06091 - Peille

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Peille
Blason Peille-06091.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 06 - Blason - Alpes-Maritimes.png    Alpes-Maritimes
Arrondissement Blason de Nice    Nice (Préf.)
Métropole
Canton Blason Contes-06048.png   06-10   Contes

Blason Escarène-06057.png   06-09   L'Escarène (Ancien canton)

Code INSEE 06091
Code postal 06440
Population 2 045 habitants (1999)
Nom des habitants Les Peillois
Superficie 4316 hectares
Densité 47,38 hab./km²
Altitude Mini: 190 m
Point culminant 1268 m
Coordonnées
géographiques
43.8039° / 7.4028° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
06091 - Peille carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Bref historique

• Préhistoire : Occupation humaine dès la fin du néolithique. La grotte des Grimaldi, dont les fouilles ont été organisées par le musée d’anthropologie de Monaco et qui a mis au jour une quantité importante de matériel, est située à flanc de montagne, au sud du village.

• -3 000 - VIIème siècle av. J.C. : Occupation par les Ligures, peuple des dolmens et des peintures rupestres de la Vallée des Merveilles, descendants des populations déjà installées au néolithique. Ils vivent dans des villages, enterrent leurs morts, se servent du cuivre pour faire leurs armes, font de la poterie, chassent et cultivent la terre. Ils honorent plusieurs dieux, dont Abbelio, auquel ils dédient le Mont Agel. De nombreuses traces d’enceintes en pierres sèches érigées sur des points élevés avec une vue dégagée, les castellaras, sont encore visibles : mont Castellet, mont Ongran, baos d’Uei’a, cime de la Porquie’a, plateau d’En Longai, la Clapissa. Construits avec des murs en double parement d’une épaisseur de 2 à 4 mètres pour résister aux assaillants, ils sont conçus pour abriter les populations et les troupeaux. Ils sont situés sur des axes de communication, près des zones habitées, et sont tous plus ou moins en liaison pour constituer un réseau de surveillance et d’alerte. Il est également possible que ces enceintes aient servi de lieux de culte ou de sépulture.

• Denys d’Halicarnasse et Diodore de Sicile racontent qu’à son retour d’Espagne, Hercule, vainqueur de Géryon, fut arrêté dans ces montagnes par des peuplades si redoutables qu’il ne fallut rien moins que les foudres de Jupiter pour briser leur résistance. Ces historiens ajoutent que, pour s’assurer ce passage tant disputé, les compagnons du célèbre conquérant creusèrent un port et bâtirent une forteresse qu’ils appelèrent du nom et du surnom de leur chef, le port d’Hercule Monacocus ou Porto Herculis Monoeci (aujourd’hui Villefranche et Monaco).

• VIIème – IIIèmesiècle av. J.C. : Les Ligures sont rejoints par les Celtes avec lesquels ils se fondent sans opposition pour former la civilisation Celto-Ligure (une cinquantaine de peuples, dirigés par un roi). Ce sont de solides guerriers qui maîtrisent la montagne et résistent aux Romains durant 160 ans ! Ils s’installent au pied du Mont Agel, vers Saint-Martin-de-Peille, et au Mont des Mules (sur l’actuelle commune de Beausoleil).
Au Vème siècle avant Jésus-Christ, les Phéniciens s’installent dans la rade de Porto Herculis Monoeci (Monaco) et dédient le Mont Agel à leur dieu Melkart-Hercule. Ils commercent avec les Ligures et les Etrusques, déjà présents dans la région. Ils ouvrent des voies vers l’intérieur des terres à la recherche de métaux dont ils font commerce (nos chemins ruraux en reprennent certains tracés) et notamment une voie de communication vers l’arrière pays : la voie Héracléenne.
Entre le IVème et le IIIème siècle av. JC, les Grecs Phocéens, venus de Massilia (Marseille) établissent des comptoirs. Ils s’allient aux Romains qui les protègent en échange de l’entretien des voies de communication vers la Gaule. Ces derniers, sollicités plusieurs fois par les Grecs qui veulent être défendus contre les Ligures, en profitent pour s’installer dans la région.

