02643 - Ressons-le-Long

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour

Ressons-le-Long
Blason de Ressons-le-Long
Croix de guerre 1914-1918
Croix de guerre 1914-1918
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 02 - Blason - Aisne.png    Aisne
Arrondissement Blason Soissons-02722.png    Soissons (S-Préf.)
Métropole -
Canton Blason Vic-sur-Aisne-02795.png   02-20   Vic-sur-Aisne

Blason Vic-sur-Aisne-02795.png   02-35   Vic-sur-Aisne
(Ancien canton)

Code INSEE 02643
Code postal 02290
Population 775 hab. (2013)
Nom des habitants Ressonnais, Ressonnaises
Superficie 1 055 hectares
Densité 73 hab./km²
Altitude Mini : 37 m
Point culminant 150 m
Coordonnées
géographiques
49.388055° / 3.148611° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
02643 - Ressons-le-Long carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Repères historiques

  • De - 20 à 450

Le camp romain de Arlaines
Le camp se présente sous la forme d'un rectangle de 280 x 175 m, aux angles arrondis, construit en petites pierres taillées. Quatres portes, défendues par des tours rectangulaires, permettent d'accéder à l'intérieur du camp, depuis chaque face de l'enceinte. Ces portes ouvrent sur deux grands axes qui se croisent à angle droit vers le milieu de la forteresse. À l'extérieur du rempart, un fossé protégeait les abords du périmètre défensif.
L'intérieur du camp est occupé par une série de bâtiments aux fonctions diverses : quartier général, habitation du chef de corps, hôpital, armurerie, greniers, thermes et baraquements des soldats. Le quartier général (principal) est un vaste bâtiment de 45 x 31 m, situé à la croisée des deux grands axes de la fortification, centrée autour d'une cour intérieure, et bordée de magasins et de pièces de service. Face à l'entrée principale, une pièce plus vaste que les autres, la chapelle aux enseignes constitue une sorte de petit temple où l'on honorait les divinités militaire, la statue de l'empereur régnant, et où l'on gardait l'étendard du corps de troupe, ainsi que le solde et l'épargne des soldats. Quant aux baraquements, il s'agit de bâtiments allongés, d'une quarantaine de mètres de long, divisés en petites loges de 4 x 3 m, précédées d'un auvent. Chacune de ces chambrées accueillait probablement cinq hommes.
L'officier commandant chaque baraquement d'une quarantaine d'hommes logeait dans un appartement plus vaste au bout de la rangée de casernements. Aucun espace disponible pour les manœuvres n'existait à l'intérieur même de la forteresse, et l'exercice devait se faire à l'extérieur des remparts.
L'alimentation en eau était assurée par un aqueduc et l'évacuation par un important et complexe système d'égouts. La cuisine était faite individuellement par les soldats, dans leur chambrée, et payée par eux. De vastes thermes permettaient de préserver l'hygiène corporelle.
Source : Archéologie d'une vallée, CNRS n° 12

Blason de Ressons-le-Long Héraldique

  • Coupé : au premier de sinople à la crosse d'or accostée de deux tentes du même, au second d'argent au dragon de gueules.

Histoire administrative

La paroisse sous l'Ancien Régime

  • Intendance ou généralité :
  • Élection ou diocèse civil :
  • Subdélégation :
  • Parlement :
  • Coutume :
  • Bailliage ou sénéchaussée :
  • Diocèse religieux :
  • Vocable ou paroisse :


  • Département - 1801-2018 : Aisne
  • Arrondissement - 1801-2018 : Soissons
  • Canton - 1801-2018 : Vic-sur-Aisne

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine

  • Pontarcher, avec son ancien moulin à papier sur le ru de Retz et son ancienne maladrerie sur le lieu du camp romain qui défendait un pont sur l’Aisne.
  • Gorgny, après la croix du Jubilé, avec son lavoir, sa tour Blanchard.
  • Mainville et son château du XVIIIe siècle.
  • Le centre-bourg, et son église entourée de la mairie-école, du café-tabac-crêperie et du Marais Saint-Georges où est venu s’enliser le saint éponyme avant de devenir le patron du village.
  • Poulandon et son manoir datant du XVe siècle près de la motte féodale.
  • La Montagne, avec sa ferme d’abbaye et son lavoir.
  • Le Cheneux, sur son petit promontoire.
  • Le Montois, et son château du XIXe siècle.

La légende de saint Georges

Saint Georges, venant de Guny, avait passé la rivière à Vic-sur-Aisne, dans le but de parcourir le Soissonnais, lorsqu'il rencontra saint Martin.

Suite de l'article sur le site de la commune.


Repère géographique.png Repères géographiques

À la limite du Soissonnais et du Valois, le terroir descend d’un coteau escarpé avec ses soubassements crayeux recouverts de forêt pour s’ouvrir sur la vallée de l’Aisne et ses sols variés, emblavés de cultures, à proximité du pôle agro-alimentaire de Vic-sur-Aisne.


Démographie.png Démographie

le pic maximal
le pic minimal

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 543 601 588 625 708 737 710 764 714 699
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 665 668 644 611 637 614 591 566 576 587
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 613 375 709 691 564 642 643 641 652 692
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 - - - -
Population 698 711 740 757 768 - - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cfr : Cassini avant 2006, INSEE 2006, 2011 & 2013

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Simon AMORY 23/09/1800  
Claude TOUPET 19/02/1803  
Pierre SERVAL 10/05/1815 Pendant les Cent-Jours, n'a jamais été installé.  
Claude TOUPET 07/1815  
Philippe LUCOT 1817  
Pierre EUDELINNE 1821 Nommé par le préfet ; révoqué par Charles X  
Jean VIOLET 1825  
Henri VEROUDART 1826  
Louis JUGE 1844  
François MOUTAILLER 1848  
Pierre IGNEUX 1854  
Louis VEROUDART 1855 - 1876 Décédé en 1876 au cours de son mandat  
Prince DANRE 1876  
Pierre LE CORNIER 1878  
Maxime AMORY 1888  
Auguste BARAQUIN 1900  
Henri FERTÉ 1908  
Alphonse JOLLY 1935  
Paul THEVENIN 1941  
Marc FERTE 1953  
Pierre MEYSSIREL 1983  
Henri MENARD 1989  
Françoise BRIN 1990  
Michel LEFRANC 1995  
Eric DEBOSQUE 2001 - 2008  
Nicolas RÉBÉROT 2008 - (2020)  

Source : MairesGenWeb & mairie

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance et de décès de

Naissances :

  • Raymond LEFRANC, né le 9 fevrier 1916, député communiste de l'Aisne Biographie sur le site de l'Assemblée nationnale.


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 9h - 12h 9h - 12h 9h - 12h 9h - 12h 9h - 12h - -
Après-midi 14h - 17h30 - - - 14h - 17h30 - -
Commune.png

Mairie
Adresse : 2, rue de l'Église - 02290 RESSONS-LE-LONG

Tél : 03 23 74 21 12 - Fax : 03 23 74 21 12

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : L'annuaire Service Public (Novembre 2016)

Dépouillements des registres paroissiaux

Archives notariales

Patronymes

Remarques

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie


Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références