Recherches généalogiques à Paris

De GeneaWiki

< Retour à Paris

Présentation

Carte de Cassini, Paris
Paris ne comportait autrefois pas la population qu'elle accueille aujourd'hui. Cette population est venue en masse au XIXe siècle. Il est donc fort possible que vos recherches ne se limitent pas à la capitale mais que vous deviez voyager dans le reste de la France. De nombreuses populations sont venues à Paris pour trouver du travail.

De plus, les recherches généalogiques parisiennes sont bien différentes de celles entreprises dans d'autres endroits en France. En effet, pendant la Commune de Paris, un important incendie ravagea en mai 1871 les registres entreposés dans les greniers de l'Hôtel de ville. Les doubles, conservés au Palais de Justice, ont été détruits lors de l'incendie de celui-ci. Peu de registres survécurent. Il est possible de remonter à 1860 sans problème comme c'est le cas dans n'importe quelle commune de France, car les registres de 1860 à 1871 étaient conservés dans les mairies d'arrondissement. En deçà, tout dépend si les documents ont été reconstitués. En effet, malgré les apports des parisiens apportant les copies qu'ils avaient obtenues, et aux restes des actes brûlés, la ville n'a été en mesure de reconstituer sommairement qu'un tiers des huit millions d'actes détruits. Ces fichiers ne sont pas complets, mais avec de la chance, vos ancêtres auront contribué à la reconstruction de ces registres.

Conseil méthodologique

L'état civil parisien antérieur à 1860 a disparu en grande partie, néanmoins il existe un fond notarial très important qui permet d'étudier les familles parisiennes avec une grande richesse d'informations.

Voici quelques conseils de méthode.

Tout l'art est de retrouver l'étude de notaire de la famille que l'on souhaite étudier. Ensuite, on peut facilement soit directement demander l'acte, soit consulter le répertoire du notaire. Les actes les plus intéressants sont les inventaires après décès, les contrats de mariage et les partages.

Dans tous les cas, il est utile de consulter

Directement en ligne:

  • Aux Archives de Paris: L'état-civil, les registres matricules et les deux reconstitutions de l'État Civil (surtout pour le XIXe siècle). Attention, sur le site des AD Paris, il n'y a que les fiches "index". Il faut aller sur place pour avoir l'acte complet.
  • La salle des inventaires virtuelle des Archives nationales onglet "Recherches Multicritères", "Rechercher dans tous les inventaires". Elle contient de nombreuses références de minutes de notaire et les insinuations du châtelet
  • les bases de données informatisées ARNO des Archives nationales: accessibles via Internet (minutes de notaire de 1551, 1751, 1761 et 1851)
  • le projet Projet Familles Parisiennes (Tutelles, cloture d'inventaire, dispenses de parentés, ...) et son index patronymique.
  • Les Tutelles et curatelles. L'on retrouve la date de l'avis au début des inventaires après décès. On peut y accéder directement si on connait la date du décès, l'acte de tutelle se faisant peu après le décès. La tutelle permet de récupérer le nom du notaire qui a fait la procuration (la deuxième signature à la fin de la procuration), c'est souvent celui chez qui l'inventaire après décès va être fait (que l'on peut voir via le répertoire du notaire). Une grande partie des tutelles a été numérisée dans le cadre du projet Familles Parisiennes mais pas indexée. Par ailleurs il existe des tables alphabétiques disponibles pour 1780 à 1790 sur Microfilm en salle des inventaires, ainsi que sous forme papier de l'année 1673 et les années 1689-1700 sur rendez-vous avec le responsable de la série.
  • Les répertoires des notaires. Si on connait le nom du notaire, il est utile de parcourir son répertoire à la recherche d'autres actes. On peut aussi chercher le notaire proche du domicile d'une personne. Les répertoires sont accessibles en ligne via le nouveau SIV ou via la base ETAREP. Nota bene: Internet Explorer 6, 7 ou 8 (pas au dessus) et leplugin SVG sont indispensables pour visualiser les images. Pour les actes anciens, les inventaires après décès sont souvent dans des liasses séparées.