• An 6 av. J.C. : Passage des armées romaines en lutte avec les Ligures : découverte de tombes de soldats romains dans le quartier du Val de Ville, de l’époque de la construction du Trophée d’Auguste à la Turbie. Situé au point haut de la via Julia Augusta, il célébrait la victoire définitive de celui-ci sur quarante-quatre tribus qui entravaient auparavant les multiples passages alpins, et marquait désormais la frontière entre l’Italie et la Gaule. La région enfin pacifiée forme la province des Alpes Maritimes, avec pour capitale Cemelenum (Cimiez).

• 126 ap. J.C. : Naissance putative de l’empereur Pertinax à l’emplacement de l’oppidum Martis, situé entre le plateau de Saint-Martin-de-Peille et le temple d’Hercule (chapelle Saint Tiberi), et disparu lors des travaux de la forteresse du mont Agel.

• Vème siècle ap. J.-C. : Chute de l’Empire Romain et invasions barbares. Annexion de la Provence au Royaume Franc. Les invasions successives des Wisigoths, des Francs, des Lombards et des Sarrasins transforment la région en désert.

• 883-972 : Forte présence sarrasine en Basse-Provence, notamment à Eze et Sainte Agnès, fondée par Anna, une jeune femme de la région qui aurait fait bâtir une chapelle à la mort de son mari, l’impitoyable pirate Haroum, qu’elle avait forcé à se convertir au christianisme pour qu’il l’épousât.

• 970 : Les Sarrasins saccagent la campagne autour de Nice, s’emparent de Villefranche, fortifient le monument de La Turbie et bloquent tous les passages des cols.

• 972-973 : Les nobles venus de la partie ouest de la Provence avec l'armée du comte de Provence Guillaume le Libérateur pour chasser les Sarrasins vont se partager la Provence orientale. Le vicomte de Nice du lignage de Mévouillan-Orange, Laugier de Nice et ses successeurs, vont chercher à agrandir leur territoire en prenant le contrôle des communautés rebelles à son pouvoir comme Peille et La Turbie.

• Fin Xème siècle : Eglise de Saint Martin d’Agelbot ou du Mont Agel aux moines de l’abbaye de Lérins (mentionnée comme Saint Martin de Lux ou Lacito dans le cartulaire de Lérins). NDLR : Agerbol désignera également la commanderie templière de Gorbio au siècle suivant.

1029 : Le village est cité dans le chartier de Saint Pons sous le nom de « Pilia ». Ce couvent possède l’église Saint Siméon de Ongranio.

• Xème siècle : Début de la construction de l’église Sainte Marie. Les chanoines de Saint-Ruf d'Avignon la posséderont jusqu'en 1654.

1108 : L’église Saint Jean d’Ongran est donnée par Isnard, évêque de Nice, aux chanoines de sa cathédrale.

• Vers 1150 : Peille est une cité autonome : l’ensemble des chefs de famille prend le titre de « consulat ». Juridiction temporelle, franchises et privilèges sont accordés par l’abbé de Saint Pons. Droits administratifs et judiciaires sont équivalents à ceux d’un seigneur vassal du comte. Peille dispose de son tribunal (place de la Colle), et les exécutions avaient lieu sur le Carcaïs où le gibet est encore visible. La cité forme une confédération républicaine avec Lucéram et Utelle.

1154 : Bulle du pape Anastase IV à Durand, abbé de Saint-Ruffe mentionnant l’église du couvent de Sainte Marie de Peille, lui en confirmant la possession, ainsi que celle des chapelles de Saint Symphorien et de Sainte Thècle, et lui promettant sa protection, garantie par une menace d’excommunication.

1176 : Le comte de Provence Raimond-Bérenger III arrive à soumettre le consulat de Nice le 8 juin, en présence de ses frères Sanche et Alphonse II (roi d'Aragon, comte de Barcelone et comte de Provence jusqu'en 1173, mais qui continuera à y intervenir). Le seul allié du comte de Provence dans sa lutte contre le consulat et le vicomte de Nice est la communauté de Peille qui a réussi à résister à la féodalisation par les vicomtes de Nice. Alphonse II en confirme donc le consulat, lequel est administré par trois consuls élus. Peille devient une cité importante possédant Sainte-Agnès, Castellar, Gorbio, La Turbie, Contes, L’Escarène, Peillon et Monaco.

