06153 - Valdeblore

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Valdeblore
Blason Valdeblore-06153.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 06 - Blason - Alpes-Maritimes.png    Alpes-Maritimes
Arrondissement Blason de Nice    Nice (Préf.)
Métropole Nice Côte d'Azur
Canton Blason 06147 Tourette levens.png   06-24   Tourette-Levens

Blason Saint-Sauveur-sur-Tinée-06129.png   06-24   Saint-Sauveur-sur-Tinée (Ancien canton)

Code INSEE 06153
Code postal 06420
Population 853 habitants (2017)
Nom des habitants Valdeblorois, Valdebloroises
Superficie 9416 hectares
Densité 9,05 hab./km²
Altitude Mini: 399 m
Point culminant 2 880 m
Coordonnées
géographiques
44.071944° / 7.171944° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
06153 - Valdeblore carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

  • 1789 :Valdiblorea Royaume Piémont-Sardaigne
  • Valdeblora (bulletins des lois : 1801)

Ancienne terrasse glaciaire, le “Val de Blore” est une large et riante vallée plantée de mélèzes et entourée de montagnes. Composé de 3 villages et d’un hameau, et inclus en partie dans le Parc National du Mercantour, Valdeblore est une commune pastorale qui a su se tourner vers le tourisme d'été et les sports d'hiver (station de La Colmiane).
Village de : "La Bolline" ; "Saint Dalmas" et "La Roche" et un hameau isolé situé au cœur du Parc du Mercantour "Les Mollières".

Petit historique des Mollières

En 1850 et 1947, Mollières a demandé à être détachée de la commune de Valdeblore.

Bien qu'ayant participé au plébiscite de 1860 avec le reste du comté de Nice, Mollières reste italienne car Victor-Emmanuel II de Savoie y possédait des terrains de chasse.

Les Molliérincs durent donc subir une nouvelle frontière particulièrement pénalisante.

Mollières fut alors rattachée à la commune italienne Valdieri. A partir de 1860 Mollières jouit d'un statut spécial parce qu’on ne pouvait l’atteindre qu’à partir du territoire français.

Durant la seconde Guerre mondiale, Mollières fut touchée par deux fois directement et durement : en juin 1940 tout d'abord, lors de l'entrée en guerre de l'Italie, le vallon de Mollières se trouvant sur la ligne de fortification italienne, face à la France, la population fut évacuée en arrière vers Terme di Valdieri. Peu de temps après, avec la capitulation de la France, les Molliérois purent regagner leur village.

Le second événement fut l’incendie total du village et des hameaux du vallon de Mollières en septembre 1944 par les Allemands en déroute à la suite du débarquement de Provence. La population entière dut alors évacuer et se réfugia cette fois dans les villages français de Valdeblore, Roubion, Saint-Sauveur-sur-Tinée, etc. Un certain nombre de familles revinrent peu de temps après pour récupérer les récoltes parvenues à maturité. La plupart s'en allèrent ensuite définitivement pour rejoindre un village d’accueil proche ou bien la région côtière. Quelques familles pourtant passèrent l'hiver sur place et y demeurèrent quelques années. Les derniers quittèrent le village pour la côte en 1965 avec la construction de la piste qui désenclavait Mollières par Saint-Martin de Vésubie.

Après bien des péripéties parfois dramatiques, Mollières a été cédée par l'Italie à la France au traité de Paris (1947).

Mollières fut alors rattachée à la commune française de Valdeblore dont elle relevait avant 1860 mais à titre simplement provisoire car les Molliérincs désiraient constituer une commune à part. Finalement, l'exode rural qui toucha ce hameau comme tant d'autres après la Seconde Guerre mondiale atténua les revendications[1]

Héraldique

D’azur à la croix d’argent cantonnée de quatre tours d’or, ouvertes du champ, ajourées et maçonnées de sable; sur le tout, d’or à trois bandes d'azur.

Histoire administrative

  • Département - 1801-2020 : Alpes-Maritimes [1814, Alpes-Maritimes (États Sardes)]
  • Arrondissement - 1801-1860 : Nice [1816, prov. Nice] --> 1860-1926 Puget-Théniers --> 1926-2020 : Nice
  • Canton - 1801-1818 : Saint-Salvador --> 18181860 : mandement Saint-Martin-Lantosca --> 1860-2015 : Saint-Sauveur [1957, Saint-Sauveur-sur-Tinée] --> 2015-2020 : Tourrette-Levens
  • Commune - 1801-2020 : Valdeblora ; Valdeblore

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Église Saint-Jacques-le-Majeur

Vue du hameau de la Roche - Photo J-P GALICHON


Édifice situé au hameau de La Bolline.
Église à nef unique de plan rectangulaire comportant quatre chapelles latérales desservant les villages de " La Bolline" et "La Roche".
Sur un angle, à droite de l'entrée est gravée la date de 1700.
Clocher de style roman tardif surmonté d'une pyramide, daté de 1532.

