06018 - Biot

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Biot
Blason Biot-06018.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 06 - Blason - Alpes-Maritimes.png    Alpes-Maritimes
Arrondissement Blason Grasse-06069.png    Grasse (S-Préf.)
Métropole
Canton Blason Antibes Juan-les-Pins-06004.png   06-03   Antibes-3

Blason Antibes Juan-les-Pins-06004.png   06-01   Antibes - Biot (Ancien canton)

Code INSEE 06018
Code postal 06410
Population 9876 habitants (2015)
Nom des habitants Les Biotois
Superficie 1554 hectares
Densité 635,52 hab./km²
Altitude Mini: 9 m
Point culminant 208 m
Coordonnées
géographiques
43.629444° / 7.096111° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
Localisation de Biot
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier


HHistoire.pngistoire de la commune

  • 500 avant JC peuplement celto-ligure des plateaux qui dominent le bassin de la Brague.
  • 154 avant JC les Ligures se liguent pour attaquer les habitants d'Antipolis. Ils sont défaits par les légions romaines.
  • Ier - Vme siècle colonisation romaine qui laisse de nombreux vestiges.
  • On retrouve Biot dans les textes à partir du XIe siècle. Le premier de ces manuscrits est une charte de l'abbaye de Saint-Victor de Marseille.Un autre texte, de l'abbaye de Lérins, nous apprend que celle-ci possédait à Clausonne, vers 1042, une chapelle vouée à Saint Félix.
  • XIme - XIIIme siècle Biot (Buzoto ou Bisoto) appartient à l'évêque d'Antibes et au Comte de Provence.
  • 1248 partage de la seigneurie de Biot entre l'évêque de Grasse et les Templiers.
  • 1387 Biot est détruit: peste noire et guerre des bandes qui se disputent l'héritage de la reine Jeanne ont eu raison de la population qui abandonne le village.
  • 1470 le roi René fait venir à Biot une cinquantaine de familles originaires de la vallée d'Oneille (Ligurie). D'importants privilèges leurs sont accordés. Des descendants de ces familles sont encore représentés aujourd'hui.
  • 1592 siège de Biot par les troupes du Duc de Savoie.
  • 1790 Biot devient chef-lieu de canton: Vallauris et Sartoux y sont, très temporairement, rattachés. A cette époque, on compte environ 32 fabriques de poteries qui emploient près de 200 ouvriers.

Fait Divers

Il existe à Biot une place dénommée "Place de la Catastrophe", suite à l'effondrement de plusieurs maisons le 12 juin 1898. Ce fait divers tragique a considérablement ému la population, et son souvenir est encore bien présent dans l'esprit des habitants actuels.

Ci-dessus, le fait divers est relaté dans l'église de Biot de nos jours. Ci-dessous, la une du quotidien "Le Petit Niçois"

Liste des victimes de la catastrophe

Pictos recherche.png Consulter la liste ...

Héraldique

1 - De gueules à la croix de Malte pommetée d'argent.
Ce blason initial a été enregistré en 1696 à l’Armorial Général de France, sous le règne de Louis XIV.

2 - Blason actuel : De gueules à la croix de Malte pommetée d’or surmontée d’un agneau pascal d’argent, la tête contournée.

Histoire administrative

  • Département - 1801-.... :
  • Arrondissement - 1801-.... :
  • Canton - 1801-..... :

Résumé chronologique :

  • 1801-.... : Cton de , Arrt. de , Dép. de

Patrimoine.png Patrimoine

Église Sainte Marie-Madeleine

L'église de Biot , comme beaucoup d'édifices anciens est le résultat de reconstructions divers suite à des destructions partielles ou des besoins d'agrandissement.

L'église est construite sur un édifice roman (voir les piliers) construit avant 1155, avec des matériaux provenant en partie, comme souvent, de ruines romaines. Au début du XIIIe siècle, elle était vouée à Sainte Marie, puis à Sainte Marie Madeleine avant 1344. Elle a été partiellement détruite en 1387, puis reconstruite à partir de 1470, sur le plan rectangulaire du monument primitif, avec une nef centrale terminée par une abside, et deux bas-côtés, terminés par deux absidioles rondes. Les murailles et les piliers primitifs furent réutilisés.

Les travaux ne furent achevés qu'au début du XVIe siècle. La porte latérale date de 1506 , celle qui s'ouvre dans la tour façade du clocher date de 1536. La cloche de l'horloge date de 1565 , celles du clocher de 1660 et 1856. La restauration intérieure de l'église a durée 21 mois sur les années 2011 à 2013 et la réouverture de l'église a eu lieu le 23 juin.

Dans le tympan de la porte d'entrée nous apercevons une statue de "Sainte-Madeleine" en terre cuite qui date du XIIe siècle.

Les deux Retables sont du XVIe siècle. Le retable "La Vierge au rosaire" est attribué à Louis Bréa. Le christ de Passion est daté du début du XVIesiècle. L'auteur est inconnu.

Classée aux M.H par arrêté du 5 décembre 1984 [1].

