Algérie - Aïn Témouchent

De GeneaWiki
(Redirigé depuis Algérie - Aïn-Témouchent)

Retour

Aïn Témouchent
{{{blason}}}
Informations
Pays Drapeau de l'Algérie    Algérie
Willaya Aïn Témouchent
Deira Aïn Témouchent
Code postal {{{Codepostal}}}
Population {{{Population}}} hab. ({{{DatePopulation}}})
Densité {{{Densité}}} hab/km²
Nom des habitants {{{nomHabitants}}}
Superficie {{{Superficie}}}
Point culminant {{{Pointculminant}}}
Altitude {{{Altitude}}}
Coordonnées (long/lat) {{{Coordonnées}}}
Localisation
{{{Carte_Localisation}}}


H
Histoire.pngistoire de la commune

Histoire ancienne

En 203, nous nous trouvons à Albulae en présence d'une population civile. Près du camp militaire, une bourgade s'est développée qui est habitée par d'anciens soldats, que retiennent des liens d'habitude ou de famille, et par des indigènes romanisés.

Cette ville s’appelait « Albulae ». Mais cette cité avait été détruite dès le septième siècle par un tremblement de terre et de violents incendies.

Des découvertes archéologiques confirment l’importance d’un site et l’étendue d’une ville romaine sous le nom d’Albulae. « Ce nom apparaît, sans autre indication, dans un premier document, l’itinéraire d’Antonin, œuvre du IV, siècle, qui semble être une espèce de guide général des routes de l’Empire romain. Tous les documents soulignent l’importance de la ville romaine d’Albulae. On a trouvé, profondément sous terre, une jarre, des pièces de monnaie, des pierres romaines, des ruines, et au stade municipal, à proximité, avec d’autres objets, une belle statuette de bronze de l’époque antique.

Présence turque

Algerie (Berbérie) 1515-1830.JPG 1515-1830

Marabout Sidi Saïd
ou le respect des Morts

C’est là que Ibn Sénane imposa sa loi. C’est là que mourut le célèbre Corsaire Turc Baba Aroudj, dit Barberousse, et c’est là qu’un siècle auparavant vivait Sidi Saïd, un célèbre marabout, véritable saint patron de la cité, qui offrit la paix de l’âme aux Béni Ameurs tourmentés.

La population habitait les douars des environs - quatre douars : Oued-Sabah, Berkech, Aoubelil et Souf Tell,furent rattaché à la commune mixte de Aïn-Télouchent.

Présence française

Algerie1830-1962.JPG 1830-1962

Le chef-lieu de la province est la ville historique d'Aïn Témouchent. Ce nom vient d'un dialecte berbère qui signifie source des chacals, mais le vocable a été longtemps discuté. Il est apparu ensuite, d'une manière quasi certaine, que la source des chacals était la désignation que les Berbères du X1Ve siècle voulaient donner à leur agglomération bien que la signification exacte soit,étymologiquement, la source de la femelle du chacal.

L’autorité militaire d’Oran décida en 1839, l’implantation d’un poste militaire à Aïn-Témouchent.
Le corps d’expédition formait l’effectif de deux compagnies d’infanterie de ligne, d’éléments du Génie et de divers services.
L’antenne médicale était très réduite. Il y eut d’abord l’installation des tentes et des premières murettes avant la construction des remparts. Les chefs militaires savaient qu’une grande ville romaine existait là dès le troisième siècle de notre ère, sur l’emplacement d’Ain-Témouchent et que cette ville s’appelait « Albulae ». Mais cette cité avait été détruite dès le septième siècle par un tremblement de terre et de violents incendies.

Antoine Carillo, adjoint au maire de la ville, qui se fit en 1954 l'historien d'Aïn-Témouchent , accorde une grande place au capitaine SAFRANE dans les premières années du poste militaire, et lui attribue le tracé et les projets d'expansion future. Un boulevard de Témouchent gardait son souvenir.

Le capitaine Maurandry qui succéda au capitaine SAFRANE eut la charge de créer le centre de Ain-Témouchent, suite au décret signé par Louis Napoléon le 26 décembre 1851, sur une superficie de 1159,60 ha.