L'église possède plusieurs œuvres classées ou inscrites au titre des objets par les Monument historique :

  • tableau de l'Assomption, classé le 12 avril 1930[2] ;
  • tableau représentant le Christ descendu de la Croix attribué à Annibal Carrache classé aux monuments historique le 30 décembre 1897[3] ;
  • stalles, inscrites le 1 juillet 1982[4].
  • autel, retable, tableau, tabernacle, exposition, 8 chandeliers, croix du maître-autel : Apparition de la Vierge à Saint-Jacques, tableau de Louis-Abraham van Loo , daté de 1702 classés le 5 octobre 1989[5].

Église inscrite aux M.H depuis le 17 avril 1932 [6].


Église prieurale de l'Invention-de-la-Sainte-Croix


Édifice situé au hameau de Saint Dalmas.

L'église est mentionnée en 1060. Elle est alors un ancien prieuré de l'abbaye San Dalmazzo da Pedona, située à Borgo San Dalmazzo, en Italie. L'église était alors dédiée à saint Dalmas.
C’est un édifice d’art roman avec un plan basilical à trois nefs et trois absides à toitures coniques.
La construction de l’église a dû commencer sous les Carolingiens, au IXe siècle. L’église présente un plan unique en France, puisqu'elle possède trois cryptes souterraines qu'on peut dater du IXe (pour celle centrale) et XIe, prévues pour recevoir les reliques de la Sainte-Croix. Ces cryptes communiquent entre elles et supportent l’abside et les absidioles. Les fouilles archéologiques débutées en 1978, ont mis à jour ces cryptes qui avaient été comblées.
Elle connaîtra plusieurs transformations aux cours des XVIe et XVIIe.
Le clocher, probablement effondré lors d'un séisme, est reconstruit en 1569 et restauré en 1740, et l'on ajoute le porche à l'entrée de l'église, sous lequel on peut voir une fresque représentant le martyre de Saint Dalmas (XVIIIe).

Église classée aux M.H depuis le 19 mars 1943 [7].

L'église possède plusieurs œuvres classées ou inscrites au titre des objets par les Monument historique parmi ceux on peut citer :
Les cloches sont classées monuments historiques au titre des objets mobiliers.

  • Deux cloches : l'une de 1452 et l'autre de 1500[8], classées le 02 mai 1910.
  • La cloche Salvatore Mundi est de 1764[9] classée le 24 juillet 1989.
  • les fonts baptismaux classés en 1982[10].
  • La chaire à prêcher inscrite en 1982[11].
  • un tableau représentant en chef, la Vierge et l'enfant et au dessous trois saints et saintes tenant un vase d'une main et le couvercle de l'autre.[12] classé en 1910;


Chapelle des Pénitents blancs de La Bolline


Édifice situé au hameau de La Bolline.
Chapelle dénommée "Chapelle Notre-Dame-des-Sept-Douleurs" et "datée" du XVIIe (1649).
Chapelle privée à clocher carré baroque à bulbe avec une façade classique avec une serlienne (3 baies avec un arc sur celle du centre), une nef unique à 3 travées, un chœur à voûte d’arrêtes et un chevet plat. Elle fut restaurée à plusieurs reprises (1867-1892-2001).
La confrérie des Pénitents Blancs de La Bolline est donc antérieure à 1668, date des statuts. Quelques bénévoles perpétuent la tradition.

Chapelle des Pénitents Blancs de Saint Dalmas


Chapelle édifiée en 1659 (inscription sur le linteau visible sur la photo), quelques pénitents de la confrérie, fondée en 1645, entretiennent la chapelle. Chapelle à nef unique de 2 travées, une voûte sur croisées d'ogives avec décor de feuillage.


Chapelle des Pénitents noirs de la Roche


Chapelle dénommée de la Miséricorde ou de l'Annonciation, dédiée à Saint Philippe Néri.
La chapelle (1661) est datée de 1673, en réalité date de la fondation des Pénitents Noirs. Clocher carré à dôme en fer forgé. Plan rectangulaire, nef à 2 travées, plus deux travées pour le choeur à chevet plat et 2 chapelles latérales: une voûte d'arêtes sur la première et en berceau sur la deuxième.
Chapelle restaurée en 1995 et 1996 par Antoine GRAGLIA.


