Famille O'Mahony

De GeneaWiki


Le nom O’Mahowne, dont la forme contemporaine depuis la fin du 14ème siècle est O’Mahony, fût adopté au 11ème siècle par une des familles dominantes des Eugéniens du Munster, les Cineal-Aodh (qui signifie "progéniture" ou "territoire" d’Hugues). Celui qui est à l’origine du nom est Mathghamhna (ou Mahown) issu du mariage de Kian, chef de Cineal-Aodh, roi du Desmond, dépeint comme un des hommes les plus prestigieux de son époque, d'une grande bravoure et d'une grande générosité, d'une stature imposante. Il est le héro favori de tous ses descendants, lui-même descendant de Conall Corc (roi souverain du Munster en 379 qui érigea la forteresse de Cashel et donna son nom à la ville de Cork), et de Sadhbh, fille du roi celte Brian Boru, 175ème monarque d’Irlande. Ce mariage apporta aux O'Mahony la souveraineté du Munster méridional et de grandes possessions dans cet état.

En tant qu'héritier du chef des Ui Eachach, et bien que fort jeune, Mathghamhna (= Mahon) était à la bataille de Clontarf . En 1014 il devient Prince de Raithleann, chef des Ui Eachach Mumhan et succède à son père dans le gouvernement de Cineal-Aodh et dans la souveraineté de Desmond. Quand, en 1015, la branche des Cineal-Laeghere partit s'installer à Magunihy (Kerry), Mahon resta le chef indiscuté des Eoganacht Raithleann. On l'appelle alors Roi des 9 territoires , ce qui montre une extension significative du territoire de la tribu. Il est cité dans les annales de Kinalmeaky. Il fut tué en 1028 selon le Leabhar Oiris ou 1034 selon le Book of Munster. Voici sa descendance :


  • Broidehon succéda à son père dans ses Etats. En 1072 il livra bataille aux peuples de Moy-Feine d’où il remporta un grand butin.
  • Cumara succéda à son père dans la dignité de dinaste de Cineal-Aodh. Il livra plusieurs batailles en 1103 et mourut à son retour d’une expédition enttreprise par le roi d'Irlande contre les Ultoniens.
  • Donogh-Donn (Flavus)devint après la mort de son père dinaste de Cineal-Aodh et de Rathlean. Il participa au rétablissement de Cormac-Mac-Carthy sur le trône de Desmond et fut tué en 1131 dans une bataille.
  • Kian III, 1118-1135. Héritier de son père dans le gouvernement de Cineal-Aodh, il fut élu peu après souverain de toutes les principautés d’Ive-Eachach. C'est sous son règne que commence le déclin de la prédominance du sept dans le Munster du Sud. A la tête de ses troupes, et avec les autres chefs du Desmond, il accompagna en 1133 Connor O'Brien, roi du Munster, Cormac Mac Carthy, roi du Desmond et Connor O'Maolseachlin, roi de Meath, avec une grande armée, en Conaght où ils ravagèrent les territoires appelés Agdh-Bheitheach et Bealatha, et tuèrent Cathal O'Connor, roi du Conaght, et Giolla-na Naomh O'Floin, chef des Maolruane. Ils brulèrent le château de Moghdrain et celui de Mór, ainsi que presque toute laprovince de Conaght. Ils battirent les Siol-Nuireadspaidh et tuèrent beaucoup de leurs chefs. Cette expédition fut menée pour châtier les conatiens des déprédations commises l'année précédente dans le Munster et le Meath. En 1134, Kian joignit les forces d'Ive Eachach aux armées de Connor O'Brien et Cormac Mac Carthy, unies à celles du Leinster, de Conmaicre et de Meath et celles des Danois de Dublin, Waterfort, Cork et Wexfort. Ils marchèrent sur Leath Chuinn (moitié nord de l'Irlande) pour rapporter des otages et obtenir la soumission de cette entière partie du pays. Mais une paix fut conclue entre les belligérents par la médiation de l'archevêque de Tuan, selon les souhaits de Turlogh O'Connor, et toutes les troupes de la moitié sud de l'Irlande retournèrent dans leurs pays respectifs. Un différent étant survenu à la fin de cette même année 1134 entre Connor O'Brien et Cormac Mac Carthy, O'Brien tenta d'envahir le Desmond. Mais Cormac Mac Carthy, à la tête des chefs eugéniens, conduisit les troupes au campement d'O'Brien qu'il détruisit de nuit, tuant Morogh O'Brien et son fils. Désireux de capitaliser sur cette victoire, il marcha au début de 1135 sur le Thomond où il commit de grandes déprédations et tua Cumea Mór Mac Nemara, dinaste d'Ive Caisin. Ils s'emparèrent de grands butins et de ce fait furent poursuivis par leurs ennemis qui les attaquèrent à Cluain-Eidhniach où Kian fut tué, ainsi que Fyneen O'Keeffe, Mahon O'Donoghue et plusieurs autres. Donogh, le fils de Kian, qui suit, étant trop jeune pour succéder à son père selon les lois d'alors (Tanist Laws), c'est Donogh-Oge, frère de Kian III, qui fut élu au gouvernement de Cineal Aodh. En 1137, avec O'Keeffe et O'Donoghue, il joignit ses forces à celles de Cormac Mac Carthy, roi du Desmond, et marcha sur Waterfort pour venir au secours de O'Phelan, roi des Desies (région de Waterford), dont le territoire était envahi par Turlogh, fils de Dermod O'Brien, roi de Thomond, par O'Conor, roi de Conaght et par Morogh Mac Maol-na-Mbo, roi du Leinster. A l'annonce de l'arrivée des eugéniens, ils prirent la fuite. En 1150, les mêmes chefs eugéniens se joignirent à Dermod, fils de Cormac Mac Carthy, assité de O'Connor, roi du Connaght et de Tierman O'Rourke, contre les O'Brien. Les ennemis s'affrontèrent à Slieve-Mis, où beaucoup furent tués de part et d'autre. A l'issue de cette bataille, Turlogh O'Brien et Dermod O'Connor retournèrent, à la tête d'une grande armée, à Ive Conail-Gabhra, contamment harcelés par les princes eugéniens qui les poursuivaient. Une bataille y eut lieu et Dermod Mac Carthy, vaincu, fut contraint de se replier vers le sud où toutes ses forces se retrouvèrent en sureté en Ive Eachach avec leurs principaux chefs qui étaient O'Mahowne, O'Keeffe, O'Donoghue, O'Moriarty et O'Falvy. Ils prirent leur revanche l'année suivante, en 1151, à Moin-Mór, où les eugéniens, ave leurs alliés conassiens, lageniens et meathiens, remportèrent une grande victoire sur les dalcassiens et les chassèrent du pays. En 1170, Dermod Mac Carthy, roi du Desmond et de Cork, apprenant le débarquement des anglais et leur progression dans Waterford et Wexford sous le commandement de Dermod Mac Morogh, roi du Leinster, rassembla tous les chefs eugéniens et marcha sur Waterford avec les forces du Desmond. Il s'y déroula une très sanglante bataille où les anglais furent battus mais au cours de laquelle Donogh Oge O'Mahowne fut tué.