1182 : Recours à Rome de l’évêque de Vintimille qui obtient juridiction sur l’église d’Agelbot (Saint Martin ou Gorbio).

1185 : Bulle du pape Urbain III à l’abbé de Saint Ruffe confirmant sa protection ainsi que la possession de Sainte Marie de Peille et des chapelles attenantes, et ordonnant aux évêques de ne pas déroger à ses ordres avant d’en avoir d’abord référé au Saint Siège.

1191 : Peille perd le rocher de Monaco au profit de la République de Gênes.

1197 : Les Génois achètent le rocher de Monaco à la commune de Peille et à l’abbaye de Saint Pons le 19 mai. Les Peillasques se partagent, les uns partisans du Comte de Provence, les autres de Gênes. Cette scission est à l’origine de la création de Peillon.

• Fin XIIème siècle : Le village est entièrement fortifié par des remparts, des tours carrées, rondes, en demi-lune, des meurtrières et des mâchicoulis. Un donjon médiéval s’élevait probablement à l’emplacement de l’actuel palais Lascaris. Au sommet du rocher du château, un poste de guet était encore visible en 1923, et portait le nom de Canta Dugo (le chant du (grand) Duc dont, dit-on, l’on entendait le chant dans toute la commune chaque soir).

1206 : Bulle du pape Innocent III à Falcon, abbé de Saint Ruffe, confirmant les privilèges accordés à l’ordre par ses prédécesseurs.

1215 : Nouvelle bulle papale demandant en outre à l’évêque d’Antibes de s’accorder avec l’abbé Falcon au sujet des dîmes de l’église de Peille. Cette insistance du Saint Siège laisse à penser que les évêques locaux la confisquaient à leur profit, notamment s’agissant des chapelles Saint Symphorien et Sainte Thècle.
Rapprochement de la république de Gênes d’une partie de l'aristocratie de la partie orientale de la Provence qui refuse de reconnaître la suzeraineté du comte de Provence Raimond Bérenger V et des consuls de Nice. Le comte, aidé de Romée de Villeneuve, soumet Nice le 9 novembre 1229, et renouvelle l'accord de 1176. Il conserve un château dans les villes de Levens, Coaraze, Lucéram et Peille.

1229 : Construction de la chapelle Saint Siméon par les abbés de Saint Pons.

1235 : Perte de Peillon. Les XIIème et XIIIème siècles vont graduellement voir tous les villages dépendant de Peille se séparer de leur cité de tutelle.

1250 : Charles d’Anjou, récent comte de Provence par son mariage avec Béatrice, fille de Raymond Bérenger V, demande aux gens de Peille du bois pour construire des navires afin de guerroyer contre les Génois.

• Fin XIIIème - début XIVème siècle : Construction du palais du Juge Mage, appelé aussi palais des Consuls où se rendait la justice (haute et basse). Peille devient l’un des 3 chefs-lieux de bailliage (territoire administré par un bailli ou bayle exerçant les fonctions de juge) de la viguerie de Nice (à Nice siégeait un viguier représentant le Comte de Provence, avec pour mission d’assurer la justice et la collecte des impôts). Le bailliage de Peille comprenait 18 communes, dont La Roquette (sur-Var), Levens, Aspremont, Coaraze, Berre, Èze, La Turbie.
Long procès intenté par Gorbio entre 1290 et 1320 contre Peille, qui aurait profité de son statut de Prévôté pour s’accaparer des territoires de celle-là.

1326 : Tremblement de terre dans le quartier du Councas.

1347 : Rattachement de Peille à la viguerie de Vintimille (vicaria comitatus Vintimilli et vallis Lantusce dont le chef-lieu est à Sospel), pour devenir une simple communauté rurale qui gère ses affaires sous le contrôle du pouvoir comtal.

• XIVème siècle : Élévation des fortifications du village et de la tour de l’escalier de Saint Bernard dont subsistent des ruines.
Vers le milieu de ce siècle, les Peillasques tuèrent Guillaumes d’Ongran, et la paix ne pu s’obtenir qu’à la condition qu’une maison fut construite au village pour la famille Ongran.
Les Peillasques, tiraillés entre le Comte de Provence et la République de Gênes, perdent leurs possessions et leur situation.