Le capitaine Safrané ne retournera plus en France. Après avoir consacré l'essentiel de sa vie à l'essor d'Ain - Témouchent, il mourut à Saf Saf, entouré de nombreux amis musulmans.

Rapidement toutes les infrastructures sont mises en place, par les soldats bâtisseurs.

En 1869, le petit village français accède au rang de commune,et très vite avec une démographie paradoxale, la ville de Ain-Témouchent au début du 20ème siecle, devenait un «modèle» de la colonisation française en Algérie, surtout avec l’événement de la crise de la Phillixora en France de 1880 à 1890, en introduisant la culture de la vigne.

l'École d'agriculture

En 130 ans, la petite bourgade allait devenir la capitale algérienne du vin. Que de productions agricoles allaient enrichir le patrimoine témouchentais grâce à l'École d'Agriculture qui y sera implantée!

Le sort d'Ain- Témouchent fut, de toute évidence, lié à celui de l'Algérie française, mais il demeure que la cité fut appelée à un bel avenir et qu'elle garda à jamais l'empreinte ineffaçable de l'œuvre française.

  • Source : Extrait partiel de la Revue P.N.H.A n°30

Décret de création de la commune en 1869

Décret impérial des 27 janvier & 10 février 1869 instituant les communes de Aïn-Témouchent, Nemours, Tiaret et Tamsoura (dépt. d'Oran).

"...art.2 - Sont érigés en commune de plein exercice: -1° Le district d'Aïn-Témouchent, ayant pour annexes les trois sections de: Aïn-Khial, Rio-Salado, et Aïn-el-Arba... La délimitation territoriale de ces nouvelles communes est fixée conformément au 2°§ de la notice et aux plans 5 à 8 annexés au présent décret. art.3 - Le corps municipal de chacune de ces communes est composé de la manière suivante, indépendamment du maire: Aïn-Témouchent - 4 adjoints français, dont 1 pour le chef-lieu, 1 pour Aïn-Khial, 1 pour Rio-Salado, 1 pour Aïn-el-Arba, - 12 conseillers municipaux, dont 8 français, 2 musulmans, 1 israëlite, 1 étranger..."

Annexe du décret: "La commune d'Aïn-Témouchent comprend le territoire du district de ce nom, tel qu'il est actuellement délimité par le décret du 1° avril 1865, et embrasse: -1° Le territoire d'Aïn Khial qui forme une section de commune avec celui d'El-Bridje ; -2° Le territoire de Rio Salado formant une section avec ceux de Terga et d'Er-Rahel ; 3°- Le territoire d'Aïn el Arba formant section avec celui de M'leta; -superficie totale 16 407 ha 19 a 50 ca, plan n° 5"

En 1876, Er-Rahel formera une section de Lourmel, et les sections de Aïn el Arba, Rio Salado et Aïn Kial devenant communes de plein exercice respectivement en 1870, 1884 et 1887, la commune de Témouchent sera réduite à 3740 ha environ.

Armoiries

Esquisse sur la Commune Mixte d'Aïn-Témouchent

Avant la Commune Mixte, le district

  • La région d'Aïn-Témouchent était sous l'administration des militaires, et c'est en 1860 que commença l'embryon d'une administration civile. Un décret impérial du 11 janvier 1860 constitua le district d'Aïn-Témouchent, ou encore "commissariat civil", administré par un commissaire civil. Le terme "civil" fait illusion, car l'article 3 de ce décret indique : "Les tribus ou fractions de tribus existant dans l'étendue du périmètre ci-dessus fixé sont provisoirement maintenues sous l'administration du commandant de la division et sous la juridiction des tribunaux militaires...". Et lors de la nouvelle délimitation du territoire civil du département d'Oran établie par un décret impérial des 1° & 30 avril 1865, le district fut réduit à la portion congrüe : "art3 - Sont distraits du territoire civil et de la circonscription du district d'Aïn Témouchent, telle qu'elle avait été déterminée par notre décret du 11 janvier 1860, les territoires occupés par les tribus des Ouled Zeir et des Ouled Khalfa et par une fraction des douairs, territoires qui n'ont pas cessé d'être administrés par l'autorité militaire".