  • Donogh, dit Na Himircé Timcheal. Etant maintenant en âge de reprendre la succession de son père, il reprit non seulement le gouvernement de Cineal-Aodh laissé vacant par son oncle, mais également celui de tout Ive Eachach (Ivagha). Il est d'ailleurs cité dans le catalogue donné par les Annales d'Innisfallen des souverains (rois provinciaux ou dinastes) d'Irlande, lorsque Henri II, roi d'Angleterre débarqua dans ce royaume en octobre 1171, pour obtenir la soumission des barons anglo-normands et des principaux chefs irlandais. Cormac Liathanagh Mac Carthy, fils aîné de Dermod Mór Marc Carthy, contrarié de la servilité de son père envers les nouveaux envahisseurs, les anglais, le retint prisonnier et le déposa en 1176 avec l'aide de Donogh O'Mahony et des chefs eugéniens. Il assura le gouvernement du Desmond fort peu de temps puisqu'il fut tué la même année par Cathal et Connor O'Donoghue, aidés par les anglais et quelques chefs eugéniens amis de Dermod Mór qui, ayant recouvré sa liberté, retrouva la souveraineté du Desmond, dépouilla Donogh O'Mahony du gouvernement d' Ive Eachach, le bannit du pays et le remplaça par Donal, fils d'Auliffe Mór O'Donoghue, dinaste de Loch-Lein. Mais celui-ci ayant été tué en 1179 par les anglais, Donogh O'Mahony fit la paix avec Dermod Mac Carthy qui le rétablit dans la souveraineté d' Ive Eachach. En 1183, il joignit toutes les forces d' Ive Eachach à celles de Dermod Mór Marc Carthy et des autres chefs eugéniens et marcha avec eux sur les Desies où les anglais de Waterfort se rendirent à leur rencontre et les affrontèrent dans un combat sanglant au cours duquel de nombreux anglais furent tué et le reste dut retourner se réfugier à Waterfort. De là les troupes eugéniennes marchèrent sur Cork où ils masacrèrent les anglais de cette ville et forcèrent Robert FitzStephen à s'enfermer dans la citadelle où ils le bloquèrent jusqu'à ce que les anglais vinssent le délivrer lors du débarquement à Waterfort en 1185 de John, comte de Moreton, plus tard roi d'Angleterre, venu prendre possession de l'Irlande, dont la suzeraineté (lordship) lui avait été donnée par son père le roi Henri II. O'Phelan, roi des Desies, accompagné de nombreux nobles de sa cour, vint rendre hommage au comte de Moreton. Ils furent si mal traités par les chevaliers qui accompagnaient le comte qu'ils se retirèrent dégoutés et rejoignirent Donal Mór O'Brien et les autres princes du Munster auxquels ils se plaignirent du mauvais accueil qu'ils avaient reçu. Il s'en suivit que tous les chefs du Munster, commandés par Donal Mór O'Brien et Dermod Mór Marc Carthy, aidés par O'Connor, roi de Conagh, marchèrent contre les anglais, ravagèrent toutes leurs plantations en Munster et en massacrèrent beaucoup à travers toute la province. Donogh O'Mahony et les autres chefs du Desmond accompagnèrent Donall Mór na Curra, fils et successeur de Dermod Mór Marc Carthy, roi du Desmond, dans toutes les incursions qu'il fit contre les anglais du Munster dans les années 1188, 1196 et 1202. Après la mort de Donall Mór na Curra en 1205, son oncle Fyneen Licke Lachtin Mac Carthy lui succéda sur le trône de Desmond mais fut détrôné en 1206 par Donogh na Himircé Timcheall O'Mahony et les autres chefs eugéniens qui soutenaient Dermod Duna Dronain, fils de Donall Mór na Curra Marc Carthy. En 1209, Fyneen Licke Lachtin ayant rassemblé les O'Sullivan et tout ce qu'il comptait comme amis en Desmond, marcha à leur tête sur Cineal-Aodh contre Donogh na Himircé Timcheall O'Mahony. Il s'en suivit une rande bataille à un endroi nommé Licke Lachtin, dans laquelle il y eut de nombreux tués des deux côtés, parmi lesquels Fyneen Licke Lachtin Mac Carthy. Cette mort donna le trône du Desmond à Dermod Duna Dronain. En 1212, au cours du siège de Cork, il fut fait prisonnier par les anglais et Donogh na Himircé Timcheall O'Mahony fut tué. Donogh na Himircé Timcheall O'Mahony est considéré par les généalogistes comme la souche des deux principaux clans des O'Mahony (Kinalmeaky et Ivagha) mais aussi de plusieurs plus petits clans. Le déclin de la prédominance des O'Mahony, du fait de la perte de territoires, qui avait commencé sous le règne de Cian III, se poursuivit sous son fils. En 1178 il résulta d'une de ces guerres périodiques entre le Thomond et le Desmond que "le pays situé entre Cork et Limerick fut dévasté et qu'une grande part de la race d'Eoghan Mór se réfugia dans les bois d'Ivagha". Les O'Mahony perdirent une grande partie du Muskerry de l'est vers 1177 quand Robert de Gogan réussit à s'emparer de Dundrinane . A l'ouest, Richard de Carew, marquis de Cork, qui mourut en 1198, s'empara d'Innisfodda qu'il rendit plus tard à l'occasion du marriage de sa fille avec Dermod Mór O'Mahony. Les Annales d'Innisfallen rapportent qu'en 1179 "Dermod MacCarthy et O'Donoghue de Loch Lein attaquèrent et chassèrent Donogh na Himirce Timchill O'Mahony, roi des Ui Eachach". Vers 1207 Kinalea, la partie ouest du territoire, fut envahi et passa aux mains de Robert FitzMartin. Sous son regne fut construit, en 1207, le château de Dunlochy. Il fut le dernier des chefs du clan qui, au prix de luttes incessantes contre les envahisseurs anglais et ses voisins irlandais, arriva à régner sur l'ensemble du territoire de ses ancêtres. On lui connait 3 fils.