Hors ligne:

  • le guide de recherche des archives nationales sur le Minutier Central (lien cassé)
  • Index alphabétique de la série V6.E (Archives de Paris) : la série V6.E des Archives de la Ville de Paris réunit toutes sortes de documents d’état civil échappés à l’incendie de mai 1871, ou constitués suite à ce dernier.
  • les fichiers généraux accessibles sous forme de fiches librement consultables aux Archives départementales de Paris et au Centre historique des Archives nationales (CHAN). Cela permet de retrouver des actes notariés concernant la famille. Concernant les Archives de Paris, le fichier est surtout très riche pour les testaments du XVIIIe siècle.
  • Les registres paroissiaux du 19e siècle du Fonds de l'Archevêché et des paroisses de Paris
  • les insinuations (Y86 à Y494) pour les actes de donations entre vifs : contrats de mariage, testaments, donation partage. Ces actes peuvent être insinués jusqu'à plusieurs mois après l'acte notarial. C'est une retranscription de l'acte d'origine, souvent mieux écrite mais sans les signatures et cela indique le nom du notaire. Des instruments de recherche divers sont disponibles au CHAN. Une grande partie des actes est indexé dans salle d'inventaire virtuelle des Archives Nationales onglet "Recherches Multicritères", "Rechercher dans tous les inventaires".
  • les épitaphiers des cimetières et églises parisiennes: sous forme de fichiers aux AD Paris (pour le XIXe siècle) et sous forme de publication (en usuel aux AD Paris, avec un index dans le tome 13)
  • les scellés (répertoire alphabétique en salle des inventaires du Caran). Ces scellés permettent de retrouver le notaire ayant effectué l'inventaire après décès. Il est nommé à l'issue de la première vacation. Ces scellés concernent surtout le 18e siècle.
  • différents livres et inventaires concernant des dépouillements d'actes notariés ou des insinuations - disponible en usuel aux Archives Nationales et aux Archives de Paris - c'est surtout très riche pour le XVIe siècle.
  • Le Cabinet des Titres de la Bibliothèque Nationale. Il renferme de très nombreuses ressources: d'une part des dépouillements d'État-Civil. Par exemple le fond Laborde est très riche sur les familles d'artistes et artisans d'art (orfèvres, horlogers, peintres, sculpteurs, maçons, etc). et d'autres parts de nombreux documents sur des familles notables. L'ouvrage Répertoire des ressources généalogiques et héraldiques du département des manuscrits de la Bibliothèque Nationale de France est très précieux pour cela.

Lorsque l'on connait la date et le lieu du décès après la révolution, il faut consulter aux Archives départementales de Paris les tables de successions et absences (DQ8) pour retrouver - quand il y a - la date de déclaration de succession (DQ7) qui peut indiquer le nom du notaire et les références des actes.

Une autre méthode pour trouver le notaire est de rechercher dans les répertoires des notaires proches du domicile de la personne. Soit via le site de Christian Gennerat, soit via la base EtatNot des Archives nationales.

Lorsque l'on connait le nom du notaire, il est utile de consulter l'état numérique de ses actes (pour retrouver la bonne cote) et son répertoire quand il existe. Ils sont disponibles sous forme de microfilms au 3e étage du CHAN ou bien disponibles en ligne avec la base EtatRep. Il faut indiquer le nom du notaire ou bien "répertoire" ou "répertoires". Ceci permet d'obtenir ou de confirmer la date de l'acte.


Connaissant le notaire et la date de l'acte, il est possible d'identifier le dossier des Archives Nationales, Minutier Central des notaires parisiens, qui contient l'acte original.