1386 : Construction de la chapelle Saint Sébastien, siège de la confrérie des pénitents noirs, et qui le restera jusqu’en 1860.

1388, le 28 septembre : Dédition de Nice et des « Terres neuves de Provence » rassemblant les quatre vigueries de Nice, du val de Lantosque dont Peille fait partie, de Puget-Théniers et de Barcelonnette, au Comté de Savoie. Elles deviendront, au sens administratif et non féodal, « Comté de Nice » en 1526 et demeureront savoyardes jusqu’en 1720.

1408 : Afflouage recensant 66 foyers, environ 330 habitants.

1488 : Restauration de la chapelle de la Miséricorde.
30 août : Bulle du pape Innocent VIII rappelant que les églises de Saint Symphorien, Sainte Thècle, Saint Siméon, Saint Tibère, Saint Martin et les autres qui en dépendent avec leurs biens sont toutes sous la juridiction de Sainte Marie de Peille. Mais bien que nommée dans toutes les bulles des papes, Sainte Thècle ne fut jamais dans sa dépendance de sorte qu’elle fut privée de ses meilleurs revenus durant quatre siècles dont les évêques et les abbés (de Nice) très puissants alors, s’étaient emparés avec l’aide du pouvoir civil.

1520 : L’Escarène se détache de Peille.

• 1563-1564 : Des tremblements de terre ébranlent tout le village. Des constructions nobles ainsi que l’église Saint Symphorien, située entre la tour et Sainte Marie, sont emportées. 400 tailleurs de pierre venus de Marseille restaurent et consolident le village. Construction de pontins ou loges entre les maisons pour les consolider. Suppression de certaines ruelles.

• Fin XVIème – début XVIIème siècle : Construction de la chapelle Saint Roch.

1614 : Peille est inféodée pour la première fois en faveur d’Albino Bobba, en dédommagement d’une dette contractée envers lui par le duc de Savoie Charles-Emmanuel Ier.

1621 : Création de la seigneurie de Peille. Le comte Bobba, premier seigneur de Peille.

1633 : Le comte Pelligrino, second seigneur de Peille le 25 juillet.

1649 : Investiture du chevalier Cairo comme seigneur de Peille. Mais rejeté par la population, il revendit sa charge au comte Blancardi.

1650 : Le comte Blancardi, troisième seigneur de Peille.

1651 : Création du Comté de Peille en faveur de Jean-Paul Lascaris-Vintimille, Grand-Maître de l’Ordre de Malte et quatrième seigneur de Peille. Construction du palais Lascaris, situé sur le baos d’En Caster, sur une partie ancienne de la citadelle. Occupé par l’Armée des Alpes durant la seconde guerre mondiale, il a été récemment converti en médiathèque municipale après une importante restauration.

1690 : Amédée II, duc de Savoie, dénonce l’alliance avec la France, et la région se trouve en état de guerre.

1691 : Guerre de la Ligue d’Augsbourg, occupation française, serment de fidélité à Louis XIV. Le chevalier de la Fare, gouverneur du Comté de Nice, écrit au roi le 13 juillet : « Quand je fus à Peille pour me saisir de ce poste, et marchant du côté de Sainte-Agnès, le Curé et les Consuls vinrent au devant de moi pour prêter le serment de fidélité. […] Et comme j’avais eu l’honneur de vous mander qu’en me saisissant de Peille, je visiterais les hauteurs, je pris le parti de faire pousser les paysans (miliciens) qui gardaient la montagne, qu’ils nous abandonnèrent se retirant dans les hautes montagnes. Sospel délibéra de venir se soumettre dans ce temps-là, […] mais les habitants de Sainte-Agnès leur envoyèrent (NDLR aux miliciens peillasques) de tenir bon. » La Fare fit rompre les portes et les défenses du château de Sainte-Agnès en représailles.

1696 : Le comte François-Gaëtan Lascaris, cinquième seigneur de Peille.

1700 : Le comte Alexandre Lascaris, sixième seigneur de Peille.

