01388 - Saint-Trivier-de-Courtes

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Saint-Trivier-de-Courtes
01388 - Blason - Saint-Trivier-de-Courtes.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 01 - Blason - Ain.png    Ain
Métropole
Canton 01320 - Blason - Replonges.png   01-17   Replonges

01388 - Blason - Saint-Trivier-de-Courtes.png   01-29   Saint-Trivier-de-Courtes (Ancien canton)

Code INSEE 01388
Code postal 01560
Population 1093 habitants (2017)
Nom des habitants
Superficie 1653 hectares
Densité 66.12 hab./km²
Altitude Mini:mini 184 m
Point culminant 218 m
Coordonnées
géographiques
46.460278° / 5.082222° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
01388 - Carte administrative - Saint-Trivier-de-Courtes.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

Saint-Triver-de-Courtes, ainsi appelé pour le distinguer de Saint-Trivier en Dombes, n'étoit anciennement qu'un bourg où il y avoit un château. Cette terre étoit l'apanage des puînés de la maison de Baugé ; Sibille la porta avec le reste de ses possessions dans la maison de Savoie, à qui elle a appartenu pendant près de trois cent ans.

Cette ville tient son nom d'un saint personnage nommé "Trivier", qui faisoit des courses apostoliques dans la Bresse et dans la Dombes. En l'an 517, il fit bâtir l'église qui est à présent dans la ville, car auparavant la paroisse étoit à Saint-Hilaire de Courtes, qui est un village à 1 kilomètre et demi de Saint-Trivier. Ce fut en 1376 que le Comte-vert permit aux habitans d'entourer ce bourg de murailles : ils étoient presque tous taillables et mainmortables ; Emmanuel-Philibert les affranchit moyennant une certaine somme qu'il employa aux fortifications de la citadelle de Bourg.

Cette seigneurie fut inféodée, en 1568 par Emmanuel-Philibert, d'abord à Delbène, gentil-homme Florentin, ce qui n'eut point d'exécution; et ensuite, sous le titre de comté, avec le premier et le second dégré de jurisdiction, à Marie Gondy, veuve de Nicolas de Grillet. Péronne de Grillet, sa tante, lui succéda par acte testamentaire, et porta cette seigneurie, en dot, à Guillaume de Crémaux, baron d'Entragues, dans la maison duquel le comté de Saint-Trivier demeura jusqu'à nos jours.

Cette ville est située à 25 kilomètres au Nord du chef-lieu du département, à l'embranchement des routes de Bourg à Romenay, Cuisery et Tournus ; et de Bourg à Pont-de-Vaux.

Elle ne contient qu'environ 50 maisons réunies : le surplus se compose de granges ou fermes dispersées dans plusieurs hameaux qui servent à l'habitation des cultivateurs.

Il y a un hôpital desservi par les soeurs de la congrégation de Saint-Joseph, qui a été fondé par le concours des riches habitans, vers l'an 1687.

La position de Saint-Trivier est agréable et saine.

Son territoire composé de 1649 hectares n'est qu'une plaine qui présente plusieurs bassins et quelques élévations peu sensibles. Les bois taillis en occupent le quart. On voit aussi quelques bouquets de haute futaie.

Le terrain est en général fertile et bien cultivé.

Il n'y a presque point d'industrie à Saint-Trivier. Sur cinquante contribuables aux droits de patentes, on compte dix-huit aubergistes ou cabaretiers, et trois marchands drapiers.

Ses productions consistent en blés de toutes espèces, en foins et légumes ; le froment en est le produit principal.

Le canton de Saint-Trivier-de-Courtes, est composé de treize communes, dont la population totale est de 11 716 habitants. Celle du chef-lieu est de 1 608 individus, savoir : garçons, 400 ; filles, 300 ; hommes mariés, 350 ; femmes mariées, 350 ; veufs, 50 ; veuves, 100 ; militaires en activité, 58. Cette commune comprend dix-huit hameaux, savoir : La Servette, Rivon, Le Tremblay, Souville, Les Rafins, Grandval, Les Nids, Talapias, Bécheret, Molard d'Oury, Fayolet, La Surange, La Brie, La Lozière, Curtillière, Rouillet, Ronjus et les Brosses.

Histoire administrative

  • Département - 1801-2021 : Ain
  • Arrondissement - 1801-2021 : Bourg-en-Bresse
  • Canton - 1801-2015 : Saint-Trivier-de-Courtes --> 2015-2021: Replonges
  • Commune - 1801-2021 : Saint-Trivier-de-Courtes

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Église Saint-Trivier


Édifice dont la partie la plus ancienne date du XVe siècle. Elle a été transformée au XIXe siècle (L'abside semi circulaire avec colonnade et déambulatoire a été réalisé par l'architecte DEBELAY fils en 1826-1827 et les chapelles latérales ont été transformées en bas-côté ).

L'église est inscrite aux Monuments Historiques depuis 1982[1]
La pierre tombale du notaire Jean BUATIER et de sa femme Catherine, deux cloches et un triptyque sont classés aux Monuments Historiques [2][3][4] .
Le clocher a été détruit par un incendie le premier dimanche de Carême, en mars 2020.


Les carronnières


Les carronnières fournissaient les tuiles et les briques nécessaires à la réalisation des bâtiments et des murailles.
Toutes les carronières se présentait sous la même forme, un bâtiment assez plat dont les murs sont remplacés par des piliers de bois soutenant le toit. A l'une des extrémités un four permettait la cuisson des briques et tuiles.
Les tuiles et les carons une fois façonné étaient mis à sécher pendant trois ou quatre mois.
Pour une fournée d'environ 3000 tuiles il fallait une semaine de cuisson en feu continu.
Cette carronnière installée à Molardoury a été déplacée en 1988 a l'initiative des bâtiments de France et reconstruite près de l'ancien hôpital. Elle remonte au milieu du XIXe siècle.


