Recherche généalogique en Suède

De GeneaWiki
Suède
Drapeau suédois
Informations
Capitale Stockholm
Population 9 316 256 hab. (2009)
Superficie 449 964 km²
Langue officielle Suédois
Liens complémentaires
Associations de Généalogie
Localisation
Localisation de la Suède en Europe

Avec plus de 200.000 généalogistes actifs et prêt de 150 associations à travers le pays (pour seulement 9,3 Millions d'habitants), la généalogie est l'un des loisirs préférés des suédois. La situation locale est marquée par des archives nombreuses et en excellent état, une fédération efficace, des associations dynamiques et une mise en ligne des archives numérisées par des acteurs privés (accès payant). En moyenne, on peut espérer remonter jusqu'à la période 1650 - 1700.

Pour un étranger, les recherches généalogiques en Suède seront, sauf accident, relativement simples... sous réserve de parler Anglais.

Ce qu'il faut savoir sur la Suède

Histoire

Au cours du IXe et du Xe siècle, la Scandinavie est surtout connue comme le berceau de la culture viking qui se répand à travers une grande partie du monde grâce au commerce, aux pillages et aux mouvements de colonisation.

Le mouvement de christianisation, au XIIe siècle, se traduit notamment par la création de l’archevêché d’Uppsala en 1164 qui facilitera la consolidation d’un État suédois centré sur les bords de la mer Baltique : en 1250, la dynastie des Folkung accède au pouvoir et établit sa capitale à Stockholm.

Néanmoins, tout comme dans les nouveaux États de Norvège et du Danemark, une grave crise survient au XIVe siècle, aggravée par la Peste noire. Malgré ces difficultés, les Suédois continuent leur expansion au nord de la péninsule scandinave, vers l’actuelle Finlande.

Le Grand Schisme d'Orient entre le catholicisme et l’orthodoxie a des répercussions jusque dans cette région, notamment à travers les guerres incessantes qui éclatent entre la Suède catholique et la République de Novgorod, orthodoxe. Les tensions ne s’apaisent qu’en 1323 avec la signature du traité de Nöteborg, lequel établit une frontière allant de la pointe est du golfe de Finlande à la pointe nord du golfe de Botnie. Le territoire finlandais passe sous domination suédoise à partir de 1362.

L'empire suédois (1561 - 1721) - Carte Hachette Multimédia

En 1397, les trois États de Norvège, Danemark et Suède s’unissent en une seule monarchie dans le cadre de l’Union de Kalmar. Au cours du XVe siècle, les Suédois doivent résister aux tentatives de centraliser l’autorité sous la couronne danoise, parfois en prenant les armes. La Suède finit par quitter l’Union en 1521, lorsque Gustave Eriksson Vasa, plus connu sous le nom de Gustave Ier de Suède, rétablit l’indépendance de la couronne suédoise.

Le règne de Gustave Vasa se caractérisa par l’adoption de la Réforme protestante, une nouvelle consolidation de l’État et une participation accrue des bourgeois aux décisions publiques par la création d’une assemblée à quatre chambres (le Riksdag). Gustave Vasa, roi bâtisseur et pacifique, est souvent considéré comme le père de la nation suédoise.

Au cours du XVIIe siècle, la Suède s’affirme progressivement comme une grande puissance européenne, en raison notamment de son engagement profitable dans la Guerre de Trente Ans, à l’initiative du roi Gustave II Adolphe. L’intérieur du royaume connait également de profondes réformes modernisatrices grâce à l’action du comte Axel Oxenstierna.

Le roi Gustave III de Suède, suite à un coup d’État en 1772, met fin au régime constitutionnel instauré par le Riksdag en 1719 et règne en despote, établissant une monarchie absolue qui prend fin en 1809, lorsque la Suède devient une monarchie constitutionnelle. Cet évènement est consécutif à la fin de la guerre du Nord où la Russie impose sa domination sur l'Europe du Nord, en s’octroyant en 1809 la moitié est de la Suède en créant le Grand-Duché de Finlande, sous administration russe.