C'est ce district civil de 16407ha 19a 50 ca qui devint la commune de plein exercice d'Aïn Témouchent érigée en 1869.

Le reste du territoire du district civil et militaire de 1860 devint, après quelques péripéties, la Commune Mixte d'Aïn-Témouchent.

La commune mixte, mode d'administration original en Algérie, vint donner une organisation administrative civile à ces territoires d'ancienne administration militaire. Elle avait vocation à administrer des secteurs où la population d'origine européenne était insuffisamment présente pour permettre la création de communes de droit commun. Le maire était en fait un fonctionnaire, administrateur nommé. Son administration avait son siège à Aïn-Témouchent ville, situé sur le Boulevard National et le Boulevard Safrané, là où, en vis à vis, se construira quelques décennies plus tard la sous-préfecture d'Aïn-Témouchent.

  • Au fur et à mesure de la progression de la colonisation, et de la création de centres de population, son territoire avait vocation à s'amoindrir par la création de nouvelles communes de plein exercice, ou par l'expansion de ces communes sur le territoire de la Commune Mixte (ainsi trois des douars constitutifs de la commune mixte de 1874 furent-ils rapidement absorbés lors de la création de communes de plein exercice: Sidi-Bakhti dans le territoire d'Er-Rahel et de Rio-Salado en 1884, Bou-Hadjar dans les territoire de Hammam-bou-Hadjar et Chabat-el-Leham en 1885, Sidi-bou-Amoud dans le territoire d'Aïn-Kial en 1887).

L'arrêté de création

Arrêté du directeur général de Toustain , le gouverneur général étant absent, en date du 23 septembre 1874. "Les centres de population de Chabat-el-Leham et de Hammam-bou-Hadjar, ainsi que les dix douars: Sidi-bou-Amoud, Sidi-ben-Adda, Sidi-Dahou (Sidi-Daho), Aoub-El-Lil (Aoubellil), Aghlal, Souf-el-Tell, Oued-Berkèche, Oued-Sebbah, Bou-Hadjar et Sidi-Bakhti, forment une commune mixte dont le chef-lieu est Aïn-Témouchent.

Cette commune mixte, qui prendra le nom de son chef-lieu, sera administrée par le commissaire civil du district, assisté d'un premier adjoint (le secrétaire du commissariat civil) et d'une commission municipale de 17 membres, savoir: deux adjoints français, pour les centres de Chabat-el-Leham et Hammam-bou-Hadjar, cinq notables français, dix adjoints indigènes."

Divers états de la Commune Mixte

  • L'une des premières mentions de la Commune Mixte d'Aïn Témouchent dans les actes d'état-civil, figure à Hammam-Bou-Hadjar en 1875.

Registre commune mixte HBH.jpg

Hors Aïn-Témouchent et Aïn-el-Arba, qui étaient déjà communes de plein exercice (CPE), la première en 1869, et la seconde en 1870, on peut suivre la création de communes de plein exercice dans le territoire de la Commune Mixte, à travers les actes d'état-civil : -1885: Laferrière et Hammmam-bou-Hadjar.

En 1904, les futures communes de Trois-Marabouts (CPE le 04/02/1922),de de Malherbe (Arlal), ainsi qu'un vaste espace comprenant les douars Sidi-Ben-Adda, Souf-el-Tell, Oued-Berkèche, Aoubellil, Oued-Sebbah, constituent le territoire de la Commune Mixte d'Aïn-Témouchent. (voir aussi à Sidi-Daho)

  • Situation vers 1953: la Commune Mixte administre encore un vaste territoire, situé aux limites sud de l'ancien arrondissement d'Oran. Elle borde la Grande Sebkha à l'est de Aïn el Arba et s'étend aux pieds du djebel Tessala. Elle est constituée de 4 douars et de 4 centres de population : le douar Oued Sebbah à l'est, avec le centre de population de Hameau Perret, le douar Aoubellil au sud avec le centre de population de Aoubellil, le douar Oued Berkèche au centre, avec le centre de population de Gaston Doumergue, le douar Souf-el-Tell à l'ouest avec sur sa limite le centre de population de Keroulis.

Sa population en 1954 aurait été d'environ 15000 français musulmans répartis dans les 4 douars, et d'environ 500 français d'origine européenne dans les quatre centres de population.