Chapelle Saint Éloi




La chapelle Saint-Éloi était le lieu de culte des forgerons. A noter les ornements en fer forgé (fers à cheval, marteau, tenaille, truelle et feuilles de chêne qui orne la façade. Le toit est surmonté d'une croix aussi en fer forgé.


Chapelle Saint-Julien

06018 - Biot Saint-Julien.jpg
Aperçu sur le rocher de la chapelle



Chapelle rurale mentionnée pour la première fois en 1638 et probablement édifiée au XVIe siècle puisqu'elle porte une plaque de l'année 1565.
Chapelle perchée sur un rocher, s'ouvrant au sud par un porche à trois arcades à piliers qui relient trois poutres de bois.
A noter l'abside octogonale .
En 1707, la chapelle fut pillée et profanée par la soldatesque, lors de la guerre de succession de l’Espagne. Après une période ou elle était délabrée, elle fut restaurée et fût à nouveau occupée par des ermites.
Actuellement la chapelle est une propriété privée.

Chapelle Notre Dame




Chapelle située au nord de la commune en bordure de la route de Valbonne.

Chapelle Saint-Roch

Chapelle restaurée - Photo J-P GALICHON




La Chapelle datée de 1580 pendant les épidémies de peste. Elle est de style gothique tardif.
Située à la sortie de la commune sur la route de Valbonne.
La chapelle Saint Roch a fait l’objet en 2017 d’une restauration en conservation de pierres, enduits, tuiles. Seuls les éléments trop altérés ou menaçants ont été remplacés.
L'intérieur a été restaurés à l’identique de l’état d’origine : renforcement des tirants, réfection de l’autel…
Ces travaux de restauration ont été inaugurés le 16 septembre 2017[2].
Chapelle inscrite aux M.H en 1949 [3].

Ancienne Chapelle des Pénitents




Ancienne chapelle des Pénitents Blancs, puis hospice et actuellement Musée d'Histoire Locale. Clocher triangulaire recouvert de tuiles vernissées. La chapelle des Pénitents, vouée tout d'abord à Notre-Dame de la Miséricorde, fut placée en 1643 par Monseigneur GODEAU évêque de Grasse sous le vocable de Saint-Bernardin de Sienne. Démolie en 1935 pour élargir la place, il n’en subsiste que le clocher et une partie inférieure.


Ancienne Chapelle Saint-Pierre




Chapelle rurale située au sud-est de la commune en bordure de la départementale 4 qui même à Antibes La Brague. Chapelle édifiée en 1687 par un habitant du village. Les pêcheurs de Biot qui se rendaient à l'embouchure de la Brague pouvaient prier à leur saint patron.


Pour en savoir plus sur les chapelles de Biot

Porte des Tines




Porte datée de 1565. Restes de l'appareil défensif du XVIe siècle.

Pont-Vieux de Saint-Jean




Pont en arc franchissant la Brague édifié au XVIIe siècle.



Musée Fernand Léger

Quelques mois avant sa mort, en 1955, Fernand Léger achète une villa, situé au pied du village de Biot sur un terrain horticole. C’est sur ce terrain que Nadia Léger, sa veuve, et Georges Bauquier, son proche collaborateur, décident de créer un musée. Le bâtiment a été conçu par l’architecte André Svetchine. Le projet de bâtiment intègre une immense mosaïque, initialement prévue par Fernand Léger pour la décoration du stade de Hanovre, mais jamais réalisée. En 1969, les fondateurs font don à l’Etat français du bâtiment, du terrain et d’une collection riche de plus de trois cents œuvres.

Le musée est classé au patrimoine du XXème siècle.



