01427 - Trévoux

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour

Trévoux
TRÉVOUX-blason.jpg
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 01 - Blason - Ain.png    Ain
Métropole
Canton TRÉVOUX-blason.jpg   01-21   Trévoux

TRÉVOUX-blason.jpg   01-34   Trévoux (Ancien canton)

Code INSEE 01427
Code postal 01600
Population 6 768 habitants (2015)
Nom des habitants Les Trévoltiens
Superficie 571 hectares
Densité 1185,29 hab./km²
Altitude Mini: 167 m
Point culminant 256 m
Coordonnées
géographiques
45.941112° / 4.775° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
01427 - Carte administrative - Trévoux.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Extrait du 'Dictionnaire topographique de l'Ain'

Trévoux, cf.l. d'arrondissement.

- [Tre]voos, 1010 (petit cartu. d'Ainay, n°178),
- In villa Trevoss, 1010 (idib., note 4)
- Trevos et Trevos, 1243 (bibli. Dumb.,t I page 144)
- Trevox et Trevous, 1264 (idib., t I p. 161)
- Trevouz, 1279 (idib., t II p 210)
- Trevors et Trevoz, 1279 (idib., comp. p. 74)
- Adup Trevours, 1324 (Arch. du Rhône ,fonds de Malte , titres des feuillés)
- De Trevochio, 1344 (Arch. de la cote d'Or, B552 f52°r 52°)
- Mensura de Trevox, 1393 (Arch. du Rhône, terr. de Reyrieu , f°1)
- Trevoux, 1431 (bibli. Dumb.,t I page 347)
- Adup Trevocium, 1482 (Arch. du Rhône, terr. de Reyrieu, f°14)
- Trevolx, 1487 (bibli. Dumb.,t I page 382)
- Trevoulx, 1502 (Masure de l'Isle-Barbe, t1 p. 494)
- Trevolcium, 1491 (Terr. de Messimy f°17 v°)
- Trevolum en Dombes, 1552 (bibli. Dumb.,t I page 463)
- Trevoux, 1671 (Beneficia Dioc. lugd. p.252) ; 1790 (Denombr. de Bourgogne); an X (Ann. de l'Ain)

A l'époque rodolphienne, Trévoux faisait partie de l'ager de Genay (ager Janiacensis.) — In pago Lugdunensi, in agro Janiacensis, in villa Invilvoos, corr. in vil[la Tre]voss, 1010 (petit cartu. d'Ainay, n°178 note n°4).

Source : Bibliothèque_nationale_de_France

Héraldique

D'or à la tour couverte de gueules ouverte, ajourée et maçonnée de sable, au chef d'azur chargé de trois fleurs de lys du champs, chacune senestrée en pointe d'un bâton péri aussi de gueules en bande.

Étymologie de Trévoux

Trois hypothèses sur le nom de Trévoux :

  • Nom d’origine Celtic (comme le Trévoux armoricain)
  • Trois « Voltes » (Abbé JOLIVOIS) pour 3 courbes, cette hypothèse est peu probable car dans ce passage de la Saône, il n’y a qu’une courbe au niveau de Saint-Bernard.
  • Enfin la commune serait implantée au lieu ou la voie Agrippa se sépare en « trois voies » partageant le territoire (trivium ou trivortium).

Les premiers habitants de Trévoux

  • Un habitat de type néolithique a été mis en évidence au « Combart » à trévoux en 1987.
  • Des objets de bronze ont été récupérés lors de dragages des bords de Saône datant de l’age de bronze.
  • Des tumuls ont été mis en évidence lors de fouilles à Saint Bernard en 1862.

La civilisation romaine et Trévoux

  • Le principal vestige de l’époque romaine trouvé dans la région se situe à Saint-Didier-sur-Formans (Villa de la « panissière »).
  • En divers points de Trévoux des restes de la civilisation romaine ont été mis en évidence et en particulier dans le quartier de « la Sidoine » et sur le site de « Corcelle » . Parmi les vestiges mis en évidence il faut noter un reste de voie pavée, de la monnaie, des poteries et bracelets.
  • Il ne semble pas que la période romaine ait marquée fortement la ville.