  • Les Communes Mixtes disparurent par un décret du 28 juin 1956 du Ministre-Résidant LACOSTE, pour être transformées en communes régies par la loi du 5 avril 1884. Furent alors créées les communes de Oued-Berkeche, Aoubellil, Gaston-Doumergue...

Archives

Arrêté anticlérical de la commune mixte.JPG

Les archives des Communes Mixtes, confondues avec celles des sous-préfectures, sont des archives territoriales de souveraineté conservées au CAOM d'Aix en Provence. Celles de la Commune Mixte d'Aïn-Témouchent, de 1853 à 1958, représentent, selon l'inventaire, 12 mètres linéaires d'archives!

Repère géographique.png Repères géographiques

La commune se situe à 72 km au sud-ouest d'Oran, à 72 km au Nord de Tlemcen et à 65 km à l'ouest de Sidi Bel-Abbès

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Cliquez sur les photos pour les agrandir : œuvres françaises

Familles notables.png Notables

Les officiers d'état-civil d'Aïn-Témouchent sous l'administration militaire

Les actes d'état-civil d'Aïn-Témouchent sont consultables depuis 1850, avant même le décret de fondation du centre de population, en date du 26/12/1851.

Oficiers "Commandants supérieurs d'Aïn-Témouchent", ou commissaires civils ayant fait fonction d'officiers d'état-civil sous l'administration militaire.

- Louis MAURANDRY, Capitaine adjudant major au 1° Rgt de Légion Etrangère (avec un court interim du capitaine DEVOS du 1° régiment de Légion Étrangère) actes repérés de 1850 à avril 1854.

- Charles BRUNON, capitaine du génie - actes de juin 1854 à mai 1855

- Marcel Lucien JACOBBERS, capitaine du Génie - actes de juin 1855 à avril 1856

- Louis Lucien FOURNIER, capitaine au 75° Rgt de ligne - actes de mai 1856 à décembre 1856

- Pierre Célestin CANTAN-HOURMETS, capitaine au 89° Rgt de ligne - actes de décembre 1856 à décembre 1857

- Amédée François Marie OGIER de BAULNY, capitaine au 89° Rgt de ligne - actes de janvier 1858 à avril 1859

- Hugues Laurent Eugène GOLA, capitaine au 81° Rgt de ligne - actes de mai 1859 à février 1860

- Émile PAYEN, commissaire civil du district - actes de mars 1860 à mars 1868

- mars 1868 à février 1869: François Jacques Émile OUVRÉ, secrétaire du commissaire civil, en faisant fonction en l'absence du titulaire.

Les Maires jusqu'en 1962

Aïn-Témouchent est érigée en commune de plein exercice le 27/01/1869. Cette commune ne doit pas être confondue avec la Commune Mixte d'Aïn-Témouchent, qui portant le même nom de chef-lieu, administre cependant un territoire complètement différent, et plus vaste.

- 03/02/1869 Hugues Laurent Eugène GOLA fait fonction de maire, comme président de la commission municipale nommée par arrêté préfectoral.

- 08/04/1869 Antoine BONNAFOUS nommé commissaire civil - maire.

- 06/10/1870 André GOUIN nommé

- 12/11/1871 élection de Eugène GOLA comme maire

- 16/05/1875 M LARCHER (démissionnaire le 30/03/1876)

- 1876, élections complémentaires: M DUCROS maire

- 23/03/1878 Camille CHABAUD

- 18/05/1884 Camille CHABAUD

- 17/10/1886 , élections complémentaires: Victor BACQUES maire

- 03/10/1893 Louis LAURENT

- 21/10/1894 Victor BACQUES

- 15/05/1900 François MARY jusqu'en 1919

- 06/12/1919 Henri DANTHON

- 03/04/1941 René ENJALBERT, maire par arrêté gubernatorial

- 1943 Henri DANTHON, maire, puis président de la "délégation spéciale"

- 03/08/1945 Henri GIROUX

- "peu après" Pierre AUDOUARD

- 17/11/1950 Dr Henri SERVIERES (c'est le maire en septembre 1954, date de l'ouvrage d'Antoine Carrillo dont sont tirées ces données)

- 1958 Armand ORSERO, maire jusqu'en 1962.

