02233 - Cramaille

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Cramaille
150px
Croix de guerre 1914-1918
Croix de guerre 1914-1918
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 02 - Blason - Aisne.png    Aisne
Arrondissement Blason Soissons-02722.png    Soissons (S-Préf.)
Métropole -
Canton Blason Villers-Cotterêts-02810.png   02-21   Villers-Cotterêts

Blason Oulchy-le-Château-02580.png   02-24   Oulchy-le-Château
(Ancien canton)

Code INSEE 02233
Code postal 02130
Population 130 habitants (2013)
Nom des habitants
Superficie 812 hectares
Densité 16 hab./km²
Altitude 123 m
Point culminant 197 m
Coordonnées
géographiques
49.229444° / 3.454722° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
02233 - Cramaille carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

CRAMAILLES, CRAMOILLE en 1285 ; CRAMEILLES (XIIIe siècle) ; Cramelia, Cramelim en 1186.
Village de l'ancien Valois, bâti au pied d'un coteau, à 50 km au sud de Laon et 30 km de Soissons, autrefois de l'intendance, des bailliage, élection et diocèse de cette ville.
Patron : saintt Martin.
Dépendance en 1860 : Cramozelle (hameau).

La terre de Cramailles portait autrefois le titre de baronnie, et les seigneurs de ce village prenaient celui de premiers barons et guidons du Valois.

Le château de Cramailles fut rebâti au XVIe siècle par François Ier. On voyait sur la porte la statue équestre de ce prince entouré des seigneurs de sa cour, dont le rang et les faits d'armes étaient indiqués par des devises. Ce château fut brûlé ainsi que le village en 1652 par les Espagnols.

Sources : Le dictionnaire historique de Melleville (tome 1)

Note historique sur la fin de l'année 1813 - début 1814

L'empereur de Russie ; Alexandre, le roy de Prusse ; Guillaume, l'empereur de l'Allemagne ; Ferdinand, le Roy d'Angleterre, et le roy de Suède, coalisés contre Bonaparte, empereur des français sous le nom de Napoléon 1er, fondirent sur la France de plusieurs côtés avec des troupes incontrôlables. Après plusieurs combats ou les Français furent tantôt vaincus tantôt vainqueurs, les Russes et les Prussiens ayant rétablis le pont de Château Thierry qui avait été rompu, le passèrent et ayant été arrêtés par la résistance de la ville de Soissons, prirent leur route par le Grand Chemin nommé "le chemin de Reims" qui traverse le terroir de Cramaille et une partie de Saponay.

Le 13 février 1814, nous vîmes défiler sur cette route plus de cinquante mille hommes, suivis de bagages immenses. Le 15 à 7 heures du matin parurent les Cosaques qui étaient les pillards de l'armée Russes. La matinée s'est passée paisiblement mais vers les 3 heures après-midi, ces hommes féroces, échauffés par le vin déferlent dans les maisons, maltraitèrent les habitants, enlevèrent tout ce qui leur plut et employèrent la nuit au pillage, au viol et a tous les crimes. Ce fut là, le prélude des maux auxquels Cramaille comme les villages circonvoisins étaient réservés. Durant les mois de février, mars et avril, les mêmes scènes recommencèrent très souvent. Les habitants dépouillés de tout, recoururent aux souterrains pour cacher leurs effets et aux bois pour sauver leurs personnes, jusqu'à ce qu'enfin, le ciel se déclarent pour eux et pour la France. Les alliés défirent, à Laon, une partie de l'armée de Bonaparte, l'avortèrent et le cernèrent à Fontainebleau, assiégèrent Paris dans les derniers jours de mai et entrèrent le 30 par capitulation avec le sénat et le commandant le duc de Raguse de la garde nationale et y proclamèrent la déchéance de Bonaparte et la restauration des Bourbons dans tous leurs droits particulièrement de Louis XVIII sur son trône.

Ce fut par une suite de ces malheureux événements que plusieurs personnes entre autres ; Jacques Théophile Chebœuf, Louise Élisabeth Gérard. et Jacques Nicolas, ont péri. Ce fut pendant ce temps vers la mi mai que le général York, prussiens à la tête de 45 milles hommes séjourna sur le terroir de Cramaille. Son armée occupé la partie septentrionale. Depuis la remise du Marais jusqu'au terroir de Beugneux. Ce sont ces luthériens qui pillèrent l'église de Cramaille, où ils profanèrent les Saintes Hosties, enlevèrent tout le linge, arrachèrent et brûlèrent une partie des lambris et presque tous les bancs de la nef. Brisèrent le soleil et la croix de procession, et dégalonnèrent les chapes et chasubles dont ils brûlèrent une partie dans leur bivouaques.