Quelques situations particulières :

  • Si la personne est séparée de bien par sentence du châtelet du xx, il suffit de récupérer le jugement de séparation de bien dans les minutes Y8546 à 9125 (1596-1791) de la chambre du conseil. Cela permet de récupérer le nom du notaire et la date du mariage.
  • Il existe également aux archives nationales des fonds particuliers: les dispenses de consanguinité (Z1 O 173 à 184 (1729-1790) et les dispenses de parenté (Z1 O 184 à 195 1729-1790) qui traitent d'environ 6000 mariages avec tableau généalogique (soit 12.000 conjoints), les dispenses de domicile (Z1 O 196 à 199 1729-1790) soit environ 4000 dossiers et 8000 conjoints, les rectifications d'erreurs, preuves de mort et de majorité (Z1 O 200 à 211 1729-1789) soit environ 4800 dossiers et environ 15.000 actes d'état-civil, et les dispenses de rapporter les extraits baptistaires et mortuaires avec la publication des bans (Z1 O 214 et 215 1760-1790), soit 400 dossiers surtout des mariages. Ces registres sont en cours de numérisation et accessible ici. N'hésitez pas à participer à l'indexation.


Par ailleurs il existe de nombreux fonds particuliers sur des catégories de personnes:

  • Sur les médecins et chirurgiens - Une partie du fond Laborde (copies de documents extraits de la série Y des Archives nationales, des registres d'entrées dans les hôpitaux, d'imprimés, etc., du XVIe siècle au XIXe siècle) est déposée à la Bibliothèque inter universitaire de Médecine, 12, rue de l'École-de-Médecine, 75006 Paris
  • Sur les artistes et artisans: une partie du fond Laborde est consultable à la Bibliothèque Nationale, rue de Richelieu (copies d'actes d'État-Civil plutôt exhaustif), l'autre partie est déposé à la Bibliothèque d'art et d'archéologie, 3, rue Michelet, 75006 Paris (copies de documents extraits de la série Y des Archives nationales, des registres d'entrées dans les hôpitaux, d'imprimés, ..., du XVIe siècle au XIXe siècle, classées dans l'ordre alphabétique des professions d'artistes ou d'artisans)

Méthodologie par périodes

Après la révolution

  • La reconstitution de l'état-civil parisien aux AD75. Attention sur le site des AD il n'y a que la fiche index, il faut aller sur place pour avoir l'acte complet.
  • Les registres de catholicité.
  • Les registres militaires. Sur le site des AD Paris il y a les Tables des états signalétiques et des services militaires de la Seine (1875-1921)
  • Les déclarations du succession et absence. Lorsque l'on connaît la date du décès et le lieu du décès après la révolution on peut consulter aux Archives départementales de Paris les tables de successions et absences (DQ8) pour retrouver - quand il y a - la date de déclaration de succession (DQ7) qui peut indiquer le nom du notaire et les références des actes. Avant 1858, il faut connaître le bureau (dont dépend l'arrondissement nouveau ou ancien). À partir de 1858, il y a un fichier général des successions déclarées. La technique est de trouver parmi les descendants une personne avec une déclaration de succession. Dans les actes de partage ou les inventaires après décès, il y a souvent la référence des actes antérieurs (ex le partage des parents). À défaut de trouver la déclaration d'un ancêtre, on peut rechercher ceux des cousins.
  • La justice de paix. Lorsqu'un des parents mourrait avec des enfants mineurs, il y avait nomination d'un tuteur et d'un subrogé tuteur en rassemblant la famille élargie. La référence de ces actes est citée dans la déclaration de succession ou l'inventaire après décès.
  • Le fichier de dépouillement de la série DQ8 par la France Genealogique. Cette base est recherchable via GeneaBank ou Geneanet.
  • Le fichier manuel "Révolution Empire" en salle d'inventaire des Archives Nationales
  • Le dépouillement des notaires aux Archives Nationales base ["Minutes"] (recherche dans toutes les bases) qui contient notamment le dépouillement des inventaires après décès de 1800 à 1850.
  • La base Arno de 1851.
  • Les cartes de sureté de 1793 dépouillées par la Bibliothèque Généalogique. Ils sont accessibles via GeneaBank et via les collections GeneaNet
  • Le dépouillement de la série V6e des registres parisiens (AD75) par Michel Vanwelkenhuyzen
  • Le fonds Coutot

De 1780 à la révolution

  • La base "Minutes" qui contient entre autre les dépouillements de la France Généalogique des répertoires des notaires de 1780 à 1790. On trouve également ces dépouillements sur le site de l'association et via GeneaBank
  • Le dépouillement des tutelles de 1780 à 1790 accessible sous microfiche en salle d'inventaire des Archives Nationales.
  • le site du Projet Familles Parisiennes et son index patronymique. La plus part des tutelles de la période ont été numérisées.

