Émile LOUBET

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Émile LOUBET
Président de la République
(1838 - 1929)

<retour à liste des présidents de la république française>

Émile LOUBET (1838 - 1929)

Émile LOUBET, président de la République

Né à Marsanne dans la Drôme le 30 décembre 1838 à cinq heure du soir, Émile LOUBET étudie le droit, obtient son doctorat et s’inscrit au barreau de Montélimar, dont il devient maire et conseiller général. Républicain modéré, il est élu député de la Drôme le 20 février 1876. Il siège à gauche et fait partie des 363. Il demeure député jusqu’en janvier 1885, date à laquelle il est élu sénateur de la Drôme.

A la Chambre haute, il s’inscrit au groupe de la gauche républicaine. Élu secrétaire en janvier 1887, il est rapporteur général du budget, à la commission des finances, lorsque, dans le premier ministère constitué après l’élection du président de la République Sadi Carnot, dans le cabinet de Pierre Tirard, il est chargé du portefeuille des Travaux publics. De retour au Palais du Luxembourg en avril 1888, il est appelé par le président Carnot à la présidence du Conseil, responsabilité qu’il exerce de février à novembre 1892. Ministre de l’intérieur dans le cabinet Ribot, l’affaire du Panama conduit à son remplacement le 1er janvier 1893. Émile LOUBET reprend son siège au Sénat et redevient président de la commission des finances.

Le 1er janvier 1896, après la démission de Challemel-Lacour, il est brillamment élu président du Sénat, poste dans lequel il est confirmé juqu’en 1899. Le 17 février 1899, il annonce à la Chambre haute la mort foudroyante du président de la République, Félix Faure. Les groupes républicains s’entendent le jour même pour proposer sa candidature à la présidence de la République.

Le samedi 18 février 1899, les deux chambres, réunies en Assemblée nationale à Versailles, élisent Émile LOUBET président de la République, par 483 voix contre 279 à Jules Méline.

Le 18 février 1906 Émile LOUBET, premier président de la République à accomplir un septennat complet, transmet ses pouvoirs à Armand Fallières.

Il se retire dans son département natal (Drôme), à La-Bégude-de-Mazenc où il décède le 20 décembre 1929. Ayant refusé des obsèques nationales, il est inhumé, le 24, au cimetière au cimetière Saint-Lazare à Montélimar (Drôme).

Les journaux de l’époque indiquent que le nouveau président élu, " dont la vieille mère, âgée de quatre-vingt-quatre ans, habite la métairie familiale de Marsanne, dans la Drôme, a épousé Mademoiselle Picard, fille d’un commerçant de Montélimar, dont il a eu une fille et trois fils. "

Émile Loubet s'est marié jeune et il n'a guère associé son épouse, Mademoiselle Picard,à sa vie publique d'homme politique. Cette dernière est une spécialiste des maladresses : mal habillée, peu diplomatique, elle scandalise régulièrement le chef du protocole. Ainsi, lorsqu'elle demande au roi d'Angleterre Édouard VII à propos de son fils, héritier de la couronne et futur George V : "Et ce grand garçon, qu'allez-vous en faire plus tard ?"...