L'église de Cramaille et tous les habitants se souviendront toujours de la bienveillance de M. et Mme De Campigny, propriétaires des fermes de la basse cour, du Gué, de la Croix et du château de Cramaille qui dans cette occasion leur firent présent d'un soleil neuf, d'une belle chasuble blanche et payèrent la réparation de la croix de procession. Le reste fut rétabli par les dons de quelques habitants et de M. le curé.

Signé BOBE

Source : Document trouvé aux archives de l'évêché de Soissons sur le registre des sacrements de Cramaille. Texte déposé par Maryse Servoise Plé sur le site de Jacques Marchal

Héraldique

Histoire administrative

  • Département - 1801-2019 : Aisne
  • Arrondissement - 1801-2019 : Soissons
  • Canton - 1801-2015 : (Oulchy-le-Château) Oulchy-le-Château, 2015-2019 : Villers-Cotterêts

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine

Le château

Le château


Le château de Cramaille a été construit au XIIIe siècle il ne reste aujourd'hui que les ruines de la tour de l'enceinte classée en 1927.

L'église Saint-Martin

L'église Saint-Martin


L'église Saint-Martin est de style ogival surbaissé ce qui fit remonter sa construction au XVIe siècle. Il existait un accès, maintenant obstrué, qui permettait aux propriétaires du château d'avoir leur propre entrée. On aperçoit l'ancienne porte dans le mur d'enceinte du château.

Le dossier reliques de l'évêché de Soissons possède une copie de l'authentique établi le 25 novembre 1932 des reliques conservées en l'église de Cramaille des saints martyrs Célestine et Juste et Saint-Mammès, grand martyr, patron de Langres (52).

Repère géographique.png Repères géographiques


Démographie.png Démographie

le pic maximal
le pic minimal

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 146 188 165 167 182 181 221 229 233 240
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 232 220 184 217 206 193 202 214 220 210
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 210 161 181 205 188 192 206 179 172 135
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 127 108 102 118 131 138 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cfr : Cassini Cf. : avant 2006, INSEE 2006, 2011 & 2013

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
FOURNIER 1820  
PINTA 1900  
- -  
- -  
- -  
Roger SERVOISE 1998 - 2013  
Didier GRENOT 2013 - (2020)  

Source : MairesGenWeb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les seigneurs

Pictos recherche.png Consulter la liste ...


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - - - - - -
Après-midi - - - 17h - 19h - - -
Commune.png

Mairie
Adresse : 7, rue des Sources - 02130 CRAMAILLE

Tél : 03 23 55 87 65 - Fax : 03 23 55 87 65

Courriel : Contact

Site internet :

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : L'annuaire Service Public (Octobre 2016)

Associations d'histoire locale

  • Monographie

Le nom de Cramailles, autrefois Crameilles, se rendait dans le latin du XIIIe siècle, par Cramelia et Cramelioe ; ce lieu avait le titre de baronnie ; les seigneurs étaient guidons du Valois ; l’histoire de Cramailles, par les temps anciens, ne consiste guère que dans la généalogie de ses seigneurs, et elle est si longue, malgré les omissions du père Anselme et celles de MM. Melleville et Pêcheur, que nous ne citerons que les principaux et quelques uns de ceux qui ont échappé aux recherches des auteurs précités.

La confusion qui règne dans la liste des seigneurs du nom de Cramailles, tient surtout à ce que à plusieurs époques cette seigneurie fut divisée, et il y avait quelquefois jusqu’à cinq seigneurs, en partie, de Cramailles. Dans les chartes, dans les pièces quelconques, il signaient : seigneurs de Cramailles et oubliaient facilement le mot en partie.

Gislebert, qui vivait sous le roi Philippe 1er, fut père de : Raoul qui, avec Gila sa femme, fonda Valchrétien en 1134 ; Ansculphe est connu par plusieurs actes de l’an 1189 ; Raoul, connu par ses dons aux églises de Soissons, mourut en 1232. Odon, frère de Raoul, fut inhumé dans l’église de Valchrétien, où il était représenté couvert de son armure ; Jean 1er, fils d’Odon, voulut être inhumé dans l’abbaye de Longpont, 1268 ; Raoul était aussi seigneur du château de la Tournelle ; il y avait de lui un beau tombeau dans l’église de Valchrétien ; son frère, Oudart, hérita de lui ; Jean II mourut en 1202 ; sa veuve, Gilliette de Pondron se remaria à Jean de Châtillon, qui devint seigneur de Cramailles.

Suite de l'article sur le site de généalogie Aisne (commune puis Cramaille puis monographie)

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie


Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références