Recherche généalogique en Algérie

De GeneaWiki


Algérie
Drapeau de l'Algérie
Informations
Capitale Alger
Population 32 277 942 hab. (2002)
Superficie 2 381 740 km²
Langue officielle ArabeTamazight(depuis2002)
Liens complémentaires
Associations généalogiques
Régionalisme
Localisation
Localisation de l'Algérie dans le monde

Particularités des recherches en Algérie

Algerie1830-1962.JPG 1830-1962

Informations sur les Archives

En 1962 les archives de souveraineté des trois dépôts départementaux d’Alger, Constantine et Oran ont été transférées en France, les archives administratives restant sur place.

Les registres d’état civil se trouvant dans ces dépôts ont été naturellement transportés en France et stockés à Nantes avant que le gouvernement du Général ne décide rapidement de les renvoyer Algérie.

2 phases de microfilmage ont étés entreprise.

Une grande partie des registres sont désormais accessible sur le site de l'ANOM

Registres paroissiaux

Pour l'Algérois : écrire à M. le secrétaire, Archevêché d'Alger, 15 rue Khelifa-Boukhalfa, 16000 Alger-Gare

Pour l'oranais : M. l'archiviste de l’Évêché ; 2 rue Saad-ben-Rabbi, 31007 Oran-el-Makkari

Pour le constantinois : M. le secrétaire de l’Évêché, 32 Bd Belouiizdad, BP 24, B Coudiat, 25002 Constantine

Pour le sud algérien : M. le secrétaire de l’Évêché, BP 94, 03000 Laghouat

Rapatriés en France

Alger
un double des archives du Diocèse d'Alger est entreposé chez les Soeurs Clarisses, en effet :

Après l’indépendance les registres paroissiaux furent transportés à l’archevêché d’Alger puis confiés aux Sœurs Clarisses de Notre Dame d’Afrique. Quand ces dernières quittèrent, en Janvier 1995 , leur monastère, elles les emportèrent au Monastère des Clarisses de Nîmes où elles trouvèrent refuge. (34 rue de Brunswick - 30000 – NIMES)- La réponse est assurée.

Constantine
un double des archives du Diocèse de Constantine est grâce aux démarches de G.A.M.T entreposé au couvent des Sœurs Clarisses-Capucines - 16 avenue Paul Cézanne - 13100 -Aix-en-Provence.

Vous pouvez donc d'ores et déjà demander les actes de baptêmes, mariages et sépultures établis par les paroisses pendant la période française, en écrivant uniquement (car c'est un ordre cloîtré qui ne reçoit pas)
Joindre un chèque de 8 € par acte à l'ordre de la Communauté des Clarisses Capucines, ainsi qu'une enveloppe timbrée à votre adresse

Etat civil

Les archives d'Algérie Française ont été constituées par microfilmage de deux tiers des registres tenus dans le pays avant son indépendance :

  • Pour les actes microfilmés de moins de 100 ans, l'état civil se trouve au Ministère des Affaires Étrangères 44491-Nantes et sur internet Il faut connaître le nom, le prénom et la date exacte de l'évènement pour pouvoir faire une demande. Le délai de réponse est très variable...
  • Pour les actes non microfilmés, restés en Algérie il faut écrire à Monsieur le Directeur de l'APC (Assemblée Populaire Communale) de la commune, sans oublier de joindre le coupon réponse international pour la réponse. Consultez la page suivante pour connaitre le changement de nom de certaines communes françaises et la page Communes d'Algérie française
  • Pour les actes microfilmés de plus de 100 ans (attention cette coupure n'est pas toujours respectée certains actes anciens sont encore à Nantes ou en Algérie...) l'état civil est aux Archives Nationales d'Outre-Mer (A.N.O.M) à Aix-en-Provence (13). Beaucoup d'actes ont été numérisés et se consultent sur place directement sur ordinateur. La recherche est beaucoup plus facile et plus rapide que sur les microfilms! On peut également, de chez soi, consulter la liste des actes numérisés (recherche par nom, commune...) ainsi que le fond d'archives disponible sur leur site. Un grand gain de temps appréciable!