Source : données synthétisées de "Aïn-Témouchent à travers l'histoire" Antoine CARILLO - imprimerie F.PLAZA & Cie à Oran - 01/09/1954.

Les Administrateurs-maires de la Commune Mixte jusqu'en 1956

en 1876 : Isidore BONNAFFOUS. 1879 à 1881 : Maximin de VIALAR. 1881 à 1883 : Ivan LAPAINE. 1883 à 1886 : Redjeb DELCAMBE. de fin 1886 à ? : Eugène PONS .

Les Notaires

L'office de notaire à la résidence d'Aïn-Témouchent a été créé par décret du 11 mai 1874.

LARCHER (1875); CHAZERAUD (1876); François MAREGIANO (1877 à 1881); MAZERAN (depuis 1882, exerce en 1885); PRAILLY (exerce en 1888, et jusqu'au 27/06/1908); Louis Eugène MAREGIANO (du 27/06/1908 jusqu'en octobre 1908, décédé) ; MEICHLER (nommé 18/11/1908 jusqu'en 1918, décédé) ; BERGUERAND (nommé 01/10/1918) ;

- Sources principales : "Agenda et annuaire de la magistrature","Journal du notariat", en ligne sur Gallica.

Les Curés

Données tirées de "Eglises d'Oranie" Jacques Gandini auteur-éditeur novembre 1992, et de "Aïn-Témouchent de ma jeunesse" Louis Abadie

La paroisse de Saint Laurent in Damasso fut créée par décret du 31/07/1855 :

- Abbé LACHET 1855-1857

- Abbé MAILLEY 1857-1859

- Abbé TRABUC 1859-1860

- Abbé CHRETIEN 1860-1863

- Abbé BERGE 1863-1875

- Abbé PRADIES 1875-1890

- Abbé GODET 1890-1900

- Abbé HOUARD 1900-1934

- Abbé Fernand LECAT, son successeur jusqu'en 1950, verra la construction de la nouvelle église édifiée entre avril 1936 et avril 1937

- Abbé Pierre RUTZLER, né en 1904, ordonné en 1928 (Alsace), curé de Témouchent en 1950.

Il était assisté de l'abbé Claude GIMENEZ, né en 1933, ordonné à Oran en 1957, vicaire à Témouchent en 1958

Les Rabbins

Les Juifs d'Aïn-Témouchent avaient une synagogue située à l'angle du Bd.National et de la Rue Danthon. D'après Antoine Carillo, ils descendaient de berbères Mediouna judaïsés dès l'antiquité et de Juifs expulsés d'Espagne. Ils ont compté un des fils les plus connus d'Aïn-Témouchent, André Chouraki.

Recherches généalogiques.png À savoir pour vos recherches généalogiques

Horaires d'ouverture de la mairie

A partir de 1962 :

A.P.C (Assemblée Populaire et Communale idrigée par un Président)

Dépouillements des registres paroissiaux

Relevés des registres d'état-civil

  • Les premiers actes de l'état-civil.

Tous du Capitaine Louis MAURANDRY, commandant supérieur du camp d'Aïn-Témouchent , chevalier de l'ordre de la Légion d'Honneur. Ces actes des toutes premières années témoignent de l'extême diversité des origines de la population du centre de colonisation, et de la place importante de l'armée. Le grand nombre de décès enregistrés s'explique par la présence d'une ambulance militaire à Témouchent (avec un pic épidémique en juillet 1851 ? ).

- Mariages (3 de 1850 à 1853)

07/05/1852 Camille Félicien PEYRE, boulanger, 25 ans, natif de Nant (Aveyron) X Maria Ambrosia LOPEZ, 18 ans, native de Fuente Alamo (Espagne)

15/06/1853 Pierre VERSCHUEREN, 28 ans, briquetier natif de Bruxelles X Rosa Maria SANTINI, 15 ans, née à Oran

06/12/1853 Joseph VERGA, 30 ans, menuisier né à Lugano (Suisse) X Catherine GANLOFF, 21 ans, née à Griebenhausen (Moselle)

- Naissances (17 de 1850 à 1853)

01/03/1850 Angélique Séraphine Anne Marie GUILLON, fa Antoine, 41 ans, aubergiste, et Angélique Thérèse FOURNIER.