  • Dermod Mór O'MAHOWNE, 1er lord d'Ivagha, surnommé "na-neaghmais " (aux beaux cheveaux), assassiné en 1259. Il succède à son père au gouvernement du territoire O'Mahony (Cineal Aodh) et, à la mort d'Aodh O'Donoghue en 1231, est élu dinaste d’Ive-Eachach (Ivagha). Donal Got Mac Carthy, 3ème fils du roi du Desmond, ayant reçu en apanage la principauté de Carbery qui comprenaint le territoire d'Ive Eachach, vint en 1233 pour déposséder Dermod de ses territoires. Ils se livrèrent bataille à Coill-Tsealbhaigh (le bois de Sealbaigh) au cours de laquelle les trois fils de Mahon, fils de Morloch O'Mahowne, furent tués. Des luttes incessantes pour la souveraineté du Desmond eurent lieu à cette époque entre les fils de Dermod Dunna Dronain, fils âiné de Donal Mór na-Curra, et leurs deux oncles paternels Cormac Fion et Donal Got Mac Carthy-Carbreagh. Dermod O'Mahowne prit le parti des fils de Dermod Dunna Dronain, d'abord de son aîné Teige Dubh Deadagh qui fut tué par ses oncles en 1235, puis de son puiné, le vaillant Fyneen qui tua en 1248 Geoffroy, fils de John de Cogan. Dermod était aux côtés de Fyneen à la bataille de Cul-na-Bolhoige où furent tués de nombreux chefs anglais qui avaient pris le parti de Donal Got et à compter de ce temps il ne cessa d'encourager et d'aider toujours "chaleureusement et puissamment" le dit Fyneen dans toutes les attaques qu'il mena avec succès contre les anglais jusqu'en son assassinat en 1250 par Donal Got, lui-même assassiné l'année suivante par John de Gallan FitzGerald. Fyneen Ranna Roin Mac Carthy, le fils aîné de Donal Got, s'empara alors non seulement du gouvernement de Carbery mais également de celui du Desmond et commença son regne en se débarassant de ses opposants. Ainsi, en 1252 il incendia le château de Geoffrey O'Donoghue à Gort-atha Daghas et laissa brûler vif Geoffrey et sa femme Sabia, fille du roi de Thmond, ainsi que son frère Donal O'Donoghue et ses trois fils. En 1254, avec la complicité d'O'Donovan, dinaste de Clan Cahil, il assassina Dermod O'Mahowne. Une grande partie du territoire ayant été perdu et la configuration de ce qui restait le rendant difficile à défendre, il fut décidé de mettre un chef dans chacune des deux grandes portions restantes. Dermod gouverna la portion ouest (Ivagha) et son jeune frère Connor la portion est (Kinalmeaky). Le lord d'Ivagha séjournait à Ardintenant et Three Castle Head et on dit qu'il possédait 12 châteaux. Le premier qu'il construisit fut celui de Dunlochy en 1215. Les autres furent Ardintenant, Rosbrin, Leamcon, Ballydevlin, Dunmanus, Dunbeacon etc… Il avait épousé une fille de Richard de Carew dont il eut quatre fils.
  • Teige (Tadhg) O'MAHOWNE, 3ème lord d'Ivagha, tué en 1261 à la bataille de Rann-Roue (Reanna Róin). Il succéda à son frère au gouvernement d'Ivagha et fit la paix avec Fyneen Ranna Roin Mac Carthy, qui était alors le chef des princes eugéniens et conclut avec lui un traité d'alliance défensive et offensive. En 1258, il marcha avec lui, à la tête de ses troupes, sur Kerry Luachtina et tua un grand nombre d'anglais, brulant, rasant et détruisant leurs plantations. En 1259 il rasa les châteaux de Dun-na-mbare, Dun-na-ngall, Dun deide et plusieurs autres que les anglais venaient de construire pour se protéger. Après ces défaites, les Geraldines (les FitzGerald) et les autres lords anglais installés en Desmond, firent appel à William Denn, alors lord justice d'Irlande. En 1260 ce gouverneur, aidé du fils de William de Burgo, rallia toutes les forces anglaises du royaume et marcha sur le Desmond où il rejoignit les FitzGerald. Ils se rencontrèrent à Callan Glinn Ruaghtan, dans le district de Kenmare, et Fyneen Ranna Roin Mac Carthy les écrasa. Au cours de cette bataille furent tués John de Callan FitZgerald, le sénéchal du Munster, son fils Maurice, 8 barons, 25 chevaliers et la plus grande partie de l'armée anglaise. Mettant à profit cette victoire, les chefs eugéniens détruisirent et rasèrent les châteaux de Dun mac Toghman, Dun Loc, Killforgla et tous ceux du district d'Ive-Conail Gabhra avec leurs occupants anglais. Après tous ces exploits, Fyneen Ranna Roin Mac Carthy toujours accompagné des chefs eugéniens, tourna ses armes contre Jean de Courcy pour reprendre les terres de Rann-Rone qui lui avaient été usurpées quelques années plus tôt. Jean de Courcy et Miles de Cogan lui livrèrent bataille en 1261. Fyneen y fut tué ainsi que de nombreux chefs du Desmond, dont Teige O'Mahowne. Il laissait quatre fils.
  • Donogh O'MAHOWNE, 4ème lord d'Ivagha, dit "de Rath Dreoáin", tué à la bataille de Ratha Dreamhan en 1295. Il succéda à son père au gouvernement d'Ive Eacha et immédiatement après la bataille de Rann-Rone, il regroupa les restes de ses troupes et les joignit à celles de Cormac na Mangartain Mac Carthy, frère et successeur de Fyneen au gouvernement du Desmond et de Carbery, qui allait harcelait Richard de Rupella, lord justice d'Irlande, débarqué en Ivagha et qui réussit à marche forcée à se réfugier à Limerick. En 1261, le fils de Willian de Burgo, à la tête de toutes les troupes anglaises et irlandaise qu'il put rassembler, marcha sur le Desmond en représaille des massacres et déprédations commis sur les anglais du Munster l'année précédente par Fyneen Rann-Roin et par son frère Cormac à Callen-Glinn-Rouaghtan. Cormac et ses chefs eugéniens le rencontrèrent à Iuairin-Cormaic et au cours de l'affrontement Cormac et bon nombre de ses chefs eugéniens furent tués. Mais Donal- Maol Mac Carthy, frère de Fyneen et de Cormac, ayant rallié et pris le commandemant des troupes eugéniennes, écrasa les anglais parmi lesquels douze chevaliers furent tués avec une grande partie de leur armée. En 1262, il marcha avec ses chefs eugéniens, sur Imokilly et battit les anglais de ce district. En 1290 les anglais du Munster commançant à respirer et à reprendre des forces, trompèrent la vigilance des princes eugéniens. Ceux-ci se réunirent autour de Donal-maol Mac Carthy Carbreagh, attaquèrent Jean, baron de Courcy, dans l'île d'Inchiduine en Carbery. Ils tuèrent le baron et son frère Patrick, ainsi que de nombreux de leurs compagnons. En 1295, ces mêmes chefs eugéniens marchèrent en Desmond et eurent un engagement avec les anglais de ce territoire à un endroit appelé Rath Dreamhan où de nombreus chevaliers anglais furent tués. Du côté des eugéniens, tomba Donogh O'Mahowne appelé depuis lors Donogh Rath Dreamhan. Il laissait 3 fils.En 1315 ils furent attaqués par par 4 des fils de Fínghin qui arrivèrent avec quatre bateaux depuis Bearra et campèrent sur l'île de Carbery dans la baie de Dunmanus. Ils y restèrent tout l'été. Une épine dans le pied de Dermod et Teige dont la cause était que le grand père des envahisseurs, Mac Raith, était le fils aîné de Dermod-Mór (I) leur donnant ainsi le droit d'aînesse. Fyneen, le fils de Dermod-Mór (II), remorqua un bateau depuis Ballyrisode et débarqua ses troupes, de nuit, sur l'île. A la levée du jour il attaqua et défit les fils de Fínghin, en tuant deux et faisant prisonnier les deux autres.