Service Militaire

Les fiches matriculaires des sous-officiers et soldats sont versées aux archives départementales 72 ans après l'incorporation de leur classe d'âge, autrement dit quand, dans la quasi-totalité des cas, l'ancien militaire a atteint (mort ou vif) l'âge de 92 ans. Au passage, cela sous-entend que ces fiches matriculaires n'ont pas été détruites par les bombardements entre 1940 et 1945 (celles des plus jeunes soldats - 18 ans en 1918 - ont été remises aux archives départementales en 1992, venant du BCAAM à Pau).

La classe est une notion administrative : elle correspond à l'année au cours de laquelle un jeune homme a 20 ans révolus. Il en découle qu'elle devient théorique en temps de guerre (appel anticipé des classes pour compléter les effectifs au combat) et en temps de paix ou de guerre du fait d'engagements volontaires anticipés (dès l'âge de 17 ans pour 1914-1918).

Les jeunes gens étaient recensés soit dans leur commune de naissance, soit dans la commune où ils résidaient lors du recensement militaire, en tout cas là où ils étaient inscrits (spontanément ou d'office). Quand les deux communes sont dans le même département, c'est sans incidence sur la recherche.. En cas de dualité il n'y a pas de règle en la matière, et on peut commencer indifféremment par l'un ou l'autre des départements. En principe, selon la loi, les mariés sur leur lieu de domicile, les célibataires (quelle que soit leur résidence) au domicile de leurs parents.

Les fiches matriculaires des conscrits recensés en Algérie avant 1913 se trouvent au Centre des archives d'Outre-Mer - 29 chemin du Moulin Detesta - 13090 Aix-en-Provence.


Par bureau de recrutement:

  • Alger : tables annuelles : 1 TAB et registres 1RM
  • Constantine : Tables annuelles : 2 TAB et registres 2 RM
  • Oran : tables annuelles : 3 TAB et registres 3RM

Les règles de communicabilité sont les mêmes que dans les dépôts militaires, mais les dérogations sont accordées plus libéralement et immédiatement. Certains dépôts d'archives départementales acceptent de répondre aux demandes par correspondance.

Voir aussi les Relevés du S.H.A.T sur le site de Claude Soulier

Colonisation

Pour compléter vos recherches, vous pouvez également consulter aux A.N.O.M, les dossiers de demandes de concession de terres :

  • Département d'Alger, de Constantine et d' Oran: en séries M (par département)
  • Gouvernement général de l'Algérie :en série L (fichier nominatif)
  • ou listes de départs : série F80 (par date puis par ordre alphabétique ): inventaire FM ALG 2 et liste des personnes ayant émigré, dépouillements effectués par l'association G.A.M.T (par département d'origine) : BIB AOM 13454

Naturalisations

Aux A.N.O.M :
- Bulletins des lois, partie supplémentaire : série BIB AOM 50010
- A partir de 1900, liste des personnes ayant acquis la nationalité Française : série BIB AOM 21980

La plus grande partie des Pieds-noirs descendants d'immigrés étrangers ne pourra pas trouver le décret de naturalisation du grand-père ou de l'arrière-grand-père, car ce décret n'a jamais existé.

Les ancêtres ont été naturalisés automatiquement, tout simplement parce qu'ils sont nés en Algérie (département français), et que, ayant atteint l'âge de vingt ou de vingt-deux ans, ils ont oublié, ou n'ont eu aucune envie d'aller voir le juge de paix de leur canton.

On peut, pour conforter cette position, invoquer le dernier alinéa de l'article 9 de cette loi du 26 juin 1889 qui stipule qu’« il deviendra également français si, ayant été porté sur le tableau de recensement, il prend part aux opérations de recrutement sans opposer son étrangéité ».

Le seul document faisant foi de leur nationalité française est donc la page qui les concerne du registre de recrutement de leur classe et de leur canton.

Les cimetières aujourd'hui

Journaux et quotidiens

Symboles

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Logo internet.png Liens utiles (externes)


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie GeneaWiki.