25/03/1850 Joseph Marie Incarnation LOPEZ, fs François , 45 ans, cultivateur, et Marie BERNAL

21/12/1850 Marie Joséphine MOSER, fa Joseph, 49 ans , journalier, et Marie CLAUSE

28/07/1851 Joséphine Marie Laurente Rosalie GALLE, fa Auguste, 30 ans, et Rosalie VINCENT

10/09/1851 Louis SCHMACKER, fs Christophe, 43 ans, capitaine au 1°Rgt de Légion Etrangère, et Frédérique THOMEN

04/03/1852 Thérèse NOGUERA, fa Antoine, 39 ans, journalier, et Thérèse PONS, 29 ans

27/03/1852 Angela MIQUEL, fa Jaime, jardinier, et Maria ESQUERDO

08/01/1853 Louis PRAGNON , fs Pierre, 36 ans, charretier, et Louise FERRAND

19/02/1853 Camille Marie PEYRE, fa Camille Félicien, 26 ans, boulanger, et Maria Ambrosia LOPEZ

06/03/1853 Eugénie Nancy BARRET, fa Jean François, 32 ans, boulanger, et Marguerite VIEUX

02/04/1853 Virginie Marie GERARD, fa Jean-Paul, 38 ans, boulanger, et Virginie HARDY

14/04/1853 Louis LEDOUX, fs Louis, 31 ans, bottier, et Hortense DEPOYLIER

18/06/1853 Elisa Marie Louise SISLEY, fa Edouard Pierre, 40 ans, lieutenant au 1°Rgt Légion Etrangère, et Gabrielle Rosalie Louise LABEAUTE

29/06/1853 Antoinette MOSSER, fa Joseph, journalier, et Julie Marie CLAUS

03/09/1853 Antoine Sandalis CAMENSULI, fs Vincent Diego Domingo, 29 ans, maçon, et Joaquina Maria Paula FRESNEDA

10/09/1853 Marie Joséphine SALA, fa François, 29 ans, marchand de fruits, et Joséphine ASYNE

13/09/1853 Louise SANTINI, fa David, 39 ans, cuisinier, et Marie JYLVIN

- Décès (34 de 1850 à 1852)

24/03/1850 Claude DECHAUX, 26 ans, soldat du Train des Equipages, de Chateau Chinon (Nièvre).

04/07/1850 Belkassem Ould MOHAMMED, 34 ans, de la tribu de ?, à l'ambulance .

24/09/1850 Michel SELM, 39 ans, soldat 1°Rgt Légion étrangère, d'Etelbrinck (Hollande) .

05/10/1850 Edouard DOUAT, 32 ans, entrepreneur de constructions .

14/11/1850 Anne PIGUET, 20 ans, fa Antoine et Benoîte ACHARD .

23/12/1850 Jean Georges KOHLER, 22 ans, soldat 1°Rgt Légion Etrangère, de Nüremberg (Bavière) .

24/01/1851 Hamed Ould GANA, 27 ans, caïd des Ouled Zeïr, fs el Hadj KADIR et Fatima .

19/01/1851 Laurenty CHOUWERLOFF, 32 ans, soldat 1°Rgt Légion étrangère, de Komtaledamboff (Russie) .

26/02/1851 Giuseppe BOTTA, 27 ans, soldat 1°Rgt Légion étrangère, de Milan (Italie) .

18/03/1851 Jacques HERBACH, 33 ans, soldat 1°Rgt Légion étrangère, de Oberotterbach (Bavière) .

25/06/1851 Antoine GUILLION, 42 ans, propriétaire, de Chateaunay (Isère) .

04/07/1851 Juan CERBA, 33 ans, journalier à El Bridj, près Témouchent, d'Oran .

06/07/1851 Joseph DUC, 22 ans, soldat 11°Rgt d'Infanterie légère, de Montbonnet (Isère) .

11/07/1851 Michel LANG, soldat 1°Rgt Légion étrangère, de Sarrelouis (Prusse) .