Le maréchal français Jean-Baptiste Bernadotte est élu héritier du trône puis roi de Suède sous le nom de Charles XIV Jean de Suède. Sa dynastie règne toujours sur la Suède. Le reste du XIXe siècle et le début du XXe siècle, jusqu'en 1917 où le parlementarisme sort définitivement vainqueur, signifient un transfert lent du pouvoir du roi vers le Riksdag.

L’histoire contemporaine de la Suède est remarquablement pacifique, la dernière guerre connue par le pays ayant été une campagne menée contre la Norvège en 1814, à l’issue de laquelle une union des deux couronnes fut établie, à domination suédoise. Elle fut dissoute en 1905 lorsque la Norvège déclara son indépendance, sans entrainer de conflit.

La Suède est parvenue à conserver sa neutralité pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale, à l’exception notable du soutien logistique et militaire apporté à la Finlande lors de la tentative d’invasion soviétique de 1939 - 1940. Suite à l'échec de l'instauration d'une union de défense scandinave, le pays persiste dans sa politique de neutralité au cours de la guerre froide et n’est jusqu’à aujourd’hui membre d’aucun traité d’alliance militaire. La Suède adhère toutefois à l’Union européenne en 1995.

Découpage administratif

Les provinces historiques (Landskap)

Jusqu’aux réformes administratives de 1634, la Suède était divisée en 25 provinces, dites « provinces historiques » (Landskap en suédois).

Au Moyen Âge les provinces étaient des entités importantes au niveau administratif. Chaque nouveau roi devait être reconnu dans toutes les provinces. Ces provinces ont gardé, jusqu'au XIVe siècle, leur propre législation.

Les comtés (Län)

Les 21 comtés suédois

Les comtés (län en suédois) furent institués en 1634 à l’initiative du chancelier Axel Oxenstierna en vue de l’édification d’une administration moderne. Bien que fortement inspirés des provinces préexistantes, les comtés ont des frontières souvent différentes.

La Suède est divisée en 21 comtés :

  • AB - Stockholm
  • C - Uppsala
  • D - Södermanland (« Sudermanie » dans certains textes historiques français)
  • E - Östergötland (« Ostrogothie » dans certains textes historiques français)
  • F - Jönköping
  • G - Kronoberg
  • H - Kalmar
  • I - Gotland (voir aussi Île de Gotland)
  • K - Blekinge
  • M - Skåne (Scanie en Français)
  • N - Halland
  • O - Västra Götaland
  • S - Värmland (écrit "Vermland" dans certains textes français)
  • T - Örebro
  • U - Västmanland
  • W - Dalarna (Dalécarlie en Français)
  • X - Gävleborg
  • Y - Västernorrland (Norrland de l'ouest en Français)
  • Z - Jämtland
  • AC - Västerbotten (Botnie occidentale en Français)
  • BD - Norrbotten (Botnie du Nord en Français)

Les communes (kommun)

Les comtés sont divisés en communes, (kommun) qui représentent l'échelon local du gouvernement en Suède. On dénombre 290 communes en 2009.

Les paroisses (socken ou församling)

La Suède compte 2512 paroisses (ancienne appellation : Socken ; nouveau nom : Församling) en 2009. Depuis leur apparition, au XIIe siècle, les paroisses ont été le lieux de rattachement de la population et ont constitué plus tard l'unité de lieux du système d'archives Suédois.

Les recherches généalogiques en Suède

Particularités des recherches

Formation des noms

Exemple du système patronymique

Pour la majorité des suédois, avant une période allant de 1870 à 1930, les noms sont construits à partir d'un modèle patronymique qui associe les termes "son"(=Fils) ou "dotter"(=Fille) au prénom du père.

Le principe est le suivant: Persson doit se lire 'Fils de Per' ('Per'=Prenom + 's'=génitif + 'son'=fils), Persdotter se lisant 'Fille de Per'. Voir ci-contre un exemple de ce systeme.

Cela bouleverse les méthodes des chercheurs français. Il faut intégrer ce changement de patronyme pour chaque génération et éviter de rapprocher deux Andersson d'un même village qui n'ont que très peu de chances d'être cousins.