  • Dermod-Mor (II) O'MAHOWNE, 5ème lord d'Ivagha, mort en 1347. Immédiatement après la mort de son père en 1295, Dermod Mór , deuxième du nom, prit le commandemant du gouvernement d'Ive Eachach et des troupes qu'il joignit en 1305 à celles de Donal-maol Mac Carthy, détruisit et rasa le château de Dun-na-Sheud (Baltimore) mettant en déroute les anglais qui y tenaient garnison. En 1307 les chefs eugéniens assemblèrent leurs forces sous le commandemant de Donal Oge, fils de Donal Roc Mac Carthy, roi de Desmond et de Donal-maol Mac Carthy, dinaste de Carbery, et, avec des troupes dalcassiènnes qui s'étaient jointes à eux, marchèrent sur Inskilly, attaquèrent les anglais de ce district et en mirent de nombreux en déroute au cours des divers engagements qui eurent lieu, rasant plusieurs de leurs châteaux en Munster et en particulier ceux des Gerladines. En 1319 un différent étant survenu entre les quatre fils de Fyneen Ranna-Roin Mac Carthy et les O'Mahony, les premiers, avec leurs femmes et leurs vassaux, naviguèrent depuis Beare jusqu'à Inis-Creaigaire où ils établirent leur campement en attendant de voir ce que Dermod Mór et Teige, les deux fils de Donogh Ratha Dreamhain O'Mahowne, allaient faire. Ils restèrent là presque une semaine complète, lorsque Fyneen, fils de Dermod Mór O'Mahony, prit quelques navires pour se rendre d' Iraige-Bhaile-an-Riosoid jusqu'à Dun-Maoghnais où il débarqua et affronta les fils de Fyneen Ranna-Roin Mac Carthy. Deux des fils de Dermod Mór O'Mahony, et un des fils de Fyneen Mac Carthy furent tués dans ce combat. Donal et Kian, deux des autres fils de Dermod Mór O'Mahony, marchèrent avec leurs troupes sur Carn-I-Neid, dans l'ouest d'Ivagha. Il eut de nombreux enfants.
  • Dermod-Oge O'MAHOWNE (Diarmuid Og / Demetrius le jeune), sénéchal du Desmond. Il quitta Ivagha en 1327 et avec son peuple il va s’installer sur le terrritoire des Mac Carty Mór, à Dunloe (district de Killarney) d’où le nom de la branche O’Mahony de Dunloe. Les généalogistes le considèrent comme l'auteur de O'Mahony de Kerry. Nommé en 1355 Sénéchal ("chief steward") de Cormac VI Mac-Carthy-Mor, Roi de Desmond (1326-1359), avec titres de Comte et Vicomte de Desmond. Cette charge fut tenue et exercée par les aînés de cette branche sans interruption jusqu'à ce que Donal Mac Carthy Mór perde son royaume du Desmond en 1565 lorsque tous les royaumes d'Irlande furent supprimés par la reine Elisabeth d'Angleterre. Cette branche des O'Mahony a toujours été l'alliée la plus solide des Mac Carthy Mór contre les constantes agressions des Geraldines, jusqu'à ce qu'ils soient trouvés séparés après la bataille de Kinsale en 1602. Les O'Mahony étaient considérés comme les plus actifs opposants aux intérêts anglais en Desmond.
  • Shane Mac Dermod O'MAHOWNE (Sean / Jean). Fils unique du précédent. Sénéchal de Desmond en 1384. Il Epouse Caelia, fille de Hugh O’Connel junior, et de Margaret, fille de Mahon "Menevy" O'Brien , prince de Thomond et Una, fille de Teige O'Conor, dinaste de Corcamroc. A compter de cette époque on trouve dans les titres le nom Mahowne, écrit Mahony
  • Dermod-Mac-Shane O'MAHONY, Sénéchal de Desmond, vivant en 1442, épouse Sabia, fille de Donal-na-Sgreaduidhe O’Sullivan-Mor, dynaste de Dunkerron en Desmond et de Margaret, fille de Mac-Fyneen Mac Carthy , lord de Glannaroughty et Ardentally en Desmond, dont il eut 2 fils. Il possédait de ce fait le château de Dunkerron
  • Conehovar-Connogher O'MAHONY (Combhubhar / Connor), Sénéchal, Comte et Vicomte de Desmond. Il signe en 1477 un traité de paix avec Teige Mac Carthy Mór. Il avait épousé More, fille de Geoffrey O’Donoghoe, lord de Glanflesh et de Eleonore, fille de Donal an Dana Mac Carthy Mór, roi du Desmond.
  • Teige surnommé Mergeagh O'MAHONY (Tadhg Neirgeach), Sénéchal, Comte, vicomte de Desmond, favori du roi Mac-Carthy , il fut garant d’un traité de paix conclu en 1536 entre le Lord Juge de Gray et Donald-Mac-Carthy-Mor. En septembre1550 il accompagna Donald Mac Carthy Mór à Dublin où ils se soumirent au Chevalier Antoine St Léger, Lord député d’Irlande, furent pardonnés de leurs fautes et rentrèrent dans ses faveurs. Chef de la branche du Kerry et héritier des possessions que ses ancêtres avaient accumilés, il était un homme de très grande influence et possédant suffisamment de terres pour en laisser à chacun de ses enfants. Il est mort en 1565 ayant épousé Honora, fille de Dermod O’Sullivan-Bear, lord de Beare et Bantry (tué en 1549 dans une explosion de poudre dans son château de Dunboy) et de Julia Mac Carthy Mór, petite fille de Gerald, 8ème Comte de Kildare, vice-roi d’Irlande et chevalier de la Jarretière, dont il eut 8 fils :
 1. Dermod mort avant 1588 d'où descendance des comtes de Desmond 
 2. Connor (Conehovar) mort en 1578 avait eu les terres de Ballyaher
 3. Donald, dit na Tiobraide , dont la descendance suit
 4. Fyneen (Florent), dont la descendance suivra celle de Donald
 5. Mael-Muad émigra en Espagne avec toute sa famille, probablement pour les mêmes raisons que son frère Eogan-Owen
 6. Eogan-Owen, qui était un proche ami de Florence Mac Carthy More qui lui confia son fils aîné pour le soustraire à la demande d'otage de Sir
    George Carew. Il se joignit à la campagne d' Hugh O'Neill et fut donc considéré comme rebelle, ce qui le conduisit à fuir et à s'embarquer
    pour l'Espagne où il entra au service du roi. 