12/07/1851 Louis Charles WILHELM, soldat 1°Rgt Légion Etrangère, de Munster (Prusse) .

15/07/1851 Louis VAN PEVENAEYGE, soldat 1°Rgt Légion Etrangère, de Seweney (Belgique) .

17/07/1851 François PONTICH, 59 ans, colon à Rio Salado, de Bouleternères (Pyrénées-Orientales) .

17/07/1851 André PAYAS, 66 ans, journalier, de Pedret (Espagne) .

18/07/1851 Désiré François Marie FOULON, 23 ans, Chasseur au 11°Rgt d'Infanterie légère, de Dol (Ile et Vilaine) .

22/07/1851 François IRLEZE, 10 ans, colon à Témouchent, de Aspré (Espagne) .

23/07/1851 Antoine Jean TESTU, 45 ans, colon à Témouchent, de Péage (Ardèche) .

23/07/1851 Angélique POZZO, 26 mois, demeurant à Témouchent, née à Marseille .

23/07/1851 LABEAUTE Marie Laurentine, 22 ans , femme de Jean Pierre BARIOLET, colon, de Portes (Pyrénées Orientales) .

24/07/1851 François SAFRA, 28 ans, jardinier, de Barbastro (Espagne) .

25/07/1851 Michel POZZO, 43 ans, colon, né à Penderane (Piémont - Rme de Sardaigne) .

26/07/1851 Jean Pierre BARIOLET, 36 ans, colon, né à Sabaral (Ariège) .

27/07/1851 Pierre FLECHT, 28 ans, fusilier au 1°Rgt Légion Etrangère, de Hohselmbach (Bavière) .

27/07/1851 Bernard DIEGO, 21 ans, journalier, né à Elche (Espagne) .

30/07/1851 Etienne VIOL , 34 ans, colon, né à Montemarat (Allier) .

30/07/1851 Jean Nicolas BONTEMPS, 33 ans, cavalier au 2°Rgt de chasseurs d'Afrique à cheval, de Anond (Vosges) .

31/07/1851 Henry Louis JOULAIN,30 ans, cavalier 2°Esc train des équipages, de Chouset (Indre et Loire) .

01/08/1851 François MARCHAL, 32 ans, cavalier au 2°Rgt de chasseurs d'Afrique à cheval, de Annonville (Meuse) .

06/08/1851 Isidore GERARD, 25 ans, colon à Misserghin, de Chateau Renaud (Indre et Loire) .

08/08/1851 Joseph SALSBOURG, 27 ans, fusilier au 1°Rgt de Légion Etrangère, d'Aix la Chape lle (Prusse) .

03/11/1851 Edouard Louis LOPEZ, 18 mois, fs Francisco et Marie VORNOT, colons .

22/12/1851 Charles FLEURY, 24 ans, colon, né à Bordeaux (Gironde) .

11/02/1852 Aloys KEITH, 20 ans, chasseur au 4°Bon de chasseurs à pied, de Stasbourg (Bas-Rhin) .

02/03/1852 François FISCHER, 38 ans, fusilier au 1°Rgt de Légion Etrangère, de Bliescastel (Bavière) .

29/08/1852 Isidore SALA, 15 mois, fs François, terrassier, et Josepha ARSYN .

28/11/1852 Louis Victor BOUQUET, 25 ans, chasseur 7°Rgt Infanterie légère, de Beaufiect (Manche) .

  • Relevé naissances européennes 1876 à 1888 Aïn-Témouchent Commune Mixte, 75 naissances en des lieux aussi divers que Camerata (personnel de la mine de fer alors en exploitation), Oued-el-Hallouf, Hameau Perret, Aoubellil ou Sidi Daho...

Archives notariales

Remarques

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Aïn-Temouchent la florissante - Revue P.N.H.A n° 30 - Editions du Grand Sud - 34070 Montpellier
  • "Aïn-Témouchent à travers l'histoire" - Antoine CARILLO - Imprimerie F.PLAZA et Cie à Oran - 01/09/1954
  • Eglises d'Oranie - Jacques GANDINI - 1992

Voir aussi.png Voir aussi (sur GeneaWiki)

Algérie

Logo internet.png Liens utiles (externes)



Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie GeneaWiki.