Biographie

  • 30 décembre 1838 : naissance d'Émile, François Loubet, à Marsanne (Drôme) d'une famille de cultivateurs. Il étudie le droit, obtient son doctorat à Paris et s'inscrit en avril 1865 au barreau de Montélimar.
  • 18 août 1869 : épouse Marie-Louise Picard
  • 18 juin 1870 : élu conseiller général de Marsanne
  • 20/09/1870 - 25/10/1870 : Maire de Grignan (Drôme).
  • En octobre 1871 : élu conseiller général de Grignan, il est réélu en 1877
  • Le 29 septembre 1870 : il est élu maire de Montélimar et conserve cette fonction jusqu'à son élection à la présidence.
  • 20 février 1876 : élu député républicain de Montélimar, il est réélu le 21 août 1881
  • Août 1880 : Président du conseil général de la Drôme
  • 25 janvier 1885 : élu sénateur
  • 1er août 1886 : élu conseiller général de Montélimar, il est réélu le 31 juillet 1892
  • 12 décembre 1887-2 avril 1888 : Ministre des Travaux publics
  • Du 27 février au 5 décembre 1892 : à la demande du président Sadi-Carnot, il est Président du Conseil et ministre de l'Intérieur et forme un cabinet de " concentration républicaine ". Mais le scandale de Panama provoque la chute de son gouvernement.
  • 6 décembre 1892-10 janvier 1893 : Ministre de l'Intérieur
  • Sénateur depuis 1885, il devient Président du Sénat le 16 janvier 1896
  • 18 février 1899 : à la suite du décès de Félix Faure, Émile LOUBET est élu président de la République au premier tour par les radicaux et les partisans de la révision de l'affaire Dreyfus. Il passe en effet pour favorable à la révision du procès. Son septennat est caractérisé par une intense activité internationale.
  • 23 février 1899 : lors des funérailles de Félix Faure, Paul Déroulède et sa " ligne des patriotes " tentent de faire marcher sur l'Élysée l'escorte militaire funéraire mais la tentative de coup d'État échoue.
  • 22 juin 1899 : Dans un contexte de violente agitation nationaliste, Émile LOUBET est agressé au champ de courses d'Auteuil. La tentative de coup d'État et l'agression physique dont il est victime poussent le président à faire appel à Pierre Waldeck-Rousseau qui forme, le 22 juin 1899, un cabinet de " défense républicaine ".
  • Septembre 1899 : Condamné de nouveau par le tribunal militaire, lors du procès de Rennes, le capitaine Dreyfus est gracié le 19 septembre par Émile LOUBET.
  • Octobre 1899 : visite du roi de Grèce
  • 14 avril 1900 : le président inaugure l'Exposition universelle à Paris
  • Août 1900 : visite du Shah de Perse
  • 22 septembre 1900 : dans le parc du palais de l'Élysée, Émile LOUBET préside le banquet des maires des communes de France à l'occasion du centenaire de la 1re République.
  • Octobre 1900 : visite du roi des Belges Léopold II
  • 18 septembre 1901 : visite du tsar Nicolas II et de la tsarine à Compiègne
  • 14-27 mai 1902 : voyage du président en Russie
  • 7 juin 1902 : Émile Combes devient président du conseil. Bien que Loubet désapprouve l'anticléricalisme militant du gouvernement, il n'intervient pas dans la politique intérieure.
  • Août 1902 : visite du Shah de Perse
  • 15-30 avril 1903 : voyage du président en Algérie et en Tunisie
  • 1-4 mai 1903 : visite à Paris d'Édouard VII, roi d'Angleterre
  • 6-9 juillet 1903 : voyage du président à Londres
  • 14-19 octobre 1903 : visite à Paris de Victor-Emmanuel III et de la reine d'Italie
  • 23-28 avril 1904 : voyage du président à Rome
  • juillet 1904 : visite du bey de Tunis
  • Octobre 1904 : voyage du président à Madrid et à Lisbonne
  • Décembre 1904 : visite du roi et de la reine du Portugal
  • 31 mai-4 juin 1905 :
    • Visite d'Alphonse XIII, roi d'Espagne qui échappe à un attentat pendant son séjour à Paris.
    • Visite du prince régnant de Bulgarie, Ferdinand de Saxe-Cobourg.
  • 18 février 1906 : premier président de la IIIe République à avoir accompli un mandat complet, Émile LOUBET ne souhaite pas se représenter et se retire définitivement de la vie politique à l'issue de son mandat, le 18 février 1906.
  • 20 décembre 1929 : Émile LOUBET s'éteint à Montélimar et repose au cimetière Saint Lazare de cette ville depuis le 24 décembre 1929.