 7. Donogh, tige de la branche de Kilmornia, rapportée après celle de Donald
 8. Shane (Jean), tige de la branche de Dunloe, rapportée après celle de Donogh



Rameau issu de Donald na Tiobraide, 3ème fils de Teige Mergeagh

  • Donald, devint chef de la branche du Kerry ("head of the O'Mahony Meirgeachs") vers 1588, après la mort de ses frères aînés. On le disait alors à la tête d'un clan très nombreux, le "chief officer" des territoires de MacCarthy Mór, et le père nourricier d'Ellen, fille et héritère de Donal MacCarthy Mor (+1596), dernier roi de Desmond et comte de Glencar. Il fut arrété et emprisonné à Castlemaine pour avoir organisé le mariage de Lady Ellen et de Finghen (Florence) Mac Carthy Reagh, lord de Carbery, mariage célébré le jour de noël 1588 et que les anglais estimait à l'encontre de leurs intérêts. Son petit fils s'appelait Conogher.
  • John, épouse la fille de Morgan Mac Schichy, dit le boiteux
  • Denis, de Kilbanane, gentilhomme, chef de son nom au comté de Kerry, épouse Julienne Mac Crochon
  • John, de Kilbanane, gentilhomme, seigneur de Ballynar, épouse Marguerite O'Connell, d'où Daniel et Florence qui épouse Catherine Mac Carthy Mór dont il a une fille, Hélène mariée à Teige O'Mahony.
  • Daniel Cornelius de Coolcorkerane, Killarney. Il avait épousé Mary Catherine FitzGerald, de Kilmurry
  • John, de Coolcorkerane, Killarney. Il avait épousé Mary Joan, fille de Thady Moriarty dont il eut Dermot, colonel qui se distingua à La Boyne, Aughrim et Limerick (où certains disent qu'il fut tué) et dont les fils se distinguèrent en Hollande, Daniel, qui suit, et Jacques, prêtre.
  • Daniel, le brave de Crémone. Daniel, ayant atteint le rang de capitaine dans le Royal Irish Foot Guards, accompagna l'armée nationale vers le continent, où après avoir été major au régiment de Limerick, il obtint un poste d'officier réformé dans le régiment de Dillon. Parti de Rochester, il débarque en France, à Ambleteuse, le 4 janvier 1689, avec le roi Jacques II, le suit à Saint Germain-en-Laye où il habitera, où naîtront ses 3 enfants et où il se remariera avec Charlotte de Bulkeley en 1712. A Crémone, le 1er février 1702, en l'absence du colonel Lally, il prend le commandement du régiment de Dillon et repousse l'attaque surprise du Prince Eugène de Savoie, forçant à la retraite les troupes allemandes et sauvant ainsi la ville de Crémone . Le "brave de Crémone" gagne ainsi sa renommée internationale et est nommé colonel par Louis XIV à qui il est venu apporter la bonne nouvelle à Marly. Il ne tarde pas à être nommé brigadier. Lors de la guerre de succession d'Espagne, à la tête de la Brigade Irlandaise il se distingue par de hauts faits militaires en France, en Espagne où il passe en 1706 et où il a un régiment de dragons à son nom (Mahony dragoons). Le roi Philippe V le nomme gouverneur militaire de Carthagène. Daniel participe aux grandes batailles de la guerre de succession d'Espagne : Alicante et Carthagène (1706), Almansa et Alcira (1707), Alcoy (1708), Talaveyra (1710). A la bataille d'Almansa où il fit des actions étonnantes à la tête des "Mahony dragons", il fut fait maréchal des camps. A la bataille de Villaviciosa, remportée par le maréchal duc de Vendôme le 12 décembre 1710, et à l'issue de laquelle Philippe V acquiert définitivement le trône d'Espagne, Daniel commandait "les dragons qui tenaient en flanc la droite de l'ennemi" (histoire des campagnes du duc de Vendôme p165). On le trouve à Saragosse en 1710 où, à la tête des dragons espagnols, il culbuta dans l'Èbre la cavalerie Portugaise et s'empara de l'artillerie ennemie. Il est également à Igualaga. Il avait été nommé lieutenant général, fait comte de Castille par le roi d'Espagne (proclamation royale du 9 novembre 1706) et avait reçu de Philippe V une Commanderie de l'Ordre de Saint Jacques. Il avait été nommé en 1707 commandant en chef des armées espagnoles en Sicile; son arrivée sécurisa la possession de cette île par le roi d'Espagne et stoppa net les nombreuses conspirations en faveur du roi d'Autriche. Ses hauts faits militaires sont relatés dans les campagnes du duc de Vendôme et du maréchal de Berwick. Par son mariage avec demoiselle de Bulkeley, il était devenu le beau-frère du maréchal de Berwick. Il était chevalier de la Jarretière. Il est mort à Ocana, en Espagne, en février 1714, et Saint-Simon l’écrit dans ses mémoires : « Mahoni, irlandais, lieutenant général,, qui avait beaucoup d’esprit, d’honneurs et de talents, et qui s’était fort distingué à la guerre, surtout à la journée de Crémone, dont il apporta la nouvelle au roi, mourut en Espagne, où il s’était attaché et où il avait acquis des biens. Il avait épousé la sœur de la duchesse de Berwick, veuve et mêre des comtes de Clare ; et de duc de Berwick vivait avec lui avec beaucoup d’estime et d’amitié. Il laissa des enfants qui sont aussi devenus des officiers généraux avec distinction. » (Tome XI, chapitre 3). Daniel a épousé, en premières noces, Cécile WELD, fille de Georges , écuyer, de l'ancienne famille catholique de Weld dans le Dorsetshire, et de Bridget Thimbletorp. Elle est décédée à Saint-Germain en Laye le 29 mai 1708, lui ayant donné 5 enfants, et en secondes noces alors qu'il était lieutenant-général,colonel de son régiment de Dragons, à Saint-Germain-en-Laye le 19 juillet 1712 Charlotte de BULKELEY dont il n'eut pas d'enfant.
 1. James Joseph  (Jacques), comte de Mahony, né le 3 novembre 1699 à Saint-Germain-en-Laye, mort en 1757, colonel dans l’armée espagnole et
 lieutenant général dans celle du Roi de Naples, épouse en premières noces Magdalena Manso de Zuniga, comtesse espagnole de Hervias, et en
 secondes noces le 22 décembre 1739 Anne, fille de Lord Thomas RATLIVE CLIFFORD DARWINWATER et de Charlotte LIVINGSTONE, comtesse de NEWBURGH 
 (1694-1755). Du second mariage naquit une fille unique, Cecilia Carlotta, née le 12 décembre 1740 à Naples, décédée le 18 février 1780 à Rome
 qui épouse à Naples, le 18 mai 1757, Benedetto, 5ème prince GIUSTINIANI, né le 11 juillet 1735 à Rome, décédé le 26 février 1793 à Rome, dont 
 elle a Donna Cecilia (1796-1877) qui épouse Charles, 4ème  marquis de BANDI et Don Vincenzo , 6ème prince GIUSTINIANI et 6ème comte de NEWBURGH
 qui épouse Nicolette GRILLO DEI DUCHI DELLA MONTDRAGONA.