Bref historique de Trévoux

Première mention de Trévoux en 1010.
En 1032 Trévoux et la Dombes appartiennent déjà aux Sires de Villars.
En 1200 Étienne II sire de Villars qui n'a qu'une fille donna Trévoux à Étienne Ier seigneur de Thoire.
Au XIIe siècle la rivière sert de frontière entre le royaume de France et le Saint Empire germanique. Trévoux est situé coté Saint Empire et est mentionné comme péage fluvial. Un château fort domine la ville.
1300 la ville reçoit une charte de franchises.
Vers 1402 le dernier des Thoire et Villard (Les sires de Villard) ; Humbert VII cède Trévoux à Louis de Bourbon, seigneur de Beaujeu, dès lors le pays allait se trouver sous la menace des Ducs de Savoie car cette vente donnait de la jalousie à Amédée duc de Savoie. En 1431, à l'initiative du duc de Savoie François de la Palud de Varambon, chef de l'armée du duc tenta de prendre Trévoux et fit des prisonniers qu'il rançonna.
1523 François Ier confisque la ville qui est la capitale de la Dombes car Le connétable de Bourbon avait rejoint Charles Quint. La ville fut dotée à cette date d’un parlement (lieu d’enregistrement des actes et des jugements et office de juridiction d’appel).
27 novembre 1560 François II restitue la principauté de Dombes aux Bourbons-Montpensier qui deviennent ainsi les princes de cet état.
1696 : jusqu'au 12 décembre le parlement de Trévoux siège à Lyon par "territoire emprunté" et les arrêts sont proclamés à Trévoux (les conseillers sont obligés de venir à Trévoux au moins 2 fois par an). Le Duc du Maine Louis Auguste de Bourbon (fils naturel de Louis XIV) poussé par les notables locaux ordonne le transfert du siège du parlement à Trévoux. Cette même année il y fit établir une imprimerie.
1703 : le bâtiment du «Parlement» est inauguré.
28 Mars 1762 : la principauté de Dombes et Trévoux furent rattachées à la couronne de France (échange du comté d’EU et de la Dombes).
1771 : suppression du Parlement.
Le 4 mars 1790 la ville devient chef lieu de district avec 4 cantons : Montmerle, Thoissey, Trévoux et Saint-Trivier-en-Dombes. Le Premier Empire (17 février 1800) lui donna le rang de sous-préfecture avec autorité sur sept cantons et 111 communes. La sous-préfecture de Trévoux sera supprimée le 10 septembre 1926.
Le 3 septembre 1944 : libération de la ville par les fusiliers marins français.

Mémoires pour l’Histoire des Sciences et des Beaux-Arts

01427 - Trévoux Journal.jpg
Les "Mémoires pour l'histoire des Sciences et des Beaux-arts", plus généralement appelées Journal de Trévoux ou Mémoires de Trévoux paraissent en janvier 1701 sous la forme d'une revue mensuelle (publiée tous les 2 mois durant l'année 1701). Revue fondée par les jésuite et administrée par eux et en particulier le Père Tournemine, de 1701 à 1709 et le père Berthier de 1745 à 1762. La plupart des rédacteurs du journal appartenait à la Société de Jésus. La revue était destinée à lutter contre le Protestantisme et plus encore le Jansénisme. Elle devait participer au développement des connaissances.

Jusqu'en 1730 l'impression se fait à Trévoux, par suite d'un refus de renouvellement de privilèges, l'impression se fait à Lyon de 1731 à 1734 et enfin à Paris chez Étienne Ganeau jusqu'au dernier numéro : mai 1762.

Le journal sera repris de 1763 à 1764 par Jean-Louis Jolivet, adversaire des jésuites. En 1768 il devient Journal des Sciences et des Beaux-arts, en 1776 Journal des Beaux-arts et des Sciences, en 1779 Journal de Littérature des Sciences et des Arts avec la mention : parait tous les 10 jours ; en 1782 cessation définitive du journal.

De janvier 1701 jusqu'en décembre 1767 on dénombre 878 numéro des "Mémoires de Trévoux ".

Liens sur le "Journal de Trévoux"

Histoire administrative

  • Département - 1801- : Ain
  • Arrondissement - 1801-1926 : Trévoux --> 1986-2018 : Bourg-en-Bresse
  • Canton - 1801-2018 : Trévoux
  • Commune - 1801-2018 : Trévoux

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine

Le pont suspendu


La première pierre du pont fut posée en 1850 par le général de Castellane. L'inauguration eut lieu le 18 mai 1851. Le tablier en bois a depuis été remplacé par un tablier métallique.

