Algérie - Rio-Salado

De GeneaWiki

Retour

Rio Salado
Remarque importante : cette fiche traite d'une commune d'Algérie avant l'indépendance (1962)
Blason Rio Salado.jpg
Informations
Pays Drapeau de l'Algérie    Algérie
Département Oran
Code INSEE (92141)
Code postal
Population hab. ()
Densité hab/km²
Nom des habitants
Superficie
Point culminant
Altitude
Coordonnées (long/lat)
Localisation

Histoire de la commune

Algerie1830-1962.JPG

Rio - Salado, Oued Mellah des Arabes et le Flumen Salsum des Romains ( rivière salée ), qui guerroyèrent et campèrent alentour et jusqu'à Albulae ( Aïn Témouchent ) et bien au-delà, en y laissant des traces, doit son nom au cours d'eau, petit fleuve salé, laissant couler quelques filets d'eau tout au fond de la plaine.

La direction de ses quartiers rues parallèles, complantées d'arbres de diverses essences, est du Nord au Sud.
À l'origine, ce n'était qu'un relais sur la route Oran - Tlemcen. La rivière se passait à gué.
Le pont sur pilotis long de 70 m fut construit par le Génie en 1842 fut emorté par une crue suite à de violents orages. Près de ce pont détruit, une auberge en bois offre le couvert et le gîte quand le gué est rendu impraticable par les pluies : ce fut la première maison du village.
C'est le Prince Jérôme Napoléon, alors ministre de l'Algérie et des Colonies, qui est le promoteur de Rio - salado ( 1859-1860 ). Le peuplement de Rio - Salado ne date donc que de 1860, date à laquelle arrivèrent les premiers colons venus au lieu et place des premiers concessionnaires qui, renonçant à leurs terres, les abondonnaient ou les vendaient à vil prix à d'autres plus hardis et plus courageux.
En 1863, toutes les concessions sont attribuées, Rio-Salado commence à se peupler. Mais bientôt, on ne retrouve que huit concessionnaires.
C'est qu'il fallait du courage et une grande résistance pour se fixer en ces lieux déserts et sauvages, loin de tout.Il y avait à cette époque, trois ou quatre maisons et un poste de cantonnier.
On commença par élever des moutons et par faire le commerce de l'alfa. Les ouvriers espagnols ( saisonniers ) arrivèrent en grand nombre et défrichèrent le pays. Ils fabriquaient du charbon de bois avec des jujubiers arborescents et des lentisques. Ces déboisements faisaient sortir les bêtes féroces : sangliers, panthères, lions, hyènes, chacals...
En 1869,lors de la création de la commune de plein exercice d'Aïn-Témouchent, Rio-Salado forme une section de cette commune avec les territoires de Terga et d'Er-Rahel (Er-Rahel en sera détaché en 1876) avec un adjoint au maire. Jusqu'en 1870, le village végète, puis peu à peu, il s'agrandit de plusieurs concessions. Mais beaucoup furent ruinés par les créances à rembourser, ou par une année de très forte sécheresse en 1881.

On note à ce moment-là, de la présence à demeure d'une main d'œuvre composée surtout d'ouvriers espagnols. Une mention spéciale est due à ces travailleurs ibériques, prodigieux, à qui l'on doit, il faut le reconnaître, la prospérité et la richesse de toute l'Oranie entière. Ce sont eux qui ont extirpé d'un sol ingrat et infertile, le lentisque et le palmier nain parasitaires, pour en faire une terre productrice. Certains d'entre-eux, plus entreprenant, réussir à acheter peu à peu des terres et à bâtir de belles fermes.

En 1875, création d'une briquèterie ( par la famille Jacobin ), on fabriquait les briques à la main.
En 1884, Rio - Salado est érigé en commune de plein exercice. Déjà le lentisque et le palmier nain ont laissé la place à des cultures. La vigne fait son apparition et des promesses qu'elle tiendra.
Peu à peu, le village s'agrandit, devint une petite ville avec ses commerces, ses écoles, ses belles propriétés, ses magnifiques champs de vigne.
Les vins de Rio - Salado étaient chauds, mais gouleyants, caractéristiques, en relation avec l'esprit et le tempérament des terriens du lieu. Quant aux jardins et squares, ile étaient nombreux, spacieux, parfaitement entretenus, joliment dessinés, agréablement fleuris et odorants à souhait. Il s'agissait vraiment d'appréciables lieux de repos, de détente complète, de havres de méditation et, d'autre part de véritables abris pour enfants s'ébattant au grand air. On avait aussi à Rio - Salado, le culte des fleurs.
Cité exubérante, mais vivante à plus d'un titre, par exemple à l'heure des vendanges, à l'occasion de la fête patronale ou d'un match de football, ou encore des bals publics et autre festivités qui rassemblaient toutes les populations environnantes.
Sacré bourg ! l'un des lieux les plus coquet de l'Oranie, sorti d'une terre ingrate, inculte depuis toujours, devenu une magnifique entité dotée de toutes les nécessitées d'une grande cité et ce sur tous les plans : culturel, social, commercial, industriel, artisanal et sportif.

Repères géographiques

Cliquez sur la carte pour l'agrandir

Plaine qui s'étend des limites de son territoire à l'Ouest de l'ancienne route d'Oran à Tlemcen , route existant depuis des siècles, pour aller se jeter à la mer, au lieu dit : " Plage de Terga ".

Carte Michelin Rio Salado.jpg

Illustrations, photos anciennes

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Familles notables

Les Maires

Les Notaires

Les Curés

A savoir pour vos recherches généalogiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Dépouillements des registres paroissiaux


Archives notariales

Patronymes

Remarques

Bibliographie

Liens utiles