Au XVIIIe siècle

  • La base Arno (1751, 1761)
  • Le fichier patronymique du projet Au delà de l'état-civil. On y trouvera le dépouillement des registres de clôture d'inventaire après décès et d'une partie des tutelles des Archives Nationales.
  • Le fichier général des AD75 qui permet de retrouver les insinuations des testaments (et donc le notaire puis l'inventaire après décès).
  • Le fonds Andriveau qui est accessible hors d'Europe dans les centres Mormons. Il y a tous les mariages du 18e siècles.
  • Le dépouillement des scellées de la série Y accessible en salle d'inventaire des Archives Nationales. Dans le scellée, à la fin de la première vacation on retrouve le nom du notaire qui a fait l'inventaire après décès.
  • Le terrier de la censive de l'archevêché de Paris de 1770 (publication), sur Google Book.
  • Les fichiers du Centre de Topographie Parisienne.
  • Le fichier des placards de décès et des tontines en salle d'inventaire.
  • Les enterrements des Petites Affiches dépouillés par Alain Raisonnier
  • Les listes de parisiens cités dans les registres paroissiaux du Val-de-Marne (1552-1802). Listes mises en ligne par le Cercle d'études généalogiques et démographiques du Val-de-Marne

Au XVIIe siècle

  • La base minute, qui contient notamment une partie du dépouillement des minutes de notaire de 1651.
  • L'Epitaphier de Paris avec son index dans le tome 13.
  • Les fichiers du Centre de Topographie Parisienne.
  • Les insinuations du châtelet et l'index sous microfiche
  • Le fichier de dépouillement des tutelles de 1690 à 1700 (et 1673) (accessible sur rendez-vous).
  • Les listes de parisiens cités dans les registres paroissiaux du Val-de-Marne (1552-1802). Listes mises en ligne par le Cercle d'études généalogiques et démographiques du Val-de-Marne

Au XVIe siècle

  • La base Arno (1551)
  • La base "Minutes"
  • Les fichiers d'érudits (notamment le dépouillement des contrats de mariage de 1572 et 1595)
  • Les dépouillements des inventaires après décès d'avant 1560 (en usuel en salle d'inventaires des Archives Nationales)
  • Les insinuations du châtelet et l'index sous microfiche (et sous forme d'imprimé jusqu'en 1560)
  • Les listes de parisiens cités dans les registres paroissiaux du Val-de-Marne (1552-1802). Listes mises en ligne par le Cercle d'études généalogiques et démographiques du Val-de-Marne

Mentions propres à Paris

  • RCE  : acte de Reconnaissance
  • ESV : enfant sans vie que l'on trouve sur les tables de décès
  • JUGT : existence d'un jugement de légitimation ou de divorce ou de changement de nom, on peut la trouver sur les tables de naissances et mariages
  • DCE : acte de divorce, on la trouve sur les tables de mariages

Ouvrages en usuels

  • Jules Guiffrey, Scellés et inventaires d'artistes, reprint 1973 (3 tome) (Artistes: Peintres, Sculpteurs, Graveurs, Architectes, Tapissiers et un peu brodeur, orfèvre, ébéniste)
  • Y. de Brossard, Musiciens de Paris, 1535-1792. Actes d'état civil d'après le fichier Laborde de la Bibliothèque nationale, Paris, 1965, in-8°, xii-304 p
  • Comte de Chastellux, Notes prises aux archives de l'État-civil de Paris, Paris, 1875. (essentiellement sur les familles nobles).
  • Tessereau, histoire de la grande chancellerie de France, 1706 (sur les secrétaires du roi, disponible sur Gallica)

Documents utiles

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Sur les traces de vos ancêtres à Paris - La recherche des origines, Archives de Paris, 1997.

Voir aussi.png Voir aussi (sur GeneaWiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Blason de Paris
Portail de Paris
Blason de la région Île-de-France
Portail de la région Île-de-France
Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie GeneaWiki.