En tête de pont à l'entrée de Trévoux, s'élèvent, place du Pont, deux petits pavillons carrés symétriques qui abritent les bureaux de péage. En 1889, racheté par les départements de l' Ain et du Rhône, le pont est affranchi. Les pavillons d'entrée sont supprimés. Un nouveau pont, établi à l' aval, est ouvert en 1976. Actuellement ce pont est réservé aux piétons.

Le pont est inscrit à l'Inventaire général du patrimoine culturel depuis 1997[1].


L'église Saint-Symphorien


De style néo-roman avec un clocher inachevé.

La 1ère pierre fut posée le 8 avril 1900. Le 30 octobre 1904 a lieu l'inauguration, bien qu'une partie du décor intérieur ne soit pas terminé (chapiteaux, boiseries...) et le clocher prévu en façade, non réalisé. Une construction provisoire à proximité de l'édifice abrite les cloches.
Vitraux chapelle du Sacré cœur
Vitrail de centre en bas: apparition de jésus à Sainte Marie Marguerite à Paray-le Monial.
Vitrail du centre en haut: Jésus en croix le garde lui perce le côté.
Vitrail de droite: la dernière cène .
Vitrail de gauche: Épisode des disciples d'Emmaüs.

Vitraux chapelle Vierge
Vitrail du centre en Bas: La visitation.
Vitrail du centre en haut: l'Assomption de Marie.
Vitrail de droite: L'ange Gabriel fut envoyé à Marie.
Vitrail de gauche: la fuite en Égypte;

Orgue
Vers 1845 Les ateliers CALLINET réalise un orgue pour la chapelle du collège de Thoissey. En 1916 l'orgue est démonté et réinstallé sur la tribune de l'église Saint-Symphorien.
En 1920 la manufacture des orgues MERKLIN-KUHN transforme l'orgue. Six jeux neufs sont ajoutés.
En 1980 Lucien SIMON facteur d'orgue à Caluire restaure celui ci.

Édifice inscrit à l'Inventaire général du patrimoine culturel depuis 1997[2].

Le Parlement

Salle audience -
Photo J-P GALICHON

Le 12 décembre 1896, Louis Auguste de Bourbon, Duc du Maine, fils légitimé de Louis XIV, transfère le siège à Trévoux, où il impose aux magistrats de résider. De 1697 à 1703 le parlement siège dans l'ancien auditoire du baillage, tandis qu'on édifie un nouveau bâtiment hors de l'enceinte médiévale. L'architecte des bâtiments est inconnu. C'est le gouverneur et Premier magistrat, Claude Cachet de MONTÉZAN, qui est chargé de diriger la construction du nouveau parlement. Le bâtiment du «Parlement» est officiellement inauguré en 1703.
En 1698, Pierre Paul SEVIN de TOURNON en Vivarais (1650-1710) réalise les fresques décoratives ornant les murs, ainsi que les poutres et solives du plafond à la française. La décoration de la salle est complétée par des peintures murales constituées de grands compartiments rectangulaires. Ornées de moulures au centre desquelles sont frappées les armoiries de la France surmontées de la couronne royale, ces peintures sont séparées les unes des autres par des pilastres.
Le programme iconographique de la salle (la justice, la guerre et la paix) a été respecté par les différents régimes politiques qui se sont succédé depuis le XVIIe siècle, les peintures elles-mêmes ont été l'objet de plusieurs remaniements. Les fleurs de lys, symbole de la monarchie française, masquées lors de la Révolution en 1793, ont été repeintes en 1837, sous le règne du roi Louis-Philippe. La réfection des pilastres et des trophées sur les murs, la pose du dallage, des lambris et des lustres datent de 1956 et 1957. Les décors de Pierre Paul SEVIN ont été restaurés en 2009.

L'ancien parlement abrite aujourd'hui le tribunal d'instance, le greffe et le service des impôts.

Inscrit à l'Inventaire général du patrimoine culturel depuis 1997[3].


L'hôtel de Ville


Construite entre 1890 et 1891 sur l'emplacement d'une ancienne maison d'habitation et de l'ancienne prison par l'architecte lyonnais Marie André BELLEMAIN. La construction fait suite à une délibération du C.M du 23 février 1889. L'inauguration a eu lieu le 9 août 1891. Á noter le beffroi en dôme couverts d'ardoises.

Inscrit à l'Inventaire général du patrimoine culturel depuis 1997[4].