Chapelle de la Madone à Saint-Dalmas


Chapelle du XIXe siècle en mauvais état elle renferme une statue de la Vierge (N-D de Lourdes).
Chapelle privée.

Chapelle Saint Joseph


Chapelle située au hameau de "La Roche" entre "La Bolline" et "Saint-Dalmas".
Elle accueille chaque 1er Mai le « Patroucino », réunion des trois confréries pénitentes de Valdeblore.
Elle contient un tableau de Saint Joseph avec Jésus récent (2006: Raymond Saglietto).
La chapelle a été récemment restaurée.

Chapelle Saint Donat


Elle est située sur un éperon rocheux qui domine l’amorce de la gorge que creuse le Vallon de Bramafan pour atteindre la Tinée. Le terrain s'érode, très probablement près de la chapelle. La chapelle marque selon la tradition l’emplacement du village de Pédastas, cité du haut moyen âge sans doute détruite par un glissement de terrain.
Datée 1649 sur l’extrados du porche. Elle possède une petite nef flanquée d’un clocher, et elle est précédée d’un vaste porche à trois arcades romanes. Elle possède encore quelques fresques de 1664 décoratives en trompe l’œil. On peut voir le dessin et la devise d'un cadran solaire du XIXe (1844).


Chapelle Saint-Jean-Baptiste à la Roche


Chapelle possédant une grande nef à 3 travées en largeur et un chœur carré. Peut être datée du XVIIe ou XVIIIe siècle. Une huile sur toile sur la vie de Saint Jean Baptiste.
Voûte peinte avec un décor floral en 1842 lors de sa restauration.


Autres édifices religieux

  • Église Notre-Dame-de- l'Assomption à Mollières (accès difficile)
  • Chapelle Saint-Roch (Saint-Dalmas) montée devant l’église.

Repère géographique.png Repères géographiques


Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 875 822 940 1 104 - 1 179 - 1 156 - 1 124
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 1 060 1 057 971 913 868 805 819 811 785 839
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 859 660 581 605 597 525 504 556 556 466
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 584 664 686 802 901 851 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2015 & 2016.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
GRAGLIA 1860 - 1866 -  
François GUIGE 1866 - 1878 -  
Baptiste RICHIER 1878 - 1884 -  
Jean-Baptiste CIAIS 1884 - 1887 -  
François CIAIS 1887 - 1888 -  
François RICHIER 1888 - 1892 -  
Félix FILIP 1892 - 1900 -  
Eugène TESTORIS 1900 - 1909 (1853-1909)  
Séraphin COSSA 1909 - 1913 -  
Charles BERGONDI 1913 - 1924 -  
Joachim AYRAUT 1924 - 1925 -  
Louis BERGONDI 1925 - 1932 -  
François RICHIER 1932 - 1935 -  
Roch MIQUELIS 1935 - 1938 -  
Denis COMET 1938 - 1941 -  
François RICHIER 1942 - 1965 -  
Jean MELAN 1965 - 1973 Conseiller général - Docteur  
Jean LATIL 1973 - 1977 -  
Louis LAMBERT 1977 - 1989  
Fernand BLANCHI 1989 - 2020 Réélu en 2008 & 2014 - Cinq mandats[13] - Conseiller général  
Carole CERVEL 2020 - (2026) -  
- - -  

Cf. : Mairesgenweb & Commune.

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Jean FABRON 1867- Source[14]  
- -  
François CHIABAUT 1882-1886 Puis curé de Roquebillière[15]  
Ferdinand Cyrille MURRIS 1886- Source [16]  
Joachim Sylvain POURCHIER 1899 - Source [17]  
- -  

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Monuments de la commune

Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste des inscrits sur le Monument aux Morts ...

Stèle commémorative du crache du B-26 Marauder

Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste des inscrits sur la stèle ...

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - - - - - -
Après-midi - de 14h00 à 16h45 de 14h00 à 16h45 de 14h00 à 16h45 de 14h00 à 16h45 de 14h00 à 16h45 -
06153 - Valdeblore Mairie.JPG

Mairie
Adresse : - 06420 VALDEBLORE

Tél : 04 93 23 25 80 - Fax : 04 93 23 25 81

Courriel : Contact

Site internet :

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : http://www.annuaire-mairie.fr ()

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Page sur des sites de pays ou de syndicat touristique :

Page sur sites généraux :

Référence.png Notes et références