Sa famille

  • Son père : Jean Antoine Augustin LOUBET né le 25 août 1808 à Réauville (Drôme) et décédé le 18 juin 1882 à Marsanne (Drôme), à l'âge de 73 ans
    • Marié le 23 février 1835 à Marsanne (Drôme)
  • Sa mère : Marie Marguerite NICOLET née le 13 novembre 1812 à Marsanne (Drôme) et décédée le 15 janvier 1905 à Marsanne (Drôme), à l'âge de 92 ans
    • Son frère : François Antoine Augustin LOUBET né le 19 novembre 1835 à Marsanne (Drôme)
    • Sa sœur : Félicie LOUBET née le 4 novembre 1842 à Marsanne (Drôme)
    • Son épouse : Marie Louise PICARD née le 23 septembre 1849 à Montélimar (Drôme), mariée le 18 août 1869 avec Émile François LOUBET à Montélimar (Drôme), et décédée le 19 septembre 1925 à Montélimar (Drôme), à l'âge de 75 ans
      • Ses enfants :
        • Marguerite Josephine Marie Louise LOUBET née le 18 juin 1870 à Montélimar (Drôme) et décédée le 5 juin 1964 à Saulce sur Rhône (Drôme), à l'âge de 93 ans
          • Mariée avec Humbert SOUBEYRAN de SAINT PRIX
        • Denis Joseph LOUBET né le 11 juillet 1871 à Montélimar (Drôme) et décédé le 4 février 1873 à Montélimar (Drôme), à l'âge de 18 mois
        • Paul Auguste LOUBET né le 13 mai 1874 à Montélimar (Drôme) et décédé le 4 janvier 1948 à Montélimar (Drôme), à l'âge de 73 ans, homme politique également, fut conseiller référendaire à la cour des Comptes, conseiller général de la Drôme.
        • Philibert Émile LOUBET né le 10 mai 1892 à Montélimar (Drôme) et décédé le 17 mai 1916 à Montélimar (Drôme), à l'âge de 24 ans (Avocat)

Photos de famille

Maire de Montélimar

Élu premier magistrat de Montélimar de 1871 à 1899. Au-delà de ses responsabilités politiques, Émile LOUBET inscrit Montélimar dans la modernité. En 30 ans, la ville a changé de physionomie avec l’arrivée d’une première ligne de chemin de fer en 1854 reliant Valence à Avignon, puis celle, plus locale, en 1893, entre Dieulefit et Montélimar. La destruction des remparts qui ceinturaient l’agglomération, les faubourgs et les quartiers se développent et accueillent des familles nouvelles. Les conditions sanitaires s’améliorent avec l’adduction des eaux de la Laupie et une distribution par des bornes fontaines. La circulation est facilitée par l’aménagement de boulevards et l'élargissement de voies. Depuis le 20 décembre 1929, Émile LOUBET repose au cimetière Saint Lazare.

A l’occasion du centenaire de la loi promulguée en 1905, Montélimar a rendu hommage à ce grand homme d’État qui fût aussi Maire de Montélimar par la rénovation de sa sépulture en 2005.

Origine du nom de famille Loubet

Loubet est la forme occitane de Louvet qui est lui-même un diminutif de Loup. Avant de devenir un nom de famille, Loubet a vraisemblablement été un nom de baptême ou un sobriquet ; les deux hypothèses coexistent.

Il est courant de donner alors des patronymes issus de noms d’animaux pour caractériser des tempéraments : renard pour rusé, leboeuf pour puissant, lechien pour hargneux ou encore lagrue pour niais. Le surnom de loup caractériserait par analogie un individu associable et cruel (le loup n’avait pas bonne presse à l’époque). Les patronymes de Leloup, Loup, Louvet, Loubet, Louveton, Le Leu ou Louveau sont ainsi dérivés du mot loup.

Aujourd’hui en France, 3600 personnes sont porteuses du patronyme Loubet, la plupart habitant dans les départements de Haute-Garonne (Toulouse), de l’Ariège (Foix) et de l’Hérault (Montpellier).

Source : Jacques Bodrais, Origine du nom Loubet, Notrefamille.com
D’après Albert Dauzat, Dictionnaire étymologique des noms de famille & Marie-Thérèse Morlet, Dictionnaire étymologique des noms de famille

Petite notice de 1892 le concernant

M. Loubet, ministre de l'Intérieur, président du Conseil, est sénateur du département de la Drôme. Il est né à Marsanne, dans la Drôme, le 31 décembre 1838. Il était avocat et Maire de Montémimar, lorsqu'il se présenta à la députation, comme candidat républicain, le 20 février 1876. Elu à la presque unanimité des suffrages, il fut réélu dans les 363, le 14 octobre 1877, puis en 1881. Aux élections sénatoriales de 1885, il entra à la Chambre haute. Secrétaire du Sénat en 1887, il fut nommé ministre des travaux publics, à la fin de la même année, dans le cabinet Tirard.

Président de la commission sénatoriale des finances, M. Loubet a pris part à de nombreuses discussions tant à la Chambre qu'au Sénat. Il s'est fait la réputation d'un homme de haute valeur intellectuelle et morale et a su conquérir l'estime de tous ses collègues du Parlement.


Source : La Petite Revue, 5e année, 1er semestre, n°11, 1892, p.161.

Sources


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.