 2. Jean-Georges, né le 13 septembre 1704 à Saint-Germain-en-Laye.
 3. Honorée (Léonor dans les documents espagnols), mariée à Cornelio O'Ryan, chevalier, noble irlandais jacobite, mort capitaine du régiment 
 irlandais commandé par le maréchal duc de Berwick, au cours de la bataille d'Almansa le 23 avril 1707.
 4. Mary Anne, née le 18 octobre 1701 à Saint-Germain en Laye, et baptisée le lendemain, qui épouse en 1722 Richard Cantillon (célèbre banquier,
 économiste et démographe irlandais, le "père de l'économie politique",  assassiné à Londres en 1734) et en 1735 François de Bulkeley (frère de
 Charlotte, 2ème épouse de Daniel).
 5. Dermitius (Demetrius, don Demetrio) , né le 18 décembre 1702 à Saint-Germain-en-Laye, comte de Mahony au décès de son frère en 1759. Il 
 débuta sa carrière dans l’armée, dans le corps des dragons en 1721, et la poursuivit dans la diplomacie. Il fut lieutenant-général (1763) au 
 service du Roi d'Espagne, colonel du régiment de dragons de Pavia en Espagne, commandeur de Torres et Canamare dans l’ordre de Santiago, 
 ministre acrédité auprès du Corps Helvétique puis ambassadeur de Sa Majeté Catholique à Vienne pendant 18 ans. Il est mort sans postérité le 25
 décembre 1777 et a été inhumé le 28 décembre  suivant dans la crypte du monastère bénédictin de Schotten Stift à Vienne . Il laisse le souvenir 
 suivant, rapporté dans les Portraits de la cour de Vienne en 1770  : «Mr. le Comte de Mahoni est sans contredit de tous les ministres à Vienne 
 le plus honnête et le plus accueillant, il est aussi le plus aimé, car il joint à ces qualités celle d'avoir tous les jours une table abondante
 et délicate... Mr. de Mahoni est né a París. Il est fort attaché a la France et au Pacte de famille». Un autre témoignage, daté de 1766, montre
 son attachement à la terre de ses ancêtres : « Le 17 de ce mois, son excellence le comte O’Mahony, ambassadeur d’Espagne auprès de la cour de
 Vienne, donna une grande fête en l’honneur de Saint Patrick à laquelle furent invitées toutes les personnes de condition ayant une ascendance 
 irlandaise, étant lui-même un descendant d’une illustre famille de ce royaume. Parmi tant d’autres, étaient présents le comte Lacy, président du
 Conseil de la Guerre, les généraux O’Donnel, Mc Guire, O’Kelly, Browne, Plunket, et Mc Elligott, quatre chefs de la Grande Croix, deux 
 gouverneurs, sept chevaliers militaires, six officiers d’état major, quatre conseillers privés avec les principaux officiers d’état.



Rameau issu de Fyneen, 4ème fils de Teige Mergeagh

  • Fyneen O'MAHONY (Florent, nommé Haut Cherif de Desmond en 1565, mort en 1586, marié à Brigitte O’Donoghoe-Mor
  • Dermod O'MAHONY (Demetrius, Sgr de Knokreer, de Gortroe & de Knocwavota (comté de Kerry), Gentilhomme, Haut Cherif ou vicomte du comté de Kerry en 1607, confirmé dans cette charge par lettres de Jacques I en 1609, Mort le 10 juillet 1626, marié à Marie, fille de John O’Dally, de Bally-Daly, dont il eut deux fils.
  • Daniel-Mac-Dermod O'MAHONY, de Knockreer, né vers 1600 à Cork, Gentilhomme, Vicomte de Muskery, Capitaine dans le Régiment de Donogh-Mac-Carthy, Confirmé le 25 mars 1639 par lettres de Charles Ier dans la charge de Haut Cherif ou vicomte du comté de Kerry, Tué en 1652 à la bataille de Knochbrach, marié à Jeanne O’ Sullivan.
  • Dermod-Mac-Daniel O'MAHONY, de Tinnahally, né vers 1635 à Kenneagh (Co Cork), Gentilhomme au comté de Kerry, Proscrit par Cromwell, tous les biens de la famille furent confisqués, marié à Honora O'Moriarthy, de Ballingamboon.
  • Teige-Mac-Dermot O'MAHONY (Thadeus), de Killederry, né vers 1675 à Kenneogh (Co Cork), Gentilhomme au comté de Kerry. En 1688, lors de la Glorieuse Révolution, Jacques II lui rendit les biens de la famille et le rétablit Haut Chérif ou Vicomte au comté de Kerry. A la mort du roi, ses biens furent confisqués à nouveau . Il fût tué en 1691 à la bataille d’Aughrim. Il avait épousé Héleine, fille de Florence O’Mahony, de Kilbonane, et de Catherine Mac Carthy.
  • Owen-Mac-Teige O'MAHONY (Eugène), de Knockcavota, né vers 1700 à Cork, Gentilhomme au comté de Kerry. Fidèle à la religion catholique, il demeura sous la proscription prononcée contre son père et fût également privé de ses biens. Son dernier testament date du 28 mars 1734. Il avait épousé Eleanor, fille de Thomas-Mac-Shane FitzMaurice of Cosfeal et de Catherine Trant of Feenet, dont il eut 3 enfants : Barthélemy, médecin à Paris, sans postérité, Michel, et Marie.
  • Michel O'MAHONY (Michael), de Castle Island, né vers 1723, épouse Hélène Holles. On ne sait rien de Michel, les quelques archives détenues en France et le concernant ayant certainement brulées dans l'incendie de l'appartement de son petit-fils Paul, 3ème comte O'Mahony. Il vivait certainement à Castle Island, seigneurie que possedait la famille de son épouse et où est né, entre autres, son fils cadet. Michel demeura sous la proscription maintenue contre son père et fût certainement aussi privé de ses biens et interdit de toute fonction militaire ou administrative.
  • Barthélemy, 1er comte O'MAHONY, né à CastleIsland, Co Kerry, en 1748, et ne pouvant prétendre à la cerrière militaire comme il le souhaitait, il quitte l’Irlande pour la France en 1763. Il est naturalisé français en 1767, reconnu noble en France en 1789 "d’ancienne noblesse" et épouse le 26 mai 1787 au château de Malpierre à Rigny-la-Salle Monique de Gouy d’Arsy, et fonde la branche française. Il était chevalier de Malte, lieutenant-général au service du Roi de France et Grand Croix de Saint-Louis.
