06022 - Bouyon

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Bouyon
Blason Bouyon-06022.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 06 - Blason - Alpes-Maritimes.png    Alpes-Maritimes
Arrondissement Blason Grasse-06069.png    Grasse (S-Préf.)
Métropole
Canton Blason Vence-06157.png   06-26   Vence

Blason Coursegoules-06050.png   06-08   Coursegoules (Ancien canton)

Code INSEE 06022
Code postal 06510
Population 352 habitants (1999)
Nom des habitants Les Bouyonnais
Superficie 1229 hectares
Densité 28,64 hab./km²
Altitude Mini: 159 m
Point culminant 1260 m
Coordonnées
géographiques
43.825278° / 7.123889° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
06022 - Bouyon carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier


HHistoire.pngistoire de la commune

Bref historique

La population du village est stable, entre 300 et 400 habitants de 1700 à nos jours.

En l'an 1155, il est fait mention de "In Buzido", et vers 1200 du "Castrum de Bosisone". Bouyon fait d'abord partie de la Seigneurie des Laugier en 1351, avant de passer dans le giron des Grimaldi, en partie, de 1364 à 1385. Au final, c'est la maison de Savoie qui l'emporte en 1388. Il faudra attendre 1760, lors de la rectification des frontières, pour que Bouyon revienne à la France. Aux XVIIe siècle et XVIIIe siècle, les archives départementales de Nice nous offrent quelques indications historiques. Ainsi, en 1623 Bouyon est érigée en baronnie pour le compte de Napoléon Drago, seigneur du lieu. En 1657, c'est Jean-Baptiste Ribotti qui en est le seigneur. D'autres suivront.

Mais c'est plus particulièrement la petite histoire qui nous intéresse, celle des individus dans leur quotidien. De quoi est-il fait, ce quotidien ? Du travail, bien sûr, la très grande majorité des habitants est composée de paysans. Le mulet est le moyen de transport le plus répandu dans cette région accidentée. Personnage central du village, le prêtre est omniprésent, car la religion est un élément fondamental dans la vie de chaque individu. Ainsi, l'évêque de Vence effectue souvent des tournées dans "ses" villages. Il passe notamment à Bouyon en 1604, 1611, 1654, 1664, 1670, 1673, 1677, 1683, sans jamais rien signaler dans son rapport. En 1715 toutefois, Jean-Baptiste Olive, vicaire général de Mgr François de Berton de Crillon, évêque de Vence, remarque lors de sa visite de la paroisse et des chapelles rurales, "un grand tableau peint et doré sur le bois, représentant Notre-Dame, saint Jean-Baptiste et saint Antoine, lequel se couvre par deux portes peintes sur la toile, représentant les mistères de nostre Rédemption. "

En 1714, on sait que Bouyon doit fournir un contingent de 3 jeunes hommes, chiffre modeste, lors des levées des régiments nationaux, Nice par exemple en donne 48.

En 1725, une épidémie semble avoir sévi dans le village. On dénombre ainsi 30 morts entre le 1er août et le 30 septembre (la période du terrible hiver 1709 n'avait fait que 24 morts, à titre de comparaison).

En 1755, le village est traversé, ainsi que les communes voisines, par "une bande d'hommes armés au service de la gabelle de France, (...) qu'ils ont traversés pour arrêter un contrebandier dans la vallée de Barcelonnette." Ceci, c'est la version française. La version sarde, plus précise, mentionne "l'entrée de 80 hommes armés dans le territoire de Gattières, Bouyon et Dosfraires, à l'effet de poursuivre et d'arrêter Mandrin", et "qu'il y a lieu d'user de tolérance dans des cas semblables".

Bouyon, tout proche de la frontière entre état Sarde et France (Le Broc, en contrebas, est français), est également un lieu de contrebande : le notaire des Ferres, Alzyari, note ainsi que "la contrebande se fait sans risque d'un État à l'autre". Il rajoute également (dans quel but ?) un "état du village et terroir de Bouyon" qui nous permet de nous faire une idée du village, nous sommes alors en 1759 (apprécions le mélange entre les prêtres et les animaux) : "8 prêtres, 100 mulets, 30 bouriques, 20 paires de bœufs, 1500 bêtes d'average, des cochons pour la provision".

1760 est une année d'importance, même si pour les habitants cela ne change pas grand chose dans leur façon de vivre : Bouyon est rattaché à la France du fait de la remodélisation des frontières.