Maisons de briques et de bois


Durant le XVIe et XVIIe siècle la couverture de ces maisons est passée du chaume à la tuile creuse.
Les maisons à colombage sont répendues dans la région car la pierre y est rare.
La seconde maison sur la photo ci dessus est dite à encorbellement.

Ancien hôpital hospice


L'existence d'un hôpital hospice est connu depuis 1292.
En 1702 à l'initiative de la société des prêtres de saint Trivier un nouvel hospice s'installe. On y aménage une salle pour les hommes malades, une salle pour les femmes malades et au milieu un chapelle sépare les deux salles.
L'hospice s'agrandira par rachat successifs (1714 ; 1719 ; 1730 et 1735).
L’hôpital restera en activité dans ces bâtiments jusqu'en 1975.

Mairie

La Mairie actuelle réalisée en carrons est installée dans ce bâtiment depuis 1900. La construction repose sur six énormes poutres, que l'on peut toujours admirer dans le hall, date probablement du XIVe siècle. La mairie a été entrepôt de grains et de sel.

01388 - ST TRIVIER DE COURTES - mairie.JPG

La forteresse

Au 148 rue de l'ancien collègue subsistent les seuls éléments du château : une porte d'entrée, les traces d'un porche,un monogramme de 1640 et une meurtrière :

Le monogramme porte les lettres entrelacées A.G.C.V. pour Albert Grillet, abbé de la Chassagne, prieur de Villers-sur Saône. Il s'agit du cinquième Comte de St Trivier qui fût député du Clergé aux États Généraux de 1614.

L'histoire du château se base sur celle de la Bresse, en 3 périodes :
- vers 830-1272 : période Bâgésienne : le château, simple fortin de bois et de terre est construit aux avants postes de la sirerie de Bâgé, face au Royaume de France.
- 1272-1601 : période Savoyarde : renforcé le château constitue une place de défense du Duché de Savoie. Cette puissante forteresse en briques, défendue par huit tours, deux fossés, un pont et un pont-levis, était entouré des jardins, de vignes et d'un verger et disposait d'une chapelle, d'écuries et de cuisines. L'administration était assurée par le châtelain sous la coupelle du Duc de Savoie, qui était à la fois chef militaire, comptable des impôts, chef de la police et parfois juge. Les exécutions ne sont pas rares au Moyen-Age autour du château. Celui-ci est une étape pour les souverains de Savoie et leurs suites et troupoes dans leurs déplacements vers la Bourgogne ou l'Angleterre.
- Depuis 1601 : la période Française : la puissance de l'artillerie moderne condamne à l'abandon les anciennes places fortes. Les goûts changent et avec la Renaissance, les châteaux se transforment en luxueuses villas. les remparts sont abattus pour donner de l'air et de la lumière à ces nouvelles habitations. Endommagés par des incendies, le château de St Trivier est rarement habité au XVIII° siècle et sera détruit en 1794.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 1 565 1 867 1 608 1 373 1 453 1 477 1 512 1 568 1 527 1 497
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 1 473 1 433 1 393 1 468 1 431 1 436 1 446 1 376 1 341 1 354
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 1 382 1 160 1 163 1 159 1 127 1 042 1 061 1 047 1 066 1 076
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 1 104 1 064 935 966 1 047 1 095 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : EHESS - Fiche Cassini, INSEE 2006, 2011, 2016 & 2017.

Repère géographique.png Repères géographiques


Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

  • MAZOYER
  • BRUNET
  • PUTIN
  • GREZAUD
  • BASSET
  • DEBOST
  • BESSARD
  • PAQUELET
  • BUELLET
  • CHAGNARD
  • MOREL

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
- -  
- -  
- -  
François PITTNER 1995 - 2001  
Jean-Paul CHEVALIER 2001 - 10/2010 Décès  
Michel BRUNET 11/2010 - (2026)  
- -  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
Charles-Pierre-Gaspard GUEIDAN - (1757-1831) - Curé en 1790 - Homme politique et ecclésiastique. - Représentant du clergé aux Etats généraux et député de Bourg-en-Bresse (en 1790) [7]  
- -  
Charles LACROIX 1865 - Ex curé de Hauteville-Lompnes  
- -  
- -  
Félix Jean Baptiste CHATILLON 1894 - 1901 Puis curé de Coligny  
- -  
- -  

Émigration

Émigration en Algérie

Pictos recherche.png Consulter la liste ...


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin de 08h00 à 12h00 de 08h00 à 12h00 de 08h00 à 12h00 de 08h00 à 12h00 de 08h00 à 12h00 de 08h00 à 12h00 -
Après-midi de 17h00 à 18h00 de 17h00 à 18h00 de 17h00 à 18h00 de 17h00 à 18h00 de 17h00 à 18h00 - -
01388 - Saint-Trivier-de-Courtes Mairie.JPG

Mairie
Adresse : - 01560 SAINT-TRIVIER-DE-COURTES

Tél : 04 74 30 70 32 - Fax :

Courriel :

Site internet :

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : http://www.annuaire-mairie.fr ()

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  Saint-Trivier-en-Dombes (Histoire de)

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Fiche Mérimée - Église Saint-Trivier
  2. Base Palissy - Triptyque
  3. Base Palissy - Dalle funéraire
  4. Base Palissy - Cloches
  5. Base Palissy - Poutre de Gloire
  6. Généanet
  7. BNF

Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.