Ce système existait aussi en Norvège et au Danemark avec une petite différence: 'Fils de' se dit "sen", Andersson devenant Andersen. En Islande, il perdure avec "son" et "dottir"

À partir de 1870, la création des "noms de famille" devient la règle, cette transformation se déroulant sur une période d'une cinquantaine d'année. Si beaucoup de suédois préfèrent garder un nom en 'son', d'autres ont choisi un nom composé, le plus souvent, à partir d'une description géographique ou naturelle (par exemple : Söderberg=Montagne du sud ; Lindblom=Fleur de tilleul ; Lindberg=Montagne du tilleul...).

Description des lieux

Les généalogistes suédois utilisent le système de localisation que l'on trouve dans les documents anciens.

Dans la majorité des cas, le lieux indiqué est la paroisse. Cette paroisse est souvent suivie de la lettre-code du comté correspondant. (ex : Hällaryd(K) correspond à la paroisse Hällaryd du län Blekinge).

Toutefois, il n'est pas rare de trouver un niveau de détail bien supérieur dans les registres:

Ferme (Torp/Backstuga), rattachée au Manoir (Gård/Bruk/Gruva...), du Lieux-dit (By), dans la Paroisse (Socken/Församling), du Comté (Län/Landskap)

Il faut donc soigneusement étudier les lieux que l'on recherche en Suède, la difficulté étant de savoir si le lieux dont on dispose est une ferme ou une paroisse et dans quel comté il se trouve...

La vague de migration vers les USA

Il est important de savoir qu'une énorme vague de migration vers les USA s'est produite en Suède. On estime cette vague à plus de 1.2 millions d'individus entre 1820 et 1930, ce qui équivaut à presque 1 personne sur 5...
En 1990, on estimait à environs 5 Millions de personnes le nombre des descendants de ces migrants suédois installés aux USA.

La raison principale de cette migration vers 'un monde meilleur' est la pauvreté qui touchait une grande partie de la Suède à cette époque.

Ces migrants étaient convoyés par bateaux à travers l'océan atlantique, habituellement au départ de Göteborg pour arriver à New York (Ellis Island).

Il est donc fort probable de trouver des descendants de vos ancêtres suédois... aux USA ou au Canada.

Les archives

Les archives suédoises ont été mise en place en 1686, dans le but d'augmenter l'efficacité de la récolte d'impôts dans le pays. Le pouvoir royal s'est appuyé sur l'église suédoise qui à organisé le système bien connu des généalogistes locaux :

Archives paroissiales :

  • Registres de Naissances et Baptêmes (Födelse- et Dopboker)
  • Registres de Mariages (Lysnings- ou Vigselboker)
  • Registres de Décès et Sépulture (Död- et begravningsböcker )
  • Registres de Mouvements (In- och Ut-flyttningslängder) = Registre d'enregistrement de déménagement entre les paroisses.
  • Registres de Recensement annuel ou quinquennal (Husförhörslängder) = Composition de tous les foyers d'une paroisse.
  • Registres des Confirmations religieuses (Konfirmationslängder)

Autres :

  • Recensements (Mantalslängder)
  • Archives judiciaires (Domböcker).
  • Inventaires après décès (Bouppteckningar)
  • Listes de passagers (Archives des Compagnies des transatlantiques - Migration vers les USA)
  • Archives militaires

La tenue des archives est restée à la charge de l'église suédoise jusqu'en 1991. Depuis, l'état à repris cette activité qui est placée sous la responsabilité du ministère des impôts.

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

En Anglais :

  • Your Sweedish roots, 2004, par Per Clemensson et Kjell Andersson

Voir aussi.png Voir aussi (sur GeneaWiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

  • www.genealogi.se Le site de la Fédération Suédoise de Généalogie. Une partie, en Anglais, propose une aide à la généalogie en Suède. On trouve aussi un forum en Anglais pour pouvoir poser ses questions.
  • sv.geneanet.org La version suédoise du site de généalogie GeneaNet. Le forum permet de poser ses questions en Anglais.


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie GeneaWiki.