Hormis quelques anicroches donc, la vie des villageois est rythmée par les mariages, les décès, les naissances, les conflits de voisinages (ainsi en 1787 on signale un procès entre la commune de Toudon, qui, de temps immémorial, a été en possession de la banalité de ses moulins à huile et à grain, d'une part, et Jean-Augustin Focachon, de Bouyon, d'autre part, fermier desdits moulins, qui veut en construire pour son propre compte"), procès et autres scandales, dont la plupart n'ont évidemment laissé aucune trace. Je m'attacherai à retrouver des documents intéressant l'histoire de la commune et de ses habitants.

Viendra ensuite la Révolution française, traumatisme pour l'Histoire mais pas autant qu'on le pense dans le quotidien des individus. La levée en masse des soldats par Napoléon, quelques années plus tard, sera, elle, plus difficilement vécue.

En 1876 un procès retentissant aboutira à la guillotine pour un enfant de Bouyon, Marius Turcan, assassin de son rival amoureux. Sa généalogie avec de nombreuses coupures de presse est consultable sur cette page.

En 1887 un tremblement de terre détruira de nombreuses maisons. Voir cette page et la presse ancienne numérisée.

Signalons enfin qu'une fille du village, Antoinette Albertine Foucachon, épousera le tristement célèbre Joseph Darnand, fondateur de la Milice Française connue pour ses exactions durant la seconde guerre mondiale (Darnand sera condamné à mort et exécuté en octobre 1945).

Héraldique

D’argent au peson de gueules.

Histoire administrative

  • Département - 1801-.... :
  • Arrondissement - 1801-.... :
  • Canton - 1801-..... :

Résumé chronologique :

  • 1801-.... : Cton de , Arrt. de , Dép. de


Patrimoine.png Patrimoine

Chapelle Saint-Bernardin

Chapelle Saint-Bernardin - Photo J-P GALICHON


Église Saint-Trophime

Église entièrement reconstruite après le tremblement de terre de 1887 entre les années 1889 et 1891.

Édifice inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturel en 1995 [1].

Chapelle Saint-Roch

Chapelle Saint-Bernardin - Photo J-P GALICHON

Chapelle édifiée en 1714 à l'entrée ouest du village pour éradiquer l'épidémie de peste.

Édifice inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturel en 1995 [2].

Chapelle Saint-Pons, anciennement Saint-Sépulcre

Repère géographique.png Repères géographiques

Bouyon (Alpes-Maritimes) est un petit village perché (637 m.) de l'arrière-pays, à une trentaine de kilomètres de Nice, préservé de l'afflux des touristes, du bétonnage, des panneaux publicitaires et des odeurs de frites mêlées à la crème solaire, qui défigurent chaque jour un peu plus l'une des plus belles régions du monde : la Côte d'Azur.


Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 302 442 500 504 529 600 621 640 648 594
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 492 464 442 426 390 377 333 326 301 258
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 272 195 186 173 185 180 229 288 157 202
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 229 243 352 436 483 516 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2013.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos


Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Jean MICHELIS 1790 - 1792  
Jean-Baptiste BONIFACY 1793 - An VI  
Gustave BONNEFOY An VI - An XI  
Victor BONNEFOY An XI - 1811  
Jean-Honnoré GIRAUDY 1811 - 1817  
Pierre BERANGER 1817 - 1818  
Jean-Honnoré GIRAUDY 1818 - 1833  
Victor MICHELIS 1833 - 1834  
Jean-Honnoré GIRAUDY 1834 - 1848  
Antoine ARNOUX 1848 - 1858  
Antoine-Marie-Emmanuel GIRAUDY 1858 - 1874  
Ferdinand RUE 1874 - 1878  
- -  
- -  
Félix FUNEL 1929 - Maire en 1935  
- -  
- -  
Michel SALVADORI 1953 - 1983 Conseiller général  
Jean-Pierre MASCARELLI 1983 - (2020) Réélu en 1995 ; 2001 ; 2008 - Conseiller général  
- -  

Cfr: Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- - -  
- - -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- - -  
- - -  

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Morts des guerres 1914-1918 / 1939-1945

Pictos recherche.png Consulter la liste ...


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - de 09h00 à 12h00 de 09h00 à 12h00 de 09h00 à 12h00 de 09h00 à 12h00 - -
Après-midi - - - - - - -
Commune.png

Mairie
Adresse : - - 06510 BOUYON

Tél : 04 93 59 07 07 - Fax :

Courriel : Contact

Site internet :

GPS : 43.824444444° / 7.12305556° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire : La mairie est ouverte le Mardi ; mercredi ; jeudi et vendredi de 09H00 à 12H00.

Source : http://www.annuaire-mairie.fr ()


Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Page sur des sites de pays ou de syndicat touristique :

Page sur sites généraux :

Site officiel de la Mairie de Bouyon :

  • [1]: Découverte de Bouyon, village perché du pays Niçois

Référence.png Notes et références


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.