1705 : Prise des fortifications du mont Agel en marge du siège de Nice lors de la guerre de Succession d’Espagne.

1720 : Rattachement de Nice et de son Comté au Royaume de Piémont-Sardaigne. Ils le resteront jusqu’en 1792.

• 1722-1771 : Construction de la chapelle Saint Joseph, siège de la confrérie des pénitents blancs.

1738 : Le comte Jean-Paul-Augustin Lascaris, septième et dernier seigneur de Peille jusqu’en 1792.

1745 : Guerre de Succession d’Autriche. Affrontements dans la région. 200 soldats sardes au col des Banquettes. Combats avec les Gallispans (troupes hispano-françaises) à Sainte-Agnès, puis à Gorbio l’année suivante.

1767 : La chapelle de la Miséricorde est transformée en moulin à huile génois.

1793 : Création le 4 février du département français des Alpes-Maritimes, auquel le Comté de Nice est rattaché.

• 1814 : Installation de l’horloge publique dans le clocher de la chapelle Saint Joseph.

1814 : Retour du Comté de Nice dans le Royaume de Piémont-Sardaigne le 30 mai, lequel deviendra Province de Nice en 1818, puis arrondissement (circondario) de Nice dans le traité de 1860.

1860 : Le Comté (arrondissement) de Nice est définitivement rattaché à la France le 14 juin.

1887 : Tremblement de terre le 23 février. Destruction de la chapelle Saint Roch (reconstruite en 1898 par Gauberti et Parodi, artisans maçons). « La moitié du village est inhabitable, les maisons sont crevassées ou à moitié détruites. Les habitants campent en rase campagne. Il n’y a eu jusqu’ici à déplorer aucun accident de personnes. Tout le monde a pu fuir à temps. » dixit Le Petit Niçois.

• 1888-1892 : Construction au mont Agel d’un fort type Serré de Rivières tardif, baptisé « fort Catinat » et comprenant 6 batteries.

1911 : Création du golf du Mont-Agel dessiné par Willie Park Jr qui, bien qu’ayant une adresse postale turbiasque, est situé sur la commune de Peille.

1923 : Inauguration de la route reliant Peille à La Turbie le 23 avril, et du monument aux morts au baos d’En Caster le 1er juin, grâce à Mary Garden, citoyenne d’honneur et avec une particularité : il est pacifiste. « Tu ne tueras point » dit une mère à son enfant.

• 1926 : Blausasc est officiellement détaché de Peille le 13 janvier.

• 1930 : Transformation de la chapelle Saint Sébastien en mairie, en remplacement du palais Lascaris.

• 1931-1933 : Construction du nouveau fort au mont Agel dans le cadre de la ligne Maginot, et de son téléphérique aboutissant au quartier des Laq’s (du ligure signifiant « pierre plate », indûment orthographié « Lacs » depuis le cadastre de 1959).

1940 : Les tourelles du mont Agel tirent 3 000 obus en 121 tirs sur l’armée italienne entre le 14 et le 25 juin à 0 h 35 (entrée en application de l'armistice entre l'Italie et la France). La garnison française désarme et évacue l'ouvrage pendant les premiers jours de juillet, la partie alpine de la ligne Maginot se trouvant intégralement dans la zone démilitarisée en avant de la petite zone d'occupation italienne

1943 : Le 8 septembre 1943, les troupes allemandes remplacent la garnison italienne du mont Agel (conséquence de l'armistice de Cassibile). La population est gonflée des sinistrés de Cannes, Nice ou Beausoleil.

1944 : Création du maquis d’Ongrand en début d’année. Premiers parachutages d’armes en avril. Insurrection partisane du 15 au 20 août, et bombardement du village et des crêtes alentours par les canons du mont Agel, lesquels entrent également en action contre les troupes américaines et françaises à partir du 1er septembre. Libération de Peille par l’armée américaine le 2.

1947 : Installation d’une distillerie destinée à la fabrication des alcools, dont la branda. Rénovation du moulin à huile.

1952 : Construction de l’école primaire prototype André Marie, ouverte au public l’année suivante.

1953 : Utilisation du mont Agel comme station radar par l’armée de l’air française.