La porte de Villars et le château fort

Le château fort daterait pour sa partie la plus ancienne de la fin du XIIIe siècle ou du début du 14ème. Le site est classé aux M.H depuis 1913 [5].
La porte de Villars est située dans les vestiges de l'enceinte médiévale élevée en briques rouges.

Maison dite des sires de Villars


Façade de la fin du XVe siècle (Oriel ou Porte basse) et du XVIIIe siècle pour la baie et avant corps situés au dessus.

Inscrite aux M.H en 1991[6].

Tour de l'horloge ou de l'arsenal


Ce beffroi en pierre calcaire s'élève sur le seule place de l'ancien quartier. Il s'appui sur le bâtiment qui servait d'arsenal. Au XVIIIe siècle un horloger habitait dans une petite chambre au bas de la tour et contre 20 livres par an était chargé du fonctionnement de l'horloge.
La tour conserve des éléments du XVe siècle telles que les archères cruciformes sur la partie basse de l'édifice.

Tour inscrite à l'Inventaire général du patrimoine culturel en 1997[7].


L'hôpital Montpensier

L'apothicairerie -
Photo J-P GALICHON

L'hôpital est fondé en 1686 par Anne Louis d’Orléans duchesse de Montpensier dite "La grande Mademoiselle". L’hôpital prend appuis sur la tour ronde du rempart Médiéval. Il abrite l'apothicairerie de Trévoux. l'apothicairerie était le lieu de fabrication et de vente des "médicaments" de l’hôpital. Les apothicaireries se sont développées à partir du XVe siècle en particulier dans "Les Hôtels-Dieu". Les substances servant à la fabrication des remèdes sont stockées dans des pots en faïence.
L'ensemble du mobilier date du début du XVIIIe siècle et a servi à abriter une première série de pots bleu en provenance d'une fabrique Lyonnaise. La série a été complétée à la fin du XVIIIe siècle ainsi qu'au XIXe. La collection comporte 119 pots classée aux M.H depuis 1920[8].
Les sœurs de la "Charité" ont dirigé l'apothicairerie jusqu'à la fin du XIXe siècle.
Le mobilier et les pots de l'apothicairerie ont été transféré dans une salle du "carré patrimoine".

Repère géographique.png Repères géographiques

La ville est construite sur les pentes raides d'un talus qui descend jusqu'à la rive gauche de la Saône. Elle est située à environ 25 km au nord de Lyon, à 10 km de Villefranche sur Saône.

Carte sur ViaMichelin de : Trévoux

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 2 656 2 530 2 717 3 016 2 556 2 559 2 684 2 532 3 071 2 749
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 2 794 2 863 2 655 2 889 2 698 2 661 2 687 2 662 2 821 2 624
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 3 072 2 941 3 122 3 093 3 004 2 961 3 229 3 594 4 231 4 583
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 - - - -
Population 4 982 6 092 6 392 6 812 6 687 - - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2015.


Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

  • Louis ANDRIEUX (23 juillet 1840 à Trévoux - 27 août 1931 à Paris) : homme politique français. Avocat puis député à Lyon ; Préfet de Police de Paris, après le triomphe des républicains en 1879. Père naturel de l'écrivain et poète Louis ARAGON .

