30 à 17h00 de 13h30 à 17h00 de 13h30 à 17h00 de 13h30 à 17h00 de 13h30 à 17h00 - -
06157 - Vence-Mairie.jpg

Mairie
Adresse : Place Georges Clemenceau - 06140 VENCE

Tél : 04 93 58 41 00 - Fax : 04 93 58 41 12

Courriel : Contact

Site internet :

GPS : 43.723611° / 7.114167° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : http://www.annuaire-mairie.fr ()

Dépouillements des registres paroissiaux

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  Vence (Histoire de)
  Vence - Tome I
  Vence - Tome II

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Pictos recherche.png Carré Militaire Consulter la liste ...

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Page sur des sites de pays ou de syndicat touristique :

  • ...

Page sur sites généraux :

Référence.png Notes et références


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.