  • Arsène, 2ème comte O'MAHONY, né au Louvre en 1787. Très proche de son père dont il est l'unique enfant, il sera son aide de camps au Portugal puis en France. Sa carrière militaire s'arrête en 1817, peu après la mise à la retraite de son père. Il est alors lieutenant-colonel de cavalerie, chevalier de Saint Jean de Jérusalem et de Wohenlowe. Il se lance alors dans un nouveau combat et débute une carrière de journaliste en participant au lancement du Conservateur, journal royaliste qui connaît un succès considérable. Puis il collabore au Défenseur jusqu'à sa disparition en 1824, date de son mariage avec Célestine de Galard de Brassard de Bearn qui décède des suites de la naissance de leur fille Marie, en 1825. Il se remarie en 1827 avec Augustine Pasquier de Franclieu, alors qu'il exerce ses talents au Mémorial Catholique. Auteur d'attaques parfois violentes contre le pouvoir en place, il craint des actions de police à son égard, et s'installe en Suisse en 1830, d'où il poursuivra pendant seize ans son combat politique contre la monarchie de juillet. De retour en France en 1846, il achète le château de Montvallon, commune de Lissieu, au nord de Lyon. Son épouse y décède six mois plus tard des suites de la naissance de son quinzième enfant. Il se remarie le 21 février 1848 et épouse à Dôle, Marie Eugénie Garnier de Falletans, qui lui donnera un fils : Maurice avant dernier de ses 18 enfants et le seul qui portera une descendance. Arsène se défait du château de Montvallon en 1856 et décède à Lyon le 16 mars 1858.
  • Maurice, 4ème comte O'MAHONY est né au château de Montvallon, dans le Rhône, le 2 janvier 1849. Il fait la campagne de 1870 où il décroche la médaille militaire. Peu après la guerre, il entre dans l'administration où il occupe successivement des postes importants dans les départements de l'Aisne, de Seine et Oise, de la Charente et du Cher. En dernier lieu, il exerce pendant dix ans les fonctions de Vice Président du Conseil de Préfecture du Loiret, ce qui l'appelle à Orléans où il se fixe et devient propriétaire. En 1889 il se présente, sans succès, à la députation. Le 06 juillet 1881 Maurice épouse Marthe Lafrete d'Amphernet de Pontbellanger. De cette union naissent 10 enfants dont quatre ont fait souche : Michel (1883-1947), tige de la branche aînée, Yvonne (1885-1965), épouse du général de division Gabriel Bougrain, Patrice (1887-1936), tige de la branche cadette et Jeanne (1900-1990), mariée à Jacques Jourdain.

Rameau issu de Denis, 7ème fils de Teige Mergeagh

  • Denis (Donogh), eut deux fils, Conor et Kean, tige des O'Mahonys de Brosna-Kilmorna
  • Kean (Cian) fut père de David et John
  • David
  • Cornelius
  • David
  • Cornelius se maria deux fois. De son premier mariage sont issus les O'Mahony de Batterfield. De sa seconde femme, Marie, fille de Gerald FitzGerald, chevalier de Glynn, il eut une fille, Elleen et un fils David
  • David, du château de Newcastle, épousa Catherine, fille de Pierce de Lacy, général au service du roi Jacques II, et d'Anabella Goold, dont il eut Cornelius et Pierce
  • Pierce, du château de Newcastle, né en 1750, se convertit au protestantisme et abandonna le O’ de son nom. Il avait épousé Catherine, fille de Bryan Sheehy, dont il eut quatre enfants et en secondes noces Anne Marie Maunsell dont il eut Pierce.
  • Pierce, de Woodlawn et Kilmorna, juge de paix, et député de Kinsale, né en 1792, marié en 1815 à Jane, fille unique d'Edmond Kenifeck et Jane Creagh, eut 4 enfants dont Pierce.
  • Pierce Kenifeck, de Kilmorna et Gunsboro, Haut Shériff en 1844, né en 1814, marié en 1839 à Jane Gun-Cunningham
  • Pierce Charles de Lacy O’Mahony, né en 1850 à Kilmona, député de Meath de 1886 à 1892, est mort en 1930 après avoir été marié 2 fois : Helen Louise Collis en 1877 (dont il eut 2 fils : Pierce Gun et Dermod Gun) et sa cousine Alice Jane Johnstone en 1901.Issu d’une riche famille protestante, Pierce Charles de Lacy O’Mahony, se rendit en Bulgarie en 1903 pour une mission humanitaire. Il y fonda un orphelinat pour les petits réfugiés des suites de la journée de St Ilynden contre les turcs, devint orthodoxe en 1909 puis catholique en 1930. Un livre lui est dédié „Pierce O’Mahony, an Irishman in Bulgaria



Rameau issu de John, 8ème et dernier fils de Teige Mergeagh

  • Jean (Shane ou John), eut au moins deux fils : Denis et Sean Og, auteur de la branche de Dromadisert qui possédait les terres de Dromadisert, Duneen, Knockanlibeare et Tuarnogach et est mort en 1642 laissant deux fils, Teig et Dermod.
  • Denis (Donnogh) que l'on dit avoir épousé une fille du lord de Coshmang, eut un fils, John
  • John of Dunloe, mort en 1706, il avait épousé en premières noces Honora, fille de Maurice O'Connell de Cahirbarnagh dont il eut Daniel (1676-1747), tige de la branche de Dunloe, qui suit, Denis, tige de la branche de Dromore, épouse Alice, fille de Maurice O'Connell, de Dunmaniheen, d'où descendance et en secondes noces Gillen, fille d'O'Sullivan Mor, qui lui apporta le château de Dunloe, et dont il eut John, James et Philip.
  • Daniel of Dunloe, mort en 1747. L'historien Froude a dit de lui "le vice roi était supreme au château de Dublin, mais Daniel O'Mahony était souverain en Kerry". Il épousa en premières noces Elizabeth, fille de Gaerrett Gould, de Knockraha, et en secondes noces Marie, fille de Denis MacCarthy Reagh, de Spring House, d'où descendance : John Il qui est probablement ce Jean également venu en France et que cite Saint Allais "Le chevalier John O'Mahony, colonel du troisième régiment d'infanterie étrangère au service de la France, descend de la branche des O'Mahony de Dunloe " (Ce "John O'Mahony de Dunloe", mort en 1780, avait épousé Honoria, née à Kilballyowen, fille de William HALY O'HANLY (1707-1780) et Maria O'Grady, qui lui a donné plusieurs enfants), James qui épousa Jane Hennessy qui lui donna deux fils et trois filles, Darby Demetry (Dermod), qui s'embarqua pour la France vers 1738, qui suit, et Joanna à qui il légua ses culottes de velours en disant qu'elle était la seule personne de la baronnie méritant de les porter, fut l'épouse de Donal O'Donoghue et ma mère de Mary, qui épousa Daniel O'Connell, grand-père du "Liberator".