Repère géographique.png Repères géographiques




La Brague fleuve côtier prenant sa source à Châteauneuf et se jetant dans la Méditerranée sur la commune d'Antibes arrose la commune.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 1 000 1 000 1 078 1 138 1 267 1 273 1 328 1 278 1 268 1 225
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 1 326 1 367 1 355 1 343 1 345 1 206 1 215 1 336 1 106 1 169
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 1 186 1 053 1 211 1 293 1 413 1 280 1 513 2 048 2 656 2 745
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 3 680 5 575 7 395 8 791 9 751 9 804 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2015 & 2016.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Lambert BERENGER 1790 - 1791  
Antoine CAUSSE 1791 - 1791  
André CARASSE 1791 - 1792  
Pierre-Joseph DURBEC 1792 - 1794  
Jean-Joseph GUIRARD 1794 - 1795  
 ? 1796  
Lambert SARDOU 1797 - 1799  
Lambert BERENGER 1799 - 1800  
Pierre-Joseph DURBEC 1800 - 1803  
Joseph Louis FUNEL 1803 - 1805  
Lambert BERENGER 1805 - ?  
Jean Joseph CARASSE 1813 - 1817  
Jean-Joseph SIOUPE 1817 - 1825  
Antoine-Joseph LAMBERT 1826 - 1831  
Pierre SEMERIE 1831 - 1837  
Henri SEMERIE 1837 - 1844 Antoine Gras fait fonction de maire à partir de septembre 1844  
Jean-Honoré GUIRARD 1846 - 1848  
Jean-François CARASSE 1848 - 1852  
Henri SEMERIE 1852 - 1863 A partir du 4 octobre 1863 Antoine LAMBERT adjoint, fait fonction de maire  
Lambert Félix BÉRANGER 1863 - 1870  
Honoré Joseph GUIRARD 1870 - 1874  
Joseph Aloïs FUNEL de CLAUSONNE 1874 - 1876 Avocat  
Auguste CARASSE 1876 - 1892  
Aloïs FUNEL de CLAUSONNE 1892 - 1896  
Émile LAVERAN 1896 - 1897  
Adolphe GRAS 1897 - 1900  
GEOFFROY 1900 - 1902  
Adolphe GRAS 1902 - 1903 Maire en 1899  
Lambert GEOFFROY 1903 - 1908  
Émile LECLERC 1908 - 1929  
Lucien MURATOR 1929 - 1934 Chanteur [4]  
Gustave BERLIE 1934 - 1935  
Émile LECLERC 1935 - 1938  
Joséphin PLAUCHEUR 1938 - 1944 Installé le 21 juillet 1938, déchu avec le conseil communal le 25 août 1944 par le comité de Libération.  
Henri CARPENTIER 1944 - 1965 Docteur - Président du comité de Libération à partir de décembre 1944, élu maire le 29 avril 1945.  
Eloi MONOD 1965 - 1971 Fondateur de La Verrerie de Biot  
André MOYNET 1971 - 1973 Compagnon de la Libération [5]  
Marcel CAMATTE 1973 - 1983  
Michèle GILARDI 1983 - 1989  
Pierre OPERTO 1989 - 2001  
François-Xavier BOUCAND 2001 - 2008  
Jean-Pierre DERMIT 2008 - 2014  
Guilaine DEBRAS 2014 - (2020)  
- -  

Cfr. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
Pierre BOULADE - Curé au moment de la révolution -  
- - -  
Paul CAUSSE -  
- -  
J. MONIER - Curé en 1920  
- -  

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Morts des guerres 1914-1918 / 1939-1945

Pictos recherche.png Consulter la liste ...

Monument du Souvenir Français

Pictos recherche.png Consulter la liste ...


Émigration en Algérie

  • DURBEC Jacques, né le 31/03/1838 à Biot, décédé après 05/1888, cultivateur en Algérie. Filiation non établie.
Il épouse à Noisy-les-Bains (Aïn-Nouissy, Mostaganem, Oran) le 15/05/1866, Catherine Marguerite VIGOT, née le 28/11/1841 à Lucey (Meurthe-et-Moselle).
Ils auront au moins une fille :
- Rose DURBEC, née le 08/08/1870 à Saint-Denis-du-Sig (Oran), qui épouse à Perrégaux (Oran), le 28/05/1888, Alphonse Emile WOHRLY, né le 02/10/1861 à Aboukir (Oran), employé, demeurant (05/1888) à Perrégaux. Ils auront cinq enfants. Voir fiche :


  • TESTORIS Françoise Euphrosine, née le 06/09/1840 à Biot, décédée après 1884 en Algérie, fille de Pierre Joseph (+ ap. 09/1884), jardinier à Philippeville (Constantine), et de Anna DEVAYE (+ 04/05/1880 Philippeville).
Elle épouse :
1° avant 1871, Joseph ESCUDIE, + 06/06/1871 à Philippeville.
2° le 06/09/1884 à Philippeville, Ignace KURTZ, né le 05/06/1834 à Wittisheim (Bas-Rhin), gardien du phare du Cap-de-Fer à Skikda (Philippeville), fils de Blaise (o ca. 1779, + ap. 06/1834) cultivateur à Wittisheim, et de Barbe HILZ (o ca. 1792, + ap. 06/1834). Pas de postérité établie à ce jour.


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés


Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin de 08h30 à 12h30 de 08h30 à 12h30 de 08h30 à 12h30 de 08h30 à 12h30 de 08h30 à 12h30 - -
Après-midi de 12h30 à 17h00 de 12h30 à 17h00 de 12h30 à 17h00 de 12h30 à 17h00 de 12h30 à 17h00 - -
06018 - Biot Mairie.jpg

Mairie
Adresse : 10 route de Valbonne - 06410 BIOT

Tél : 04 92 91 55 80 - Fax : 04 93 65 18 09

Courriel : Contact

Site internet :

GPS : 443.629444° / 7.096111° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : http://www.annuaire-mairie.fr (04/2012)

Dépouillements des registres paroissiaux

Dépouillements déposés aux archives départementales :

Mariages 1665-1796 cote BR 5668

Baptêmes 1659-1796 cote BR 6791

Décès 1668-1796 cote BR 6982

Archives en ligne

Archives notariales

Remarques

Minutes déposées aux AD depuis 1545 cote 3E82

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • "Monographie de Biot - histoire et géographie humaine" de Joseph Antoine DURBEC cote AD 23 J1
  • "Mon village près de la mer ... moun vilage proche la mar" par Emile CHEVAL - éditions du Cabri, 2000


Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Page sur des sites de pays ou de syndicat touristique :

Page sur sites généraux :

Référence.png Notes et références