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Nicolas François GEMEAU 7/02/1790 - 1790 Lieutenant général de la Sénéchaussée de Dombes  
Simon Joseph GOUVION 14/11/1790 - 1792 Médecin  
Saturnin EUSTACHE 02/12/1792 -  
Benoît CHARLES 5 Ventôse An II-  
François MEUNIER 20 brumaire An IV-  
Jean Claude CHUINAGUE 4 prairial An VIII -  
Joseph Michel BACHER 20/12/1807 - 1830  
Frédéric PERRIER 17/08/1830 - 1832 Avocat  
DUMAREST 30/03/1832 - 1835  
Marie BECCAT 31/03/1835 - 1837  
Pierre Claude DUPOND 14/08/1837 - 1838  
Charles LAFOREST 13/10/1838 - 1846  
Charles René MARION 1/12/1846 - 1848  
GAY 04/1848 - 1852  
BURETTIER 08/1852 - 1854  
Gilbert-Hipolyte RAFFIN 05/1854 - 1870  
Pierre Claude DUPONT 26/08/1870 - 1870  
Joseph Stéphane BARON 11/10/1870 - 1871  
Joannès Erhard VALENTIN-SMITH 13/05/1871 - 1874  
Louis VALENTIN-SMITH 19/12/1874 - 1876 Avocat  
Claude Marie DIOT 26/05/1876 - 1881  
François GUILLOT 9/03/1881 - 1884  
Charles Marie DIOT 18/05/1884 - 1887  
Donat Auguste Alexandre BOLLET 9/09/1887 - 1901  
Michel BARATIER 15/12/1901 - 1904 Avoué  
Donat Auguste Alexandre BOLLET 15/05/1904 - 1912 (1851 - 1923) - Médecin - Conseiller général - Député & Sénateur  
Jules Louis Ernest PASSAQUAY 18/05/1912 - 1925 Notaire - Conseiller général  
Léon Marie PEY 17/05/1925 - 1930 Huissier  
Antoine Marius GALLET 07/10/1930- 1933 (1877 - 1958) - Commerçant - Conseiller général - Député  
Georges Alexandre ANDRE-FRIBOURG 29/04/1933 - 1936 (1887 - 1948) - Professeur - Député  
Pierre MOLLIARD 25/05/1936 - 1937 Percepteur honoraire  
Gustave CLAVEZ 11/12/1937 - 1941 (1900 - 1949) - Médecin - Conseiller général  
Émile DUBUIS 20/01/1941 - 1944 Avocat  
Gustave CLAVEZ 18/11/1944 - 1947 Médecin - Conseiller général  
Émile DUBUIS 3/11/1947 - 1971 Avocat - Conseiller général - Député  
Michel VITTORI 1971 - 1989 Conseiller général  
Michel RAYMOND 1995 - 2014 Réélu en 2001 ; 2008.  
Marc PÉCHOUX 2014 - (2020)  
- -  

Cf. : Mairesgenweb & Source: Mairie

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  
- -  
PASQUIER 1823 - 1828  
Jean-François JOLIBOIS 1828 - 1875 (1794 - ?)  
Jean Victor COLLET 1875 - 1886 Ex curé de Pont-de-Vaux  
 ? 1886 - 1888  
MOREL 1888 - 1906  
Auguste Frédéric SALOMON 1906 - 1908 Ex curé de Meximieux  
SAVARIN 1908 - 1945  
POBEL 1945 - 1951  
TARGE 1951 - 1955  
Paul GRIVAT 1955 - 1966  
Jules GUILLERMINET 1966 - 1997 Ex Vicaire à Montluel, à Virieu-le-Petit  
Fadi MESSALLEM 1997 -1999  
Emmanuel FAURE 1999 - 2001  
Jacques CHANVERIAT 2001 -  
- -  

Source : Paroisse

Liste des titulaires de la Légion d'Honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
-  
Louis ANDRIEUX 23 Juillet 1840 - Dossier - Député des Basses-Alpes - Ambassadeur de France - Chevalier de la Légion d'Honneur - Epoux de Mle Koechlin  
- -  
- -  
-  
- -  
- - - -  

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Monument aux Morts - Photo J-P GALICHON
<br<
Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste des inscrits sur le Monument aux Morts ...


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin de 9h00 à 12h00 de 9h00 à 12h00 de 9h00 à 12h00 de 9h00 à 12h00 de 9h00 à 12h00 de 9h00 à 12h00 -
Après-midi de 15h30 à 18h00 de 15h30 à 18h00 de 15h30 à 18h00 de 15h30 à 18h00 de 15h30 à 18h00 - -
01427 - Trévoux Mairie.jpg

Mairie
Adresse : Place de la terrasse - 01600 TRÉVOUX

Tél : 04 74 08 73 73 - Fax : 04 74 08 73 76

Courriel : Contact

Site internet :

GPS : 45.941112° / 4.775° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire : La mairie est ouverte du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 15h30 à 18h

Source : http://www.mairie-trevoux.fr/fre/vie_municipale/index.htm (01/2010)

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Sur Geneanet

  Trévoux
  Canton de Trévoux en Dombes
  Le Parlement de Dombes à Trévoux


En Librairie

  • Richesses touristiques et archéologiques du canton de Trévoux - Auteur : Département de l'Ain ISBN2 - 907656 - 24 - 4
  • Statistique générale de la France... : département de l'Ain - contributeur : Bossi, Giuseppe Aureliano Carlo (1758-1823) - Publication : Hachette (Paris)

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.