1965 : Abandon du téléphérique, les émetteurs RMC perturbant trop la liaison téléphonique entre ses deux gares.

1989 : Installation d’orgues offertes par S.A.S. le Prince Rainier III de Monaco dans l’église Sainte Marie.

• 1992-1993 : Dernière restauration de l’église Sainte Marie.

1999 : Ouverture de la via ferrata le 8 juillet.


SOURCES :

Héraldique

D'argent à la croix pattée et alésée de gueules.

Histoire administrative

  • Département - 1801-.... :
  • Arrondissement - 1801-.... :
  • Canton - 1801-..... :

Résumé chronologique :

  • 1801-.... : Cton de , Arrt. de , Dép. de

Patrimoine.png Patrimoine

Église Paroissiale Sainte-Marie

Sainte-Marie - Photo J-P GALICHON

Clocher du XIIe pyramidal.
Inscrite aux M.H depuis 1925 [1].

Ancienne chapelle Saint-Sébastien

Saint-Sébastien - Photo J-P GALICHON

La Chapelle Saint-Sébastien est désaffectée et transformée en Hôtel de Ville. La chapelle fut commencée au XIIIe. Elle fut le siège des pénitents noirs.

Chapelle Saint-Roch

Saint-Roch - Photo J-P GALICHON


Chapelle reconstruite en 1898 par Gauberti et Parodi, artisans maçons suite au tremblement de terre du 23 février 1887.



Place Lascaris

Inscrit aux M.H depuis 1925 [2].

Palais des Consuls


Maison avec portes jumelles et fenêtres géminées.

Repère géographique.png Repères géographiques

Le village de Peille est situé à 10 km de La Turbie et 15 km de L'Escarène. Le village domine le ravin du Faquin. Dans le sud de la commune, le Gorbio prend source dans les préalpes de Nice à 1080 mètres d'altitude.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 1 039 1 460 1 160 1 379 - 1 597 - 1 681 - 1 853
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 1 825 1 697 1 640 1 580 1 632 1 591 1 845 1 841 1 691 1 710
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 1 759 1 257 944 1 051 1 091 754 888 976 1 253 1 291
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 1 622 1 836 2 045 2 243 2 304 2 365 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

cfr INSEE & Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2013

Illustrations - Photos anciennes.png En photos


Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- - -  
- - -  
- - -  
Jean-Baptiste ROBIN 1860 - 1861 -  
Séraphin BLANCHI 1861 - 1865 -  
Pierre LAUTIER 1865 - 1870 -  
Pierre BLANCHI 1870 - 1884 -  
Pierre LAUTIER 1884 - 1885 -  
Ange ROBIN 1885 - 1895 -  
Edouard GAUDO 1895 - 1896 -  
Joseph ROBIN 1896 - 1904 -  
François LEVAMIS 1904 - 1919 -  
Joseph LAUGIER 1919 -1921 -  
Jean-François MONTAGNE 1921 - 1925 -  
Albert BLANCHI 1925 - 1929 -  
Marcel MONTAGNE 1929 - 1935 Conseiller général  
Paul BARELLI 1935 - 1944 -  
Joseph BROCART 1944 - 1947 -  
Marcel MONTAGNE 1947 - 1962 Conseiller général  
Victor NICOLAI 1962 - 1987 -  
Georges DE ORESTIS 1987 - 2008 - [ Photo]  
Stéphane SAINSAULIEU 2008 - 2014 - [ Photo]  
Cyril PIAZZA 2014 - (2020) -  
- - -  

Cfr Mairesgenweb


Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- - -  
- - -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- - -  
- - -  


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés


Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin de 9h à 12h de 9h à 12h de 9h à 12h de 9h à 12h de 9h à 12h - -
Après-midi - - - - - - -
06091 - Peille-mairie.jpg

Mairie
Adresse : Village - 06440 PEILLE

Tél : Village - Fax : 04 93 91 71 79

Courriel :

Site internet :

GPS : 43.8039° / 7.4028° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire : Ouverture du secrétariat au public du lundi au vendredi de 09h00 à 12h00

Source : Site (05/2009)

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Page sur des sites de pays ou de syndicat touristique :

Page sur sites généraux :

Référence.png Notes et références



Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.