  • Dermod (Darby Demetry). Né en 1718 au château de Dunloe en Irlande, de Daniel O'Mahony et Marie Mac-Carthy Reagh (de Springhouse). Chevalier de Saint Louis. Darby Demetry vint en France probablement en 1738 et entra dans le régiment irlandais de Bulkeley. Capitaine, il était en 1745 avec son régiment à Fontenoy. En décembre de cette même année il est fait prisonnier en mer au large de Montrose. Il était à bord du Louis XV en direction de l'Écosse et était alors second lieutenant. Il était capitaine de grenadiers du régiment irlandais de Burkeley, avec rang de major, en 1772 (à Valenciennes), et au régiment de Dillon en 1778 (Valogne en Normandie) et lieutenant colonel au premier régiment irlandais de Dillon en 1780. Il prit sa retraite à Calais en 1781 et vint s'installer à Boulogne en 1783, rue du fiel de boeuf où il resta jusqu'à la terreur. Il fut arrêté en 1793 et incarcéré à Arras. D'Arras il fut dirigé sur Abbeville où il mourut le 16 mars 1795 (25 ventose an 3) "en sa demeure " chaussée Dubois, à l'âge de 77 ans, alors que sa femme habitait Honvault que lui avait légué, durant la révolution, sa cousine germaine Louise Catherine Victoire de Roussel, religieuse Ursuline sous le nom de sœur sainte Basile. Demetry Derby de Mahony avait épousé en 1765 Marie Jacqueline Claudine Michelle Julie de Fresnoye, fille d'Armand Gabriel, seigneur, baron de Moyecque, et de Louise de Roussel de Pernes. Ils ont un fils : Jean-François, qui suit. Le fief de Honvault, sur la commune de Wimille, entré dans la famille Roussel de Pernes en 1686, est "passé par alliance aux Fresnoye et d'eux aux O'Mahony" (la fille de Louise Catherine Victoire de Roussel était cousine germaine de madame O'Mahony, née de Fresnoye, qui devient propriétaire en 1798). Les O'Mahony quittent Calais pour Boulogne en 1780.
  • Jean-François, comte O'Mahony, est né à Calais le 7 octobre 1772, baptisé le lendemain. Son parrain est Jean O'Mahony du château de Dunloe. Son père qui habitait encore Calais en 1880, le mit chez les pères de l'Oratoire de Boulogne alors qu'il n'avait encore que 7 ou 8 ans. A 14 ans (1786) il est confirmé à la cathédrale de Boulogne. De là son père le conduisit au régiment de Dillon pour le présenter aux officiers et à ses anciens frères d'armes (30 septembre). Il entre donc à 15 ans comme sous-lieutenant de remplacement au régiment irlandais de Dillon ou son futur beau-père de Power était également, ainsi que Mac Donald, qui fut toujours son ami et plus tard fait maréchal de France. Sous lieutenant en pied en 1787, il émigre en 1791 avec les officiers de son régiment, est nommé capitaine dans le même régiment de Dillon l'année suivante et fait la campagne de Champagne sous les ordres des princes. Passé en Angleterre après la dislocation de l'armée en 1793, il y reste un mois puis rentre Irlande où il est reçu à bras ouverts par sa famille où il reste 18 mois chez Daniel, au château de Dunloe. Il retourne en 1794 en Angleterre où est levée la Royal Irish Brigade (où son beau père se trouve également) dans laquelle il servira jusqu'en 1799. Il resta 6 mois à Portsmouth et à l'île de Wight, se tenant prêt à partir avec son régiment. Durant cette période, ses parents d'Irlande subvinrent largement à ses besoins. En juin 1795 il rejoint Cork avec son régiment et reste en Irlande pendant près de 3 ans. Il fait les campagnes aux Indes occidentales en 96 et 97. En 1799 il quitte son régiment et passe en Angleterre où il prend du service au régiment allemand de la Reine (devenu 27ème de ligne anglais) avec lequel il fait les campagnes de Méditerranée (1799-1800) et d' Égypte (1801-1802) au cours de laquelle il est blessé à Alexandrie et décoré du croissant turc. Il avait été nommé capitaine de grenadiers en 1801. Après la paix d'Amiens, il rentre en France en 1803 et loue à Boulogne sur mer une maison rue Saint-Jean. Il allait souvent à Honvault. Il vit souvent l'empereur à Boulogne et il lui arriva même un jour de marcher sur son pied. En 1804 il vint se fixer à Paris, au 18 boulevard Poissonnière. Nommé chef de bataillon en 1809 il fait les campagnes de 1809, 1810 et 1811 aux armées d'Espagne et du Portugal. Il est major du régiment irlandais en 1812, colonel de ce même régiment (devenu le 3ème étranger) en 1813. Il était à Anvers pendant le blocus de 1814. Ayant manifesté ses sentiments pour les Bourbons il est suspendu et emprisonné pendant 6 semaines avant d'être exilé pour avoir voulu entraîner son régiment dans la cause royale. En 1815 il est breveté colonel par le roi mais démissionne au retour de Napoléon (l"usurpateur"). Comte et colonel de la Légion de Haute Loire cette même année. Il est nommé Maréchal des camps, en 1823, par ordonnance du duc d'Angoulême, commandant en chef de l'armée des Pyrénées. Il reçoit le commandement supérieur de Jerez puis celui de la 3ème brigade de la division de Cadix et est nommé inspecteur général de l'Infanterie pour les 14 et 15ème division militaires en 1825. Il entre dans le cadre de réserve en 1831 et décède à Boulogne en 1842, âgé de 70 ans. Il avait été reçu chevalier de Saint Louis le 3 août 1814 par le duc de Berry, était commandeur de la Légion d'Honneur, grand croix de Saint Ferdinand d'Espagne, portait la décoration du croissant ottoman et le Lys. Il avait épousé le 12 juin 1815 à Paris 6ème Anne Eugénie Clémentine de Power, née à Paris le 28 avril 1790, fille du comte Jean de Power, ancien officier, et de Marie Henriette Brancour, d'où Julie Françoise Clémentine, née en 1819, mariée à André Hyppolite Bourdon, négociant à Valenciennes et Charles Louis Ernest, qui suit.
  • Ernest, comte O'Mahony, avocat à Paris, est né à Boulogne sur mer le 30 mars 1826. Il a épousé à Lille le 11 février 1850 Elizabeth Dubois. Il n'a vraisemblablement pas eu de postérité puisque son légataire fut son neveu Gontran Bourdon, né en 1842, qui vendit Honvault en 1868. Il s'était rendu à Dunloe en 1855 et avait été reçu par Daniel O'Mahony. A son retour il avait écrit des notes sur les O'Mahony de Dunloe ... dont il fut le dernier de la branche française.